Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Chronologie des « Textes » / Année 2003 / 14 décembre 2003
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

14 décembre 2003

D 14 décembre 2003     H 18:28     A Karzenstein     C 0 messages


Question
- Je ne pense pas qu’il faille revenir sur votre dernier passage où vous m’avez fait valoir la causalité de ce qu’on peut appeler ma compassion…

Karzenstein
- Pas directement, en tout cas, mais il ne fait nul doute que nous serons conviés à réaborder cet aspect de la formalisation entre causal et conséquentiel, point sur lequel Magloow et Zilder vous ont récemment concerné… Pour lors, laissez vous conduire à exprimer ce que vous aviez envisagé de me soumettre antérieurement à ce dernier passage opportunément impromptu…

Question
- Oui, nous avions constaté, avant mon départ en Ile de France, que l’été avait été chaud dans tous les sens du terme et l’on peut dire aujourd’hui que si nous ne nous sommes pas attardés plus que de coutume sur ce qui a pu se produire et va continuer à se produire, nous n’avons pas manqué d’analyser les situations, dans le sens où vous l’aviez conseillé, sans vouloir pour autant prétendre que nous nous sommes adonnés au « subsumérisme », du moins dans les normes où vous le souhaitiez, mais peut-être souhaitez-vous également que nous abordions dans un premier temps les événements au cours desquels vous intervintes, tant ici que dans la contrée francilienne, pour utiliser une de vos expressions…

Karzenstein
- Le « souhait », en la définition qui l’identifie appartient à « l’espoir » donc au cogito : nous n’en faisons pas usage dans ce type de fonctionnalité et il serait opportun que votre entourage et vous-même le délaissiez plus assidûment… Rasmunssen vous avait fait opter pour l’Espérance, confinons-nous y en rappelant incidemment que celle-ci prédispose à aborder la Foi, laquelle, n’omettons pas de le réitérer, reste une désuperposition de la fulgurance mimétique, à savoir un « faire corps » avec tout circonstanciel survenant…

Question
- Le symbiotisme qui s’opére entre l’agissement et le mouvement au gré de ses flux directionnels.

Karzenstein
- En fonction de la capacité d’admissibilité d’impression et d’après l’expression du manifesté ou situationnel. N’octroyant matière ni à figement ni à projection, l’Espérance préconditionne de la sorte « l’exercice d’état » et demeure entre autres un moyen déterminant pour « bannir l’intention ».

Question
- Il s’agit là encore d’un effet de « l’intellect » qui nous engage à conceptualiser les choses et à les figer dans des notions…

Karzenstein
- Le structuralisme procède chez les espèces pensantes à une intellectualisation qu’il ne s’agit pas de bannir, Jantel, mais de tempérer, tel qu’il vous l’avait été indiqué au mois de février 1980…

Question
- Il est vrai que suite au scissiparitisme dont nous sommes issus et bien sûr par rapport à la déperdition extrasensorielle qui s’ensuivit, nous nous trouvons enclins à tout conceptualiser selon notre mode de pensée et un dicton énonce bien que l’habitude devient une seconde nature..

Karzenstein
- Votre espèce du moment se trouvant être précisément le produit d’une seconde nature, nous rejoignons là les vertus de l’harmonie multiplicatrice unitarisant tout ce qui relève du mouvement et se révèle de la Pensée…

Question
- Ainsi que vous le savez, la Pensée, entre état et fonction, ne se perçoit chez nous qu’en tant que résultante d’un mouvement qui nous échappe dans son intégralité, malgré tout ce que vous-même, Dany , voire David Bohm dans ses dialogues avec Krishnamurti ou encore dans son livre « la Plénitude de l’Univers », avez pu nous en expliquer…

Karzenstein
- C’est la raison qui m’avait fait vous prévenir, du fait que nous aborderions la Pensée et le penser, de façon à ce qu’avec votre entourage, vous puissiez repositionner plus efficiemment événementiel ou situationnel selon le principe de réversibilité à concevoir ici dans son mouvement de convertibilité …

Pour ce, je vous engage présentement à bien tenir compte du fait que ce que nous nommerons occurrentiellement la charte universelle concerne primalement le préexistant, lequel, vous ne l’ignorez plus, ne déroge pas au principe de l’échange puisqu’il se trouve initialement vécu par le réverbérationnisme.

