Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Textes connexes et commentaires divers / Lois, Principes et concepts / Concept de particule et de système particulaire - citations
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

Concept de particule et de système particulaire - citations

D 6 février 2005     H 11:33     A     C 0 messages


Mars 1974

Jigor : La densité de l’Espace Vide, c’est-à-dire de la vacuité dudit Espace génère des particules (microcellules et précellules) de par la Loi des Echanges dont nous vous entretiendrons. Ces particules sont en suspens du support volumique qu’est la Terre. La lumière astrale, solaire en l’occurrence, traverse ces particules et leur octroie, selon la profondeur du volume qu’elles vivent et qui les vit, des expressions ondulatoires que vous pouvez nommer spectres : le spectre dont nous faisons état ici intéresse la vue, en tant que moyen de perception et parfois d’interception.

mars 1983

- Peut-on considérer que vous souffrez ?
- Rasmunssen : Souvenez-vous ! « L’amour », « la promesse »… tout cela crée souffrance, particule(s) de « Souffrance » : élément vrai…
- Karzenstein : Simplement nous assumons la chose parce qu’elle est partie intégrante de « l’ambiant ». Faire corps, Jantel ! Faire toujours corps… même en votre mode de vie…

septembre 1992

- La Mue Evolutive est-elle une dégéométrisation ?
- Karzenstein : Elle fait suite à la dégéométrisation. En son caractère qualitatif, le réamalgamable se vit en la Transparence qui succède à une période de bio-Luminescence. Le non réamalgamable en cette qualité devient support mémoriel en la décomposition des cellules et rejoint les Espèces en parcelles psychophysiques, particules de la Masse Ectoplasmique.

29 juin 1995

Karzenstein : Parmi ces formes, qui n’omettons pas de le préciser sont fluidiques, quoique consistantes, nous décelons l’Espace Vide puis l’Espace Volumique, plus couramment appelé Cosmos, c’est à dire l’étendue propice à l’amalgame de particules d’Eau et surtout de Lumière.

janvier 1998

Karzenstein : Par ailleurs, j’ajouterai afin d’apaiser ceux de vos amis trop enclins à céder au « comparativisme », qu’ils se cantonnent à considérer le caractère unicitaire de la chose, comme nous le faisons : à travers « l’influence mimétique » à laquelle procède la position de point de non-retour incluse dans ce « cyclique ». Position relevant elle-même d’un notable particularisme, ne serait-ce qu’au vu de la recrudescence, pour reprendre une terminologie utilisée dans votre première question, des événements proposés par l’ère cataclysmique…

14 novembre 1998

Zilder : Ce que vous appelez, nous appelons, vous pouvez appeler espace vide contient un immense arrière-plan d’énergie et la matière telle que vous la connaissez est une petite excitation ondulo-particulaire à la surface de cet arrière-plan. Assimilez-le à une minuscule ride sur un vaste océan.

Ainsi, dans votre GRECE ANTIQUE, l’école de PARMENIDE et celle de ZENON tenaient que l’espace est un « plénum ». Ce point de vue fut justement contesté par DEMOCRITE que vous pouvez considérer comme le premier à proposer sérieusement une visualisation de l’univers, qui concevait l’espace en tant que vide dans lequel les particules matérielles… (il manque ici un mot )

28 novembre 1998

Jadopher : Vous pouvez supposer que ce niveau plus profond de mouvement peut être analysable sur un plan plus infinitésimal, en plus fines particules qui se révéleront être la substance ultime de l’ensemble de la réalité. Tout est flux, tel que nous venons de l’examiner ici.

8 février 1999

- Cependant, puisque ces projections doivent être considérées en tant qu’abstractions, la réalité tridimensionnelle n’est aucune d’elles mais plutôt s’agit-il de quelque chose d’autre, quelque chose d’une nature au-delà des deux.

S’inscrivent alors sur l’écran : « le particulaire… le particulaire » et l’annonce de JIGOR qui suit :
- Jigor : Vous pouvez considérer chacune des particules constituant un système (particulaire) comme une projection d’une réalité d’une autre dimension (plus haute) plutôt qu’une particule séparée existant en même temps que tous les autres.

