Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Textes connexes et commentaires divers / Lois, Principes et concepts / Concept de formationnel / informationnel - citations
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

Concept de formationnel / informationnel - citations

( En annexe, les citations concernant le gestaltisme)

D 24 août 2004     H 12:06     A     C 0 messages


18 mars 1999

J.C.P. parlait à P.M. de la « pensée », indiquant qu’elle était « pré-existentielle ». Il soulignait en outre que : « Espace-Vide = plénum = le particulaire. »Il suggérait enfin que la pensée va plus vite que la lumière, ce à quoi il fut répondu :
- MAGLOOW : Incontestablement. Cela se fait en fonction de la forme reçue. Directions données et directions reçues.
(Ce qui amena J.C.P.à employer le mot « circonstanciel ».)
- C’est la forme à recevoir dans un conjoncturel particulier.
- J.C.P. ajouta alors : Pensée = Processus matériel qui va formaliser des valeurs . »
- MAGLOOW : L’informationnel au formationnel (Information = Esprit, Formation = Matière).
J.C.P. souligna :
- Cerveau = Recevoir, Corps = Appliquer », ce qui reçut l’approbation de MAGLOOW qui usa du terme « absolument ». Puis il ajouta : « KARZENSTEIN vous en entretiendra. »
- J.C.P. : La pensée est information.
- MAGLOOW : C’est cela, mais elle y reviendra.

23 juin 1999

Karzenstein : Prenons la Masse Ectoplasmique à votre palier « perceptuel » présent : parée de ce que nous nommerons l’informationnel, en la permanence du mouvement postoriginel qui l’agit, cette polycondensation va métamorphoser la matière subtile qui la rend « situable » en la matière moins noble car plus densifiée que représente le formationnel.

Il s’affirme, parmi tous les positionnements auxquels vous faites référence, que cet ultime état intermédiaire prélude, en effet différé pour chaque « formationnel » avéré, à l’émergence de la conscience ou état conscient..

C’est au fil de son déroulement et de la solidification progressive s’opérant au gré de l’excitation ondo-particulaire, des tournoiements frictionnels et autres émulsions précellulaires puis postcellulaires qu’il se révèle principe matérialisant avant de devenir le processus matériel dont le formationnel rend témoignage, en désuperposition comme en démultiplication…

Comprenez sur ces entrefaites que les flux directionnels, au stade où ils se révèlent pratiquement incontrôlables, notamment de par la modification de leur vitesse, procèdent à une transtructuralisation englobant toutes les natures de formes conférées par « l’existentialisation » en cours…Soulignons, entre parenthèses, que chaque changement enregistré « formationnalise » ce que Zilder vous a invité à traduire par état actuel…

Constat qui doit vous porter à conclure sur-le-champ qu’aucun « formationnel » ne possède une quelconque latitude l’autorisant à se soustraire au conditionnement qu’édicte « l’informationnel », puisque vous savez désormais que le second est initialement le contenant du premier…

2 février 2000

JIGOR : Tel que vous êtes à même de l’entendre désormais, c’est en le « suspensif » et en le mouvement qui l’anime que se détermine le « spécifisme » dont vous a entretenu Karzenstein, puisque « l’informationnel » précède le « formationnel » du fait que le « vivant » préside à « l’existant ».

7 novembre 2000

Karzenstein : La musique, en son formationnel, existentialise la conséquence : Miklos ROZSA, quant à lui, identifie la cause dont l’origine, vous l’aurez déduit, émane de l’informationnel.

8 novembre 2001

Karzenstein : Certes, Jantel, mais avec un décalage chronologique moindre et surtout avec l’évitement d’un « transcodage », lequel vous aura fort souvent perturbé tout au long de votre voyage dans ce formationnel…

- Cela signifierait qu’idées comme démarches - du pompon refusé sur le manège en passant par la réticence, voire l’incapacité à piloter des engins jusqu’à la mise en disponibilité - m’incombent…
- Karzenstein : Initialement, donc en dispositionnement de « pensée vivante », sans conteste, Jantel, puisqu’il s’agit là de manifestation de l’informationnel, suivant les ambiants en vigueur…

Karzenstein : Comme je viens de vous le souligner, Jantel, uniquement dans l’optique de limiter le décalage entre votre capacité « d’admissibilité » et la résultante de son « émissibilité », au nom d’un « processus de compensation existentiel » qui, ne l’oublions pas, harmoniserait dans la douleur l’exercice d’état auquel vous vous trouviez proposé dès le départ, de par la qualité de votre informationnel, et l’exercice de fonction inhérent au formationnel dans lequel le « désordre des formes » de cette fin de cyclique vous avait immiscé…

Ceci étant acquis, « fanatisme », « idéologisme », entre autres positionnements du « situationnel », demeurent, en tout état de cause, vous l’aurez compris, le formationnel que véhicule la Pensée en sa démultiplication.

