Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Textes connexes et commentaires divers / Chansons / Hommage à Jean Ferrat
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

Hommage à Jean Ferrat

D 16 mars 2010     H 13:06     A Jean Claude Pantel     C 2 messages


> la partition de la chanson en portfolio ci-dessous

  Esperluette, puis Régis m’ont fait savoir que Rock en Bol avait suggéré que j’écrive une chanson en hommage au chanteur Jean Ferrat qui vient de rejoindre  les états de suspens  [1]. Il faut savoir qu’au tout début des années 1980, j’avais composé cette « chanson-hommage » au même titre que Pierre Perret avait écrit sur Jacques Brel, Didier Barbelivien et Romain Didier sur Léo Ferré, comme Georges Moustaki et Jean Ferrat l’avaient également fait pour Georges Brassens.

Les V.E.T. ont souvent demandé de considérer davantage une œuvre que son auteur dans la mesure où l’œuvre - en tant qu’ élément à intercepter - se veut toujours antérieure à la réalisation qu’en fait l’artiste. A ce propos, nous pouvons nous reporter à l’entretien du mois de novembre 2007 au cours duquel Jigor intervient, suite à une inversion inadéquate que je venais de commettre :

Jantel : Puis-je me permettre, Jigor, de vous prier de m’indiquer, une fois encore, une situation précise, et si possible récente, où j’ai failli en la matière ?

Jigor : Par exemple, en ne respectant pas l’ordre établi entre les noumènes vivre et être vécu. Nous avons pu dernièrement vous ouïr entériner la pseudo-démonstration selon laquelle un artiste vit une œuvre, alors que de par la disposition initiale de la chose, c’est l’œuvre qui vit l’artiste.

Jantel : Ne peut-on pas convenir qu’il y a là « interaction » ?

Jigor : Certes, mais avec ce délai mentionné précédemment qui ne peut vous échapper, sachant qu’intercepter nécessite que « l’interceptable » existe et se manifeste donc à l’extrasensoriel pour ce qui a trait à l’agissement - en le cas précis l’interception -, puis le sensoriel par lequel l’acte se trouve conduit à résoudre ledit agissement.

Ce petit rappel effectué, je reviens à l’hommage au chanteur disparu et à la façon de procéder employée pour rendre ledit hommage. Privilégiant donc l’œuvre (sans savoir que j’étais alors dans  la justesse par rapport au message des V.E.T), je me suis servi d’une grande quantité de titres ou de passages des chansons de Jean Ferrat.

Je vais donc vous transmettre le texte de ma chanson en deux exemplaires. L’un où les titres et passages précités seront positionnés entre parenthèses à l’endroit correspondant, et l’autre où figureront purement et simplement les paroles telles qu’elles ont été rédigées initialement.

Avant de me livrer à ce travail de « recopiage », je tiens à préciser que la chanson ne fait pas l’objet (pour l’instant) d’une orchestration définitive. La chose se fera après le travail musical restant à accomplir sur le Voyageur de l’Orage.

Bonne lecture et cordiales pensées.
 Jean-Claude Pantel.

 


A FERRAT


Ils sont bien des milliers, ils sont bien vingt et cent (Nuit et brouillard)
Qui ne t’écoutent pas que pour passer le temps (Je ne chante pas pour passer le temps)
En ta France (Ma France) qui est leur entre mer (Raconte-moi la mer) et montagne (La montagne)
Ils rêvent de l’Afrique (A moi l’Afrique), ils deviennent tziganes (Les derniers tziganes)
Peintre, maçon (Si j’étais peintre ou maçon), poète (Les poètes) au fil de tes chansons 
De tout ce que tu aimes (Tout ce que j’aime) ont vêtu leurs saisons (Les saisons)…

Jetant bas l’interdit depuis que « le voyage »
T’immisça parmi eux jusqu’au bout de leur âge
(Au bout de mon âge)
Ton air de liberté (Un air de liberté) sera leur état d’âme (Etat d’âme)
Le touriste parti (Les touristes partis) l’étrangère qui se pâme (Les belles étrangères)
L’adresse du bonheur (L’adresse du bonheur) ensemble chercheront :
Ils savent désormais qui a toujours raison (Le poète a toujours raison)…

