Vous êtes ici : Accueil » Chronologie des « Textes » » Année 2010 » 5 juillet 2010
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

5 juillet 2010

D 5 juillet 2010     H 11:30     A     C 4 messages


 

 

<p« L’entretien » qui suit s’est déroulé ce lundi 5 juillet 2010, vers dix heures du matin. Il fait suite à une conversation que nous étions en train de tenir avec deux amis. Tout de suite après, le résumé de « l’entretien » s’est inscrit sur l’ordinateur de la maison, nous laissant juste le temps de le lire avant de disparaître, pour réapparaître quelques minutes après.

De prime abord, chacun pourra facilement relever que ce dialogue avec Karzenstein et Magloow a pour axe principal la marge de manœuvre qui est impartie à chacun de nous.

Sans entrer dans le détail (le Texte s’en charge mieux que je ne saurais le faire), nous pouvons nous livrer à une petite « révision » de ce qui s’est énoncé auparavant, notamment quant à ce qui a trait aux « nuances » qu’il convient d’observer entre exercice d’état et exercice de fonction, agissement et acte, interception et projection.

Cela peut permettre, à condition, bien entendu, de faire preuve d’objectivité à l’endroit de son propre comportement (sans complaisance à l’égard de soi), « d’apprécier » où se trouve rendue notre espèce en ce début de XXIe siècle.

Il ne s’agit pas de « renoncer » à chercher à s’améliorer, mais à bien concevoir que toute démarche de cet ordre ne saurait être autre « qu’individuelle » : capacité d’admissibilité d’impression oblige.

La chose est encore plus flagrante lorsqu’elle concerne l’Etabli que nous traduisons dans notre langage par l’Absolu (le provoqué figurant pour nous le quotidien).

D’ailleurs, à la fin de l’entretien, Karzenstein rappelle - de façon péremptoire - les limites des actions entreprises « collégialement » (pour reprendre ses propres termes), aussitôt que le but fixé s’avère être l’Absolu.

Je souhaite à tous une bonne lecture de ce Texte, me tenant (comme d’habitude) à la disposition de quiconque posera des questions, toujours en fonction d’une « liberté d’action » que je ne contrôle pas réellement.

Amicales pensées. Jean-Claude Pantel.

 


 

KARZENSTEIN :

Vous aurez remarqué que la mutation d’ensemble vivant actuellement l’univers auquel nous appartenons, nous induit à vous faire vivre de fréquentes séquences isolatoires. Elles se veulent garantes de l’équilibre vous étant dû, dans la mesure où la phase extatique à laquelle vous avez eu accès va, à son tour, se muer en extatisme statique, tel que vous l’avait laissé entendre Rasmunssen.

Ces séquences, en modulant les effets que savent générer les préoccupations de vos semblables, tendent à vous décaler quelque peu de ces derniers, mais cela ne provoque pas d’incidence majeure quant à ce qui a trait au rendu auquel nous savons qu’il importe que vous vous adonniez, dans la plus franche régularité possible.

Du reste, notre entretien du jour garde pour finalité d’irriguer comme il chaut [1] ce que votre vocation aura su semer tout au long de votre « vécu » dans ce dimensionnel. Ceci entendu, je vous engage à épancher vos pensées du moment...

JANTEL :

Oui, eh bien voilà, suite au visionnage des deux films que nous a fait parvenir Zilder, il ressort - surtout dans celui traitant de Mère Térésa - qu’il existe une prédétermination - plus voyante dans ce type de parcours que pour celui du commun des mortels. Sans doute faut-il y voir les effets de la vocation anthropocentrique selon laquelle se trouve investi le personnage, mais c’est le concept de prédétermination qui reste l’objet de ma remarque car, tel que vous le savez, j’ai déjà abordé le sujet dans le 3e volet de mon livre... Est-il possible de cerner la chose de manière plus efficiente ?

