Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Textes connexes et commentaires divers / Lois, Principes et concepts / Concept de Masse Ectoplasmique - citations
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

Concept de Masse Ectoplasmique - citations

D 1er août 2004     H 15:37     A     C 0 messages


 mars 1983 

Karzenstein : Originellement, il y a « l’Intelligence Divine » : amalgame fulgurant de Temps et d’Espace constituant l’Univers. Cette Intelligence Divine se suffit à elle-même… « Masse Ectoplasmique », elle est en fusion constante : elle s’amalgame, se déchire, se rejoint, se sépare à nouveau et ce, dans l’Infini de l’Eternité…

 septembre 1984 

Magloow : Les humeurs, vous l’apprendrez, sont fluctuantes en fonction de l’ambiant, en désuperposition comme en démultiplication, selon précisément les fluctuations de la Masse Ectoplasmique… Ce n’est que processus chimique régi par des lois que vous devez dorénavant considérer comme physiques…

 31 décembre 1985 

Rasmunssen : Cet effet est situé mais non situable, du moins dans son intégralité : ce sont là les fluctuations de la « Masse Ectoplasmique ».

 22 novembre 1986 

Rasmunssen : Analyser un « donné » comme analyser un « reçu » se fait en marge de soi, en marge du cogito, lequel, immuablement, va considérer la chose comme un rapport de force et va déformer, dans l’analyse de l’instant à vivre d’abord, de l’instant vécu ensuite, la conclusion de l’acte et la « pseudo-spontanéité » de l’intention. Cela sera récupéré par l’ambiant dans le cadre des fluctuations de la Masse Ectoplasmique et la régulation s’opérera en désuperposition non contrôlée, car à l’état inconscient, en un ou des actes n’ayant rien à voir avec l’acte initial, lequel est interdépendant d’un ou d’autres actes et ce, à l’infini, puisqu’il y a « fusion constante » des choses.

 27 mars 1987 

Rasmunssen : La Vérité, quelle que soit la matière où l’on veut croire qu’elle s’exprime, est extérieure à nous. Vous êtes en « elle » en sa constance, elle n’est pas en vous en la continuité. Elle vous agresse par intermittence et semble montrer un « semblant de direction » à suivre : ce sont les fluctuations de la « Masse Ectoplasmique » par désuperposition non contrôlée. La Vérité est multidimensionnelle, elle est la « génératrice des choses vraies », sans plus.

 juin 1988 

Rasmunssen : La Loi des Echanges est la Loi Universelle par excellence, dans la mesure où elle s’exprime dans la continuité. Tout change de forme(s) mais le principe demeure en les lois volume/Vide, donné/reçu dont dépendent nos systèmes interstellaires et ce, dans la superposition spatio-temporelle, le tout étant englobé dans les fluctuations de la Masse Ectoplasmique en sa fusion constante.

Les parcelles « d’Intelligence Divine » se rejoignent toujours en « l’Intelligence Divine » de la Masse Ectoplasmique… La qualité des choses à vivre n’a pas de chronologie à respecter, elle s’exprime en tout, s’éparpillant, certes, mais se rejoignant toujours. Cela est situé mais non situable pour les Espèces, grâce en soit rendue au Père.

 septembre 1992 


- Question : La Mue Evolutive est-elle une dégéométrisation ?
- Karzenstein : Elle fait suite à la dégéométrisation. En son caractère qualitatif, le réamalgamable se vit en la Transparence qui succède à une période de bio-Luminescence. Le non réamalgamable en cette qualité devient support mémoriel en la décomposition des cellules et rejoint les Espèces en parcelles psychophysiques, particules de la Masse Ectoplasmique.

 janvier 1994 

Karzenstein : Le « continu » s’adapte, le « provisoire » est adapté Jantel. Le « géométrique » même, je devrai dire… surtout, « monumentalisé » rejoint toujours l’incommensurable de la Masse Ectoplasmique qui le « dédimentionalise ». Ainsi, déférence gardée envers votre « vocation anthropocentrique », je vous engage à relativiser l’importance que vous donnez à ce que votre « espèce » du moment est appelée à vivre.

