Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Chronologie des « Textes » / Année 2010 / 8 mars 2010
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

8 mars 2010

D 8 mars 2010     H 12:30     A Magloow     C 6 messages


Assimiler la répétition des phases actives du subductionnisme revenant à considérer le principe percussion/répercussion , vous vous trouvez à même d’apprécier les diverses voies empruntées par une mutation d’ensemble se déroulant lors d’une fin de cyclique .

Cependant, viralisme mutationniste [1], modifications climatiques et autres variations comportementales de tous les autres spécifismes - en l’exclusivité témoignée - ne doivent pas occulter que l’exercice majeur du mutationnisme demeure le suractionnalisme dont ont su, et savent faire montre prioritairement, les volcans marins au gré du « déploiement » de cette dernière décennie.

Cette « suractivité » va se prolonger édaphiquement et occasionner d’autres réactions dont l’accentuation des failles du sous-sol planétaire, la poursuite du déplacement des plaques et la fonte des glaces ne seront que la partie voyante de ce que sait proposer la mue constitutionnelle lorsqu’elle s’emploie à formuler une récurrence réadaptatrice, suite à l’échéance d’un point de non-retour .

La chose, en le mouvement - et donc en l’actionnel planifié par ce dernier -, ne figure rien d’autre qu’une démultiplication localisable de ce que représente l’organisation existentialisatrice procédant du post-originel .

Pour l’heure, les nouveaux spécifismes appelés à se manifester dans l’environnement vous concernant directement sont des micro-organismes - notamment ces archéobactéries plurimillénaires dont nous vous avions fait état - et que libèrent (sans modération apparente) de leur « léthargie » les glaces, en s’adonnant à leur liquéfaction : laquelle sous le formationnel d’un « processus régulateur » s’emploie à astatiser la surcalorification engendrée par le cœur magmatique de la planète et son réseau subvolcanique .

Vous noterez de surcroît que « l’alarmisme » dont fait part votre humanité présente au regard du « manifesté » ne doit se considérer qu’en tant que résultante de l’excessivité comportementale précitée.

Notes

[1Cf Karzenstein - 17 mai 2003 : Je vous avais effectivement avertis que les affections virales se trouveraient sans rivales, confirmant de la sorte ce que je vous avais déjà laissé ouïr deux cycles annuels auparavant, à savoir que les micro-organismes détiennent de fort qualitatives facultés d’adaptabilité sachant leur octroyer un efficient « faire corps », un « faire corps » dont le principal facteur de saturabilité fonctionnelle s’édifie, ainsi qu’il vous le fut signifié, en l’eurythermisme… 

 

Mots-Clefs

6 Messages

  • Le 13 mars 2010 à 19:34, par Yoyo

    Pour Magloow, ce n’est donc pas l’effet de serre ou le soleil mais un réchauffement magmatique ?

    Le 13 mars 2010 à 21:23, par Esperluette

    Réchauffement magmatique et suractivité solaire sont étroitement liés, puisque le premier se veut la canalisation de la seconde…Si le cœur igné de notre planète semble noyé sous des effluves accrues de feu, c’est que la pression des Soleils amplifie, en cette fin de Cyclique, « l’exondation » de leurs divers rayonnements à l’encontre des multiples supports telluriques présents dans les Systèmes Stellaires, dont notre petite Terre, et pas seulement depuis cette galaxie qu’on ose dire « nôtre » en la nommant la voie lactée (Tiens, je ne mets même pas des majuscules à celle-là). Et j’ai bien dit : Des Soleils. Ces modifications sont donc visibles d’ores et déjà sur d’autres planètes que la « nôtre », notamment sur Jupiter et ses satellites qui subissent en ce moment, entres autres, des tempètes gazeuses d’une rare violence…Ô mon dieu : Quelle Harmonie ! Et merci Magglow, merci beaucoup. Ps : Relisez/ons le dernier quatrain de la chanson du VDO « Rencontre ».

    Le 14 mars 2010 à 06:46, par Yoyo

    Se partageant l’histoire, mes rimes, ma musique Conclurent qu’au bout du « chant », ici-bas, « tout » subit : Fruits de chair ou de pierre, inhérent au « cyclique », Le « pourquoi » reste obscur quant au but de la Vie.

    Le 13 mars 2010 à 21:45, par Esperluette

    C’est encore moi. Ce que dit là Magglow est d’une telle profondeur et d’une telle beauté que j’ai la brusque envie de me couper les deux mains tandis que j’écris ces lignes. Cette Entité parle entre autres choses de la forte réactivité tectonique à venir des failles de Socle qui, la plupart du temps, sont masquées par d’épaisses couvertures sédimentaires tendues sur le lit des cinq continents, et sévissent à plusieurs dizaines de kilomètres sous notre plancher des vaches, quand bien entendu elles ne déchirent pas le tissu préservé d’anciens Cratons ou d’antiques orogenèses qui surent se préserver des transgressions marines…Et dire que certains s’opposent à ce que les clips vidéos du VDO soient sur le site Jantel.org ! Mais quel erreur !!!! C’est pas possible ce genre de frein à la progression de tous ! C’est un cauchemar d’avant le sommeil ! Allez, messieurs les « immobilistes » : Je vous souhaite la bonne nuit !

    Le 13 mars 2010 à 21:29, par Isabella

    On a lu les explications de Magloow et une des personnes avec lesquelles on étudie les messages pense que la recrudescence du phénomène « el nino », ces dernières années, a un rapport avec ce que dégage le magma qui est au centre du monde. Son opinion n’est pas stupide du tout car on si on est d’accord pour constater que la couche d’ozone diminue, les glaces des pôles ont + de chances de fondre par l’effet d’une chaleur interne qu’avec un effet externe (effet de serre) sur lequel les scientifiques ne sont pas unanimes. On pourra peut-être y revenir. Bonne soirée.

    Le 14 mars 2010 à 12:01, par Rock en bol

    On a retrouvé du message de Magloow dans la chanson du 6e tableau « confidences ». Dans le dernier refrain (je pense que c’est un refrain et non un couplet) la plage à laquelle rend hommage Jcp dit : Lames de fond, volcans marins, Vous que le cyclique en sa main Garde pour mieux me submerger, Pour me transporter au passé, Souffrez que la métamorphose Qui sommeille en toutes les choses Fossilise mon chant d’aujourd’hui En hymne au règne de la vie".

    Le 14 mars 2010 à 12:07, par Rock en bol

    Ah ! J’oubliais mais ma compagne vient de me souffler que Jcp pourrait nous concocter un hommage à Jean Ferrat, ça serait sûrement superbe, d’ailleurs Jcp cite ce chanteur dans son livre des VET, pour lui ça doit être facile. Là, je galège mais on ne sait jamais, des fois que mon intervention le motive ou l’inspire. A +

    Le 15 mars 2010 à 19:53, par Esperluette

    A Rock en Bol : Jean-Claude Pantel a déjà écrit une chanson qui se nomme A FERRAT, et qui est un hymne au grand poète. Je viens d’avoir J-C.P. au téléphone, il va théoriquement bientôt vous la transmettre avec une petite glose expliquent les passages où il reprend les principaux titres des chansons les plus connues de Jean Ferrat. A suivre donc.

    Le 15 mars 2010 à 09:01, par Régis

    Il parait intéressant de voir l’entretien de Vincent Courtillot à propos de son ouvrage « nouveau voyagez au centre de la terre » sur le lien suivant ; http://www.dailymotion.com/video/xb…; ainsi que les articles du réseau Voltaire concernant les expériences américaines débouchant sur des tsunamis et tremblements de terre comme celui d’Haïti - noter au passage l’information d’un journaliste américain au sujet du « pain maudit » de Pont Saint Esprit

    Le 16 mars 2010 à 18:53, par Esperluette

    Contrairement à ce qu’affirme Vincent Courtillo, le phénomène dit de trapps n’empêche pas la théorie de la météorite, puisque c’est l’immense impact de celle-ci qui permettrait de façon la plus plausive d’expliquer l’émergence d’une telle remontée mantellique en dehors de toute faille présente (Par transmission d’un point du globe à un autre d’ondes sismiques)…Du reste, les phénomènes d’accrétion sont mentionnés par Karzenstein dans le sens d’une amplification due à une fin de Cyclique et la chute des météorites en fait partie, tout comme le réveil brusque des rifs océaniques et continentaux.

