Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Chronologie des « Textes » / Année 2004 / 3 décembre 2004
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

3 décembre 2004

D 3 décembre 2004     H 20:34     A Karzenstein     C 0 messages


Karzenstein :
- Je vous sais préoccupé par des traits de pensée à la mouvance obnubilatrice : je vous engage à les épancher sans plus de délai…

Jantel :
- J’avais plus ou moins préparé depuis quelque temps ce qui se veut être la base du questionnement de l’entretien que vous m’accordez ce jour, après que Jigor, dans son style très personnalisé, et dans le but vraisemblable de me « défragiliser », soit intervenu sous forme de courrier [1], sans s’appesantir plus que cela sur les détails, avant de laisser ensuite madame Dany exposer une situation d’ordre plus général… Il s’avère exact que ces courriers, si riches soient-ils, n’ont pas vraiment répondu à mes préoccupations, autrement dit aux traits de pensée auxquels vous faites allusion, et pour ne rien vous cacher (c’est d’ailleurs une gageure que d’imaginer pouvoir vous cacher quoi que ce soit), il est incontestable que je nourrissais une certaine impatience quant à votre visite, Karzenstein, afin de vous confier - en quelque sorte - ce que vous savez déjà…

Karzenstein :
- Il s’agit en toute convenance de la rupture existentielle de Jankis, à propos de laquelle vous entretenez une sentimentalisation quelque peu culpabilisante, une réaction se trouvant causalement due à la fonctionnalité cogitale de votre espèce du moment, il n’est pas vain de le rappeler…
Ceci entendu, ce mouvement culpabilisateur prit effectivement sa source dans le fait que, plus de quatre cycles solaires auparavant, vous aviez cru de bonne facture de prévenir votre amie Lucette des risques encourus par Jankis, suite à la volte-face amorcée par celui-ci, à maints égards, dans son besoin d’exister plutôt que dans sa nécessité d’être…

Jantel :
- Voilà, j’avais, à l’époque, conseillé à Lucette de demander à notre ami commun de prendre garde à la voie qu’il semblait choisir ; je m’étais vraisemblablement montré maladroit et j’avais essuyé, comme en bien d’autres occasions d’ailleurs, une remarque pour le moins désobligeante, dans la mesure où ma démarche était censée comporter des menaces, alors que mon souci restait de « prévenir », ainsi que vous et les vôtres me l’aviez parfois conseillé…

Karzenstein :
- En conformité avec ce que nous savons être votre rendu… Poursuivez !

Jantel :
- Oui, je vous confierai donc, ou plutôt je vous confirmerai, puisque vous ne l’ignorez pas, que davantage que la rupture de Jankis et, par la suite, de son chien Ionesco, c’est l’intervention de Magloow, précédant de quarante-huit heures la disparition du premier nommé, qui m’a profondément troublé. Je ne vous apprendrai rien en vous disant que la lecture à voix haute du chapitre huit de l’Evangile de Jean, à laquelle m’invita sur ces entrefaites Magloow, en présence de mon ami Patrick, a opéré une impression de mal-être à plus d’un titre…

Karzenstein :
- Maintenez en la verbalité le produit de votre penser !…

Jantel :
- Oui… Voilà donc qu’à la vigoureuse prestation de Magloow s’ajouta, aux obsèques de Jankis, l’homélie effectuée par le prêtre orthodoxe, homélie en majeure partie axée sur le repentir et le souci de rédemption… Autant de valeurs que vous nous avez souvent convié à « décritériser », pour reprendre une de vos expressions… Quels enseignements pouvons-nous tirer de l’ensemble de cet état de fait ?…

Karzenstein :
- Délaissons tetraodion et autres psaumes entonnés en ces instants, selon le doctrinalisme erroné que vous savez, et privilégions du fait ce réverbérationnisme qui, en vertu de son initialité, ne tolère pas le déflexionnisme, ainsi que vous l’exprima Magloow.
De par sa dépendance à la Loi des Echanges, il va sans dire que l’enclenchement du déflexionnisme, et donc la prévarication [2] à l’endroit de l’initial s’ensuivant, procède à une modification tangible de ce que l’informationnel de base projette de la qualité des choses à vivre
En voie de subséquence, la Loi des Echanges ne transigeant point, il en résulte la spasmodicité moult fois citée et, paroxystiquement parlant, de percussion en répercussion, peut se produire, en effet direct ou différé, la cessation d’échange existentiel, et ce, sous quelque forme que la chose entreprenne de se manifester.
En démultiplication, l’introspection que chacun reste susceptible d’effectuer à ce sujet délivre, nonobstant les réticences plus ou moins ravalées de votre cogito, la différenciation s’observant entre qualité des choses à vivre et qualité des choses vécues.