Question
- Je suppose que par « préexistant » vous entendez « précellulaire »…

Karzenstein
- Plus exactement « précellularisation », laquelle séquentialisera moins ce « positionnement d’ensemble » qu’il importe de conserver à l’esprit…

Je vous ai déjà indiqué qu’une localisation ne peut s’établir qu’à partir d’une perception, Jantel… Dans la mesure où cette localisation reste le produit d’une densification, « précellularisation » s’avérera plus adéquate que « précellulaire », si l’on veut bien considérer que ce dernier reste facteur enclenchant du mouvement existentialisateur conditionnant précisément la dite précellularisation…Une transposition idéelle judicieuse vous laissera exemplifier ce « nuancement » par le cheminement du mouvement qu’il y a lieu de relever entre Espace Vide et Espace Volumique…

Question
- Donc, nous pouvons dire que la Pensée se localise dès la précellularisation enclenchée ?

Karzenstein
- C’est cela et de désuperposition en subparallélisation, elle se propagera alors en les flux de la sorte constitués, lesquels seront porteurs de « l’informationnel », donc du « formationnel virtualisable » dans la diversité que nous lui savons : cette phase déterminant l’éclosion de ce que nous vous avons appris à terminologiser en tant que spécifisme…

Question
- Ce que vous exprimez là ne me paraît pas étranger bien que je ne parvienne pas vraiment à situer le lieu ni le moment où j’y aurais eu accès… aurais-je pu l’entendre sur d’autres plans, si ma question n’est pas trop déplacée, dirais-je ?

Karzenstein
- Non, la chose est inessive à un ancien dialogue téléphonique que vous tintes avec votre ami Patrick, dialogue au cours duquel Jigor était intervenu, conditionnant Zilder à imprimer sur l’écran du téléviseur de Virginie un développement de sa théorie… Une étude plus avancée ne se « propicialisait » point alors et, en commun accord avec mes semblables, je m’étais opposée à ce que vous gardassiez une « scripturalisation » de l’intervention exercée sur ces entrefaites par ces derniers…

Question
- Oui, à présent que vous me le rappelez, je situe mieux l’événement, il avait été question de la fameuse loi du hasard et de la nécessité…

Karzenstein
- Que Jigor vous avait occurrentiellement engagé à considérer tel un principe stochasto apodictique…qu’il avait comme il se faut syngtamisé en « harmonisme en le circonstanciel »

Question
- Puis-je me permettre de vous demander de nous rappeler au moins une partie des dires de Jigor à ce propos ?

Karzenstein
- Par rapport à la thèse que vous lui aviez proposée, Jigor avait orienté votre souvenance sur ce que nous vous avions soumis en matière de hasard puis vous avait signifié que si la nécessité fait loi, « le manifesté », en le mouvement qui l’anime, ne peut exprimer « le nécessaire » qu’en positionnement intermédiaire puisqu’il n’est point de figement définitif, hormis le Fixisme Originel.

Jigor vous avait ensuite précisé qu’isoler de la sorte un tel point de vue en l’enfermant dans un concept, à seule fin de le « durativiser » engageait à l’abstraire de la Fusion constante et, du fait, d’en séquentialiser la visualisation unitaire lui étant due, autrement formulé : de vous confiner une fois de plus au formationnel, négligeant en subséquence l’informationnel que vous assimilerez ici à un témoin éternel de la Mue constitutionnelle, laquelle, vous l’aurez déduit, fait fi du soi- disant nécessaire et du caractère provisoire qu’elle lui confère..

Question
- Oui, définir les choses par des formules nous induit encore à considérer le conséquentiel en tant que causal…

Karzenstein
- Et donc à dénaturer la dynamique du mutationnisme s’opérant à travers le déroulement des cycliques, Jantel !

Question
- Ceci nous ramène à l’avant-dernière intervention de Magloow et Zilder..

Karzenstein
- Ainsi que, ne l’oubliez pas, à la transmission scripturale de Dany l’ayant précédée….

Saisissez-vous mieux, Jantel le nuancement dont vous et vos amis ne devez plus vous départir entre La Pensée et le penser, autrement dit le cheminement qu’il y a lieu de relever entre l’état et la fonction et, en désuperposition comme en démultiplication, les exercices qui en découlent, en l’inhérence du fonctionnalisme dont se trouve dépendant tout spécifisme.. au gré de la Loi des Echanges…

Question
- Pouvons-nous interpréter, en ce qui nous concerne, et je suppose en ce qui concerne tout ce qui est perceptible car localisable ce fonctionnalisme en tant qu’activité du « processus de compensation existentiel » ?