Et moi le cheval fou (Comme un cheval fou dans un grand magasin), révolté en déroute
Moi qui toute doctrine passe au crible du doute
Moi qu’on dit orphelin de toutes les tendances
Qui remets en question toute idée en partance
Je reste du combat qui ferait homme l’homme
Et je croque l’amour comme la rouge pomme (Un jour futur)
Me demandant chaque fois que monte ta voix
Si ce n’est pas toujours pour la première fois (C’est toujours la première fois)…

Et Boris (Pauvre Boris) et Lorca (Federico Garcia Lorca) Desnos (Robert le diable) et Picasso (Picasso colombe)
Se font guérilleros (Les guérilleros) et vont donner l’assaut
A ce monde en délire qui vacille et s’affaisse
En ligue en procession (En groupe, en ligue, en procession), souffle de la jeunesse (La jeunesse)
La commune (La commune) s’éveille de bureau (Le bureau) en usine (Ma môme)
Ce bateau qui chavire, n’est-ce point Potemkine (Potemkine) ?

N’en déplaise à tous ceux qui récusent et abhorrent
La chanson engagée qui leur donne remords
Sans elle y aurait-il (Y aurait-il) matière à espérance ?
L’art ne défie les siècles qu’éclos en la souffrance
Du jardin qui se meurt (Le petit jardin) aux fils de Maria (Maria)
Il devient « le futur », ce qui nous survivra…

Et pour clore le bilan (Le bilan) il suffit qu’Aragon
Vienne dire d’aimer à perdre la raison (Aimer à perdre la raison)
Que Paris an 2000 (Paris an 2000) fasse sous son béton
Rebattre un peu son cœur et ouvre ses prisons (Hourrah)
De sorte que le temps qu’on ne voit pas passer (On ne voit pas le temps passer)
Dise c’est beau la vie (C’est beau la vie) chante les cerisiers (Les cerisiers)
Afin que sous le ciel, ô suprême merveille,
Nous soit donné de voir … deux enfants au soleil (Deux enfants au soleil) !

 


A FERRAT


  Ils sont bien des milliers, ils sont bien vingt et cent
 Qui ne t’écoutent pas que pour passer le temps,
 En ta France qui est leur entre mer et montagne,
 Ils rêvent de l’Afrique, ils deviennent tziganes,
 Peintre, maçon, poète, au gré de tes chansons,
 De tout ce que tu aimes ont vêtu leurs saisons…

 Jetant bas l’interdit depuis que « le voyage »
 T’immisça parmi eux, jusqu’au bout de leur âge,
 Ton air de liberté sera leur état d’âme,
 Le touriste parti, l’étrangère qui se pâme,
 L’adresse du bonheur, ensemble chercheront,
 Ils savent désormais « qui » a toujours raison…

Et moi le cheval fou, révolté en déroute,
Moi qui toute doctrine passe au crible du doute,
Moi qu’on dit orphelin de toutes les tendances,
Qui remets en question toute idée en partance,
Je reste du combat qui ferait homme l’homme
Et je croque l’amour comme la rouge pomme,
Me demandant chaque fois que monte ta voix
Si ce n’est pas toujours pour la première fois…

 Et Boris et Lorca, Desnos et Picasso
 Se font guérilleros et vont donner l’assaut
 A ce monde en délire qui vacille et s’affaisse,
 En ligue, en procession, souffle de la jeunesse :
 La commune s’éveille de bureau en usine,
 Ce bateau qui chavire, n’est-ce point Potemkine ?

