Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Textes connexes et commentaires divers / Lois, Principes et concepts / Concept d’Etabli / provoqué - citations
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

Concept d’Etabli / provoqué - citations

D 14 avril 2004     H 11:59     A     C 0 messages


 juin 1980 

Magloow : Nous considérons, pour le reste, qu’il existe deux formes de situations : la « Situation Etablie » et la « situation provoquée »… La première, bien que cyclique, n’est pas « fixable » : elle surgit, fulgurante, en temps choisi… La seconde est fixée, elle est le projet et l’aboutissement, elle se veut l’osmose entre les circonstances et l’acte. Nous la considérons comme une réalité, mais de façon très relative… La première se vit, la seconde est vécue avant et après…Vous êtes à même d’analyser l’élément de continuité qui se dégage de l’une pour anéantir irrémédiablement l’autre… Tout passe et revit, rien ne demeure ni ne s’immortalise ! Là, s’établit la seule Loi qui soit en l’Univers : celle de l’Eternité !..

Virgins : La logique est un ensemble de notions reçues au cours de l’éducation mimétique et générale : elle n’existe qu’en des « situations provoquées »… La disponibilité est à même d’assumer toute « Situation Etablie »… Recevoir n’est pas subir ! S’adapter à la « Situation Etablie », c’est faire corps avec elle, c’est faire le plus souvent abstraction de soi ! C’est une forme de dépassement… Les convenances sont les images du mode de vie, elles fixent des gestes et des actes. On peut « être » sans plaire mais non plaire sans « être »… La « situation provoquée » dépend toujours de la « Situation Etablie »…

 novembre 1981 

Jigor : il est nécessaire, sans établir de comparativisme pour autant, de traiter le cas de chacun séparément. Celui qui généralise est dépourvu d’originalité puisqu’il ne décèle pas d’originalité chez autrui. Cette carence est observable fréquemment chez vous en matière artistique. Nous pouvons disséquer le processus en trois éléments :
- Le style, tout d’abord, composante majeure de l’apparence.
- La technique, ensuite, qui tend à modifier dans le but d’améliorer la chose entreprise.
- Enfin, l’idée donnée ou reçue quant à la performance elle-même, par rapport au but fixé préalablement.
Là, entre dans ces trois phases tout ce que l’individu peut posséder d’intuition et d’instinct. Toute aptitude dépendant de ces aptitudes, nous en revenons à la conversation sur la « Situation Etablie » et la « situation provoquée »… La fulgurance vous faisant défaut, vous faites confiance, en un mot vous subissez ce que l’on vous enseigne, ce que vos sens perçoivent : réminiscences, atavisme et culture générale mêlés…

La continuité poursuit la rupture jusque dans la rupture, au fil des vies conscientes qui vous sont propres : la Situation Etablie !.. Toujours la Situation Etablie…

 janvier 1982 

Karzenstein : Une situation provoquée est toujours provisoire, la Situation Etablie, elle, s’exprime dans la continuité.

Dans le cas d’une disparition, je veux dire de perte de consistance d’une enveloppe charnelle, c’est l’entourage, par les choses vécues ensemble, qui se sent malheureux. La chose en soi est inutile puisque les principales cellules demeurent. L’entreprise qui pourrait assumer le mieux la situation serait la cessation de la vie consciente de l’entourage, étant entendu que l’individu initialement condamné, entre guillemets, demeure insensible à la disparition dudit entourage. Nous naviguons là en plein absurde. Jamais une situation provoquée n’a pris le pas sur une Situation Etablie. Cela doit clore angoisses et doutes…

 février 1982 

Rasmunssen : En marge du bien et du mal, notions découlant de l’explication de la situation vécue, en marge du processus existentiel dépendant de l’intuition et de l’instinct, se trouve l’instant constitué par « l’Etabli » et le « provoqué ». Un instant se décompose en facteurs existentiels qui définissent ledit instant et se définissent de lui… C’est une forme d’occupation basée sur le principe volume/Vide et Vide/volume.

