Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Chronologie des « Textes » / Année 2010 / 31 mai 2010
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

31 mai 2010

D 31 mai 2010     H 18:37     A JIGOR / JADOPHER / JANTEL     C 3 messages


 

JANTEL :
Je souhaiterais revenir un petit peu sur ce fameux principe de répartition, et, notamment, sur ce qu’avait énoncé Magloow quant à une répartition du principe : point qui demeure, malgré tout, obscur pour notre entendement… [1]

JIGOR :
Il convient - prioritairement - de ne jamais omettre d’apprécier que, de  désuperposition  en  démultiplication , ce sont  les flux   dérivés des  faisceaux tubulaires  issus du  réverbérationnisme initial  qui, en poursuivant leur course, provoquent de-ci de-là - au gré de leur percussion -, des rassemblements cellulaires ou existences.
Ensuite, ne manquez pas d’exercer votre souvenance sur le fait que ces amalgames se particularisent en tant que spécifismes, lesquels les déterminent, entre éclosion et rupture, à assumer une fonctionnalité les pourvoyant à agir et réagir diversement.

JANTEL :
Diversement, soit, mais nous pouvons cependant dire « en harmonie », selon ce que vous nous avez enseigné jusqu’alors…

JIGOR :
A l’instar de tout ce qui se trouve existentialisé, Jantel, et du fait voué à être vécu par « l’interdépendance fonctionnelle » liée à ce que nous vous engageons à nommer les pré-potentialités du polymorphisme post-originel, état initial de localisation

JANTEL :
Que faut-il entendre par état initial de localisation ?

JIGOR :
« La situabilité » de l’existant, sans plus… Toutefois, c’est en cette phase du « déploiement » de  l’Ordre implié  que se révèle efficiemment le produit du mouvement destiné à agencer la Loi des Echanges, laquelle se désuperpose et se démultiplie, devenant - entre autres - le principe de répartition.

JANTEL :
Oui, bien sûr, nous pouvons déduire que la répartition du principe n’est que désuperposition et démultiplication de l’agencement, mais, quitte à me répéter, je ne puis cacher qu’en notre cogito, persiste toujours ce « sentiment inné » qui oppose justice et justesse

JIGOR :
Cela tient pour raison que vous conservez fâcheusement cette tendance à oublier que « la diversité » en question ne se confine pas seulement à ce que vous discernez consciemment. Concevez sans ambages que votre conceptualisation des choses - en le discernement dont elle découle -, privilégie  la géométrisation

JANTEL :
Pourtant, nous sommes capables de ressentir, d’intercepter

JIGOR :
La continuité vous fait défaut en la matière, ne l’oubliez pas ! Sur ce plan précis, les phases actives de cet état de choses demeurent, chez vous, axées sur la séquentialisation,  l’Alternance Osmotique  vous vit en fonction de l’échange spasmodique auquel votre espèce se trouve vouée. Cela remonte à la fissiparité dont elle figure le fruit, et plus précisément, de l’instant où se dévoila le conséquent « délai » s’observant entre  le reçu  et  la conscience de recevoir .

JANTEL :
Oui, l’amenuisement de l’extrasensoriel au profit du sensoriel

JIGOR :
Ainsi, négligez-vous régulièrement de songer qu’en plan décalé de ce que  la géométrisation  vous donne à situer, « cohabitent » également des  ambiants . [2]
Engendrés - tel que vous le savez - par  les flux , ces  ambiants  « organisent » leur existence au gré de ces fameux  quatriadismes (conjoncturel / circonstanciel / stuationnel / événementiel) [

3

] auxquels vous prêtez davantage attention aujourd’hui.

JANTEL :
Pourriez-vous vous attarder un peu sur ce point, nous donner quelques détails susceptibles de nous mener plus loin dans notre perception de la chose ?

JIGOR :
Eh bien, au gré de  l’existentialisation  qu’ils induisent initialement, suite à leurs percussions,  les flux  - selon  le mode ondulatoire  qui les détermine -, poursuivent leur trajectoire en  se périphérisant  de manière concentrique.
Il s’agit là d’un des aspects de ce que vous savez représenter  le désuperpositionnel post-originel . En vertu du  principe de réverbération  demeurant inclus dans  l’informationnel  de ce qui se trouve existentialisé, cette périphérisation procède ainsi à cette éclosion d’ ambiants , lesquels, répétons-le, vont procéder à agencer  les quatriadismes  propres à générer ce qui va représenter toute qualité des choses à vivre. Assimilez cela au  mécanisme d’évolution  : processus élaborant la fonctionnalité du « tout révélé ».
Après rupture, la perpétuation de la chose procède à « la récupération » des éléments devant se maintenir dans les diverses aires propres à élaborer les strates du  suspensif , avant de réinstaller les dits éléments dans ce qui figure  l’ordonnancement des cycliques successifs .

JANTEL :
Oui, ce qui - je suppose - correspond à la fameuse équation perpétuée à laquelle Magloow avait fait allusion à propos du « tout existant »…

JIGOR :
De la sorte, il doit vous être plus aisé de concevoir que  les flux  procèdent à accommoder des « ensembles » qu’ils maintiennent en  capacité actionnelle  au moyen d’un processus s’auto-organisant [3] selon « l’effet de réciprocité » des spécifismes en présence, et bien sûr en fonction de leur durabilité dans le dimensionnel avéré…

JADÖPHER : :
Mouvement que vous relatez d’ailleurs fort convenablement dans « le texte musicalisé » que vous composâtes sur  la Pensée  [4]

JIGOR :
Ne perdez pas de vue que ce « mécanisme » se voulant de teneur  spiralienne  - de par  le tournoiement frictionnel  évoqué lors d’un entretien que vous eûtes avec Karzenstein [5] -, autorise à considérer que l’exercice accompli par ces « ensembles » aboutit à ce que vous assimilerez à une « orbitalisation » au cours de laquelle les éléments du  polymorphisme post-originel  se retrouvent ponctuellement face à face, en vertu de ce que propose le principe de réverbération, au fil de sa  désuperposition .