Jantel :
- Je suppose que ce « réverbérationnisme initial » représente le courant initial dont vous nous avez maintes fois parlé et que Magloow, lors de son intervention, nous a demandé de comparer à l’Esprit saint de nos religions…

Karzenstein :
- Pas exactement, Jantel ! Réescaladez le couloir mémoriel que vous empruntâtes lors des six derniers cycles solaires et repositionnez le situationnel en son ordre donné…

Jantel :
- Ah, oui… Il est vrai que j’amalgame une fois de plus les notions d’état et de fonction : c’est la réverbération qui précède évidemment le courant…

Karzenstein :
- De fait… puisque le réverbérationnisme initial procède à l’élaboration du courant initial sous la forme de faisceaux tubulaires qui, en désuperposition, constituent ces flux directionnels et dont il n’est pas vain de rappeler au passage que d’aucuns se veulent contrôlables

Jantel :
- On pourrait donc dire que c’est de la Pensée qui se stratifie, donc de l’Intelligence Divine qui « voyage » en visitant ce qu’elle a initialement créé… L’image de l’Esprit saint, au bout du compte, ne s’avère pas si erronée que cela, si l’on y regarde bien… Il importe surtout de ne pas se fourvoyer à l’égard de cet initial ou Esprit saint

Karzenstein :
- Il s’agit d’une des tendances que sait revêtir la concordance en l’adaptabilité, pour utiliser ce syntagme pourvoyant à l’idée de justesse parrainant chaque formationnel. Votre contention présente vous portera à déduire que la législation présidant à l’universalité de ce qui « est » et « existe » exerce à tous les niveaux la réciprocité dans son adéquation à l’échange, et ce, en amont de tout idéologisme, de tout moralisme.
Aussi convenons sans ambages que l’individu praxisant un reniement de l’initial ne parvient - à la culminance de ce qu’il sied de considérer, en la circonstance, tel un déni - qu’à se renier lui-même. Réitérerons-nous que si le provoqué peut, très occasionnellement, défier l’Etabli, aucune latitude ne l’assiste afin de maintenir ce type d’échange en continuité, l’Etabli s’autogestionnant au travers de sa mue constitutionnelle, au gré de la variance des processus autocorrectifs qu’il recèle en son inveloppement ?…

Jantel :
- En quelque sorte, on peut considérer que lorsqu’on se risque à s’opposer à l’Etabli, on se trouve récupéré tôt ou tard, d’une manière ou d’une autre par celui-ci…

Karzenstein :
- Indubitablement, Jantel ! Le support offert à ce positionnement d’échange vit et est vécu par un effet réverbératif enclenchant une dynamique que nous qualifierons ici d’autotransductionnelle< [3]. En contextualisation paroxysmale, tel qu’est le cas nous attentionnant, tout se sustentant de ce qui le constitue, le Vide reprend pour ainsi dire la place qui est sienne, en vertu de son caractère d’éternité
Vous et vos amis vous rappellerez aisément que tout se produit au gré des flux et que ces flux s’exercent en stratification au cœur des espaces vectoriels, en totale harmonie avec l’Osmose AttractiveOsmose Attractive qui, de par la diversité actionnelle que lui confère l’Alternance Osmotique, pourvoit à ce qu’il sied de visualiser en tant que rééquilibrage, astatisme s’édifiant, sous le couvert de l’autocorrection, en entière adéquation avec le circonstanciel alors déployé [4].
Ainsi le support précité, en l’exacerbation de l’échange, ne connaît d’autre alternative que de s’autosustenter, donc de procéder, au stade ultime de cette phase - que vous aurez deviné être la phase de récursivité -, à une cessation dudit échange, autrement formulé : de vouer sa géométrisation à la consommation de rupture, en marge de toute intention, tel que vous l’aurez également su déduire.
Vous garderez loisir d’interpréter, au summum de son acception, comme vous le faites d’ailleurs souvent, l’adage plurimillénaire faisant écho au fait que chasser le naturel induit ce dernier à revenir au galop… La justesse, Jantel ! Toujours la justesse !

