Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Textes connexes et commentaires divers / Ouvrages / Le Voyageur de l’Orage / VDO - pages 27 à 31 et les chansons correspondantes
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

VDO - pages 27 à 31 et les chansons correspondantes

D 12 décembre 2009     H 11:32     A Jean Claude Pantel     C 5 messages


(les pages du VDO sous le texte)

   

Nous nous approchons à grands pas de la fin de la première époque du Voyageur de l’orage. Un petit peu de patience et les dialogues feront leur apparition, ainsi que cela s’est vu promis. Pour l’heure, les pages du livret s’accompagnent des quatre chansons suivantes :

- Au-delà : Regarder… Soit, mais encore convient-il de « se donner » quelques moyens pour regarder ce qu’il y a lieu de voir. Ainsi, observerons-nous ici les sempiternelles carences auxquelles reste vouée notre dimension, tant qu’elle ne se récupère pas dans la plénitude d’une « incorporéité » : la géométrisation se voulant toujours éphémère et - conséquemment - limitative.

> Le texte de la chanson “Au-delà” en .doc

> Ecouter la chanson “Au-delà” en .mp3

- C’est au nom de l’Amour : Un cri -sous le couvert d’une prière - qui invite la compassion à la table de la Création. Cette dernière, en « se contentant » de proroger le délai d’existence qu’elle a originellement alloué à notre condition, « oublie » trop souvent qu’elle nous a également dotés d’état(s) d’âme

> Le texte de la chanson “C’est au nom de l’Amour” en .doc

> Ecouter la chanson “C’est au nom de l’Amour” en .mp3

- Départ : Au sortir d’un orage, un arc-en-ciel s’emploie à servir de « vaisseau » (sous forme de portée musicale) aux notes de musique et à tout ce qui les accompagne. Il y a du sauve-qui -peut dans l’expression de cette métaphore… A moins qu’il ne s’agisse, en fait, d’un simple positionnement de valeurs, tel qu’il s’en opère au moment de chaque aboutissement d’une civilisation.

> Le texte de la chanson “Départ” en .doc

> Ecouter la chanson “Départ” en .mp3

- Rencontre : Une semi-propsopopée en quelque sorte. Cette fois, c’est un moulin à vent qui livre ses souvenirs. Sa complainte engage à mesurer la portée limitée que nous concédons aux choses, faute de les cerner dans leur intégralité. Les pierres aussi ont leur(s) mémoire(s), la Pensée les vit au gré des formes qu’elle a su leur octroyer. N’oublions pas - non plus au passage - …que nous avons du « minéral » en nous.

> Le texte de la chanson “Rencontre” en .doc [1]

Bonne lecture, bonne écoute et meilleures pensées à tous.
Jean-Claude Pantel.


 

Mots-Clefs

5 Messages

  • Le 13 décembre 2009 à 09:36, par Rock en bol

    Tout d’abord, je tiens à dire à SSirov que ce qu’il a écrit à la suite du forum sur « sonnet à jantel » confirme tout à fait ce que m’ont dit sur Jcp mon ami provençal et ses amis. Nous sommes tous sûrs que Jcp est un être à part, il n’y a pas l’ombre d’un doute. Régis l’a bien expliqué il n’y a pas longtemps. Ca a pu paraître choquant à certains mais il y a quelques années de ça, après une conférence de Jimmy Guieu, Jimmy avait dit que Jcp n’était pas simplement un « contacté » mais bien + que ça. A l’époque, on avait été un peu troublés mais comme dans les bouquins de Jcp il n’y avait rien qui laisse entendre quoi que ce soit sur lui à part qu’il avait été adopté, on avait pas donné suite aux paroles de Jimmy Guieu. C’est bien que SSirov confirme que Jcp n’est pas un gourou, ça remet les choses à leur place et ça fait clore le bec à ceux qui se régalent à vouloir tout salir, tout démolir parce qu’ils se sentent frustrés comme a dit Isabella de ne pas comprendre ou plutôt de ne pas chercher à comprendre ce que nous donne Jcp. Ca nous amène au vdo et là je dois dire que pour l’amoureux de chansons que je suis, je bois du petit lait. Dommage que la chanson « rencontre » ne soit pas enregistrée mais déjà je peux dire que c’est du Brassens dans le texte. Les autres sont du même tonneau « au-delà » ne m’était pas complètement inconnue, dans la cassette vidéo « les portes du futur » de Jimmy Guieu Jcp en chante une partie. « C’est au nom de l’amour » nous a fait monter les larmes aux yeux à moi et à ma compagne. Qui est la personne qui chante ? Superbe ! Et le clou c’est la 3e « départ », génial ! J’ai horreur de prononcer ce mot « génial » mais là, faire la liaison entre le 21e siècle et le concerto n°21 de Mozart, il fallait y penser. La seule petite critique qu’on peut faire c’est le graphisme de la page 30 du synopsis, il doit manquer des lignes, mais bon c’est un détail. Tout est tellement fort qu’on reste sous le charme et qu’on a tous envie de faire connaître ça au + de monde possible. Ce site est un cadeau et on ne remerciera jamais assez ceux qui s’en occupent. A +.

    Le 13 décembre 2009 à 10:25, par Yoyo

    > page 30 corrigée ; merci de votre attention !

    Le 13 décembre 2009 à 11:13, par Rock en bol

    Pas de quoi. C’est un tout petit peu de contribution à tout ce que l’équipe fait pour le site. C’est de notre devoir d’être attentifs. A +.

    Le 13 décembre 2009 à 17:19, par Isabella

    J’ai été surprise de l’intervention de SSirov. Depuis le sonnet à Jantel, de l’eau a coulé sous les ponts, mais cela démontre bien que les inepties de Clyde auront fait bouger beaucoup de monde. Ca ne change rien pour ceux qui étudient et qui voient bien que JCP n’a rien à voir avec un gourou de secte. Les dernières pages du VDO sont superbes, tout comme les chansons. Je suis très impressionnée par le chêne sur la photo. Est-ce un effet d’optique ou est-il vraiment si majestueux ? Le récit du livret est d’une très grande qualité et que personne n’y voie une impatience coupable mais en tant qu’amatrice de théâtre, je brûle de découvrir les dialogues. Ca doit être impressionnant. L’interception c’est quelque chose de merveilleux quand ça fait exprimer de telles idées. JCP ne pourra nier que dans son berceau il aura été choyé par la Pensée, en tout cas, il nous fait un beau cadeau et on l’en remercie ainsi que Régis, Yoyo et tous ceux qui travaillent pour qu’on s’enrichisse au sens noble du terme. Bonne fin de journée.

    Le 13 décembre 2009 à 19:31, par Pique-feu.

    Non, le chêne est vraiment monstrueux et sa taille, d’où sa majesté, n’est dû à aucun effet d’optique…Le seul arbre que j’ai pu apercevoir de cette envergure est un platane de Lamanon en Provence, arbre dont le houppier sut planter certaines de ses énormes branches au sol pour en faire de nouvelles racines, c’est vraiment impressionnant ! Sinon, Isabella, tout ce que vous venez de dire sur le VDO est même très en deça de ce que cette comédie (?) musicale représente. Et ce n’est pas pour chagriner Rock en Bol, mais la chanson « Rencontre » expose une ambition (philosophico) poétique bien au-delà de ce que n’aurait jamais espéré Brassens en matière d’écriture…Pensez-donc : Un moulin qui, tel un hélicoptère, vole au devant des humains, réceptionné qu’il est par des lucioles qui lui balisent, durant la nuit, une piste d’atterrissage, au « tarmac » de quelques dunes de sable…Tout cela pour leur expliquer que, à l’instar du bois de ses ailes, et des pierres constituant son corps, tout ce qu’existentialise le Vivant se trouve complexionné à partir du minéral et du végétal qui sous-bâtissent, en quelque sorte, l’intégralité des formes prises par toute cellularisation évoluant sur un support ! Et l’interraction s’en suivant en fonction d’un « subi » manifeste consécutif à l’activité de la lithosphère, et des bouleversements géologiques qu’elle implique, et ce, en totale symbiose avec une évolution phylétique « universelle » imposée par un « Ambiant » que nous ne serons jamais déceler (Exterminations notamment d’espèces liées aux formations renouvelées des Orogenèses) ! ETC, ETC… Enfin, je simplifie. Non, j’aime beaucoup Brassens, mais là, non…

