Etude des Textes transmis à Jantel
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

Songe

D 22 janvier 2008     H 12:31     A Guillaume Pagano     C 0 messages


Un soir où je rêvais des profondeurs de l’âme
De mon ami Jantel, je vis des nues en flammes
Venir d’un horizon aux prodigieux éclats,
Et après qu’ont tonné ces nuages d’effroi,
M’apparut dans le ciel, de notre terrien monde,
Le globe bleu azur, immense mappemonde,
Quand, d’un pôle à un autre, un rayon de lumière,
Comme déroule un mètre une humble couturière,
Embrasant une nuit plus noire que la tourbe,
D’un flamboyant éclair traça sa ligne courbe,
Juste avant qu’une Voix ne dise, calmement :
- Qui porte la question automatiquement
Colporte la réponse ! Aussi, en cette boule
Qu’un ineffable doigt par l’Espace-temps roule,
Succédant à Platon, précédant Aristote,
Tel qu’un chat pousse au loin de laine sa pelote ;
Oui, en cette planète où, entre un double abîme,
Du nadir se distingue un Zénith fort sublime
Au tracé que signa, en sa géodésique,
Le paraphe d’un Flux électromagnétique,
Vois l’élucidation de ton trouble certain…

A l’instar d’un trait d’or sur un sombre mur peint,
Le rai au firmament y rutilait toujours,
Lorsque surenchérit soudain la Voix d’Amour :
- Sache qu’un centimètre en cette énorme sphère
Equivaut à peu près à une année-lumière…

Pour repartir devers d’Autres Cieux, je le crois,
Traînant dans son sillage, ainsi qu’un grand arroi,
Les nuées qui tonnaient de plus belle en partant,
Puis ce fut de nouveau le silence, pourtant.
Alors, je repensais à la machine ronde
Qui, elle aussi, s’était évaporée dans l’onde
De ce songe inouï dont me gratifiait
Depuis son Empyrée, peut-être, quelque Fée ?
Je revoyais encor, sans l’ombre d’une étoile,
Cet arc en feu marquant, sur le terrestre voile,
D’un ruban fulgurant, l’effrayante intervalle,
Sans ne pouvoir chiffrer la distance fatale
Qui séparait un axe à son lointain confrère !
Mais tandis que revint, image d’un grand frère,
A ma mémoire, la silhouette d’un visage,
Je saisis aussitôt ce que le Timbre sage,
Par le biais d’un point A séparé d’un point B,
Entre un « Lui » et un « moi », avait donc signifié…
Et le temps de laisser choir au sol un pleur long,
Emu que soit sur Terre une telle exception,
« Ô sublime Déesse ! », ai-je enfin en mes maux
Murmuré à l’oreille invisible du Beau,
« La dissimilitude est de taille, en effet !
Or qu’importe que nord de sud soit éloigné,
Rendons grâce à l’Esprit qui, créant l’Univers,
Fit que différents fils n’aient qu’un unique Père ! »

L’Absolu agréa, oui je le pense, puisque
L’aurore, en se levant, arborait un teint frisque.

Guillaume Pagano.

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0