 N’en déplaise à tous ceux qui récusent et abhorrent
 La « chanson engagée » qui leur donne remords,
 Sans elle, y aurait-il matière à espérance ?
 L’art ne défie les siècles qu’éclos en la souffrance :
 Du jardin qui se meurt aux fils de Maria,
 Il devient « le futur », ce qui nous survivra…

Et pour clore le bilan, il suffit qu’Aragon
Vienne dire d’aimer à perdre la raison,
Que Paris an 2000 fasse, sous son béton,
Rebattre un peu son cœur et ouvre ses prisons
De sorte que le temps - qu’on ne voit pas passer -
Dise c’est beau la vie, chante les cerisiers,
Afin que sous le ciel, ô suprême merveille,
Nous soit donné de voir… deux enfants au soleil !..

     

Portfolio

Notes

[1JCP s’est mis au travail dès la fin du contact téléphonique et a fait remarquer à Régis, à la fin de la relecture, qu’ici s’exprime la loi de l’oscillationnisme - En effet, Jean Ferrat était interdit de radio et de télé, décrié un peu partout et, pour ses obsèques, qui ont lieu à 14h30 ce jour, on notera la présence du ministre de la culture et un hommage national…..

 

Mots-Clefs

2 Messages

  • Le 16 mars 2010 à 14:03, par bertrand72

    Pour chipoter , ce n’est pas Rock en Bol qui a suggéré la chanson , mais sa compagne.Rendons à César….Encore merci à Esperluette sans oublier Pantelix notre barde -célèbre inconnu- qui gagne à l’être.

    Le 16 mars 2010 à 14:11, par Rock en bol

    Merci infiniment Esperluette, Régis et Yoyo, qui faites de ce site un refuge pour la culture. Ca va à contre courant de tout cette médiocrité que nous impose cette société de + en + décadente. Bien sûr merci aussi à Jcp qui a trouvé la force d’écrire de si belles choses à l’époque alors que rien n’était facile pour lui avec l’histoire qu’il vivait. On a lu « à Ferrat » d’une traite mais on va le relire calmement avec la discographie de Ferrat à portée de main. J’espère qu’un jour Jcp pourra l’enregistrer avec ses amis musiciens. En tout cas, merci encore et à +.

    Le 16 mars 2010 à 16:58, par Isabella

    Avant, on se serait dit simplement que nous vivions dans un monde instable et hypocrite où l’on encensait le lendemain ce qu’on avait incendié la veille ou vice-versa. On ne voit pas les choses de la même façon aujourd’hui, enfin pas toujours. Ce qui pouvait paraître à nos yeux pour de l’hypocrisie ou de la versatilité a ses racines dans « l’oscillationnisme ». Ca aide à accepter ou du moins à se montrer + indulgent avec ces « émergences humorales » dont nous parlent les messages. Ce qui est sûr, c’est que je fais pour ma part des progrès en matière de chanson. Je vais me documenter sur Jean Ferrat et découvrir + complètement son œuvre grâce au gros travail de toutes les personnes qui assurent le maintien de Jantel.org. Merci et bonne fin de journée.

    Le 17 mars 2010 à 11:56

    Ca vibre de transparence ! bien intercepté ;-) Merci pour Ferrat : verbe d’un futur au passé simple

    Le 17 mars 2010 à 20:48, par Rock en bol

    Chapeau bas Jcp, ça nous a permis de bien réviser l’œuvre de Jean Ferrat. Vous-même ou un de vos proches (Régis, Yoyo, Esperluette ou général Ganteaume) pourrait-il nous dire si Jean Ferrat a eu connaissance de cet hommage qui daterait d’une trentaine d’années ? Simple curiosité mais ça doit être émouvant de recevoir de son vivant un tel hommage. Merci de répondre. A +.

    Le 18 mars 2010 à 08:13, par Esperluette

    Jean Ferrat - ou son secrétaire - a bien reçu la chanson Hommage A FERRAT mais n’a jamais fait suite à cet envoi…A ROCK EN BOL : Vous qui êtes musicien, si l’idée vous intéresse, je peux envoyer la partition de la chanson au site Jantel.org pour que vous puissiez la freudonner chez vous avec un instrument (Vous jouez de la guitare ?). Je demande la permission à Jean-Claude et hop ! c’est dans la poche. Qu’en pensez-vous ?

