Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Textes connexes et commentaires divers / Ouvrages / Le Voyageur de l’Orage / Le Voyageur de l’Orage - suite 2
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

Le Voyageur de l’Orage - suite 2

D 17 septembre 2009     H 09:47     A Jean Claude Pantel     C 1 messages


Lettre d'accompagnement du Voyageur de l'Orage 2

 Pour diverses raisons n’appartenant pas à sa volonté, le Voyageur de l’Orage s’était absenté du site. Sans doute était-il également nécessaire d’observer un délai de réflexion pour assimiler un tant soit peu les quelques réponses apportées aux questions sur les phénomènes de  vortexisation  et d’ intuition provoquée .
 A présent, il est peut-être temps de reprendre notre approche de ce que les V.E.T. nomment une  œuvre musico-verbale .
 Le livret est assez explicite pour ce qui a trait au déroulement de l’histoire, aussi nous nous attarderons seulement sur les chansons concernant cette partie du récit.

- Mal à l’homme (pas encore enregistrée en studio) dénote la commisération ressentie par le Voyageur quant à ce qu’il perçoit de la condition humaine. En fait, les VE.T. nous diraient qu’il s’agit tout bonnement d’une illustration de  la vocation anthropocentrique  à laquelle se trouve voué le personnage.

Word - 30.5 ko
texte de la chanson : « Mal à l’homme » .doc
PDF - 53.9 ko
texte de la chanson : « Mal à l’homme » .pdf

- Noé met en exergue le ressentiment de la gent animale par rapport au comportement que l’espèce humaine affiche à l’endroit de la nature et de ce qui la compose. De par sa présence inopinée à ce conciliabule exprimant ledit ressentiment, Le Voyageur - en tant qu’homme et donc « responsable occasionnel » des maux de la planète - est mis au ban des accusés. Il parvient à se tirer d’affaire en invitant les animaux en colère à se souvenir de celui qui, en des temps lointains, leur avait évité une disparition prématurée : Noé.

Word - 34.5 ko
Texte de la chanson : Noé .doc
PDF - 73 ko
Texte de la chanson : Noé .pdf

- Souvenirs du Futur se chante en duo (l’enregistrement définitif n’est pas terminé). On y décrit un état des lieux de « la situation générale », laquelle n’encourage pas spécialement à l’optimisme. La chanson ne se limite pas seulement à cette constatation : elle ramène cette dernière à une origine biblique. Le Voyageur, dans sa réplique (le refrain) nous fait de nouveau valoir sa compassion pour ses semblables, qu’ils soient d’hier, d’aujourd’hui ou de demain

Word - 31 ko
Texte de la chanson : « Souvenirs du Futur » .doc
PDF - 55.1 ko
Texte de la chanson : « Souvenirs du Futur » .pdf

Nous arrêterons là pour aujourd’hui, mais comme d’habitude, si des questions viennent à se poser, elles seront les bienvenues.

Cordiales pensées.
 Jean-Claude Pantel.  


 

 

Mots-Clefs

1 Messages

  • Le 17 septembre 2009 à 18:58, par Rock en bol

    Un grand merci à Jcp. Personnellement je connais « Noé » qui est sur la copie de l’enregistrement que m’a donné mon ami méridional. C’est une belle chanson, l’orchestration est très bien faite. Il me tarde d’en lire les paroles car il y a des choses qui m’ont échappé à l’écoute. A +

    Le 18 septembre 2009 à 07:45, par Isabella

    Eh bien voilà, la lettre d’accompagnement, au vu des thèmes abordés, laisse présager de bons moments de lecture, voire d’écoute (?). Nous ne pouvons que remercier JCP et ses amis de nous faire profiter de cette culture dont notre monde aurait bien besoin si l’on se fie à la mièvrerie de ce qui nous est imposé par ailleurs, surtout en matière artistique. Bonne journée.

