Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Textes connexes et commentaires divers / Réponses et Commentaires / Lettre du 24 juin 2009
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

Lettre du 24 juin 2009

D 24 juin 2009     H 17:43     A Jean Claude Pantel     C 1 messages


L’ami qui transmet les messages au webmestre de Jantel.org m’a fait parvenir par courrier les propos échangés sur le site. Cela semble constructif et les argumentations des uns et des autres démontrent que les messages sont lus, et même étudiés avec sérieux. Dans le but de me rendre un tant soit peu utile, j’ai proposé que l’on cible quelques questions qui mériteraient de se voir un peu plus développées.

 Je remercie au passage Bertrand dont la première question m’a été transmise afin de faire profiter tout le monde de cet échange.

 Sans rien modifier de ce que j’écrivis antérieurement, je dirais donc que, par rapport à ce qui fut rédigé dans le chapitre 2 du tome III des V.E.T. juin 2009 saurait offrir davantage d’ampleur aux explications apportées. Cela provient du fait que divers éléments - venus s’ajouter depuis à ce Texte - établissent une synthèse qui « élabore » au fur et à mesure le Message.

 Nous noterons (entre autres) : la notion d’édaphisme, le principe de réverbération, l’historique de l’Androgyne, la loi de concordance en l’adaptabilité etc…

 Ces éléments pourvoient à concevoir une justesse dans la qualité du vécu, laquelle nous échappe encore bien souvent au regard du fonctionnement quelquefois choquant de tout ce qui définit l’existence.

 Sinon, si j’avais dû ajouter quelque chose aux commentaires de ce texte de mars 1983, j’aurais uniquement mentionné l’émission télévisée sur Moïse (passée sur Arte au milieu des années 90) où l’étude mène à la situation cataclysmique ayant engendré des générations spontanées, à l’instar de ce que confie Karzenstein lorsqu’Elle parle de naissances ne procédant pas d’un échange corporel .

 L’émission en question relata certaines « plaies d’Egypte » comme l’invasion des taons, des grenouilles, des sauterelles : le tout véhiculé par une succession de tsunamis, après l’éruption du volcan de Santorin. Mais, ce n’est là que partie remise : cet élément sera inclus dans le livre (tome IV ?) selon la chronologie de l’histoire, sans risque d’omission puisque la chose est soulignée (très succinctement) par Karzenstein à l’occasion d’un dialogue en 1996.

 Pour terminer, je dirai à Bertrand - et à tous ceux qui liront ce courrier - que nous n’avons jamais véritablement abordé la théorie de la Terre creuse avec les V.E.T., sauf lorsque ces derniers confirmèrent la fameuse incursion « semi-consciente » de Lucette et Jean-Claude Dakis dans les galeries souterraines d’un autre espace-temps.    Pour ce qui a trait à mes expériences personnelles, notamment avec les semi-géométrisés, nous dirons que la chose appartient à une vortexisation, phénomène qui - d’après de récents messages - correspond à une aspiration dans des couloirs parallèles dont j’ignore totalement la profondeur, bien qu’il me soit arrivé de descendre dans des cryptes ou des souterrains à diverses reprises. Ces « déplacements » se sont déroulés dans des lieux très éloignés les uns des autres (en Provence, en Haute-Savoie, en Ile-de-France) et n’ont pour seule originalité qu’une sensation de « trou » ou plutôt de « manque » dans ce que j’appellerai mon vécu conscient.

 Des bribes de souvenirs remontent parfois à la surface, mais ce que mon entourage retient en priorité, ce sont les écarts de temps chronologique qui entourent l’événement (la durée de l’absence par rapport à ce que j’en ressens) et la distance accomplie (jusqu’à 80 kilomètres) dans un minutage qui est loin de coïncider avec celui dont ledit entourage a besoin afin de venir me récupérer sur un plan géographique dit normal (merci au téléphone portable) quand je me retrouve dans l’incapacité de revenir par mes propres moyens.

 Au niveau des Etres de Lumière, seule Karzenstein fit (une ou deux fois) état de cœur magmatique pour ce qui concerne « le noyau central » de la planète.

 Il paraît donc loisible de considérer qu’avoir les possibilités de « fréquenter » des lieux sis à une profondeur certaine (y compris en subparallélisation) doit comporter des limites, du moins pour les Espèces qui présentent une volumisation les vouant à un enviable homochromisme.

 Quant à l’Agartha, au su de ce qui s’en dit, on peut inférer qu’il s’agit d’une branche de semi-géométrisés, mais ce n’est là qu’une simple hypothèse qui n’engage évidemment que moi.  

