Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Textes connexes et commentaires divers / Lois, Principes et concepts / Concept de cyclique - citations
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

Concept de cyclique - citations

D 3 septembre 2004     H 08:43     A     C 0 messages


Pour l’analyse du concept, voir l’article : Concept de cyclique - analyse

octobre 1974

Rasmunssen (au sujet de certaines incursions possibles de l’homme dans d’autres dimensions)  : Le « circonstanciel » est dépendant du Temps, puis ensuite de l’Espace, donc en désuperposition, de la chronologie et du lieu. Vos incursions dans ce qu’est le Temporel, à travers le schéma traditionnel, dirais-je, de chaque cyclique sont inhérentes à l’essential qui détermine chaque Espèce.

27 mars 1978

Karzenstein : Vous n’ignorez pas, je crois, que notre survivance ne se prolongera pas indéfiniment, une fois ce processus à terme : nous avons, pour cela, tenu à attendre l’instant décisif qui définira notre marche à suivre. L’instant, dépendant du cyclique (ce que nous appelons le point de non-retour), je vais donc vous schématiser le processus : je ne parlerai que de votre Espèce, les autres subissant des sorts variables.

Or, ces réminiscences, dans leur démultiplication progressive, tendent à provoquer ce cyclique de non-retour au moment de l’évolution maximale des possibilités contenues par le cerveau humain.

juin 1980

Magloow : Nous considérons, pour le reste, qu’il existe deux formes de situations : la « Situation Etablie » et la « situation provoquée »… La première, bien que cyclique, n’est pas « fixable » : elle surgit, fulgurante, en temps choisi… La seconde est fixée, elle est le projet et l’aboutissement, elle se veut l’osmose entre les circonstances et l’acte. Nous la considérons comme une réalité, mais de façon très relative… La première se vit, la seconde est vécue avant et après…

septembre 1982

Rasmunssen : Et pour les spectateurs que nous sommes, la confirmation, comme s’il en était besoin, que votre espèce, en ce domaine précis, est inférieure à l’animal, au végétal dont les facultés d’adaptation ont, en marge du « cogito », évolué d’une manière beaucoup plus vraie : ainsi périclite une espèce !.. Rien ne peut plus arrêter l’évolution du processus, les phases des multiples « situations provoquées » vont aboutir à la « Situation Etablie »… Ainsi le torrent rejoint la rivière qui épouse le fleuve, avant d’aller mourir en l’océan… Puis viendra l’évaporation, l’irrigation et s’engendrera un nouveau cycle…

La cellule, donc, existe : elle vit de ce que nous qualifions d’ambiant, elle est sa propre nourriture. La cellule, de par ce qui la constitue, n’a besoin de rien que de « ce qui est » puisqu’elle est issue de « ce qui est ». Votre problème est lié aux modifications du Cyclique. Du reste, en soi, ce problème n’en est pas un puisqu’il est inhérent au Cyclique…

La constitution organique, modifiée au fil des cycles évolutifs, a orienté la manière de s’alimenter des différentes espèces par les systèmes d’absorption, d’assimilation puis de rejet auxquels les sens, en fonction du cogito chez l’homme, de l’atavisme et des réminiscences chez d’autres espèces, ont adjoint le « gustatif », contrainte du plaisir car devenu habitude…

mars 1983

Rasmunssen : La rupture n’est pas accidentelle… Il n’y a pas une forme donnée dans l’échange de compensation existentiel : ce qui est inhérent au Temps ne se détache pas du Temps ; les cellules sont Temporelles et occasionnellement Spatiales… physiquement parlant, cela s’entend. Ce n’est pas le hasard si des espèces disparaissent : elles disparaissent spatialement car vos sens ne les perçoivent pas mais elles demeurent dans la densité existentielle et dans leurs modifications successives inhérentes aux cycliques.

Dans l’élaboration de ces systèmes, l’élément de projection esquisse en superposition un embryon de « l’ambiant » qui arrivera à terme à l’instant de rupture des possibilités évolutives des espèces minérales, végétales et animales dans le cadre des « cycliques » dits « existentiels », pour se reconstituer dans le Cyclique et ce, à l’Infini…

Qualitativement parlant, nous assumons les cycliques dans leur intégralité. Ce qui vous différencie de nous, c’est que vous vivez la chose par vies conscientes discontinues.

Notre Espèce vécut en son « cyclique » la chose sous ses formes les plus vraies. L’évolution de votre espèce, si elle avait dû avoir lieu dans la même qualité, aurait assumé le même processus.

Nous n’appartenons pas originellement au même support… Nous fûmes projetés et nous amalgamâmes à la planète Terre sous forme de cellules identiques à celles qui vous constituent. Nous vécûmes des cycliques « spasmodiquement », jusqu’à celui qui nous conféra la dimension qui est nôtre en la période actuelle.