Mais extrayons-nous de « l’art » qui tient simplement place d’épiphénomène dans ce que configure l’existence, en la diversité de ses formationnels et observons plus holistiquement ce qui peut conduire vos amis et ceux qui liront ce que vous retranscrivez de nos entretiens à une recomposition plus harmonieuse de leur fonctionnalité… Nous l’avons dit à maintes reprises : c’est de la Situation Etablie, assimilable à « l’informationnel de l’informationnel », qu’en désuperposition et démultiplication prend consistance le formationnel.

22 novembre 2001

MAGLOOW : L’informationnel précède le formationnel ; il en va de même entre l’idée et l’acte. L’idée est la préexistence de l’acte. Autrement formulé, ceci signifie que l’idée est le produit de la pensée à travers le spécifisme.

29 novembre 2001

Rasmunssen : Mais délaissons ces détails liés au « formationnel » et adonnons-nous à la véritable « induction », c’est-à-dire à « l’informationnel » concernant cette désuperposition d’effet de la pression…

6 décembre 2001

Dany : N’omettons pas d’ajouter qu’une introspection correctement établie ne doit jamais perdre de vue les données principales du « circonstanciel », à savoir le Temps et l’Espace, en leur désuperposition et démultiplication respectives, lesquelles se localisent chez vous sous le formationnel de la chronologie et de la géographie.

13 avril 2002

Dany : Tel qu’il est dû, ce « formationnel du mouvement » demeure en permanence lié aux circonstanciels que dessinent les ambiants et aux sous-ambiants que ces circonstanciels, à leur tour, dessinent, « tout » se vivant et « tout » étant vécu par l’interdépendance inhérente à la Loi des Echanges…

15 mai 2002

MAGLOOW : Phénomènes pressionnels comme attractionnels varient dans le cheminement des « ambiants » qu’ils génèrent et dans lesquels ils se régénèrent, tout « informationnel » créant pour ainsi dire « le formationnel » qui le véhicule, puisque ne figurant rien d’autre, en resuperposition, que le produit du « réverbérationnisme postoriginel », géniteur de toute existentialisation.

25 mai 2002

Dany : C’est avant tout autour de ce fonctionnalisme oscillatoire, que KARZENSTEIN a su comparer pour vous et vos semblables du moment à une « balance », que s’est agencé et continue de s’agencer « le positionnement du mouvement continué de votre formationnel ».

31 mai 2002

Karzenstein : Sans plus, Jantel, sans qu’il ne s’exige de faire naître une quelconque idée de comparativisme, tel que ne manque d’en faire éclore le « cogito » identifiant « le conscient d’être du formationnel » auquel vous êtes pour l’instant amalgamé.

L’existant, en le formationnel qui le spécifie, appartient au « désuperpositionnel » et au « démultiplicationnel » de « l’informationnel » que constitue l’Etabli, autrement dit à « ce qui est ».

Le fossé avec vos semblables a toujours été, même si ces deux dernières décennies ont accentué la vision que vous en aviez. Le fait de constituer un « pont » entre ce qui est et ce qui existe n’autorisera nullement ce pont à supporter plus de charge que son formationnel le permet. Un accommodat, fût-il exceptionnel, se confinera toujours au synergisme inhérent à son formationnel…

4 juillet 2002

Dany : Le ciel étant au-dessus des têtes comme au-dessous des pieds, ce n’est que la résultante d’un positionnement vertical qui, pour votre espèce, donne à privilégier le haut par rapport au bas. Ainsi, s’il est indéniable que le cerveau occupe une situation de surélévation par rapport au restant de votre formationnel, il chaut de bien se souvenir que, bien qu’élément centralisateur, l’organe cérébral demeure simple canalisateur, l’échange s’exerçant avec l’ensemble « cerveau/corps »

17 août 2002

Dany : Une « réputation » est une existence avec sa fonctionnalité qui, à l’instar de toute existence, est inhérente au mouvement qui l’anime, en le spécifisme de son formationnel. Le formationnel restant « le support » véhiculant l’initial en sa dépuperposition (autrement dit l’informationnel), il s’imprime en le mémoralisme et, au fil des revies, s’exprime en les actes à agir, puis agis.