JANTEL :
Ce sont donc  les ambiants  qui procèdent à la répartition du principe ?

JIGOR :
Toujours en adéquation avec ce que dispose « le déploiement » de  l’Ordre implié  de  désuperposition en démultiplication , avant que ne s’ensuivent les « sous-mouvements » de  périphérisation  et de  parallélisation  procédant aux différentes phases réverbératives

JADÖPHER : :
Que vous apprécierez en tant que  collatéralité active  ou encore en tant qu’ influence mimétique 

JIGOR :
Et qui, après rupture, s’adonneront à  l’élaboration du suspensif  nécessaire aux  récurrences réadaptatrices .

JANTEL :
 Récurrences réadaptatrices , dont je suppose que fait partie l’omniprésente  intelligence événementielle 

JIGOR :
Absolument, Jantel. Ce qui doit vous faire mieux entendre ce que représentent qualité des choses à vivre et qualité des choses vécues, et comment, du fait, est appelée à s’intégrer la valeur de remplacement en toutes choses  dont vous avait concisément fait part Rasmunssen.

JADÖPHER : :
Elément que vous commençâtes à traiter par la suite, lors de la rédaction de votre ouvrage, et à observer en franche régularité dans le déroulement de ce que vous nommez votre « quotidien ».

JANTEL :
Le fait de parvenir plus ou moins à délaisser cette image - permanente chez nous - de  la géométrisation  induit que le principe de répartition, et donc la répartition du principe, ne tiennent pas compte de « la quantité à répartir ». Pourtant, Karzenstein et Rasmunssen, en 1983, firent état d’une  quantité viable .
Comment concevoir alors un peu plus concrètement ce concept ?

JIGOR :
 Quantité viable  et  densité viable   « appartiennent » à la Mue constitutionnelle. La Loi des Echanges qui - en sa qualité de  législation universelle  - « fonctionnalise » le produit de cette procréation permanente, régule  quantifiable  et  densifiable .
Ce « processus de coordination » se révèle en l’astatisme que ladite Loi dispose au gré du « déploiement » de  l’Ordre implié  et de sa ponctuelle récursivité.

JADÖPHER : :
Comme il est logique de le déduire, suite à ce que nous venons d’énoncer, l’équilibre - de quelque nature se révèle-t-il - est inclus dans  le mouvement initial .

JIGOR :
Ainsi, vous souviendrez-vous occurrentiellement que la totalité des systèmes stellaires se trouve dotée d’un apoptosisme pour ce qui a trait à sa rupture, et d’un processus auto-correcteur durant l’intégralité de son existence.

JANTEL :
On peut affirmer qu’il n’y a pas de place pour « l’imprévu »…

JIGOR :
Mais, nous pouvons aussi déclarer qu’il y en a pour « l’imprévisible », Jantel… Ne l’avez-vous pas vous même conclu dans l’une de vos œuvres musico-verbales ?

JANTEL :
C’est exact, dans « Enfants de mai 68 », mais je pense que ma conclusion reste très « désuperposée »…

JIGOR :
Non point au stade de stratification dans lequel vous la concevez, Jantel. Précisons, en l’occurrence, que votre œuvre fait tout uniment état d’une équation perpétuée.

JANTEL :
Il y a beaucoup à dire sur ce qui définit une équation perpétuée, peut-être pourrions-nous aborder ici - plus en détail - ce que ce syntagme recouvre…

JIGOR :
Nous y reviendrons en temps choisi, en présence de Karzenstein, ainsi que cela fut déjà énoncé…
En la phase relationnelle présente, nous interromprons ici notre dialogue, non sans vous inviter à transmettre nos pensées de civilitude à ceux qui auront accès à nos dires…

 

Notes

[1Le principe de répartition date de mai 2007, mais le terme avait déjà été utilisé auparavant dans les Textes. Voir l’article : Principe de répartition - citations 

[2Dictionnaire - ambiant : du latin ambiens, entourant - se dit du milieu physique environnant et par extension du contexte moral, intellectuel, affectif… Ici, il s’agit pour nous de la « densité existentielle » qui conjoint un évènement à un cadre où il se déroule . Mais, un ambiant, s’il « s’exprime et s’imprime tout aussi bien sur un plan environnemental qu’événementiel », est à l’origine directement issu de « la Masse Ectoplasmique » comme « embryon du Temps Dimensionnel » (26-12-96)

[3Wikipédia : L’auto-organisation est un phénomène de mise en ordre croissant, et allant en sens inverse de l’augmentation de l’entropie ; au prix d’une dissipation d’énergie qui servira à maintenir cette structure. C’est une tendance, tant au niveau des processus physiques ou des organismes vivants, que des systèmes sociaux, à s’organiser d’eux-mêmes. 

[4Lire le texte de la chanson « La Pensée »

[523 juin 1999 - Karzenstein : Comprenez bien que le Temps n’apparaît « dimensionnel » qu’autant qu’il est loisible d’en enregistrer un exercice d’assemblage… C’est au fil de son déroulement et de la solidification progressive s’opérant au gré de l’excitation ondo-particulaire, des tournoiements frictionnels et autres émulsions précellulaires puis postcellulaires qu’il se révèle principe matérialisant avant de devenir le processus matériel dont le formationnel rend témoignage, en désuperposition comme en démultiplication…

 

Mots-Clefs

3 Messages

  • Le 7 juin 2010 à 21:18, par Rock en bol

    Depuis les 25 mai, on n’a + eu accès au forum. On a cru comprendre que le site avait été bombardé par des virus (attaques japonaises). Ce serait bien que Yoyo puisse nous en dire +, est-ce accidentel ou est-ce volontaire ? On espère que c’est accidentel mais on s’est dit aussi que certains pouvaient continuer à s’acharner à démolir ce qu’on échange sur Jantel.org. En tout cas, ça ne nous a pas empêché de lire les dialogues du VDO et on ne remerciera jamais assez tous ceux qui nous font ce cadeau, c’est superbe. On vient de découvrir aussi le dernier entretien du 31 mai et on sent qu’on va encore enrichir notre vocabulaire. On est déjà sûrs qu’il y aura des questions à poser, on va essayer de poser les bonnes après avoir relu tout ça. A+

