Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Chronologie des « Textes » / Année 1978 / 27 Mars 1978
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

27 Mars 1978

D 27 mars 1978     H 07:36     A Karzenstein     C 3 messages



KARZENSTEIN :

Nous tenons à vous laisser maîtres de vos déductions : la progression ne s’instaure que dans la conscience par soi du chemin à parcourir… La conscience du chemin parcouru est de toute autre nature. Ce Monde que nos existences successives troublent depuis quarante siècles environ, semble répondre par des colères périodiques aux agissements plus ou moins troubles de nos civilisations.
 

QUESTION :

Vous impliquez-vous en tant qu’Espèce dans ces « civilisations » qui provoquent lesdites colères du Monde ?
 

KARZENSTEIN :

Quand un arbre est déraciné, il l’est de la mousse à la cime. La Planète a connu bien d’autres civilisations auparavant… Mais, après vous avoir informés du phénomène que nous nommons « point de non-retour », vous comprendrez ce qui attend, dans de brefs délais, vos existences…

Il apparaît que le Père, dans son non-souci de la multiplication des individus, nous pose un problème dont la solubilité n’aura d’autre éventualité que la disparition quasi-totale, à un certain moment de l’Espèce que nous osons qualifier « d’humaine ».

Vous n’ignorez pas, je crois, que notre survivance ne se prolongera pas indéfiniment, une fois ce processus à terme : nous avons, pour cela, tenu à attendre l’instant décisif qui définira notre marche à suivre. L’instant, dépendant du cyclique (ce que nous appelons le point de non-retour), je vais donc vous schématiser le processus : je ne parlerai que de votre Espèce, les autres subissant des sorts variables.

L’Espèce Humaine, Espèce pensante, acquiert, durant des périodes variées (ce sera la seconde que nous connaîtrons), un Savoir basé sur des techniques scientifiques auxquelles s’adapte une philosophie, elle-même, directement concernée par le profit à tirer des découvertes. Ainsi, il y a le « progrès » : ses avantages, ses inconvénients, ses vicissitudes, jusqu’à remise en question permettant d’accéder à un nouveau stade, mais toujours en restreignant cette part de « vérité » qui va s’étouffant, et provoque chez certains, plus sensibles, plus vrais, un état de dépression engendrant un rejet total des choses acquises. C’est le système autodestructif que vos dirigeants prônent depuis des millénaires, dépourvu de toute fulgurance à l’image de vos intuitions et instincts. N’oublions pas de rappeler que l’autodestruction n’est valable qu’à condition de ne pas laisser subsister de réminiscences. Or, ces réminiscences, dans leur démultiplication progressive, tendent à provoquer ce cyclique de non-retour au moment de l’évolution maximale des possibilités contenues par le cerveau humain. Entre parenthèses, cerveau utilisé de faible façon, car en peu de volume. Intervient alors ce moment : la conscience d’une rupture, sur le plan évolutif : vous y accédez actuellement, votre Espèce, cela s’entend.

Point n’est faute au Maître d’avoir prévenu vos semblables par des contacts fréquents, en des époques auxquelles votre triste religion a cru bon de devoir joindre la « légende »… Lorsque Jésus, l’oint, céda sa vie consciente au profit d’une Existence plus vraie, il était déjà trop tard. Jean, celui que vous nommez l’Evangéliste, sut à quoi s’en tenir, initié qu’il fût du Maître, à tel point qu’il reste le premier à avoir parlé d’Apocalypse aux Iles Sporades où Platon entendit parler, en son temps, d’une civilisation engloutie : la nôtre.
 

 

Mots-Clefs

3 Messages

  • Discours du 27 Mars 1978 ! La première évocation du point de non-retour !

    Qu’est-ce qu’un point de non-retour ?

    Jean-Claude le définit dans la vidéo de Jimmy Guieu (Voir à la 45e seconde : https://www.youtube.com/watch?v=mkC…PL3CA73F7751655914) comme étant l’accès à un point critique qui entraînerait une prise de conscience chez notre espèce. Une prise de conscience des limites atteintes par son cerveau. Limites qui la restreignent dans ce qu’elle croit être les potentiels de son évolution.