27 août 2002

Karzenstein : La capacité d’admissibilité d’impression prévaut sur tout ce qui entre en compte dans ce qui se détermine sous le terme de « formationnel ». Conséquemment, il vous faut donc souscrire au fait que l’intégralité du reçu se trouve interceptée, dirons-nous, par ladite capacité et que le transmis (autrement dit les effets d’expression en découlant) sait faire l’objet de captages de diverses sortes.

30 août 2002

Dany : Par ailleurs, vous savez fort bien que la profusion du formationnel mène à une confusion de l’informationnel dans la mesure où le « multiplicationnisme », en l’harmonie qu’il déploie, restera à jamais le monopole du Père, ainsi que les « fluido-luminescents » vous l’ont su indiquer.

Vous conclurez que, quelle que soit la nature du formationnel exerçant une convoitise par le biais du « cogito », ce mouvement désuperposé de l’Osmose Attractive conduit invariablement à des « actes à agir », puis « agis », de piètre qualité, donc porteurs de conflit(s).

septembre 2002

La Loi des Echanges, au gré du « réverbérationnisme », puis de l’oscillationnisme, fait que nulle vie consciente ne se trouve dispensée de dispenser le « reçu » du « donné » en « transmis » ou en « rendu », sous quelque formationnel qu’il soit…

24 décembre 2002

Il vous a été concisément expliqué ce à quoi correspondait une existence et, au gré du déploiement de certains instants, il vous fut rappelé de ne pas omettre de considérer qu’un situationnel, entre tenants et aboutissants, présente en son formationnel le développement de son informationnel, autrement dit le produit du mouvement propre à toute existence révélée.

30 décembre 2002

Karzenstein : A l’instar de tout ce qui se trouve l’objet d’un enfermement… Car, ainsi que n’avait pas omis de le préciser Rasmunssen, la Vérité est, initialement parlant, extérieure à nous, autrement énoncé extérieure à tout formationnel… Conséquentiellement, nous pourrons formuler que, de par la spécificité de votre formationnel s’interdisant à un réel « faire corps », la récente définition de Magloow ne fait donc que confirmer, si besoin est, que vous ne situez le juste fondé de cette fameuse réalisation des choses qu’autant que votre « cogito » en manifeste l’acceptation

8 mars 2003

Karzenstein : Vous êtes, en fait, le jouet du charisme existentiel…Ce charisme existentiel qui reste un effet du désordre des formes. Or terminologiser « désordre des formes » laisse ouïr qu’il se trouve un « ordre des formes », donc la localisation d’un « formationnel », donc d’un « fonctionnel » adéquationné à la Loi des Echanges…

17 mai 2003

Karzenstein : Respectez toujours le démultiplicationnel des choses En son choisi de l’instant, Magloow n’a fait que vous syngtamiser différemment ce que vous savez être la provisoireté incombant au formationnel, Jantel…

N’oubliez pas, Jantel : ce qui est appelé à s’autodétruire s’autodétruit… L’apoptosisme, en l’informationnel qui l’y prédispose, vit l’universalité du formationnel et procède à sa rupture, laquelle, souvenez-vous, n’authentifie rien d’autre qu’une cessation d’échange en le figement de l’état occurentiellement concerné…

Périphérisation, subparallélisation du spiralisme inhérent à la cylindrité des faisceaux précités vous conduisirent à corréler idoinement les observations qu’il seyait d’établir au travers de la désuperposition adéquationnée à chaque formationnel.

Ceci devrait autoriser votre « cogito » à relativiser, voire à amenuiser l’importance que vous accordez au formationnel qu’épouse quelquefois la rupture…

7 juin 2003

La stratification de l’informationnel pourvoit à l’interceptionnalisme initialement inscrit dans la Loi des Echanges avant de devenir, selon l’édification du formationnel, un mode fonctionnel du processus de compensation existentiel.