    Le 15 mars 2010 à 19:15, par Régis

    Esperluette a informé JCP du souhait de Rock en bol - cette chanson en hommage à Jean Ferrat existe déjà (sans la musique) JCP en prépare l’explication et la fera parvenir dès que possible ….. donc patience, car « tout vient à point à qui sait attendre » - Régis

    Le 15 mars 2010 à 22:12, par Rock en bol

    Merci à Esperluette et Régis. On est exaucés au-delà de toute espérance. A nous d’être patients, à présent. A +.

    Le 16 mars 2010 à 11:27, par bertrand72

    Selon J.F.Kahn (journaliste bien connu) dans un récent article il y a du Victor Hugo chez Jean Ferrat (bel hommage) dommage qu’il ne connaisse pas JC.P .

    Le 16 mars 2010 à 21:38

    Comment se fait-il d’ailleurs que Jean-Claude à l’orée de ses 62 ans ne soit ni connu ni même reconnu alors qu’il y a eu tant d’artistes, de penseurs, d’écrivains, de poètes, de scientifiques dont les talents sont reconnus, ou au moins jouissent d’une reconnaissance sociale de par leur réussite en leur discipline ?

    Le 17 mars 2010 à 11:56, par Esperluette

    La reconnaissance artistique de Jean-Claude Pantel aurait posé beaucoup de problèmes pour les VET dans la gestion de cet accomodat particulier qu’Ils ont nommée Equation Perpétuée. Pensez donc : les Semi-géométrisés auraient tiré profit au maximum de la donnée charismatique et émotionnelle de l’individu concerné, ce qui aurait provoqué énormément de phénomènes paranormaux, certains pouvant jusqu’à créer des ruptures existentiels s’il le fallait. Une petite anecdote pour mieux faire comprendre le soucis posé par un Rendu en contact avec un public : Jean-Claude Pantel se trouve dans un cinéma, en compagnie de ses premiers amis, pour voir le film Les 10 Commandements qui vient juste de sortir. Dans la salle de projection, trois ou quatre individus s’amusent à faire le pitre, comme on dit, se plaisant à chahuter les spectateurs qui ne peuvent plus assister dès lors au bon déroulement du célèbre peplum. Sur ces entrefaites, l’Entité Karzenstein passe et prévient les uluberlus en questions en les menaçant de sévir s’ils ne se taisent pas sur-le- champ. Mais ceux-ci affichent toujours, dans un culot extrême, le même comportement en multipliant d’identiques pitreries. Résultat de l’Echange ? Leur corps fut aussitôt, via un beau vol plané, projetté à travers la vitre de la porte de sortie, ce qui a tout de suite entraîné l’intervention de la police ainsi que celle des pompiers, obligeant Jean-Claude et ses amis à quitter promptement la salle de cinéma pour éviter d’avoir à répondre à des questions désobligeantes, car - vous le comprendrez tous bien - sans véritables réponses cohérentes pour les normes raisonnables et raisonnées de notre bonne société. Alors, imaginons tous Jean-Claude Pantel en contact avec une foule, nombreuse au demeurant ? Les VET tranchent dans le vif, ils ne tergiversent pas, sachant la Justesse juste…


  • Le 19 mars 2010 à 10:44, par Castor

    Alors sans doute Jean-Claude ne sera jamais ni connu ni reconnu et que vos efforts ne soient vains ou ne touchent que par hasard quelques personnes dont on peut se demander comme dit Esperluette s’ils comprennent quoi que ce soit et ne servent qu’à gonfler quelques egos. Car depuis le temps que cette histoire dure et l’âge avançant de Jean-Claude, il faut bien reconnaître que la moisson est maigre malgré le caractère apparemment exceptionnel, et même soit disant unique de l’échange existentiel de Jean-Claude jamais observé depuis Jésus ! C’est dommage justement car ces manifestations auraient été le superbe moyen de prouver la parole (les textes) par le geste (les phénomènes) et tant pis pour les dégâts puisque de toute façon tout est juste. Jésus ou Socrate vivaient-ils cachés ? Ils n’ont pas eu peur d’affronter leur destin tragique en dépit des risques. Et puis on peut être reconnu et même connu pour sa production littéraire sans pour autant être un personnage public. Pour finir j’ai une question : qui d’entre vous ont entendu directement les voix qui s’adressent à Jean-Claude, autrement que par enregistrement ou téléphone interposés, ou derrière une porte ou dans le noir ?

    Le 19 mars 2010 à 20:12, par Esperluette

    A l’époque de Socrate comme à celle de Jésus, l’on était beaucoup, beaucoup, beaucoup, moins nombreux (Et donc d’une manière générale plus intelligents). Du reste, comme me l’a déjà martelé Jean-Claude Pantel à plusieurs reprises, lorsque Platon parlait dans les gradins de l’académie d’Athènes, les gens d’alors était beaucoup plus fidèles au comptoir de bois des diverses tavernes grecques pour oublier leur condition qu’aux marches marmoréennes sur lesquelles résonnaient jadis les grands discours de l’auteur du Timée qui la leur révélait. De plus, Jean-Claude Pantel ne fait aucun prosélytisme. Il ne cherche pas à créer un mouvement de masse. Ce site est là pour que nous puissions partager des idées sur les Textes qu’il reçoit, sans plus. De toute manière, les VET se refusent à l’exclure d’un parfait anonymat, la chose étant appuyée verbalement par les Êtres Fluido-Luminescents au moyen de cet apophtègme qu’il nous reste à méditer longuement : « Il ne faut pas chercher à vivre en étant reconnu, mais reconnaître ce qu’est vivre sans le chercher. »

    Le 20 mars 2010 à 10:50, par Castor

    Merci de votre réponse. Je relève une contradiction dans ce que vous dîtes : à cette époque ils étaient en général plus intelligents et pourtant ils passaient leur temps au bar. Je ne crois pas qu’on puisse établir une proportion entre le nombre et l’intelligence, les époques en général se valent question intelligence. A ce compte là à l’époque de l’homme des cavernes il n’y avait que des génies. Non cela n’a pas de sens. Il y a des faits de civilisation qui font qu’à un moment donné celle-ci connaît un essor culturel. Question intelligence on est servi de la même manière depuis que l’homme existe, nous avons en effet le même cerveau que l’homme de cro-magnon. Donc les possibilités de s’en servir ne varient pas. Croyez-vous vraiment que Socrate et Jésus avaient affaire à des individus plus intelligents ? Absolument pas. Socrate sans doute côtoyait plus de gens instruits que la moyenne de la population car Athènes constituait le centre culturel de toute la Grèce, mais il s’adressait à tout un chacun, de même que Jésus. Et il était bien plus dangereux à leur époque de parler librement qu’aujourd’hui. En outre il est faux de dire que les athéniens préféraient aller à la taverne plutôt que d’écouter Platon à l’Académie dans le sens où le choix ne leur était pas donné. L’Académie était une institution réservée à une élite, et au fronton de cette Académie était bien signifié « Que nul n’entre ici s’il n’est géomètre ». Et les mathématiciens à l’époque ne couraient pas les rues. La démocratie d’aujourd’hui n’empêche pas Jean-Claude de parler librement, il est peu probable qu’il risque une condamnation à mort pour avoir divulguer ses idées, et après tout quoi de plus beau pour lui que de mourir pour ses idées. Sans faire de prosélytisme ou chercher à créer un mouvement de masse il y a tout de même une marge de manœuvre. Pour qu’une chose soit reconnue à sa juste valeur il faut justement qu’il y ait reconnaissance. Bien sûr il ne s’agit pas pour Jean-Claude de chercher à être connu mais de s’affronter au monde qui l’entoure pour acquérir cette reconnaissance qui ne viendra peut-être pas du plus grand nombre, mais des gens intelligents, savants et reconnus (oui oui il y en a). Sans cela aucune valeur ne pourra être établie. On n’a jamais raison tout seul. Enfin il y a une contradiction à écrire des chansons, des livres, créer un site internet, et dire par ailleurs qu’on veut ou qu’on doit rester dans l’anonymat, et il est facile voire puérile de dire qu’on ne cherche pas à être reconnu parce que les autres ne sont pas assez intelligents pour reconnaître notre valeur. Avec cette attitude il est aisé de prédire que tout ceci disparaîtra (mais n’est-ce jamais apparu ?) le jour où Jean-Claude ne sera plus. Ce serait alors le plus grand gâchis de toute l’histoire de l’humanité au moment même où on en aurait le plus besoin, et une immense incompréhension : une situation aussi inédite d’un individu comme Jean-Claude avec une telle vocation anthropocentrique, un tel charisme, reçoive un tel enseignement et ne puisse faire évoluer les gens, quelle vie malheureuse subit-il !!! A moins que tout ceci ne lui suffise et ne soit fait pour lui faire plaisir.