    Le 22 mars 2010 à 09:58, par Régis

    JCP est d’accord

    Le 17 mars 2010 à 22:52, par bertrand72

    Jean-Claude avait écrit à Jean FERRAT pour obtenir son autorisation par rapport à la SACEM mais le courrier est revenu , donc on peut penser que Jean FERRAT n’a pas lu le texte. La musique existe mais n’est pas enregistrée, nous en avons parlé ce jour.

    Le 22 mars 2010 à 10:01, par Régis

    JCP a préparé une réponse explicative à ce questionnement - j’attends la relecture avec lui pour le faire parvenir

    Le 18 mars 2010 à 14:52, par Rock en bol

    Merci à Esperluette et Bertrand de nous donner ces précieux renseignements. Je déplore que ce grand artiste n’ait pu lire cet hommage qui lui était destiné. Pour ce qui concerne la partition, je suis d’accord si vous voulez la faire passer sur le site, bien que je ne me sente plus beaucoup la force de chanter. Mais j’ai des amis musiciens que ça intéressera puisque ce sont eux qui m’ont fait passer les enregistrements des extraits du vdo. De + je ne désespère pas que Jcp décide de l’enregistrer un de ces 4 matins, quand il en aura fini avec son vdo, il le dit lui-même dans son courrier. A +.

    Le 19 mars 2010 à 16:37, par Isabella

    Nous avons recueilli une liste de près de 200 chansons de Jean Ferrat sur internet, et parmi elles plusieurs titres que JCP a mis dans son hommage. Par contre, après une première investigation on peut dire que beaucoup de ces chansons ne sont pas dans le commerce, enfin pour le moment. Nous avons trouvé un coffret de 3 CD (édité en 2009) et nous allons les écouter avec attention et 30 ans de retard par rapport à JCP pour ce qui me concerne, mais comme de toutes façons j’aurais été incapable d’écrire un hommage, ce n’est pas trop gave. Bon week-end.

    Le 22 mars 2010 à 11:19, par Rock en bol

    J’ai lu les commentaires de Castor et je dois dire que je n’arrive pas à comprendre pourquoi il voudrait que Jantel arrive à connaître la notoriété. Est-ce que ça nous empêche à nous qui nous parlons sur Jantel.org d’accéder aux chansons qui l’ont inspiré et aux messages qu’il reçoit ? De +, on voit bien et là je parle de chansons puisque c’est ce que je connais le mieux que tous ceux qui ont eu quelque chose à dire dans ce domaine se sont retirés de la vie publique à un moment ou à un autre (Brassens, Brel, Ferré, Ferrat etc.). Jcp au moins n’aura pas eu à se retirer, il l’a été dès l’origine et ça n’a pas empêché, je le répète, qu’on accède aux écrits des VET ni aux siens. Qu’est-ce que l’homme a tiré des écrits comme la Bible ou des philosophes anciens ? Qu’a-t-il appliqué concrètement ? Non, je crois qu’on doit étudier tout ça et attendre que la vie nous impose des épreuves pour mettre en pratique ce qu’on apprend intellectuellement. Je parle en connaissance de cause et je pense que chacun d’entre nous a son lot d’épreuves. L’expérience me fait dire qu’on apprend, on retient, on pratique et on comprend, c’est ça la finalité de la leçon. Le site est ouvert à tous, rien ne nous interdit d’en parler autour de nous, ensuite les gens font ce qu’ils ont à faire, c’est le principe de « réverbération » qui décide. On n’est pas beaucoup à s’exprimer sur le site et ça a déjà dégagé plein de polémiques, même à propos du vdo, on l’a vu il n’y a pas bien longtemps avec ce que nous a dit Esperluette. Alors vous imaginez si ça débordait dans notre société ultra-médiatisée ! Je suis sûr que Jcp sait tout ça, d’ailleurs mes amis provençaux qui le connaissent ne disent pas autre chose. Peut-être qu’un jour l’œuvre de Jcp sera connue à titre posthume et là encore je suis sûr que ça créera des divisions. Les messages disent bien qu’on n’a pas de pensée unitaire. Croyez-moi, ça ne changera pas du jour au lendemain. Restons réservés dans nos points de vue, ça fait partie de l’humilité dont ont besoin nos egos. S’il y a des internautes qui ont quelque chose à dire sur les chansons de Jcp, je me ferai un plaisir de dommuniquer avec eux et là c’est mon ego qui parle. A +.

