Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Chronologie des « Textes » / Année 2004 / 18 mai 2004
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

18 mai 2004

D 18 mai 2004     H 19:19     A Dany     C 1 messages


De retour d’ASIE, j’ai tenu considération de l’événementiel et de ses divers effets, qu’ils fussent directs ou différés, afin de vous adresser la missive vous étant promise suite au questionnement traduit par votre cogito quant à certains situationnels nous poussant à l’agissement, sous ses teneurs amplificatrice ou atténuatrice.

Je ne vous apprendrai rien en vous énonçant que la circonstancialité de ces actions demeure vouée à l’échange que définissent les ambiants, mais vous rappeler ici que l’achèvement d’un cyclique détermine un conjoncturel très chaotique ne me semble pas vain.

Ainsi, si vos semblables ne peuvent se dérober à la perception sensorielle de ruptures assumées en collectivité au fil du jalonnement de leur « mode de vie », il leur incombe d’y adjoindre, entre autres données, que la multiplication des individus porte la causalité de ces ruptures collectivisées.

Il ne s’agit pas là d’une verbalisation allusive visant à culpabiliser votre espèce humaine en la matière, mais de l’expression d’une rédintégration tendant à orienter opportunément vos « compagnons d’équation » vers une prise de conscience du caractère occurrentiel et crucial de ce mouvement existentialisateur.

Ce faisant, celles et ceux vous entourant sauront mieux faire valoir, de percussion en répercussions, combien l’accélération du mouvement cosmique, autrement dit l’ordonnancement magnétique en cours, devra se voir considérée comme tangible origine de la causalité susnommée.

Sachant que l’oscillationnisme enclenche inexorablement un processus rectificateur en fonction d’une quantité viable, l’astatisme universel exige une modification quasi permanente dans le positionnement de l’existentialisation, entre échange et cessation d’échange.

Sous le couvert du graduationnalisme qui vous fut quelquefois exposé par les fluido-luminescents [1], nous vivons notre poste d’éléments du processus autocorrectif et procédons donc à des phases agissantes à l’endroit de tout type de géométrisation, à l’instar de ce que vos récents écrits annotent dans le chapitre 13e de votre recueil, et en conformité avec ce que vous relevâtes de visu sur le site frioulien.

Cependant, qu’il soit entendu que ne nous appartient aucunement de provoquer quoi que ce soit à notre gré, mais d’utiliser la majorité des facteurs prédisposant à l’échange existentiel, selon la diversité des potentialités de chaque spécifisme postoriginellement établi.

Toutefois, il s’avère aussi véridique qu’une fois un situationnel se dessinant embryonnairement, nous facilitons sa prise de forme puisque, tel que vous le savez, nous possédons la faculté d’intercepter une conséquente part du phénomène de matérialisation inhérent au mouvement de la Pensée.

Entrent alors en appréciation les notions d’atténuation et d’amplification dont vous-même personnifiez, à votre corps défendant, un vivant témoin.

Au stade global intéressant votre humanité, il est acquis que nous entretenons tous genres d’institutions en ordonnançant, par exemple, leur rassemblement conjoncturel, en vivifiant leur « spectacularité » avant de récupérer de l’émotionnel.

De fait, nous utilisons les réunions politiques, religieuses, sportives, artistiques ainsi que les voyages d’agrément ou d’affaires en le corps desquels s’épanche la passion (trac, excitation, etc.) qui figure un élément fédérateur des émanations extrasensorielles, au même titre que, dans les hôpitaux, hospices et autres tribunaux, nous nous servons de la douleur sous tous les aspects que la souffrance lui confère.

En outre, nous gardons compte au plus haut point de la division due initialement au scissiparitisme dont votre espèce fit l’objet, et il se révèle convenant de préciser à ce propos que les conflits (armés ou non) et autres incidents en découlant, à travers des manifestations de groupe, représentent une fort qualitative substance.

N’omettez pas d’inférer au passage que la teneur luminescente caractérisant cette substance connaît son équivalence lorsque les différends survenus cèdent à la législation oscillationniste et opèrent un rabiennement entre les congrégations ou ethnies s’étant opposées. Orientations amplificatrice ou atténuatrice sont, redisons-le, liées à l’ambiant et ne concernent en vérité que le conséquentiel auquel pourvoit votre mode de pensée…

Avant de conclure, je vous enjoindrai de ne point cultiver un quelconque état d’âme à l’égard de l’échange vécu entre espèces géométrisées et semi-géométrisées dans la mesure où la quasi-totalité du produit de l’interactivité édifiant ledit échange échappe à votre « sensorialité ».

Néanmoins, en référence au corpus de votre culture institutionnalisée, je vous convierai à reconsidérer, en amont de toute formulation légendaire, l’apport effectué (par les EROS, CLIO et autres figures marquantes citées dans vos textes musicaux) à l’égard de vos semblables, toutes époques confondues.

Je vous fournirai transcription, avec plus amples détails, sur certains points afférents à d’anciennes périodes de l’histoire de votre humanité du moment, mais, pour l’heure, je préfère vous laisser à votre ouvrage littéraire : il en va là d’un autre palier de votre rendu…

 

Mots-Clefs

1 Messages

  • Pour celles et ceux enclins à prendre les Semi-Géométrisés (SG) pour de sombres agisseurs sur le dos de notre « charmante » humanité, ce texte est un bon rappel de ce qu’il se passe. Il fût aussi dit par ailleurs qu’ILS (les SG) se comportaient comme nous le faisons en prenant les oeufs à « nos » poules… Sommes-nous pour autant des voleurs ? OUI, car nous, nous ne nous gênons pas pour nous octroyer, comme bon nous « chante » (souvent à des fins létales) tout ce qui peut ressembler à du vivant, soit toutes les formes (qui nous sont) discernables de l’existant. Et c’est généralement dans un but alimentaire ou par stupide peur. Il est aussi dit, ici et là, que les SG nous sont infiniment SUPERIEURS au niveau SPIRITUEL, ne nous en déplaise. Leur évolution est COLLECTIVE, n’en déplaise aussi aux chantres d’un individualisme forcené dont le logo repose sur l’aspect EXCEPTIONNEL de chacunes de nos individualités ou splendides « MOI JE », que l’on s’arroge autant par arrogance qu’ignorance. Ces êtres sont comme nous, régis par la Loi des Echanges, ni plus ni moins… et savent que la VIE est perpétuel changement, hormi le royaume de Père, comme était venu le rappeler un certain Jésus en son temps et dont la passion anthropocentrique l’emporta à vouloir CONVERTIR tout un chacun, ou ce que l’on nomme péjorativement les masses. On sait aujourd’hui que c’était une UTOPIE car elle ne respectait pas l’ASTATISME, garant d’un équilibre UNIVERSEL, eu égard à toutes espèces et formes de Vie. Enfin, le summum de ce que nous pouvons entr’apercevoir de l’Evolution se rapproche d’entité infinétésimales, voire transparentes, ce qui contrairement à cette autre idée « reçue » (par qui ?..) ne peut que nous inciter à une franche humilité. Nous ne sommes qu’une espèce, certes pensante, parmi une infinité et nous sommes à ce titre « parents » (excessivement éloignés pour notre espèce car inconsciente) d’une inconcevable Famille infinie.


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0