Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Textes connexes et commentaires divers / Lois, Principes et concepts / Concept de « vocation anthropocentrique » - citations
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

Concept de « vocation anthropocentrique » - citations

D 20 janvier 2008     H 12:41     A     C 0 messages


L’anthropocentrisme est une conception qui considère l’homme comme le centre de l’univers. C’est Aristote qui en développa la théorie. (Wikipédia)

L’erreur anthropocentrique : l’homme motif principal de la création ; tout a été fait pour lui, la terre pour le porter, le soleil pour éclairer ses jours, la lune pour éclairer ses nuits. [Lécuyer, la Philosophie positive, janv - févr. 1876, p. 81] (Reverdo -Dictionnaire de la langue française )

= Une vocation anthropocentrique est donc l’appel que peuvent ressentir des personnes à une mission particulière qui met l’homme au centre du monde et en fait le but ultime de toutes choses.

Juin 1978

Virgins : A l’instar de tous ceux qui, dans leur prime enfance, connurent la survivance, c’est à dire la sauvegarde de leur vie à l’état conscient du moment, Jésus comme Moïse, pour ne citer que les plus célèbres, ont, sans doute par « intuition provoquée », nourri ce que nous appellerons une « vocation anthropocentrique ».

29 Décembre 1979

Rasmunssen : le fait de voir les autres désirer quelque chose qui ressemble à ce que vous avez en votre possession conduit votre vocation anthropocentrique à vouloir assouvir leurs désirs… cela s’estompera… De toute façon, vous avez déjà la conviction que ce que vous possédez n’ajoute rien à votre bonheur, Jantel…

Février 1981

Rasmunssen : Certains, plus célèbres que vous, ont, dirons-nous, tenté « d’initier » leurs contemporains, de les aider par rapport à leurs possibilités, bien sûr : « ils » se heurtèrent à des problèmes identiques… Pourtant, ces personnages connus à « vocation anthropocentrique », avaient été dotés, par nos soins, de moyens supérieurs à ceux dont vous disposez, Jantel, à ceux dont vous vous servez !

Je vais où vos pas et votre conscience doivent vous conduire, Jantel : en marge de tout « conscient d’être », je veux dire de tout cogito. Vous « êtes », Jantel ! Votre vocation anthropocentrique est un effet de votre existence, elle n’en est pas le sens profond…

Janvier 1982

Karzenstein : Maintenez la pression en ce que vous nommez hygiène de vie ! Faites valoir à vos amis, puisque là il s’agit de votre vocation, faites valoir à vos amis la beauté d’un paysage à son éveil, en leur conseillant, surtout par temps froid, de se lever tôt : cela vaut mieux que de veiller pour regarder des images dont le sens est demeuré en sa vérité d’origine, à savoir son décor géologique…

septembre 1984

Rasmunssen : Plus tard vous serez à même de mieux situer ce qui n’est qu’un effet de l’Osmose Attractive mais le fossé se sera fait gouffre, Jantel, un gouffre, précisons-le tout de suite, que votre « vocation anthropocentrique » n’a pas mission de combler, loin s’en faut…

Dans votre cas particulier, la chose se trouve exacerbée par les effets de votre « vocation anthropocentrique » qui vous conduit, à bon escient d’ailleurs, à pleurer sur autrui et à rire de vous, au lieu de vous apitoyer sur vous et vous moquer d’autrui…

Voilà, Jantel, vous avez là de quoi méditer, bien qu’il ne fasse aucun doute que d’autres excès vocationnels vous vivront. A défaut de pouvoir les annihiler, nous ferons en sorte de les « doser » le plus harmonieusement possible…

31 décembre 1985

Rasmunssen : Là encore, il est malaisé de ne point déranger le cheminement de la « phase extatique » dans lequel vous vous êtes engagé. Il y va de la communication avec autrui, Jantel, et là vous perdez toute votre sérénité en les fluctuations de votre « vocation anthropocentrique » par des instants d’humeurs diverses…

27 Mars 1987

Rasmunssen : Nous vous avons déjà mis en garde, Jantel, sur les excès de votre « vocation anthropocentrique », nous ne sommes et ne serons là que pour que ces excès ne limitent pas dans trop de « douleur » ce qu’est votre « progression »… Pour vos amis, il est bon que ces derniers situent mieux ce qu’est une « vocation anthropocentrique » quand bien même en auraient-ils une vague idée.