KARZENSTEIN :

Ainsi que nous en convînmes lors de conversations antérieures, l’inductionnisme - auquel chacun peut s’adonner - conduit à mieux considérer la différenciation s’opérant entre la qualité des choses à vivre et la qualité des choses vécues. Certes, la démarche, en son aboutissement, s’affilie au comparativisme, mais vous n’ignorez plus que celui-ci participe d’une des caractéristiques fonctionnalisant votre cogito, dès la préjudiciable révélation de l’ipséitaire... [2]

MAGLOOW :

En conséquence, concevez donc à ce propos que l’essentiel - en la pratique - demeure cette non-complaisance à l’égard de soi qu’il sied d’observer, à chaque application du procédé.

KARZENSTEIN :

Pour le reste, vous aurez déduit que l’acuité de la vision, en l’expression qui la détermine, ne peut jamais outrepasser les paramètres de la capacité d’admissibilité d’impression lui étant initialement alloués.

JANTEL :

Je conçois sans peine que la qualité des choses vécues émerge lors d’un « bilan », si occasionnel soit-il, mais pour ce qui est de la qualité des choses à vivre, il semble que nous n’ayons pas franchement de repère(s), puisque nous n’avons pas accès - de façon directe - à notre informationnel de base.

KARZENSTEIN :

Ceci n’est nullement contestable, Jantel, mais ne négligez-vous pas, occurrentiellement, d’apprécier les diverses données de l’actionnel entrant en adéquation avec votre spécifisme actuel ? Notamment, ce qui se détermine en tant qu’exercice d’état et ce qui se définit sous forme d’exercice de fonction ?

JANTEL :

Oui, il est vrai que nous pratiquons l’agissement, mais il reste indéniable que nous le résolvons aussi très souvent par l’acte...

KARZENSTEIN :

...Et prolongez de la sorte vos interceptions par des projections... Mais je ne vous apprendrai rien en vous énonçant qu’au cours du déroulement, comme au terme de chaque vie consciente, c’est d’après l’interception que s’élabore le rendu inclus dans la Loi des Echanges.

JANTEL :

Le rendu n’est-il pas l’apanage des « vocations » ?

KARZENSTEIN :

Pour ce qui procède de la continuité en le mouvement, indéniablement, Jantel, mais dans la mesure où tout connaît une récurrence, que l’actionnel s’accomplisse de force ou de gré, il faut garder souvenance que tout ce qui émane du Systématisme Originel s’en retourne au Systématisme Originel.

MAGLOOW :

Souvenez-vous, Jantel : Rasmunssen sut vous faire valoir cette loi en assimilant le Systématisme Originel au  Père  de vos religions.

JANTEL :

Oui, Magloow, je me souviens... Mais, Karzenstein, lorsque vous dites que c’est en l’interception que s’élabore le rendu inclus dans la Loi des Echanges, je suppose que vous soulignez la prééminence qu’il convient d’accorder à la spontanéité de l’agissement ?

KARZENSTEIN :

Tel que vous le savez, essentialement parlant, tout se complexionne dans la fulgurance... Cela se retrouve immuablement dans la désuperposition de tout ce que le réverbérationnisme recèle, puis « programme »... L’interceptionnisme ne saurait échapper à la règle.

JANTEL :

Donc, nous pouvons avancer que la qualité des choses à vivre figure le reflet de nos interceptions, et qu’en « la déperdition » qui s’opère lors de la résolution de celles-ci - entre autres dans les projections s’ensuivant -, se décèle la qualité des choses vécues ?

KARZENSTEIN :

Incontestablement, Jantel ! En totale adéquation avec « le délai » observable entre le reçu et la conscience de recevoir...

MAGLOOW :

Et non sans estimer - répétons-le à nouveau - que tout s’exerce désuperpositionnellement et démultiplicationnellement. Elément qui me fit vous dire une première fois, au cours d’une communication téléphonique que vous eûtes avec votre ami Patrick, qu’ il y a interception et interception ...