    Le 13 décembre 2009 à 20:26, par Rock en bol

    Ok avec Isabella pour la question sur le chêne. Pique-feu ou un des acteurs du Vdo peut-il nous renseigner sur cet arbre gigantesque qui donne l’impression d’être 3 ou 4 fois centenaire ? J’ai fait écouter les chansons à des amis tout à l’heure et ils m’ont demandé de leur enregistrer, ça fait plaisir de partager des moments comme ça. Si mes calculs sont bons et d’après ce que nous a dit Pique-feu dans sa récapitulation, il resterait encore 23 chansons puisqu’on en connaît 17 à présent. Comment Jcp compte-t-il procéder pour nous faire passer les dialogues ? En Une fois ou en plusieurs ? Merci à ceux qui savent de répondre A +

    Le 14 décembre 2009 à 07:45, par Isabella

    La phrase de la chanson « rencontre » :« Il oublie de ce fait que la pierre dont nous sommes, par Deucalion semée, sut le réinventer » m’a fait découvrir une légende mythologique que je ne connaissais pas. Voici pour ceux que ça intéresse ce que dit le Larousse sur Deucalion : « Fils de Prométhée et mari de Pyrrha. Seuls survivants d’un déluge déclenché par Zeus, Deucalion et Pyrrha repeuplèrent le monde en jetant des pierres qui se transformèrent en hommes et en femmes ». Il y a sûrement mieux comme indications et on doit trouver des renseignements beaucoup + complets dans des livres de mythologie. Bonne journée.

    Le 14 décembre 2009 à 08:54, par Général Ganteaume

    Ce mythe grec (Deucalion) renvoie à la réalité de la Chaîne Alimentaire : Le Minéral (qui nourrit)—> Le Végétal (Qui nourrit)—> L’Animal (Qui nourrit)—> L’Homme - les minéralisant, notamment par la formation osseuse -(Qui « nourrit »)—> (En partie) les VET par sa Substance Mentale (Qu’est-t’elle ?). Relire le texte de Rasmunssen 1988.

    Le 14 décembre 2009 à 10:11, par Rock en bol

    Merci Pique-feu pour vos explications concernant le chêne. Vous allez me juger indiscret et insatiable mais,vous qui participez au Vdo, pourriez-vous nous dire si Jcp s’est inspiré du chêne et éventuellement du château pour écrire son scénario ou est-ce qu’il a cherché ce décor ou quelque chose d’approchant pour le faire ? Je pose la question car je sais que Jcp habitait la Provence au moment où il a eu l’idée de composer le Vdo. La preuve est la chanson « au-delà » qui est dans la cassette vidéo de Jimmy Guieu et qui date de 1992 et je ne parlerai pas de « qui donc fait quoi » dont vous nous avez donné pour datation 1984. Je voudrais aussi que vous ne vous mépreniez pas sur la comparaison que j’ai faite avec Brassens. Je faisais état de l’écriture, du style et pas de la source d’inspiration qui provient des contacts et des messages que reçoit votre ami. Je peux vous dire aussi que je vous envie de participer au Vdo, vous avez beaucoup de chance. C’est quelque chose d’immense et on n’est sûrement pas au bout de nos surprises. A +.

    Le 15 décembre 2009 à 09:21, par Pique-feu.

    C’est là toute la subtilité de ce que les Êtres nomment l’Equation Perpétuée…En réponse à votre question, je vous dirai que les hauteurs de vue de Karzenstein (C’est vrai que depuis son « Ciel » - un château avec une ruine pour servir de décor à « L’alchimiste », et un chêne gigantesque, point de rendez-vous pour les multiples rencontres des étudiants et des enseignants avec le Voyageur, situé dans un département de France où par ailleurs Jean-Claude n’y avait jamais mis les pieds jusqu’au tournage du film ! - le répérage était plus facile que depuis nos perceptions à ras de terre) ont décidé à notre place du déroulement des événements que nous subîmes avec plus ou moins de réussite (De nombreuses défections furent notamment à déplorer). Ce qui signifie que c’est bien le VDO qui a inspiré le décor et non le contraire ! Dans cette œuvre, tout fut fait à l’envers. Les chansons furent les premières créations autours desquelles le scénario se cristalisa, et ce fut au tour des dialogues adaptés à chaque acteur et de leur divers désistement (!), puis du tournage devant réunir des gens des quatre coins de France qui ne se connaissaient pas auparavant, tout cela par l’unique truchement du bénévolat ! Le montage s’en suivit, et puis entre temps les enregistrements en studio (bricolé) des voix qui la plupart précédaient le jeu lui-même (Play back donc mais pas toujours). Disons que pour résumé, c’est un véritable miracle si cela se déroule dans des conditions rendant possible une éventuelle publication de l’opus…

    Le 14 décembre 2009 à 19:20, par Isabella

    Toujours au sujet de Deucalion, une amie m’a conseillée de lire « les métamorphoses d’Ovide ». Ca peut intéresser ceux qui découvrent l’histoire de ce déluge comme moi. Je vais donc me procurer l’ouvrage. Bonne soirée.

    Le 14 décembre 2009 à 21:07, par Rock en bol

    Jcp fait référence à l’Atlantide dans sa chanson « autres temps, mêmes moeurs ». Nous l’avons écoutée ce week end et en regardant les informations à la télé tout à l’heure ma compagne m’a dit : on est en plein dedans. On voit bien la peur poindre dans toutes les couches de la société. Les Vet ont dit à Jantel que « la peur peut être élément d’harmonie » on peut s’en rendre compte. Vus d’un autre étage on doit ressembler à des insectes qui s’affolent parce que quelque chose les a dérangés. On cherche des solutions mais il n’y a + beaucoup de sages comme l’écrit Jcp dans sa chanson et encore s’il en reste. Ma compagne me rappelait aussi que Karzenstein avait dit dans un message que « l’homme allume des incendies pour avoir ensuite à les éteindre ». Ca paraît de + en + évident aujourd’hui vu ce qu’on constate depuis des millénaires. A +.

    Le 15 décembre 2009 à 14:38, par Isabella

    Je suis déjà intervenu sur le site. Je suis un membre du groupe qui travaille sur les messages avec Isabella. Je voudrai dire combien j’apprécie personnellement ce site de Jantel.org. Je suis aussi profane en matière de music-hall, comme Isabella je suis plutôt tourné vers l’opéra (Wagner est l’auteur que j’apprécie le plus) mais je reconnais que la comédie musicale du VDO a une incontestable qualité. D’ailleurs a-t-on vraiment le droit d’appeler cela une comédie musicale ? Enfin j’exprime là un point de vue et je tenais avant tout à certifier ma gratitude à tous ceux qui aident la culture à survivre dans notre monde décadent.


  • Le 16 décembre 2009 à 14:29, par bertrand72

    Attention Isabella avec Wagner on est proche de la chevalerie terrestre voir céleste et on peut tomber dans le GRAAL .

    Le 17 décembre 2009 à 16:46, par Maréchal Nouvoila

    Aux connaisseurs : les VET parlent-ils du Saint Graal ?

    Le 17 décembre 2009 à 18:22, par Pique-feu.

    Un Texte fait référence aux origines du Graal : A savoir certaines images nées de textes littéraires issus d’idéaux liés aux Croisades : Je vais retrouver ça…

    Le 15 décembre 2009 à 15:26, par bertrand72

    il ya peut-être sages et Sages et si J.C n’est pas un Sage c’est qu’il n’y en a plus…Je suis sur qu’il y en a beaucoup d’autres, Dieu merci …et j’en connais .

    Le 17 décembre 2009 à 15:22, par Rock en bol

    Nous on voit ça de loin, mais d’après ce que dit Pique-feu, Jcp est complètement téléguidé dans ses choix. L’équation perpétuée prévoit tout, mais bon on ne va pas se plaindre puisque la bonne qualité est au rendez-vous. Je dis bonne qualité mais excellente qualité convient mieux quand on se rend compte de ce que représente le travail sur le Vdo. A +.