Jantel :
- Oui, bien sûr, la justesse, le naturel se voulant en l’occurrence le Vide… Vos propos me font songer à ce que vous nous aviez expliqué au mois de novembre 2001 à l’endroit de ce fonctionnement de l’informationnel et me rappellent également une conversation que j’avais eue à Marseille, au syndicat des pharmaciens, si je ne m’abuse, à laquelle participaient, entre autres, monsieur Jérôme et madame Dany… Je me souviens assez bien qu’il avait été question de pression exercée contre la pression et de conduction à l’agissement par l’effet de « couloir transductionnel »…

Karzenstein :
- C’est cela… Vous pourrez dès lors compulser plus efficiemment les propos que votre ami Patrick transcrivit à la suite dudit entretien et prendre davantage conscience de la multidimensionnalité de l’agissement
Pour le reste, je vous convierai à ne nourrir aucun « penser » à tendance culpabilisatrice, quand bien même possédez-vous la possibilité de susciter parfois l’agissement… en question par une amplification que le réverbérationnisme vous octroie de vivre, en certains ambiants.

Jantel :
- Ces ambiants - dois-je me répéter - figurent les tenants que - hélas - nous ne situons pas, du moins dans ce qui les formalise, voire qui tend à les formaliser… Ce n’est qu’a posteriori que nous est offerte la possibilité d’en débattre, et toujours, faut-il le préciser, avec ce sentiment d’impuissance de les avoir subis…

Karzenstein :
- Vous mêlez toujours allègrement recevoir et subir, Jantel ! [5].Mais il n’en demeure pas moins réel que seule la dimension temporelle autorise à localiser les ambiants dans leur déploiement, selon les strates où, bien évidemment, ce dernier s’opère…

Jantel :
- Je dois avouer que concevoir un ambiant tel un reçu, ou plus exactement comme un produit du reçu, ne m’était pas précisément venu à l’idée…

Karzenstein :
- Vous pourrez dorénavant y remédier, en gardant soin de ne point égarer de l’esprit que la chose s’opère en fonction des caractéristiques des différents spécifismes… Vous vous apercevrez alors que les ambiants figurent tout uniment ce qu’il convient d’assimiler à la gestaltisation de la Pensée.

Jantel :
- Compte tenu de tout ce que vous nous avez enseigné, je songe présentement à ces cellules qui ne périclitent pas et qui perdurent donc après la rupture du support qui les a pour ainsi dire abritées…

Karzenstein :
- Je distingue parfaitement ce à quoi vous voulez en venir, mais je laisse libre voie à la continuation de l’élaboration de votre questionnement…

Jantel :
- Oui, voilà, ces cellules incontestablement imprégnées, dirai-je, de portions d’ambiants, rejoignent ce que j’appellerai pour ma part une qualité d’état de suspens, et ces cellules ont évidemment une influence sur ce que nous entrevoyons au sujet des fréquences de retour…

Karzenstein :
- Certes, et Magloow vous avait fait lire un verset biblique traduisant une reconduction du produit du déflexionnisme à travers le suspensif

Jantel :
- C’est cela… L’Evangile de Jean stipule que Jésus aurait assuré que certains mourraient dans leurs péchés [6] Ca laisse donc sous-entendre, toujours par rapport à ce que vous nous avez appris, que l’espacement des fréquences de retour connaîtrait ce qu’on peut considérer comme une accélération, en fonction, bien entendu, des déflexions commises à l’endroit de l’initial…

