Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Textes connexes et commentaires divers / Lois, Principes et concepts / Concepts de luminescence, bio-luminescence et fluido-luminescence - (...)
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

Concepts de luminescence, bio-luminescence et fluido-luminescence - citations

D 6 janvier 2008     H 09:41     A     C 0 messages


mars 1974

Jigor : C’est l’absorption par la densité existentielle des choses de la quasi-totalité des radiations luminescentes qui leur interdit, en la situation évoquée, de réfléchir ce qui devient l’opacité dont votre vue n’établit plus, sauf exception, aucune synthèse. Ces radiations qui constituent la lumière incidente ne vous parvenant pas, l’acuité adaptative vous fait défaut car il faut alors avoir recours à la bioluminescence : l’aptitude à produire sa propre lumière.

septembre 1992

- La Mue Evolutive est-elle une dégéométrisation ?
- Karzenstein : Elle fait suite à la dégéométrisation. En son caractère qualitatif, le réamalgamable se vit en la Transparence qui succède à une période de bio-Luminescence .

janvier 1994

Karzenstein : …c’est en « dégéométrisation » que l’on peut faire corps avec le « mouvement » dépendant de la Loi d’Alternance Osmotique, et là encore, il y a en fonction de la Loi des Echanges une « qualité des Choses à vivre » qui interdit « l’agissement » à certains réamalgames cellulaires moins transparents, moins bio-luminescents. Souvenez-vous, Jantel, - l’Espèce appartient à l’Environnement et non le contraire -. Même si l’Ambiant est vécu par la Loi l’Alternance Osmotique.

- Jantel : Vous êtes « fulgurants » ?
- Karzenstein : Non ! Nous vivons la « fulgurance mimétique », notre état de « fluidité bio-luminescente » nous autorisant à faire corps avec « l’Eau » et la « Lumière ». Seul le Père en sa Vérité est « fulgurant ».

octobre 1994

Karzenstein : Pour l’équilibre général, il convient que les Espèces plus évoluées, disons bio-luminescentes et transparentes viennent, en « temps choisi », régulariser l’effet de la « pression » subie par les « Semis-Géométrisés » ou les « Géométrisés » que vous représentez.

Karzenstein : Dans la mesure où il y a « matière à référence » et la création est « matière à référence », puisque si nous voulons, dans le « verbiage », demeurer fidèles à l’inversion dont nous fîmes mention en début de ce sujet de conversation, vous pouvez faire en la situation « référence à la Matière », cette dernière se trouvant situable de par l’onde de forme produite par les amalgames cellulaires, eux-mêmes provoqués par « l’Osmose Attractive » dépendant, comme vous le savez, de la « pression » exercée par les Astres luminescents, les Soleils, si vous préférez.

Karzenstein : Revenons circonstanciellement sur la Loi des Echanges, de par la démultiplication de la Loi de Compensation Existentielle. Assimilez bien qu’être ne dépend pas de la Pensée. Etre, avant tout, c’est faire corps, c’est rallier l’Unité du PERE en vivant la « fulgurance mimetique », c’est réintégrer l’Essential à l’état de « transparence », c’est se trouver, du fait, vécu par la « bio-luminescence » qui va répartir harmonieusement le « donné » permanent de Lumière Active.

29 juin 1995

Karzenstein : Nous vivrons toujours de façon consciente les « recommencements » puisque la fluidité bio-luminescente de notre état nous l’a déjà autorisé, mais nous n’aurons jamais accès au commencement proprement dit.

5 août 1996

Karzenstein : J’y adjoindrai le rôle fondamental que tient en la circonstance l’état de suspens qui, selon les forces de pression et d’attraction en présence, procédera à la conduction de la revie. Il s’agira le plus souvent de la pluie mais aussi du processus de resuperposition initiale qui positionnera alors cette évaporation en tant que plages de cristallisation. Celles-ci seront appelées à pourvoir à la constitution d’amalgames cellulaires appelés à connaître une existence de consistance fluidique, en bio luminescence intégrale. C’est, au fil des stades de transparence qui s’ensuivront, au gré des ambiants générés par le temporel que ces existences accéderont consciemment à la fulgurance mimétique : point de ralliement de tout ce qui se définit en tant qu’Etre.