 septembre 1982 

Rasmunssen : votre espèce, en ce domaine précis, est inférieure à l’animal, au végétal dont les facultés d’adaptation ont, en marge du « cogito », évolué d’une manière beaucoup plus vraie : ainsi périclite une espèce !.. Rien ne peut plus arrêter l’évolution du processus, les phases des multiples « situations provoquées » vont aboutir à la « Situation Etablie »… Ainsi le torrent rejoint la rivière qui épouse le fleuve, avant d’aller mourir en l’océan… Puis viendra l’évaporation, l’irrigation et s’engendrera un nouveau cycle…

 mars 1983 

Rasmunssen : En la matière, sachez que vos élans ayant pour but de vous améliorer, par conviction intuito-ascensionnelle déboucheront sur la Situation Etablie en son temps…

 Les contemporains de Moïse, voire de Jésus, ressentirent ce que le Maître leur transmit par l’intermédiaire des deux personnages cités… mais ils n’acceptèrent pas, par manque de sérénité dû à une « foi vacillante », de s’offrir à la Situation Etablie… Ils sont les semeurs des germes dont vos civilisations successives ont hérité…

Faites corps avec l’hygiène de vie que vous ressentez. La démarche spontanée, en la disponibilité qui est vôtre, doit, nous vous le rappelons, faire fi de toute logique. Délaissez en le geste vrai de course tout programme établi car vous ne vivrez ainsi que des situations provoquées : votre emprisonnement entre les appareils de musculation et les murs de la salle que vous fréquentez est largement suffisant… Vivez à l’écoute de ce que vous avez d’instinct ! Vos cellules enfermées dans une dimension donnée, en l’occurrence votre corps, s’échapperont toujours en « temps choisi »…

 septembre 1984 

Rasmunssen : Mais en voulant multiplier les reines, Jantel ! Repositionnez ce « métaphorisme » à sa juste place… L’échange ne se situe pas originellement en la matérialité, même s’il en tient compte, en démultiplication de l’Etabli… Ce qui vaut pour les hyménoptères vaut pour votre espèce… Je vous l’ai dit autrefois, en d’autres termes : nul ne saura jamais convertir les masses… Tout « multiplicationnisme » du qualitatif appartient au Père !

Gardez simplement à l’esprit aujourd’hui que ceux qui vous ont, en quelque sorte, renié ne pourront échapper au « vrai » auquel votre présence les a soumis. Certains reviendront et se manifesteront de nouveau dans votre entourage car l’on ne peut indéfiniment se renier soi-même…C’est notamment le cas de votre amie Béatrice qui ne pourra éviter ce rapprochement et se retrouvera aux côtés de Lucette, en l’Etabli de sa qualité de choses à vivre…

 22 novembre 1986 

Rasmunssen : Dans « l’ambiant » actuel, c’est dans ce genre de manifestations anodines que s’exprimera le mieux le courant de pensées positives que Jankis cherche à mettre en place au travers de sa manifestation pour la paix. Tout cela est relatif, Jantel, et ne changera rien dans l’absolu au cheminement des choses, la « Situation Etablie » demeurant la « Situation Etablie ».

 27 mars 1987 

Rasmunssen : En votre cas, comme en celui de vos amis, nous parlerons de réalité. Les réalités sont circonstancielles, dépendantes d’un cogito quant à l’idée que l’on peut en avoir et inhérentes au « Temps Dimensionnel » qui les divulgue en l’instant situé : nous en revenons au processus Situation Etablie/situation provoquée…

N’omettez jamais de penser que le fait qui vous conduit à devoir vous expliquer et à expliquer les autres vous interdit la « sérénité » nécessaire à un reçu plus harmonieux. En cela vous vous limitez, vous et les autres devrez y remédier ; la situation de toute façon est établie en sa dimension « qualitative », vos cogito n’y pourront rien quand surviendra l’instant choisi.

 juin 1988 

Rasmunssen : Les circonstances sont dans la fusion constante des choses les éléments que vous pouvez percevoir de la « Situation Etablie ». Elles ne vous concernent que dans le cas d’une explication à donner dans le cadre d’un « bilan ». Là, vous faites état de ce qui est survenu en tentant, avec plutôt moins que plus de réussite, d’analyser.

