Vous êtes ici : Accueil » Chronologie des « Textes » » Année 1996 » 8 Août 1996
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

8 Août 1996

D 8 août 1996     H 18:43     A Karzenstein     C 1 messages


Question
- Lucette s’inquiète de la disparition du petit Théo...

Karzenstein
- Il s’agit là d’une opération bénigne, visant à vous permettre de vous « resituer », l’enfant réapparaîtra sans dommages, en présence de votre amie Huguette... Mais nous vous savons en proie à des fluctuations de sérénité sur d’autres plans de votre mode de vie...

Question
- Ainsi que vous le savez, il nous faut toujours gérer un quotidien pour le moins éprouvant, quant à ce qu’il nous engage à subir et à faire, à contre-courant des notions de vérité qui sont nôtres...

Karzenstein
- Dès que la qualité, en matière de choses vraies, cela s’entend, se décèle, il convient d’interagir avec elle dans la constance, afin que la conscience ressente l’élément de fiabilité que génère le mouvement, et qu’en démultiplication s’opère l’influence mimétique en rapport... Ce principe est indéfectible, à quelque degré qu’il s’exerce et c’est, en grande partie, parce que votre cogito le néglige qu’il s’ensuit, votre spasmodique échange aidant, ce que nous appellerons des sous ambiants. Vous êtes à même de le déduire, à présent, c’est là encore un des aspects de l’alternance osmotique qui, de par la subdivision des données qu’elle met en présence, vous conduit à aborder puis à vivre les situations de manière plus ou moins trouble... Il va de soi que les capacités d’admissibilité d’impression, propres à chacun, influent fortement sur ce qui ne représente qu’une des multiples fonctions du processus de compensation existentiel... Ne négligeons pas de rappeler à cette occasion que s’adonner à l’introspection, y compris par l’analyse sensorielle des instants vécus, autorise à témoigner de cet état de choses...

Question
- Pour demeurer dans cet ordre d’idée de l’ambiant, vous nous avez confié, lors d’une de vos dernières interventions, que si le libre arbitre nous faisait défaut, c’était précisément au niveau de l’ambiant...

Karzenstein
- Et je le maintiens... tenant néanmoins à vous préciser qu’intuition, instinct, voire parfois conviction intuito ascensionnelle sont habilitées à vous faire faire corps avec certaines phases actives audit ambiant, dans ses effets de désuperposition... D’où l’importance fondamentale, Jantel, que revêt alors le caractère de constance que votre vigilance se doit de mettre en pratique, dès qu’une perception du vrai se révèle, de façon à minimiser ce sentiment d’insatisfaction qui vous persécute, à des degrés divers...

Question
- Ceci aiderait à élaborer ce que vous nommez le rejet ?

Karzenstein
- Absolument Jantel, et ces propos doivent inspirer votre entourage en lui faisant attacher davantage d’importance aux actes et aux gestes semi qualitatifs qu’il produit trop souvent, qu’à ceux que l’actualité traduit selon vos modes ondulatoires d’information collective. Ces procédés d’ordre technologique ne font que figer des événements qui, si graves vous apparaissent-ils, sont imputables au Cyclique : qu’il s’agisse de fluctuations climatiques ou encore d’excès d’influences dites idéologiques...

Question
- Puisque vous faites allusion à cela vous n’ignorez pas que nous avons été profondément troublés par l’exécution des moines en Algérie... Quel est à ce sujet, votre point de vue, si je puis me permettre ?

Karzenstein
- Sachez que de part et d’autre de l’acte de rupture que vous évoquez, un fond de sublimation s’est opéré, dans la qualité des choses vécues, durant ces instants, que vous interprétez uniquement au niveau des formes, faute de situer les facteurs d’échange entrant en fonction lors de ces situations qu’il convient de qualifier de semi provoquées... Faut-il vous inviter à vous souvenir que Rasmunssen avait abordé cet état de fait de manière sommaire quoique satisfaisante, lors d’une évocation de la stigmatisation de certains individus ? Il ne s’agit ici que de la résultante d’un phénomène d’interception que connurent du reste, les premiers martyrs chrétiens... pour ne citer qu’eux...

Question
- Lorsque vous dites de part et d’autre de l’acte de rupture, devons-nous entendre que vous englobez les tortionnaires et leurs victimes dans le même mouvement ?