26 décembre 1996

Karzenstein : Au départ, « l’ambiant » est un embryon du Temps Dimensionnel et de par son essence multidimensionnelle, il est partie intégrante de la Masse Ectoplasmique. Du fait, il s’adapte tout autant à l’expansion qu’à la rétraction. Même pour les Espèces bio-luminescentes et transparentes son contrôle reste toujours limité dans le cadre de la Syzygie Spatio/Temporelle, toutefois il n’entrave ni ne conditionne d’aucune façon l’effet de symbiose que pourvoit à leur endroit la fulgurance mimétique.

10 novembre 1997

Zilder : Toutefois, la rupture d’une géométrisation n’entraîne pas systématiquement un réamalgame à propension volumique. Demeurent en l’Espace-Vide en position de suspens, dit intermédiaire, les cellules appelées à constituer la reviviscence. Ce sont là les supports luminescents de conduction d’intelligence divine ; éternelles de par le systématisme originel, les fluctuations de la masse ectoplasmique répercutent en la densité existentielle le mouvement et les situations qui en découlent.

Janvier 1998

Karzenstein : Sachez que la dynamique spiralienne s’enclenche en le fixisme originel par réverbération mutuelle de précellules dont l’essence recèle des caractéristiques que vous pourrez qualifier de très polymorphes. Décomposons sommairement la chose en un positionnement circonstanciel qui génère, d’après la réflexion luminescente préindiquée, l’éclosion de deux courants de pression opposés, toutefois très rapprochés.

23 juin 1999

- Jantel : Ce processus de mutation s’accorderait-il à ce qu’a dit Magloow sur la « lumière », par rapport à son changement de vitesse ?.. Auquel cas, ne serions-nous pas complètement responsables de l’avènement de ce « point de non-retour » ?..
- Karzenstein : Il s’affirme effectivement que nous venons d’aborder ici l’une des résultantes de la variabilité de la dynamique inhérente au(x) « directionnel(s) luminescent(s) » qu’a évoquée, de brève mais fort satisfaisante manière, Magloow.

2 février 2000

Jigor : Le mouvement inhérent à la mue constitutionnelle procède donc au « structuralisationnisme » et le stratifie au gré de l’astatisme, lequel varie avec la pression exercée par les flux directionnels dans leur effet de réciprocité convergente. Il s’opère, par la différenciation de la vitesse de ces flux, calorification, luminescence - pour ne citer que ces facteurs - en l’explosion implosive qui s’ensuit et le positionnement qui s’établit pour chaque existence, une désuperposition et une démultiplication ainsi qu’une réverbération de la parallélisation et de la périphérisation des faisceaux tubulaires émanant du particulaire initial.

8 novembre 2001

Karzenstein : Tout est inclus dans le Temps, Jantel… Y compris le fluido-luminescent au stade ultime de sa transparence. Conservez bien en mémoire que la différenciation, en ce domaine incontrôlable de « l’imposé », ne s’établit qu’en la continuité de l’échange à l’état conscient…

30 mars 2002

Dany : Revenir au « subi » (stratification du « donné ») énoncera, tel que vous le savez, la « fulgurance mimétique » vécue par KARZENSTEIN, sa race fluido-luminescente et les « agissements » plus ou moins collectivisés que vivent les espèces semi-géométrisées, ainsi que, dans le paroxysme de certaines circonstances, les espèces géométrisées.

Dany : Je vous l’ai rappelé après que KARZENSTEIN vous l’eut signifié : les fluido-luminescents limitent leurs échanges directs aux individus voués à personnifier des êtres en devenir.