    Le 18 septembre 2009 à 16:21, par Rock en bol

    Tant pis si je me fais taxer de basse flagornerie mais je dois dire que je suis emballé par le scénario, autant que je l’ai été pour les chansons. On sent qu’il y a dans cette comédie une véritable originalité et quand on sait qu’il y a 40 chansons, on se dit qu’on est sûrement pas au bout de nos surprises. J’envie les musiciens et les comédiens qui participent à tout ça. Ca doit être très prenant. Merci de nous faire partager ces moments. A +.

    Le 19 septembre 2009 à 09:05, par Isabella

    Il y a beaucoup de poésie dans le scénario comme dans les chansons d’ailleurs. Si j’ai bonne mémoire, JCP nous avait dit qu’il avait écrit les chansons pour commencer, j’aurai donc une question à lui poser à propos de l’ordre qu’il a choisi. Elle concerne la chanson Noé que je trouve pour ma part très réussie. Si dans sa lettre d’accompagnement, il nous explique très bien le sujet, je n’arrive pas du tout à me faire une idée du placement de la chanson par rapport à ce que décrit le livret. Si JCP ou Yoyo ou Pique-feu ou Bertrand ou quelqu’un d’autre qui connaîtrait le scénario acceptait de m’éclairer, je lui en serais reconnaissante. Merci d’avance.

    Le 21 septembre 2009 à 11:14, par Pique-feu

    Relisez le livret Isabella : Noé est une dissertation écrite par Sophana (Sous forme de poème chanté), suite au sujet lancé par le professeur Janybel et dont l’intitulé philosophique questionne les étudiants de l’Institut à propos de la place de l’homme face à son environnement. D’ailleurs, vous la voyez en photographie en train de rédiger sa copie. Et si la chanson est chantée par la Voyageur en personne, c’est pour faire bien comprendre aux spectateurs que c’est bien lui qui a inspiré à Sophana (Par biais d’un rêve ?) le recit biblique réactualisé en vers par ses soins. Et si vous me permettez une appréciation : Cette chanson, c’est de la bombe !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Le 19 septembre 2009 à 10:55, par bertrand 72

    J’aime bien les anagrammes de NOE : EON -NEO -ONE - et puis c’est le début de NOEL , Champagne !

    # A Monsieur Jean Claude Pantel Le 19 septembre 2009 à 12:21, par François et Valérie de l’Ariège

    Voilà plus de deux années que je suis tous les développements de ce site. Tout cela est passionnant, difficile par moment mais grâce aux intervenants nous pouvons obtenir des éclaircissements et je mesure la tâche à accomplir et la capacité que nous devons avoir, et maîtriser, pour, de recoupements en recoupements avancer sur le chemin d’une certaine compréhension. Je me suis rendu compte depuis quelques temps que monsieur Pantel répondait à quelques questions qu’on lui posait. Aurais-je l’honneur et le bonheur d’être entendu ? Voilà ma question, Cher Jean Claude : cet été une information a circulée sur le site, elle a été maintes fois reprise par certains qui semblaient bien informés, vos proches sûrement. Ce sujet a fait comme un « buzz » comme on dit dans le jargon internet car vous avez disparu pendant plusieurs semaines et au fil des jours on pouvait lire de l’inquiétude. D’ailleurs je m’inquiétais moi-même car on disait qu’on ne savait ou vous étiez et que vous étiez enfermé sans manger ni boire. Seul des êtres dotés d’un potentiel hors-normes peuvent résister à ces souffrances. A la lecture de ce site et d’un de vos livre il n’est pas surprenant que vous soyez un des ces êtres là. Pouvez vous donc me dire, à nous tous d’ailleurs, ce qui c’est passé, ce que vous avez vécu, où vous étiez ? S’il vous reste quelques souvenirs de ce transfert ? En tous les cas si vous êtes autorisé à me répondre car je crois comprendre que vous êtes en quelque sorte sous l’autorité de vos informateurs. En tous les cas je remercie les concepteurs de ce site car cela nous permet d’accéder à une information tout autre et tellement différente de ce à quoi nous sommes habitués. Rien de comparable avec un fatras de balivernes du chanelling ambiant. Par avance recevez cher Monsieur mes plus sincères remerciements et si vous n’étiez point autorisé Jean Claude : cet été une information a circulée sur le site, elle a été maintes fois reprise par certains qui semblaient bien informés, vos proches sûrement. Ce sujet a fait comme un