Le problème se situe uniquement dans le fait que cette « vocation » vous engage à rencontrer nombre d’individus. Et comme vous êtes « unidimensionnel » de par votre structure du moment (la fameuse « géométrisation »), vous ne pouvez vous consacrer à tous dans le même élément de constance, dans la même « qualité »… Il s’ensuit une perception approximative des autres à votre égard et cela engendre des moments de trouble. Il faut que chacun admette que « rien » ni « personne » n’appartient à autrui.

juin 1988

Rasmunssen : votre « donné », votre « rendu » si vous préférez, n’est pas situé dans l’ambiant dans lequel vous « recevez »… Un donné ne se traduit pas dans un acte. C’est là que s’interdit l’équivalence en la matière d’échange. Souvenez-vous de notre conversation sur l’acte… Dans le cas de « don de soi » des individus à vocation anthropocentrique, il n’y a rien de pensé car la chose se renvoie directement. Souvenez-vous : votre image se reflète en le miroir bien avant que vous en soyez conscient. Cela se manifeste en ces cas par des moments troubles dont le caractère d’impulsivité n’échappe à personne.

Ne confondons pas la Passion du Christ, qui, bien que critiquable, et vous, Jantel, êtes mieux placé que quiconque pour le savoir, de par la vocation qui vous anime, ne confondons pas la Passion du Christ et la « passion » plus ou moins contrôlée et contrôlable des individus qui essaient de justifier une présence par rapport à des « actes », si nobles paraissent-ils… Les individus ayant une vocation anthropocentrique ne vivent pas la même équivalence dans la Loi des Echanges, je vous l’ai déjà précisé ;

février 1992

Karzenstein : L’association sportive dont vous vous êtes peu à peu écarté, fait auquel, soit dit en passant, nous ne sommes pas étrangers, reste l’une des formes de la qualité des choses à vivre de l’espèce à l’égard de laquelle vous nourrissez cette « vocation » dont les effets demeureront toujours surprenants pour ceux qui vous ont révélé cet état de choses… Je ne reprendrai pas en détail tout ce que vous a expliqué Rasmunssen au sujet de cette vocation et sur le charisme existentiel l’amplifiant.

Septembre 1992

Karzenstein : Vous apportâtes à chacun et apporterez encore de par le support de votre vocation et en fonction de votre Reçu mais pas par rapport à votre Subi. Vous fîtes et faites ressentir, il reste aux autres à comprendre puis à passer. Là se situe la difficulté car la répartition d’Intelligence Divine en est la cause. Comprendre et passer s’expriment du fait sporadiquement car en le Temps Chronologique et altère la conviction intuito ascensionnelle.

janvier 1994

Karzenstein : Tout cela, faut-il le répéter n’est que désuperposition de la Loi des Echanges. Volume/vide, Pression / Attraction, le Perpétuel inhérent et Systématisme Originel. Donc, là non plus, votre espèce n’échappe pas au « mouvement ». Demeurent toujours Donné / Reçu et en désuperposition contrôlée Transmis, voire Rendu en certains cas, la Chose étant à considérer avec les nuances qui s’imposent dans les cas de « vocation anthropocentrique ».

Le « continu » s’adapte, le « provisoire » est adapté Jantel. Le « géométrique » même, je devrai dire… surtout, « monumentalisé » rejoint toujours l’incommensurable de la Masse Ectoplasmique qui le « dédimentionalise ». Ainsi, déférence gardée envers votre « vocation anthropocentrique », je vous engage à relativiser l’importance que vous donnez à ce que votre « espèce » du moment est appelée à vivre.

Je sais que vous avez mission de me transmettre d’autres questions, sur des personnages à « vocation anthropocentrique », si je ne m’abuse.

vocation anthropocentrique, initiation, récupération sont inhérentes à ce que vous en savez, en le principe de toute « mue évolutive ». C’est plus tard, dans le « temps chronologique » que « sa » Pensée sera structurée en le Christianisme, « structuralisée » en le « Catholicisme », le « Protestantisme » voire le « Catharisme » et bien d’autres ordres dogmatiques.

