Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Textes connexes et commentaires divers / Lois, Principes et concepts / Principe de Vide/volume et de volume/Vide - citations
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

Principe de Vide/volume et de volume/Vide - citations

D 17 septembre 2006     H 11:58     A     C 0 messages


 mars 1974 

Le meilleur exemple soulignant la différence des effets perçus en les divers volumes d’Espace Vide est l’eau.

 juin 1978 

Rasmunssen : L’art n’est rien de plus qu’une reproduction plus ou moins réussie de « ce qui est », de ce que vous en percevez. L’artiste en est l’instrument. Seulement il faut apprendre à voir entre ce que vos sens vous proposent, au-delà de ce que vous vous limitez…Il manque à l’interprétation ou le volume, ou le Vide, c’est à dire « le vrai ».

 29 décembre 1979 


- A propos d’inexplicable, que penser du départ de la soeur de Lucette de chez ses parents ?
- Rasmunssen : Rien de plus que vous ne pensiez déjà Jantel… Du Vide remplace le volume, quand par ailleurs ce volume s’empare de vide… Votre amie Béatrice fuit

 Février 1982 

Rasmunssen : Un instant se décompose en facteurs existentiels qui définissent ledit instant et se définissent de lui… C’est une forme d’occupation basée sur le principe volume/Vide et Vide/volume.

 mars 1983 

Rasmunssen : Sans se lancer dans des notions de cosmologie, de cosmogonie, pour l’heure très approximatives car non « situables » pour vous, il nous faut vous faire ressentir ce que vous vivez à votre insu… L’ambiant est la densité existentielle et dépend, pour ou dans ses formes, du principe volume/Vide.

Il vous faut, là encore, tenir compte du principe volume/Vide… Ainsi, des Espèces évoluent autant que d’autres se figent…Plus l’évolution est qualitative, plus la stagnation est quantitative… Or, le système de multiplication de la qualité appartient au Père, dans son inabordable raison d’être…

Ce qui « est » existe en chaque dimension au moment même où la chose se révèle, se réalise. Ce qui « vit » est dépendant du support d’Intelligence Divine qui l’anime et ne connaît la « transparence » qu’en modification de consistance et de forme… Tout rejoint le Temps mais tout ne vit pas en continuité existentielle dans la Dimension Temporelle : c’est la Loi de l’Echange donné/reçu, volume/Vide.

 septembre 1984 

Magloow : C’est encore une des facettes du principe volume/Vide, en sa « notion stratificatrice existentialisée », en le facteur bidimensionnel quantitatif-qualitatif…

 31 décembre 1985 

Rasmunssen : Ce qui doit se savoir, se sait… La chose est inhérente à ce qui est. Seule la densité de « l’ambiant », par le principe volume/Vide, décidera de l’instant pour l’individu de « vivre la chose ».

 juin 1988 

Rasmunssen : La Loi des Echanges est la Loi Universelle par excellence, dans la mesure où elle s’exprime dans la continuité. Tout change de forme(s) mais le principe demeure en les lois volume/Vide, donné/reçu dont dépendent nos systèmes interstellaires et ce, dans la superposition spatio-temporelle, le tout étant englobé dans les fluctuations de la Masse Ectoplasmique en sa fusion constante.

La chose se vit plus harmonieusement en « l’ambiant » d’une expérience, dirons-nous solitaire, qu’en groupe où la densité « donné/reçu » varie avec ce que l’on appelle chez votre espèce « l’humeur » et qui prive de l’élément de spontanéité la « prise de conscience répertoriée ». La chose, en le processus volume/Vide, se vit plus harmonieusement entre espèces différentes, espèces géométrisées bien entendu.

Souvenez-vous, Jantel… L’Espace est le volume, le Temps est le Vide… « L’onde de forme » demeure support mais « l’onde de vide », ne vous étant pas situable, vous fait, comme pour le reste, vivre la qualité des choses très relativement.

En la révélation qui nous intéresse, la force d’échange devait, en le principe volume/Vide désuperposé, condamner l’un pour l’autre. Un orage éclata, la foudre tomba sur l’anachorète et matérialisa en cette forme de rupture l’accumulation de lumière passive de ce dernier.

 septembre 1992 


- Karzenstein : L’individu ne prendra jamais le pas sur l’Etre car le Volume sera toujours dépendant du Vide.
- Donc nous devenons moins intelligents au sens profond du mot, la quantité allant au détriment de la qualité…
- Indubitablement, Jantel. Vous ne recevez, l’Espèce cela s’entend, qu’en fonction de la dimension dont vous êtes. Nous appellerons cela faculté d’admissibilité d’impression. La quintessence de la chose se vit en l’harmonie totale : l’Espace en le Temps, le Volume en le Vide.

 janvier 1994 

Tout cela, faut-il le répéter n’est que désuperposition de la Loi des Echanges. Volume/vide, Pression / Attraction, le Perpétuel inhérent et Systématisme Originel.

Donc, c’est « l’interception » qui prime en matière d’Art, n’ignorant plus que la géométrisation qui caractérise votre Espèce va limiter l’effet de « fulgurance » d’une part et l’intégralité de la qualité interceptée, de par le spasmodique échange qui véhicule ce que nous nommerons, en l’occurrence, l’Exprimé, le Manifesté, il vous échappera toujours le Vide ou encore le point de départ de l’interception : le Temporel, si vous préférez. Vous n’en localiserez que le Volume dont l’expression artistique sera le support. La part de Vide inhérente au Volume, remémorez-vous les notions qualitatif / quantitatif en notre conversation sur la Loi d’Evolution des Espèces (tout support n’étant pas dépourvu de qualité), la part de Vide inhérente au Volume disais-je, en son « fixisme originel » ne s’abordera, ne s’interprétera par votre Espèce qu’en le « Subjectivisme ».