    Le 22 mars 2010 à 23:24, par Castor

    La notoriété est nécessaire ; c’est certain que si vous vous renfermez sur vous-mêmes vous éviterez les polémiques mais vous resterez dans votre cercle fermé. C’est facile de dire que Jean-Claude n’aura pas eu à se retirer. C’est comme si je disais que sachant que je suis le plus grand philosophe je n’ai pas besoin de passer l’agrégation de philosophie, d’enseigner, de publier des livres, faire des conférences etc. puisque je suis déjà le plus grand philosophe. Pour être reconnu à sa juste valeur il faut faire ses preuves.

    Le 23 mars 2010 à 14:06, par bertrand72

    Castor connaissez-vous le philosophe inconnu ? C’est lui qui s’appelait ansi (1743.1803) Est-ce que cela change quoi que ce soit à quoi que ce soit ?Sans doute que ceux qui ont a le connaitre le connaisse c’est ma philosophie , elle vaut ce qu’elle vaut.Je connais des amis qui ont entendu les voix de Jean-Claude ils ont eu droit à la soit disante ventriloquie de J.C. Je comprends qu’ils se taisent , quant aux témoignages de ceux qui ne sont plus de ce monde (Guieu,Jankis ;Bidault etc)… A l’heure actuelle les proches de J.C entendent les entités et ils ne sont pas prêts de témoigner et ils ont bien raison.J’en ai entendu avec le portable de J.C , mais vous me direz que c’était enregistré..Lorsque Mr Jean-Pierre Petit avait reçu les lettres des Ummistes ,il ne s’est pas posé la question de la véracité des courriers mais il a étudié fort intelligemment le contenu,le fond scientifique .Yoyo a bien compris cela et il faut l’en remercier.Au boulot !

    Le 24 mars 2010 à 15:32, par Castor

    Non monsieur je ne connais pas le philosophe inconnu, mais si vous le connaissez c’est qu’il n’est pas si inconnu que cela, il n’est alors que le philosophe anonyme. Effectivement cela ne change pas grand chose, ce qui compte c’est son œuvre et ce qu’il a fait. L’important c’est que quand on a quelque chose à dire on le dit. Votre philosophie (ceux qui ont à le connaître le connaisse) n’est malheureusement pas ma philosophie, sorte d’élitisme où seuls ceux qui méritent de le connaître parce qu’ils sont des élus, le connaisse. Pourquoi tant de mystère autour de ceux qui entendent les voix ? Pourquoi ont-ils raison de ne pas en témoigner ?

    Le 23 mars 2010 à 18:17, par Général Ganteaume

    Quand Jésus se vit les quatre membres cloués à une croix et que Socrate avala sa potion de ciguë, était-ce là fruit de notoriété publique ?