  PS :

 Par ailleurs, je tiens à préciser que, malgré les précautions prises pour analyser les entretiens, je commis une erreur lors de la rédaction du chapitre 3 du tome III des V.E.T…

 Sans que cela procède d’une anticipation proprement dite, j’ai plus ou moins conclu à l’avènement d’une nouvelle androgynie pour notre humanité, alors qu’il s’agissait d’une reconstitution du mode de procréation utilisé par cette espèce disparue : le tubicolisme.

 Ce dernier point, énoncé ultérieurement, au cours de l’entretien de juin 1999, s’avère être le futur (?) clonage nous étant semble-t-il promis.

 Le rétablissement de cette vérité s’effectuera donc, toujours en vertu de la chronologie respectée jusqu’alors pour l’écriture du livre.

 (J’ajouterai que mon erreur fut même double dans la mesure où, simultanément, j’écrivis une chanson intitulée « Sais-tu bien », basée sur cette théorie du 2 redevenant 1)…  

 Bien cordialement à tous.

 Jean-Claude Pantel.  

 

Mots-Clefs

1 Messages

  • Le 24 juin 2009 à 22:45, par bertrand 72

    Et encore et toujours merci ,Jean-Claude .Au plaisir de vous lire.Est-ce normal que je ne puisse pas imprimer ce texte ?

    Le 25 juin 2009 à 07:35, par YOYO

    Je rajoute un logo « Version imprimable » sur lequel on peut cliquer pour faciliter l’impression.

    Le 25 juin 2009 à 08:02, par Isabella

    Merci pour ce courrier à Bertrand mais qui concerne tous les visiteurs du site. Je me rappelle en effet d’une émission de télé consacrée aux plaies d’Egypte. Mais il faut être honnête, je n’avais pas fait le rapprochement avec les générations spontanées et l’éruption volcanique de Santorin. De plus on peut penser que nous ne sommes plus dans le même cyclique. JCP sait-il à peu près combien dure un cyclique ? Bonne journée.

    Le 25 juin 2009 à 10:45, par Rock en bol

    Comme Isabella, j’ai assisté à ce documentaire, il est même passé plusieurs fois. Mais comment fait jcp pour relever de pareilles similitudes ? Il a dû tomber dans la marmite quand il était petit. Heureusement, il dit qu’il a commis des erreurs avec ses conclusions sur l’androgyne, c’est rassurant ! On verra ça, si ça ne le dérange pas de nous faire lire son chapitre sur l’androgynat. En tous cas, la chanson sur ce sujet est très bien faite, je ne prétends pas avoir tout compris mais je me passe souvent son CD pendant mon repos forcé et vous pouvez lui dire qu’on lui pardonne tout à fait son erreur, personne ne lui en voudra, au contraire. Bertrand et pique-feu pourraient peut-être lui demander de présenter les paroles sur le site, à moins qu’ils ne les aient déjà et qu’ils les fassent eux-mêmes passer au webmestre. On serait plusieurs à en profiter.Si ce n’est pas possible, je me débrouillerai avec mon ami méridional, il doit avoir ça dans ses archives. Merci pour tout.

    Le 25 juin 2009 à 13:39, par Chou

    « La chanson sur ce sujet est très bien faite ? » Coco, cette chanson c’est du pur génie. Et le tout en alexandrins, quelle classe !!!!!!!!!!!!!!!!!

    Le 25 juin 2009 à 10:56, par YOYO

    Rappelons qu’en zoologie, un vers tubicol est un vers qui habite un tube…

    Le 25 juin 2009 à 11:38, par Falcon

    Oui, mais si je peux me permettre : Ici, ce sera une sorte de vase clos en lequel s’effectuera des clonages sélectifs de notre Espèce (Eugénisme). Pour l’image, on a un peu cela dans le film La Mouche de David Cronenberg (Remake) - pour ceux qui l’on déjà visionné : Cette sorte de cocon duquel naît la créature - . Et surtout, la chose est déjà mentionnée par Le meilleur des Mondes d’ Aldous Huxley. Notons que dès à présent, au cœur de nos laboratoires biologiques, les premices de cet « appareil » apparaissent déjà sous la forme de l’Utérus artificiel (fécondation totalement in vitro, l’in vivo étant écarté). Peu glamour, tout ça, vous ne trouvez pas ?

    Le 25 juin 2009 à 16:59, par Falcon

    Crocodile de l’étang de Xertigny —> Vortexisation ?

    Le 25 juin 2009 à 19:15, par YOYO

    « Crocodile de l’étang de Xertigny —> Vortexisation ? »

    si on le trouve pas en vidant l’étang, cela ressemblera fort aux panthères noires jamais retrouvées et qualifiées de « chat noir » à la fin !!

