Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Chronologie des « Textes » / Année 2007 / 11 décembre 2007
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

11 décembre 2007

Retranscription des principaux axes de l’entretien du 11 décembre 2007 entre KARZENSTEIN et JANTEL - par ZILDER

D 11 décembre 2007     H 09:30     A Jantel, Karzenstein     C 0 messages


Karzenstein :

Le mouvement qui traduit - en fin de course - un événementiel selon le quatriadisme - conjoncturel / circonstanciel / situationnel / événementiel [1] - englobe tout ce qui « complexionne » l’aboutissement de la fin de course précitée, et ce, quels que soient les critères que, pour sa part, le cogito s’accorde à « référencer ».

A ce titre, il importe que vous vous évertuiez à « épauler » ceux qui gardent accès aux propos que nous échangeons avec vous, de sorte qu’ils parviennent à « estimer » ce qui survient tel le produit de la praxie de l’Etabli, quand bien même celui-ci s’exerce-t-il de manière invariable dans le « déploiement » du provoqué qu’il désuperpose et démultiplie.

De fait, les individus invités au présent dialogue se verront-ils plus régulièrement offerts à un « repositionnement » des valeurs, autrement formulé : à une vision de la chose en ce qu’il sied de syntagmiser sous la définition de processus inversé. Ils pourront davantage s’épargner le récurrent intervertissement qui les engage à faire du conséquentiel le causal [2].

Jantel :

Ce n’est pas acquis d’avance : nous demeurons ancrés dans les « ondes profondes » de notre « culture » et des « mémoires » liées à notre spécifisme

Karzenstein :

Délaissons votre appréciation - si fondée se confirme-t-elle - et reprenons le cours de nos dires en rappelant ce que vous souligniez récemment à vos amis Chantal, Monique et Maurice, par rapport à un aspect de l’action du réverbérationnisme

Jantel :

« Notre image se reflète dans la glace avant que nous en soyons conscients… » ?

Karzenstein :

C’est cela, Jantel, aussi concevrez-vous aisément aujourd’hui qu’une prise de conscience s’exerce avant que le cogito ne l’identifie en tant que telle. Si nous exemplifions le principe en fonction des personnages célèbres hantant la corporéité de nombre de vos conversations, nous constaterons alors que ce n’est point la chute, par le biais de la dégénérescence de ce que ces personnages avaient tour à tour entrepris qui leur occasionna la fameuse prise de conscience dont vous traitez dans votre ouvrage, mais - plus exactement - la prise de conscience qui agença dégénérescence, puis chute

Jantel :

Vous aviez énoncé une formule pour ce type de situationnel : introspection / prise de conscience / remise en cause / évolution, formule que résume par ailleurs fort bien votre adage « évaluer pour évoluer »…

Karzenstein :

En ne s’égarant pas du fait qu’un décalage existe pour ce qui a trait à l’appréciation des effets de cette dynamique, à partir de l’instant où le cogito ne réceptionne que partie du produit de ce qui ne figure qu’une livide illustration de la récurrence réadaptatrice, à travers un actionnel vécu…

Jantel :

Ce décalage a donc bien une influence néfaste - si je puis dire -, sur la qualité de « l’appréciation » s’ensuivant…

Karzenstein :

Inévitablement, Jantel… Nous revenons là à ce qui s’est dit auparavant quant à la réversibilité touchant conséquentiel et causal, et constatons que l’oscillationnisme présidant à tout ce qui procède à la convertibilité des choses fait que la remise en cause se trouve souvent représenter une remise en conséquence

Jantel :

Y a-t-il un moyen de contourner le problème ?

Karzenstein :

De le contourner, non ! Mais de l’observer plus efficiemment, sans conteste, Jantel ! Au moyen de l’inductionnisme

En l’introspection qui le définit, il demeure le plus garant vecteur de « la perceptivité » puisqu’il favorise toujours l’interception

Jantel :

La prise de conscience est une interception ?

Karzenstein :

Par excellence, Jantel ! Dès qu’elle se localise, autrement dit : dès que le cogito se révèle connecté par le choc en retour inhérent à la réaction de l’informationnel de base, suite au « captage » dont celui-ci hérite de la part de l’Initial

Ne scripturalisez point vous-même, au sortir du troisième volume de votre ouvrage, que le cogito ne peut en aucune façon intercepter directement l’Initial qui se manifeste uniquement à l’inconscient, et très épisodiquement au semi concient  ?

Jantel :

Oui, étant donné que vous le confirmez, mais cela revient un peu à assimiler « la chose » à cette prééminence que possède l’Etabli sur le provoqué…

Karzenstein :

La prise de conscience investit le cogito, sans que ce dernier ne l’ait envisagé… S’ensuit alors, en vertu du délai compris entre recevoir et sensation de recevoir, « l’agissement » qui va engendrer le rejet, c’est-à-dire la propension à faire le Vide

Jantel :

Puisque l’occasion se présente d’aborder le sujet…

Karzenstein :

Zilder vous retranscrira ce que Jadöpher vous énonça sur le rejet [3], lors de la séquence isolatoire que vous assumâtes au domicile de votre ami Marcel… Ainsi, interromprons-nous ici ce bref entretien qui m’aura permis, au passage, de transmettre mes pensées de bonne augure à votre entourage proche ou lointain…

Notes

[1conjoncturel / circonstanciel / situationnel / événementiel :

  • conjoncturel : ce qui concerne la conjoncture qui est un faisceau d’événements - conjoncture vient du latin conjunctus, conjoint : ensemble des éléments déterminant une situation sociale, économique, politique… à un moment donné .
  • circonstanciel : ce qui concerne la circonstance qui est ce qui accompagne nécessairement ou est autour - circonstance vient du latin circumstare, se tenir autour : fait particulier qui accompagne un événement, élément secondaire d’une situation .
  • situationnel : ce qui concerne la situation, c’est à dire ce qui est placé en un certain endroit - situation vient du latin situs, statut, siège, emplacement, lieu : l’événement a lieu à un endroit donné .
  • événementiel : ce qui concerne l’évènement c’est à dire le fait qui survient à un moment donné - vient du latin eventus, venant lui-même du verbe evenire, arriver . Un événement (graphie ancienne) ou un évènement (graphie actuelle) est un fait qui survient à un moment donné. Il se caractérise par une transition, voire une rupture, dans le cours des choses, et par son caractère relativement soudain ou fugace, même s’il peut avoir des répercussions par la suite. Au sens général, il signifie tout ce qui arrive et possède un caractère peu commun, voire exceptionnel (d’après

[2Condition minimale de la « conversion » - sinon pas « d’interception » possible… Voir l’article : Concept de convertibilité - analyse 

[3Voir : 14 décembre 2007 

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0