    Le 24 mars 2010 à 15:22, par Castor

    S’ils sont morts ainsi c’est justement en raison de leur action publique. Et on ne peut résumer leurs pensées, leurs vies, leurs notoriétés au fait qu’ils ont été condamnés à mort. Ils devaient penser que mourir pour leurs idées était la plus belle preuve pour plaider en faveur de leur cause, de la vérité de leurs idées (« la mort n’est rien ») et devenir populaire en devenant martyrs ? Ou au moins alors ils ne souciaient pas de ce qu’il pouvait leur arriver. Socrate pouvait fuir de sa prison, réclamer une peine modérée (l’exil), au lieu de provoquer ses juges. Et on pense que Jésus aurait utilisé Judas comme complice pour accomplir son destin. En tout cas ces personnages comme d’autres révolutionnaires ont oeuvré et se sont mis en danger. Aujourd’hui heureusement on peut œuvrer sans se mettre aussi gravement en péril même si certains se font sauter et tuent des innocents pour leurs idées, et je ne demande surtout pas que Jean-Claude se mette en danger ainsi lui ou ses « disciples ». Sans aller à ces extrêmités je voulais juste faire remarquer que je trouvais dommage que toute cette histoire qui dure depuis plus de quarante ans ! ait eu si peu de répercution alors qu’elle est si extraordianire et que Jean-Claude vive ainsi retiré, se mette à l’écart alors qu’il a vocation à faire évoluer les gens, à diffuser ses idées, ne serait-ce qu’au niveau artistique. Je ne suis pas là du tout pour dénigrer (pour cela il faudrait que je puisse juger de la valeur de tout cela et je m’y refuse par incompétence ou impossibilité plus que par scepticisme) mais juste pour dire que je m’étonne que Jean-Claude refuse toute confrontation sous quelque forme que ce soit. Car il me semble, et sans doute pensez-vous la même chose (puisque vous montez un spectacle, créez un site, diffusez autour de vous les messages et les chansons, on l’a poussé à écrire des livres, faire une vidéo etc.) il me semble que Jean-Claude a beaucoup à apporter, à rendre. Je vois là une attitude contradictoire, soit il fait trop soit pas assez. S’il a décidé d’autoriser tout ceci et d’y participer qu’il s’engage complètement. J’ai l’impression qu’il fait les choses sans trop y croire, eu égard notamment au pessimisme des messages sinon je pense qu’il donnerait plus de sa personne car il semble généreux. Et je m’étonne de la dissymétrie entre ce qu’il reçoit et ce qui est rendu (non pas peut-être en terme de qualité mais en terme d’effectivité, d’ampleur du phénomène). Quelque chose de grand devrait déboucher sur quelque chose de grand. Mais peut-être suis-je trop impatient, à cause de l’urgence de la situation. Et je crains qu’à trop vouloir être discret on finisse par disparaître. L’avenir le dira. On juge un arbre à ses fruits, un homme à ses actes.

    Le 24 mars 2010 à 23:27, par (des)espéranto

    A Castor, … Rémy Chauvin, Mario Varvoglis, Jean Yves Casgha, Erik Pigani, Jean Pierre Petit, Didier Van Cauwelaert, Jacqueline Bousquet, Marie Thérèse de Brosses, Anne Carrière, Jean Michel Grandsire, Père François Brune, Jean Claude Camus, Marc Menant ont été approchés et informés du cas Pantel et aucun n’a réagi et poursuivi l’enquête, ni trouvant que peu de réel intérêt ; ceci signifie-t-il quelque chose ? De l’autre côté on trouve Bernard Bidault, Jimmy Guieu et Francis Gatti à mettre dans la balance des pour. A noter qu’ils sont tous reliés à Jimmy Guieu au titre de l’amitié et de la recherche en « paranormal ». Cela soulève un énorme pourquoi. En effet comment se fait-il que d’éminents chercheurs ne se soient pas investis davantage sur un sujet qui est une véritable bombe ? Il se pourrait que le dossier ne soit pas crédible ou qu’il est été mal présenté. L’avenir de ce site pourrait être la nouvelle présentation complète de cette aventure humaine pour l’ouverture (enfin) d’autres portes et perspectives.

    Le 25 mars 2010 à 07:49, par Yoyo

    = La pensée des Textes est « grecque » et reste fondamentalement non-chrétienne ou pré-chrétienne, « druidique » dirait Rassmunssen . Toutes les personnes venant du christianisme ou du spiritisme ne peuvent que le ressentir et s’en écarter car cela ne peut que les déranger, à première vue. Ils oublient l’origine, en bonne partie grecque, du christianisme paulinien. En plus, il faut une certaine culture pour comprendre les concepts utilisés qui sont fort cohérents et ultra-précis. Les philosophes n’ont pas forcément, non plus, la culture nécessaire pour le faire, car la philosophie est venue pour railler et s’opposer aux révélations des cultes à transe. Le daimon de Socrate est effacé par la logique d’Aristote.