    Le 17 décembre 2009 à 18:34, par Pique-feu.

    Nous le sommes tous - téléguidés - Rock en Bol, absolument tous, et sans aucune exception, reconduction mémorielle (Mnème) oblige (Mémoires emmagasinées par vies antérieures interposées, aptitudes comprises : Voir le cas de Mozart que vous semblez beaucoup apprécier)…

    Le 17 décembre 2009 à 19:11, par Yoyo

    Non, je ne suis pas d’accord ; il suffit d’exprimer l’intention d’être libre pour le devenir ; n’est esclave que celui qui veut être esclave ; nous sommes des créatures donc nous avons aussi un côté créateur qui ne demande qu’à s’exprimer ; si l’on veut n’être que de la nourriture donnée aux VET, libre à ceux qui veulent n’être que des moutons, être des moutons qui se font tondre (émotionnellement) ; si l’on veut être immangeable, c’est possible !

    Le 17 décembre 2009 à 20:14, par Isabella

    Je pense que le cogito ne perçoit notre condition qu’avec des limites qui nous permettent de l’assumer. Un de mes amis vient juste de nous faire remarquer qu’il existe un message de Rasmunssen en 1984 qui dit grosso modo que « qui ne se sait pas esclave n’est pas esclave ». Ici, on est tous d’accord pour dire qu’on est pas conscient de tout ce que représente notre condition sinon il y a belle lurette qu’on aurait cherché à remédier à nos erreurs. Et puis il n’y a qu’à regarder les animaux, même les + évolués n’ont pas conscience de leur état, mais eux, on peut facilement les excuser puiqu’ils ne font pas partie des espèces pensantes. Pour nous c’est quand même + grave mais on dirait qu’on se complaît à vivre dans cette médiocrité. Ca fait des années que nos dirigeants entretiennent ce nivellement par le bas et que personne ne le dit ouvertement, notamment chez les médias qui eux ont pourtant les moyens de dénoncer tout ça. Je suis entièrement d’accord avec JCP quand il dit dans sa chanson « au-delà » qu’il faut accéder au savoir et partager la connaissance. Sans cela, on continuera de s’enliser et en tant que mère de famille et responsable de l’avenir de mes enfants, vous pouvez croire que ça m’est difficilement acceptable. Maintenant, on me dira peut-être qu’il faut savoir accepter mais j’avoue que je n’en suis pas encore là. En cela, je ne me sens pas du tout libre même si je peux me persuader que je le suis. Bonne soirée.

    Le 17 décembre 2009 à 20:22, par bertrand72

    En supposant qu’il y est 2 écoles (Pique-feu//Yoyo) il serait bon de connaitre l’opinion de Jean-Claude ,personnellement je suis un yoyotiste convaincu faute d’être convaincant .

    Le 17 décembre 2009 à 20:42, par Rock en bol

    Dans la chanson « choisir » qu’a écrit Jcp au début du Vdo, il est demandé de ne + subir. Je pense qu’il veut parler du quotidien car pour le reste on n’a pas droit au chapitre. Dans la chanson « quand », Jcp parle encore du subi et du choisi. Je crois qu’on a tous une démarche individuelle à accomplir pour s’améliorer mais après, les histoires de climat, les virus qui mutent et tous les tsunamis qui vont venir, on ne peut qu’accepter et je suis large d’esprit parce que je devrais dire on ne peut que se résigner. Mais comme on a plein de choses à faire pour pouvoir s’améliorer individuellement, on ne doit pas trop se mortifier pour le reste. A +.

    Le 18 décembre 2009 à 04:22, par Pique-feu.

    Intéressant. Dès lors, expliquez-moi comment vous comptez vous y prendre pour vous exonérez d’émotions…C’est absolument impossible, autant que se croire dans la possibilité de ne pas respirer et, ce faisant, de demeurer en vie. Un cabinet de médecin est un « nid » de peines et d’espoirs d’où prennent essor ces oiseaux de vissicitudes dont se rassasient les VET sans demander l’avis de qui que ce soit. Et l’émotion dégagée par la révolte feutrée des quelques lignes que vous venez d’écrire fut, pour quelques Entités en « station orbitale » autour de votre ordinateur, un petit apéritif dont ils apprécièrent grandement le fumet délicat. Ah ! La flaveur dégagée par les fins « électrons volt » que la cuisine de vos soupirs dut longuement laisser mariner ! Ah ! Si on pouvait entendre nos « ogres » de l’Espace-Temps éructer à la fin du repas ! Peut-être qu’on se croirait beaucoup moins libre…Ps : Relisons ce que disent les Fluidiques quand à l’évolution humaine rendue possible grâce au Bannissement de l’intention.

    Le 18 décembre 2009 à 09:33, par Régis

    JCP est interessé par vos réactions, accord et désaccord, et il désire faire pour vous le point entre l’esclavage, le libre arbitre, le choix ou le mon choix, la marge de manœuvre, l’ordre établi et la capacité d’admissibilité d’impression - C’est un assez long travail auquel il va s’atteler dès maintenant, donc patience…

    Le 18 décembre 2009 à 11:02, par Pique-feu.

    Je ne nie pas qu’il existe une Marge de Manœuvre, puisque c’est une expression employée très souvent par Jean-Claude Pantel lui-même et, en effet, la chanson « Choisir » du VDO en est la preuve. Mais Yoyo, de même que ma personne, sans le savoir, fait « béé ! » tous les jours et donne sa laine (Semi-particules) et sa viande (Subsistances moléculaires : Faisceaux de nature électronique (?) ) aux Espèces qui nous dépassent et consomment nos « chairs d’humeurs » par voie « d’émotiophagie »…Je me rappelle soudain qu’un ami de Jantel (Je crois que c’est Jankis) lui avait jeter au nez son fameux : « Je ne suis pas né pour donner mon énergie aux VET ! » Ce qui lui valut de Karzenstein la sanglante réponse que voici : « Mais on ne vous demande pas votre avis ! » Personnellement, une des mes anciennes connaissances m’avait confié, suite à certaines lectures des Textes, s’entraîner à ne pas avoir d’émotions afin de ne pas alimenter…La Chaîne Alimentaire (!) et ainsi condamner à une « faim spirituelle » les Semi-Géométrisés…Peine perdue ! La tentative en soi appartenant déjà à une donnée émotionnelle : C’est un dire à un Ressenti, cinq minutes s’étaient à peine écouler avant que la personne en question ne se lamente devant son poste de télévision à dénigrer les images de violence que laissaient défiler les informations télévisuelles (fuyez « l’Emotionnel » et il renviendra au galop) ! Rasmunssen nous a tous prévenu par son questionnement : « Où se situe votre intention de ressentir ? (1988) » Nulle part, et pour cause ! dès lors « qu’intentions » et « émotions » appartiennent à deux strates de pensées (Conscient et Semi-Conscient) qui, bien que limitrophes, et s’interpénétrant, sont totalement différenciées…Lorsqu’on pleure à un décès ou que l’on sourit à une naissance (Pas tous heureusement), où se situe l’intention d’en pleurer ou d’en sourire ? Dans ces circonstances, l’intention n’est plus présente, s’effaçant d’elle-même et, lorsque l’émotion vous submerge, les berges de l’intellect explose car - à cet instant précis - on ne réfléchit plus. Naufrage dans le Vrai.

    Le 18 décembre 2009 à 14:19, par Yoyo

    Chère Pique-feu, je ne dis pas que nous avons beaucoup de libre-arbitre, mais cela ne veut pas dire aucun ; notre problème c’est de ne pas être « fulgurant », mais cela ne veut pas dire que nous ne dansons pas nous-mêmes la danse pulsative du centre ; nous avons toujours un temps de retard (et un espace) sur le rythme de la danse, certes, mais la possibilité de libre-arbitre vient du centre lui-même… J’attends avec grand intérêt le travail de M. Pantel à ce propos puisque c’est exactement la question que j’aurais voulu lui poser.

    Le 18 décembre 2009 à 17:37, par Pique-feu.

