Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Textes connexes et commentaires divers / Lois, Principes et concepts / Concept d’équation perpétuée - citations
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

Concept d’équation perpétuée - citations

D 6 août 2004     H 15:45     A     C 0 messages


 janvier 1998 

Karzenstein : Dès que votre survivance, votre maintenance dirons-nous, dans ce positionnement spécifique, fut confirmée, il nous incomba, suite aux dispositions que nous prîmes à votre égard, de mettre en équation perpétuée vos capacités « d’admissibilité » et « d’émissibilité »…
- En « équation perpétuée » ?
- Indubitablement, Jantel, puisque « impression » comme « expression », vous l’aurez déduit, étaient vouées à se voir déplacées en permanence, au gré de leur mouvement conjonctif, dans le souci d’une harmonie assurant votre équilibre : celui-ci devant se canaliser sur toute la longévité vous étant impartie, selon les diverses formes de démultiplication influant sur ce « cyclique » et ses positionnements.

 23 juin 1999 

Karzenstein : vous formulâtes naguère à votre ami Jean-Luc une interprétation déductive fort qualitative du « vigilantisme » auquel l’existence vous a voué, en référençant la « mise en équation perpétuée » dont vous savez être l’objet…

Jigor, Zilder comme Magloow, voire plus épisodiquement Jadöpher, sont, en quelque sorte, les préposés directs à cette « mise en équation perpétuée » que nous évoquâmes voici quelques instants.

 2 février 2000 

CLOTILDE : Dans le cadre du « processus autocorrectif » qu’il nous incombe de mettre en pratique, selon la « mise en équation perpétuée » agencée par Karzenstein et Jigor, sous le couvert du Maître, nous intervenons plus ou moins ouvertement…

 27 juillet 2000 

MAGLOOW : Elle est de premier ordre (l’information). Si l’on veut répertorier en fonction de la rhétorique, de la sémantique = PREMIER ORDRE. Puis, à propos de l’équation perpétuée intéressant J.C.P. : C’est l’accommodat . Accommodation _ Désassimilation.

 7 novembre 2000 

KARZENSTEIN : Je repasserai en temps choisi, toujours en le prorogement de l’équation perpétuée que vous savez, sous-mouvement dont JIGOR, MAGLOOW et - en semi-géométrisation - DANY assument désormais la quasi-intégralité du vectorisme.

 8 novembre 2001 

Karzenstein : il ne sied de revenir sur cette vocation que dans la mesure où il incombe aux uns comme aux autres - vous inclus - de positionner l’exacerbation précitée dans les données du structurel d’une « phase extatique » rendue assez problématique dans ce que représente sa jugulation, jugulation axée sur la « mise en équation perpétuée » que vous savez, restant entendu que la chose appartient à une strate très particulière du cyclique, strate qui, en les déroulement et déploiement de l’ordre implié inhérent à toute existentialisation volumisée, conditionne, de par l’accélération du mouvement qui anime ledit ordre, ce que vous n’ignorez plus être « le point de non-retour ».

L’intégralité de ce processus d’adaptabilité entre intrinsèque et extrinsèque incomba à l’équation perpétuée que nous mîmes en place, non sans difficulté car en « fin de cyclique », en position de « point de non-retour » en élaboration, d’après un « manifesté » des plus surprenants en ses effets désuperpositoires…

Interprétez-la tel un effet de l’Osmose Attractive, en tenant bien compte qu’à l’instar de chaque existence, la chose ne saurait éclore en marge du réverbérationnisme et, automatiquement, suivant la démultiplication de ce dernier… En ce qui vous concerne personnellement, ledit tropisme se sera déterminé en les deux facteurs précités que figurent transcodage et équation perpétuée… Sachez bien que nous n’outrepassâmes à aucun instant nos droits

En harmonie dirigée, par rapport à votre « vocation anthropocentrique », votre « charisme existentiel » et le décalage observable entre votre « capacité d’admissibilité d’impression » et son « émissibilité en l’expression »… Autrement dit au gré de l’interactivité s’opérant entre transcodage et équation perpétuée…

 24 novembre 2001 

Dany : Cela nous ramène à ce que vous représentez ; aussi, dans le cadre de la Loi des Echanges et sous le couvert de l’équation perpétuée régissant en partie votre processus de compensation existentiel, j’ai œuvré ici afin de vous aider à juguler vos excès allocentriques.

