Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Textes connexes et commentaires divers / Réponses et Commentaires / À propos du « choix » et de nos capacités en la matière
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

À propos du « choix » et de nos capacités en la matière

D 21 décembre 2009     H 11:42     A Jean Claude Pantel     C 1 messages


 

Les dernières pages du Voyageur de l’Orage placées sur Jantel.org suscitent apparemment quelques questions tournant autour du libre-arbitre, à travers notre capacité de faire des choix, et - selon toute logique - de les voir aboutir.

Le questionnement semblant parti des éléments constituant le décor du Voyageur de l’Orage, nous commencerons donc par observer le déroulement des faits dans un ordre chronologique.

Tout d’abord, nous ne perdrons pas de vue - qu’en matière artistique - tout démarre par une interception. Celle-ci est-elle « souhaitée » par l’intercepteur  ? Pour ce qui me concerne, je conviendrai qu’elle est en tout cas « souhaitable » dans la mesure où l’intercepteur trouve dans la réalisation de l’interception matière à assumer son compensatoire existentiel (siège de notre équilibre).

La chose se veut ici considérée par rapport au sentiment de plénitude qui - bien que « fugitif » -, vient investir (a posteriori) ledit intercepteur. Toujours au plan personnel, j’exciperai que cet agissement peut se voir assimilé à ce que les Textes définissent sous le syntagme exercer une pression à la pression .
- Dans un premier temps, nous venons ni plus ni moins de concéder à nouveau que la manœuvre interceptive demeurait le produit d’un agissement dont nous savons qu’il ne passe pas au préalable par le cogito (facteur limitant l’idée de tout choix conscient digne de cette appellation).
- Lors d’un deuxième temps, sachant aussi que nombre de nos agissements se résolvent par des actes (donc avec le soutien du cogito), nous accédons au pouvoir décisionnel qui nous donne d’entreprendre (ou non) « l’élaboration » de ce qui nous a investis.
De fait, nous voilà revenus à la conception du Voyageur de l’Orage qui, tel que ce fut relaté, se façonna en plusieurs étapes. Il n’y a pas lieu de s’appesantir sur les chansons qui s’écrivirent tour à tour sur environ deux décennies, sinon pour relever - qu’en majeure partie - elles restent liées aux Textes transmis par les V.E.T.
Ne nous éloignons pas de l’exposé en cours en alléguant, sans crainte de nous tromper, que rassembler ces chansons - afin d’en constituer une histoire à travers les thèmes traités - appartient en propre à un choix délibéré. Nous ajouterons à cette occasion que les dialogues sont évidemment à inclure dans ce même mouvement.
- Un troisième temps nous conduit à la mise en scène de l’ensemble et c’est sur ces entrefaites qu’intervient l’interrogation sur la prédominance du « qui fait quoi » ?

Explication :

Pour ce qui a trait au décor intérieur, l’idée de situer le déroulement de la pièce dans un château a germé en Provence, non sans que l’on ait songé un temps à choisir un couvent (sis à proximité de mon lieu d’habitation), lieu qui avait un certain inconvénient : la connotation religieuse qui aurait pu être attribuée (à tort) à l’histoire, et qu’il s’avérait « souhaitable » d’éviter.

Le décor extérieur prévoyait une clairière, éventuellement quelque ruine envahie par la végétation, et surtout un gros chêne. Ce dernier retenait pour moi une importance symbolique depuis 1998. A l’époque, j’avais respecté les dernières volontés d’un ami (en phase terminale d’une longue maladie) qui m’avait demandé de répandre ses cendres au pied d’un énorme chêne sis aux alentours de la petite ville de Gémenos, au pied du massif de la sainte-Baume.

Sept années s’écouleront avant que le projet du Voyageur de l’Orage ne prenne corps, sous les formes que l’on peut trouver aujourd’hui sur Jantel.org. Ce sont mes amis franciliens qui me décidèrent de me mettre à l’ouvrage, peu de temps après mon établissement dans leur région. Ils se proposèrent de m’aider pour la partie mise en scène et pour la réalisation cinématographique. Ce qui fut dit fut fait : le tournage débuta presque simultanément à l’écriture des dialogues, avec l’appoint d’une douzaine de bénévoles.

Nous n’avions pas eu à réfléchir longtemps sur le site. Dès que j’eus émis l’idée du château, une des amis précités m’invita à me rendre dans un département voisin, à environ 150 kilomètres au sud de son domicile où sa fille aînée venait d’aménager dans… un château.

