Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Chronologie des « Textes » / Année 2009 / 2 février 2009
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

2 février 2009

D 2 février 2009     H 11:41     A Zilder + Magloow     C 0 messages


Le mécanisme qui avalise « la qualité de l’échange » (autrement dit : l’astatisme devant en résulter) n’échappe pas à la législation pourvoyant au « processus interactionnel » que représente en soi l’échange [1].

En cela, ledit mécanisme se trouve donc subordonné aux deux tendances fondamentales que figurent attraction et pression. Par ce, nous tenons à vous faire entendre que ces deux éléments se veulent essentialement garants de « la qualité » précitée.

Cette remarque tient, une fois de plus, à vous mettre en garde contre une appréciation de la chose qui se verrait exagérément conditionnée par une analyse trop axée sur « le notionnel » inhérent à la nature de votre spécifisme.

Au passage, ceci doit d’ailleurs vous rappeler que nous vous confiâmes en son temps que tout ce qui découlait de la Création était pourvu de qualité, y compris dans le désuperpositionnel et le démultiplicationnel d’où certains « actionnels » semi-qualitatifs savaient se disposer, au gré des ambiants.

Ajoutons ici que, par simple conviction intuito-ascensionnelle, il vous sera occurrentiellement aisé de constater que cette incontournable « modification constitutionnelle » détermine, à son stade post-originel, le principe avéré de la diversité, donc de l’avènement des spécifismes.

Vous aurez relevé que notre intervention du jour garde pour tendance majeure de vous « assister » dans l’explicitation qu’il vous faut assumer au regard des événements actuels, lesquels « troublent » vos semblables de l’heure.

Ce « trouble » les réfrène dans leur capacité à apprécier en satisfaisante convenabilité tout ce qui survient, notamment dans le cadre de la réitération forcenée de certains « actionnels » (tous spécifismes confondus) qu’agence en toute harmonie la Loi des Echanges, au gré de la mutation d’ensemble inhérente au point de non-retour que vous savez.

Nous vous engagerons toujours à n’avoir de cesse de faire se souvenir aux « troublés » en question que chaque fin de cyclique s’affirme selon une notable accélération du mouvement spiralien, conformément à ce qui fut souvent énoncé.

Ainsi, chacun se remémorera que l’accélération du spiralisme provoque une recrudescence de la volumisation, et par conséquent, une propension à la rupture, quelle que soit la forme prise par cette dernière : qu’elle s’effectue en effet direct ou en effet différé.

Dans la continuité de cette observation, nul n’omettra de « garder à l’esprit » que chaque rupture connaît sa récurrence réadaptatrice (la rupture poursuit la rupture jusque dans la rupture) [2]. Chaque récurrence réadaptatrice se trouvant également soumise à l’accélération spiralienne, il se révélera pour certains et se confirmera pour d’autres (ayant accès à nos dires) que le suspensif - où tout se réifie - se voit en cela confronté à une surdensité existentielle qui l’oblige à « précipiter les fréquences de retour » que cette suractivité spatio-temporelle induit (avec toutes les possibilités de modification de l’ordre post-initialement établi s’ensuivant : cette forme de désordre engendre un désordre des formes).

Il n’appartient plus dès lors qu’au fameux mécanisme - sous le couvert duquel nous avons introduit la présente scripturalisation - de réguler le produit de ce que vous savez désormais nommer l’évolution.

Notes

[2 Cf Jigor - novembre 1981 

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0