    Le 8 juin 2010 à 08:42, par Yoyo

    Ce sont des attaques non-ciblées : des bandits cherchent à s’emparer d’un serveur pour inonder avec la planète de spams et, aussitôt fait, ils l’abandonnent, démoli… C’est la course entre les pirates et les mesures de protection. Le forum est un endroit particulièrement bombardé. J’ai déjà eu mon serveur hacké deux fois et cela m’occupe, chaque fois, plusieurs semaines pour reconstruire le tout, ayant une quarantaine de sites dessus. J’ai préféré, la dernière fois, changer même de nom de domaine en passant de jantel.com à jantel.org pour brouiller les pistes, mais cela n’a pas duré longtemps pour que le site jantel.org soit de nouveau tâté. De temps en temps, quand l’attaque sature le serveur, je suis obligé de fermer les fori des articles en attendant que ça se calme.

    Désolé, mais cela risque encore d’arriver.

    Le 8 juin 2010 à 10:12, par Esperluette

    Bonjour tout le monde ! Je passe juste pour vous annoncer que j’ai créé mon propre blog disponible disponible sur : http://jantel-esperluette.over-blog.com/

    Vous y trouverez des poèmes et autres commentaires sur Jean-Claude Pantel. N’y voyez là aucune forme de concurrence ou de rivalité malsaine avec le superbe site Jantel.org, mais uniquement le moyen de m’exprimer librement car Jean-Claude ne désirait pas responsabiliser Yoyo des propos (sorte de parti pris) qu’il m’incombait d’assumer en priorité. Pour le moment, le site est en chantier mais vous pourrez d’ores et déjà y lire un poème intitulé « AU BORD DES CHUTES DUNIE » qui se pose comme une ode à celui qui illustre parfaitement les dires rasmunsseniens lorsque Celui-ci se réfère à un Reçu vertigineux quant à sa canalisation pour le(s) réceptacle(s) concerné(s) (Par une Vocation Anthropocentrique)…

    Le 8 juin 2010 à 09:30, par Rock en bol

    Merci Yoyo pour vos explications. On vit quand même dans une drôle d’humanité, avec tout ce qui resterait à faire pour s’améliorer, il y en a qui continuent à détériorer ce qui pourrait nous aider à nous améliorer. C’est pathétique. Enfin il nous reste quand même de belles choses qu’on peut échanger de temps en temps, notamment sur Jantel.org. A +.

    Le 9 juin 2010 à 09:37, par Esperluette

    Je mets sur le site ce à quoi fait référence JIGOR lorsqu’il s’exprime ainsi, dans le Texte du 31 mai 2010 :

    (…)« Mais, nous pouvons aussi déclarer qu’il y en a pour »l’imprévisible« , Jantel… Ne l’avez-vous pas vous même conclu dans l’une de vos œuvres musico-verbales ? »

    et que JANTEL répond : C’est exact, dans « Enfants de mai 68 », mais je pense que ma conclusion reste très « désuperposée »… (…)

    Conclusion donc de « Enfants de mai 68 » :

    "Enfants de mai 68,

    D’Aujourd’hui et de Demain,

    Dessus « l’échiquier cosmique »

    Où se joue notre destin,

    « L’imprévisible », sans cesse,

    Manipule chaque pièce

    Et se rit de qui croit

    Que la vie est un choix…" (ad lib)

    Le 11 juin 2010 à 10:47, par Rock en bol

    L’entité Jigor a cité une chanson de JCP dans le dernier message à propos du mot « imprévisible » et Esperluette nous donne le passage qui correspond. A priori, le morceau « enfants de mai 1968 » est fini mais ne figure pas dans le VDO, au vu de la liste que nous avait passée à l’époque Pique feu. Sans que ce soit urgent, on vous serait reconnaissant, bien sûr si c’est possible de nous faire passer cette chanson sur Jantel.org. Vu la qualité de ce qui inspire JCP, ça doit valoir la peine d’ajouter ce morceau à ceux qu’on a déjà. Merci d’avance et à +.

    Le 9 juin 2010 à 11:23, par Esperluette

    Re-bonjour tout le monde ! Je réitère une demande antérieure qui a été postée sur Jantel.org auparavant et qui s’adressait à Bertrand 72. Vous seriez en possession d’un texte que Jean-Claude Pantel a rédigé au sujet de Zinédine Zidane, suite à sa participation inopinée à la dernière coup du monde de football en Allemagne 2006, lequel texte a été égaré soi-disant passant par certaines personnes côtoyant les bords de la méditerranée (Sans commentaire). Si vous le détenez encore, pourriez-vous me le poster à l’adresse e-mail suivante, s’il vous plaît : jantel-esperluette@gmx.fr

    Sinon, rien de grave, on s’en passera.

    En vous remerciant par avance, recevez mes cordiales pensées. ESPERLUETTE.

    Le 9 juin 2010 à 14:20, par bertrand72

    C’est un écrit du lundi 29 août 2005 à 20 h 18 , dont j’ai renvoyé une copie à Jean-Claude le dimanche 23 septembre 2007 . J’envoie ce jour une nouvelle copie à Jean-Claude et il en fera ce qu’il voudra … c’est son texte . Bien cordialement et bonne chance pour votre nouveau site .

    Le 9 juin 2010 à 07:50, par Isabella

    Ca fait plaisir de se retrouver. Le site sans forum donnait l’impression d’une ville fantôme, comme on peut en voir dans certains films, on peut la visiter mais on n’y croise personne. C’est délirant de voir que des personnes emploient leur temps à saboter ce que d’autres se donnent du mal à bâtir. Enfin tout est bien qui finit bien. Le dernier message est très intéressant. Comme les autres, il apporte des détails supplémentaires à ce qui a déjà été dit. On a aussi beaucoup aimé les dialogues du VDO et apparemment on n’est pas les seuls. Bonne journée.

