Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Textes connexes et commentaires divers / Lois, Principes et concepts / Concept de cyclique - analyse
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

Concept de cyclique - analyse

D 4 septembre 2004     H 08:49     A     C 0 messages


Pour les citations, voir l’article : Concept de cyclique - citations

cycle : du bas latin cyclus , du grec kuklos, suite de phénomènes se déroulant dans un ordre immuable et sans discontinuité

cyclique : du latin cyclicus - se dit de ce qui revient régulièrement selon une évolution déterminée

Le Temps cyclique est une conception traditionnelle du temps cosmique selon laquelle celui -ci s’écoule selon des cycles récurrents, de telle sorte qu’il n’y a ni origine ni fin des temps.

M. Eliade : « l’univers est considéré comme éternel, mais il est périodiquement anéanti et régénéré à chaque création. La doctrine de la conflagration périodique se retrouve chez Héraclite et dans la pensée stoïcienne chez Zénon  ».

Dans le stoïcisme :
« Pour le stoïcien, la vertu consiste à connaître la nature et à vivre en harmonie avec elle….La physique est l’étude de la nature. Celle-ci n’a rien de commun avec celle des romantiques ou de nos modernes écologistes. La nature, c’est l’univers, le monde, la réalité.
Pour les stoïciens, le monde est un grand être unique, un organisme, une sorte de grand vivant constitué par les quatre éléments (air, terre, eau, feu) qui passent l’un dans l’autre. Ils y voient la loi de l’éternel retour c’est à dire l’idée d’un temps cyclique selon lequel au bout d’un bon millénaire ce qui a été redevient.
Pour les stoïciens, ce grand organisme qu’est le monde, ce vivant éternel, n’est rien d’autre que Dieu lui-même. Dieu n’est pas hors du monde. »

Cette conception est toujours présente chez certains ésotériques actuels : « Le temps cyclique, à travers ses trois modalités (intensive, qualitative, extensive), se conçoit respectivement comme Retour, comme Moment, et comme Spirale, ternaire archétypal qui figure un même processus physiologique » (Dr Patrice Guinard )

Le concept de cyclique dans les “Textes” abonde donc dans le sens de cette notion traditionnelle d’éternel retour mais avec des caractéristiques particulières . Ce sens traditionnel est d’ailleurs évoqué : Vos incursions dans ce qu’est le Temporel, à travers le schéma traditionnel, dirais-je, de chaque cyclique sont inhérentes à l’essential qui détermine chaque Espèce. ( Rasmunssen - octobre 1974) .

Karzenstein en donne une définition précise : « un Cyclique est une « démultiplication d’ambiants » projetés par le Temps Dimensionnel et s’inscrivant au gré des fluctuations de la Masse Ectoplasmique dans le mouvement de la Syzygie Spatio-Temporelle. » ( 26 décembre 1996)

Cette notion est particulièrement corrélée à celle d’ambiant, de point de non-retour, de récurrence réadaptatrice, à la situation établie qui est cyclique alors que la situation provoquée ( le formationnel ) est fixée . La race humaine vit les cycliques “spasmodiquement” vu la brièveté des vies humaines . Les semi-géométrisés sont censés avoir une vision plus vaste, bien que Mme Dany ne dit pas avoir connaissance mémorielle d’un cycle entier : «  …ma semi-géométrisation ne possède, à proprement parlé, nulle trace de vécu conscient d’un cyclique parvenant à terme. Ainsi, mes deux millénaires et demi de mémoire(s) se contentent de faire office de pont, historiographiquement parlant … » ( 19 août 2004 ) . Seuls les fluido-luminescents vivent les cycliques dans leur intégralité et leur entier . Une curieuse remarque sur les races humaines : « Chaque « race » apparut tour à tour. Quatre couleurs demeurent de vos jours : le noir, le rouge, le jaune et le blanc. Ces couleurs se manifestent en cet ordre à la fin de chaque « cyclique » » ( Rasmunssen - juin 1988)

L’important est que nous soyons chronologiquement en fin de cyclique, en “ère cataclysmique” engendrant la dynamique mutationniste des éléments vivants ( notamment en taille ) et l’exacerbation de l’action et de la procréation .

Magloow en fait un principe ( avec une majuscule ) de l’ordre implié : « Le donné est hors ambiant bien sûr. L’ambiant des cycliques directement. Lesdits cycliques sont reliés au Cyclique.  » ( février 1999)

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0