Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Textes connexes et commentaires divers / Lois, Principes et concepts / Concept de fonction/état - citations
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

Concept de fonction/état - citations

D 17 août 2004     H 11:33     A     C 0 messages


septembre 73

Rasmunssen : J’ai vécu, voici plusieurs siècles, parmi les hommes et bien que vivre soit avant tout un état, j’ai eu pour fonction, au cours de ma dernière vie consciente parmi vous, d’être druide dans un pays de Scandinavie, un peuple de Vikings.

avril 1974

Rasmunssen : Qu’est-ce que le quotidien ? Le quotidien est le décor de votre mode de vie, il est pour la plus grande proportion des individus ce que vous devrez dorénavant considérer comme la partie voyante d’un iceberg, si vous m’autorisez cette comparaison. Et que vous propose-t-il donc ce quotidien ? Il vous propose, au fil des millénaires et des civilisations qui vous ont précédés, une forme de réalisation (au sens figuré du terme) de l’homme qui, hier comme aujourd’hui, privilégie ce qu’il fait en accordant, de la sorte, plus d’importance à la fonction qu’à l’état.

29 juin 1995

Karzenstein : Vivre s’offre, dans la constance, aux fluctuations de la Masse Ectoplasmique. Vivre est la « situation établie », en d’autres termes : ce qui est. Croire émane du fonctionnel provisoire de la Pensée et non pas de son état originel, d’où sa condition de situation provoquée.

23 juin 1999

Karzenstein : Pour le reste, votre savoir vous autorisera à comprendre qu’il s’agit tout bonnement ici de la projection de « l’impression en l’expression » qui la définit, c’est-à-dire « le penser »… D’ascendance inductionnelle, nous verrons tout à l’heure que ce principe s’exerce en incidence transductionnelle, désuperpositionnant le « magnétisme » qui le constitue et le délimitant, tel que vous êtes à même de le déduire, du vivant à l’existant… Son flux poursuit sa course en se « dédimensionnalisant » bien entendu : de ce qu’illustre l’état à ce qui devient la fonction, puis se rejoint au gré de « la récurrence réadaptatrice » de la fonction à l’état, avant qu’au fil des cycliques, l’existant se réifie en le vivant…

2 février 2000

JIGOR : L’immobilisme, en le particulaire, constitue la périphérisation de ce que nous assimilons au « fixisme originel », lequel configure le produit permanent de la « réversibilité » qui seule en la resuperposition de l’Etabli procède d’un équilibre que nous pouvons envisager comme étant absolu. Nous l’assimilons à la Pensée, en marge de tout « exercice d’état » : ce à quoi nous aspirons…
- Vous m’avez déjà parlé « d’exercice d’état »… J’ai quelque difficulté à le définir de façon concise, disons sans exemple à l’appui…
- JADOPHER : Si je puis me permettre, considérez tout « exercice d’état » telle l’expression pluridimensionnelle du spécifisme…

13 octobre 2000

Jigor : L’émotionnel, le fonctionnel spécifique de vos activités, le relationnel humain, le schématisme socioculturel inhérent à votre mode de vie restent, vous le savez, un conglomérat d’actions ordonnées à l’intérieur d’un tout : l’ordre implié. Convenons, sans ambages, que nous ne portons ici aucun jugement sur la qualité des actions elles-mêmes. Toutefois, cautionner intellectuellement ce processus ne fait point accéder à une vision cohérente de la chose, dans la mesure où le cogito, en le mode analytique qu’il préside, procède à une mutilation de l’exercice d’état. Autrement dit, le produit de l’agissement se subdivise en une séquentialisation d’actes à agir et, pour la plupart, agis, lesquels, en leur réitération, deviennent à la longue des exercices de fonction.

8 novembre 2001

Karzenstein : Comme je viens de vous le souligner, Jantel, uniquement dans l’optique de limiter le décalage entre votre capacité « d’admissibilité » et la résultante de son « émissibilité », au nom d’un « processus de compensation existentiel » qui, ne l’oublions pas, harmoniserait dans la douleur l’exercice d’état auquel vous vous trouviez proposé dès le départ, de par la qualité de votre informationnel, et l’exercice de fonction inhérent au formationnel dans lequel le « désordre des formes » de cette fin de cyclique vous avait immiscé…
- Jigor nous a fait valoir que l’exercice d’état s’effectuait sans souci de réciprocité, contrairement à l’exercice de fonction qui, d’une façon ou d’une autre, restait lié à un profit ou du moins à une idée de profit… Comment ces deux produits du mouvement parviennent-ils à s’harmoniser ?
- Karzenstein : L’inductionnisme, au gré des circonstanciels présidant aux effets respectifs de ces deux produits du mouvement, permettra d’observer, en l’ordonnancement de la « subparallélisation des directionnels », l’existentialisation de l’exercice d’état en l’agissement, lequel agissement aboutira le plus souvent, de par le filtrage du cogito, au dispositionnement de l’acte à agir, devenant par aptitude(s) interposée(s) l’exercice de fonction…

31 mai 2002

Karzenstein : Je sais votre « rendu » dépendant du « donné » à tous les niveaux où celui-ci s’exerce, entr’entendez ici de l’Etabli au provoqué, en positionnement de point de non-retour, en phase extatique, en préphase de récursivité, comme vous le mentionna naguère Dany. Ce « rendu » me concerne car il se veut « exercice d’état », pour reprendre un terme qui vous est devenu familier, et, égalitairement à tout produit de la Loi des Echanges, il lui est dû, au gré des ambiants, une réverbération concordant à la qualité d’origine du support l’exprimant..

27 août 2002

Karzenstein : S’il ne se dessine nul besoin de se repencher sur la fulgurance mimétique et autres exercices d’état concernant les divers spécifismes révélés, il n’en demeure pas moins exact qu’en le fonctionnalisme inhérent à votre espèce du moment, le symbiotisme s’opérant entre l’agissement et « le mouvement » au gré de ses flux directionnels, autrement dit la foi, se doit de recueillir et surtout de conserver toute votre attention.

8 mars 2003

Karzenstein : Vous faites allusion aux écarts auxquels procèdent vos amis en privilégiant l’exercice de fonction par rapport à l’exercice d’état, notamment à ce que je vous avais soumis en 1998 quant aux « relations circonstancielles d’ordre professionnel » prenant le pas sur les « relations dites affinitaires ».

17 mai 2003

Karzenstein : A cette fin, au même titre que je vous avais engagé à considérer le Vide en tant qu’Etat de suspens de tous les états de suspens, vous garderez à l’esprit que le systématisme originel doit dès lors s’observer comme « l’exercice d’état de tous les exercices d’état »… De ce dernier dépendent les divers fonctionnalismes de tous les Univers, lesquels œuvrent en interdépendance, ainsi que la chose s’énonça au cours de la première décade ayant révélé nos dialogues…

12 juillet 2003

Magloow : Il serait qualitatif que vous souligniez à ceux de votre entourage s’étant laissés impliquer dans le mode de vie que la prépondérance de l’exercice de fonction sur l’exercice d’état aboutit à la longue à une fatidique dégénérescence de l’esprit critique qui leur est inhérent.

14 décembre 2003

Karzenstein : Saisissez-vous mieux, Jantel le nuancement dont vous et vos amis ne devez plus vous départir entre La Pensée et le penser, autrement dit le cheminement qu’il y a lieu de relever entre l’état et la fonction et, en désuperposition comme en démultiplication, les exercices qui en découlent, en l’inhérence du fonctionnalisme dont se trouve dépendant tout spécifisme.. au gré de la Loi des Echanges…

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0