En les cycliques où nous vécûmes « l’attraction » et nous subîmes « la pression », nous existâmes géométriquement avec tout ce que la dimension limitative peut comporter de lacunes : la forme, les formes se modifient au fil des cycles, y compris celle(s) des systèmes stellaires. Pression et attraction s’exercent en tous sens car il n’y a ni bas ni haut, en ce qui se meut constitutionnellement… Tout élément de vie est projeté, se reçoit, se renvoie selon les fluctuations de la « Masse Ectoplasmique » dont il dépend…

- Rasmunssen : En la matière, sachez que vos élans ayant pour but de vous améliorer, par conviction intuito-ascensionnelle déboucheront sur la Situation Etablie en son temps…
- Karzenstein : Là, se manifestera notre intervention en symbiose avec les cataclysmes situés dans ce cyclique…

septembre 1984

Rasmunssen : Ceci ne constitue qu’effet de langage, Jantel, que vocable déguisé mais il convient aussi de ne pas négliger qu’en ce cyclique particulièrement, rarissimes auront été ceux qui auront su qu’être libre c’est ne pas se trouver dépendant d’une rentabilisation d’actes, quelle que soit l’identité qu’il sied d’accorder à ces actes…

Sur ce, apprêtez-vous à affronter un hiver rigoureux qui, comme tout élément de la Situation Etablie en ce cyclique, authentifiera un des aspects de l’ère semi-cataclysmique en cours…

juin 1988

Rasmunssen : L’aspect que confère la Lumière à un « ambiant » dépend du temps dit « chronologique », en cela se situent en fonction des sens des espèces et les formes et les couleurs. La chose est en la fluctuation permanente, elle s’exprime en différentes périodes d’un « cyclique ». Chaque « race » apparut tour à tour. Quatre couleurs demeurent de vos jours : le noir, le rouge, le jaune et le blanc. Ces couleurs se manifestent en cet ordre à la fin de chaque « cyclique », elles n’ont aucune influence en matière d’échange en le processus proprement dit.

février 1992

Karzenstein : L’opportunité d’en débattre de manière différente se révélera en temps choisi, avec le circonstanciel qui vous exposera à quelques phases paroxystiques, lesquelles transparaissent déjà dans le positionnement du cyclique, tel qu’il ne manque pas de nous apparaître…

29 juin 1995

Karzenstein : Sachez toutefois en aparté que, si tous ont diversement reçu, d’aucuns se sont imaginés subir, et qu’il s’agit là d’une conséquence du structuralisme et du pouvoir décisionnel qui en découle. Un structuralisme dont nous vous engageons plus que jamais à vous départir, ne serait-ce qu’au nom de l’ambiant que saura vous imposer, à des titres divers, « l’ère cataclysmique » du cyclique en cours…

Toute différenciation s’effectue en les cycliques du Temps Dimensionnel, par les effets de pression et d’attraction de la Mue Constitutionnelle qui libère des faisceaux multidirectifs d’énergie, c’est à dire d’Intelligence Divine, en des positions actives convergentes et divergentes, selon les fluctuations de la Masse Ectoplasmique. Tout effet de réciprocité qui s’opère alors, donne cours à ce que nous nommons la Syzygie Spatio-Temporelle.

Là se conditionne une densité dite existentielle qui, dans son processus de solidification propre, vient donner naissance à des Systèmes Stellaires, tous interdépendants, jusqu’aux prochaines modifications qu’ils subiront et que conditionnent les « Cycliques » : le Temps Dimensionnel se manifestant de la sorte dans ce qu’il convient de nommer la « Récurrence réadaptatrice ».

l va sans dire, qu’à travers leurs propres expériences, ceux qui partagent vos instants trouveront matière à déculpabiliser les autres Espèces qui n’eurent recours à aucune doctrine « malthusianiste » pour éviter de densifier davantage les divers « ambiants » proposés par ce « cyclique ».

8 août 1996

Karzenstein : Ces procédés d’ordre technologique ne font que figer des événements qui, si graves vous apparaissent-ils, sont imputables au Cyclique : qu’il s’agisse de fluctuations climatiques ou encore d’excès d’influences dites idéologiques…

L’idée, les idées qu’elle voyage demeurent des éléments de la Temporalité : du dimensionnel au chronologique, au travers des Cycliques et de leurs ambiants…