    Le 20 mars 2010 à 12:28, par Esperluette

    D’après les VET, nombre et Intelligence sont complètement liés. La division cellulaire issue de la surprocréation engendre une fragmentation de la répartition d’Intelligence Divine échéant à une Espèce. On retrouve ce principe dans l’infiniment petit à travers le phénomène de mitose, voire dans certaines maladies comme avec le cancer. Répétons ce qu’ils disent : « En vous multipliant, vous divisez… » Accroissement de la quantité = Amoindrissement de la Qualité. Nous sous-bâtirions ainsi le Quantum d’action dévolu à notre race humaine, quantum d’action que pour ma part, je qualifierai non pas d’énergie employée pour des actes précis, mais dans le sens de qualité de vision. D’où la profusion menant à la confusion de la diffusion.

    Le 21 mars 2010 à 22:35, par Castor

    D’après ce que les VET disent ; mais pour moi il ne suffit pas de répéter ce qu’ils disent comme vous dîtes mais il faut aussi penser ; or je ne constate pas dans les faits une diminution progressive de l’intelligence, l’espèce humaine augmente depuis des milliers d’années et on ne voit pas en retour qu’elle est de moins en moins intelligente, comme si notre cerveau était moins capable de générations en générations. Au contraire le savoir humain grandit de jour en jour. Nous sommes six milliards environ et admettons qu’à une époque préhistorique il y avait six millions d’hommes (on sait même qu’à une époque l’humanité faillit disparaître et constituait seulement environ 10 000 individus : quelle époque de génies alors !) : doit-on penser que ces hommes préhistoriques dans leur ensemble étaient 1000 fois plus intelligents que nous ! Quantitativement parlant certainement pas étant donné qu’ils ont mis beaucoup plus de temps que nous pour développer leurs connaissances, et même d’un point de vue qualitatif l’homme depuis ses origines reste le même et cherche à maîtriser la nature pour pouvoir y vivre le mieux possible. Si nombre et intelligence étaient liés cela voudrait dire que l’intelligence ce serait de se reproduire de moins en moins voire de ne pas se reproduire du tout, comme vous l’insinuez dans votre critique de la procréation. Or à toutes les époques les hommes ont cherché à se reproduire le plus possible. Et s’ils se reproduisaient moins vite avant c’est du fait d’une mortalité plus importante. Cela dit, que nombre et intelligence ne soient pas liés ne signifie pas évidemment que la surpopulation ne soit pas un problème.

    Le 22 mars 2010 à 08:25, par Esperluette

    Le phylum - voire les phyla - concernant les hommes préhistoriques n’est pas celui de nos ancêtres. Il a trait à d’autres espèces humaines que la nôtre. Nous, nous descendons de l’Androgyne et ce sont ces races humaines moins évoluées que Lui par ailleurs qui ont, sans le vouloir, participé à sa chute, de par leur mode de procréation déjà beaucoup trop envahissante. Et c’est hélas ! en voulant diriger un contrôle des naissance de ses cousins phylétiques que l’Androgyne a peu à peu remplacé son exogénisme par un endogénisme progressif, dont une des étapes marquantes fut le tubicolisme. Ces mots ont l’air compliqués de prime abord, mais en étudiant ça de plus près, on y arrive.

    Le 22 mars 2010 à 22:39, par Castor

    Avec de telles théories vous devriez postuler au Muséum d’Histoire Naturelle…avec votre licence de philosophie vous impressionnerez sans doute beaucoup les savants.

    Le 20 mars 2010 à 12:58, par Esperluette

    On voit que vous connaissez très mal l’œuvre de Socrate. La science chez ce philosophe évoluait par étape et la mathématique n’était pas la première marche inscrite dans l’évolution de l’Académie (Ni la dernière puisque celle-ci débouchait en fin de compte sur le Silence entourant l’Idée de Vrai). Il y avait - avant l’étude des Nombres - nombre de paramètres à étudier comme les rudiments de l’astronomie ainsi que la Dialectique. En outre le travail sur la connaissance se basait sur l’éclosion de la Réminiscence, par le fameux dialogue, et voulait démontrer ainsi que l’enfant en savait plus que le savant, l’enfant étant plus proche chronologiquement de ce Monde des Idées qu’il venait juste de quitter en naissant, ce monde de l’Eidétique pur (Eidos ou Eida = Idée) où la « préhension » des Idées se fait par voie naturelle, contemplative, et non intellectuelle, Monde que je rapprocherai volontiers de cet Univers concernant les Etats de Suspens dont fait souventefois mention Jean-Claude Pantel. De plus, Socrate condamnait l’élitisme et se disait ouvert à tous (Ce que lui reprochera très violemment Nietzsche deux millénaires plus tard par ailleurs) et oeuvrait en marge de toute notion de « sur-homme ». Devrais-je ajouter que son enseignement était gratuit, et donc accessible à tous, contrairement à celui des sophistes qui étaient dûment rétribués ? Ce qui signifie que l’exergue - inscrit sur le fronton de l’Académie - parlant d’ouvrir ses portes exclusivement qu’aux géomètres visait en fait à en exclure les poètes…Et oui ! qui à son époque se contentaient d’imiter la nature, et non pas de la dépasser, d’aller au-delà d’elle comme le préconisait la mathématique alors transcendentale exigée par le rapport des Nombres ordonnant le Cosmos. PS : Vous trouverez beaucoup plus de choses en commun entre les Textes de Jantel et les écrits de Socrate que de contradictions pouvant les séparer.


  • Le 21 mars 2010 à 23:25, par Castor

    Je vous ai répondu sur ce que vous disiez de Platon et là vous me parlez de Socrate. Dans tout ce que vous dîtes vous confondez les deux, ce qui montre que vous le connaissez tellement plus mal que moi parce qu’il n’existe tout simplement pas d’œuvre de Socrate. Socrate n’a rien écrit et Socrate n’est pas Platon. Bien sûr Socrate condamnait l’élitisme et allait dans la foule pour interpeller tout un chacun, c’est ce que j’ai dit. Mais ce n’est pas le cas de Platon (de par ses origines et sa philosophie, et averti qu’il était de l’échec de Socrate) : il a fondé une école philosophique qui était un lieu d’étude réservé. Il n’haranguait pas les foules et ne se mettait pas en scène sur l’agora, sa vocation politique s’orientant plus vers le rôle de conseiller du Prince. Votre connaissance de Platon semble très modeste (tout comme la mienne) et vous devriez donc montrer plus de modestie quand vous me jugez. Par exemple je ne crois pas que la réminiscence démontre que l’enfant en sait plus que le savant (où avez-vous lu cela ?) mais sert à comprendre le fait qu’on puisse apprendre quelque chose qu’on ne connaît pas, autrement dit c’est la condition de possibilité de la connaissance dont le coût exorbitant est bien sûr la préexistence de l’âme. Et Platon tenait les mathématiques en si haute estime que les Idées sont en fait des nombres idéaux. Et les rapports de Platon avec la poésie sont plus ambigus que ce que vous prétendez, étant lui-même un grand poète.

