Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Chronologie des « Textes » / Année 2004 / 3 mars 2004
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

3 mars 2004

D 3 mars 2004     H 19:09     A Karzenstein     C 0 messages


Question ( Jantel )
- Je vous attendais sans vous attendre : je suppose que vous passez suite à la réprimande que vous m’avez faite avant-hier.

Karzenstein
- Il s’agit moins d’une réprimande que d’un conseil, Jantel… J’ai visé occurrentiellement à vous engager au silence duquel vous vous étiez extirpé suite à votre exercice de course pédestre. Parmi les définitions soumises à votre souvenance, il en est certaines que votre cogito occulte… Je ne citerai circonstanciellement pour exemple qu’un passage de l’une d’entre elles prononcé par Rasmunssen un quart de siècle auparavant et vous formulant que le silence reste angoissante nécessité.

Question
- J’en conviens, mais la pensée se veut chez nous représentée en priorité par le verbe, et il faut avouer que l’on rencontre quelques difficultés pour respecter ce fameux silence, et c’est en tout cas ce dont je peux me rendre compte en ce qui me concerne, même si je sais qu’il existe un proverbe qui dit que si ce que l’on a à dire ne vaut pas le silence, mieux vaut se taire, à l’instar de ce que vous nous avez enseigné par rapport à Jésus, suite à son interrogatoire par Ponce Pilate…

Karzenstein
- Il y a encore beaucoup à exprimer sur la Pensée, Jantel : je vous l’ai déjà dit, je le répéterai et respecterai pour ce le « choisi » du Temps pour vous en entretenir. Pour l’heure, confinez-vous à la « scripturalisation » de votre ouvrage, puisque votre informationnel vous fait valoir que c’est ce que vous estimez devoir faire.

Question
- C’est ce que je fais…

Karzenstein
- Magloow a su vous signifier qu’il vous fallait vous contenter de faire regarder aux autres ce qu’il y a lieu de voir…

Question
- J’essaie de respecter la chose…

Karzenstein
- Cela peut aussi quelquefois passer par le silence, tout en acceptant que ces autres recevront ce qu’il doivent recevoir, dans la mesure où ils doivent le recevoir, c’est-à-dire en le circonstanciel régissant le produit de votre rendu.

Question
- Oui, je suis d’accord.

Karzenstein
- Vous saisirez aisément que la chose peut s’effectuer en effet différé. Du reste, vous aurez remarqué que rien ne revêt l’importance que vous persistez à accorder à ce type d’expression que figure « la verbalisation », sans quoi, Jantel, le courant initial de pensée qui vous visite aurait, de par l’intelligence propre le caractérisant, inversé les tendances en ladite « verbalisation » de votre espèce du moment.

Question
- Oui, je suis d’accord ; on en revient encore au silence qu’observa Jésus et dont on parlait voici quelques instants.

Karzenstein
- Oui, en ne négligeant point tout de même que Jésus s’apprêtait à consommer la rupture et que, la clairvoyance des ultimes instants aidant, il put mettre en pratique ce qu’il s’était le plus souvent satisfait de théoriser. [1] . De toute façon, vous et vos amis aurez relevé qu’il n’est que redite de mettre à nouveau en exergue que ce sont les supports occasionnels du verbe ayant le moins à exprimer qui s’expriment davantage que ceux qui, précisément, nourrissent de plus qualitatives interceptions.

Question
- Nous l’avions remarqué…

Karzenstein
- Délaissez toute « souciance » en la matière, Jantel, il n’est là que justesse ! Reportez-vous à ce que je vous énonçais voici quelques instants quant à l’efficience de la réception de vos semblables de l’heure et maintenez le cap que votre vocation vous fixe, nonobstant certains excès que l’équation perpétuée dont vous faites l’objet se doit de corriger lorsque besoin s’en précise.

Question
- J’en suis conscient, mais vous m’engagez là à pratiquement continuer ce que j’entreprends et parfois je doute…

Karzenstein
- … Faute de constance dans la réverbération, Jantel ; nous vous l’avons déjà fait savoir, c’est un problème de réverbération incidente qui se pose à vous, sans plus ! [2]

Question
- D’accord, mais je ne situe pas bien la chose…

Karzenstein
- Donc, il est de toute véracité que je vous engage à « rendre » puisque l’exercice est inhérent à la Loi des Echanges, mais rendre ne doit pas vous priver de l’aménagement de plages de ressourcement, étant acquis qu’il y a, y compris pour vous, spasmodicité en l’échange et donc « choc en retour », de par le mouvement s’adéquationnant avec votre cogito. Concluant ce compendieux entretien, j’ajouterai que vous agirez de la sorte tant que la vie daignera animer l’existence provisoire qui vous personnifie actuellement, Jantel.

Voilà… Transmettre mes coutumières pensées à celles et ceux composant votre entourage vous appartient : je sais que vous n’y dérogerez pas. Je vous dis donc à bientôt !

Notes

[1Voir : Juin 1978 - Virgins :

  • La vie n’est jamais plus présente que lorsqu’elle côtoie ceux qui vont mourir. La part de « vrai » de chacun, en ces instants s’adonne à la continuité, le reste périclite immuablement…

[2réverbération incidente : Réfléchir, renvoyer ( le « rendu » ) de façon non-volontaire ( en psychologie incident s’oppose à intentionnel, par exemple pour un apprentissage )

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0