    Le 9 juin 2010 à 11:05, par Rock en bol

    A ceux qui n’auraient pas eu la curiosité d’aller sur le blog d’esperluette, je conseillerais de le faire. Ca ajoute un + pour le domaine artistique que nous apprécions déjà sur Jantel.org. Bravo et à +.

    Le 10 juin 2010 à 16:15, par Isabella

    J’appartiens au groupe d’Isabella et je suis tout à fait d’accord avec ce qu’a fait remarquer Esperluette sur son site par rapport à la terre qui disparaitrait avant le soleil. On en a un exemple avec les autres planètes de notre système solaire qui, sans s’être encore météorisées ne présentent pas une grande activité. Pourtant, le soleil lui brille de 1000 feux, mais je crois que le problème des savants c’est de placer la terre au centre de l’univers. C’est en fait du nombrilisme puisqu’en parlant de terre, c’est à l’homme que ces messieurs pensent et c’est d’ailleurs pareil quand on nous parle de fin du monde, c’est de l’homme dont il est question. Après nous le déluge, n’est-ce pas la formule consacrée ?

    Le 11 juin 2010 à 18:37, par cheval fourbu

    « Plus enim erat amicos docere humilitatem, quam inimicis exprobrare veritatem. » Il était en effet plus important d’enseigner à ses amis l’humilité que de défier ses ennemis avec la vérité (Saint Augustin, Sermo 284)

    Le 11 juin 2010 à 21:33, par Isabella

    Quand Jésus passa devant Pilate, celui-ci lui demanda ce qu’il était venu faire et Jésus répondit « apporter la vérité ». Doit-on penser que Jésus manquait d’humilité ? Avec mes amis, on pense au contraire que « la vérité » doit nous mener à « l’humilité ». Ca reste un problème d’ego dont on pourrait débattre. Bonne soirée.

    Le 11 juin 2010 à 07:48, par Isabella

    Je pense que tous ceux qui viennent sur Jantel.org se sont rendus sur le blog fondé par Esperluette. Si ce n’est pas encore le cas, je le leur conseille, on y trouve de fort belles choses. Avec mes amis, on a particulièrement aimé le poème « au bord des chutes du génie ». On a relevé 3 fautes de frappe ou d’inattention au vers 41 « j’aperçus » prend un « s », au vers 50 « je me montrais sourd » idem, de même que « puits » au vers 75. Merci pour la qualité, il n’y a qu’à souhaiter à chacun d’entre nous d’être inspiré de cette manière par les VET. Bonne journée.

    Le 14 juin 2010 à 11:23, par Esperluette

    Chers amis de Jantel.org,

    Je tenais avant tout à remercier Bertrand 72 qui a su conserver en sa possession - Contrairement à d’autres qui l’ont lamentablement paumé ! - le Texte que J-C.P. a écrit à propos du retour inopiné dans l’équipe de France de Zinédine Zidane pour la mondial 2006 joué en Allemagne.

    J’aimerais aussi dire à Rock en Bol que je ne peux céder à sa demande d’envoyer au site Jantel.org les paroles de la chanson « Enfants de Mai 68 », bien que les possédant.

    En effet, quoique cela découle, chez mon insignifiante personne, autant que ce peut, d’une bonne intention, je ne veux plus interférer sur la champ d’action de jean-Claude Pantel, surtout que certaines personnes ont tout fait, en se mettant au milieu d’une situation dont ils ne maîtrisent ni les tenants ni les aboutissants, pour envenimer un relationnel humain qui n’avait vraiment pas besoin de cela pour s’abimer davantage, dans un positionnement déjà avancé de fin de Cyclique.

    Mais devrait-on s’en plaindre lorsque l’on sait pertinemment que nous traînerons, encore et encore, nos incompétences pour de multiples vies à venir, laissant soin au vocable « d’incapacitant », énoncé par Gigor, de venir à nouveau étiqueter notre âme, et ce, dès le prochain berceau ?

    Dans la même veine, Il me plairait de répondre à la question d’Isabella qui mettait en exergue un certain « hybris » ayant dû entacher l’ego de Jésus, s’il faut s’en tenir aux Evangiles qui fit dire à ce dernier qu’il n’était d’autres que…le fils du Verbe en personne (le Fils de l’Homme, le Fils de Dieu, etc.) alors qu’il n’en est rien.

    Si un certains manque d’humilité chez la personne de Moïse fut naguère pointé du doigt par Rasmunssen au cours du fameux Texte (dit) des 12 pages daté de 1988, il ne nous fut en revanche fournie aucunes informations allant dans ce sens quant à celui qui représente un de ses (tant) rares « Prochains Cellulaires » auxquels échut cette faramineuse qualité de chose à vivre que représente, aux yeux du Ciel tout du moins, une Vocation Anthropocentrique.

    N’omettons pas tout de même de rappeler que bien des conciles (Dont celui de Nicée qui est une honteuse abomination), apparus tardivement après la mort du Christ, se plurent à ajouter force détails sur sa biographie qui, tout en ternissant sa Vérité, ne faisait que mieux renforcer, chez ceux qui le mirent alors en place, les assises d’un dogme fermement scellé au plancher des vaches de nos (pseudo) valeurs millénaires ayant toujours su condamner irrémédiablement l’Autre pour le soi (L’Ipse).

    Hélas ! Une carence attestée d’éléments, et une cruelle aporie quant à une « quête » personnelle censée éclaircir la question, me forcent à abandonner momentanément le pourquoi du comment de ce qui aurait pu apparaître comme un manque de modestie chez ce personnage très haut en couleur, un manque de modestie qui, soi-disant passant, me laisse perplexe dans la mesure où je n’y crois pas trop…

    De toute manière Jésus fascine, fascinera comme il a fasciné, de tous temps, nombre incalculables « d’adeptes » attirés par la Dimension de la mystique (4e Dimension), sans que personne n’ait pu mettre en doute un seul instant l’essentialité de Don de sa vie offerte à ceux qui furent ses contemporains, et Jean-Claude Pantel lui-même, je pense, ne désapprouverait pas cet aveu, loin s’en faut.