    Le 22 mars 2010 à 08:56, par Esperluette

    A Castor : J’ai une licence de philosophie et l’une de mes spécialités en université était la philosophie grecque. Pas de chance pour vous. Mais manifestement vous êtes beaucoup trop au desssus du lot pour nos petites et misérables conditions d’esclaves philosophiques qui ne savent pas penser par eux-mêmes, et fort heureusement que vous êtes là pour nous le rappeler ! Que ferions-nous sans vous ?! Je sais très bien que Platon n’est pas Socrate mais peu importe : Les deux images se fondent en une dans le savoir légué par les Dialogues. Alors, pour votre gouverne, c’est dans le Ménon que Socrate ou Platon démontre que l’enfant en sait plus que le savant en terme de vrai, par le truchement du cas de l’esclave de Ménon à qui il fait résoudre un problème mathématique alors que celui-ci n’y cromprend rien en la matière, cas dont il tira l’extrapolation du rapport inné/acquis dans la théorie de la réminiscence discutée pendant des millénaires, et encore aujourd’hui, après la mort des deux philosophes en question. Monsieur Castor, je vois que vous chercher à polémiquer sur cette histoire sans jamais n’aller lire ni étudier les Textes parce que vous vous refuser d’aller dans le fond des choses, en tentant à chaque intervention d’aller dénicher la bébête comme on dit, le plus souvent, je dois dire, de façon très maladroite, malhonnête et assez pernitieuse. Pour ma part j’arrête là et conseille le webmestre de filtrer vos questions car vous n’apportez absolument rien de plus que ceux qui, dès le départ, nous mettent des bâtons dans les roues. Inscrivez-vous sur le site des Sceptiques du Québec qui se plaît à conspuer Jean-Claude Pantel depuis sa création, là je pense que vous allez trouver votre bonheur. Allez, Adieu.

    Le 12 avril 2010 à 10:01, par Castor

    Après relecture du Ménon, contrairement à ce qu’affirmait Esperluette, on ne trouve nulle théorie platonicienne affirmant que l’enfant en sait plus que le savant, l’enfant étant plus proche chronologiquement du Monde des Idées, l’exemple de la réminiscence ne servant absolument pas à démontrer cela, ni directement ni indirectement. C’est une interprétation abusive du texte qui démontre une grande incompréhension. Si Esperluette lit les Textes comme il lit Platon alors il faut s’interroger sur la fiabilité de ses interprétations, ou en tout cas ne pas prendre ce qu’il dit pour argent comptant malgré son assurance affichée.

    Le 12 avril 2010 à 22:18, par Esperluette

    Ca y est : Castor m’a enfin démasqué ! En effet, je suis nul et ne comprends rien aux textes de Jean-Claude Pantel ! Quant à Platon, veuillez donc m’excuser car j’ai confondu avec les bouquins de Oui-oui et la Giraffe Rose ! Mon préféré en est le Tome 2 ! Par conséquent, dorénavant, cher amis de Jantel.org, Monsieur Castor répondra à toutes les questions que vous vous poserez sur les Textes car on sent à la qualité de sa prose qu’il sera vraiment à même d’apporter des réponses ultra qualitatives à ce tout qui vous préoccupe ! Allez, bon courage à tous ! Et bonne continuation ! car Je prédis d’ores et déjà de beaux lendemains aux entretiens philosophiques des fori concernés !

    Le 20 mars 2010 à 11:30, par Castor

    Je n’ai pas eu de réponse à propos de ceux qui ont entendu directement les nombreuses voix qui s’adressent à Jean-Claude. Pourquoi d’ailleurs les enregistements ne sont -ils pas disponibles sur ce site ? Ce serait très intéressant.

    Le 20 mars 2010 à 13:53, par Esperluette

    D’Esperluette à Castor : Pourquoi ne dites-vous pas franchement ce que vous pensez de toute cette histoire ? On y gagnera beaucoup de temps je pense.

    Le 21 mars 2010 à 23:52, par Castor

    Mais justement je dis franchement ce que je pense. Votre réaction montre que cela vous étonne ou que cela vous dérange qu’on essaie encore penser par soi-même. Peut-être est-ce que parce que vous ne pensez pas par vous-même ou alors parce que vous préférez les faibles d’esprit aux esprits forts ? Au royaume des aveugles les borgnes sont rois. Pour paraître roi ne cherchez-vous alors que des aveugles ? Apparemment vous ne pensez gagner quelque chose qui si on pense exactement comme vous. Moi je voudrais qu’on réponde à mes questions si vous le voulez au lieu d’éviter le problème. Je pose simplement une question dont je m’étonne que les autres ne se la pose pas : qui a entendu directement les voix qu’entend Jean-Claude ? Et pourquoi ne sont-elles pas diffusées sur le site ? Je ne pense rien de toute cette histoire, j’essaie de me faire une opinion, et ne peux me faire que cela. J’aimerais bien y croire mais pas à n’importe quel prix, pour beaucoup semble-t-il le besoin de croire est plus fort. J’en saurai peut-être plus quand tout ceci sera mis à l’épreuve et aura été reconnu, mais Jean-Claude ne semble pas vouloir le faire, et je trouve dommage quand on dit avoir de telles choses en sa possession depuis si longtemps de ne pas vouloir tout faire pour le mettre à jour. C’est troublant parce que cela laisse le soupçon qu’il y a quelque chose à cacher.

    Le 22 mars 2010 à 05:44, par Yoyo

    Je rappelle tout de même que ce site discret n’a pas vocation à faire croire quelque chose ou à quelque chose, mais à étudier les Textes transmis à Jantel.

    Les projections que chacun peut faire sur l’autre, en émettant des avis sur l’interlocuteur, sont assez obscènes en ce sens que la personne qui projette sur l’autre montre surtout ce qu’elle est, elle-même ; elle se dévoile trop pour des lecteurs qui n’en demandent pas tant. Gardons notre pudeur, nous ne sommes pas des esclaves sur un marché aux esclaves qui doivent montrer leurs moindres charmes ou défauts. Merci…

    Le 22 mars 2010 à 10:45

    N’est ce pas inhérent au principe de réverbération ou réverbérationnisme qui consiste en assimilation de la répétition des phases actives du subductionnisme revenant à considérer le principe percussion/répercussion enclenchant le mouvement spiralien ?

    Le 22 mars 2010 à 19:58, par Yoyo

    Cela n’a pas besoin d’être obscène…

    Le 22 mars 2010 à 08:32, par Esperluette

    Oui Castor : Nous avons énormémenent à cacher ; notamment un magot qui s’élève à plus de 35 000 000 d’euros caché quelque part dans un paradis fiscal. Je crois que c’est dans les îles Caïman (Les ventes d’armes, vous pouvez pas comprendre !). Mais chut ! ne le répétez surtout à personne. C’est pour cela que nous passons des heures à étudier les Textes. Au lieu de bronzer tranquille au soleil ? Mais allons bon il faudrait qu’on soit libre de penser pour cela !

    Le 22 mars 2010 à 22:48, par Castor

    Et voilà, au lieu de répondre vous persévérez dans cette attitude obscène dont parle Yoyo ; s’il y avait bien quelqu’un à censurer ce serait Esperluette ; quand on n’a plus rien à dire il ne reste que le mépris, la dérision, le rejet, l’injure, l’argument d’autorité, et avancer des arguments délirants et invérifiables. Pour un soi-disant philosophe Esperluette n’aime guère les questions. Je comprend mieux maintenant pourquoi il n’est pas allé plus loin que la licence, enfin à ce qu’il prétend. Mais au moins j’ai ma réponse : j’en conclus que personne n’a jamais entendu les voix qui s’adresse à Jean-Claude.