13 juillet 2003

Dany : Nous partirons donc de l’appréciation selon laquelle vous n’ignorez plus que lorsqu’il s’observe un accroissement du « formationnel » (ainsi que la chose se produit actuellement), « l’informationnel » se dilue. Diluer signifie qu’il s’en opère une répartition

septembre 2003

Dany : Cependant, il importe de ne pas « amnésier » le fait qu’il est de l’unifié dans tout désunifié de par le législatif essential d’alternance. Faut-il rappeler ici que ce désunifié n’apparaît donc pas désunitaire puisqu’il appartient au mouvement régulé par le législatif précité d’après un formationnel de sous-mouvement ?

14 décembre 2003

Karzenstein : C’est cela et de désuperposition en subparallélisation, elle se propagera alors en les flux de la sorte constitués, lesquels seront porteurs de « l’informationnel », donc du « formationnel virtualisable » dans la diversité que nous lui savons : cette phase déterminant l’éclosion de ce que nous vous avons appris à terminologiser en tant que spécifisme…

Jigor vous avait ensuite précisé qu’isoler de la sorte un tel point de vue en l’enfermant dans un concept, à seule fin de le « durativiser » engageait à l’abstraire de la Fusion constante et, du fait, d’en séquentialiser la visualisation unitaire lui étant due, autrement formulé : de vous confiner une fois de plus au formationnel, négligeant en subséquence l’informationnel que vous assimilerez ici à un témoin éternel de la Mue constitutionnelle, laquelle, vous l’aurez déduit, fait fi du soi- disant nécessaire et du caractère provisoire qu’elle lui confère..

Sans conteste, Jantel, la totalité de ce qui se trouve existentialisé fonctionne à travers ce synergisme qui reste le vecteur de l’immarscessible élaboration continuelle agençant le constitutionnel. Adaptatif et interactif ce fonctionnalisme se manifeste de strate en strate, entre les flux et les formationnels dans leur diversité, d’où cette terminologie de processus de compensation existentiel dont notre vocable l’a paré… Dans la pratique, concevez qu’il ne s’agit rien d’autre que de la démultiplication du réverbérationnisme participant de la Pensée initiale et au mode de pensée des spécifismes…Résumez-en le principe en un mouvement alternatif entre l’informationnel non encore localisé et l’informationnel perceptivement positionné…

Respectez toujours le démultiplicationnel des choses En son choisi de l’instant, Magloow n’a fait que vous syngtamiser différemment ce que vous savez être la provisoireté incombant au formationnel, Jantel.

5 mai 2004

Etant acquis que la rupture poursuit la rupture jusque dans la rupture, il incombera à chacun n’y ayant procédé de faire constat qu’en la continuité qui la vit, la rupture demeure une existence puisque son avènement ou éclosion se révèle au travers d’une composante de trois phases successives … Ce processus se veut évidemment renouvelable du fait de la fusion constante des choses. Cependant il est à noter que la permanence de cette dernière n’exclut aucune nuance susceptible de se voir apportée dans le formationnel de ce triadisme aux accents paroxysmiques : ces nuances se révèlent au gré des ambiants générés…



Concept de gestaltisme


29 juin 1995

Karzenstein : Vous êtes parvenu au stade d’introspecter la chose et d’en établir le cheminement : de l’intention à l’acte à agir puis agi, du geste au mouvement qui l’imprime, du moins dans un certain gestaltisme.

janvier 1998

- Si je ne m’abuse, les « semi-géométrisés » m’aident à compenser, plus ou moins à mon insu, les accès d’obnubilation liés au caractère obsessionnel, dirai-je, que revêt à mes yeux ce que vous m’enseignez …
- Karzenstein : Concevez ce type de décompression telle une démultiplication du gestaltisme, passagèrement abordé au cours d’un entretien antérieur, et convenez, du fait, que cette opération ne s’effectue pas à sens unique : les semi-géométrisés en question bénéficiant, à ces occasions, de plusieurs aspects de votre « rendu »…

Et bien voilà, Jantel, un modèle « d’atténuation » du mouvement, étant donné que vous avez bien ressenti que la prise de conscience, plus ou moins répertoriée, des électeurs du moment et de l’endroit, avait été déclenchée quasi-simultanément par les courants telluriques en première instance, puis les secousses telluriques tout de suite après. Précisons qu’en règle générale, ce processus gestaltique, d’ordre on ne peut plus édaphique, s’opère en mode inversé… mais il y a nécessité, ici, de ne pas perdre de vue le conjoncturel du « point de non-retour ».