Le « volume », nous vous le répéterons toujours est dépendant du « vide ». Et les « espèces » semi-géométrisées qui vous dépassent le savent. Voilà pourquoi elles ont besoin de votre « géométrisation ». Plus vous stagnez, plus elles tendent à évoluer vers ce que « nous sommes » : parcelles de la Masse Ectoplasmique, donc pouvant faire corps avec toute forme de « mouvement » en la Fusion Constante, Vie à l’état pur de l’Immobilisme Originel de l’Infini.

 octobre 1994 

Vous pouvez constater que le « cogito » affirme là ses inextensibles limites en cherchant à figer la Pensée qui, quoiqu’il advienne, demeure, répétons-le, la fonction essentielle de la plupart des Espèces et de la vôtre, en particulier, en l’idée. De par les fluctuations de la « masse ectoplasmique » qui désuperpose les « ambiants, les idées périclitent car rien ne peut se figer dimentionnellement en un « géométrisé » toujours provisoire selon la constance du Systématisme Originel.

 29 juin 1995 

Karzenstein : Vivre s’offre, dans la constance, aux fluctuations de la Masse Ectoplasmique. Vivre est la « situation établie », en d’autres termes : ce qui est. Croire émane du fonctionnel provisoire de la Pensée et non pas de son état originel, d’où sa condition de situation provoquée. Vous reporter à nos entretiens antérieurs vous permettra de reconceptualiser sous un aspect quelque peu différent le nuancement qu’il convient d’établir, entre l’Espérance qui vous vit et les espoirs que vous vivez…

Nous nous entretînmes, voilà plus d’une décennie sur la Loi d’évolution des Espèces et vous soumîmes, en ordre plus ou moins dispersé, des données en lesquelles nous tînmes avant tout compte de vos possibilités de compréhension du moment, mais dont vous fîtes bon usage… Ainsi, nous synthétisâmes quelques critères de l’Existence et des existences qu’elle subdivise, en la démultiplication progressive des choses qui la vivent et qu’elle vit. Pour la première fois alors, vous entendîtes parler « de Temps Dimensionnel », « d’Alternance Osmotique », de « systématisme originel », de « Masse Ectoplasmique », de « Mue Constitutionnelle » ou encore « d’Osmose Attractive ».

Toute différenciation s’effectue en les cycliques du Temps Dimensionnel, par les effets de pression et d’attraction de la Mue Constitutionnelle qui libère des faisceaux multidirectifs d’énergie, c’est à dire d’Intelligence Divine, en des positions actives convergentes et divergentes, selon les fluctuations de la Masse Ectoplasmique. Tout effet de réciprocité qui s’opère alors, donne cours à ce que nous nommons la Syzygie Spatio-Temporelle.

Ces existences sont les galaxies, qui par explosions implosives, procèdent à l’élaboration d’ambiants, lesquels en état de spirales, désuperposent des fragments de l’indéfectible Masse Ectoplasmique, dont certains vont demeurer en état de suspens, par l’équilibre s’opérant entre deux « directionnels » opposés, comme pour la formation des Espaces Vides et Volumiques.

 26 décembre 1996 

Karzenstein : Vous supposez comme il se faut, je vous dirai compendieusement qu’un Cyclique est une « démultiplication d’ambiants » projetés par le Temps Dimensionnel et s’inscrivant au gré des fluctuations de la Masse Ectoplasmique dans le mouvement de la Syzygie Spatio-Temporelle. Les Cycliques connaissent aussi la rupture mais l’effet spiralisant dudit mouvement les réordonnance d’après ce que vous savez être à présent la Récurrence Réadaptatrice..