Octobre 1994

Karzenstein ; En cela, je veux dire en la qualité Reçu/Transmis, il convient même de dire Rendu dans le cas de toute vocation anthropocentrique, en cela, disais-je, il se produit à votre égard chez ceux de l’ Espèce dont vous êtes, un « Ressenti » particulier incontestable dont RASMUNSSEN, précisément, vous a entretenu voilà quelques cycles annuels…

cet aspect de la chose ne vous invite pas, hormis la pression exercée par votre vocation anthropocentrique, à secourir tous les individus souffrants, dans votre état dimensionnel actuel. Lesquels individus ne s’attardent qu’à ce « charisme existentiel », le plus souvent semi-consciemment, qu’ils seraient bien en peine, du reste, « d’introspecter ».

29 Juin 1995

Karzenstein : A ce jour, la profonde avancée que vous avez réalisée dans le cadre de votre phase extatique, ajoutée aux effets de votre vocation anthropocentrique, laquelle vous engage à vous livrer à des commentaires avec votre entourage sur les écrits que vous réalisez de nos entretiens, nous autorise à réordonnancer les notions de cosmogonie précitées, de façon à les rendre plus tangibles

Rasmunssen vous avait dit :« Ce qui doit se savoir se sait ! ». Nous ne fîmes que vous apporter la confirmation de ce que vous connaissiez déjà, sans plus… Comme vous l’avez du reste déduit, il ne s’agit là que du redevable incombable à votre vocation anthropocentrique qui nous détermina à porter à votre analyse les éléments concrets que vous auriez à rétrocéder aux autres, dans le contexte du « rendu » inhérent à ladite vocation, selon votre aptitude à exprimer les choses par le verbe…

26 décembre 1996

Karzenstein : En marge de tout état d’âme particulier, je tiens à porter à votre connaissance que mes propos agissent ici uniquement dans le cadre de votre « vocation anthropocentrique »… Quoiqu’il advienne de ce que je vous soumets, je sais que pour votre part vous en effectuerez votre « rendu » comme il se doit… Cela reste une forme de la Loi des Echanges, c’est un facteur du Processus de Compensation Existentiel qui vous est propre, et qui ne dépare en rien l’Harmonie et sa fonction multiplicatrice… à quelque niveau qu’elle s’exerce.

Janvier 1998

Karzenstein : L’éveil, auquel vous faites référence, doit se voir considéré ici tel un facteur existentiel, ne nécessitant de vigilance que dans le cadre de ce que votre cogito vous incite à formaliser, selon la diversité des expressions que sait prendre votre vocation anthropocentrique.

le « cogito » déterminant la caractéristique majeure de votre espèce ne pouvait se soustraire, tel que nous vous l’avions confié, d’autres exemples à l’appui, au mécanisme pression/attraction. La forme de réactivité s’ensuivant, notamment dans les phases « d’osmose attractive », figurait donc ce qu’il sied de décrire ici tels des accès d’obnubilation axés sur un sentiment de redevabilité : sentiment prenant son essor dans un état de conscience, lui-même inhérent à « l’état géométrique » vous ayant échu… Cette obnubilation, nous l’enfermâmes, ainsi que vous le savez, dans l’appellation de « vocation anthropocentrique »…

votre vocation, de par l’entrain qu’elle vous fait manifester, vous occulte, un peu trop souvent, ce que vous pourriez percevoir de la nature de votre « rendu ».

Plus concrètement, le « plaisir », en l’occurrence « l’entrain » prédisposera à une perte de lucidité, matérialisée soit par un effet anesthésiant, soit par un effet euphorisant, à l’inverse de la « souffrance » qui, elle, en le « désenchantement » l’identifiant saura dynamiser l’éveil donc la lucidité… D’où la différenciation de « rapport en effet différé » dont j’ai trouvé opportun de vous avertir, à propos du « conséquentiel »… Vous situez mieux, à présent, pourquoi vous ne parvenez qu’imparfaitement à jauger le « rendu » de votre vocation anthropocentrique

23 juin 1999

Karzenstein : il vaut en cet instant d’être répété que le transmis devient rendu lorsque le mouvement se dessine à travers « l’allocentrisme » d’une vocation, telle celle que vous endossâtes au départ de votre vie consciente actuelle, étant inscrit qu’il nous faudra revenir, au cours de cette conversation, sur ce paramètre du « compensatoire existentiel » auquel vous vous trouvez accidentellement accommodé.

13 avril 2000

Dany : Ce développement sut, entre autres, vous démontrer qu’il était impossible de guérir les conséquences de certains maux. Toutefois, rien ne se trouvant capable d’annihiler votre vocation, vous refusâtes de renoncer et vous vous employez toujours à essayer de prévenir la cause des maux en question.