Arrivé sur place, j’interrogeai cette dernière sur l’éventuelle existence d’un chêne (de préférence pluriséculaire). Miracle (?), il s’en trouvait un à quelques hectomètres, en contrebas du bâtiment. Mieux encore, il trônait au cœur d’une clairière et avoisinait quelques pans de murs qui se destinaient (?) à accueillir la chanson de l’Alchimiste.

Bien sûr, lorsqu’on est confronté à ce qui est conté dans les V.E.T., on a le droit de ne se trouver qu’à moitié surpris par pareil enchaînement de concordances. A dire vrai, je concéderai que l’on s’en accommode dans un égal mélange de joie et de respect : de joie pour ce qui est d’avoir trouvé ce que l’on cherchait, de respect à l’endroit de « Ceux » qui (comment pourrais-je en douter ?) auront su agencer la situation en vertu de l’équation perpétuée que nous révélèrent les Textes. Alors, que déduire de tout cela, en marge de cette équation perpétuée ?
- Que la Pensée est vivante ? Soit.
- Qu’elle sait faire aboutir un projet en  effet différé  ? Certes.

Mais, comment affirmer qu’il s’agit là d’un choix, et que manifester une simple intention suffit à parvenir à ses fins plusieurs années après que ladite intention fut émise ?

Un religieux soutiendra que c’est la foi qui détermine le bon aboutissement de toute chose entreprise. Qui donc osera - ici - lui donner tort ? Certainement pas celui qui rédige ces lignes et qui se souvient de la définition fournie par les Textes à propos de la foi  : […] Symbiotisme s’opérant entre l’agissement et le mouvement au gré de ses flux directionnels . […].

Car, indépendamment de l’histoire elle-même, je pense que nous serons tous d’accord pour admettre qu’il faut que les éléments constitutifs des situations (de quelque nature qu’elles soient) existent pour que celles-ci viennent à se matérialiser.

Essayons de récapituler ce point de détail en nous référant à l’entretien s’étant déroulé au mois de novembre 2007 [1] :

[…] JIGOR : Nous n’avons jamais exigé de vous un abandon de l’analyse, dans la mesure où, pour votre spécifisme actuel, elle figure sans conteste le « support conjoncturel » du ressenti… Autrement formulé : « la continuation du donné », selon l’effet percussion / répercussion dont vous traitez souvent avec notable pertinence.
Cependant, il convient de conserver à l’esprit qu’en n’allouant point attention au délai existant entre la Pensée et le penser, le regard de vos semblables posé sur l’événementiel en fausse l’approche, une approche fort nécessaire quant à l’application de la marge de manœuvre leur étant impartie
.

JANTEL : Puis-je me permettre, JIGOR, de vous prier de m’indiquer, une fois encore, une situation précise et, si possible récente où j’ai failli en la matière.

JIGOR : Par exemple, en ne respectant pas l’ordre établi entre les noumènes vivre et être vécu. Nous avons pu dernièrement vous ouïr entériner la pseudo démonstration selon laquelle un artiste vit une œuvre, alors que de par la disposition initiale de la chose, c’est l’œuvre qui vit l’artiste !

JANTEL : Ne peut-on pas convenir qu’il y a là « interaction » ?

JIGOR : Certes, mais avec ce délai mentionné précédemment qui ne peut vous échapper, sachant qu’intercepter nécessite que « l’interceptable » existe et se manifeste donc à l’extrasensoriel pour ce qui a trait à l’agissement - en le cas précis l’interception -, puis le sensoriel par lequel l’acte se trouve conduit à résoudre ledit agissement . […]

Cette brève récapitulation tend à remettre les choses dans l’ordre réel de l’advenance des faits. Il est évident que nos questions ne doivent plus se poser ensuite sous le même angle.

L’anecdote tirée des préparation et mise en place du Voyageur de l’Orage nous incitera donc à « nuancer » les formes de notre approche sur tout ce qui a trait à la notion de choix - et par ricochet - de libre-arbitre

Conséquemment, à la question le Voyageur de l’Orage est-il le fruit d’un choix ?

Nous répondrons oui, mais dans la mesure où existait « un réceptacle » idoine pour intercepter sa  préexistence , mécanisme susceptible d’être assimilé à une résultante de percussion.

