Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Textes connexes et commentaires divers / Réponses et Commentaires / Réponse de M. Pantel sur l’espace et le temps
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

Réponse de M. Pantel sur l’espace et le temps

D 2 novembre 2009     H 10:43     A Jean Claude Pantel     C 1 messages


Régis m’a soumis une remarque de Yoyo sur l’éventuelle primauté qui « scellerait » les positionnements de l’Espace et du Temps. S’agissant là d’une estimation personnelle, et par ce, limitée, nous allons essayer d’apporter quelques éléments de réponse avec les précautions qui s’imposent.

A cette fin, j’avancerai que concevoir les choses de façon synthétique (afin d’élargir la vision de notre esprit analytique) n’est pas le mode le moins intéressant pour procéder à l’étude des Textes.

Antérieurement, nous avons vu que les recoupements autorisant la synthèse souhaitée peuvent s’effectuer avec notre vécu, d’autres écrits, ou les Textes eux-mêmes : ce dernier point invitant à noter la relation observable entre les thèmes abordés, au fil de « la parution » du Message. C’est précisément ce que nous nous offrons de faire ici.

Les dialogues établis avec les V.E.T.- lors de ces cinq dernières années - font état pour l’univers d’une mutation d’ensemble . Or, en convenant que tout s’exerce en désuperposition, cette mutation d’ensemble émane en sa resuperposition (selon la réversibilité graphique chère aux V.E.T.) d’un positionnement d’ensemble.

Selon la définition des Textes, ce positionnement d’ensemble figure ni plus ni moins l’état de suspens de tous les états de suspens , autrement dit : le Fixisme Originel ou Vide.

De ce Vide d’où le vivant « s’anime » au gré de la réverbération calorifique (voir le Texte de janvier 1998) [1], se révèle le Systématisme Originel avec ce qui en découle, via son processus de démultiplication générant- en aval - la diversité de l’existant (dans le langage des V.E.T., les spécifismes ).

Ne quittons pas notre « dynamique de synthèse » et pour ce, rejoignons Karzenstein dans son intervention d’octobre 1994, au cours de laquelle « Elle » énonce par rapport à la théorie du philosophe Descartes « Je pense, donc je suis » : 
[…] Il est certain que Descartes, dans la formulation de son principe, n’a pas complètement tort - puisqu’en tant qu’individu -, en d’autres termes : en son « provisoire dimensionnel », il fait partie de « ce qui est ».
Néanmoins, vous avez été amenés à ressentir, puis à comprendre que certaines choses ne sont pas accaparables par vos sens, loin s’en faut ! Le philosophe aurait-il pu prétendre alors que ces choses n’étaient pas ? Non, bien sûr, elles n’existaient pas : ce qui se veut différent puisque, ainsi que vous le savez, l’eccéité qui vous est acquise - pour ainsi dire - (ne négligeons pas le caractère fugitif en le Temps Chronologique de tout amalgame cellulaire destiné à être « support volumique »), l’eccéité, disais-je, vous engage à « figer » la fonction en le structurel que vous situez, et dont le mouvement, peu harmonieusement adapté, vous vit.
[…].

Mentionnons pour mémoire qu’étymologiquement, exister a pour racine l’expression latine existere, constituée du préfixe ex (marquant une idée d’extériorité) et de (s)istere (se tenir dans le sens de tenir place), constat qui nous convie à interpréter ce vocable sous le syntagme de «  se tenir en dehors ».

Que ressort-il des paroles prononcées par Karzenstein par rapport à notre recherche ? Eh bien, déjà la notion de figement qui, en l’expression la caractérisant, nous engage à tenir pour définitifs - et donc invariables - « les mouvements du Mouvement ».

Ensuite, le propos de Karzenstein, en insistant sur la nuance à respecter entre être et exister, démontre bien que nous ne sommes capables d’appréhender le produit dudit Mouvement qu’autant qu’il est localisable.

De par cette pratique, nous systématisons notre perception du Systématisme Originel selon notre capacité d’admissibilité d’impression (siège de notre informationnel de base ) et nous conceptualisons une logique qui fait fi de la fusion constante, et donc de la mue constitutionnelle (voir le texte de mars 1983) pour la totalité de ce qui demeure voué à se désuperposer et à se démultiplier, voire à «  déflexionner  ».

En faisant jaillir le Temps dimensionnel de l’espace vide (ainsi que je l’ai fait dans les réponses à Uranus et Yoyo), on se retrouve dans cette configuration de vision parcellaire et séquentielle qui nous identifie et nous interdit de voir en continuité  l’exercice du Mouvement ( le spiralisme existentialisateur ).