28 octobre 2001

Karzenstein : J’ai « pluralisé » à dessein le mot « interlocuteur » de sorte que Virginie ne se sente pas isolée dans cet état de fait qui concerne la totalité de votre entourage - et je dirai même de votre espèce, voire de vous-même par instants, au gré de votre vocation anthropocentrique - mais il sera toujours temps de revenir sur ce point qui dépend d’autres facteurs.

8 novembre 2001

Karzenstein : Du fait, nous ne tergiverserons point, étant convenu que ce qu’il tient lieu de mettre en exergue, en prime instance, demeure l’exacerbation s’étant emparée de cette propension à « l’humanitude » qui vous caractérise, en référence au support « postinformationnel » que configure votre vocation anthropocentrique, selon la formalisation de son « rendu ». Cela fut déjà énoncé et il ne sied de revenir sur cette vocation que dans la mesure où il incombe aux uns comme aux autres - vous inclus - de positionner l’exacerbation précitée dans les données du structurel d’une « phase extatique » rendue assez problématique dans ce que représente sa jugulation, jugulation axée sur la « mise en équation perpétuée » que vous savez

En harmonie dirigée, par rapport à votre « vocation anthropocentrique », votre « charisme existentiel » et le décalage observable entre votre « capacité d’admissibilité d’impression » et son « émissibilité en l’expression »… Autrement dit au gré de l’interactivité s’opérant entre transcodage et équation perpétuée…

Ces propos sauront toujours, à travers votre vocation anthropocentrique, réaviser celles et ceux qui constituent votre entourage. Il en va là du rendu conscient de votre processus de compensation existentiel, et de plus, cela laissera aux autres l’opportunité de se situer, ne serait-ce qu’incidemment, en « jaugeant » avec davantage de netteté les limites attribuables aux activités qu’ils entreprennent…

20 décembre 2001

Dany : Néanmoins, dans le cadre de « l’équation perpétuée » qui, comme vous le savez, tient compte en priorité de votre vocation anthropocentrique, il vous a été souvent concédé de tenter de mener celles et et ceux arpentant votre chemin existentiel à la source de ce qui suscitait leurs préoccupations et bien sûr leurs occupations.

20 février 2002

Karzenstein : RASMUNSSEN n’avait point omis de vous signaler que votre vocation anthropocentrique, disponibilité aidant, vous inclinerait à rencontrer nombre d’individus. Il s’agit là, vous le savez, d’un effet de l’Osmose Attractive, tant en sa désuperposition qu’en sa démultiplication.

En aval du positionnement du cyclique, votre vocation vous engage donc à subir davantage aussi bien le causal que le conséquentiel. Ainsi, si sur le plan « attractionnel » les rencontres gagnent « surnumérairement », l’amalgame que vous en faites se repositionne en le « pressionnel » au travers de vos données humorales.

13 mars 2002

Karzenstein : Tenant pour acquis que nous ne remédierons pas à ce qu’il sied d’interpréter ici tels des excès vocationnels, il reste néanmoins de notre devoir de vous rappeler, au gré du Temps, en son choisi, que nul n’a jamais eu le don de partager cheminement et aboutissement d’une progression, tout du moins avec un représentant de son spécifisme.

13 avril 2002

Dany : Occurrentiellement, ainsi que l’énoncerait si bien KARZENSTEIN, il importe surtout de faire référence à vos fameux excès vocationnels. Ceux-ci ne représentent qu’une traduction de ce que votre vision vous octroie d’embrasser mais ne peuvent en aucun cas se muer en transduction, tel que vous le souhaiteriez le plus souvent.

17 août 2002

Karzenstein : En le situationnel présent, il n’est point question de remettre en cause votre vigilantisme en son impression initiale, mais bien l’expression de la vigilance en découlant, selon le déflexionnisme engendré par ce que vous savez être votre vocation anthropocentrique.