Cependant, Jantel, je me vois, pour plus de clarté pour ceux qui partagent vos instants, Lucette exceptée, car elle est plus présente à vos côtés de par la « situation provoquée » que vous savez et qui n’est que la forme voyante, visible de la « Situation Etablie », je me vois, je dirais obligé de structurer les données de la chose analysée.

 avril 1992 

Karzenstein : En ce réamalgame cellulaire, en fonction des « Revies » s’inscrit la « qualité des choses à vivre » et comme vous n’êtes pas sans le savoir, à présent, la « Fréquence » en la Géométrisation souligne l’attachement à la « qualité des choses vécues », choses le plus souvent médiocres car émanant de situations provoquées d’où l’importance qu’il convient d’accorder au « Rejet » que propose le « Ressenti » qui, lui, est en marge de toute intention car inhérent à la « Situation Etablie » .

 septembre 1992 

Karzenstein : N’oubliez pas que l’ambiant est le support des situations provoquées par votre espèce et d’autres espèces, mais il dépend directement, en désuperposition contrôlée de la situation établie. Vous le subissez en la désuperposition précitée mais le vivez en l’Echange qui demeure la loi de l’Existence.

La Peur, en le temps est originelle et dépend d’une situation établie en le fait qu’elle est inhérente, pour votre espèces et d’autres espèces également, à l’élément de longévité, c’est à dire au caractère provisoire de vos vies conscientes puisque débouchant toujours sur la rupture.

Considérez désormais que la Peur ainsi décrite génère l’angoisse, nous dirons donc que l’angoisse est à la Peur ce que la situation provoquée est à la situation établie. Sachant que le dénominateur commun, pour reprendre vos termes, est comme nous vous l’avons dit une Foi vacillante, vous êtes à même avec votre entourage de tirer les conclusions qui s’imposent.

La phase extatique est bien engagée, rien ne saura la troubler même si le Temps Chronologique la déplace en ses instants. Attendez-vous tout de même à la poursuite de la détérioration de la situation dite générale, je vous en avais déjà parlé, nous en différerons avec d’autres Espèces certaines phases, mais la situation Etablie restera la situation Etablie

 janvier 1994 

Karzenstein : Vous appelez cela la « créativité ». Bien que dépendant, je le répète, d’un Reçu, donc d’un donné, c’est à dire de parcelles d’Intelligence Divine, nous nous en tiendrons, en la situation Etablie à ne considérer la chose que comme « reproduction » en la Situation que vous vivez et qui demeure incontestablement « Situation Provoquée ».

- Karzenstein : Le fait que vous ne situiez pas la « chose » comme étant une aptitude, n’exclut nullement qu’elle en soit une… Seulement, cette aptitude, pour la nommer ainsi, n’est pas dans le contexte des autres aptitudes que vous et vos semblables êtes à même de percevoir. Là encore, nous pouvons faire référence à la Situation Etablie et à la Situation Provoquée. Vous en parlâtes avec Virgins.
- Jantel : Vous dites donc que l’aptitude octroyée au moment de la naissance serait assimilable à la Situation Etablie et les autres aptitudes en découlant s’apparenteraient à la ou aux Situations Provoquées…
- Karzenstein : Comme pour le principe Volume / Vide. Le Volume en sa densité quantifiable, en sa surface figeable, génère la « géométrisation », c’est à dire qu’il la provoque. D’où le terme de « provoqué » ; Le Vide, quant à lui, en le Temporel qui le vit est « infini ». Il est donc « l’Etabli » car non provisoire…

 octobre 1994 

KARZENSTEIN : Chaque instant se vit en intégralité et son « ambiant » vous vit. Les situations provoquées ont une origine, qui, sans avoir de commune mesure perceptible avec « l’originel » dépendent d’une Situation Etablie. Votre incapacité à gérer les « interceptions » que vous effectuez de la Situation Etablie cause un décalage qui enlèvera tout caractère complet à ce que vous vivez.