Karzenstein
- Sans conteste, Jantel, la totalité de ce qui se trouve existentialisé fonctionne à travers ce synergisme qui reste le vecteur de l’immarscessible élaboration continuelle agençant le constitutionnel. Adaptatif et interactif ce fonctionnalisme se manifeste de strate en strate, entre les flux et les formationnels dans leur diversité, d’où cette terminologie de processus de compensation existentiel dont notre vocable l’a paré… Dans la pratique, concevez qu’il ne s’agit rien d’autre que de la démultiplication du réverbérationnisme participant de la Pensée initiale et au mode de pensée des spécifismes…

Résumez-en le principe en un mouvement alternatif entre l’informationnel non encore localisé et l’informationnel perceptivement positionné…

Question
- En quelque sorte, du vivant à l’existant…

Karzenstein
- Plus exactement, entre vivant et existant, Jantel…car le mouvement se poursuit en toutes les phases qu’il génère : éclosion, déploiement, rupture, récurrence réadaptatrice…

Question
- Je ne pense pas me tromper totalement du moins en considérant que la cause, ou plutôt l’origine de la cause, est le réverbérationnisme dont vous fîtes état en 1998…

Karzenstein
- Le réverbérationnisme reste le produit du fixisme originel, il peut effectivement être appréhendé en tant que mouvement primordial. Tout ce qui en découle est le mouvement proprement dit duquel se décantent, suivant les extentialisations, la totalité des sous-mouvements…

Question
- En rapport avec les propos que Jacqueline et moi échangions au téléphone, Magloow nous a indiqué que la « mortalité » survenait lorsque « la réverbération se figeait », ce qui semblerait vouloir dire que le figement provoquerait la cessation d’échange…

Karzenstein
- Vous reporter au réverbérationnisme et au fonctionnalisme dont nous traitâmes ce jour vous conditionnera à dire « une » cessation d’échange, et non pas « la » cessation d’échange… Respectez toujours le démultiplicationnel des choses En son choisi de l’instant, Magloow n’a fait que vous syngtamiser différemment ce que vous savez être la provisoireté incombant au formationnel, Jantel…

Question
- Oui, je comprends, j’ai une fois de plus manqué de précision, dans la mesure où vous venez juste de me faire entendre que le mouvement illustrant la Loi des Echanges est présent dans toutes les phases puisqu’à la phase de rupture succède celle de récurrence réadaptatrice…

Karzenstein
- Sans faire spécialement référence à ce que je viens de vous dire, réescalader vos souvenirs réactualisera ce que vous énonça Rasmunssen, voici une quinzaine de cycles solaires, à savoir que La Loi des Echanges est la Loi universelle par excellence, dans la mesure où elle s’exprime dans la continuité…. [1]

Question
- Oui, c’est vrai, nous avons toujours du mal en tout cas pour ce qui me concerne, j’ai toujours du mal à uniformiser dans la constance tout ce que vous et les vôtres nous avez enseigné, notamment quand il s’agit de converser sur ce qui touche à la rupture…

Karzenstein
- Je vous engagerai ainsi que ceux qui constituent votre entourage à relire le résumé que vous fîtes à ce propos deux cycles solaires auparavant.. Vous pourrez constater que je vous avais certes parlé d’une cessation d’échange mais non sans vous avoir traduit qu’il s’agissait, en aval de l’apoptosisme inhérent à toute existence, d’une incapacité à soutenir l’échange…qui plus est dans un formationnel affirmé, tels que le représentent les spécifismes entrant dans les normes de votre perceptivité de l’heure…Concluez qu’une saine visualisation de la chose conviera ceux qui ont accès à nos dires, à concevoir plus intégralement la différence à observer entre immortalité et éternité…

Question
- Cela me rappelle ce que Rasmunssen nous avait incité à relever dans l’équation, dirais-je, s’il en s’agit d’une « être / individu »…

Karzenstein
- C’est cela, Jantel, ainsi la rupture de tout individu, pour reprendre votre terme, demeure la suspension de son agencement dans la spécificité lui étant dévolue, suite à l’aboutissement du positionnement en cours, lequel resuperpose alors son patrimoine cellulaire, dit reviviscent, dans d’autres strates du réverbérationnisme, plus proches de l’initial, sinon pour certaines cellules, de l’essential, dirons-nous…

Question
- Et dire que tout cela n’est, initialement parlant, que de la Pensée…

Karzenstein
- Eh oui, Jantel, en désuperposition puis en démultiplication, au gré des ambiants et des circonstanciels qu’elle génère…Oui, allez-y, donnez à votre impression de l’instant l’expression l’adéquationnant…

Question
- Non, je me disais précisément que je situe de mieux en mieux le sens de cette formule selon laquelle, nous devons agir nos actes sans entrain, donc sans désenchantement…

Karzenstein
- Et surtout, en concordance avec le compassionnel vous animant m’ayant incliné à vous parler il y a quelques jours, où vous vous inquiétiez de savoir comment procéder efficacement pour avertir tous ceux qui, autour de vous, à des degrés divers privilégient, le plus souvent à leur insu du reste, l’exercice de fonction par rapport à l’exercice d’état…

Question :
- Oui, dois-je encore m’étonner de vous voir intercepter mes idées ?