Comme pour le principe Volume / Vide. Le Volume en sa densité quantifiable, en sa surface figeable, génère la « géométrisation », c’est à dire qu’il la provoque. D’où le terme de « provoqué » ; Le Vide, quant à lui, en le Temporel qui le vit est « infini ». Il est donc « l’Etabli » car non provisoire…

Le « volume », nous vous le répéterons toujours est dépendant du « vide ». Et les « espèces » semi-géométrisées qui vous dépassent le savent. Voilà pourquoi elles ont besoin de votre « géométrisation ».

 octobre 1994 

KARZENSTEIN : Tout est dans le mouvement. Pression et Attraction s’exercent à tous les niveaux. Il va sans dire que la continuité du qualitatif se perpétue en le qualitatif, le semi-qualitatif se discontinue en le semi-qualitatif. C’est le principe Volume/Vide qui détermine la chose et sa réalisation.

 29 juin 1995 

Dans le phénomène précis de transduction, il y a pression et attraction en « l’Etabli » : du « vide » à « l’Espace vide », en le « Provoqué » : de « l’Espace volumique » jusqu’au « volume » proprement dit.

C’est l’exemple flagrant, pour votre Espèce de la démultiplication du principe volume/Vide. Le « situé », une fois figé, va comme toute géométrisation qui se respecte connaître la rupture. Dans le Vide qui reprend spontanément sa place, va s’engouffrer la « pression » inhérente à l’ambiant et à la « densité existentielle » vécue par cet ambiant.

 10 novembre 1997 

La matière inerte est toujours provisoire puisqu’elle tient lieu de support géométrisable. Elle se révèle en temps choisi en le principe Volume/Vide. Là prend forme et se projette en l’inerte le vivant.

 janvier 1998 

Karzenstein : Ce qui n’empêche pas la « surprocréation » incombable à votre espèce d’empiéter sur la qualité des choses à vivre de nombre d’autres espèces. De par le principe volume/Vide et au nom de la « quantité viable » - je dis « quantité » car il est ici question de « géométrisation » -, ce dernier cycle annuel, vous en avez été du reste avertis, a conditionné une démesure dans tout ce qui configure les « ruptures » dites « intentionnelles ».

 4 mars 1999 

Matière inerte/Matière vivante - Matière vivante/Matière inerte - principe Volume/Vide 

 23 juin 1999 

Karzenstein : En vous reportant à ce qui s’était énoncé au cours du débat précité, principalement centré sur l’Evolution des Espèces, vous observerez que nous avions porté à votre connaissance que la vôtre, après le dernier cataclysme, avait pu être considérée comme plus vraie, aux vu et su de ce qu’il en advint par la suite… Admise en marge de tout « comparativisme dirigé », cette configuration plus réelle incomba prioritairement à l’échange existentiel qu’elle vécut par réminiscences et reviviscences interposées, avec des fréquences de retour moins précipitées et donc des états de suspens plus « révélateurs » car mieux espacés, puisque présidés par l’équité inhérente au principe Vide/volume - volume/Vide…

 22 juillet 2000 

Les Visiteurs de l’Espace/Temps nous mirent en communication avec Christian MACE, lequel nous indiqua que les scientifiques avaient récemment fait état d’un feu d’artifice provenant d’une supernova.
- MAGLOOW : C’est un réordonnancement du Vide. C’est le suspensif (état de suspens de tous les états de suspens). C’est une resuperposition de l’Espace-Vide. Il précisa : c’est la récurrence réadaptatrice. Principe Volume/Vide.

 17 mai 2003 

Karzenstein : Rasmunssen vous l’avait souligné à diverses reprises sous le couvert de données philosophiques qu’il « subadaptait » alors, selon le principe volume/Vide, dans le cadre des « sous-échanges » vécus chez vos semblables, et qu’il syngtamisait en ces occasions par l’expression de « valeur(s) de remplacement »…

- Il avait été question d’une interversion entre le volume et le Vide…
- Karzenstein : Exactement, Jantel, et Rasmunssen vous avait formulé que « du Vide remplaçait le volume, quand par ailleurs ce volume s’emparait de Vide »…

 7 juin 2003 

En fait, c’est l’équation Vide/volume qui régit tout en la matière, tant sur le plan de la réception que sur celui de l’émission. Le meilleur exemple pour votre consciensorialité s’avère être le « principe de créativité » auquel s’adonnent les sujets de votre espèce.

3 décembre 2004

Karzenstein : Au gré du principe volume/Vide, le « renoncement au renoncement » ne se tangibilise qu’à la seule pourvoyance d’une valeur de remplacement.

14 février 2006

Jigor : Vos capacités déductionnelles vous auront autorisé à saisir les raisons ayant motivé ce concis discours explicatif sur la relation désuperpositionnée entre « Vide » et « Volume », sous le couvert de la symbolique en découlant..

17 septembre 2006

Jigor : Au gré du Systématisme Originel dont toute existentialisation découle, Vide/Volume, puis ensuite Volume/Vide, concrétisent (en parfaite harmonie) le « mouvement de variabilité » vous ayant été défini sous le syntagme de Loi d’Alternance Osmotique.

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0