    Mais chez les plus persévérants, ceux pour qui la question christique apparaîtrait comme fondamentale, lire le Texte de Juin 1978 Rasmunssen/ Virgins, disponible sur Jantel.org, me semble déjà une bonne entame de réflexion…

    Je conclurai cette intervention en remerciant tous ceux qui ont encouragé la création du blog « jantel-esperluette.over-blog.com ». Et pour celui qui s’est gentiment abonné à la news lecteur sur ce site, je m’excuse déjà du fait que mes grandes difficultés en informatique lui ont fait certainement recevoir des brouillons quasi illisibles (*) ! Mais on progresse doucement.


  • Sincèrement, Esperluette.

    (*) Il faut reconnaître quand même que le traitement de Texte de mon receveur Blog est absolument nul dans les publications qu’il propose (Passage brouillon—> version définitive totalement anarchique !).

    Le 16 juin 2010 à 11:37, par (des)espéranto

    (De)espéranto qui désespère en tout car au fil des lectures des intervenants de ce site nous avons constaté après les critiques et attaques, acerbes parfois, justifiées (nous semble-t-il) à d’autres moments qu’aujourdh’hui ce soit le cercle dit rapproché qui se délite. Suite au propos d’esperluette on comprend bien qu’il y aurait des divergences au sein du groupe de pensée ou de travail autour de pantel. Il y eut sur ce site des oppositions sur le VDO et l’usage qu’il faudrait en faire, sur les élèments à publier, sur les droits et copyright, les titres de propriétés. Au fil du déroulement du site on a compris aussi que certains avaient été acteurs pour partir ensuite (comédiens, techniciens, musiciens). Aujourd’hui on constate qu’esperluette ouvre sa propre maison. Est-ce qu’il voudrait faire sa propre cuisine, se sent-il missionné ? Se pense-t-il le bras armé de pantel et du message qu’il serait le seul à comprendre et à expliciter ? En fait que tout ce que l’on voudrait tenter serait parfaitement inutile puisque déjà déterminé dans l’ordre des choses. Esperluette, pique-feu hier, G.P sont-ils la même et unique personne ? Et JCpantel que dit-il de tout cela, rien car il semble se réfugier derrière les textes où il nous renvoit à chaque fois. Que fait-il et que dit-il de l’ici et maintenant quel est son rôle, ne pourrait-il être un levier « compréhensible » dans ce désordre global. Car où en sont réellement les projets annoncés… comédie musicale, 3e tome d’un livre hypothétique… tout cela nous semble « désespérant » de constater que certains se positionnent en pseudo acteur du « savoir » se délectant de compter les points en ne faisant rien d’autre, sous une fausse humilité et compassion, que de dire : « nous savons » tout cela est dû aux flux et autres tubicolismes… Vous êtes réellement DESESPERANTS, jantel y compris. Nous ne pensons pas que ces « entités » soient vérité. Là où elles nous surprennent c’est qu’elles sembleraient être informées par le « Père »… lui même désespiritualisé car « s’il avait aimé il n’aurait point créé l’univers »

    Le 18 juin 2010 à 13:56, par Esperluette

    Espéranto - qui n’espère plus rien j’ai l’impression - parle de « droits, de copyright, de titres de propriétés » pour le Voyageur de l’Orage.

    Rien de tout cela ne transparaît dans l’œuvre en question qui a coûté beaucoup d’efforts, de sacrifice, parfois beaucoup d’argent (engagé librement par apports personnels non contraits), pour, en échange, pas un sou à se mettre dans la poche de qui que ce soit. Personne ne détient de droits sur le VDO, le quasi bénévolat l’ayant porté sur ses épaules.

    Et même si des tensions sont apparues autour de la comédie musicale, on ne s’est tout même pas mis pour autant des coups de poings dans la figure que je sache !

    L’affaire suit de toute manière son cours (Le VDO comme le 3e tome du VET), et c’est une quête de très longue haleine qui exige une énorme patience. Pour ceux qui se verraient trop pressés, je les encourage vivement à relire le tome I et II, ils en ont vraiment besoin.

    En tout cas, la dernière intervention d’Espéranto, témoignant d’une anthropomorphisme époustouflant et malvenue pour une compréhension du « Phénomène Cosmique » (Tentant de stigmatiser un « Père dé-spiritualisé qui, s’il avait aimé, n’aurait pas créé l’Univers » !) mérite un droit de réponse qui ne tardera pas à venir.

    Le 14 juin 2010 à 10:54, par Rock en bol

    Je conseillerais de se rendre sur le blog d’Esperluette qui nous fait don de bien beaux poèmes. Pour ma part, j’apprécie beaucoup « montée au calvaire ». Merci et à +.

    Le 15 juin 2010 à 07:42, par Isabella

    A Esperluette. Je partage en très grande partie votre opinion sur tout ce qu’on a brodé sur Jésus. Je suis croyante, comme je l’ai déjà dit, mais j’ai aussi fait un tri dans tout ce qui n’est en fait que les écrits des hommes. L’enseignement, effectué à l’époque de bouche à oreille, a été transformé et parfois de façon insidieuse dans le seul but de constituer un pouvoir. Avec mes amis, je pense que les hommes se servent du « verbe » comme ça les arrange. Il nous faut lire entre les lignes. Il existe un message de 1979 où Karzenstein dit « la chose est en la chose, le reste est légende ». Cette phrase ne concerne pas du tout la religion mais peut s’appliquer sur beaucoup de situations dans lesquelles on se retrouve.Bonne journée.

    Le 16 juin 2010 à 20:55, par Rock en bol

    Les mois passent et on ’aperçoit que (des)espéranto fonctionne toujours dans le même registre, l’agressivité. Mais il faut l ne faut pas lui en vouloir, il fait certainement ce qu’il peut bien que ça ne profite pas à grand monde, sauf peut-être à son petit cercle de jaloux. Esperluette au moins tente de faire quelque chose de concret, il a fondé un blog où il ne discrédite personne et sur lequel on a droit à de la qualité artistique et à de saines analyses sur certains propos des VET. Alors à quand le blog de (des)espéranto ? Ca le promènerait un peu et lui éviterait de venir nous parasiter sur jantel.org. A +.