    La question n’est pas là, Yoyo. Vous semblez croire vous substituer à la « ponction » énergétique établie par la Chaîne Alimentaire, celle-là même dont les Semi-Géométrisées sont, pour ce qui concerne notre espèce, les grands bénéficières, en matière de Sustentation (Votre métaphore de la « tonte du troupeau » que nous sommes tous). C’est totalement illusoire. « L’impôt » ainsi collecté commence dès votre douche du matin (Que vous chantiez ou non), et ne s’achève pas lorsque vous vous couchez le soir…Dès lors, aucune exonération de « taxe » émotionnelle, et pas besoin d’agent du fisc pour démasquer l’entourloupe…Nulle est besoin de déclarer quoi que ce soit. la feuille dûment remplie, libelée, datée comme signée est l’Expression de la Loi des Echanges qui exclut toute forme de tricherie. Ceci dit, je suis de concert avec vous quand vous stigmatisez une croyance facile en la fatalité à l’image des destinées karmiques que J-C.P. raye du répertoire des Idées justes : Le Libre-arbitre étant, même si Karzenstein le définit en tant que sollicitation de la souffrance (Et ce, avant qu’elle ne nous sollicite).

    Le 18 décembre 2009 à 20:13, par Yoyo

    Oui, si la souffrance est la perte du plaisir de se fixer dans l’émotion ; être glissant comme une savonnette, voilà comment échapper aux emprises de tout poil ; se détacher des émotions comme du reste, ce n’est pas devenir froid, insensible, c’est vibrer tellement que cela n’offre plus de prise au vent ; un des moments où réaliser cela, c’est, comme je l’avais signalé, quand un effet de clairvoyance s’effectue ; mais on peut se servir de ce moment pour coller de plus belle à ce qui va se passer et échouer, bien sûr ; c’est particulièrement idiot alors…

    Le 18 décembre 2009 à 13:22, par Rock en bol

    On dirait que Bertrand veut faire jouer à Jcp le rôle du roi Salomon. Pourquoi pas ? Moi, j’y mets quand même un gros bémol : comment Jcp peut-il juger les opinions des autres avec ce qu’il vit ? A mon avis, les données sont faussées dès le départ. Pour moi et ceux qui le connaissent mieux que moi, Jcp possède une information trop différente de la nôtre, mais c’est vrai qu’il a aussi cette vocation de transmettre. On le voit à chaque fois que Yoyo, Régis et Pique-feu nous font passer le synopsis et les chansons du Vdo. Il aime apporter ce qu’il a appris et c’est tout à son honneur quand on sait ce qu’on est capables d’en faire pour la plupart d’entre nous. Je dis ça vu ce que m’ont dit mon ami méridional et ses amis qui le respectent énormément mais qui savent qu’ils n’ont pas la dimension pour faire régulièrement des remises en cause. Enfin, on verra, moi je reste optimiste car je n’aurais jamais imaginé comprendre tout ce que j’ai compris grâce à tout ce qui a été mis sur ce site. A +.


  • Le 18 décembre 2009 à 16:44, par ssirov

    Effectivement on a dû vous confirmer que Jean-Claude était quelqu’un de différent, mais je n’ai pas dit « un être à part ». Il est plutôt selon moi un être particulier, avec ses qualités (grandes) et ses défauts. Mon intervention était une réaction envers ceux qui affirment trop facilement sans savoir. Clyde n’aurait dû qu’émettre des hypothèses en toute honnêteté au lieu d’assimiler trop facilement Pantel à un gourou. Mais vous auriez pu voir que mon intervention n’était pas univoque. Jean-Claude n’est pas un gourou, certes, il n’a pas créé de secte et il est bien différent d’un gourou aisément identifiable qui cherche à profiter de l’argent des autres. Mais si Clyde a pu s’y tromper c’est que justement il y a des similitudes qui ne sont pas que des apparences. C’est là le danger, et c’est pourquoi on s’y méprend. Car bien qu’accueillant, généreux, jovial, sensible, timide, intelligent, poète talentueux, son discours est « sectaire », sa pensée systématique. Quand on dit connaître la Vérité, en général il n’y a pas de place pour le doute ou la tolérance (au moins théorique, car il faut reconnaître que ce blog laisse la parole à tous, que Jean-Claude n’impose rien à personne et qu’ayant un certain détachement il n’est pas dupe je pense de tout cela). Donc j’étais intervenu aussi pour vous mettre en garde contre votre enthousiasme, si vous êtes dogmatiques, autant que contre Clyde le sceptique sans nuances(car si Jean-Claude n’est pas dangereux son message ainsi diffusé peut l’être à mon avis) et en tout cas il y a danger pour les deux d’être dans l’illusion, de ne jamais voir l’ombre d’un doute. Cela dit, je n’affirmais ni que Jean-Claude était un imposteur ni qu’il était un contacté. Vrai ou faux ce n’était pas le débat. Mais que Jean-Claude ne soit pas un gourou comme on en connaît ne prouve pas qu’il détient la Vérité, cela ne prouve qu’une chose : qu’il n’est pas un gourou, ou du moins pas quand je le connaissais.

    Le 18 décembre 2009 à 21:28, par Rock en bol

    Je ne crois pas que Jcp dise qu’il détient la vérité. Moi, qui suis féru de chansons comme on le sait, ai pu relever dans sa chanson « existence et vie » qu’il écrit : « je te fais don vois-tu de ce que j’aurai cru », croire ne veut pas dire qu’on détient la vérité. D’ailleurs si on écoute bien ou si on lit bien, dans toutes ses chansons, on voit que Jcp est en perpétuel questionnement. Moi je crois comme vous SSirov que ce sont ceux qui vont à lui qui en font un guide et qui se trouvent en danger comme on se trouve tous en danger quand on confie sa vie à un maître (politique, religieux ou autre) et ce n’est pas toujours la faute du maître. Esope et Lafontaine l’ont dit chacun à leur époque, notamment dans la fable des « grenouilles qui voulaient un roi ». La question qu’il faut se poser c’est que reste-t-il de tout ce qu’ont apporté les contactés à toutes les époques ? et surtout qu’est-ce qu’on en a fait ? Après on n’a + envie de juger ces êtres qu’on dit à part et qui le sont, on a une autre approche du contenu si on laisse le contenant à sa place. Dans un message dont je n’ai + la date en tête Karzenstein dit à Jcp : la chose est en la chose, le reste est légende". Le + dificile c’est à mon avis de bien voir la nature de la chose. A +.

    Le 19 décembre 2009 à 12:13, par Isabella

    A SSirov : dites-vous bien qu’avec mon petit groupe, nous n’assimilons pas du tout JCP à un gourou et nous ne nous prétendons pas des disciples. J’ai déjà dit que je suis catholique moins pratiquante qu’auparavant (JCP n’est pour rien dans mon recul) mais catholique tout de même. Je garde donc un cap sans fermer la porte à ce qui correspond à mes convictions et qui viendrait d’une autre source. Je perçois simplement dans les messages de JCP une résonance avec mon information et la culture que j’ai reçue. Pour beaucoup d’entre nous, Clyde aura été le soufflet qui aura ranimé les braises qui couvaient dans le foyer du site Jantel.org. Il est beaucoup + enrichissant pour ceux qui fréquentent ce site de participer à l’étude des messages que de chercher à savoir qui est JCP. D’ailleurs, le sait-il lui-même ? Que JCP me pardonne cette impudence à son égard, mais si on se fie à Bertrand qui nous dit que JCP est un « sage », et si on relit ce qu’a dit Rasmunssen sur la sagesse : « être sage c’est ne pas le savoir », ce n’est pas diffamant de dire qu’il est possible que JCP ne sache peut-être pas qui il est vraiment. Ce qui est sûr, c’est qu’il apporte beaucoup aux cherchants que nous sommes. Après, comme dit Rock en bol, ce qu’on en fait est une autre affaire. Bonne journée.