    Le 22 mars 2010 à 07:33, par Isabella

    A Castor. Mes amis et moi pensons que dans les messages que reçoit et que nous donne JCP chacun récupère ce qu’il a à prendre. Vous voudriez que JCP soit connu ou reconnu + qu’il ne l’est. Avez-vous vu le film qu’ont tourné Jimmy Guieu et Olivier Sanguy ? Je ne pense pas. Sinon, vous auriez su que Jimmy Guieu a pratiquement forcé la main de JCP pour que celui-ci écrive son livre. Le livre date de 1993 et Jimmy Guieu nous dit qu’il connaissait JCP depuis 1971. JCP lui-même dans son livre date le début de son aventure spirituelle en 1967. Dans les deux cas, ça fait + de 20 ans pour se faire connaître ! Alors la question qui se pose devient était-ce le but ? Vous dites aussi que JCP a fondé un site alors que nous savons qu’il n’a pas internet puisqu’il est obligé de passer par Régis, Yoyo, Bertrand, Esperluette et peut-être d’autres pour nous communiquer les messages et son VDO. Je crois qu’il y a une sorte de protection dans cette histoire et que nous sommes chacun dans notre coin des relais pour faire passer à qui nous pensons que ça peut profiter ce que JCP nous donne. Ce week-end, j’ai distribué des photocopies de l’hommage à Jean Ferrat et je pense que ça fait partie de la contribution que je me dois d’apporter à ceux qui ne connaissent rien ou si peu de tout ce que nous échangeons sur jantel.org. Quelle est la vôtre, Castor ? Bonne journée.


  • Le 22 mars 2010 à 21:42, par Esperluette

    J’ai l’accord par Régis de J-C.P pour envoyer au site Jantel.Org la partition de la chanson A Ferrat. J’enverrai un petit mot l’accompagnant. Merci.

    Le 22 mars 2010 à 23:11, par Castor

    Contrairement à ce que vous croyez j’ai vu la cassette, et vous auriez pu déduire de ce que j’ai déjà dit que j’ai très bien compris que Jean-Claude ne cherchait pas de reconnaissance, et c’est ce que je ne comprends pas bien et que je déplore. Pour ma part je reconnais n’avoir pas les capacités de reconnaître la valeur des textes, des chansons et de l’histoire de Jean-Claude, ne disposant que de mon bon sens et un peu d’instruction. C’est pour cela que j’attends qu’il y ait une reconnaissance pour établir cette valeur. Jean-Claude n’a pas fondé ce site mais a donné son accord pour la diffusion des textes, donc le résultat est le même. Quant à apporter ma contribution cela ne se fera que lorsque je serai plus assuré de la valeur de tout ceci, c’est aussi pour cela que je pose des questions. Et ceux à qui j’ai fait part de cette histoire n’y reconnaisse pas la valeur que vous lui attribuez, notamment un professeur d’université en philosophie qui après y avoir regardé un peu de près m’a dit que cela ne valait pas une heure de peine, en ayant pris soin bien sûr de m’expliquer pourquoi. Bonne journée.

    Le 23 mars 2010 à 18:08, par Esperluette

    Alors, je pense, Castor, que votre professeur de philosophie doit avoir lu au moins toute l’œuvre complète de Francis Lalanne pour juger quelque chose qui le dépasse complètement en un coup d’oeil ! (Donc : Faites lire les chansons de JCP à un littéraire, et il vous dira que c’est bon à jeter à la poubelle ? Allons donc !) En réponse pour les Voix en question : Nous n’y avons jamais pensé parce que des extraits figurent déjà sur des fichiers internet comme sur le site Quazar de Francis Gatti (ça fait dix fois qu’on le répète sur ce site). Encore une fois, peut-être que certains extraits des Voix figureront sur le site Jantel.org mais cela ne changera rien au problème de fond. Vous trouveriez là encore matière à dénigrer. Nous ne cherchons pas à attirer des badauds devant des grilles offertes à n’importe quel spectacle. Vous voulez que Jean-Claude Pantel se livre à un public comme un animal de foire parce que dans votre tête c’est comme cela que vous démasquerez ce que vous pensez être une totale supercherie (Et en ayant la primauté de la découverte, vous ferez par la suite votre petite star à 2 balles ?). Le jeter en pature à la foule : C’est ce que vous voulez ? Ce n’est pas demain que cela arrivera ! Mais moi je vous dis qu’en présence direct, vous feriez beaucoup moins le malin, à l’image de ce prêtre exorciste qui, alors qu’il vantait sa bravoure face au paranormal, a pris ses jambes à son cou au bout de même pas une demi heure de contact avec Jean-Claude Pantel tant il s’est fait dans son froc ! PS : Merci pour votre critique sur mes capacités à ne pas dépasser une simple licence de philo mais certains, c’est comme ça, apprennent différement dans la vie qu’en entassant diplômes sur diplômes : Le diplôme est l’ennemi de la culture, disait Paul Valéry, ce qu’il fait qu’il peut et même doit se voir rejeter, comme bien d’autres choses…

    Le 24 mars 2010 à 16:04, par Castor

    Votre attitude grossière est le reflet de votre pensée sans nuances à la recherche simplement d’une polémique qui rabaisse les gens (ne m’aviez-vous pas dit « Adieu » ? C’est plus fort que vous. Contentez-vous si vous le voulez bien à essayer d’éclairer les textes si vous le pouvez, en toute humilité). Votre attitude vaut comme auto-réfutation et il n’est même plus besoin de vous répondre. Je relèverai juste (encore une fois !) une contradiction dans vos propos : pourquoi passer des diplômes si les dîplomes ne vous apprennent rien, s’il faut les rejeter et s’ils sont l’ennemi de la culture. Vous les aviez mis en avant pour montrer (comme si cela suffisait) que vous parliez de Platon en connaissance de cause et là vous les rejetez quand cela vous arrange, c’est-à-dire pour masquer vos limites, et dans les deux cas pour dire au revoir à l’humilité. Si vous aviez 20 ans on pourrait le comprendre, mais à 37 ans c’est plus inquiétant.

    Le 25 mars 2010 à 08:58, par Esperluette

    Où est la contradiction, Castor ? Ou est-elle ? Le Rejet s’instaure quand bon lui semble et n’appartient pas à un choix…Le rejet appartient à des étapes de vie qu’on ne doit pas brûler. Vous faites des erreurs aujourd’hui que bien heureusement vous ne referez pas demain. Bien des erreurs doivent être commises. Victor Hugo en exil à Guernesey en quête de Dieu n’était pas le même que l’homme fréquentant les salons littéraires parisiens avec des idées royalistes plein la tête et la tasse de thé en main. Se doit-on pour autant de rejeter ses premiers écrits ? Pas un seul instant. Bien des hommes de lettres ont entrepris des études pour les rejeter par la suite. Il n’y a là aucune ambiguité. Autre contradiction qui n’est pas : Lorsqu’on affirme que les hommes étaient quand même en général plus intelligents à l’époque de Socrate que ceux peuplant la société contemporaine dont on assiste au triste sort de nos jours…Est ce que cela empêche le fait patent que l’amorce de notre décadence moderne se voyait déjà dans leurs comportements quand on sait que les escaliers de l’académie étaient le plus souvent désertés au profit des tavernes athéniennes ? Non pas ! Il n’y a là aucune forme d’antinomies. Absolument aucune. C’est dans votre tête tout ça ! C’est du l’ergotage à deux sous, de la chicane de caniveau. Du reste, quand apporterez-vous au site Jantel.org votre lot de réponses et non plus votre fardeau de questions ? A mais c’est vrai : Il faudrait que vous lisiez les Textes pour cela, mais ils n’ont absolument aucune valeur ainsi que vous l’a confié votre grand ami Superphilosopheman…

    Le 25 mars 2010 à 12:40

    La contradiction est simple, je la répète : vous rejetez les diplômes et en même temps vous vous en servez comme argument (ridicule) pour montrer que vous connaissez mieux Platon que moi. Et avez-vous pensé à la possibilité que c’est peut-être vous qui êtes dans l’erreur aujourd’hui et il faut espérer que vous ne referez pas ces erreurs demain. En attendant vous persistez dans cette attitude caricaturante, conflictuelle, dédaigneuse et agressive, voire insultante. Mais est-ce bien utile de vous répondre, votre comportement est trop unilatéral pour entendre quoi que ce soit et respecter ceux qui pensent différemment et qui cherchent à se forger une opinion. Même plus besoin de vous réfuter donc, d’autant plus que vous vous caricaturez vous-même. Pour vous en rendre compte il vous faudra prendre un peu de recul (et c’est à cela que sert la philosophie je pense) mais pour l’instant aucun conseil ne peut vous être prodigué, surtout venant d’un débile comme moi. Quand à l’avis de ce professeur de philosophie, que vous caricaturez aussi (vous persistez à faire des projections sur les autres, mais comme l’a dit Yoyo cela en dit plus sur vous que sur les autres), qui vous dit que je le suis ?, d’ailleurs je crois avoir passé déjà beaucoup de temps à tout ceci, peut-être beaucoup de temps perdu. Ayant découvert cela depuis quelques temps seulement j’en suis à une phase de questionnement.Tout ce qui vous intéresse ce sont les réponses, alors continuez à forger votre système, à bâtir votre forteresse, pour ne pas dire votre prison. En attendant peut-être pour vous d’accepter l’inacceptable.

