Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Textes connexes et commentaires divers / Lois, Principes et concepts / Concept de circonstanciel - citations
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

Concept de circonstanciel - citations

D 5 avril 2004     H 08:55     A     C 0 messages


> circonstanciel : de circonstance, latin circumstare, se tenir autour ; fait particulier qui accompagne un évènement, élément secondaire d’une situation - le circonstanciel, c’est ce qui dépend des seules circonstances - en grammaire, se dit d’un complément ou d’une proposition subordonnée qui indique dans quelles circonstances une action est menée .

 


 

Avril 1974

Rasmunssen : votre perception, il sera nécessaire de vous le rappeler souvent, n’est en grande partie que l’objet du circonstanciel qui la véhicule.

octobre 1974

Rasmunssen : Il n’est que de prendre le cas précis de la prise de contact entre Jankis et Jantel : quiconque alléguerait un semblant de « fortuité » à ce positionnement circonstanciel, s’exposerait, y compris pour votre Espèce, à un irrationalisme on ne peut plus rationnel (rires)

Rasmunssen (au sujet de certaines incursions possibles de l’homme dans d’autres dimensions) : Le « circonstanciel » est dépendant du Temps, puis ensuite de l’Espace, donc en désuperposition, de la chronologie et du lieu.

31 décembre 1975

Rasmunssen : La Liberté, Jantel ! Il faut que vous sachiez que la seule Liberté consiste à se trouver disponible, à l’unique fin de s’adapter aux circonstances, c’est-à-dire de faire corps avec elles. Vivre les circonstances en l’ambiant qui les propose et être vécu par elles de par le principe donné/reçu émanant de la Loi des Echanges.

septembre 1984

Rasmunssen : Certes, Jantel, ces individus en font effectivement partie, à l’image de certains que vous ne citez pas ou d’autres que vous n’avez pas encore rencontrés, mais que le circonstanciel ne manquera pas de mettre en votre présence, en « temps choisi »…

27 mars 1987

Rasmunssen : En votre cas, comme en celui de vos amis, nous parlerons de réalité. Les réalités sont circonstancielles, dépendantes d’un cogito quant à l’idée que l’on peut en avoir et inhérentes au « Temps Dimensionnel » qui les divulgue en l’instant situé : nous en revenons au processus Situation Etablie/situation provoquée…

juin 1988

- Rasmunssen : En tout ce que sera notre discussion, n’établissez aucun comparativisme dirigé, meilleur comme pire ne se manifestent qu’en des circonstances précises ; nous ne chercherons donc pas à enfermer les éléments dans des « notions », je dis cela en fonction des conclusions que votre disponibilité et celle de vos amis seront conduites à épancher.
- Que faut-il entendre par meilleur, pire et que sont ces circonstances ?
- Rasmunssen : Les circonstances sont dans la fusion constante des choses les éléments que vous pouvez percevoir de la « Situation Etablie ».

février 1992

Karzenstein : L’opportunité d’en débattre de manière différente se révélera en temps choisi, avec le circonstanciel qui vous exposera à quelques phases paroxystiques, lesquelles transparaissent déjà dans le positionnement du cyclique, tel qu’il ne manque pas de nous apparaître…

29 Juin 1995

Karzenstein : Cependant, cela vous aide à mieux situer les effets de mouvance de la Pensée, vécus, dans ce cas précis, en marge de toute influence mimétique consciente, donc à l’insu des individus, mais qui n’en demeure pas moins l’onde de forme circonstancielle de « l’Alternance Osmotique ».

8 août 1996

Karzenstein : La Pensée est génératrice de souffrance, ne l’oubliez pas ! Souvenez-vous Jantel, elle prend, en le provisoire des géométrisations qu’elle visite, les formes que les dimensions respectives de chaque espèce dite pensante, lui confèrent : instinct, intuition, analyse… c’est-à-dire la matérialisation de son caractère fonctionnel que nous avons nommé le penser… Et ce, je ne vous l’apprendrai pas, en fonction du circonstanciel révélant la qualité des choses à vivre et, n’omettons pas de l’ajouter, la qualité des choses vécues…

26 décembre 1996

Karzenstein : je souhaiterais que nous revenions sur l’avant-dernier point traité, lequel vous remémorera des propos que nous tînmes lors de conversations au cours desquelles nous vous avions fait ressentir que, sous couvert du circonstanciel le révélant, le « provoqué » émanait toujours de « l’Etabli »…

21 octobre 1997

Zilder : Circonstanciel : Adéquation entre les forces générant les ambiants en leur spécificité volumique existentielle.

janvier 1998

Karzenstein : s’il s’avère fondé que les phénomènes télékinésiques demeurent, dans leur globalité, un support alternatif des informations physico-philosophiques que nous échangeons avec vous, il conviendra dorénavant de les « resituer » dans l’inconditionnel « circonstanciel » que détermine « l’Etabli » par rapport au « provoqué ».

Souvenez-vous que la plupart des espèces semi-géométrisées se connectant en ces occasions avec vous, vivent en toute satisfiabilité, aussi bien dans les « ambiants » que dans les « sous-ambiants » qui en découlent, « l’impression » et « l’expression » auxquelles l’existence vous a circonstanciellement voué.

Je ne vais pas vous occasionner plus d’accumulation de lumière passive en laissant s’activer votre souvenance sur un point auquel vous n’avez pas prêté attention, dans les conditions d’impression requises, en le circonstanciel y référant.

