Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Textes connexes et commentaires divers / Lois, Principes et concepts / Concept d’ordre implié - citations
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

Concept d’ordre implié - citations

D 30 août 2004     H 08:38     A     C 0 messages


14 novembre 1998

ZILDER : Ce que vous percevez à travers vos sens comme de l’espace vide est le fond de l’existence de tout (espace vide - espace volumique). Cet océan doit être compris dans les termes d’un ordre implié multidimensionnel. Ainsi approchée, la cosmogonie doit être considérée comme une immense ride.

10 octobre 1998

MAGLOOW : Le Temps est un ordre implié qui se déploie et se rejoint dans sa course récursive. Il formule des cycliques en tant que mouvement de l’Espace-Vide et génère à votre niveau la chronologie des faits à travers la circonviction des planètes et des ambiants qui les vivent.

5 février 1999

ZILDER : La structure réelle, la fonction et l’activité de la pensée sont dans l’ordre implié.

8 février 1999

Magloow : Cette réalité tridimensionnelle tient ses projections bidimensionnelles à l’intérieur d’elle-même. C’est un ordre implié.

16 février 1999

…En effet, ce CD que P.M. avait écouté au préalable et qui était tout à fait en état de marche, s’est avéré vierge lorsqu’il fut réceptionné par Bernard BIDAULT. Etait-ce là une « intervention » de nos Visiteurs de l’Espace/Temps ? Il fut alors répondu :

- Ceci fait partie de l’ordre implié.

Par ailleurs, il nous fut signalé que le contact avec KARZENSTEIN était remis. Nous eûmes enfin la surprise d’accueillir JADOPHER.

JADOPHER : Selon ce qui vient d’être exposé, souvenez-vous que l’ordre implié convient particulièrement à la compréhension de cette plénitude entière en flux universels permanents, puisqu’il est entendu que dans l’ordre implié, l’intégralité de l’existence est de la sorte inveloppée intimement dans chaque région de l’espace et du temps, quels que soient la partie, l’élément ou l’aspect que votre pensée puisse formuler. Cette démarche inveloppe encore le tout et du fait est reliée intrinsèquement à la totalité d’où l’interaction l’a abstraite. Ainsi, la plénitude pénètre tout ce qui peut être considéré depuis l’origine.

4 mars 1999

JIGOR : Considérez une forêt constituée d’arbres continuellement en train de mourir et remplacés par des nouveaux. En la considérant sur un long espace chronologique, cette forêt peut être considérée tout à fait comme une entité à existence continue mais à changement lent lorsque c’est compris à travers l’ordre implié sur lequel KARZENSTEIN reviendra.

23 juin 1999

Karzenstein : Un point de non-retour, à quelque strate d’existence se révèle-t-il, se trouve initialement répertorié en l’Etabli et ses cycliques, Jantel ! Si vous préférez, il est intégralement intégré dans l’ordre implié du Temps. Sa praxie le détermine selon l’adéquation des forces générant ces cycliques et leurs ambiants, en leur(s) spécificité(s) volumique(s) existentielle(s)…

- Karzenstein : La démarche opportunément proposée autorisera à mieux concevoir ce qu’édifie en son mutationnisme le « constitutionnel » que nous nous devons de conceptualiser tel le summum de l’Inveloppement…

- L’énigmatique « inveloppement »…

- Karzenstein : Que je vous engage à définir tel un ensemble de fonctions enroulées sur elles-mêmes à l’intérieur d’un état qui s’actualise en permanence, en écoulant lesdites fonctions : schématisez-le simplement tel l’ordonnancement de l’ordre implié…

- Oui, je crois comprendre que la dislocation que j’ai évoquée se révèle être une conséquence des différents positionnements acquis dans l’Espace/Temps et la différenciation majeure entre les Espèces incomberait alors au fait qu’en direction reçue lesdites Espèces existant sur notre planète - dont « la vôtre », puisque vous nous l’aviez confié - n’appartiennent pas initialement au même support…

- Karzenstein : Avec évidemment, n’omettons de le préciser, du flux ondo-particulaire constituant le temporel dédimensionnalisé, tout ce qui « sous-jacente le circonstanciel », à savoir le déploiement de l’ordination impliée de « l’agencement constitutionnel ».

4 mars 2000

- Patrick Mazzarrello : A propos de l’impliement :

Implié = impliement, non un impliage ou un imploiement.

Impliement mène à déploiement.

« Impliage » car un impliage, de par le mouvement, sous-jacentait un pliage et donc un dépliage.

Quant à un imploiement, il conduirait à entrevoir un ploiement, donc un figement résultant de la pression.

L’impliement mène donc au déploiement, dans le sens d’ « expansionnisme sans ploiement transitif ».

(Notion de courbe qui revient sur elle-même ; ce n’est pas quelque chose qui se plie.)

- MAGLOOW : Il n’y a d’irrégularité qu’autant qu’il y a enfermement de par un effet de perspective, donc figement.