13 avril 2002

Dany : Joindre ma pensée à celle des fluido-luminescents dans le cadre établi de votre équation perpétuée, c’est œuvrer dans l’harmonie à l’élaboration de l’agencement qui se veut vôtre, tant au plan conscient qu’au plan semi-conscient…

25 mai 2002

Dany : La pratique d’un tel exercice implique une appartenance totale à ce que les fluido-luminescents vous ont appris à considérer en tant que Temps dimensionnel.

4 juillet 2002

Dany : Les fluido-luminescents vous ayant par ailleurs fait valoir que la vision du suspensif vous étant promise passerait par un inévitable changement de consistance, il appartiendra à celles et ceux vous concernant par ce sujet de réviser leur point de vue par trop axé sur ce que j’appellerai un « parhélisme » primaire.

30 août 2002

Dany : Par ailleurs, vous savez fort bien que la profusion du formationnel mène à une confusion de l’informationnel dans la mesure où le « multiplicationnisme », en l’harmonie qu’il déploie, restera à jamais le monopole du Père, ainsi que les « fluido-luminescents » vous l’ont su indiquer.

24 décembre 2002

Ce petit rappel s’adresse avant tout à la vigilance de celles et ceux qui fréquentent votre mode de vie en « l’équation perpétuée » qui le définit ; aller plus avant dans la démarche saura se positionner lorsque les fluido-luminescents vous auront entretenu de « la réversibilité ».

17 mai 2003

Karzenstein : Tout du moins à sa modalité, Jantel, car n’omettez pas de vous souvenir que tout commencement - ou plutôt, pour ce dont il se traite présentement, tout recommencement - passe par ce que vous savez être le concrétionnisme en le suspensif, ledit concrétionnisme englobant tant la prochaine réadaptabilité massique que l’éventuelle accession à la fluido-luminescence

13 juillet 2003

Dany : Conformément à ce que vous a indiqué Magloow, je me permets d’ajouter d’infimes précisions qui vous aideront à mieux positionner, si besoin s’en fait sentir, ce que vous énonça le fluido-luminescent avec la « concision / précision » que nous lui connaissons.

7 janvier 2004

Dany : Rappelons en premier lieu que lorsque les fluido-luminescents vous énoncèrent « Où trônent les sens, l’esprit est esclave », vous n’aviez pas eu accès au commentaire sur la fissiparité à laquelle votre espèce s’était trouvée offerte, suite au « non-respect » des facteurs inhérents à l’exogénisme et au tubicolisme s’en étant postériorisé.

18 mai 2004

Dany : Sous le couvert du graduationnalisme qui vous fut quelquefois exposé par les fluido-luminescents, nous vivons notre poste d’éléments du processus autocorrectif et procédons donc à des phases agissantes à l’endroit de tout type de géométrisation.

Dany : En outre, nous gardons compte au plus haut point de la division due initialement au scissiparitisme dont votre espèce fit l’objet, et il se révèle convenant de préciser à ce propos que les conflits (armés ou non) et autres incidents en découlant, à travers des manifestations de groupe, représentent une fort qualitative substance. N’omettez pas d’inférer au passage que la teneur luminescente caractérisant cette substance connaît son équivalence lorsque les différends survenus cèdent à la législation oscillationniste et opèrent un rabiennement entre les congrégations ou ethnies s’étant opposées.

10 juin 2004

MAGLOOW : Remémorez-vous ce que vous avait confié à ce sujet RASMUNSSEN quant aux excès d’expression dus à l’accroissement de luminescence, tous spécifismes mêlés…

19 août 2004

Dany : A travers le choisi du Temps, le relais établi par les fluido-luminescents œuvre remarquablement pour tout ce qui a trait à votre reçu

11 décembre 2004

Dany : Ces turbulences, au gré de l’influence mimétique, génèrent quantité de phénomènes de groupes sur lesquels les fluido-luminescents, puis moi-même, vous avons fait abondamment vous pencher.

Dany : Nul n’est besoin d’épiloguer sur ce dernier point, les fluido-luminescents vous ayant suffisamment fait valoir combien, à ce propos, la capacité d’admissibilité d’impression se voulait déterminante en matière d’expression dans le principe de réverbération.

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0