Procédons par ordre inversé pour la schématisation de la « chose » : le « provoqué » d’abord, « l’établi », ensuite. Il s’agit en priorité de vous faire observer que vous considérez « tout » selon le conventionnel réminiscent du « cogito », lequel, en tant qu’instrument de fixation, ne vous autorise pas à vous visualiser tel que vous êtes, mais tel qu’il vous conditionne à croire que vous êtes, l’influence mimétique faisant le reste entre tous et chacun.

Mais il est opportun de vous faire situer la « pensée » en tant qu’élément dissocié de cette conscience qui ne connaît, en tout et pour tout, que l’onde de forme… Venons en à « l’Etabli », nous aurons l’occasion de réaborder « le Provoqué » en temps choisi. Vous n’êtes plus sans savoir que le « temps chronologique » est issu du « temps dimensionnel », lequel est inhérent au Temps lui-même qui est le « Vide ». Et bien, dites-vous qu’il en va de même pour la « Pensée » qui, en couches successives, est une démultiplication d’Intelligence Divine.

 29 juin 1995 

Karzenstein : Vivre s’offre, dans la constance, aux fluctuations de la Masse Ectoplasmique. Vivre est la « situation établie », en d’autres termes : ce qui est. Croire émane du fonctionnel provisoire de la Pensée et non pas de son état originel, d’où sa condition de situation provoquée. Vous reporter à nos entretiens antérieurs vous permettra de reconceptualiser sous un aspect quelque peu différent le nuancement qu’il convient d’établir, entre l’Espérance qui vous vit et les espoirs que vous vivez..

Dans le phénomène précis de transduction, il y a pression et attraction en « l’Etabli » : du « vide » à « l’Espace vide », en le « Provoqué » : de « l’Espace volumique » jusqu’au « volume » proprement dit. Direction donnée et direction reçue concrétisent alors une synthétisation que nous qualifierons, en la circonstance, d’humorale par l’expression fidèle de la spécificité du « vivre » afférente aux Espèces pensantes.

 8 août 1996 

Karzenstein : L’effet de spiralisation provoquant la conduction de la vie, en tant que facteur énergétique, ne peut dissocier de par l’unitaire de la Pensée l’acte agi de la Situation Etablie, et ce, quel que soit le degré de conviction intuito ascensionnelle auquel celle-ci se révèle… La Pensée est vivante Jantel !

 26 décembre 1996 

Karzenstein : C’est cela pour l’essentiel, cependant je souhaiterais que nous revenions sur l’avant-dernier point traité, lequel vous remémorera des propos que nous tînmes lors de conversations au cours desquelles nous vous avions fait ressentir que, sous couvert du circonstanciel le révélant, le « provoqué » émanait toujours de « l’Etabli »…

 janvier 1998 

Karzenstein : s’il s’avère fondé que les phénomènes télékinésiques demeurent, dans leur globalité, un support alternatif des informations physico-philosophiques que nous échangeons avec vous, il conviendra dorénavant de les « resituer » dans l’inconditionnel « circonstanciel » que détermine « l’Etabli » par rapport au « provoqué ».

Comme il se doit, l’unitaire de l’Etabli, en la « fusion constante des choses », pourvoit à mimétiser les divers échanges en l’équation « reçu/transmis » auxquels les ensembles existentiels sont adaptés.

 28 novembre 1998 

Zilder : Vous êtes-vous interrogés à vous préoccuper de la relation entre la pensée et la réalité ? (Situation Etablie _ Situation Provoquée).