Le mouvement est un flux ondulatoire.

C’est limité dans l’expression car c’est limité dans l’impression. Votre considération sur la structure générale de la matière, lorsqu’elle est comprise dans les termes de l’ordre implié, vous permet d’arriver à présent à certaines notions nouvelles de cosmologie qui sont implicites dans votre travail. D’une manière quasi générale, l’ordre implié se doit d’être entendu comme une réalité multidimensionnelle.

26 août 2000

Il est prêté à P.M., qui sert de support, le texte qui suit : « Constatons que chaque mouvement de la conscience a un certain contenu explicite qui configure un premier plan et un contenu implicite qui configure un arrière-plan correspondant.

Toute expérience immédiate est mieux saisie dans les termes de l’ordre implié : la Pensée doit être fondamentalement assimilée dans cet ordre.

Structure réelle, fonction et activité de la Pensée font partie de l’ordre implié. La distinction - ou distinguo - entre « implicite » et « explicite » dans la Pensée doit être considérée comme essentiellement équivalente au distinguo qu’il y a lieu d’observer entre « implié » et « déployé » en ce qui concerne la matière en général. »

13 octobre 2000

Jigor : L’émotionnel, le fonctionnel spécifique de vos activités, le relationnel humain, le schématisme socioculturel inhérent à votre mode de vie restent, vous le savez, un conglomérat d’actions ordonnées à l’intérieur d’un tout : l’ordre implié.

7 novembre 2000

KARZENSTEIN : Le phénomène de transduction reste identique, JANTEL ! Simplement, le circonstanciel, en le mimétisme émanant du principe réverbérationniste, déplace l’échange en l’événementiel, lequel ne peut échapper à l’ordre implié que vit la pensée, et, dans le cas précis de ce compositeur, il sied de ne point perdre de vue que l’accès de son penser se révèle axé à l’indéflectionnisme du courant initial, donc à l’harmonie multiplicatrice en laquelle s’annihile tout figement, tant en le géographique qu’en l’événementiel…

8 novembre 2001

Karzenstein : il incombe aux uns comme aux autres - vous inclus - de positionner l’exacerbation précitée dans les données du structurel d’une « phase extatique » rendue assez problématique dans ce que représente sa jugulation, jugulation axée sur la « mise en équation perpétuée » que vous savez, restant entendu que la chose appartient à une strate très particulière du cyclique, strate qui, en les déroulement et déploiement de l’ordre implié inhérent à toute existentialisation volumisée, conditionne, de par l’accélération du mouvement qui anime ledit ordre, ce que vous n’ignorez plus être « le point de non-retour ».

le non-renouvellement de lumière active induit celle-ci à devenir passive, c’est-à-dire non fonctionnelle à l’endroit du spécifisme, de quelque nature que celui-ci se présente… Ne censurons aucunement que ce produit du mouvement se réalise en accord avec le circonstanciel issu de l’ordre implié, sans qu’il faille assimiler la chose, en son aboutissement, à vos notions pour le moins incomplètes de prédéterminisme…

30 mars 2002

Dany : Chaque espèce dotée d’un « conscient participatif au mouvement » (en d’autres termes chaque espèce pensante) connaît la Loi Originelle et sait qu’elle la subit. Le déroulement s’agence en ce que vous savez être un « ordre implié », d’Etabli en provoqué.

25 mai 2002

Dany : Eu égard à ce qui vous fut développé lors des dialogues que vous tîntes avec KARZENSTEIN et ses semblables, vous aurez compris que dans le positionnement d’un état à observer, une équation perpétuée ne configure ni plus ni moins qu’un ordre implié.

24 décembre 2002

Tout se produisant en désuperposition et en démultiplication, il va de soi que le systématisme originel, en l’ordre implié qu’il déploie, va déployer une multitude d’ordres impliés. Vous avez su, pour exemple, vous référer à ce qui vous fut transmis par rapport à « l’équation perpétuée ».

30 décembre 2002

Karzenstein : Gardez toujours à l’esprit que vivre la Vérité n’a d’autre alternative que d’accepter dans un identique registre de réception « la réalisation » de ce qui est survenu, de ce qui paraît susceptible de survenir, de ce qui survient et de ce qui surviendra, tout ceci au gré du déploiement de l’impliement…

7 janvier 2004

Dany : Rappelons, si besoin est, que l’idée engendrant l’acte, puis l’acte lui-même, figurent le produit d’une existentialisation, autrement dit de deux ou plusieurs flux pressionnels se percutant au gré de ce qu’il convient d’appeler le choisi du Temps, d’après le déploiement de son ordre implié…

1 juillet 2004

Jigor : Ainsi, le caractère topique inhérent au déploiement de l’ordre implié, entre l’Etabli qu’il détermine et le provoqué qui le définit, entérinera l’immarcescible prééminence de la justesse du causal sur le puéril sentiment de justice que votre cogito vous incline à traduire, suite à la perception du conséquentiel.

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0