23 juin 1999

- Oui, je crois comprendre que la dislocation que j’ai évoquée se révèle être une conséquence des différents positionnements acquis dans l’Espace/Temps et la différenciation majeure entre les Espèces incomberait alors au fait qu’en direction reçue lesdites Espèces existant sur notre planète - dont « la vôtre », puisque vous nous l’aviez confié - n’appartiennent pas initialement au même support…
- Karzenstein : Avec évidemment, n’omettons de le préciser, du flux ondo-particulaire constituant le temporel dédimensionnalisé, tout ce qui « sous-jacente le circonstanciel », à savoir le déploiement de l’ordination impliée de « l’agencement constitutionnel ».

Karzenstein : Comprenez bien que le Temps n’apparaît « dimensionnel » qu’autant qu’il est loisible d’en enregistrer un exercice d’assemblage… Là, seulement lorsqu’il fait office de « situabilité » de par le mouvement qui l’anime (remémorez-vous l’effet « synchrotroniste » lié au systématisme originel), le donné parvient à se déceler à son stade « préexistentiel », ainsi que nous venons de le voir… C’est au fil de son déroulement et de la solidification progressive s’opérant au gré de l’excitation ondo-particulaire, des tournoiements frictionnels et autres émulsions précellulaires puis postcellulaires qu’il se révèle principe matérialisant avant de devenir le processus matériel dont le formationnel rend témoignage, en désuperposition comme en démultiplication…

2 février 2000

Jigor : Le mouvement inhérent à la mue constitutionnelle procède donc au « structuralisationnisme » et le stratifie au gré de l’astatisme, lequel varie avec la pression exercée par les flux directionnels dans leur effet de réciprocité convergente. Il s’opère, par la différenciation de la vitesse de ces flux, calorification, luminescence - pour ne citer que ces facteurs - en l’explosion implosive qui s’ensuit et le positionnement qui s’établit pour chaque existence, une désuperposition et une démultiplication ainsi qu’une réverbération de la parallélisation et de la périphérisation des faisceaux tubulaires émanant du particulaire initial.

L’immobilisme, en le particulaire, constitue la périphérisation de ce que nous assimilons au « fixisme originel », lequel configure le produit permanent de la « réversibilité » qui seule en la resuperposition de l’Etabli procède d’un équilibre que nous pouvons envisager comme étant absolu. Nous l’assimilons à la Pensée, en marge de tout « exercice d’état » : ce à quoi nous aspirons..

27 juillet 2000

KARZENSTEIN :
C’est une forme de désordre.
Il y a différents degrés d’ordre.
Echelle _ du particulaire au semi-particulaire.

8 novembre 2001

Karzenstein : Donc, pour reprendre et confirmer les dires explicatifs de Jigor concernant votre consistance actuelle et sa fonctionnalité, je réitérerai que le déflexionnisme ayant « précontexturé » l’amalgame du semi-particulaire constituant votre dernier état de suspens contenait, à l’instar de tout fluctuationnisme existensialisateur, un réverbérationnisme totalement approprié à son « essentialité », étant acquis que ce réverbérationnisme initial devient pour tout ce qui advient, en désuperposition comme en démultiplication, ce qui édifie le fondement même de l’incontournable « processus de compensation existentiel ».

17 mai 2003

Karzenstein : Quelque cinq cycles solaires auparavant, vous fûtes engagés à souscrire à concevoir l’Existence (que vous orthographierez avec un E majuscule) en les désuperpositionnel et démultiplicationnel de son cheminement : de la calorification enclenchée par le réverbérationnisme du précellularisme ou particulaire préconditionné par le fixisme originel jusqu’au concrétionnisme de la tubularisation de faisceaux engendrant le tournoiement frictionnel des particules en fusion procédant aux explosions existentialisatrices de systèmes stellaires…

7 janvier 2004

Dany : M’étant immiscée concisément à la conversation téléphonique vous reliant à maître MIZZERELLO à propos de la réadaptabilité massique du mémoriel aptitudisant Gabriela FERREIRA, il m’appartenait de vous développer davantage les données de ce situationnel, notamment au regard de ce que vous savez du semi-particulaire que nous vous avions engagé à visualiser lors de votre venue sur l’île du FRIOUL

Je prendrai liberté de vous confier à nouveau que le positionnement de « semi-géométrisée » auquel je suis vouée participe à cet aspect de la Loi des Echanges d’après le principe d’effluence dont vous eûtes un aspect dans le cadre de la réversibilité du semi-particulaire postrupture

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0