Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Chronologie des « Textes » / Année 1999 / 27 juin 1999
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

27 juin 1999

D 27 juin 1999     H 09:05     A JEROME     C 0 messages


> Commentaires de Patrick MAZZARELLO

CHRONIQUE D'UNE JOURNEE A MARSEILLE

(dimanche 27 juin 1999 - date incertaine)

J.C.P. est « descendu » à MARSEILLE pour accomplir quelques formalités.

Dans un premier temps, il s’est rendu au magasin « VIRGIN » pour acheter des CD et lorsqu’il arriva à l’angle de la rue Pisançon, un incendie se déclara au niveau de « la Boutique de l’O.M. » (c’était un clin d’œil de nos amis les V.E.T.).

Puis il fut « capté » et se rendit, dans un deuxième temps, au Syndicat des pharmaciens, rue Breteuil, où il visionna le saut de Bob BEAMON lors des jeux Olympiques de MEXICO en 1968 ; puis il se « rendit » au 24 cours Pierre Puget où « l’attendait » JEROME [1], lequel JEROME « fit dire » ce jour-là à P.M. la phrase suivante :

« P.M. vous demande de passer chez le docteur COHEN prendre les savonnettes à la banane [2]. »

Le même jour, il fut donné les explications suivantes :

« Espace vectoriel dû à un effet de l’Osmose Attractive.
C’est un couloir transductionnel qui se forme.
L’Osmose Attractive permet d’exercer une pression à l’endroit de la pression et l’acte est beaucoup plus lié alors à l’agissement (agissement = Martin Luther KING).
Penser et geste, c’est le liant entre l’agissement et l’acte.
Couloir transductionnel, en l’occurrence bidimensionnel [3]. »

Notes

[1JEROME est un semi-géométrisé qui a la particularité d’être assez « expéditif » et qui ne « sentimentalise » pas. Disons, pour résumer ce personnage, qu’il pratique le propos karzensteinien : « Ils auront d’autres vies conscientes ». Ceci étant, la qualité de ce V.E.T. est indéniable, même si cela fait mal à notre façon d’appréhender les choses.

[2Le docteur COHEN a son cabinet rue Breteuil à MARSEILLE et ledit cabinet a eu maintes fois la visite de J.C.P., lequel ne s’embarrasse pas de nos contraintes physiques puisqu’il pénètre dans l’immeuble dans le style « passe-muraille(s) ». Notre ami PAUL en fut témoin.

Ce cabinet a connu d’autres épisodes que notre ami J.C.P. ne manquera pas de narrer dans les prochains tomes de son autobiographie.

[3Il s’agit là, dirons-nous, de ce que vécut Bob BEAMON lors de son fameux saut en longueur. Remémorons-nous les circonstances : lorsque BEAMON entreprit son saut « miraculeux », le stade olympique de MEXICO était couvert d’une masse nuageuse, le temps était orageux, en un mot, il y avait de « l’électricité dans l’air ». Le « climatisme » constituait donc le premier élément de ce sous-ambiant. Le second élément s’avérait être l’état d’esprit des athlètes noirs américains : un vent de révolte soufflait dans leurs rangs, il suffit de se rappeler les poings tendus, gantés de noir des deux premiers athlètes noirs du 400 m, lorsqu’ils montèrent sur le podium pour la remise des médailles.

Outre la revendication d’une reconnaissance de la minorité noire américaine, les athlètes noirs - et notamment BEAMON - « vénéraient » le pasteur Martin Luther KING qui avait été assassiné la même année. Bob BEAMON, donc habité par l’image de KING, fut transcendé par la chose, ce qui l’amena à accomplir ce geste exceptionnel.

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0