Dans cet ordre d’idées et dans la mesure où nous souscrivons au fait que ce sont les flux qui orientent l’élaboration du spiralisme , il n’est peut-être pas inopportun de nous reporter à ce qui est dit dans le Texte de décembre 1996 au sujet des accès de fulgurance  pouvant s’ensuivre et provoquer certains phénomènes comme les trous noirs.

Il en va peut-être ainsi du Temps dans sa désuperposition si l’on s’autorise à considérer les interstices - que mentionnent les Textes - tels des plages d’intermittence, au cours desquelles la continuité du Mouvement « s’occulterait ».

Toutes proportions gardées, et à un stade très désuperposé, cela me fait songer à un ruisseau que nous découvririons en forêt, en campagne ou en montagne, que nous perdrions de vue par instants (le cours d’eau passant à certains endroits sous terre ou sous roche), pour le retrouver plus loin.

Mais, pour en revenir à cet ordre établi qui nous trouble, nous pouvons tout aussi bien supputer qu’une fois le positionnement d’ensemble avéré, les lois de désuperposition et démultiplication œuvrent en agençant le Vide en Espace vide, puis volumique, et conjointement le Temps en Temps dimensionnel lequel sait devenir pour nous le Temps chronologique.

Auquel cas, nous pourrions conclure alors :

Vide = Temps
Espace vide = Temps dimensionnel
Espace volumique = Temps chronologique

Peut-être faudra-t-il revenir au développement de ce postulat (tout à ce niveau se voulant tellement complexe), mais je ne terminerai pas sans réintégrer notre dimension et faire ainsi référence aux vers qui clôturent le livret du Voyageur de l’Orage, lesquels résument en quelque sorte la fin de cet exposé :
C’est en l’événement
Que l’on situe le Temps,
Aucun calendrier
Ne suspendra jamais,
Ne surprendra jamais
Ce qu’est sa Vérité…

Bien amicalement.
 Jean-Claude Pantel.  

     

Notes

[1Notons que le Vide comme source d’énergie est prouvé par la science moderne : voir, entre autre, l’effet Casimir.

Wikipédia : L’effet Casimir, tel que prédit par le physicien néerlandais Hendrik Casimir en 1948, est une force attractive entre deux plaques parallèles conductrices et non chargées. Cet effet, dû aux fluctuations quantiques du vide, existe également pour d’autres géométries d’électrodes

novembre 2011 - Futura-sciences : Une équipe internationale de chercheurs vient de prouver que l’effet Casimir dynamique est bien une réalité, en transformant des paires de photons virtuels du vide en véritables grains de lumière.

 

Mots-Clefs

1 Messages

  • Le 2 novembre 2009 à 20:27, par YOYO

    Merci pour cette correction car j’avais mal placé le temps dimensionnel par rapport à l’espace volumique ; c’est là où ma pensée n’était pas en fulgurance mimétique ! Mais je crois qu’ici, vous en étiez très près et je remercie de tout cœur les entités intervenues dans votre « captage » de ce matin…

    Le 2 novembre 2009 à 20:36, par Isabella

    Je viens de découvrir l’exposé. Je n’ai donc pas travaillé dessus mais je tiens à vous remercier pour nous apporter tant de choses intéressantes. Ca va certainement faire plaisir à ceux qui insistent pour que vous leur donniez des explications et qui veulent comprendre hors le Texte. On va se mettre au travail. Bonne nuit.

    Le 2 novembre 2009 à 20:34, par bertrand72

    Que d’effervescience , ma boîte à cerveau est sans dessus dessous…La nuit porte conseil .Merci JC A+ .

    Le 2 novembre 2009 à 20:48, par Rock en bol

    Bertrand est en grande forme. On va essayer de l’imiter car on va en avoir besoin. En tout cas, un grand merci à Jcp, Régis et Yoyo. C’est vrai que la formule est banale à côté de tant d’investissement mais ça vient du cœur. A +.