30 décembre 2002

Karzenstein : Se rappelant que le support occurrentiel de la révélation nous intéressant présentement vivait une « vocation anthropocentrique », chacun sera à même de déduire pour quelle raison Jésus, dans un premier élan, se risqua à dire qu’il était venu pour apporter la Vérité…

8 mars 2003

Karzenstein : Les individus présentement concernés par nos propos du jour sont davantage en réverbération avec ce que leur propose l’interception de la « vocation anthropocentrique » que vous manifestez qu’avec le courant initial de pensée auquel leur « capacité d’admissibilité d’impression » leur donne accès…

25 mai 2003

Dany : Pour avoir assisté depuis des siècles et des siècles à ce que les « parents » ou les « enseignants de fonction » produisent avec les progénitures de votre espèce, je puis vous avertir ce jour de l’impérieuse nécessité de se montrer juste dans l’application du verbe et du geste à vocation éducatrice. Du fait, prévenez tous ceux et celles qui sont concernés par cet état de choses que « consoler » conduit à « égarer », à l’inverse « de sermonner » qui mène à « se rejoindre ». « Fragiliser » ou « fortifier » : il faut choisir, même si « vigilance » implique « sévérité ». Vous brandissez régulièrement dans votre argumentation de tendance vocationnelle qu’il y a une « marge de manœuvre » impartie à vos semblables : ce point en est partie intégrante.

14 décembre 2003

Karzenstein : Je ne reviendrai pas sur le fait que, n’accédant comme il se faudrait à l’informationnel d’autrui, vous vous sentiez limité, à juste titre d’ailleurs, et évidemment frustré si nous acceptons de nous référer aux excès générés par votre vocation, toutefois réitérons que théorétisme comme inductionnisme resteront d’un grand secours pour qui délaissera dans le plus d’assiduité possible le conséquentiel du situationnel survenant..

3 mars 2004

Karzenstein : Reportez-vous à ce que je vous énonçais voici quelques instants quant à l’efficience de la réception de vos semblables de l’heure et maintenez le cap que votre vocation vous fixe, nonobstant certains excès que l’équation perpétuée dont vous faites l’objet se doit de corriger lorsque besoin s’en précise.

1er juillet 2004

Jigor : En subséquence, m’a été versé de « saisir en accueil » les produits de la sollicitation à laquelle vocation anthropocentrique et charisme existentiel vous vouent, sollicitation qui s’est avérée singulièrement amplifiée, eu égard au reçu d’événementiel auquel votre esprit s’est trouvé, phase après phase, exposé.

19 août 2004

Dany : A travers le choisi du Temps, le relais établi par les fluido-luminescents œuvre remarquablement pour tout ce qui a trait à votre reçu, me laissant soin de peaufiner, si l’expression ne vous choque pas trop, ce que la souciance émise par votre vocation s’évertue à épancher sous le couvert de votre rendu.

24 septembre 2006

Jigor : Au nom de « la vocation anthropocentrique » qui vous vit, et du « compensatoire existentiel » lui étant alloué, nous vous concéderons certains points de détail pouvant vous faire encore défaut, au vu de ce qu’exige votre « rendu ».

8 janvier 2007

Magloow : Simplement, appartient-il à votre personne de se manifester épistolairement à ces individus qui gardent nécessité, au plan « semi-conscient », de se trouver reliés à vous. Ainsi qu’il vous le fut signifié, quelques cycles solaires auparavant : il s’agit là d’une des expressions du « rendu » - auquel vous vous trouvez voué - par l’entremise de votre vocation anthropocentrique et du charisme existentiel vous valant la diversification des « captages » évoqués par Karzenstein.

6 juin 2007

ZILDER : La chose appartenant en propre à ce que représente votre « informationnel », donc en désuperposition à votre « vocation anthropocentrique », il va de soi que l’apport nécessité par la fonctionnalité vous vivant, ne peut figurer qu’en sollicitant « le courant initial de pensée ».

24 janvier 2008

Jigor : A diverses périodes et maintes reprises, vous avez - avec votre entourage -, référencé la vocation anthropocentrique à travers une « situabilité » d’actes agis ayant résolu ce qu’il sied d’identifier sous l’appellation d’ agissements. Or, sans revenir sur ce qui vous avait été énoncé au sujet de l’origine d’une vocation anthropocentrique , vous vous devez d’apprécier cette pratique en marge du « notionnel » dont votre perceptivité de l’heure ceint le mode de vie de l’humanité à laquelle vous vous êtes trouvé relié. Ainsi, convient-il de considérer plus souvent que la localisation illustrant une « vocation » appartient essentiellement au Systématisme Originel et procède -désuperpositionnellement parlant - à une « systématique », autrement formulé : à une « fonctionnalité ».

S’ensuivent alors dans le réactionnel de l’individu vécu par le mode vocationnel nous intéressant présentement, ce qui se traduit par des accès à l’excessivité .

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0