    M. Pantel ne se pose pas en maître puisque ce sont des « voix » qui lui montrent la « voie ». Ce n’est pas son enseignement propre même s’il est très utile d’avoir ses commentaires, car qui connaît mieux l’affaire que lui ? Cela lui permet aussi de garder une distance critique, vraiment métaphysicienne. De plus, la « voie » est destinée à sa seule personne, pas pour qu’il convertisse quelqu’un. Pas moyen qu’il y ait des disciples, mais des miettes à récolter pour ceux qui arrivent à y comprendre quelque chose. Cela ne nous empêche pas de lui demander des éclaircissements ou des commentaires, qu’on « l’interroge » sans chercher la polémique !

    Nous sommes un peu dans la situation d’écouter ce qui se dit dans la table à côté quand nous nous trouvons au restaurant…

    Le 25 mars 2010 à 15:05, par Castor

    Quelques éléments d’interrogation à votre intervention : D’abord Aristote n’était-il pas grec ? Pour les philosophes il est bien connu que comprendre des concepts ne fait pas partie de leurs compétences…surtout quand ces concepts sont très précis et cohérents. Par ailleurs le daimon de Socrate (ce grand philosophe ô combien logique et rationnel) n’intervient pas dans sa philosophie. Enfin quelle distance critique Jean-Claude garde-t-il vis-à-vis des voix ? Par ailleurs les voix s’adressent certes à Jean-Claude en particulier mais dès août 1973 Karzenstein dit qu’on ne doit pas se sentir écartés de ce qui attend Jantel, donc nous sommes les uns les autres concernés par ce qu’il reçoit, or je ne me sens pas dans la même situation que si j’écoutais ce qui se passe à la table à côté dans un restaurant, où là je ne suis en principe pas concerné.

    Le 25 mars 2010 à 18:47, par Yoyo

    Ah, justement, si on ne tient pas compte du « daïmon » de Socrate, l’essentiel est absent dans sa compréhension, à mon avis. Le philosophe n’a pas alors les clés de sa compréhension. Aristote était, lui, le serviteur absolu des tyrans. Cela tient à sa logique. Ce n’est pas pour rien qu’il est devenu le philosophe quasi-officiel de l’Eglise catholique avec Thomas d’Aquin. Ici nous avons à faire à plusieurs « daïmons » inspirateurs. Ce serait intéressant, sur ce site, de développer une approche comparative des différents intervenants. Ceux qui sont considérés comme fluido-luminescents et les autres. Ce serait plus intéressant que de juger des capacités respectives de ceux qui écrivent dans ce forum…

    Le 25 mars 2010 à 22:12, par Castor

    Vous avez peut-être raison, peut-être faudrait-il réinterpréter le personnage de Socrate en accentuant le rôle de son daïmon, mais le problème avec Socrate c’est qu’il n’est pas accessible directement, n’ayant rien écrit. On sait bien que Socrate est un personnage bien complexe et mystérieux.

    Le 22 mars 2010 à 21:27, par Rock en bol

    Ma compagne m’a fait remarquer que d’un certain côté je suis en contradiction avec moi-même quand je reproche à Castor de vouloir que Jcp accède à la notoriété. Elle n’a pas tort mais ce n’est pas tant une notoriété « grand public » dont je veux parler pour Jcp mais simplement une juste reconnaissance par rapport à ses chansons. Evidemment, en prenant du recul, je me retrouve dans l’état d’esprit de celui qui sait que tout ça ne ferait qu’aboutir à des questions sur l’origine de ses compositions et on recommencerait ce qu’on a toujours fait dans ces cas où on ne peut pas expliquer le pourquoi et le comment des choses. Non, je suis sûr que tout ça est lié à l’équation perpétuée des VET et je suis tout à fait d’accord avec Esperluette quand il dit que rendre publique tout ce que Jcp nous donne aurait occasionné de sacrés problèmes. C’est même relaté dans les messages des VET. Il ne faut pas être + royalistes que le roi et comme l’a dit isabella, apportons quand on peut notre modeste contribution à l’œuvre, quand on voit que ça peut intéresser celui qu’on a en face. Si chacun de nous fait ça, ce sera déjà pas mal. A +.

