Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Textes connexes et commentaires divers / Lois, Principes et concepts / Concept de désuperposition et démultiplication - citations
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

Concept de désuperposition et démultiplication - citations

D 18 octobre 2004     H 07:03     A     C 0 messages


Ce concept suppose la totipotence ( la toute potentialité ) des pré-cellules et son corrélat : l’application singulière, spécifique, par désuperposition et démultiplication. D’où l’existence du « spécifisme ». il est important de saisir que la conception utilisée est celle d’une réduction progressive de l’Initial et non une « montée » luciférienne vers lui.

juin 1988

C’est une explosion qui va en ses décibels agresser votre ouïe, c’est un éclair qui va vous aveugler momentanément mais dans le cas d’un enfant venant de naître et que l’on place, pour une raison quelconque, sous un dispensateur électrique d’oxygène, la chose, bien que se vivant pour l’individu à l’état semi-conscient, l’agresse et vient provoquer des perturbations importantes quand la répartition ne s’établit pas, favorisant souvent une rupture des sens pouvant aller de la cécité à la paralysie totale. Tout cela, bien qu’approximatif car situé mais non situable, démontre qu’il vous faut nuancer et le ressenti et le reçu et le transmis et le donné et le rendu… Je commente la chose en sa désuperposition en tenant compte des possibilités de perception de votre espèce, je tiens à le répéter.

février 1992

- Cela reviendrait-il à dire que l’expérience n’est d’aucune ou en tout cas de peu d’utilité ?
- Karzenstein : Désuperposons l’équation selon laquelle le Père créa la Vie et l’homme inventa le mode vie. Cette désuperposition nous fait constater le décalage qu’il y a lieu d’observer entre le situé non situable et le situé situable, et à en tirer les enseignements, à savoir que votre humanité ayant fait prévaloir l’onde de forme sur l’onde de Vide, il s’est ensuivi, dans la conformité de l’échange, une prééminence du mode de vie sur la Vie…

Karzenstein : Récitons opportunément Rasmunssen qui vous fit valoir qu’originellement c’est l’être qui appartient à l’environnement et non le contraire ! Toute chose se vit d’après ce principe, en désuperposition comme en démultiplication : c’est le principe d’Osmose Attractive.

avril 1992

Schéma du Mouvement dans sa désuperposition : Energie = Dynamique = Mouvement désuperposé en fonction de la Géométrie : Volume et Surface = Geste = Acte.

En le reçu qui va le déterminer comme en le transmis qui va le perpétuer en la désuperposition des choses vécues par les individus concernés par l’Action.

Comprendre, comme vous le faites trop souvent conduit à expliquer, c’est à dire à interpréter, Ressentir prédispose à « Vivre » et à être « Vécu ». L’un est désuperposition de l’immobilité, l’autre émane de l ’agissement de l’Immobilisme.

janvier 1994

- Jantel : Bien que nous ayons déjà abordé le sujet, peut être conviendrait-il de revenir sur certains points qui nous permettraient de mieux apprécier ce que nous exprimons en matière d’Art, de chanson….
- Karzenstein : Tout cela, faut-il le répéter n’est que désuperposition de la Loi des Echanges. Volume/vide, Pression / Attraction, le Perpétuel inhérent et Systématisme Originel.

- Jantel : Cela fait partie de notre système de communication, il faut un « support » au texte, comme à travers les images qui entourent « l’information » par exemple, l’un allant souvent dans ce cas à l’encontre de l’autre, le « verbe » se trouvant ainsi galvaudé…
- Karzenstein : En désuperposition qualitative, incontestablement.

L’évolution, au sens où vos moyens vous donnent de l’entendre, se définit « en » et « par » la Pensée. Votre situation géométrique vous engage donc, en processus de désuperposition, à la fixer, c’est le « verbe » donc le texte qui en devient l’instrument. Il ne s’agit donc pas, en matière de « chanson » de servir la « musique » mais bien de vous servir d’elle.

21 octobre 1997

A un moment donné J.C.P. parle alors de la couleur de la pensée et apparaît sur l’écran le terme « HOMOCHROMISME ». L’homochromie étant la propriété de certains animaux d’harmoniser leurs couleurs avec ce qui les entoure. L’homochromisme aurait un rapport avec la fulgurance mimétique. Il est alors répondu à cela dans ce qui termine l’exposé :
- Désuperposition de la fulgurance mimétique propre à certaines espèces, mais ce n’est pas faire corps dans le sens où il faut l’entendre.

janvier 1998

Karzenstein : N’omettez pas, en outre, de rallier à votre esprit que cette « phase extatique » densifie l’intégralité de ce que représente votre « rendu ». Ceci se traduit donc sur plusieurs plans, non seulement interactifs mais aussi compensatoires, ainsi que l’exige, de « désuperposition » en « démultiplication », la Loi d’Alternance Osmotique… Alors, s’il s’avère fondé que les phénomènes télékinésiques demeurent, dans leur globalité, un support alternatif des informations physico-philosophiques que nous échangeons avec vous, il conviendra dorénavant de les « resituer » dans l’inconditionnel « circonstanciel » que détermine « l’Etabli » par rapport au « provoqué ».