Ensuite, il aura fallu qu’un effet (vraisemblablement prolongé) de réverbération s’en vienne lui conférer existence, avec tous les critères entrant en lice sous le couvert du principe de concordance en l’adaptabilité. En droite ligne de ce qui vient de se traduire quelques lignes auparavant, nous rangerons cette phase dans une logique de répercussion.

En outre, ne manquons pas de rappeler que si le principe de réverbération préside à toute interception, nul ne peut prétendre maîtriser à dessein la créativité sachant s’ensuivre dans la mesure où :
a) le cogito ne fait que « participer » selon un délai variable à la résolution du ressenti transmis par inconscient, puis semi-conscient, via le circuit fermé que nous savons.
b) l’échange spasmodique auquel nous sommes voués ne permet pas de contrôler à brûle-pourpoint les flux existentialisateurs qui procèdent à la constitution des ambiants, lesquels donnent cours aux phases de réverbération(s) incidente(s), d’après la disposition du quatriadisme Conjoncturel / Circonstanciel / situationnel / Evénementiel.

Au constat que nous donnent à établir ces données, nous nous retrouvons dans la même dynamique que celle qui nous avait conduits à conclure l’aventure commentée par Bertrand.

En amont de ce que nous sommes appelés à percevoir, tout appartient à la situation Etablie. Par intermittence, lors de situations provoquées, nous parvenons à « anticiper » un événement, voire à « décider » d’une situation, mais uniquement en fonction de ce que nous situons, ou plus exactement : de ce que nous sommes capables de situer.

Cette estimation limite l’idée par trop catégorique selon laquelle « qui veut, peut ». Prudence ? Couardise ? Disons que nous avons là le choix

Nous mettrons fin à cet exposé, n’ignorant pas qu’il y aurait encore beaucoup à dire sur les notions de choix et de libre-arbitre. Mais, chaque cas se voulant particulier, je propose qu’on se remette à l’ouvrage, il sera toujours temps de revenir sur ces indications, à travers d’autres exemples que l’on pourra étudier ensemble, si vous le jugez nécessaire.

Je vous adresse mes plus cordiales pensées.

Jean-Claude Pantel.

Notes

[1 Dialogue répertorié en fait fin octobre 2007 

 

Mots-Clefs

1 Messages

  • Le 21 décembre 2009 à 15:17, par Rock en bol

    Eh bien voilà de quoi faire travailler les méninges, on va étudier ça tranquillement avant de partir quelques jours à la montagne pour nous oxygéner. Merci et à +.

    Le 21 décembre 2009 à 15:20, par Pique-feu

    Ce Texte de Gigor daté de Novembre 2007 n’est pas sur le site Jantel.org. Pour ma part, je ne l’ai pas non plus. Pourrait-on récupérer l’intégralité de ce Texte (Il n’en figure là qu’un extrait) ? Merci Régis.

    Le 21 décembre 2009 à 20:56, par Yoyo

    si, il est référencé : 19/20 octobre 2007

    Le 21 décembre 2009 à 22:18, par Pique-feu

    D’accord, Yoyo, mais Jean-Claude s’est trompé de date : Octobre donc et non pas novembre 2007. merci pour cette précision. Ps : Deux jours pour un Texte (19/20) : Où était-il donc, notre ami Jean-Claude ?

    # A propos de la sexualité et de nos capacités en la matière Le 30 décembre 2009 à 13:26, par Christophe

    Bonjour A tous. Yoyo, je vous avais envoyé un mail pour savoir comment contacter Jean Claude Pantel. Je passe donc par le forum pour poser ladite question. Quand est t’il de la sexualité concernant notre « spécifisme ». les V.E.T.S s’expriment t’elles sur cet aspect de notre géométrisation. Comment,comme pour l’alimentation « l’utiliser » à bonne escient pour approcher cette qualité des choses à vivre.

    Vous avez le bonjour de Frédéric, jean claude, et de moi même. Nous nous étions rencontrez quand vous résidiez dans le sud de la France. Bien cordialement

    Christophe Sanchez

    # A propos de la sexualité et de nos capacités en la matière Le 30 décembre 2009 à 17:08, par Yoyo

    Comme vous laissez votre e-mail, si quelqu’un veut répondre à vos questions, il le fera bien.