    Le 25 mars 2010 à 21:14, par Esperluette

    Accepter l’inacceptable est une phrase extrait des Textes…Oh ! le gros progrès que voilà ! Faites un bras de fer avec moi et vous vous casserez le bras, ça je vous l’assure…

    Le 22 mars 2010 à 23:26, par Castor

    Il reste encore une question à laquelle on ne m’a toujours pas répondu, je recommence donc une quatrième fois : pourquoi les enregistrements des voix ne sont-ils pas diffusés ? Merci à l’avance de me répondre.

    Le 23 mars 2010 à 12:59, par Yoyo

    Ah, ah, en voulant réécouter mon stock d’enregistrements, je vois que les fichiers sont vides ! cela peut être une mauvaise retranscription entre ordis et pas forcément les VET, mais je n’en ai plus, donc je ne peux proposer de les diffuser. L’intérêt d’écouter ces enregistrements, c’est d’avoir la ponctuation vivante ; quand je lis un texte de Karzenstein que j’ai écouté 100 fois (pour déceler si c’était bien une voix réelle avec des critères que je ne peux exposer par précaution), j’entends la voix de Karzenstein avec ma pensée et les intonations de sa voix en surimpression (haut perchée et accélérée un tantinet par rapport à notre temporalité, avec une respiration très particulière, de « transe » dirais-je) . Ca donne un autre relief au texte. Ce serait donc très intéressant de les diffuser. Idem pour Magloow et sa voix caverneuse etc. Pour travailler ces voix, il est intéressant d’écouter d’autres enregistrements de transe pour faire la comparaison. On a ça en ethnologie, par exemple.

    Le 24 mars 2010 à 14:37, par Castor

    Que c’est fâcheux que vous les ayez perdus, et dommage que vous n’ayez pas pensé plus tôt à les diffuser. J’espère que vous pourrez retrouver les fichiers et les diffuser, et sinon peut-être en vous réappropriant les enregistrements de Jean-Claude. Cela aurait été effectivement très intéressant de les entendre directement, notamment pour que cela s’imprime en nous avec la musique de leur parole. Mais pourquoi ces voix ont-elles besoin d’être comme « en transe » pour s’exprimer ?

    Le 24 mars 2010 à 20:11, par Yoyo

    Il y a peut-être une difficulté de passer d’un continuum à un autre ? Cela expliquerait les rythmes, soit trop accélérés, soit trop ralentis, mais qui ne donnent pas qq chose de vraiment intelligible quand on ralentit ou accélère le flux pour essayer de mettre une bonne vitesse ( la nôtre)…

    Le 25 mars 2010 à 14:50

    à Castor j’ai entendu les enregistrements laisse moi un mail, on peut en parler en pv

    @+

    Le 25 mars 2010 à 22:18, par Castor

    Qui êtes-vous ? Comment vous laisser un mail ?

    Le 13 avril 2010 à 17:40, par G. Ganteaume

    Pour calmer un tant soit peu les ardeurs d’Esperluette et inviter Castor à revisiter d’urgence ses notions :

    Le Ménon est un des dialogues de Platon consacrés à la doctrine de la Réminiscence. (Wikipédia). Rappelons que Ménon est un noble de Thélassie qui a reçu une partie de son enseignement de Gorgias (C’est donc au départ un sophiste).

    Vérification de la réminiscence

    Article connexe : racine carrée de 2. Schéma final. Le carré initial est en bas à gauche. (Le schéma est absent mais les les plus forts en mathématique seront le reconstituer).

    On appelle un jeune esclave. Socrate trace un carré dont il marque les transversales (en gras et pointillé).

    Socrate veut amener le jeune garçon à trouver la marche à suivre pour construire un carré dont la surface serait le double de l’original (en gras). Le côté du carré vaut 2. Il a donc une surface de 4, et il faut construire un carré dont l’aire vaut 8. Comment faire ? L’esclave répond qu’il faut doubler la longueur des côtés. L’erreur du garçon semble être la première étape, ou le préliminaire, de la réminiscence ; « observe-le, dit Socrate à Ménon, en train de se remémorer la suite, car c’est ainsi qu’on doit se remémorer » (82e).

    Socrate trace le carré que lui propose l’esclave : il faut se rendre à l’évidence, il est non deux, mais quatre fois plus grand que l’original. En effet, l’aire du nouveau carré vaut 4 x 4 = 16, soit le double de 8, la surface recherchée. Le jeune garçon propose alors de construire un carré dont le côté vaut 3. Or ce carré a une aire de 9, ce qui n’est pas ce que l’on cherche.

    L’esclave est désormais dans l’embarras, ce qui rappelle évidemment l’état de torpeur dans lequel Ménon disait être. Socrate y fait explicitement allusion en utilisant le terme de raie torpille. Mais il est clair, affirme Socrate, que le garçon a fait beaucoup de chemin : « […] à présent le voilà qui considère désormais qu’il est dans l’embarras, et tandis qu’il ne sait pas, au moins ne croit-il pas non plus qu’il sait » (84a-b). Il est maintenant dans une meilleure situation qu’avant, et Ménon en convient. En particulier, cela est profitable parce que jamais on ne cherche ce qu’on croit savoir.

    Socrate trace les diagonales. Il apparaît que le carré construit sur la diagonale du carré initial est le carré recherché. L’esclave le découvre et affirme maintenant que c’est sur cette ligne que l’on construit un carré deux fois plus grand que le premier. Mais il l’ignorait complètement il y a un instant. Il faut en conclure : « Chez l’homme qui ne sait pas, il y a donc des opinions vraies au sujet de choses qu’il ignore, opinions qui portent sur les choses que cet homme en fait ignore » (85c).

    La connaissance se tire de notre propre fonds. Car sinon, d’où vient la connaissance du jeune garçon ? Soit il l’a reçue à un moment donné, soit il la possède depuis toujours. Or s’il les a reçue à un moment donné, ce n’est pas dans sa vie actuelle. Il faut donc qu’il l’ait reçue « le temps où il n’était pas un être humain » (86a).

    Mais pour posséder une connaissance, « des opinions vraies doivent se trouver en lui, opinions qui, une fois réveillées par une interrogation, deviennent des connaissances, [et] son âme [les a] apprises de tout temps. » (86a).

    « Donc si la vérité des êtres est depuis toujours dans notre âme, l’âme doit être immortelle, en sorte que ce que tu te trouves ne pas savoir maintenant, c’est-à-dire ce dont tu ne te souviens pas, c’est avec assurance que tu dois t’efforcer de le chercher et de te le remémorer. » (86b).

