Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Chronologie des « Textes » / Année 2002 / 20 février 2002
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

20 février 2002

D 20 février 2002     H 17:35     A Karzenstein     C 0 messages


Suite à la récupération d’un petit chien égaré ou abandonné, Virginie et moi contactons plusieurs personnes de notre entourage dans le but de placer momentanément l’animal, jusqu’à ce que quelqu’un le prenne en charge définitivement. De façon plus ou moins élégante, nous essuyons un refus de la part de ces personnes.

Seuls Jacqueline AUBERT et Patrick MAZZARELLO se proposent de nous rendre ce service, étant donné que, pour notre part, Virginie et moi sommes dans l’impossibilité d’assumer cette situation (possédant déjà 4 chiens et 6 chats). Jacqueline ayant aussi la responsabilité de plusieurs animaux, Patrick se rend donc chez nous, à POURRIERES, afin de récupérer le canidé et le conduire chez Jean-Luc (qui possède une villa avec un jardin clos) où il demeurera jusqu’à dimanche puisque, entre-temps, une personne originaire de TOULON s’est manifestée pour adopter le petit chien dès ce dimanche.

Dans la maison règne une certaine agitation et, dès l’arrivée de Patrick, le téléphone sonne à plusieurs reprises : tour à tour, Gilles MARDIROSSIAN, puis Jacqueline AUBERT énoncent un texte que nous ne pouvons transcrire, tant le débit verbal de nos amis se veut rapide…

Accoutumée à ce type de situation, Virginie nous invite à la suivre dans mon bureau où l’ordinateur est en marche. Aussi ne sommes nous pas réellement surpris de pouvoir lire sur l’écran ce que nous ont récité Gilles et Jacqueline quelques instants auparavant. Bien que n’entrant pas dans les détails, les propos tenus traitent du comportement régulièrement affiché par notre humanité et font suite à la navrante situation que nous venons de vivre par rapport au petit chien et au dérangement qu’aurait occasionné sa garde durant quelques jours.

Toutefois, il n’y a aucun moyen d’établir une sauvegarde de ce Texte (le mot « texte » est ici écrit avec une majuscule car il ne fait désormais aucun doute que ce dernier émane des V.E.T.) qui ne fait l’objet d’aucun support normal (disquette ou disque dur).

Il est plus de 21 h 30 : nous passons donc à table pour dîner et « recevons » dans les instants qui suivent une disquette qui nous laisse à penser qu’elle comporte le Texte. Après vérification sur l’ordinateur, nous attribuons ce message à KARZENSTEIN, bien qu’aucune signature n’en revendique la rédaction.

KARZENSTEIN
- RASMUNSSEN n’avait point omis de vous signaler que votre vocation anthropocentrique, disponibilité aidant, vous inclinerait à rencontrer nombre d’individus. Il s’agit là, vous le savez, d’un effet de l’Osmose Attractive, tant en sa désuperposition qu’en sa démultiplication.

Pour lors, nous constaterons que le phénomène d’attraction en résultant s’est perceptiblement accentué depuis l’avènement de la phase extatique à laquelle vous vous trouviez promis.

Dorénavant, il se verra primordial de maintenir votre souvenance sur le fait que l’Echange, en son législatif postoriginel, concerne à tous les niveaux réverbération et oscillation : du fait, au même titre que l’attraction préévoquée, vous ne manquerez point d’observer que le phénomène de pression s’accentue également.

En aval du positionnement du cyclique, votre vocation vous engage donc à subir davantage aussi bien le causal que le conséquentiel. Ainsi, si sur le plan « attractionnel » les rencontres gagnent « surnumérairement », l’amalgame que vous en faites se repositionne en le « pressionnel » au travers de vos données humorales. Celles-ci connaissent des fluctuations au gré de ce que vous donne à constater la résultante égocentriste issue du mode actionnel de vos semblables de l’heure. Bien qu’ils puissent s’en défendre, leur finalité reste, par le biais du cogito, de parvenir dans le maximum d’aisance possible à la fatidique rupture. « Aisance » se « synonymisera » ici avec « confort ».

Non, JANTEL, votre humanité ne mérite pas le sentiment d’humanitude dont vous la gratifiez, tout du moins dans la constance où vous exprimez ce sentiment ! S’il s’avère déjà acquis que votre allocentrisme n’annihilera pas complètement vos regrets, il se révèle patent, de par l’exemple de ceux vous ayant précédé, qu’il ne saura pas plus que pour ces derniers engendrer de remords en la matière. Est-il utile, sur ces entrefaites, de vous rappeler ce dicton de JADOPHER, encore usité en CAUCASIE, qui dit qu’il vaut mieux s’endormir avec un regret que s’éveiller avec un remords ?

Sachez pour conclure que l’ataraxisme n’a pas cours dans le dimensionnel duquel vous n’êtes pas encore libéré, JANTEL.

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0