Karzenstein
- Je ne reviendrai pas sur le fait que, n’accédant comme il se faudrait à l’informationnel d’autrui, vous vous sentiez limité, à juste titre d’ailleurs, et évidemment frustré si nous acceptons de nous référer aux excès générés par votre vocation, toutefois réitérons que théorétisme comme inductionnisme resteront d’un grand secours pour qui délaissera dans le plus d’assiduité possible le conséquentiel du situationnel survenant.. Comme vous l’avez signifié Rasmunssen, l’introspection peut se faire même en groupe. A un stade affirmé de remise en cause et non pas de conséquence, répétons-le, la communication redevient plus vraie, si vous m’autorisez ce trait d’ iconisme verbal…

C’est l’un des moyens offerts à votre espèce du moment d’accéder à ce qu’est la réverbération incidente, laquelle, vous l’aurez déduit, fait partie intégrante du réverbérationnisme.

Cette réverbération incidente englobe, entre autres données, la prise de conscience répertoriée. Appliquée assidûment, elle aura pouvoir de déceler très respectablement la marge de manœuvre impartie à chaque individu : celui-ci contrôlant mieux les effets de la spasmodicité de l’échange vécu, décalera alors bien des limites que son cogito confère au faire corps…

Question
- Ceci reviendrait à dire qu’il y a possibilité de remplacer l’acte par l’agissement ?

Karzenstein
- Non pas à remplacer, Jantel, mais à prendre conscience sur un plan que nous qualifierons de plus général, tout du moins de plus complet, que la fonction appartient à l’état et non le contraire, tel que le « mode de vie » de vos semblables le fait ressortir…

Question
- Nous rejoignons la thèse selon laquelle c’est l’espèce qui appartient à l’environnement et non le contraire…

Karzenstein
- Le circonstanciel est un pont jeté entre l’Etabli et le provoqué, Jantel, s’il est édifié qu’il n’est la propriété de personne, il ne possède pas davantage de « main mise », dirons-nous sur l’informationnel de base, si celui-ci a maintenu le cap lui étant initialement assigné…

Soutenir l’inverse équivaudrait à prétendre que le réagissement n’existe pas…

Question
- Oui mais, si j’ai bien compris tout se dispose en état de suspens…

Karzenstein
- D’où la raison majeure de « figer » le moins possible au cours d’une vie consciente, n’oubliez pas que le cogito demeure le siège principal de votre patrimoine mémoriel et qu’en vous confinant à des actes, il vous induit, desmodromisme aidant, à une reconduction de ce que vous savez être l’aptitude… Or, l’exercice de fonction pour en arriver à cet aspect du fonctionnalisme, en son « désuperpositionnel contrôlable » s’effectue à travers l’aptitude qui le volumise. Et dans le même sous-mouvement que fait ensuite l’aptitude ? Elle exacerbe le schéma ipséitaire dont l’a pourvue le cogito, lequel dénature l’informationnel de base et nuit à la prise de conscience précédemment évoquée.

Question
- Oui, tel que Magloow et Dany nous l’avaient tour à tour confié : la perte de l’esprit critique nous limite dans la remise en cause et fait de nous des incapacitants…

Karzenstein
- Il y aura encore matière à commenter sur tout ce que formule la Pensée de désuperposition en démultiplication, de sa périphérisation en la souffrance, l’influence mimétique, voire encore la déflexion mais, pour l’heure, en s’adonnant aux démarches introspectives proposées de nouveau ce jour, celles et ceux partageant vos instants reconditionneront la visualisation qu’ils ont des événements. Ainsi par exemple, pourront-ils parfois se rendre compte qu’entreprendre sous le couvert de la bienséance doit se voir considéré le plus souvent tel un exercice de fonction… Ne cherchez pas à les décider puisque, tel que j’ai déjà su vous le dire,la chose leur appartient, tout autant que les pensées de bonne augure que je leur transmets, en prenant congé de vous, Jantel … Je clos donc ce débat par un « à bientôt », utilisant ainsi un langage qui vous reste familier…

Notes

[1 Juin 1988 

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0