    Le 17 juin 2010 à 13:59, par Esperluette

    Puisque l’Ambiant du moment est plutôt au football (en cet après midi de mondial 2010, joué sur le sol d’Afrique du sud, confrontant l’Argentine et la Corée du sud), et surtout pour faire plaisir à Rock en Bol qui paraît avoir bien intégré l’Idée « d’Intelligence Événementielle », je poste aujourd’hui sur Jantel.Org un comparatif (Vidéos You tube) visant à démontrer une similitude troublante entre un footballeur de talent, et celui qui, par ses nombreuses qualités, démontrerait qu’il se pose incontestablement comme son digne « héritier cellulaire », du moins dans l’aptitude décelée…

    Je veux parler bien sûr de Diego Armando Maradona et de Lionel André Messi.

    En effet, comment ne pas voir en ces deux épisodes footballistiques retransmis à la télévision, séparés entre eux d’exactement 20 ans, 10 mois, et 26 jours, une évidente corrélation spatio-temporelle reliant ce 22 Juin 1986, qui vit s’opposer l’équipe d’Argentine et celle d’Angleterre en demi-finale de la coupe du monde organisée au Mexique, au mercredi 18 avril 2007, qui opposait lui l’équipe de Barcelone et celle de Getafe, durant la demi-finale aller de la coupe du Roi se déroulant en terre espagnole ?

    Et quand on sait que désormais, l’un est devenu l’entraîneur de l’autre…Alors ?

    But de Maradona :

    http://www.youtube.com/watch?v=Cv0z…;

    Et celui de Messi (Qui est comparé à la fin à celui de Maradona) :

    http://www.youtube.com/watch?v=6eId…;

    Quant aux douteurs, ils se résigneront, comme à l’accoutumée, à évoquer le bienheureux hasard… (Hé ! Hé ! Hé !). Bien à eux !

    Le 17 juin 2010 à 16:22, par Isabella

    Je suis l’ex prof de philo du groupe d’Isabella et je tiens à dire que j’ai également regardé très souvent le film Ben-Hur. C’est sans doute la raison (ou du moins l’une des raisons) qui fait que j’ai fortement apprécié l’anecdote sur monsieur Jean-Claude Pantel que nous relate monsieur Esperluette sur son site. J’appartiens à « l’ancienne école » pour ce qui se réclame de « l’esthétisme » et je me trouve fort dépourvu face au manque de subtilité, à l’absence de finesse, qui affecte notre époque. Notre monde a sombré dans la vulgarité et c’est là signe de décadence, la grande majorité se contente de peu et c’est infiniment plus grave qu’on ne le pense. D’ailleurs, les messages que nous transmet monsieur Pantel font état de « dégénérescence » et si nous nous refusons (pour certains) d’en être « acteurs », nous en sommes hélas « témoins ». Nous sommes donc bel et bien atteints par ces « flux » qui se « périphérisent » et qu’il me semble que dénigre de façon plus que sommaire monsieur (des)espéranto. Certes, il s’agit de son droit le plus absolu, mais qu’est-ce que ce monsieur nous propose à la place ? Enfin, cela ne nous prive en rien des très beaux moments que nous font vivre les responsables des sites consacrés à « Jantel ». J’y rencontre une profonde cohérence et cela est très régénérant pour ceux qui se livrent à un questionnement sérieux. Nous ne pouvons que nous montrer reconnaissants à l’égard de ces personnes en les priant de continuer.

    Le 17 juin 2010 à 21:31, par Rock en bol

    Ok avec vous monsieur l’ex-prof, l’article pondu par Esperluette est remarquable. Je serais tenté de l’encourager à prendre sa plume pour nous raconter toutes les anecdotes qui ont pu émailler ses rencontres avec JCP. Il y en a pas mal déjà dans les 2 premiers tomes des VET mais on peut penser qu’avec le taux vibratoire qu’il y a autour de JCP, il doit y avoir de quoi faire, sans compter sur les leçons qu’on serait susceptibles d’en tirer. En passant, je dis à Esperluette dommage pour le morceau « enfants de mai 1968 », mais si à tout hasard JCP était d’accord pour le faire passer sur Jantel.org, on est preneurs. A +.

    Le 18 juin 2010 à 07:49, par Isabella

    Esperluette parle d’un « ambiant » propice au football et ça devrait nous orienter sur le message de l’entité Dany d’août 2004. Si certains sont satisfaits des résultats de l’équipe qu’ils soutiennent et d’autres déçus, il ne faudrait pas oublier que tout ça produit de « l’énergie » et que c’est la vraie finalité des manifestations de masse. Les VET ont souvent parlé des « phénomènes de groupe », comme quoi quelle que soit les sentiments que ces matches suscitent, ça reste utile sur un plan + subtil qui nous échappe complètement. Je pense qu’on peut inclure cette accumulation d’énergie dans « le principe de répartition » étudié récemment. Bon week-end et bons matches pour ceux que ça intéresse.


  • Le 21 juin 2010 à 11:26, par Rock en bol

    A Esperluette. Nous apprécions beaucoup les poèmes que vous nous faites passer sur votre blog. Ma compagne a particulièrement aimé celui du 19 courant « A l’enfant que je n’aurai jamais ». Il faut dire aussi que le sujet la touche directement puisqu’elle a par ailleurs volontairement refusé de procréer, s’attirant quelquefois les foudres de sa famille et de certains de nos amis. Elle a du reste relevé (en 1er ) le recoupement qui s’impose entre votre poème et la chanson de JCP dans le Vdo « la peur de vivre ». Personnellement, je me suis souvent posé la question de savoir si, sur ce qui concerne la procréation, l’espèce humaine décidait vraiment. Le message de juin 1999 donné par l’entité Karzenstein a répondu à cette question avec l’historique de « l’androgyne ». Il y a eu une dénaturation de la procréation et on peut dire que nous sommes les fruits de cette dénaturation, on a sûrement perdu beaucoup dans cette « manipulation génétique » et dire qu’il s’en prépare d’autres si j’ai bien compris le message de 1983 où il est dit que « nous revivrons notre procréation androgynalement ». Que réserve à notre humanité ce futur clonage ? JCP nous en donne un aperçu dans la 1re époque de son Vdo où, au cours d’un dialogue (14e tableau), il fait dire à son personnage Gaëtan :

    « Les propos du voyageur dénotent bien l’asservissement que nous impose le progrès qui nous conditionne à considérer les choses dans une dynamique que je n’hésiterai pas à qualifier de robotisante ».