21 mai 1999

C’est au niveau de la resuperposition que les semi-géométrisés ont accès à une recellularisation plus ou moins consciente _ captage des cellules primordiales . (Il est confirmé que la choses s’opère après rupture.) Ambiant qui procède à un gestaltisme. (Il est rappelé en outre l’interdépendance « support/supporté ».)

23 juin 1999

Karzenstein : Vous reformuler ce jour que « se savoir vivre dans l’impunité n’équivaut nullement à se trouver vécu par l’immunité », tend surtout à vous faire concevoir que ce théorème s’uniformise dans la diversification du « spécifisme », pour l’ensemble des couches constituant la superposition existentielle. Ceci devant s’interpréter, avec la relativisation qui s’impose, dans le cadre de la conceptualisation que vous avez actuellement de la Loi des Echanges, à travers édaphisme et gestaltisme…

- Qu’entendez-vous par conditionnement édicté par « l’informationnel » ?
- Karzenstein : Tout bonnement l’effet réverbérateur, en le démultiplicationnel de son cheminement… Etant acquis que la Pensée, avant même de se matérialiser, s’exerce à chaque stade d’existentialisation, « situationnel » inclus, de « l’Etabli » au « provoqué », elle détermine le gestaltisme dont le principe d’interactivité figure la conversion stratificatrice du « faire corps » entre ce qui est et ce qui existe…

…nous ne dûmes qu’à la coordinence inhérente au spécifisme de notre provenance postoriginelle de nous adapter aux « translations cinétiques » qu’allait engendrer, en « effet différé », selon le « principe autocorrectif » éclos du « processus de compensation existentiel », la mue constitutionnelle. Pour plus de détail, sachez que de cette dernière émana, de par le gestaltisme « préévoqué », un renouvellement de l’espace vectoriel qu’il sied de visualiser ici sous son identité géométrique.

La Foi représente la « culminance » qualitative du « faire corps » en le formationnel auquel vous appartenez… « L’advenance » de sa formulation pluridimensionnelle est générée par le « contrebalancement des directionnels » mis en présence. Ce processus « d’interagissement » a déjà été abordé sous d’autres aspects, notamment avec la relation de l’exacerbation du phénomène susceptible de se produire dans un « sous-ambiant » favorisant une dynamique de groupe, voire dans celui déclenchant l’expression du gestaltisme d’ordre édaphique, lequel, vous le savez, peut « s’unitariser » au précédent…

22 juillet 2000

Peu après, DIEGO frappa encore à la porte, remettant un petit mot à J.C.P. signé « Lynda ATTON ». Par la suite, ladite signature s’avéra être barrée d’un trait. Voici, retranscrit, le contenu de la missive :
« L’utilisation approximative du langage conduit à prononcer des phrases dont la spéciosité se révèle flagrante pour qui a le souci d’appliquer ses idées au sens profond où ces idées ont été émises. »

- MAGLOOW : C’est gestaltique (mot et idée s’épousent). Faire ce qu’on dit, dire ce qu’on fait.

7 novembre 2000

Karzenstein : Là s’opère, tel que vous le citez opportunément dans la déclamation introductive de votre « Voyageur de l’Orage », l’expression de l’édaphisme en le gestaltisme.

8 novembre 2001

Karzenstein : D’après les notions de gestaltisme vous étant désormais acquises, vous vous trouvez à même de relever, à divers degrés de perception, les effets de l’édaphisme en tout ce qui a trait à l’événementiel : de la collectivité à la particularité…

13 avril 2002

Dany : Phase extatique, préphase de récursivité iconisent ici les circonstanciels en question, en amont desquels, de toute évidence, le positionnement du cyclique évolue sous des aspects aussi perceptibles que peuvent figurer à des degrés variables « édaphisme » et « gestaltisme », clefs de voûte de l’interdépendance précitée, à ce stade de la volumisation…

2 mai 2002

Karzenstein : Il s’avérera donc toujours juste de voir se manifester des flux que nous qualifierons occurrentiellement d’idéologiques. Souvenez-vous que ces courants s’expriment d’après l’édaphisme en vigueur, à travers ce que vous savez être le gestaltisme.

1 juillet 2004

Jigor : Dès son second retour d’El Fasher, Dany vous portera à son tour une scripturale assistance dans le cadre de l’approche synthétique que vous ne lésinerez pas à effectuer sur des faits advenus récemment, sous le couvert du gestaltisme.

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0