Karzenstein
- Absolument ! L’effet de spiralisation provoquant la conduction de la vie, en tant que facteur énergétique, ne peut dissocier de par l’unitaire de la Pensée l’acte agi de la Situation Établie, et ce, quel que soit le degré de conviction intuito ascensionnelle auquel celle-ci se révèle... La Pensée est vivante Jantel ! Ne le répétez-vous pas vous même souvent à ceux qui constituent votre entourage ? L’idée, les idées qu’elle voyage demeurent des éléments de la Temporalité : du dimensionnel au chronologique, au travers des Cycliques et de leurs ambiants... donc de l’Établi au provoqué par l’intermédiaire du semi provoqué précité... La Pensée est génératrice de souffrance, ne l’oubliez pas ! Souvenez-vous Jantel, elle prend, en le provisoire des géométrisations qu’elle visite, les formes que les dimensions respectives de chaque espèce dite pensante, lui confèrent : instinct, intuition, analyse... c’est-à-dire la matérialisation de son caractère fonctionnel que nous avons nommé le penser... Et ce, je ne vous l’apprendrai pas, en fonction du circonstanciel révélant la qualité des choses à vivre et, n’omettons pas de l’ajouter, la qualité des choses vécues...

Dans le cas qui nous intéresse, Jantel, gardez à l’esprit cette propension qu’a votre humanité à s’autodétruire ! L’homme ne se soucie pas du fait qu’il occasionne davantage de ruptures avec la pollution et les accidents qu’il provoque, par l’intermédiaire de ses véhicules motorisés, qu’avec les innombrables conflits armés qui jalonnent son histoire. Nous n’épiloguerons pas ici sur les nuisances, tout aussi nocives, qu’il produit avec la dissipation des vapeurs provenant du tabac ou des incinérateurs qu’il utilise à des fins diverses... D’où ce conseil que je vous réitère de relativiser l’acuité dont vous croyez bon d’entourer certains faits, afin de ne pas perdre de vue qu’il y a, avant tout, à vous remémorer que toute remise en cause doit s’effectuer individuellement et surtout sans complaisance à l’égard de soi...

Question
- Vos propos nous engagent à revenir sur la fameuse image de nous-mêmes qui se reflète dans la glace avant que nous en soyons conscients ?

Karzenstein
- Et par là même de bien prendre en considération, tel que vous l’avez fait dans votre livre, qu’une fois témoin de l’image que renvoie le miroir, qu’il est préjudiciable, pour les vies conscientes à venir, d’entretenir donc de mémoriser ce qui s’avère dérangeant pour ce que la part de vrai qui vous vit sait être la progression... Cet aspect des choses, vous l’aurez aisément déduit, s’adresse, à des degrés divers, à ceux qui partagent vos instants. À l’image au dit miroir, ceci les renvoie, sur un plan, disons, pratique, au début de notre conversation...

Le principe des revies, ici compendieusement évoqué, ne doit pas non plus vous faire négliger celui des nuances qu’il convient de considérer à l’égard de ces revies... Saisissez-vous bien ce dernier point ?

Question
- Je crois comprendre que vous sous entendez là les formes du principe lui-même, je me risque à entrevoir ici de ces fameuses fréquences de retour qu’il vous est arrivé d’évoquer...

Karzenstein
- Entre autres Jantel, et je me servirai encore de vos écrits pour que vous vous resituiez tel qu’il convient de l’entreprendre en l’instant qui nous relie et ce, par le simple, mais combien vrai, exemple du cheminement de l’eau dans son cycle d’évaporation... J’y adjoindrai le rôle fondamental que tient en la circonstance l’état de suspens qui, selon les forces de pression et d’attraction en présence, procédera à la conduction de la revie. Il s’agira le plus souvent de la pluie mais aussi du processus de resuperposition initiale qui positionnera alors cette évaporation en tant que plages de cristallisation. Celles-ci seront appelées à pourvoir à la constitution d’amalgames cellulaires appelés à connaître une existence de consistance fluidique, en bio luminescence intégrale. C’est, au fil des stades de transparence qui s’ensuivront, au gré des ambiants générés par le temporel que ces existences accéderont consciemment à la fulgurance mimétique : point de ralliement de tout ce qui se définit en tant qu’Être.

Question
- Vous confirmez là toute l’importance que vos dires nous avaient laissé entendre quant à l’importance fondamentale de ces états de suspens. États de suspens que nous nous étions permis de considérer tel un positionnement cellulaire entre deux vies conscientes...

Karzenstein
- Et n’omettez plus de le préciser à présent, Jantel, à des paliers différents de la superposition existentielle... puisqu’il peut tout aussi bien s’agir, de revie que de mue évolutive... Sur ce, je vous rends à vos préoccupations du moment, lesquelles répétons-le ne revêtent pas l’importance que vous leur octroyez. Suite à l’incident qui a nécessité notre intervention, je vous engagerai à prendre un peu de repos...