Souvenez-vous que la plupart des espèces semi-géométrisées se connectant en ces occasions avec vous, vivent en toute satisfiabilité, aussi bien dans les « ambiants » que dans les « sous-ambiants » qui en découlent, « l’impression » et « l’expression » auxquelles l’existence vous a circonstanciellement voué. Concluez donc que ce qui ne figure que des désuperpositions de « directionnels » divergents formalise ainsi, dans des proportions totalement similaires, l’échange « lumière active/lumière passive » auquel vous êtes soumis, lors de nos dialogues et, quelquefois, lors de l’apport que vous en faites aux autres…

Il incombe à chacun de traiter chaque acte à agir avec cohérence, il vous l’a déjà été signifié : en marge de toute complaisance à l’égard de soi, en communion avec ce que vous savez être la « souffrance »… La qualité d’un mouvement introspectif reste dépendante de cette démarche. En désuperposition, une identique qualité couronnera chaque prise de conscience, concrétisera chaque remise en cause et par là-même ce que tout un chacun estime devoir être son évolution.

Le mode de vie auquel votre espèce s’est confinée et continue de se confiner est par trop séquentiel… Il correspond à une organisation trop délimitatrice et par ce, trop limitative, sur laquelle il n’est pas utile de s’attarder : ne venons-nous pas d’en faire une approche en traitant du caractère festif des fins de cycles annuels ? Cette désuperposition du processus de compensation existentiel, en l’équation labeur/loisir, conditionne chez vous un éloignement incontestable de ce à quoi vous prétendez aspirer le plus : la liberté…

14 novembre 1998

Ce que vous percevez à travers vos sens comme de l’espace vide est le fond de l’existence de tout (espace vide - espace volumique). Cet océan doit être compris dans les termes d’un ordre implié multidimensionnel. Ainsi approchée, la cosmogonie doit être considérée comme une immense ride. « Désuperposition = plissement métamorphique ».

8 novembre 2001

Karzenstein : Donc, pour reprendre et confirmer les dires explicatifs de Jigor concernant votre consistance actuelle et sa fonctionnalité, je réitérerai que le déflexionnisme ayant « précontexturé » l’amalgame du semi-particulaire constituant votre dernier état de suspens contenait, à l’instar de tout fluctuationnisme existensialisateur, un réverbérationnisme totalement approprié à son « essentialité », étant acquis que ce réverbérationnisme initial devient pour tout ce qui advient, en désuperposition comme en démultiplication, ce qui édifie le fondement même de l’incontournable « processus de compensation existentiel ». Conservez à l’esprit qu’il ne s’agit là rien d’autre que du « dégraduationnalisme » s’opérant de « l’Etabli » au « provoqué ».

Si l’agencement ipséitaire du cogito conditionne le fonctionnalisme du « penser » qui est vôtre, pénalisant inexorablement l’uniformisation de l’informationnel de base dans la constance de son « transmis », voire de son « rendu », n’oubliez pas que ledit informationnel, si spécifique soit-il dans sa démultiplication, fonctionne également paralléliquement, périphériquement, stigmatisant en quelque sorte « semi-conscient » et « inconscient ».

- Karzenstein : Tout support, une fois révélé, est voué, de par le mouvement régissant l’originelle Loi des Echanges, à se trouver en phase, au gré du Temps en son choisi, avec ce que nous nommerons occurrentiellement un tropisme.
- Ah ! Voilà pourquoi cette expression nous a été révélée récemment par écrit…
- Karzenstein : Interprétez-la tel un effet de l’Osmose Attractive, en tenant bien compte qu’à l’instar de chaque existence, la chose ne saurait éclore en marge du réverbérationnisme et, automatiquement, suivant la démultiplication de ce dernier…

L’inductionnisme, au gré des circonstanciels présidant aux effets respectifs de ces deux produits du mouvement, permettra d’observer, en l’ordonnancement de la « subparallélisation des directionnels », l’existentialisation de l’exercice d’état en l’agissement, lequel agissement aboutira le plus souvent, de par le filtrage du cogito, au dispositionnement de l’acte à agir, devenant par aptitude(s) interposée(s) l’exercice de fonction… Cette qualité de chose s’établissant bien entendu au stade de votre spécifisme, conformément à ce qui vous fut dit du principe de désuperposition de la Pensée.

Quant aux ruptures collectives, et plus particulièrement celles se positionnant dans l’événementiel de cette période-ci, conservez toujours en souvenance, en filiation directe avec ce qui vient de s’énoncer, qu’elles permettent d’illustrer un des effets de « l’influence mimétique », laquelle, vous l’aurez déduit, se veut une démultiplication du réverbérationnisme.