    De là à dire qu’on va vers une humanité de « robots » me paraît une conception tout à fait raisonnable. Mais si ça doit se passer ainsi ça se passera ainsi puisque les messages disent bien que quoiqu’il arrive, l’équilibre (l’astatisme) triomphe toujours. Allez on garde le moral ou du moins on essaie. A +

    Le 21 juin 2010 à 17:53, par Isabella

    Le blog d’Esperluette fait l’unanimité dans notre groupe. La procréation reste un sujet tabou, nos politiques et autres technocrates ne prennent jamais position pour une « régulation des naissances » et ne parlons même pas des religieux qui eux en sont restés au « croissez, multipliez » de la Genèse. Ils passent au large de ce qui est pourtant écrit dans la Bible dans l’Ecclésiaste (ou le Prédicateur selon les bibles). Reconnu comme étant le sage roi Salomon, l’Ecclésiaste dit au chapitre 4, verset 2 : « Et j’ai trouvé les morts qui sont déjà morts plus heureux que les vivants qui sont encore vivants » et au chapitre 4, verset 3 : « Et plus heureux que les uns et les autres celui qui n’a point encore existé et qui n’a pas vu les mauvaises actions qui se commettent sous le soleil. » Sinon, nous avons relevé l’absence d’un « s » au vers 5 du « secret de Silène » au mot « corne » . Bonne continuation et merci.

    Le 22 juin 2010 à 15:28, par Esperluette

    Le bon c’est celui-là (Pardon !) :

    J’aimerais exposer au regard des internautes de Jantel.org ce magnétisme qui semble « inducter » un comportementalisme particulier chez certains individus et ainsi, par le biais de leur présence dans un entourage (pré)déterminé, imposer au temps chronologique cette rémanence de faits que vit intégralement « l’Intelligence Événementielle ».

    En effet, entourant le célèbre, et pitoyable, coup de tête asséné par l’attaquant Zinedine Zidane au défenseur central Marco Materazzi durant la finale de la coupe du monde de football 2006, opposant l’équipe de France et celle d’Italie, jouée à « l’Olympiastadion » de Berlin le 9 Juillet, trois liens vidéos You tube, ainsi qu’un lien Google, postés sur le site, pourront éventuellement aider à mieux cerner cette idée d’un véritable défilé « d’existences cycliques » qu’on peut aisément attribuer à la Récurrence vivant le « Situationnel », au cœur même des événements qu’il déploie, quels que soient leur nature.

    On y voit notamment que le joueur italien n’était pas à son premier coup d’essai (C’est le cas de le dire !) puisque, six mois après l’altercation avec le joueur français, le milieu de terrain de la Sampdoria Gennaro Delvecchio, lui aussi, offrait les grâces de son front à celui que les gazettes sportives surnomment encore « Le boucher », lequel venait juste, quelque semaines auparavant, de blesser gravement au visage le défenseur ivoirien Marc Zoro, et ce, toujours par le truchement de la même (lâche) « technique de frappe crânienne » peu règlementaire au demeurant d’un point de vue footballistique !

    Doit-on dès lors réellement s’étonner du fait que le footballeur ukrainien Andréi Scevchenko, alors qu’il défendait les couleurs du Milan AC, avait, bien avant la « turpitude zidanienne », commis identiquement un même choc frontal à l’encontre du mauvais garçon de l’inter de Milan ?

    Je conclurai ce petit commentaire en disant que, comme pour la course à pied, la gent animale nous précéda sur ce plan de l’origine puisque frapper, en projetant son crâne, un membre de sa propre espèce – se doguer tel qu’on le dit en biologie - appartient déjà aux moutons, aux béliers et autres animaux qui se servent de leur os encéphalique, durant le temps de la monte, afin de se mesurer et de comparer entre eux leur force respective.

    J’espère que cette brève intervention aura eu au moins le mérite sans gloriole d’éveiller quelque peu les consciences de ceux et de celles qui ne tarderont pas à se montrer assidus au texte écrit par Jean Claude Pantel, intitulé « L’ETRANGE RETOUR DE ZIDANE », et que recevra, d’ici peu je pense, le webmestre de Jantel.org auquel je transmets aujourd’hui mes amicales salutations.

    Un rappel aux plus jeunes : La tête est pour penser et non donner des coups

    Schevchenko : http://www.youtube.com/watch?v=IXF1

    Zidane : http://www.youtube.com/watch?v=vtlz…;

    Marc Zoro : http://materazzi.wordpress.com/2007…;

    Delvecchio : http://www.youtube.com/watch?v=RXbz…;

    Le 24 juin 2010 à 21:23, par Esperluette

    Je signale qu’une bonne partie des échanges entre Krishnamurti (un des penseurs les plus chers aux yeux de Jean-Claude Pantel), et autres intervenants dont le fameux David Bohm, auteur du concept (?) d’Ordre Implié que reprendront certaines Entités (Qui à mon avis le lui ont soufflé) dont Zilder qui ne manquera pas de le citer en compagnie de Jantel, est disponible d’ores et déjà sur You Tube.

    Exemple en français (Rare) et sur 8 volets : http://www.youtube.com/watch?v=fA60…;

    Régalez-vous parce que c’est un summum d’Amour offert au genre humain.

    En anglais aussi, en compagnie du physicien Bohm : http://www.youtube.com/watch?v=fA60…;

    C’est une véritable grâce qui nous est là offerte. Quels génies ! Tous les deux. Deux exceptions de la nature, rien d’autre.

    Beaucoup d’autres dialogues sont accessibles sur You tube. N’hésitez pas !