    Le 19 décembre 2009 à 17:46, par Rock en bol

    Ok avec vous Isabella. Je répéterai que le danger est pour ceux qui se limitent à suivre, sans tenter de faire comme le dit Jcp des rapprochements avec d’autres théories. Nous sommes tous à l’écoute de ce qui se passe dans le monde. On voit bien que la majorité se laisse mener par des gens qui leur promettent d’agir sur le réchauffement, d’endiguer les pandémies en dépit des mutations virales, de rétablir enfin l’équilibre dans toutes les couches de la société. Vaste programme ! On se demande pourquoi on n’y avait pas pensé avant. Les sectes n’ont pas de souci à se faire, on voit dans tout ça que la clientèle existe. Ralliez-vous à mon panache blanc disait HenriIV, il n’y a qu’à suivre sans se poser de questions et on voit où on en est. Alors qu’on ne vienne pas nous raconter que Jantel.org où on cherche à définir le pourquoi du comment est une secte ou autre truc où on s’emploie à laver les cerveaux. Chacun a son boulot à faire et c’est là qu’il faut regarder le chemin qui reste à parcourir pour arriver où on veut se rendre. A +.

    Le 20 décembre 2009 à 02:13, par ssirov

    Tant mieux si vous ne voyez pas en Jean-Claude un gourou et si vous ne vous voyez pas comme des disciples. Et si vous gardez votre libre-arbitre c’est encore mieux. Mais c’est ce que j’ai toujours dit, il ne faut pas faire d’amalgames trop facilement et il ne s’agit pas pour moi de viser des personnes que je ne connais pas. Mon propos est général. Mais je vois dans le vôtre que vous abordez les Textes comme un texte révélé, et comme je le dis le risque est de ne plus penser par vous-même, même si je me doute que vous vous êtes forgée une opinion, que vous vous êtes sûrement interrogée et renseignée. Mais cela n’est qu’une opinion, pas un savoir, elle peut être vraie comme fausse. Si vous en êtes consciente c’est parfait, encore une fois je ne veux mettre en cause quiconque. Mais le problème demeure et le rapport est dès l’origine biaisé, car vous ne lisez pas les Textes comme n’importe quel texte, et ne voyez pas Jean-Claude comme n’importe quel homme. Il est certain que Jean-Claude peut apporter beaucoup mais de quelle manière le faut-il ? Bonne journée à vous aussi.

    Le 20 décembre 2009 à 01:47, par ssirov

    Certes Jean-Claude ne dit peut-être pas qu’il détient la Vérité, mais elle lui est révélée par ces messages, et vous ne pouvez pas nier que cela revient presque à la même chose. S’il n’avait fait que transmettre ce qu’il a cru comme il le dit dans ses chansons alors pas de problème. Mais il y a les « Textes » qu’il diffuse. Tout à fait d’accord avec vous sur le fait que ce sont les autres qui en font un guide, il ne s’impose pas comme tel et ne procède pas comme un gourou comme je l’ai dit. Mais le « maître » n’est jamais complètement exempt de responsabilité, au moins responsable de la situation. Pendant longtemps le problème de la diffusion des messages a été l’objet de débats dans son entourage, et apparemment il a pris la responsabilité de les rendre publics. Oui, c’est une question importante de savoir ce qu’on a fait de ce qu’ont apporté ceux qui se disent contactés, et l’Histoire a montré qu’ils auraient peut-être mieux fait de le garder pour eux. Combien de crimes au nom de Dieu ? Et d’ailleurs dans les Textes il est dit que cela est voué à l’échec, car Jean-Claude le sait bien, alors pourquoi le fait-il ? Par vocation anthropocentrique ? Ou par vocation egocentrique ? Combien de personnes écriraient si cela ne devait être qu’à titre posthume ou anonyme ? Très peu sans doute. Je n’irai pas jusqu’à privilégier la vocation egocentrique mais tout de même, pourquoi ne pas garder son histoire pour lui et ne la transmettre que par chansons interposées comme il le fait si bien, ou en tirant des livres de philosophie ou de sagesse. Par humilité, peut-être, mais cela ne change rien au problème. Peut-être parce qu’il est plus facile de se faire entendre quand on tient son savoir d’entités divines, d’une source qui ne saurait être remise en cause (même si je sais qu’il ne se met pas en avant et qu’il met l’accent sur la philosophie des Textes, mais le problème est toujours là). Car il ne s’agit pas simplement de bien voir la nature de la chose, de comprendre les Textes et d’en tirer « profit ». Si vous traiter les Textes comme n’importe quelle philosophie alors aucun problème. Toutefois, cela n’est pas donné ainsi et je ne crois pas que vous faites cela car au départ votre approche est orientée et votre regard modifié par le fait même que vous « savez » que ce sont des messages « surnaturels », et par là-même vous ne pouvez pas les remettre en cause . Là est le danger de ne plus penser par soi-même, voire de ne plus penser du tout, et il ne s’agit alors que de comprendre et interpréter le monde à la lumière des Textes, puis de faire des rapprochements plus ou moins forcés avec notre culture, philosophies, sciences et religions réunies. Là est donc le problème, moins en effet de s’interroger sur Jean-Claude ou le plus ou moins d’influence que cela a sur vous ou plus généralement si tout cela est vrai, quoiqu’il n’y aurait d’ailleurs pas de raison de se dispenser de ces questionnements, qu’une question de principe quant à la nature des Textes et de leur mode de diffusion : car c’est bien ce que je constate, il n’y a aucune remise en cause (Karzenstein a dit…), la Vérité est révélée, à « grande » échelle. Cdlt

    Le 19 décembre 2009 à 18:36, par Pique-feu.

    Jean-Claude m’a avoué plusieurs fois s’être trompé sur l’analyse cogitale qu’il effectuait trop souvent de lui-même, des autres, et des événements ayant concerné tout un chacun, notament à cause des notions de « bien » et de « mal » subies dès l’éducation parentale…Quand aux Textes, libre à ces « tout un chacun » d’en tirer les interprétations qu’ils voudront bien, ou sauront bien, en tirer…Il n’y a aucun dogme. Un jour certains squelettes en feront foi, notamment ceux qui remetront en cause l’avènement de l’homme lié au Pleistocène et dont Teilhard de Chardin n’a pu se départir, hélas, étant donné qu’il choquait déjà pas mal l’église catholique sans ça…La Pangée a connu et suivi l’évolution (L’involution) de notre humanité, et bien des tremblements de terre à venir referont remonter des ossements ayant échappé à leur métamorphisation, et que l’on datera dès lors de plusieurs centaines de millions d’années. Hug !

    Le 20 décembre 2009 à 02:50, par ssirov

    Oui il y a un dogme, ce sont les Textes. S’il s’agit d’une Vérité révélée alors c’est dogmatique. Un peu plus haut vous contestez fortement la possibilité qu’on soit libres et ici vous affirmez que tout un chacun est libre d’interpréter ce qu’il veut, ou peut. Alors en toute logique, vous-même êtes libre de pouvoir interpréter les Textes, du moins selon vos capacités comme vous le dîtes. Mais ce sont moins vos capacités qui sont en cause je pense (car je suis impressionné de voir dans vos interventions que vous ayez si bien appris vos leçons - veuillez excuser mon ironie) que votre possibilité d’interpréter. En effet, on n’interprète pas les Textes, ils s’imposent à vous, et c’est le propre de tout dogme : vous ôter votre liberté. Cela dit, je ne parle pas de la teneur des Textes, ce n’est pas ici la question, mais de leur statut. Peut-être avez-vous raison, un jour nous saurons la Vérité, en tout cas je vous le souhaite.