    Le 3 novembre 2009 à 07:25, par Isabella

    Avant de m’absenter encore dès mercredi pour une quinzaine de jours, je voudrais dire que la dizaine de jours passés m’a permis de bien travailler sur les messages. Je n’ai pas la capacité de synthèse de JCP ou de ceux qui le côtoient depuis longtemps, mais je constate avec mes amis qu’on peut acquérir une correcte compréhension des messages si on se donne un peu de peine. C’est le temps (chronologique)qui manque le + à cause de tout ce qu’on est obligés d’entreprendre. J’ai retrouvé dans les 1ers messages de l’entité Rasmunssen des phrases qui m’avaient déjà marquée la 1re fois où je les avais lues. « La disponibilité s’appelle bonheur, elle ne demande rien mais se saisit de tout » et « le Père créa la vie et l’homme inventa le mode de vie ». Je trouve que ça résume bien les difficultés et les raisons qui réfrènent l’esprit de synthèse dont on a si besoin. Ca me fait dire qu’il faut être indulgent avec ceux qui viennent sur le site de Jantel.org et qui se sentent largués. Qu’ils ne croient pas qu’on est un petit comité d’élitistes qui se regarde le nombril. JCP est sans aucun doute un cas très particulier. Nous n’avons et nous n’aurons sûrement jamais son approche des messages, mais ses entités comme il le dit lui-même n’ont jamais interdit qu’il nous donne ce qu’elles lui donnent. C’est « la loi des échanges » et je suis d’accord avec Rock en bol quand il dit que nous sommes ses débiteurs ainsi qu’à ceux qui nous permettent d’accéder à ce savoir. Je l’ai déjà dit, j’ai été élevée dans la religion et j’ai aussi retenu que Jesus-Christ avait dit « que celui qui a des yeux voie, que celui qui a des oreilles entende ». C’est à nous de fortifier notre vue et notre ouïe en remettant 100 fois et + s’il le faut l’ouvrage sur le métier. Avec quelques amis, on peut en témoigner, c’est on ne peut + vrai. Alors courage à tous. Bonne journée.

    Le 3 novembre 2009 à 13:24, par Rock en bol

    Belle initiative d’avoir mis une image du vdo après les réponses de Jcp sur l’espace et le temps. Ca fait penser à Panoramix le druide ou plutôt à Rasmunssen son ancêtre. L’humour n’empêche pas le respect. Ce que développe Jcp est remarquablement tourné et j’ai hâte de partager tout ça avec des amis que je rejoindrai en Corse à partir du week-end prochain. Je trouve que le site y gagne beaucoup quand on pose des questions, le + dur c’est de poser les bonnes. De ce côté là je ferai confiance aux + expérimentés, moi je me contenterai du vdo quand Yoyo nous fera passer la suite, c’est + dans mes compétences. A +.

    Le 4 novembre 2009 à 11:06, par bertrand72

    Sur terre nous avons des anthropologues et des ethnologues, comment s’appellent les VET qui nous étudient ?Hommage à Mr LEVY-STRAUSS grand humaniste ,parti ou revenu .

    Le 4 novembre 2009 à 21:29, par Isabella

    J’aurai peut-être quelques questions à poser à mon retour, à moins que ce petit séjour à la campagne me permette d’y répondre moi-même. Je n’aurai pas la possibilité d’aller sur Jantel.org mais j’emporte les messages avec moi. Bonne soirée.

    Le 5 novembre 2009 à 21:53, par Rock en bol

    Je pense qu’il y a une relation entre ce qu’explique Karzenstein sur Descartes et l’idée de Jcp qui a mis la gravure de saint-Paul dans la présentation du vdo avec sa phrase : l’univers est fait de choses qui ne nous apparaissent pas. On retrouve le fil conducteur avec ce qui est et ce qui existe, ce qu’on voit et ce qu’on n’est pas capble de voir. A +.

    Le 6 novembre 2009 à 11:13, par bertrand72

    Il semblerait que le L H C redémarre bientôt …Va t’on savoir de quoi est faite la matière noire ? et où est passée l’ antimatière présente dans l’univers primordial ?Et le bozon de Higgs appelé la « particule de Dieu » imagination ou réalité ? L’expérience va t’elle réussir ou échouer ?

    Le 15 novembre 2009 à 11:31, par YOYO

    Vide = Temps

    Espace vide = Temps dimensionnel

    Espace volumique = Temps chronologique

    Il manque, bien sûr, la formulation de la quatrième et radicale proposition qui est celle des captures du médium dont il ne peut parler par essence, mais que l’on obtient par simple application logique :

    hors Vide = hors Temps

    C’est le sacré.

    Quant au Vide, je vous incline à vous intéresser à l’effet Casimir qui « prouve » ce Vide… Depuis Aristote jusqu’à Einstein, l’effort des physiciens a été de nier ce Vide. Maintenant, le déni est moindre. Néanmoins, les efforts de conceptualisation comme ceux d’ici, nous montrent comment nous sommes encore, nous tous, imprégnés de ce déni…

    Le 15 novembre 2009 à 14:03, par bertrand72

    Donc c’est simple lorsqu’un être est hors Vide = hors Temps il est « ailleurs » .

    Le 16 novembre 2009 à 13:54, par Maréchal Nouvoila

    Yoyo et bertrand occupe le terrain mais nous attendons tous les réflexions d’ URANUS s’il est toujours dans notre espace-temps.Depuis le 26 octobre sa hiérarchie devrait en avoir fini avec la cogitation que nous espérons fructueuse.


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0