    Le 25 juin 2009 à 19:36, par Mendrak

    On ne l’a pas retrouvé en vidant l’étang : Aucune trace. Pourtant, énormément de témoins ont attesté de sa présence ! Oui c’est comme la panthère noire du massif des calanques entre Cassis et Marseille : Un gros chat soi-disant (ah ! ah ! ah ! Rires très longs).

    Le 25 juin 2009 à 11:26, par Pique-feu

    L’Entité Rasmunssen a dit : Approximativement 40 siècles. Je pense pour ma part qu’un Cyclique varie, de cyclique en cyclique ; Héraclite parlait lui d’une temporalité en boucle s’explimant sur 36 siècles (Peut-être le précédent). Je crois même qu’un semi-Géométrisé a parlé au téléphone de 41 siècles pour « corriger » les 40 « approximatifs » de Rasmunssen. Ce qui est frappant (C’est le cas de le dire), c’est qu’en effet l’explosion du Santorin n’est pas loin : 1600 ans av.j-c. Et ce qui surtout se révèle important, c’est que cette émission relatée par J-C. nous situe le Déluge et l’Atlantide beaucoup plus proche de nous que nous nous imaginions alors (Notamment en ayant lu les mythes platoniciens qui situent ces événements à plus de 10000 ans en arrière). Magglow a par ailleurs mentionné le syntagme de Déluge magmatique, ce qui nous a fait penser que le phénomène de délitescence (Fusion avec l’élément fluidique) vécu par son Espèce, accompagnant le « Faire corps » avec la pression exercée par Elle - Celle-ci lui ayant fait accéder à l’Etat de Transparence la vêtant désormais (si je puis me permettre) - s’est exprimé en harmonie avec l’explosion engendrée par la caldeira du volcan (Anciennement Théra je crois) s’étant effondrée dans la mer méditerrannée. Sachant que cet effet physique, appelé par nos géologues le phréatomagmatisme, résultat du contact de la lave et de l’eau, produit des déflagrations comparables à plusieurs milliers de fois la détonation créée par la bombe utilisée afin de désintégrer Hiroschima, on peut d’ores et déjà imaginer la puissance de ce souffle ascentionnel qui a permis à la Race Atlantéenne de vivre l’Evolution finale l’ayant propulsé au « Ciel » de la Démolécularisation définitive de toute chose.

    Le 25 juin 2009 à 19:29, par Général Ganteaume.

    Donc l’élément fluidique avec lequel Ils firent finalement corps (Délitescence) n’est pas l’eau, mais le magma. Disons leur magma - une forme de magma à leur échelle)- puisqu’Ils eurent à assumer la rupture d’un Continuum Spatio-volumique entrant directement en connection avec l’espace (le lieu) dévolu au Santorin. Pourtant, dans l’oscillationnisme, l’eau devait être très présente, elle aussi, à la surface de la Terre, que ce soit sous la forme de fortes précipitations (suite aux dégazages des volcans marins réchauffant les eaux océaniques, de fontes du manteau neigeux sous les effets des coulées de lave (Lahar), de transgressions marines consécutives à une certaine fonte des pôles (Etc.)…Et tout cela sans laisser trop de traces écrites, hormis dans les mythes gréco-latins (Deucalion), bibliques (Noé) et autres (Ziusudra sumérien par exemple), pourquoi ?

    Le 25 juin 2009 à 20:07, par Pique-feu

    Mon ami, Platon répond à cette question dans Le Timée : S’il y a très peu d’écrits rescapés des déluges, c’est que les seuls rares survivants de ces violences météorologiques habitent en haut des montagnes, et qu’en règle générale ce sont des bergers, et qu’ils ne savent ni lire ni écrire (Du moins à l’époque de Platon et avant lui). Par ailleurs, le philosophe parle des déluges et non du déluge, et il affirme qu’il y en a eu et qu’il y en aura encore…(C’est ce qu’avouent les religieux égyptiens de Saïs à Solon, si je ne m’abuse).

    Le 25 juin 2009 à 19:33, par Bonbon

    A Pique-feu : Démolécularisation se dit chez eux Dégéométrisation.

    Le 25 juin 2009 à 20:28, par bertrand 72

    A propos des CYCLES certains hindouistes pensent que le cycle se découpe en 4 âges de durées décroissantes : L’Age d’or 40 % L’Age d’argent 30% L’Age d’airain 20% L’Age de fer 10% ( Kali Yuga) en ce moment ? Le Cycle entier serait de 4.320.000 ans !!! Les Grands Connaissants (ou se ventant de l’être) discutent ferme sur les dates de départ…et donc d’arrivée… Vivement l’Age d’OR !


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0