    # A Monsieur Jean Claude Pantel Le 21 septembre 2009 à 11:34, par Pique-feu

    Jean-Claude n’a absolument aucune souvenance de sa séquence isolatoire. je tairai où cela s’est passé, mais je crois qu’elle a durée 21 jours (Ou 24 ?). Peu importe. Et encore aujourd’hui, il en est toujours affecté (Grosse fatigue, aucun appétit manifesté, état nauséeux,…). Il m’a juste confié avoir vécu une sorte de bulle pressionnelle du genre de celle que subissent les plongeurs de hauts fonds qui côtoient des pressions abyssales, hors-norme. Par ailleurs, pour l’avoir quelque peu subie moi aussi, par l’intermédiaire de sa présence, uniquement, je dois dire désormais que se trouver près de lui m’a fait ressentir une pesanteur de l’atmosphère telle que j’eus l’impression, à ces moments-là, que les molécules de l’air ambiant, comme écrasées, assujetties à la « geole émotionnelle » de ce « captif de l’Espace-Temps », portaient des « boulets de fonte » attachées aux « membres inférieurs » de leur agencement(s) atomique(s). L’atmosphère s’en trouve énormément allourdie, c’est comme si on se mouvait au fond d’un océan. Nous subissons tous notre environnement, mais il semblerait que dans le cas de Jantel, c’est bien l’environnement qui le subit !!! Car nous n’avons pas le même « scaphandre » : Sa Capacité d’Admissibilité d’Impression(C.A.I.).

    Le 21 septembre 2009 à 04:42, par Pique-feu

    On peut se navrer du fait qu’à cause du manque de sérieux de certains, des Textes manquent à l’appel, comme celui de Magglow qui relate la viralisation d’Alexandre Dumas par le soin des VET (Fluidiques), celui explicitant la non trahison de Juda, lequel n’a pas trahi le Christ pour quelques deniers, pour alors se suicider, mais s’est fait tout simplement lapidé par la foule de Jérusalem (ce qui fait de lui le premier martyr de la cause chrétienne, et non plus saint Etienne), ainsi que le Texte où toujours Magglow parle de la masse du Neutrino…J’ai cru m’apercevoir aussi que manque sur le site le Texte mentionnant le futur retour de certaines archéobactéries, Texte qui fit suite au tsunami ayant ravagé une partie des côtes du pacifique, et qui explique le phénomène en tant que conséquence directe d’une météorite chue au sein de l’Antartique. On essayera de combler ce manque.

    Le 21 septembre 2009 à 09:23, par YOYO

    Je n’ai placé sur le site que les Textes que j’ai pu recueillir ; si vous en avez d’autres, ils sont les bienvenus… à moins que M. Pantel pense les réserver ?

    Le 21 septembre 2009 à 11:06, par Pique-feu

    Non, Jean-Claude ne réserve rien pour lui seul, même si je sais pertinement qu’il lui arrive d’auto-censurer certaines informations qui pourraient choquer un large public. Je vous enverrai le Texte sur les archéobactéries, par Régis. Mais de grâce, avant tout, monsieur le Webmestre, corriger ceci, suite à mon intervention nocturne d’hier : C’est Alexandre le Grand que Magglow et les Siens ont viralisé, et non Alexandre Dumas ! (Lequel - certes - était grand lui aussi !).