23 juin 1999

Karzenstein : Ah ! Là, nous entrons dans un schématisme intermédiaire, à savoir le « dispositionnement » de « l’Etabli » en le circonstanciel du « semi-provoqué », dispositionnement à l’endroit duquel vos potentialités analytiques ont eu tôt fait de déceler la cause essentielle du décalage chronologique de notre entretien d’aujourd’hui …

- Vous évoquez là le circonstanciel…
- Karzenstein : Incontestablement, Jantel, dans un « dimensionnel » (ou un positionnement, tel que vous l’avez avancé) dont la mouvance édifie ce que le « sémantisme » baptise à raison « l’événementiel »…

C’est en réfléchissant quelque peu sur l’astatisme résultant de la fulgurance du contact issu « circonstanciellement » de la divergence de ces courants, que vous vous montrerez plus à même d’envisager, du moins intellectuellement, la modification de « la vitesse de la lumière ».

2 février 2000

- Vous faites référence à l’acte de « carsamiser » ou de « boîtolettriser » par rapport à celui de chanter, par exemple…
- DANY : Circonstanciellement, cela s’entend, selon les sous-ambiants…

7 novembre 2000

KARZENSTEIN : Le phénomène de transduction reste identique, JANTEL ! Simplement, le circonstanciel, en le mimétisme émanant du principe réverbérationniste, déplace l’échange en l’événementiel

8 novembre 2001

Karzenstein : Présents à ce que généra la périphérisation circonstancielle de la chose, je ne vous tairai aucunement que l’incongruité de la situation nous autorisa à penser qu’il ne s’opérerait pas d’existentialisation conforme à cette appellation, bien qu’en contrepartie transparût sur-le-champ une homogénéité indubitable de la pluricellularisation en question…

Ce point de détail reste l’unique argument à prendre en compte dans le cadre d’une éventuelle atténuation circonstancielle de la chose…

L’inductionnisme, au gré des circonstanciels présidant aux effets respectifs de ces deux produits du mouvement, permettra d’observer, en l’ordonnancement de la « subparallélisation des directionnels », l’existentialisation de l’exercice d’état en l’agissement

24 novembre 2001

MAGLOOW : La « virginité » demeure une vertu incontestable mais il n’en est pas moins vrai qu’elle dépend avant tout du « circonstanciel »…

13 avril 2002

Dany : Tel qu’il est dû, ce « formationnel du mouvement » demeure en permanence lié aux circonstanciels que dessinent les ambiants et aux sous-ambiants que ces circonstanciels, à leur tour, dessinent, « tout » se vivant et « tout » étant vécu par l’interdépendance inhérente à la Loi des Echanges… Phase extatique, préphase de récursivité iconisent ici les circonstanciels en question, en amont desquels, de toute évidence, le positionnement du cyclique évolue sous des aspects aussi perceptibles que peuvent figurer à des degrés variables « édaphisme » et « gestaltisme », clefs de voûte de l’interdépendance précitée, à ce stade de la volumisation…

31 juillet 2002

Zilder : En attendant ces adjonctions indicatives, ne concluez pas trop hâtivement le sens et la portée de ce à quoi « le circonstanciel » vous expose en ces instants du cyclique.

Virginie et vous êtes circonstanciellement appelés à une confrontation à des valeurs que nous qualifierons de déflexionnistes, dans la mesure où l’accélération du mouvement se répercute dans la totalité des strates du « constitutionnel », avec tout le désordre des formes que la chose implique.

14 décembre 2003

Karzenstein : Rasmunssen vous avait fait opter pour l’Espérance, confinons-nous y en rappelant incidemment que celle-ci prédispose à aborder la Foi, laquelle, n’omettons pas de le réitérer, reste une désuperposition de la fulgurance mimétique, à savoir un « faire corps » avec tout circonstanciel survenant…

- Oui, à présent que vous me le rappelez, je situe mieux l’événement, il avait été question de la fameuse loi du hasard et de la nécessité…
- Karzenstein : Que Jigor vous avait occurrentiellement engagé à considérer tel un principe stochasto apodictique…qu’il avait comme il se faut syngtamisé en « harmonisme en le circonstanciel »

- Et dire que tout cela n’est, initialement parlant, que de la Pensée…
- Karzenstein : Eh oui, Jantel, en désuperposition puis en démultiplication, au gré des ambiants et des circonstanciels qu’elle génère…

Karzenstein : Le circonstanciel est un pont jeté entre l’Etabli et le provoqué, Jantel, s’il est édifié qu’il n’est la propriété de personne, il ne possède pas davantage de « main mise », dirons-nous sur l’informationnel de base, si celui-ci a maintenu le cap lui étant initialement assigné…

7 janvier 2004

Dany : Ainsi l’idéologisme de la sorte éclos sait, tel que vous l’a fait valoir KARZENSTEIN, administrer ce qui devient une syntalité [2], avec tous les excès qu’elle peut générer à travers ce qu’il est usuel de définir en tant que phénomène(s) de groupe(s), au gré des ambiants et des circonstanciels en découlant.

Il demeure de toute logique que ce situationnel reste extrapolable au gré de l’extension qu’en font les circonstanciels lors de leur advenance, toutes chronologisations confondues.

3 mars 2004

Karzenstein : Il s’agit moins d’une réprimande que d’un conseil, Jantel… J’ai visé occurrentiellement à vous engager au silence duquel vous vous étiez extirpé suite à votre exercice de course pédestre. Parmi les définitions soumises à votre souvenance, il en est certaines que votre cogito occulte… Je ne citerai circonstanciellement pour exemple qu’un passage de l’une d’entre elles prononcé par Rasmunssen un quart de siècle auparavant et vous formulant que le silence reste angoissante nécessité.

Cela peut aussi quelquefois passer par le silence, tout en acceptant que ces autres recevront ce qu’il doivent recevoir, dans la mesure où ils doivent le recevoir, c’est-à-dire en le circonstanciel régissant le produit de votre rendu.

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0