    Mais immédiatement, Socrate exprime quelques réserves quant à son argument – qui ne montre en fait que l’antériorité de l’âme et non son immortalité –, et à nouveau, insiste sur les conséquences qui sont meilleures à ses yeux : l’ardeur et le zèle dans la recherche, plutôt que le scepticisme (Il aurait pu dire ça à Castor)… (Wikipedia)

    Conclusion : Le jeune enfant (Le jeune esclave illettré) en sait bien plus en matière de vrai par la Réminiscence (ou du moins autant, c’est comme on veut bien le voir, notamment si Ménon veut bien se REMEMORER) que le docte (Ménon) qui, même s’il savait répondre lui aussi à la complexe épreuve mathématique soumise par Socrate (Le dialogue ne le relève pas), n’a pas pour autant - malgré ses grandes connaissances théoriques - su répondre à la question de savoir ce qu’est la vertu.

    Et mes salutations à Esperluette !


  • Le 13 avril 2010 à 22:35, par Chou

     ! Hé ! Hé ! Général ! Le choix de Socrate pour un jeune esclave n’était donc pas fortuit ? (Il aurait pu choisir un esclave plus vieux). Contrairement à Ménon qui est dans l’acquis (Et qui croit donc savoir), le jeune enfant îlote est dans l’Innée, plus proche qu’il est de cet état où l’âme, venant juste de s’enfermer dans un corps, a de ce fait oublier d’où elle venait, mais peut-dire par là même : « je ne sais rien », et s’ouvrir ainsi à la connaissance vraie que lui offre l’appel impromptu de la Réminiscence ?…

    Le 14 avril 2010 à 05:54, par Esperluette

    Activation de la Réminiscence chez Platon : Rejet du (pseudo) savoir [le superflu : ce qui fait qu’on croit savoir], faire « aveu d’ignorance » —> Conception jantélienne du « Faire le Vide ».

    Le 14 avril 2010 à 05:59, par Esperluette

    Travail de la remémoration « réminiscentielle » chez Socrate : Conception jantélienne de l’Interceptionnisme. Voir, c’est avoir vu. Chanson de Caspar David Friedrich du VDO : « L’Esprit du Néant ! » Rejoint la doctrignorance de Nicolas de Cues.

    Le 14 avril 2010 à 09:35, par Castor

    Le jeune garçon a montré à Ménon la possibilité de chercher ce qu’on ignore grâce à la théorie de la réminiscence, alors que Ménon pensait mettre dans l’embarras Socrate avec une thèse sophistique parce que Ménon était lui-même décontenancé par les questions de Socrate dans sa recherche de ce qu’est la vertu. Il s’agit donc par cette thèse de la réminiscence (ce détour) pour Socrate de montrer qu’on peut trouver ce qu’on ignore et de montrer à Ménon qu’on doit continuer l’examen. Il ne s’agit pas du tout pour Socrate de démontrer que l’enfant en général en sait bien plus en matière de vrai que le savant parce qu’il serait plus proche chronologiquement de « l’état de suspens », thèse qu’affirmait Esperluette. Socrate montre donc à Ménon qu’on peut trouver ce qu’on ignore et l’invite donc aussi à le faire pour ce qui est de la recherche de l’essence de la vertu. En matière de vrai tout le monde est donc à égalité et peut donc apprendre ce qu’il ignore. D’ailleurs Socrate se montre indifférent dans le choix de la personne pour démontrer la possibilité de l’apprentissage, il suffit qu’il parle grec et évidemment qu’il n’ait jamais appris auparavant ce qu’il va apprendre. La réminiscence s’applique à tout le monde. Socrate ne cherche pas à donner une leçon d’ignorance envers Ménon pour le rabaisser, surtout en montrant que le jeune garçon, qui est un servant de Ménon, en sait plus que lui, car ce que le jeune apprends Ménon le sait sans doute déjà (c’est évident d’autant plus que la démonstration de Socrate n’aurait pas d’intérêt puisqu’elle est destinée à Ménon). Votre conclusion est donc littéralement fausse : « le jeune enfant en sait bien plus en matière de vrai par la réminiscence (ou du moins autant) que le docte Ménon », car ce n’est pas l’intérêt du passage : démontrer l’ignorance de Ménon, d’ailleurs ce n’est pas à la question de savoir ce qu’est la vertu que réponds le jeune garçon (on peut se demander aussi si résoudre un problème mathématique et répondre à une question philosophique cela relève du même ordre). Et à la limite, même si Ménon ignorait ce que le jeune garçon apprends, il aurait par la réminiscence tout autant la possibilité de l’acquérir, et donc l’avantage du jeune garçon sur le savant ne serait que circonstantiel et non pas essentiel. Vous ommettez d’ailleurs une partie de la thèse d’Esperluette, à savoir que si l’enfant en sait plus en matière de vrai c’est pour cette raison qu’il est plus proche chronologiquement de l’état de suspens, donc en vertu d’une situation essentielle et non circonstantielle. Alors révisez vous-même d’urgence vos notions au lieu de faire des démonstrations sophistiques pour essayer de sauver les propos d’Esperluette, car ce n’est pas avec de telles démonstrations que vous calmerez ses ardeurs qui ne démontrent une fois de plus que son manque de maîtrise de soi, son intolérance, et son irrespect.

    Le 15 avril 2010 à 09:57, par G. Ganteaume

    Pardonnez-moi mais les propos de Castor c’est du bidon…C’est du charabia à l’état pur. Cela ne nous mène nulle part. Que Castor rejoigne un de ces nombreux tchates philosophico-polémiques et qu’il nous fiche la paix. Sa place n’est pas sur Jantel.org.. Qu’est ce qu’on s’en contrebalance de ces pseudo vérités d’hommes libres alors que nous sommes, à ses yeux, des moutons bêlant ! Tiens, et bien moi je fais meuh ! Car pour ma part je me contrefiche de ces démonstrations amphigouriques émises d’une pensée qui - manifestement - refuse de plonger dans le fond des choses et remettre en question, s’il le désirait jusque là (Mais ce n’est pas le cas), les propos de Karzenstein, Gigor, Magglow et bien d’autres. Mais il préfère s’attarder sur des détails complétement insignifiants. Et d’abord, qu’est ce qu’il tente de prouver vainement ? Je vous invite donc tous à nous recentrer sur du concret et à retravailler sur des valeurs sûres en nous exprimant librement sur les Textes ainsi que sur le pages du Voyageur de l’Orage. Merci. Ps : Esperluette, je ne sais pas qui tu es mais franchement, laisse tomber ! Ça en vaut réellement pas le jus.

    Le 16 avril 2010 à 10:13, par Castor

    Et depuis quand les moutons font-ils « meuh » ?! —> à voir tant de pertinence dans vos propos je ne m’étonne pas que vous jugiez mes interventions obscures ou bidons, mais cela reste à démontrer. Et cela vaudrait toujours mieux que d’essayer de donner des leçons en recopiant Wikipédia et d’en tirer en plus de fausses conclusions au lieu d’aller voir le texte du Ménon et de réfléchir dessus avec un tant soit peu d’honnêteté intellectuelle. Comme vos coreligionnaires Esperluette (et ses recoupements forcés, infidèles) ou Bonbon, quand on n’a plus rien à dire il ne reste plus qu’à dénigrer au lieu d’argumenter. A voir vos réactions je vois que plonger dans le fond des choses, à travailler vos « valeurs sûres » (que de certitudes c’est tellement rassurant ! ) comme vous dîtes ne vous rend malheureusement pas plus sages.