26 décembre 1996

Karzenstein : Pollux demeurant Pollux, je dis bien « demeurant » et n’y voyez pas là l’ombre d’une offense à votre Foi, nous ne nous appesantirons pas sur la mue évolutive qu’a entamée votre ami… Sachez simplement que « la chose » se réalise en ce Cyclique et aboutira comme il se doit dans le Dimensionnel auquel, pardonnez-moi de vous le répéter, vous devriez déjà appartenir…
- Lorsque vous dites dans ce Cyclique, je suppose que cela n’a rien à voir avec ce que vous appelez cycle annuel….
- Karzenstein : Vous supposez comme il se faut, je vous dirai compendieusement qu’un Cyclique est une « démultiplication d’ambiants » projetés par le Temps Dimensionnel et s’inscrivant au gré des fluctuations de la Masse Ectoplasmique dans le mouvement de la Syzygie Spatio-Temporelle.

janvier 1998

Karzenstein : tout s’effectuant en interdépendance, la vocation précitée ne pouvait échapper à la mouvance du « cyclique » et à la phase extatique qui y préfigurait

Indubitablement, Jantel, puisque « impression » comme « expression », vous l’aurez déduit, étaient vouées à se voir déplacées en permanence, au gré de leur mouvement conjonctif, dans le souci d’une harmonie assurant votre équilibre : celui-ci devant se canaliser sur toute la longévité vous étant impartie, selon les diverses formes de démultiplication influant sur ce « cyclique » et ses positionnements.

j’ajouterai afin d’apaiser ceux de vos amis trop enclins à céder au « comparativisme », qu’ils se cantonnent à considérer le caractère unicitaire de la chose, comme nous le faisons : à travers « l’influence mimétique » à laquelle procède la position de point de non-retour incluse dans ce « cyclique ».

février 1999

Magloow : La rigidification générale et l’objectification de cette notion de la mesure ont chez vous continué à se développer jusqu’à ce que, dans ce cyclique, le mot, le terme de « mesure » en soit arrivé à dénoter principalement un processus de comparaison d’une chose avec un standard extérieur.

Le donné est hors ambiant bien sûr. L’ambiant des cycliques directement. Lesdits cycliques sont reliés au Cyclique.

23 juin 1999

Karzenstein : « Diagrammez » donc la chose d’après la dynamique de sa configuration généralisée, comme la révélation des limites de la répartition particulière et globale d’Intelligence Divine et ce, dans le déroulement de chaque cyclique, au gré des « ambiants » qui en découlent…

Je vous avais énoncé que les réminiscences, dont vous « savez » désormais le mouvement intermédiaire, en état de suspens dans leur démultiplication progressive, tendent à provoquer et je dirais plus encore aujourd’hui, à précipiter ce cyclique de non-retour au moment de l’évolution maximale des possibilités contenues par le cerveau humain…

8 novembre 2001

Karzenstein : il incombe aux uns comme aux autres - vous inclus - de positionner l’exacerbation précitée dans les données du structurel d’une « phase extatique » rendue assez problématique dans ce que représente sa jugulation, jugulation axée sur la « mise en équation perpétuée » que vous savez, restant entendu que la chose appartient à une strate très particulière du cyclique, strate qui, en les déroulement et déploiement de l’ordre implié inhérent à toute existentialisation volumisée, conditionne, de par l’accélération du mouvement qui anime ledit ordre, ce que vous n’ignorez plus être « le point de non-retour ».

L’intégralité de ce processus d’adaptabilité entre intrinsèque et extrinsèque incomba à l’équation perpétuée que nous mîmes en place, non sans difficulté car en « fin de cyclique », en position de « point de non-retour » en élaboration, d’après un « manifesté » des plus surprenants en ses effets désuperpositoires…

17 mai 2003

Karzenstein : Votre souvenance saura réactualiser du fait que tout cyclique, dès la survenance de son terme, se détermine, en désuperposition comme en démultiplication, par un mutationnisme d’ensemble, lequel englobe la totalité du produit de l’existentialisation, entre nanisme et gigantisme, puisque cette remodélisation s’adresse, pour ce qui vous intéresse, au volume.

Vous comprîtes alors qu’une fin de cyclique amorçait le déploiement d’un point de non-retour, existence identifiant l’aboutissement circonstancié d’un système.

14 décembre 2003

- Oui, définir les choses par des formules nous induit encore à considérer le conséquentiel en tant que causal…
- Karzenstein : Et donc à dénaturer la dynamique du mutationnisme s’opérant à travers le déroulement des cycliques, Jantel !

7 janvier 2004

Dany : Dans le déroulement de son exposé sur l’androgyne, KARZENSTEIN insista sur le fait qu’un positionnement cyclical de non-retour exerçait un surcroît de pression ambiante, lequel engendrait un processus de suractivité prédisposant à agir des actes…

Aptitude traditionalisée, influence mimétique conditionnant la nature de la donnée humorale visant à accéder à ladite aptitude par souciance existentielle, c’est-à-dire par besoin d’identification, conjuguées aux « sous-ambiants » du positionnement du cyclique en cours, auront été les facteurs déterminants de ce que votre mode de vie a métamorphosé en information.

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0