Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Textes connexes et commentaires divers / Lois, Principes et concepts / Loi / principe / concept de Continuité - analyse
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

Loi / principe / concept de Continuité - analyse

D 25 mars 2012     H 11:39     A     C 0 messages


La notion de « continu » est une notion ésotérique importante, mais dont l’importance n’apparaît pas forcément au premier abord. Pour faire ressortir cette importance, on peut comparer avec d’autres textes modernes de « révélations ». Exemple :

Quelque part bat le Cœur de Dieu,
Et nous tous vibrons avec LUI.
La vibration fine rejoint la plus dense.
Si l’enchaînement est continu, il n’y a plus de mort.

(DIALOGUES AVEC L’ANGE transmis par GITTA MALLASZ : Vendredi 16 Juin 1944)

La Loi de continuité (de non interruption temporelle ou spatiale) est, en fait, essentielle pour comprendre la cosmologie découlant des Textes. Elle a l’attribut de “Loi” comme principe de fonctionnement de l’Initial découlant directement de l’Essential de l’Originel. La masse ectoplasmique divine, dans ses extensions et ses rétractions ne peut souffrir, en effet, d’interruptions.

Alors comment se fait-il que nos vies conscientes soient discontinues, précaires et nos échanges spasmodiques ? D’où vient le fait, indiscutable, que nous mourrons ? C’est que l’Intelligence divine se retire de la géométrisation, faute d’échanges persistants pour emmener nos cellules en état de suspens, lors de la rupture de notre vie consciente. Mais c’est un renoncement et non un rejet ; la continuité conditionne aussi la rupture, “la rupture poursuit la rupture jusque dans la rupture”. Cet état de suspens ne peut non plus se maintenir et vient un moment de revie, où continue l’aventure individuelle. A travers les strates de la désuperposition et la multiplicité de la démultiplication, à travers les changements de forme de la transduction, la continuité demeure.

Malheureusement, à moins d’évolution en fluido-luminescence, la “réalisation” mystique, où nous pourrions “faire corps avec la réalité” en continuité, nous est hors de portée vu notre discontinuité consciente. Tout au plus, nous pouvons en semi-conscience, par le biais de l’émotion, avoir accès à la continuité de l’Onde de vide.

L’on voit que c’est le Temps qui assure cette continuité plus que l’espace, par son caractère temporel d’indissociabilité intrinsèque. En cela, cette Loi est proche de la Loi de l’Eternité (voir l’analyse de cette dernière).

Notons aussi la connaissance de cette Loi dans le corpus spirite :

- Allan Kardec - « La Genèse selon le Spiritisme » - 1868 - Citation du Chapitre VI - Uranographie générale - L’espace et le temps. :
“La nature n’est jamais opposée à elle-même. Le blason de l’univers n’a qu’une devise : unité/variété. En remontant l’échelle des mondes, on trouve l’unité d’harmonie et de création, en même temps qu’une variété infinie dans cet immense parterre d’étoiles ; en parcourant les degrés de la vie, depuis le dernier des êtres jusqu’à Dieu, la grande loi de continuité se fait reconnaître ; en considérant les formes en elles-mêmes, on peut former une série dont la résultante, se confondant avec la génératrice, est la loi universelle.”

Comme la notion de monade des spirites, cela montre l’influence persistante des idées de Bonnet et de Leibniz, mathématicien philosophe allemand du 17e siècle - voir à la page : http://www.cosmovisions.com/Leibniz.htm

"Loi de la continuité - Loi posée par Leibniz, et d’après laquelle il existe un enchaînement continu des créatures, une échelle d’organisation successive depuis le minéral jusqu’au végétal, à l’animal et à l’humain. Cette loi, que Charles Bonnet devait développer plus tard, Leibniz l’a formulée en ces termes : Natura non facit saltus (= la Nature ne fait pas de sauts). Comme le plus stupide des humains est plus raisonnable que le plus intelligent des animaux, il supposait, dans quelque autre monde, des espèces moyennes entre l’homme et la bête, de même que, pour aller des humains à Dieu, il supposait des êtres raisonnables supérieurs à nous. En vertu de la loi de la continuité, Leibniz soutenait qu’il n’y a aucune interruption dans les actes de la conscience, qui pense toujours, comme le sang circule toujours, sans que l’homme s’en aperçoive.

Transportée à l’espace, cette même loi lui faisait rejeter toute idée de vide ; appliquée aux mathématiques, elle le conduisit à l’invention du calcul différentiel."

http://www.cosmovisions.com/loidelacontinuite.htm

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0