    Le 23 mars 2010 à 11:30, par bertrand72

    L’évolution de la Conscience Energie est lente , c’est peutêtre voulu…mais si on a l’Eternité soyons patients et sages comme RockenBol que je salue trés amicalement ainsi que sa compagne . Les Initiés qui sément des graines ne font pas de bruit et pourtant elles pousseront et grandiront .Quant à l’humilité de l’égo !!!….Certains chamans quand ils se saluent disent « Je suis toi » et l’autre répond« Tu es moi » .

    Le 22 décembre 2010 à 20:30, par Anonyme

    Bonjour, Pouvez vous m’expliquer l’inversion qu’ à faite l’auteur avec les vers 1 et 4 ? Merci d’avance .

    Le 27 décembre 2010 à 17:53, par anonyme

    as tu des réponses a propos de cette question ?


  • Hommage à Jean-Claude PANTEL. (Certes Jean-Claude est encore « parmis nous » mais pourquoi faudrait-il attendre que les artistes nous quittent pour leur rendre hommage ?) :)

    J’ai redécouvert sur Youtube le compte musical : Émilie Jolie de Philippe Chatel. Je me suis souvenu que notre institutrice avait fait interpréter ce compte à ses élèves lors de la fête de fin d’année scolaire.

    Sans aucune prétention car n’ayant aucun talent d’écrivain et encore moins de compositeur, je me suis contenté de modifier les paroles de La Chanson de l’Extraterrestre. Je trouve que l’esprit de cette chanson correspond assez bien à « notre » personnage principal, amoureux de la Chanson, du Voyageur de l’Orage, « personnage quelque peu »hybride« (…) (dont) sa complexion l’autorise à »s’évaporer« aussi bizarrement qu’il apparaît… »  ;)

    Hommage à Jean-Claude PANTEL :

    Bonjour Paladin. Quel joli surnom. D’où est-ce que tu viens ? D’une autre dimension.

    Où est-ce que tu erres ? Sur la planète Terre ! Tu n’es pas d’ici ?

    Oui ma dimension Englobe celle-ci, Par dessus l’horizon De ton mode de vision.

    Mais quel est ton nom ? Jean-Claude Pantel D’une autr’ dimension ? Un Monde parallèle !

    Où est-ce que tu erres ? Sur la planète Terre ! Tu n’es pas d’ici ?

    Oui ma dimension Englobe celle-ci, Par dessus l’horizon De ton mode de vision.

    Je suis un fils du solfège Je monte la gamme et je redescends Dans mes poches il y a des bémols des dièses Des temps et des contretemps Et je suis marié A une portée Noir sur blanc qu’elle est jolie Son prénom c’est symphonie

    Qu’est-ce que vous y faites ? On veille sur vos têtes ! Ah c’est fantastique ! Et toujours en musique !

    Ça doit être ingrat ! On est là pour ça ! Ton Monde est ici !

    Oui notre dimension Englobe celle-ci, Par dessus l’horizon De votre mode de vision.

    Mais quel est ton nom ? Jean-Claude Pantel Partons tous les deux ! Dans ma dimension ? Oui, je l’ veux !

    Je t’emmènerai un jour si tu veux pour l’instant travaille à « t’ouvrir les yeux »

    Je suis un fils du solfège Je monte la gamme et je redescends Dans mes poches il y a des bémols des dièses Des temps et des contretemps Géométrisés Je dois m’en aller Symphonie m’attend là-haut Avec DO RE MI FA SOL LA SI DO

    Avec l’air en tête, c’est plus facile : https://www.youtube.com/watch?v=ybR…  :)


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0