Faut-il le répéter, désuperposition et démultiplication vivent tout… Présentement, je vous engage à délaisser toute illustration paroxystique de la chose, en concluant par la réitération de ce que je vous soumis en 1996, à savoir que tous les procédés sacrificiels qui hantent votre esprit à l’heure actuelle englobent martyrs et tortionnaires dans le même mouvement : le « kamikazérisme » dont regorge l’histoire de votre humanité s’en montre l’exemple vivant, si vous m’autorisez ce douteux jeu de verbe… Aussi, l’équation soumise par Magloow doit surtout vous verser à positionner « agissements » et « actes » de votre quotidien… Tenez, au nom des « désuperposition » et « démultiplication » précitées, prenons pour exemple des plus banals le fait « d’oboler » - donner une obole si vous préférez - à un démuni ou soi-disant démuni, sans omettre de tenir compte de ce qui vous fut dit au sujet des vertus théologales, et celui de s’acquitter monétairement auprès d’un marchand de quelque achat visant à renforcer le confort, à agréabiliser l’environnement auquel vous vous trouvez voué(s). Vous déduirez sans peine que ces deux actions ne découlent pas de la même strate de conscience, donc de pensée. Toutes proportions gardées, évidemment : la première procèdera du don de la vie, tandis que la deuxième s’adonnera à la perte de ladite vie…

…en ce domaine précis du désuperpositionnel de la Pensée, je viens de vous soumettre l’importance de l’interception, interception à laquelle, du reste, vous vous prêtâtes fort joliment à cette occasion. Je le répète autrement que j’ai pu vous le révéler : la faculté d’intercepter appartient à tout. Nul ne s’étonnera vraiment de m’entendre prononcer qu’elle émane de l’Osmose Attractive et se distingue suivant la capacité d’admissibilité d’impression du support.

31 mai 2002

Karzenstein : Il sera plus juste de considérer que je prends le relais de Magloow et Dany lorsque le situationnel de votre qualité de choses à vivre le propose, au même titre, dirons-nous, qu’en désuperposition, Virginie eut à prendre le relais de Lucette pour ce qui a trait à la qualité des choses vécues.

- Karzenstein : Saisissons l’exemple selon lequel se vit une habilitation à « apprécier » le Père autant pour ce qu’il donne que pour ce qu’il prend et constatons que cet exercice est inhérent au « faire corps » préénoncé, lequel détermine « tout ce qui est ».
- Il s’agit là d’une caractéristique propre à votre Espèce…
- Karzenstein : « Tout ce qui est », Jantel ! L’existant, en le formationnel qui le spécifie, appartient au « désuperpositionnel » et au « démultiplicationnel » de « l’informationnel » que constitue l’Etabli, autrement dit à « ce qui est ».

24 décembre 2002

Tout se produisant en désuperposition et en démultiplication, il va de soi que le systématisme originel, en l’ordre implié qu’il déploie, va déployer une multitude d’ordres impliés. Vous avez su, pour exemple, vous référer à ce qui vous fut transmis par rapport à « l’équation perpétuée ».

8 mars 2003

- C’est cela et c’est ce qui me fait toucher du doigt chaque jour un peu plus ce dont vous m’aviez averti, à savoir l’échec couronnant toute entreprise concernant une amélioration dans les comportements…
- Karzenstein : Il s’agit là du déplacement de l’harmonie, laquelle multiplie selon les « ambiants » dans leur « désuperposition », et ce n’est là que justesse, Jantel !

8 septembre 2002

Il importera de se rappeler qu’en leur démultiplication et désuperposition, les directionnels sont, au travers des ambiants qu’ils « existentialisent », les géniteurs de ce que votre vocable définira en tant que « violence », cette dernière se révélant capable de s’instaurer, tant collectivement qu’individuellement.

25 mai 2003

KARZENSTEIN n’a pas manqué de vous faire valoir ce qu’il importait de retenir de ce type de mouvement(s) principalement axé sur « l’amplification » ou « l’atténuation » souhaitée par les parties en présence, selon la désuperposition des situations, « d’Etabli » en « semi-provoqué », jusqu’au « provoqué ».

14 décembre 2003

Karzenstein : Rasmunssen vous avait fait opter pour l’Espérance, confinons-nous y en rappelant incidemment que celle-ci prédispose à aborder la Foi, laquelle, n’omettons pas de le réitérer, reste une désuperposition de la fulgurance mimétique, à savoir un « faire corps » avec tout circonstanciel survenant…

- Donc, nous pouvons dire que la Pensée se localise dès la précellularisation enclenchée ?
- Karzenstein : C’est cela et de désuperposition en subparallélisation, elle se propagera alors en les flux de la sorte constitués, lesquels seront porteurs de « l’informationnel », donc du « formationnel virtualisable » dans la diversité que nous lui savons : cette phase déterminant l’éclosion de ce que nous vous avons appris à terminologiser en tant que spécifisme…

Saisissez-vous mieux, Jantel le nuancement dont vous et vos amis ne devez plus vous départir entre La Pensée et le penser, autrement dit le cheminement qu’il y a lieu de relever entre l’état et la fonction et, en désuperposition comme en démultiplication, les exercices qui en découlent, en l’inhérence du fonctionnalisme dont se trouve dépendant tout spécifisme.. au gré de la Loi des Echanges…

- Et dire que tout cela n’est, initialement parlant, que de la Pensée…
- Karzenstein : Eh oui, Jantel, en désuperposition puis en démultiplication, au gré des ambiants et des circonstanciels qu’elle génère…

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0