    Il faut, en outre, absolument lire Le Temps Aboli, livre résultant d’échanges multiples entre les deux hommes et qui fait ressortir l’importance du Vide/énergie dans le rôle octroyé à la Vision, tenue pour pénétrante (Embrassant tout) chez le penseur indien comme chez le savant juif.

    Le 25 juin 2010 à 12:46, par Esperluette

    Bonjour à toutes et à tous. Les internautes de Jantel.org qui se rendent régulièrement sur le blog « jantel-esperluette.over-blog.com » ont la possibilité de poster des suggestions de thèmes littéraires (Ayant trait aux Textes reçus par Jean-Claude Pantel), qu’ils aimeraient voir évoqués en poème(s) ou en prose(s), en cliquant sur la rubrique « Écrire un commentaire ». Merci et à bientôt.

    Le 4 septembre 2010 à 11:30, par Rock en bol Merci à Esperluette d’avoir placé sur son site les enregistrements musicaux avec leurs images. On suppose que le clip de « l’éclipse » est tiré du film du VDO. Bravo à tous les participants qui travaillent dans l’ombre pour nous conduire à la lumière. En tout cas, je conseille encore à tous les habitués de Jantel.org de faire un détour par le blog d’Esperluette. La qualité en vaut la peine. A +.

    Le 4 septembre 2010 à 21:07, par Esperlu

    A Rock en Bol : Bien sûr que L’Eclipse fait partie du VDO. Relisez l’Œuvre bon de dieu ! On vous a tout donné.

    Le 5 septembre 2010 à 10:11, par (dés)espéranto

    Esperluette, vous disiez le 18 juin dernier apporter un droit de réponse à : « …Si le Père »désespéritualisé« avait aimé Il n’aurait point créé l’univers. » Sinon vous semblez visionnaire et vos visions n’offrent aucunes planches de salut à l’humanité, pourquoi ? En son temps Nostradamus et d’autres écrivirent bien des choses !!!!!!!!! Que sont devenues leurs visions ? Enseignez-nous plutôt sur ces attitudes de gouvernements et autres décideurs qui rejettent hors de nos frontières les roms actuellement, et bien d’autres avant eux… et sûrement d’autres « minorités dérangeantes » à venir (jcp par exemple, vous-même ?) . Parlez-nous également de cette (soi-disant) montée des intégrismes religieux, qu’est donc l’Islam à vos yeux ?

    Le 5 septembre 2010 à 16:10, par Castor

    Comme l’a souligné (des)espéranto, j’ai l’impression qu’Esperluette (à voir ses réactions très inquisitrices même envers ses « amis »), nous offre des visions bien pessimistes sur l’humanité dont découle une « spiritualité » sans cœur. Et pourtant il s’évertue comme d’autres ici à vouloir changer les choses, à répandre le message, à espérer réaliser les projets artistiques de Jean-Claude. L’echec en ces entreprises conduiront au mieux à des déceptions, à du temps perdu, au pire à du ressentiment (dénigrement envers soi ou les autres) comme l’ont montré les réactions d’Esperluette à propos de son blog. Car il y a là une contradiction à désespérer de l’humanité et à espérer une réussite dans l’entreprise pantélienne. Pas besoin d’être visionnaire pour voir que tout ceci n’ira pas bien loin. Vous direz que je polémique et que cela ne sert à rien et c’est vrai que cela ne sert pas à ceux qui se bercent d’illusions et qui plaquent une idéologie sur la réalité. Car ce qui oppose la science à l’idéologie c’est que la science cherche toujours à se contredire, à s’infirmer par des expérimentations sévères. Tout au contraire une idéologie cherche à se confirmer et elle trouve dans le réel autant de confirmations qu’elle voudra, elle est infalsifiable, elle attend que les faits se soumettent à l’autorité de la théorie. Et c’est ce que vous faites ici en permanence : vous vous attachez à confirmer les Textes, à faire des « recoupements » (c’est-à-dire interpréter les faits en les soumettant à votre théorie et à rejeter le réel) : c’est ainsi que s’échafaudent les théories qui fondent les sectes. Mais que (des)espéranto ne s’inquiète pas trop, Jean-Claude et ses amis ne dérangeront jamais grand monde (en tout cas ce qui est à espérer c’est qu’ils n’en dérangent pas plus) d’autant que Jean-Claude disparaît régulièrement alors qu’il est déjà si peu visible, pour ne pas dire totalement inconnu. Et à le voir chanter « L’éclipse » je prédis aussi que ce n’est pas demain la veille que son charisme soulèvera les foules ou que des mécènes le produiront. Au sujet de ses disparitions récurrentes je me demandais si on sait au moins où il est (est-il enfermé ? peut-on voir son corps, entendre sa présence ?) car quel intérêt de le faire disparaître totalement ? Si c’est pour qu’il échappe à une certaine réalité il suffirait aux VET de le plonger dans une sorte de sommeil ? Et pour occulter quelle réalité ? En janvier c’était pour les tremblements de terre, en août peut-être pour d’autres tragédies. Mais des tragédies il y en a en permanence, alors il faudrait qu’il disparaisse complètement. D’ailleurs quelle justification y a-t-il à fuir la réalité ? Et pourquoi faire disparaître son corps, le corps physique n’est-il pas inadapté à vivre dans des dimensions supérieures où seul le corps astral peut évoluer ? Ces disparitions sont étranges et trop longues pour ne pas penser qu’il est impossible à un corps physique d’évoluer aussi longtemps dans des dimensions parallèles. Dans quel état d’ailleurs et dans quelles circonstances son corps réapparait-il ?

    Le 5 septembre 2010 à 17:59, par Esperluette

    A Castor qui a dit :

    « Mais que (des)espéranto ne s’inquiète pas trop, Jean-Claude et ses amis ne dérangeront jamais grand monde (en tout cas ce qui est à espérer c’est qu’ils n’en dérangent pas plus) »

    Alors comme ça on vous dérange Castor ? Qui est donc venu vous chercher sur ce site ? c’est moi ?

    Mais allez donc au diable nom de dieu !


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0