    Le 21 septembre 2009 à 11:39, par Rock en bol

    Pardon de commettre une intrusion au milieu de toutes ces questions importantes concernant les messages manquants, mais je reviens sur le vdo. C’est vrai que tout ce qui touche à la musique me sensibilise davantage que tout ce que Jcp nous donne par ailleurs sur le site. La raison est que je n’ai pas le niveau de Bertrand, de Pique-feu, de Yoyo et des autres, au moins pour le moment. De +, j’ai ressenti les chansons dès qu’on me les a données et comme ça ne dépare pas avec le reste, je me laisse aller à la facilité. Alors je reviens au vdo pour essayer de donner une réponse à la question d’Isabella. J’aime beaucoup Noé moi aussi, faire un procès à l’homme par l’intermédiaire des animaux est une belle idée. Et puis jcp touche bien le problème, « c’est au pluriel que l’homme est dangereux pour ce qui l’entoure ». Brassens disait « au-delà de 4 on est une bande de c… » et tout ça se recoupe. Pour ce qui est de la place qu’occupe Noé dans le scénario, je pense qu’il faut relire ce que dit Jcp dans sa lettre du 12 août, il y a des dialogues autour des chansons. A mon avis chère Isabella, la réponse est dans ces dialogues. Entre Yoyo,Pique-feu, Bertrand, etc, il doit bien y en avoir un qui confirmera ou infirmera ce que j’avance. Merci de répondre. A +

    Le 21 septembre 2009 à 18:33, par Pique-feu

    Cela a trait au cinquième dialogue. Sophana se rend à la Clairière de l’Institut (Au centre duquel se trouve le Grand Chêne) lorsqu’elle est abordée par le professeur Janybel qui lui propose de l’accompagner. Chemin faisant, Janybel s’enquérit auprès de Sophana des nombreux aller-retour effectués par la jeune étudiante entre le Chêne multi séculaire et les salles de cours. Elle profite de cet instant pour découvrir si c’est cet arbre qui lui a inspiré le « transmis » de sa rédaction à travers les formes d’un poème, tout en lui demandant comment elle peut dorénant apposer sur un tel devoir une note évaluant sa performance. Là arrive la chanson Noé où l’on voit Sophana (Voir photo) rédiger sa rédaction. Puis le dialogue reprend ; Janybel se montre inquiète au sujet des rumeurs persistantes qui courent au sein de l’institut, lesquelles chuchotent, à travers ses sombres et nombreux couloirs, que Sophana ferait des rencontres étranges dans le parc depuis quelques temps…Le tonnerre gronde au loin, et le Voyageur apparaît. Fin du cinquième dialogue et début du sixième. Janybel découvre le visiteur et s’entretient avec lui.

    Le 21 septembre 2009 à 19:10, par Isabella

    Je viens de relire la lettre d’acompagnement du 12 août. Je suis une grande étourdie. C’est ce qui arrive quand on veut aller trop vite. En tout cas ça démontre que de votre côté vous vous sous-estimez, Rock en bol. Pas de doute, c’est dans les dialogues que doit se trouver la réponse à ma question. Moi qui conseille la patience, je m’aperçois que je n’ai pas tenu compte de mon propre conseil. C’est une bonne chose.

    Le 21 septembre 2009 à 20:50, par Isabella

    Merci beaucoup, Pique-feu. Bonne soirée à tous.

    Le 22 septembre 2009 à 10:25, par Rock en bol

    40 chansons ! On en a à peine vu 8. Ca dit bien ce que ça veut dire, en tout et pour tout ça fait juste 1/5e des chansons, donc du reste. Pique-feu fait partie des rares privilégiés qui connaissent de A à Z le vdo. Mais Jcp ne nous laissera pas en plan, il nous fera passer les dialogues quand nous aurons lu la totalité de la trame, si j’ai bien compris ce qu’il a écrit dans ses lettres d’accompagnement. Comme on peut le voir, je ne suis pas le moins impatient. En tout cas, merci Pique-feu qui nous donne des détails qu’on ne saurait imaginer sans lui. A +.

    Le 22 septembre 2009 à 21:33, par Pique-feu

    « Chez nous, nous disons que personne n’est inférieur à personne, le Père est supérieur à tous… » Karzentein.

    Le 23 septembre 2009 à 09:22, par Général Ganteaume.

    Ce n’est pas Rasmunssen qui a tenu ce propos ?