    # A propos de la sexualité et de nos capacités en la matière Le 31 décembre 2009 à 18:53, par Pique-feu

    Si je puis me permettre, Christophe, vous êtes libre de faire ce que vous voudrez bien faire en matière de sexualité, rien n’indique dans les Textes qu’il faut agir de telle ou de telle façon…Les Êtres n’onf fait que montrer les limites de l’acte dit d’amour mais n’ont pas formulé une close particulière pour accéder à une progression personnelle. Rappelons au passage que Jankis, alias Jean-Claude Dakis, un des meilleurs amis de Jean-Claude Pantel, était homosexuel. Et le jour où Jean-Claude Pantel se questionnait sur le bien fondé d’un tel « comportement » que certains bien-pensants jugent comme une dérive, l’Entité Karszenstein lui a répondu sèchement : « Jankis, c’est Jankis ! » Ce faisant, Elle laissait prévaloir ses qualités intrinsèques sur ses tendances sexuelles dont elle se fichait bien pas mal ! S’il reste évident qu’ILs ont vanté les mérites de l’abstinence et de la virginité (Garantes notamment de fabrications de meilleures mémoires à venir dans d’autres vies), Ce n’est pas pour autant le critère unique pour évoluer. Pour ma part, mais ce n’est là qu’une banale opinion, le juste milieu semble la meilleure voie, car il paraît éviter les tourments des excès, quels qu’ils soient. Mais après tout, si j’en juge par les Comptes-rendus des Tables Tournantes de Victor Hugo (Livre qu’il faut absolument acheter), le marquis de Sade aurait été récupéré par ceux qui s’occupent aujourd’hui à récupérer Jean-Claude Pantel ! Alors ? Comme il est écrit à l’entrée de l’abbaye de Thélème, dans l’œuvre de François Rabelais : « Fays ce que voudras. »

    Le 21 décembre 2009 à 19:22, par Isabella

    Je n’ai lu qu’une fois l’exposé de JCP. Ma 1re réaction est basique : je ne sais pas combien cet exposé a pris de temps à JCP mais en tout cas, il a certainement mieux employé son temps que nous qui nous sommes accrochés tout le week-end avec des pseudo donneurs de leçons. La leçon, elle est là. Le travail de JCP profite à tous, parler de lui n’apporte rien à personne, j’ose espérer que je ne suis pas la seule à m’en rendre compte. Merci à Régis, Yoyo et bien sûr JCP. Bonne soirée.

    Le 22 décembre 2009 à 10:51, par Régis

    A lire vos commentaires, il me vient à l’esprit deux points de vue tout à fait personnels que je souhaite partager avec vous. Tout d’abord, la rapidité et la précision des réponses à vos questionnements - Je pense que ce n’est pas Jean-Claude Pantel (de chair et d’os)qui répond, mais bien Jantel qui est « dicté » en fait par tout ce qu’il a emmagasiné dans sa mémoire phénoménale, en utilisant son remarquable pouvoir de synthèse et sa capacité à rassembler dans sa réponse, tel un puzzle, les morceaux de textes propres à l’étayer. Ensuite, il s’agit des questions que vous pouvez poser : le tome 3 est en cours d’achèvement (bien sûr, ce n’est pas encore pour demain, mais ça va venir)Il me semble lui avoir entendu dire qu’il y aurait probablement un tome 4, mais pas sous la forme des tomes précédents, plutôt sous la forme de questions/réponses - et je pense que le procédé est déjà en marche, ce qui peut expliquer son intérêt et son « impatience » à savoir si des questions auxquelles il devrait répondre sont posées … alors, n’hésitez pas … à moins que la totalité des textes soit pour vous d’une transparence indiscutable… ce qui est loin d’être mon cas - Bien à vous - Régis

    Le 22 décembre 2009 à 18:01, par Yoyo

    Une question pourrait être de la source de la passion en spiritualité qui déclenche des amours si forts puis des haines terribles, comme on le voit dans ces fori ; et encore, je n’ai pas laissé passer les injures les plus fortes ; je recentre donc les interventions sur l’étude des Textes et des commentaires…

    Le 28 décembre 2009 à 12:23, par Régis

    Jantel va répondre à cette question, mais le sujet est tellement vaste, faisant appel à la force d’attration, autant qu’à la force de répulsion,qu’il lui faut un peu de temps - patience donc - Dans les projets immédiats, le dessin de Paul Quilchini transmis par Pique-Feu, accompagné d’un txt que j’attends, puis les dernières pages du VDO avec les trois dernières chansons de la première époque, dont deux seulement sont orchestrées - Meilleurs voeux à tous et à toutes - Régis