    Mais en astronomie, il existe des objets célestes ultras compacts qui portent le nom de trou noir, et dans lesquels on trouve en leur cœur une FRONTIERE ! Une frontière au delà de laquelle toute forme de matière ou de rayonnement ne peut échapper à l’attraction de cet objet céleste. Cette frontière, les scientifiques l’appellent : LE POINT DE NON-RETOUR ! Mais qu’est-ce qu’un troue noir exactement ? Un trou noir est un objet céleste ultra compact d’une masse tellement colossale, qu’auprès de celle-ci, rien ne peut échapper à son attraction ! Pas même la lumière ! L’attraction terrestre nous attire vers le sol. Nous avons beau vouloir toujours sauter plus haut, jamais nous n’échapperons à l’attraction terrestre qui nous fait retomber sur le sol. Eh bien, dans un trou noir, c’est pareil, sauf que l’attraction est telle que si la lumière essayait de sauter pour s’en échapper, elle ne pourrait même pas tenter de le faire car elle est attirée par son attraction incommensurable. Ces trous noirs ne peuvent pas émettre de lumière puisqu’ils l’engloutissent ! Ils ne peuvent pas être lumineux. C’est pour cela qu’on les appelle noir, et les dérivés du noir sont : sombres, ténébreux, obscurs. Ces objets célestes peuvent même être qualifiés « d’inquiétants », de terrifiant ! Et ce sont des trous parce qu’ils ressemblent à des entonnoirs dans lesquelles tout semble « tomber » (tout ! même la lumière) ! Les trous noirs ressemblent donc à des gouffres béants ténébreux gloutons ! Si un objet (que ce soit une particule, une onde, ou une planète ! Peu importe sa taille ou sa nature !) approche d’un trou noir, il est irrémédiablement attiré par sa masse et plonge dans cet entonnoir !

    PAR CONTRE ! Si l’objet approche le haut de l’entonnoir à une vitesse suffisamment élevée, l’objet peut être renvoyé et ne pas tomber au fond : il peut alors faire UN RETOUR ! (voir le schéma en dossier joint). Mais s’il est attiré au dessous du haut de l’entonnoir, il plonge irrémédiablement au fond du trou noir, il est englouti dans le « gouffre des ténèbres » ! Il est alors allé au-delà du POINT DE NON-RETOUR !

    Tous les objets, toutes les particules, tous les rayonnements peuvent être attirés par la masse du trou noir et tomber dans le gouffre ! Or la lumière est un rayonnement ! Donc même la lumière peut aller au-delà de ce point de non-retour et sombrer dans les « ténèbres » des trous noirs !

    Or, si on assimile l’intelligence à la lumière (voir les expressions courantes : ce gars-là n’est pas une lumière, ou bien encore : il n’a pas la lumière à tous les étages, etc…) alors on peut appliquer cette notion de point de non-retour à l’intelligence, l’esprit, la conscience de notre espèce !

    Auquel cas, cela reviendrait à dire que nos civilisations atteignent un point de non-retour qui est la prise de conscience que si elles continuent d’approcher le gouffre des ténèbres, elles finiront par ne plus voir la Lumière ! Or on a vu qu’un objet PEUT éviter de tomber dans le gouffre et échapper au point de non- retour si sa vitesse est élevée ! Donc on pourrait dire, par analogie, qu’un esprit vif ne peut pas aller au delà de la limite du point de non-retour, et évite ainsi de sombrer dans les ténèbres !

    Cela soulignerait-il, une fois de plus, que tout est lié dans la Création ? Nos pensées créent le Monde ! (D’après les scientifiques) Du fait que tout est lié, serait-il possible que, par une prise de conscience générale est soudaine, notre espèce, par la volonté d’échapper au gouffre des ténèbres, en développant la vivacité de l’Esprit, puisse faire disparaître les trous noirs ? Serait-il alors possible que, n’étant plus attirée par ces masses sombres, la Lumière se mette à rayonner dans toute la Création ?


  • Je n’ai pas pu joindre mon fichier qui est au format pdf. Alors je vous transmet le lien internet. Le schéma est à la page 42 : http://www.savoir-sans-frontieres.com/JPP/telechargeables/Francais/LE_TROU_NOIR.pdf

    (la géodésique figure l’objet qui peut être de toute sorte (particule, onde, planète, rayonnement etc…))


  • Une aide à la compréhension de la signification du point de non-retour : René Guénon : Le règne de la quantité - Solidification du monde (chapitre 17/40) https://www.youtube.com/watch?v=klC…


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0