    Le 20 décembre 2009 à 08:51, par Yoyo

    Les Textes sont sombres sur la possibilité d’avoir du libre-arbitre mais ils indiquent comment y arriver . Un dogme obligerait à le faire ; peut-on croire qu’un dogme puisse être un impératif vers la liberté ? Ce serait antinomique . Dedans, c’est simplement indiqué combien c’est beaucoup plus difficile à y arriver qu’on pourrait le croire . Cela ne veut pas dire impossible . Les « daïmons » de Socrate ont-ils enfermé Socrate dans une aliénation ? Son quasi suicide était-il un acte d’homme libre ou de fou ? On peut penser que les fous échouent et s’enferment dans le dogme et ratent, bien sûr, leur liberté, car l’aliénation existe aussi . Le spirituel est toujours une voie hasardeuse car plus on essaie de monter haut, plus dure est la chute si on rate son coup… Il y a du risque ! Comme dans toute aventure, ce n’est pas gagné d’avance ! A chacun de savoir ce qu’il ose prendre comme risque…

    Le 20 décembre 2009 à 11:22, par ssirov

    Evidemment les Textes ne peuvent vous obliger à avoir du libre-arbitre, ce serait contradictoire de forcer quelqu’un à être libre ! Mais tout de même on peut rendre possible cette condition. Et si les Textes vous montrent que c’est possible et vous y aident tant mieux, mais cela reste à démontrer. En tout cas ce que vous dîtes n’est pas une objection au fait que cela constitue un dogme. Un dogme ne vous oblige pas à faire quelque chose, il n’admet tout simplement pas qu’on puisse prendre des libertés avec lui. Quant à Socrate il n’était pas guidé automatiquement pas son démon, mais il l’écoutait dans ses mises en garde et par expérience avait constaté qu’il ne se trompait pas. Il n’est pas intervenu quand Socrate était en prison, et ce dernier l’a interprété comme ne devant pas s’en évader. Je ne crois pas que Socrate ait jamais valorisé le suicide, et bien que tout ceci est sujet à interprétation puisqu’il n’a rien écrit, il ne s’est pas suicidé, il a même essayé d’échapper à cette condamnation. Mais une fois prononcée, son civisme l’a résolu à l’accepter, et de surcroît cela faisait de lui un martyr de la philosophie. C’est donc sans doute plus l’acte d’un homme libre que d’un fou, mais d’un autre côté il écoutait son démon, mais en son absence il s’en remettait à sa raison et se conduisait en homme libre. Socrate n’a pas raté sa liberté, il est le contraire d’un aliéné, et les mises en garde de son démon étaient destinées à lui seul même s’il en faisait état publiquement et c’est bien d’ailleurs ce qui l’a condamné. Ainsi il est mort autant pour le fait qu’il était un philosophe, un homme libre que pour sa fidélité à son démon. Il était donc aussi fou que sage. Mais je ne crois pas qu’on puisse rapprocher complètement Socrate qui était philosophe, bien qu’énigmatique, de quelque autre personne qui « reçoit » de nombreux messages divins. Socrate vous amène à penser par vous-même, en appelle à votre raison, et son démon n’intervient pas dans sa philosophie qui est bien différente de celle des Textes. Et vous avez raison, vous prenez beaucoup des risques à non pas vouloir monter si haut mais à vous en remettre à un dogme. Plus dure peut-être sera la chute.


  • Le 20 décembre 2009 à 12:32, par Rock en bol

    Des personnes qui connaissent bien Jcp m’ont dit que son ex-épouse Lucette leur avait souvent demandé : qu’est-ce que vous faites de ce qu’il vous donne ? Et ils avaient été bien en peine de répondre. Elle a souvent reproché à Jcp en public de ne pas dire aux autres qu’ils se contentaient d’intellectualiser les écrits. Je pense qu’on peut dire que c’est vrai pour tous les messages qu’ils soient d’origine biblique ou autre. Jcp qui, j’en suis convaincu, est un brave homme, n’aime sûrement pas faire de la peine, on sait tous qu’il n’est pas dupe de ce qu’on est + ou - capables de faire. Taxer sa vocation d’égocentrisme relève du procès d’intention. Il aura fallu que je tombe assez sérieusement malade pour me replonger dans toutes sortes d’écrits dont les messages des Vet. On pourra toujours me lancer à la face que dans ces cas là on cherche à s’accrocher à tout ce qui serait susceptible de nous faire exorciser notre peur. Je ne dis pas le contraire mais rien n’empêche de voir la qualité indéniable de ce que disent Teilhard de Chardin, Krishnamurti, David Bohm, autant de grands penseurs que Jcp conseille de lire pour faire les rapprochements et pour que se dessine une unité dans tout ce qu’on ingurgite au cours d’une vie. Rien que pour tout ce que j’aurai réussi à mieux comprendre, je dis merci à tous ces gens qui ont entrepris de nous transmettre ce qu’ils voyaient de leur sphère, et si on met leurs dires (tous inspirés par quelque chose de supérieur) dans des dogmes, eh bien oui je suis pour le dogmatisme. A +

    Le 20 décembre 2009 à 17:41, par ssirov

    Oui Jean-Claude est un brave homme qui n’aime pas faire de la peine, mais il en existe d’autres, cela ne prouve pas grand chose. Même si cela n’enlève rien à tout ce qu’il est par ailleurs et que j’ai exprimé, il faut pour bien juger ne pas avoir de préjugés. Soyez attentifs à vos représentations qui s’interposent et vous pourrez le voir tel qu’il est. Comme pour les Textes votre approche est peut-être a priori faussée. Cela dit cela n’enlèvera pas forcément l’estime, l’affection, voire l’admiration qu’on peut lui porter. Mais enfin ouvrez-vous des horizons, ôter vos oeillères et oser penser, faire usage de votre entendement, restez libre sinon vous vous perdrez vous-même, vous serez déposséder de vous-même dans ce dogmatisme que vous affichez et qui fait de vous un mouton. Teilhard, Krishnamurti, Bohm sont de grands penseurs mais ils ne sont pas les seuls. Quant à la vocation egocentrique ce n’était qu’une hypothèse qui attends toujours pour être écartée que vous répondiez à mes questions. Pour accéder à la vérité il ne faut rien écarter a priori, sinon vous ne mériterez pas mieux que des Clyde qui voient en vous des disciples et en Jean-Claude un gourou de plus. De quoi avez-vous peur pour tous ainsi vous conforter dans votre dogmatisme ? Peur de vous être trompé ? Mais sans cette éventualité il n’est pas de quête salutaire, et vous risquer fort de persister dans votre erreur, comme le fait d’ailleurs notre espèce humaine en général, continuons à foncer nous ne verrons qu’il y a un mur que le jour où on le prendra de face.

    Le 20 décembre 2009 à 10:36, par Pique-feu.

    A Ssirov (Du foie ?) je n’ai absolument appris aucune leçon, ce que je dis là n’est pas du déballage intellectuel, mais est le fruit de plusieurs années de solitude vouées à certains travaux personnels qui m’ont fait faire les recoupements s’imposant. Non Ssirov, vous ne jouez pas franc jeu et tergiversez sans jamais vraiment confier le fond de votre pensée. Je sais pertinemment que des choses dites dans les Textes ne peuvent être issues de manipulations car ceux qui « contactent » Jean-Claude émettent souvent des idées en des termes que Jean-Claude ne connait pas. Exemple avec le vocable de « coordinence » qu’il ne sait pas pour le moment s’expliquer. Autre exemple avec toute la partie Géologie et l’importance accordée aux roches métamorphiques dont il n’a (Pour l’instant) absolument aucune idée de ce que cela signifie. Et je m’arrêterai là. Vous faites partie, je pense, des gens qui ont côtoyé Jean-Claude jadis et qui lui ont (lâchement) tourné le dos. Et bien, Ssirov, continuez votre volte face, personne ne vous le reprochera.

    Le 20 décembre 2009 à 12:52, par Yoyo

    La notion de coordinance est une notion de cristallographie . « La coordinence ou nombre de coordination ou indice de coordination d’un atome est le nombre d’atomes voisins les plus proches dans les trois directions de l’espace. » http://fr.wikipedia.org/wiki/Coordinence

    Dans les Textes, on le rencontre une fois : http://www.jantel.org/spip.php?article51

    Karzenstein : « L’imparable advint : ne sachant gérer convenablement la coordinence de sa »réadaptabilité massique« au cœur d’un »conjoncturel« comprimé de la sorte par »l’accélération spiralienne« , l’espèce qui nous intéresse entreprit de remplacer peu à peu son originel exogénisme fondé sur les multiprojections convergentes des cellules propres à la reviviscence en champ libre, par ce que nous définirons tel un »tubicolisme pluricellulaire« , soit une »colligération« en vase clos d’éléments constitutionnels, émanant du suspensif… »

    C’est le genre de phrase que j’aime, vu le temps qu’il faut pour commencer à y comprendre qq chose…

    Le 20 décembre 2009 à 13:53, par Isabella

    Socrate n’a peut-être rien écrit et nous on se contente d’interpréter son acte et les contacts qu’il a pu avoir. Il y a quand même une liaison à faire entre tous ces hommes qu’on dira jusqu’auboutistes. D’ailleurs il n’y a pas que des hommes et je pense à notre bonne Jeanne la Lorraine et + près de nous à Simone Weil qui n’ont pas tourné leur casaque devant l’adversité et les divers procès d’intention comme dit Rock en bol qu’on a pu leur faire. Je pense à Victor Hugo pour faire cette liaison qui dit dans un de ses écrits : « hormis Socrate et le Christ, nul n’a compris ici- bas l’ascension ténébreuse de l’homme ». Je crois qu’il faut rester plein d’humilité devant ces exemples et se dire que nous sommes + souvent dans l’intellect que dans la vraie compréhension, moi, je l’ai constaté + d’une fois avec les messages que nous donne JCP. De la théorie à la pratique, il y a du chemin et le chemin ne nous apparaît pas toujours en ces temps de confusion.