 4 décembre 2001 

Karzenstein : J’adjoindrai en sus pour ce jour à ce bref discours qu’une paisibilité, si limitée soit-elle, vous est due : il m’appartient d’y veiller, comme à tout un chacun se trouvant dans l’équation perpétuée…

 6 décembre 2001 

Dany : Ce courrier contient des éléments qu’il était prévu d’aborder seulement au printemps prochain. En vertu de l’équilibre qui vous est dû, j’ai œuvré plus rapidement que je vous l’avais laissé entendre. D’autres situations de ce genre peuvent très bien se reproduire : cela fait partie de l’équation perpétuée et m’autorise ce jour à vous transmettre, ainsi qu’à ceux qui vous entourent, mes pensées de paix.

 28 décembre 2001 

Néanmoins, dans le cadre de « l’équation perpétuée » qui, comme vous le savez, tient compte en priorité de votre vocation anthropocentrique, il vous a été souvent concédé de tenter de mener celles et ceux arpentant votre chemin existentiel à la source de ce qui suscitait leurs préoccupations et, bien sûr, leurs occupations.

 13 mars 2002 

KARZENSTEIN : Faites valoir à ceux qui partagent vos instants la sollicitude leur étant due dans le cadre de l’équation perpétuée à laquelle ils se trouvent intégrés.

 30 mars 2002 

Dany : Je vous accorderai donc qu’en ce qui me concerne identitairement, l’une des surprises auxquelles je fus soumise de par le « manifesté » ouvrant ma présente scripturalisation reste ma participation à « l’équation perpétuée » vous concernant. Je vous l’ai rappelé après que KARZENSTEIN vous l’eut signifié : les fluido-luminescents limitent leurs échanges directs aux individus voués à personnifier des êtres en devenir.

 13 avril 2002 

Dany : Joindre ma pensée à celle des fluido-luminescents dans le cadre établi de votre équation perpétuée, c’est œuvrer dans l’harmonie à l’élaboration de l’agencement qui se veut vôtre, tant au plan conscient qu’au plan semi-conscient…

 25 mai 2002 

Dany : Eu égard à ce qui vous fut développé lors des dialogues que vous tîntes avec KARZENSTEIN et ses semblables, vous aurez compris que dans le positionnement d’un état à observer, une équation perpétuée ne configure ni plus ni moins qu’un ordre implié.

 25 juillet 2002 

Jigor : Ce petit rappel s’effectue dans le cadre pluridimensionnel de l’équation perpétuée, au même titre que le prochain courrier de DANY, dont l’échoyance s’est vue déplacée.

 24 décembre 2002 

Tout se produisant en désuperposition et en démultiplication, il va de soi que le systématisme originel, en l’ordre implié qu’il déploie, va déployer une multitude d’ordres impliés. Vous avez su, pour exemple, vous référer à ce qui vous fut transmis par rapport à « l’équation perpétuée ».

« Le circonstanciel » vous proposa, entre autres, celui de « la réputation » ainsi que celui du « procéduriérisme », vous autorisant, en leur périphérisation respective, à effectuer les recoupements conseillés par KARZENSTEIN à travers « l’événementiel ». Ce petit rappel s’adresse avant tout à la vigilance de celles et ceux qui fréquentent votre mode de vie en « l’équation perpétuée » qui le définit ; aller plus avant dans la démarche saura se positionner lorsque les fluido-luminescents vous auront entretenu de « la réversibilité ».

 13 juillet 2003 

Dany : Toujours en accord avec « l’équation perpétuée » concernant votre processus de compensation existentiel, je me manifesterai de nouveau en le choisi du Temps, pour reprendre une expression karzensténienne.

 10 novembre 2003 

Dany : La répartition du « fonctionnalisme », en l’équation perpétuée vous concernant, fait que la période durant laquelle vous allez être convié à exister dans un autre espace géographique, dans une succession de sous-ambiants peu prédisposants à la sérénité vous étant due, a enclenché sous le couvert de ce que vous savez être l’oscillationnisme une présence plus rapprochée et plus active des supports que les fluidoluminescents et certains de mes semblables représentent.

 3 mars 2004 

Karzenstein : Délaissez toute « souciance » en la matière, Jantel, il n’est là que justesse ! Reportez-vous à ce que je vous énonçais voici quelques instants quant à l’efficience de la réception de vos semblables de l’heure et maintenez le cap que votre vocation vous fixe, nonobstant certains excès que l’équation perpétuée dont vous faites l’objet se doit de corriger lorsque besoin s’en précise.

 1 juillet 2004 

Jigor : Certes, ceci ne figure que redite dans la mesure où vous aviez été concisément, mais précisément averti d’un non-accès à l’intégralité de l’informationnel d’autrui. Toutefois, mon adhésion à l’équation perpétuée préconditionnant votre tropisme impliquait itération de ma part en le domaine.

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0