    Le 23 septembre 2009 à 18:05, par bertrand 72

    Message de JUIN 1978 finalement de VIRGINS .

    Le 23 septembre 2009 à 21:35, par Pique-feu

    OK, très bien, mais - venu d’un nom ou d’un autre - qui a réellement compris la portée de ce message nous dépassant tous, et ce, à des années-lumière, et même bien plus ?..

    Le 22 septembre 2009 à 21:50, par Anonyme

    Avec Jantel, pas besoin de clef pour rentrer dans l’Univers, les Infinis étant sans porte…

    Le 23 septembre 2009 à 14:55, par bertrand 72

    Le dernier Science et Vie est sur L’ANTIMATIERE « -Est-ce la clé de l’Univers ? »est intéressant et plus ouvert… Et si l’antimatière reposait dans un système temporel différent du nôtre ? Quant à la théorie du big-bang elle a du plomb dans l’aile…Mais où va notre Jean-Claude ? Il ne se rappelle de rien ,il a un trou « noir » (humour). L’essentiel étant qu’il revienne parmi nous .

    Le 23 septembre 2009 à 17:09, par Pique-feu

    Des scientifiques viennent de découvrir, dans la jungle amazonienne, une espèce de fourmis - baptisée Mycocepurus smithii - qui, d’après eux, se reproduirait uniquement par parthénogénèse (féminine), ce qui fait que la reine clone elle-même sa lignée sans jamais être inséminée par un individu mâle. Toujours d’après ces scientifiques, cette évolution du mode procréatif serait due à une mutation génétique. Si ce mutationnisme fut possible pour une spécificité animale ayant gagné ce qui reste une des multiples formes d’androgénéité biologique, pourquoi demeurerait-il improbable pour notre race humaine qui a contrario aurait eu, elle, à le subir à rebours, et ainsi perdre son androgynat d’origine ?

    Le 24 septembre 2009 à 07:30, par Isabella

    Une de mes amies m’a fait savoir que dans le dernier numéro de Science et vie ou Science et avenir (j’hésite) des scientifiques disaient que, dans un avenir non déterminé, les continents reprendraient leur emplacement d’origine. Moi, j’y vois un rapprochement avec le principe « expansion-rétraction » des messages que nous donne JCP. Je pense en 1er lieu à la reconstruction de la Pangée (semi-Pangée). Si quelqu’un d’entre nous en sait davantage, ce serait peut-être intéressant d’en parler… Bonne journée.

    Le 24 septembre 2009 à 20:23, par Pique-feu

    Les géologues parlent de la Pangée ultime, ou bien de l’Amasie (Fusion de l’Amérique du nord avec l’Asie), selon leur version. Ils pensent aussi que depuis que la Terre existe, la Pangée a dû se constituer et se déconstituer une bonne huitaine de fois…Le problème demeure que nos moyens de chiffrer ces cycles d’orogénèse sont erronés. On parle de 500 millions d’années pour une révolution de ce genre. Si on en croit Jigor, cela peut être beaucoup plus rapide (Jusqu’à moins d’un siècle ?). Et puis toujours d’après les VET, il semblerait que le carbone 14 soit peu fiable face à la mémoire minérale ; de plus, il faut la présence de fossiles animaux ou végétaux pour pouvoir dater une roche avec ce moyen. Le problème est donc que des sédimentations trop épaisses amènent à réduire en « miettes » toute forme de fossilisation. Une chose est sûre néanmoins, la phase permienne, préfigurant la dislocation de la Pangée, doit recéler, en ces diverses couches superposées, énormément de squelettes, lesquels constitueraient - sous des kilomètres de grès et d’argile - le lignage direct de l’Androgyne. Pour le reste, il y a la thermoluminence, méthode qui implique un calcul basé sur la radioactivité de rayonnements qui - on le sait toujours grâce à Gigor -, n’évoluent point à travers l’Espace-temps via le vecteur d’une même vitesse. Alors, comme on dit vulgairement : Tintin.


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0