    Le 20 décembre 2009 à 16:51, par Rock en bol

    Avec quelques amis présents autour d’un bon feu de cheminée je suis tout à fait ok avec Pique-feu. Il ya des gens qui s’introduisent sur le site en enrobant leurs propos avec plein de miel pour appâter et pour pouvoir ensuite déverser leur fiel. On n’est pas tombés de la dernière pluie. On met à chaque fois le temps qu’il faut pour les démasquer mais on y arrive toujours puisque ces gens là sont obligés de se démasquer d’eux-mêmes. Leur laisser le droit de parole sert à démontrer qu’ils n’ont pas grand chose à proposer pour le travail d’étude auquel on se livre. Ils menacent avec des pincettes sous prétexte de prévenir les pauvres idiots que nous sommes qui se font rouler dans la farine. Je répète que j’ai été moi même dans des associations spiritualistes, j’ai participé à des « tenues » et à d’autres « assemblées » où il fallait observer des rites et je peux témoigner comme 3 de mes amis d’ailleurs que ça n’avait strictement rien à voir avec ce qu’on a pu comprendre après grâce au site jantel.org. Déjà, on était obligés de s’acquitter d’une cotisation et en finalité ça tendrait à démontrer qu’il faut payer pour avoir accès à quelque chose de respectable. Alors bien sûr ce qui est gratuit n’a pas de valeur dans notre monde et Jcp n’est qu’un illuminé, pensez, il donne ce qu’il reçoit parce qu’il a pour vocation de partager. Il n’est pas venu à la bonne époque mais SSirov comme tous ceux qui cherchent à le dénigrer sans en avoir l’air feraient bien de se regarder et de voir ce qu’ils sont capables de partager pour aider tout le monde à progresser. A +/

    Le 20 décembre 2009 à 20:15, par ssirov

    Cher Rock-en-Bol c’est vous qui me faites un procès d’intention et doutez de ma sincérité. Je dis ce qui me paraît vrai et que vous refusez d’entendre, je n’enrobe pas mes propos de miel, mais tient un discours rationnel. Vous faites la sourde oreille et voulez m’entraîner avec votre coreligionnaire Pique-feu dans une conversation conflictuelle en ne répondant pas à mes questions. Le problème c’est que vous n’avez pas grand chose à répondre que votre rejet, les insultes de Pique-feu, en attendant les menaces. Il est probable que bientôt je n’aurai plus le droit de citer ici et qu’on me fera taire, et c’est bien ce que vous essayez de faire avec moi au lieu de discuter. Cela démontre une fois de plus votre esprit sectaire et n’est pas pour plaider en faveur de la cause de Jean-Claude. J’ai autant le droit que vous de prendre la parole et ne m’introduit pas sur votre site (qui n’est pas le vôtre) comme un parasite. Avant de discuter et d’étudier les Textes il faut avérer leur source. Si je parle c’est que je connais Jean-Claude sûrement mieux que vous, en tout cas depuis plus longtemps, mais peut-être préférez-vous être bercés d’illusions et craignez la vérité. Je laisse tout le monde en juger, vous laisse à votre tâche de démasqueur, de bon petit soldat de Jean-Claude et votre travail d’étude. Mais tant que vous ne vous poserez pas la question de la véracité de tout cela, ou du moins en laissant une place au doute, votre travail ne vaut rien et ne repose que sur une pétition de principe. Vous n’en savez pas plus que Clyde et ne voulez pas en savoir plus. Que savez-vous au juste ? Depuis quand connaissez-vous Jean-Claude ? Avez-vous exploré toutes les pistes d’explication ? Vous ne cherchez que ce que vous voulez trouver. Votre quête se mort la queue. La différence c’est qu’aujourd’hui elle ne vous coûte rien financièrement. Tant mieux. Ce qu’offre Jean-Claude est sans doute d’une autre teneur que tout ce que vous avez pu connaître, mais ce n’est pas une garantie de vérité. Oui Jean-Claude est généreux, il veut nous changer, nous, pauvres pêcheurs et médiocres, lui l’élu. Mais quel philosophe ou autre penseur pouvez-vous me citer qui n’ait pas demandé de l’argent en échange de leur philosophie ? La plupart. Cela prouve-t-il qu’ils détiennent la vérité ? Non. Mais le profit ne se limite pas à de l’argent, il y a la gloire, la reconnaissance, la satisfaction personnelle de posséder la vérité, l’amour du prochain etc. Peut-être Jean-Claude est sincère, mais la sincérité n’est pas non plus gage de vérité. En attendant profitez bien de votre feu de cheminée, par ce froid même si votre pensée n’aura pas été plus éclairée au moins votre corps aura été réchauffé. Bonne soirée.


  • Le 20 décembre 2009 à 20:38, par ssirov

    Je ne cherche pas à dénigrer et ne tient pas un double discours mais un discours nuancé que vous ne semblez pas vouloir comprendre. Je cherche la vérité. Vous croyez l’avoir trouvée (n’est-ce pas trop beau pour être vrai ?), alors répondez, c’est vous qui me dénigrez. Par contre votre attitude me montre que je n’ai pas besoin de vos conseils pour me regarder et savoir ce que je fais pour les autres, et d’ailleurs qu’en savez-vous pour m’attaquer ainsi ? En tout cas ce n’est pas votre sectarisme qui m’aidera à progresser et j’attends toujours que vous répondiez à mes questions. Au moins pouvez-vous voir que ce que je fais là cherche à vous faire progresser en vous ouvrant les yeux.

    Le 20 décembre 2009 à 17:00, par ssirov

    Vous insinuez que personne ne me le reprochera si effectivement je tournais le dos à Jean-Claude et pourtant vous m’insultez en me traitant de lâche, voire d’alcoolique (ssirov du foie). Une contradiction de plus à votre actif. Je vous retourne la question de Lucette, que faites-vous de ce que Jean-Claude vous donne ? C’est donc à cela que vous conduit son enseignement ? Vous cédez à la colère et ne répondez pas à mes questions. Vous ne faites que confirmer mes dires, il n’a jamais été bon de laisser entendre qu’on peut discuter d’un dogme. Pourquoi vous emporter ainsi ? Je réitère mes excuses si j’ai été un peu ironique envers vous et si cela vous a blessé, mais ce n’était qu’une petite chiquenaude qui n’était pas du tout méprisante, cela répondait à votre même ironie quand vous insinuez que ceux qui sont libres sont ceux qui peuvent interpréter. Or je voulais vous dire que ce n’était pas une question de capacité de compréhension (voire d’amissibilité d’impression) qu’une possibilité d’interprétation : on n’interprète pas un dogme, il est indiscutable si c’est un dogme. Reconnaissez-moi au moins cette liberté de pouvoir discuter que vous semblez vous refuser. Au moins Rock-en Bol à l’honnêteté de reconnaître son dogmatisme. D’autre part vous ne devez pas lire ce que j’écris ou en tout cas n’y répondez pas et voulez m’attirer sur un terrain tendancieux. Je jouais franc-jeu, je ne me cache pas , simplement je ne me suis peut-être pas bien fait comprendre, il ne s’agissait pas de mettre en cause le fond des Textes mais leur forme, ou ce pour quoi ils se donnent qui fausse le jeu de la discussion et de votre quête que je respecte. Et quoi qu’il en soit de leur vérité ou de leur fausseté ce que je voulais critiquer c’est ce dogmatisme. Voilà, je retourne à la lâcheté des « gens » qui ont cotôyé Jean-Claude et vous laisse à votre courage de si bien adorer ses enseignements et de tomber à bras raccourcis sur tout ce qui bouge qui pourrait l’atteindre. Je voulais tout simplement vous ouvrir des possibilités mais vous semblez fermé, et c’est là le danger pour vous. Toutefois mes dires ne sont pas une fin de non-recevoir, je reste ouvert à toute discussion même s’il vous plaît de m’insulter, et voit par-là que vous porter bien votre nom, « pique-feu » ce n’est pas très amical. Et ne vous souciez pas de mon foie il va très très bien, du moins je pense… et ne fais que penser au lieu d’asséner des vérités intangibles… pour penser il faut laisser la place au doute, comment s’interroger si on est certain ? En attendant toujours, cher ami, que vous répondiez à mes questions. Cordialement.