Cela vous sera utile pour ce que vous aurez à assumer très prochainement... Je reviendrai vous entretenir de choses d’une autre qualité, en temps choisi...

 

Mots-Clefs

Dans la même rubrique

26 décembre 1996 – 26 décembre 1996

8 août 1996 – 8 Août 1996

1 Messages

  • Il s’agit du premier Texte dans lequel la pluie est évoquée. Il est intéressant de noter que lors des conversations, Jean-Claude semble « plongé » dans une ambiance « aquatique ». Il n’en fait pas état dans ses livres, mais il nous en livre un aperçu dans cet entretien à la 50min52s. : https://www.youtube.com/watch?v=f0b... Lors d’une Grand Messe Catholique intégrale (chants, encensoirs, etc...) célébrée à l’église St Pierre à Paris, il m’a semblé prendre une sorte de « douche » de nettoyage intérieure apaisante pour l’esprit. Une douche qui est venue me « remplir » et me « gonfler » le ventre. Je me sentais très léger, apaisé, « rempli », joyeux et lumineux à l’image du gros Bouddah rieur. Ma maladie de Crohn s’était complètement estompée. Malkuth est le réservoir où se réunissent les eaux qui viennent du fleuve d’en haut, c’est à dire toutes les émanations (grâces ou influences spirituelles) qu’elle répand en abondance. Ce « fleuve d’en haut » et les eaux qui en descendent... (voir page 23 du livre Le Roi du Monde http://rene-guenon.ch/Rene_Guenon/L...) ainsi que la page 10 du même livre. (On fera tous les recoupements nécessaires dans ce court livre de 46 pages et dans bien d’autres livres bien sûr). Quand le prêtre catholique prononce les paroles : « daigne répandre ta grâce, Seigneur, sur ceux qui implorent ta miséricorde », il déclanche vraiment la « descente des eaux qui viennent du fleuve d’en haut » sur toute l’assemblée qui se tient dans l’église (même si nombreux sont ceux qui ne ressentent rien du tout). A ce propos, ne dit-on pas que la voute d’une église représente une barque retournée voguant justement sur « les eaux d’en haut » ? Le prêtre catholique implore « Dieu, par notre Seigneur Jésus Christ, de répandre sa grâce (ou de faire »descente des eaux qui viennent du fleuve d’en haut« ) ». Cela n’a rien de surprenant puisque Jésus-Christ est un « Roi du Monde », un Pontifex. (La Tradition chrétienne ne reconnait pas d’autres Pontifex que Jésus-Christ. Cela peut se comprendre facilement puisque « invoquer Dieu par le nom de Jésus-Christ » suffit à faire « descendre les eaux qui viennent du fleuve d’en haut »). Jean-Claude est un Roi du Monde, un Pontifex tout comme Jésus-Christ. Tout comme il y aura, bien entendu, d’autres Roi du Monde, Pontifex après le « départ de Jean-Claude », afin de préserver l’équilibre de l’Ambiant qui oscille sans cesse entre Quantité et Qualité. Le fait que Jean-Claude passe totalement inaperçu au sein de notre espèce, en dit long sur la qualité des choses vécues, et sur la qualité des choses à vivre par notre espèce...


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher

Rubriques

 

Dernières brèves
  • 16 janvier 2016
     Décès de Régis B.

    Le grand ami de Jean-Claude , Régis B. nous a quittés récemment . C’est lui qui transmettait les Textes . Que tous ceux ou celles qui l’ont connu aient une petite pensée pour cet homme discret mais engagé . Toutes nos condoléances à sa merveilleuse épouse Annie (...)

  • 24 juillet 2014
     Note de webmestre : Google est parfois plus...

    Note du webmestre : Google est parfois plus performant que le moteur de recherche du site à cause de sa souplesse inégalée ; il suffit de demander un mot ou une expression à la page http://www.google.fr/advanced_search++cs_INTERRO++hl=fr en ajoutant la référence « jantel.org » dans la case demandée pour le (...)

  • 23 juillet 2014
     Autres sites intéressés par « Jantel »

    Je rappelle les sites d’Esperluette : http://vdo-jantel.over-blog.com http://www.jantel-esperluette.com/ http://jantel-les-vet1.over-blog.com/

  • 11 septembre 2013
     Le pianiste Gilbert Pagano nous a quittés ce...

    Le pianiste Gilbert Pagano nous a quittés ce mercredi 11 Septembre 2013 à l’âge de 70 ans. Que tous ceux et celles qui l’ont connu aient une petite pensée pour lui. Voir le site d’Esperluette : http://www.jantel-esperluette.com