Karzenstein :
- Aborder la Pensée dans l’intégralité de son fonctionnalisme postoriginel autorise à faire constat de l’harmonie parant la récurrence réadaptatrice, Jantel… Du reste, puisqu’il est occurrentiellement fait état des écrits bibliques, je vous conseillerai de vous reporter à la thèse émise par Jésus et rapportée notamment par son ami collecteur d’impôts, thèse selon laquelle plusieurs des premiers se retrouveront derniers, laissant soin aux derniers de se retrouver premiers [7]… Repositionnez ces dires en fonction de ce qu’aujourd’hui vous n’ignorez plus et vous côtoierez une plus complète idée du cheminement de la récurrence réadaptatrice, en la pourvoyance de la reformationnalisation, tant dans le désuperposé que dans le démultiplié : de la permanence du particulaire au circonstanciel identitaire.

Jantel :
- Puisque nous sommes plongés pour ainsi dire dans la Bible, la dernière missive de madame Dany m’a donné à interpréter les propos dans lesquels elle fait état d’un ingrédient subtil étant produit par nos émotions… Mon interprétation m’a donné d’apparenter cette déperdition…

Karzenstein :
- Transfert, Jantel ! Non pas déperdition !…

Jantel :
- Oui… Sans doute ma vocation anthropocentrique a-t-elle encore fait des siennes… Donc je me suis permis d’assimiler ce transfert d’énergie aux « trésors qu’il convient - ou du moins qu’il conviendrait - d’accumuler dans le ciel et non sur la terre »… Est-ce que la souffrance qui nous assaille, notamment dans nos derniers instants de vie consciente, se récupère et peut, selon les lois de « l’oscillationnisme », orienter d’une autre façon les données des fréquences de retour, je veux dire espacer les fréquences de retour ? Il est acquis que je ne fais ici allusion à aucune idée de rachat, bien entendu…

Karzenstein :
- J’entends bien… Et cette approche du mémoralisme, en sa stratification de la souffrance, vous versera une fois encore à nuancer, Jantel !… A cette fin, reportez-vous à l’éveil auquel sait offrir accès la souffrance et ravivez votre souvenance en le fait qu’il vaut mieux la solliciter que d’attendre de se voir sollicité par elle ! Quand Jésus argue que celui qui ne prendra pas en charge son bât ne pénétrera pas dans le royaume - autrement formulé, tel que vous l’aurez su saisir : n’aura pas accès à la Vie en son caractère éternel -, il sous-entend que cette démarche s’accomplisse au détriment de toute passivité…

Jantel :
- Vous avez bien prononcé « son bât » ?

Karzenstein :
- … Que vous traduirez par sa peine, voire sa douleur… Il importe de conserver à l’esprit la postériorité des écrits relatant l’événementiel dans la diversité de ses facteurs…

Jantel :
- Cette démarche accomplie au détriment de la passivité s’interprète à n’en pas douter par le fameux « se faire souffrance » prôné par madame Dany…

Karzenstein :
- En l’élément de constance lui étant dû, Jantel… Et quiconque consent à regarder ce qu’il y a lieu de voir s’aperçoit que le terme bien engagé de ce cyclique ne manque et ne manquera pas de fournir matière à exercer cette course à l’éveil

Jantel :
- Il y a quelques instants, vous avez insisté sur l’idée selon laquelle certains directionnels demeurent contrôlables. Celui d’aller à la souffrance en est un, semble-t-il… Comment faire valoir ce concept sans s’exposer à un rejet de la part de ceux qui s’entendent conseiller le fait d’aller à ladite souffrance, rejet que j’apparenterai d’ailleurs davantage à un renoncement ?…

Karzenstein :
- Au gré du principe volume/Vide, le « renoncement au renoncement » ne se tangibilise qu’à la seule pourvoyance d’une valeur de remplacement [8]. Discerner l’équivalence dans l’échange, eu égard à la suppléance de toute chose, minimise les risques de déflexion. Sous la férule de la capacité d’admissibilité d’impression qui détient un positionnement qu’il faut qualifier de prééminent dans ce type de situationnel à teneur consciensorielle, la fameuse marge de manœuvre que vous citez - si souvent - peut alors enclencher la remise en cause