    Le 20 décembre 2009 à 19:42, par Pique-feu.

    Les discussions n’ont jamais été fermé avec qui que ce soit. Pour l’exemple, il me rappelle en avoir eu une avec Jean-Claude Pantel à propos d’une forme de pensée gnostique (Du type de saint Valentin de Rome, rien n’a voir avec le guss de la fête du même nom) que je désirai alors combattre dans ses idées. Aussi, ce jour-là, tandis qu’il me confiai que les Univers (La Création) n’étaient qu’un « accident » dans l’Ordre des Choses tenu pour « essentiale », je lui reprochai sur-le-champ un manque de considération pour les multiprojections orbitalisées du Fixisme Originel qui - à mes yeux - m’apparaissaient comme le fruit d’une Volonté Divine. « Ce qui existe » appartenant « à ce qui Est », je lui soumettai alors quelque objurgation tenant à exposer ce que je pensais être chez lui un pur « nihilisme ». Tout en me rappelant des souvenirs de vieilles lectures d’Aristote qui considérait naguère le mouvement comme un accident de la matière, je vis Jean-Claude partir dans le jardin calmement, me laissant dans mes réflexions en phase (?) avec le (mon ?) silence, sans me tenir rigueur de ma soudaine « révolte ». Je me souvins alors d’une lettre qu’il avait écrite à une amie, lettre qui se voulait faire partager avec cette personne son immense compassion pour la race végétale dont il plaignait la naissance ici-bas, inspiré qu’il fut par les quelques pousses d’herbes que jonchaient ses pas hésitants. Je jugeai la chose extrême, et de l’eau passa sous les ponts. Mais aujourd’hui, sachant que tout vient du Vide, et tout y retournant, ce perpétuelle aller-retour - ce même que les bouddhistes ont enfermé dans le terme de Karmicité - m’apparaît plus qu’inutile dans la mesure où existe la possibilité de s’en passer. C’est possible, et ce, pour toutes les Espèces vivantes, puisque des Végétaux aurait précédé, toujours selon les Textes, la Race Karzensteinienne dans l’accession à l’état de Bio-Luminescence promis à ceux se parant de l’habit de « Vie consciente définitive » (Non discontinue donc). Alors que nous « bavons » devant des bébés depuis des millénaires en se félicitant d’avènements jugés « heureux ». Et la suite, quel est elle ? Une sempiternelle damnation. Une Terre à feu et à sang. Et pas l’ombre d’un espoir à venir. Ceci étant dit, je combattrai ardemment, encore et encore, Jean-Claude Pantel, jusqu’à mort s’en suive, pour son goût appuyé devers certaines chemises super flashy de type hawaïenne, du genre que portait Thomas Magnum dans sa ferrari rouge GTO crégnos de chez crégnos. Non là, Jean-Claude, je te le redis : Tu déconnes !!!!!!!!!!!!

    Le 20 décembre 2009 à 21:08, par Isabella

    Je ne le connais qu’à travers ses livres, la cassette de Jimmy Guieu et ce qu’il nous donne sur Jantel.org, mais je doute fort que JCP apprécie nos joutes de bas-étage. Cet après-midi encore, nous avons repris le récit du VDO et écouté les chansons qui s’y rapportent. Même si il ne faut pas le considérer comme un guide, reconnaissons à JCP de nous faire voir des choses de qualité et je crois qu’il serait heureux de savoir qu’on travaille sur les messages plutôt que d’apprendre par Régis ou un de ses proches qu’on s’accroche en son nom. Merci de prendre en compte ma petite requête. Bonne soirée à tout le monde.

    Le 20 décembre 2009 à 21:36, par Yoyo

    Je rappelle ce qu’est une projection psychique. On « projette » sur quelqu’un quand on lui attribue des qualités, des défauts, des intentions qu’il n’a pas en réalité. Je crains que beaucoup d’avis exprimés ici sur les autres soient des projections… A quoi ça sert ?

    Le 21 décembre 2009 à 07:51, par Isabella

    Je pense et je ne suis pas la seule que ça ne sert pas à grand-chose. J’ai du mal à suivre les maître bémol alias rubicon ou rubicube, alias spirite ou ssirov. Il y a tant de choses importantes dans les messages, tant de questions à poser sur notre manière de fonctionner, on pourrait disserter sur les chansons, les musiciens sur la musique, les autres sur les paroles. Les Saint-Jean bouche d’or qui donnent des conseils pourraient participer à ces études, mais ça ne doit pas les intéresser. Alors on a qu’à se dire que « les chiens aboient et que la caravane passe » et à se contenter de continuer notre travail. Bonne journée.

    Le 21 décembre 2009 à 10:51, par Pique-feu

    Contrairement à ce qu’affirme Ssirov, il ne connait pas mieux JCP que moi (Je le connais depuis que j’ai 12 ans et j’en ai aujourd’hui 37, et non il ne m’a pas formé en tant que disciple, c’est mon ami point barre). De plus, je pense que Ssirov (Que je n’insulte pas) était déjà sur le site sous un autre pseudonyme et qu’il n’a fait qu’opter pour un autre…Aucune argumentation à l’appui, il conspue. Ses questions ? Lesquelles ? Il donne des leçons de liberté et ne sait pas exprimer ses propos en des termes clairs, et demeure absolument obscur dans ce qu’il tente vainement d’étayer, sans jamais aborder les sujets de philosophie qui sont évoqués dans les Textes (Il ne discute ou ne dispute aucun point précis abordés dans ces Ecrits, en proposant accords ou désaccords). Un dogme ? Un Dogme est officiel. Nous restons dans l’anonymat. Kant lui aussi affirmait et avait sans doute ses torts. Par ailleurs, en le cas précis de JCP, c’est légèrement différent car on est en présence d’un Rendu et non d’un transmis dans le cadre de la Loi des Echanges. Cela signifie qu’au niveau des contacts, c’est la Vérité en son caractère multidimentionnelle (En partie) qui s’imprime et s’exprime et dont il est le simple véhicule, sans plus. C’est à dire qu’il n’y a peu de perte dans la véracité des flux ainsi véhiculés. On retrouve cela dans les phénomènes électriques avec « les conducteurs (Rendu) » et les « diélectriques (transmis) ». On y croit, on n’y croit, peu importe. Je reprendrai là Isabella en disant : « Les sots aboient, la Pensée passe… »

    Le 21 décembre 2009 à 11:04, par ssirov

    Au lieu de me répondre vous rabaissez ce que je dis en disant que ça ne sert à rien et que ce n’est pas intéressant. C’est que cela vous dérange. Je ne vois pas en quoi les questions que je pose ne sont pas justifiées et pas intéressantes. La caravane passe avec les oeillères bien fixées sur leurs chevaux. Ne détourner surtout pas le regard, cela risquerait de briser vos espoirs et votre idôle. Je pourrais bien participer à vos études et ne nie pas que votre démarche est respectable. Mais avant cela il faudrait s’interroger sur le statut des Textes qui se veulent indubitables. Je me répète je sais mais tant que vous n’aurez pas fait la preuve de tout ça, vos études tourneront dans le vide. Alors continuez pour l’instant votre chemin, peut-être un jour vous poserez-vous les bonnes questions, je vous le souhaite. Cdlt P.S : qui sont spirite, rubicon, bémol ?


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0