    Le 21 décembre 2009 à 20:20, par Rock en bol

    Nous partons demain pour changer d’air et nous n’aurons pas la possibilité de nous connecter sur jantel.org. Mais nous emportons avec nous le Vdo et bien sûr le superbe exposé que Jcp nous a concocté. Je l’ai déjà relu, on a pris des notes avec ma compagne et on va se mettre au boulot avec les amis que nous allons retrouver. Il y aura peut-être des questions « subsisdiaires » qu’on posera au retour en janvier mais déjà on vous dit merci pour tout. On va dire que vous nous avez fait un magnifique cadeau de fin d’année. Bonnes fêtes à tout le monde.

    Le 22 décembre 2009 à 08:40, par Isabella

    Quand Ponce Pilate demanda à Jésus ce qu’il était venu faire, Jésus répondit qu’il était venu apporter la vérité. Pilate lui demanda alors ce qu’était la vérité et Jésus ne répondit pas. Mon éducation religieuse refait surface mais si un guide spirituel reconnu comme Jésus ne donna aucune définition de la vérité, c’est sûrement parce qu’il savait que la vérité est particulière pour chacun. Rien n’a changé depuis. On se contente de suivre le chemin en essayant de ne pas déborder des lignes tracées par notre morale qu’elle soit chrétienne ou autre. Depuis hier je suis en congés et je m’apprête à recevoir ma belle-famille. Je n’aborderai rien de ce que nous étudions sur Jantel.org. Je crois que ce que donne JCP doit rester confidentiel. Si ça avait été le contraire ça se serait passé autrement. Ca fait + de 35 ans qu’il a ses messages et ceux qui sont arrivés à lui y sont arrivés parce qu’ils devaient le faire. Je ne ferai jamais de prosélytisme, les personnes à qui j’ai parlé du site sont des personnes qui ont une quête spirituelle. Nous parlons peu souvent des messages, elles sont + sensibilises par le VDO, un peu comme Rock en bol. Chacun doit suivre son chemin. C’est ça la vérité. Bonne journée.

    Le 26 décembre 2009 à 17:22, par Pique-feu

    La vidéo de J.Guieu tourné sur le cas Jean-Claude Pantel (Collection Les Portes du Futur) est disponible sur YOU TUBE. Exemple avec ce lien : http://www.youtube.com/watch?v=VhIF…;

    Le 26 décembre 2009 à 19:49, par Pique-feu

    Assassinat de l’écrivain Jimmy Guieu : Info ou intox ? Pour le savoir, cliquez ce lien : http://www.youtube.com/watch?v=oy47…;

    Le 27 décembre 2009 à 14:07, par bertrand72

    Excellente initiative ,merci Pique-feu . Pourquoi tant palabrer ? Il y a aussi d"excellentes choses sur OVNI PARANORMAL le blog de Christian Macé .Bonne année 2010 à tous .

    Le 27 décembre 2009 à 17:42, par Pique-feu

    En fait, le début du film de Jimmy Guieu sur Jean-Claude Pantel (La suite est présentée en fenêtres plus bas sur le côté droit de l’écran) est accessible par le lien : http://www.youtube.com/watch?v=WD99

    Le 27 décembre 2009 à 17:44, par Isabella

    Je reviens sur l’exposé de JCP. Bien que nous n’ayons pas pu en débattre ouvertement avec mon petit groupe du fait que nous recevons de la famille à la maison, j’ai relevé 1 point qui m’a ramenée aux messages. Les indications de JCP sur nos capacités de choix ou de prémonitions m’ont bien convaincue qu’il n’y a pas de constance en la matière. On peut se convaincre qu’on est capable de choisir ou de voir mais on ne peut pas en faire quelque chose d’établi. C’est ce qui m’a ramenée à un message de Rasmunssen qui avait dit à JCP « de vos notions vous faites des lois ». Je crois qu’on veut trop généraliser. On le voit bien avec les évaluations sur le réchauffement de la planète. On fait du copié/collé. La terre s’est réchauffée de tant de degrés en 1 siècle et bien elle va se réchauffer dans les mêmes proportions dans le prochain siècle. C’est idem pour les prospectives qu’on établit sur la démographie et bien d’autres choses. L’homme est trop sûr de son savoir. Les messages nous le rappellent et il suffit de les relire, mais là non + on n’est sûrement pas assez constants. Bonne fin de journée.