Jantel :
- Cela sous-entend que la qualité de la remise en cause est dépendante de la capacité d’admissibilité d’impression : le fameux pouvoir qui réside en le savoir, formulé par Virgins…

Karzenstein :
- Simplement l’individu doit-il se persuader du caractère contrôlable du flux qui le percute en plaçant sous l’éteignoir toute idée de confortabilité, en bannissant - par exemple - excuses, prétextes tendant à remettre à une quelconque ultériorité ce qui a pour œuvre de figurer dans l’immédiateté… Ceci, à l’instar d’autres éléments abordés ce jour, se jugera itératif, mais vous conduira à aller plus avant dans votre questionnement et fortifiera conséquemment votre rendu… Pour ma part, je juge cet entretien suffisant pour votre capacité psychophysique du moment ; je m’interromprai donc là, sachant que le conjoncturel se prêtera à ce que j’intervienne lors du prochain cycle solaire… Pour l’heure présente, gratifiez comme il se faut votre entourage de mes pensées d’usage… A bientôt, Jantel !

Notes

[1Jigor : 1er juillet 2004

[2Prévarication : action de manquer à ses obligations, de prévariquer - prévariquer vient du latin praevaricari, dévier ; en droit, c’est manquer à son devoir, aux obligations de sa charge 

[3Pour comprendre la notion de transduction, voir l’article Loi des Echanges - ananalyse . Face à l’impossibilité à un moment donné de transmettre un message dans la géométrisation actuelle d’un individu et d’en recevoir une réponse, vu l’inertie coissante que développe celui-ci, le Penser, pour continuer son fonctionnement oscillatoire doit pratiquer une autotransduction, c’est à dire qu’il doit retraduire son message dans un autre registre de fonctionnement, celui , inconscient, des cellules de reviviscence .

[5Cf Rasmmunssen - mars 1983 : « Souvenez-vous, Jantel… Recevoir n’est pas subir.. » 

[6 Jean 8 :
21 Jesus leur dit encore : « Je vais partir ; vous me chercherez, mais vous mourrez dans votre péché. Vous ne pouvez pas aller là où je vais. »
22 Les Juifs se disaient : « Va-t-il se suicider, puisqu’il dit : « Vous ne pouvez pas aller là où je vais » ? »
23 Jésus leur répondit : « Vous êtes d’en bas, mais moi je viens d’en haut. Vous appartenez à ce monde, mais moi je n’appartiens pas à ce monde.
24 C’est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés. Car vous mourrez dans vos péchés si vous ne croyez pas que « je suis qui je suis ». »
25 « Qui es-tu ? » lui a demandèrent-ils. Jésus leur répondit : « Celui que je vous ai dit depuis le commencement.
26 J’ai beaucoup à dire et à juger à votre sujet. Mais j’annonce au monde seulement ce que j’ai appris de celui qui m’a envoyé et lui, il dit la vérité. »
27 Ils ne comprirent pas qu’il leur parlait du Père.

[7Matthieu 19,30 :
« Mais beaucoup qui sont maintenant les premiers seront les derniers et beaucoup qui sont maintenant les derniers seront les premiers. » Luc 13,30 :
« Et alors, certains de ceux qui sont maintenant les derniers seront les premiers et d’autres qui sont maintenant les premiers seront les derniers . »
Voir aussi, à propos du collecteur d’impôts : Luc 18,14
« En effet, quiconque s’élève sera abaissé, mais celui qui s’abaisse sera élevé. » 

[8Voir Février 1992 - Karzenstein : N’oubliez pas que la Loi des Echanges vit votre espèce dans la spasmodicité, Jantel ! L’échange spasmodique pourvoit à l’inconstance et l’inconstance se traduit le plus souvent par le « renoncement »… Les exemples foisonnent dans ce domaine et votre vie consciente du moment en recensera jusqu’à sa rupture…

De toute façon, tout appartenant initialement à la Loi des Echanges et, en aval, au(x) processus de compensation existentiel(s), les renonceurs sont soumis à l’impérieuse obligation de s’adonner, par l’entremise de la conjugaison s’exerçant entre le mouvement et ses ambiants, à d’autres exercices qui se détermineront en tant que valeur(s) de remplacement(s). 

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0