Rappelons brièvement que toute eccéité volumisée revêt selon sa densité, sa surface, un caractère provisoire dont la longévité impartie reste variable, de par la qualité de l’échange existentiel que lui confère son positionnement spécifique dans le ou les Cycliques : Cycliques qui sont générés par les fluctuations de la Masse Ectoplasmique, dans leur démultiplication et ce, jusqu’à rupture, tel que nous l’avons commenté voici quelques instants. La rupture poursuivant la rupture jusque dans la rupture, il est aisé de comprendre que cette continuité s’exerce dans les réamalgames cellulaires, en état de suspens, dont la qualité de choses vécues ne manquera pas de déterminer, ne serait-ce qu’au niveau des fréquences de retour, la qualité des choses à vivre, donc à quelques nuances près, à revivre…

Tout dans la Désuperposition Originelle est voué à une démultiplication selon les flux directionnels du « mouvement » Jantel… Au départ, « l’ambiant » est un embryon du Temps Dimensionnel et de par son essence multidimensionnelle, il est partie intégrante de la Masse Ectoplasmique. Du fait, il s’adapte tout autant à l’expansion qu’à la rétraction. Même pour les Espèces bio-luminescentes et transparentes son contrôle reste toujours limité dans le cadre de la Syzygie Spatio/Temporelle, toutefois il n’entrave ni ne conditionne d’aucune façon l’effet de symbiose que pourvoit à leur endroit la fulgurance mimétique.

 10 novembre 1997 

Zilder : Ce sont là les supports luminescents de conduction d’intelligence divine ; éternelles de par le systématisme originel, les fluctuations de la masse ectoplasmique répercutent en la densité existentielle le mouvement et les situations qui en découlent.

 janvier 1998 

En ces faisceaux, fusionnent par condensation de parcelles de cristallisation qui, vous l’aurez déduit, font partie des précellules polymorphiques précitées, ce qu’à son stade expérimental, votre science nomme des polycondensats. Cette coalescence, ainsi constituée, devient ce que vous vous devez d’assimiler à la Masse Ectoplasmique.

 23 juin 1999 

Karzenstein : Incontestablement, Jantel, dans un « dimensionnel » (ou un positionnement, tel que vous l’avez avancé) dont la mouvance édifie ce que le « sémantisme » baptise à raison « l’événementiel »… Evénementiel auquel, rappelons-le, reste adaptée chaque espèce géométrisée et s’adapte variablement toute espèce semi-géométrisée… Ceci étant admis, il importe « occurrentiellement » de ne point relâcher votre attention dans le fait qu’aucune localisation matérialisée ne détient le pouvoir de se maintenir en sa densité initiale. Nous vous l’avions indiqué, il vous suffira de vous y reporter : au gré des fluctuations de la Masse Ectoplasmique, tout ce qui se projette - et c’est la nature même de « l’événementiel » - se renvoie avant d’entreprendre un nouveau cycle, toujours axé sur la procédure triadique développée postexistentiellement par la Loi des Echanges, à savoir réception / projection / renvoi…

Prenons la Masse Ectoplasmique à votre palier « perceptuel » présent : parée de ce que nous nommerons l’informationnel, en la permanence du mouvement postoriginel qui l’agit, cette polycondensation va métamorphoser la matière subtile qui la rend « situable » en la matière moins noble car plus densifiée que représente le formationnel. Ce second facteur, faut-il le préciser, préfigure en chaque localisation existentielle patente tout ce que nous définissons en tant que désuperposition… Voilà, Jantel, très schématiquement résumé, comment la démultiplication du polymorphisme précellulaire, en l’isotropisme de la dynamique spiralienne, engendre à ses divers stades de volumisation « l’hétéromorphisme » dont vous a incidemment parlé Magloow…

 8 novembre 2001 

Karzenstein : Souvenez-vous sur ces entrefaites que la Loi d’Alternance Osmotique nous vit depuis en tant que parcelles de la Masse Ectoplasmique, donc en « état permanent de réverbération », autant avec ce qui s’annonce qu’avec ce qui surgit !…

 26 octobre 2002 

Jadöpher : Circonstanciel, situationnel, événementiel configurent désuperpositionnellement le produit de la Loi des Echanges, c’est-à-dire le donné en son démultiplicationnel spécificateur, d’après les fluctuations de la masse ectoplasmique positionnant le cyclique.

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0