    Le 31 décembre 2009 à 14:34, par bertrand72

    Quand Yoyo a crée son (notre) site , il voulait nous faire connaitre les Messages des V.E.T à JANTEL et il avait prévu le FORUM pour que nous échangions entre nous . Je le remercie . En 2010 nous pourrons continuer à échanger avec JANTEL , sérieusement - puisqu’il faut le dire -et nous nous enrichirons de ses réponses et lui il sera heureux de nous servir ainsi que Régis .Un jour peut-être les VET nous conterons leur mode de vie . Ils sont les enfants du Père comme nous mais dans une expérience en avance sur nous . Bonne année à tous et à toi ,mon ami, Jean-Claude et meilleure santé à ceux qui souffrent.

    Le 31 décembre 2009 à 18:32, par Pique-feu

    Les VET n’ont pas de mode de vie ! Arrêtez avec ces images qui nuisent grandement au Message ! Vous voyez Karzenstein faire la vaisselle ? Pendant que Gigor cuit un poudding dans des fours interstellaires ?! Seul l’Etat de Vie les intéresse ! Le reste, c’est bon pour nous ! ILS SONT et se contentent d’Être à travers cette vérité édictée par le Maître qui affirma jadis que le Père n’a jamais demandé d’actes à accomplir…

    Le 31 décembre 2009 à 19:20, par Yoyo

    « Comptes-rendus des Tables Tournantes de Victor Hugo »

    Chère Pique-feu, auriez-vous les références de cet ouvrage ? Je n’arrive pas à le trouver…

    Et mes meilleurs voeux à tous les deux !!

    Le 31 décembre 2009 à 19:47, par Pique-feu

    Je l’avais en ma possession mais ne l’ai plus aujourd’hui. Il n’est plus disponible en magasin mais on peut encore le commander. Pour vous, Yoyo, j’ai cette référence internet (Je pense que c’est le bon bouquin) : http://www.arbredor.com/titres/tabl…;

    Le 31 décembre 2009 à 19:53, par Pique-feu

    Je mets cet extrait sur le site, il concerne une discussion spirite entre Victor Hugo et (feu) Galilée (Mais c’est loin d’être le plus impressionant de ce qui sera dit entre les Tables et Hugo) : http://www.arbredor.com/extraits/ta…;

    Le 31 décembre 2009 à 19:59, par Pique-feu

    Lisez ce que dit Chateaubriand à Victor Hugo, c’est monstrueux ! Exemple avec : « L’infini, c’est le vide plein. » N’y a t-il pas des échos avec ce que les Voix disent à Jantel ? Parbleu ! Mais comment douter ? il n’y pas de place pour le doute. Allez, le doute ! Du balai ! http://outre-vie.com/contacter/spir…;

    Le 31 décembre 2009 à 20:05, par Pique-feu

    Dans ma dernière intervention, je me suis trompé, ce n’est pas Chateaubriand qui dit à Hugo : « l’Infini, c’est le vide plein » (Puis tout le reste sur le vide rempli d’esprits), mais la Voix qui se fait appeler « l’Ombre du Sépulcre ». Chateaubriand tient un autre discours, puis vient le tour de Dante, puis de Racine. Achetez donc ce livre ! C’est un ordre (Rire) !

    Le 31 décembre 2009 à 22:45, par bertrand72

    A ma connaissance et de mémoire l’histoire des tables tournantes s’est mal terminée…et V.Hugo a du arrêter les séances de spiritisme qui ne sont pas toujours de tout repos…J’aurais dû écrire« mode de vie » entre guillemets je ne suis pas encore sénile au point de croire que Karzenstein fait la vaisselle..