    Le 16 avril 2010 à 14:19, par G. Ganteaume

    Ah Bon les moutons ne font pas meuh ? Mais par contre on sait qui fait Hihan ! Au passage, j’ai en ma possession les Dialogues de Platon (Version livre) Mais - je vous l’apprends peut-être - on peut peut pas les recopier sur le net à moins d’avoir un scanner, ce que je n’ai pas. La version wiki était par conséquent la bienvenue. Donc, on répète les règles du jeu de ce site : 1) On lit les Textes, le livret du VDO (Ce que vous ne faites pas). 2) On expose les idées avec lesquelles on se sent en désaccord, (voire contre lesquelles on est en totale opposition) point par point, et en termes clairs (Ce que vous ne faites pas). 3) On crée un dialogue (Ce dont vous vous moquez) non pas sur l’importance de donner son vrai pseudo et de pas écrire sous le couvert d’un autre (Ce dont on a absolument rien à péter ! Et Isabella ne me contredira pas là-dessus), mais sur le contenu des Écrits présentés sur Jantel.org (Ce dont vous vous foutez, vu que vous ne les lisez pas, donc retour direct à la case « règle numéro 1 »). Par ailleurs, j’inviterais volontiers Castor (Et ceux qui veulent lui ressembler) à regarder d’un oeil un plus averti les informations de ces derniers jours (Et plus en détails la dernière éruption volcanique d’Islande) et à relire attentivement le dernier Texte de Magglow daté du 8 mars 2010 relatant « la surcalorification engendrée par le cœur magmatique de la planète et son réseau subvolcanique. ». Un dernier conseil : Allez rejoindre votre super crack en philosophie qui dénigrait ce qui se fait sur ce site, et bon vent à vous ! Ps : Vous vous moquez d’Esperluette qui, je vous cite, n’a qu’une licence de philo (Et n’a pas été fichu d’aller au-delà d’après vos dires (Sic) !), mais vous, vous avez quoi de mieux ?

    Le 15 avril 2010 à 15:12, par Bonbon

    Je pense surtout, Castor, que vous rabâchez tout ce qu’appendrait par cœur un lycéen de type terminal littéraire dans l’optique d’obtenir la mention a.bien à l’épreuve de philosophie de son baccalauréat. De son côté, j’ai l’impression qu’Esperluette revisite les Idées de Platon à la lumière des Textes reçus par Jean-Claude Pantel. Ceci dit, il est temps de passer à autre chose.

    Le 14 avril 2010 à 11:52, par Pollux

    Je vous demande d’arrêter d’embêter mon Castor .

    Le 16 avril 2010 à 21:51, par Esperluette

    Je me permets de répondre très succinctement à la question posée sur la récupération de Jésus (Jean-Claude Pantel erre depuis plus d’une semaine déjà dans les « Intermondes » et ne peut donc répondre…Ah mais non ! finalement, je viens d’apprendre qu’il en est sorti, mais bon il faut qu’il récupère). Bien. Dans son cas, et on insistera sur son cas, la récupération de Jésus est l’accès définitif pour ses Cellules principales à la Fulgurance Mimétique (Faire Corps) vécue par les Espèces Bio-luminescentes et Transparentes. Rappeler « qu’être récupéré » ne signifie pas toujours rejoindre les Races fluidoluminentes (précitées) - dès lors où d’innombrables Espaces Vides « s’intersticent » jusqu’à l’Etat d’Être intégral, - n’empêchent point d’insister sur ce fait patent que ce genre de Récupération (identique à celle vécue par Moïse, toujours après rupture) revient à évoluer au sein de l’Espace-Temps à travers un Etat de dématérialisation, ou de dégéométrisation (C’est idem). Relire encore ce que dit Jésus sur le corps, notamment par l’intermédiaire d’une de ses paraboles reprises dans l’introduction des personnages/bulles du Voyageur de l’Orage nommée par J-C.P.« PICTURALITE CELESTE » : « Ni le sang ni la chair n’entreront au royaume de Dieu » (Expression approximative citée de mémoire). Allez, au travail !

    Le 16 avril 2010 à 22:08, par Esperluette

    Je regarde en ce moment l’émission Thalassa qui parle de la « Peau qui pense », expression génialissime qui, à travers nos pâles notions d’homochromie , et ce, - par la pieuvre ou la sole ayant développé ces cellules nommées biologiquement « chromatophores », - renvoie à ce qui nous a été confié dans les Textes quant aux facultés d’adaptations afférentes à toutes les Espèces Semi-Géométrisés qui savent se fondre dans notre espace en (nous) voyant sans être vu, n’en déplaise au philosophe Berkeley. V. Hugo en parle dans « Les Travailleurs de la Mer », et j’en reparlerai.

    Le 16 mai 2010 à 12:19, par Neotrouve

    Bonjour Je constate que les messages des V.E.T n’apparaissent plus depuis un moment sur ce site ? Cela veut il dire qu’ils n’ont plus rien à dire ou bien que ces messages ne nous sont pas retransmis ? A t on déjà eut une telle période creuse dans la transmission des messages ? Le travail sur le Voyageur de l’Orage prend il trop de temps pour les mises à jour ? Merci de votre réponse. NT

    Le 17 mai 2010 à 15:35, par bertrand72

    A Neotrouve , le dernier message est de mars 2010…La cadence se ralentit… 2006 : 43 - 2007:31-2008:16 - 2009 : 10 …Je crois me rappeler qu’il y avait eu une longue période d’absence de messages de 1988 à 1992 . …L’interprétation de ladite cadence reste à l’appréciation de chacun .

    Le 19 mai 2010 à 09:11, par Pascuser

    Cette question n’a pas de rapport direct avec le texte, mais je cherchais à lire le tome 2 (sur les messages) du livre sur les V.E.T. de J.C. Pantel. Or les éditions Ramuel ayant disparu, impossible de se le procurer (rien trouvé en occasion). J’ai vu que les éditions JMG ont ré-édité son premier tome (l’initiation) qui replace le cadre de tous ses messages ; mais en donne peu.

    Question : savez-vous si les éditions JMG vont aussi ré-éditer le tome2 ? Sinon est-ce que tous les messages contenus dans ce tome 2 apparaissent sur ce site (pour savoir que je n’en ai pas raté…) ? Est-ce que tous les messages données par les V.E.T.(édités dans les deux livres ou pas) sont sur le site éventuellement ? Enfin, je connais un ami d’une amie chez qui irait J.C. Pantel si il venait faire une visite dans le Sud-Ouest…est-ce qu’il pense à une ballade dans ce coin là de la France un de ces jours (ça serait l’occasion de le voir !). Questions lancées à ceux qui le connaissent bien !

    Le 20 mai 2010 à 10:48, par Esperluette

    Tous les Textes sont disponibles sur le site Jantel.org. La totalité des rencontres vécues par J-C.P. est planifiée - dans le cadre de l’Équation perpétuée - par l’Organisation Magnifique, mais jamais sans l’aval de Karzenstein qui parfois s’oppose à cette dernière au vu de la gestion de l’équilibre psycho-physique de celui que certains ont nommé, non sans une certaine candeur : Son « chouchou ». L’OM oppose aussi quelquefois son véto à certaines rencontres par rapport à un Edaphisme trop véhément, tel que ce fut le cas pour la ville de Fréjus situé dans le Var (« Pédologie » à faciès volcanique). Si la rencontre doit avoir lieu, elle aura lieu. Comme pour un éventuel nouvel éditeur qui devrait reprendre le relais des éditions JMG si cela doit se faire.


  • Le 20 mai 2010 à 20:17, par Pascuser

    Merci à vous aussi pour votre réponse.

    Le 19 mai 2010 à 20:23, par bertrand72

    Etes-vous le « Pascuser » de Conspirovniscience ou celui qui s’était intéressé à Eric Julien ?

    Pour moi tous les textes sont sur ce site ..un tome 3 est en cours…Jean-Claude est trés discret sur ces déplacements .

    Le 20 mai 2010 à 20:16, par Pascuser

    Oui, le même en effet ! Merci pour vos informations. Peut être aurai-je l’occasion un jour de trouver un exemplaire (rare) du tome 2 puisque les éditions Ramuel n’existent plus (ils ont mis la clef sous la porte selon le registre des sociétés) ; donc il n’y aura jamais de ré-édition de leur côté ! Le tome 3 a quel type de contenu ?

    Le 20 mai 2010 à 07:09, par Isabella

    A Pascuser. Pour ce qui concerne le livre de JCP, j’ai prêté le tome 2 des VET qui à ma connaissance n’a pas été réédité chez Ramuel. Il serait bien de savoir si les éditions JMG l’ont réédité ou s’ils comptent le faire, surtout que le tome 3 est, à ce que j’ai cru comprendre, bien avancé. Pour ce qui est des messages, je suis à peu près certaine que ceux qui sont dans les 2 premiers tomes sont sur Jantel.org, mais ça, seuls les proches de JCP pourraient l’affirmer. Bonne journée.


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0