 2 février 2000 

JIGOR : L’immobilisme, en le particulaire, constitue la périphérisation de ce que nous assimilons au « fixisme originel », lequel configure le produit permanent de la « réversibilité » qui seule en la resuperposition de l’Etabli procède d’un équilibre que nous pouvons envisager comme étant absolu. Nous l’assimilons à la Pensée, en marge de tout « exercice d’état » : ce à quoi nous aspirons…

 8 novembre 2001 

Karzenstein : « L’Etabli » demeurant « l’Etabli », « provoqué » et « semi-provoqué » n’auront droit de cité seulement dans la mesure où la majeure portion de ceux qui partagent vos instants affichent, avec une constance navrante, la fâcheuse tendance à concevoir le conséquentiel comme figurant le causal, et ce, tant au niveau « situationnel général » qu’au plan « situationnel particulier ».

le déflexionnisme ayant « précontexturé » l’amalgame du semi-particuculaire constituant votre dernier état de suspens contenait, à l’instar de tout fluctuationnisme existensialisateur, un réverbérationnisme totalement approprié à son « essentialité », étant acquis que ce réverbérationnisme initial devient pour tout ce qui advient, en désuperposition comme en démultiplication, ce qui édifie le fondement même de l’incontournable « processus de compensation existentiel ». Conservez à l’esprit qu’il ne s’agit là rien d’autre que du « dégraduationnalisme » s’opérant de « l’Etabli » au « provoqué ». Toutefois, il sied de noter qu’en le conjoncturel vous intéressant, il ne se produisit point d’astatisme proprement dit…

 2 mai 2002 

Karzenstein : Répétons bien pour ceux qui l’oublieraient que toute existence est dotée de sa propre intelligence, puisqu’elle provient de l’Intelligence Divine. C’est là l’Etabli dans lequel chaque existence est appelée à vivre une interactivité avec les autres existences de par la Loi des Echanges, quel qu’en soit le spécifisme…

 30 mai 2002 

Magloow : La perceptivité s’axant sur l’Etabli s’adonne au vigilantisme, lequel engage à prévenir.

 31 mai 2002 

Karzenstein : Déplacer la Pensée ne doit pas se juger déplacé, Jantel, dans la mesure où il s’agit de « l’initial » et où « l’initial » ne connaît pas de déflexion… Permettez-moi en aparté de vous répéter une fois encore que quiconque vit l’avènement est à même de vivre la suite en l’événement… Je sais votre « rendu » dépendant du « donné » à tous les niveaux où celui-ci s’exerce, entr’entendez ici de l’Etabli au provoqué, en positionnement de point de non-retour, en phase extatique, en préphase de récursivité, comme vous le mentionna naguère Dany.

L’existant, en le formationnel qui le spécifie, appartient au « désuperpositionnel » et au « démultiplicationnel » de « l’informationnel » que constitue l’Etabli, autrement dit à « ce qui est ».

 30 décembre 2002 

Karzenstein : Dany, en le sous-entendu que vous décelâtes, n’a donc pas fait moins que de réactiver le mouvement de ce principe s’étant quelque peu engourdi dans « l’établi de votre souvenance »…

 17 mai 2003 

Karzenstein : Le registre apoptosique, en tout état révélé, respecte la « mission » - si vous m’autorisez ce trait d’iconisme verbal - qui lui est conférée quant au principe autocorrectif qu’il exerce en l’Etabli. Et nous en arrivons là aux « voyages » que votre vocable m’attribue afin de « verbaliser » les divers positionnements qui incombent à mes semblables et à moi-même, selon la spécificité autocorrectrice nous vivant. Vous avez encore en mémoire, pour l’avoir relu récemment, que le graduel ordonnancé par l’Etabli délivrait des accessions, dirons-nous, à la transpulvérulence de la complexité en la réductibilité…

 14 décembre 2003 

Karzenstein : Le circonstanciel est un pont jeté entre l’Etabli et le provoqué, Jantel, s’il est édifié qu’il n’est la propriété de personne, il ne possède pas davantage de « main mise », dirons-nous sur l’informationnel de base, si celui-ci a maintenu le cap lui étant initialement assigné…Soutenir l’inverse équivaudrait à prétendre que le réagissement n’existe pas…

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0