    Le 1er janvier 2010 à 12:22, par Pique-feu

    Bertrand : Même avec les guillemets, les VET n’ont pas de mode de vie, et ce ne sont pas nos potes…vous les rapprochez beaucoup trop de ce que nous sommes. Vous vous demandiez un jour ce qu’ils pensaient d’une émission de Dechavanne (Je crois que c’est lui) ? Mais qu’est ce qu’ils en ont à battre de Dechavannes ! Vous ne croyez pas qu’ils s’abaisserait à ça ? A commenter Dechavannes ? Entre Eux et nous, il y 40 milliards d’années lumière, et je suis gentil ! Même des esprits comme Kant ou Bergson sont à leurs yeux des écoliers au piquet d’une maternelle de province, alors Dechavannes ? S’occupe-t-on de savoir ce qu’une poule pense dans une basse cour au sujet de ce qu’elle perçoit de tel ou tel coq ? Attention à l’anthropomorphisme ! Attention ! Ils appartiennent à une réalité autrement supérieure ! C’est au-delà de tout ce qu’on peut imaginer ! Bien au-delà ! Et Jean-Claude Pantel ne leur tape pas la main dans le dos pour aller jouer aux boules avec Madame Dany ! Même en se mettant par terre à plat ventre, on se saurait jamais être assez humble par rapport à ce qu’ils représentent sur l’échelle des êtres ! Théosophie et autre anthroposophie : halte là ! Je respecte Blavasky mais bon la pauvre elle a fait ce qu’elle a pu…Il est écrit dans les Textes : « Le comble de l’orgueil de l’humanité (Géométrisée) est de se croire le centre des préoccupations divines ». A méditer.

    Le 1er janvier 2010 à 16:28, par bertrand72

    • Nous croyons en Dieu .Peux-tu le définir ?
    • Un regard infini dans un oeil éternel.. (La crise mystique de V.Hugo (1843-1856-=)-Maurice Levaillant-1954-

    Le 2 janvier 2010 à 09:08, par Yoyo

    Ce site continuera d’aider à étudier les Textes transmis à M. Pantel et les commentaires de celui-ci, sans se casser la tête sur les manières de la transmission des messages.

    Pourquoi ces Textes sont-ils importants à mes yeux ?

    Il y a deux traditions de pensée en Occident :

    • celle d’Héraclite d’Ephèse et des pragmatiques : tout coule et rien n’est jamais pareil ; c’est l’entropie qui règne et tout change sans cesse ; surfons sur la vague et ne coulons pas ;
    • celle d’Aristote, le logicien métaphysicien et des mathématiciens qui sont les héritiers des devins ; la science qui en découle essaye de bâtir des prédictions de plus en plus fiables temporellement en cherchant des invariants de plus en plus figés face à l’entropie ; cette école boit la tasse actuellement dans des démolitions du réel de plus en plus graves en oubliant les réductions qui la fondent.

    Les Textes sont nettement dans la lignée d’Héraclite et parlent des manières d’oser vivre l’entropie sans vergogne en allant vers la « fulgurance » oscillatoire

    Les métaphysiciens rigides ne supportent pas les poètes et les inspirés pragmatiques qui louvoient avec le Réel et leur font la guerre (comme cela se voit par instant sur les messages du site par des tenants du rationalisme moderne). Or, il est très utile de pouvoir lire un autre son de cloche comme ici, si l’on ne veut pas se momifier à vie.

    Bonne année 2010 à tous ceux qui veulent échapper à la momification !

    Le 4 janvier 2010 à 09:38, par régis

    D’après une information reçue ce matin, Karzenstein aurait averti ses proches que Jantel était enfermé depuis hier soir pour une durée indéterminée - comme j’en avais reçu l’accord, je transmettrai le txt sur Rasmunssen dès que recu de Pique-Feu, puis si jantel ne « refait pas surface » prochainement la fin du VDO et les dernière chansons de la première époque en attente, à moins d’instructions plus précises reçues entretemps - Bien à vous - Régis

    Le 7 janvier 2010 à 22:26, par espéranto

    Pour répondre à Régis, fidèle lieutenant et bras droit de Jean Claude lui rappeler le film d’Albert Dupontel : « enfermés dehors »… Enfermé où ? pourquoi ? Lui rappeler que jcp aurait été détourné de notre entendement pendant 27 jours cet été et nous n’avons aucunes nouvelles là-dessus alors que par ailleurs nous avons presqu’heure par heure le déroulement-réception de tous les messages et textes. Moi vouloir comprendre ?

    Le 8 janvier 2010 à 21:09, par Pique-feu

    Réception heure par heure des Textes ? Ah bon ? Relisez bien les dates, parce que la « délivraison » des Textes, c’est plutôt, en moyenne, dans les 1 par mois, monsieur…


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0