JANTEL :

A ce sujet, Magloow, puisque vos propos visaient alors la teneur de quelque inspiration artistique, et que je sais que la désuperposition des choses induit en la matière une interception de l’interception, étant donné que le spectateur ne « reçoit » pas l’œuvre en même temps que l’auteur, dois-je convenir - comme d’aucuns ont pu me le claironner au fil des deux dernières décennies - que la démarche entreprise pour confectionner « le Voyageur de l’Orage » aura nécessité beaucoup d’énergie pour rien...

MAGLOOW :

Replacez le rendu dans le contexte auquel il reste confiné par rapport au ressenti et au mode existentiel de vos semblables, Jantel ! Ainsi saurez-vous nuancer : « Pour rien, quant à ce que la chose sait rapporter pécuniairement »... Mais pour tout, au vu de ce qu’elle reste susceptible d’apporter culturellement", tel qu’au demeurant, vous ne manquâtes pas de l’exprimer à votre amie Lucette...

JANTEL :

Oui, je me rappelle que cela faisait dire à l’époque à Lucette : « les autres parlent de rapport, et toi tu parles d’apport ». Cependant, si les autres ne sont pas concernés par le produit de ces interceptions, à qui cela peut-il « apporter » ?

MAGLOOW :

Je vous engagerai déjà à établir une nuance à vos propos en considérant que ne pas se sentir concerné n’empêche aucunement d’être concerné.

Quant à « l’apport » lui-même, il concerne tout uniment ceux qui se trouvent en phase incidente [3] avec cette strate du réverbérationnisme.

KARZENSTEIN :

Pour ceux ayant décidé de vous accompagner dans l’élaboration de cette interception de l’Initial, il sera opportun de se reporter à ce que je vous avais spécifié une seizaine de cycles solaires en arrière. Rendre la chose plus efficiente pour eux - et pour les autres - incombe à la disponibilité à laquelle ils sauront - et auront su - s’adonner.

JANTEL :

Qu’est-ce qui peut faire obstacle au fait de savoir s’adonner à  la disponibilité dans ce cas de figure ?

KARZENSTEIN :

L’incapacité de trouver, à un moment donné, une valeur de remplacement à la chose entreprise : l’homme possède - tout au long de l’existence le localisant- la possibilité de « substituer » du provoqué au provoqué, mais en se rendant progressivement compte qu’il ne peut agir de même avec l’Etabli, son cogito le pousse à se confiner à ce sur quoi il garde la sensation d’effectuer un choix.

Le courant initial de pensée réclame une permanence de tous les instants dans l’attention qu’il incombe de lui porter, Jantel, et il n’offre, en retour, qu’un accès « mesuré » au sentiment d’infinitude qu’il laisse miroîter au moment où l’ambiant le propose à s’offrir à « la perceptivité » du sujet avec lequel il réverbère incidemment.

Jigor vous a commenté les aspects de ce situationnel en vous soulignant le manque d’unité qui se révèle à la longue, lors de quelque actionnel entrepris collégialement, vous aurez loisir de vous y référer.

JANTEL :

Nous n’y manquerons pas…

KARZENSTEIN :

De même qu’avant de prendre congé, nous ne manquerons pas, Magloow et moi, de vous inviter à épandre nos pensées de bon augure à ceux auxquels vous transmettez le résumé de nos dialogues.

Notes

[1Chaut : c’est le seul reste de la conjugaison du verbe chaloir, qui est depuis bien longtemps défectif (de conjugaison incomplète). Le verbe chaloir provient du latin calere, « être chaud » et donc « désirer ». Ce verbe a eu un participe présent, que l’on utilise encore dans le nom chaland — celui qui fait des achats (qui désire acheter) — et dans l’adjectif nonchalant = celui qui ne s’inquiète de rien, qui ne désire rien. 

[2Ipséité : ( latin : ipse = soi-même ) en propre, en personne - ce qui fait qu’un être est lui-même et non pas autre chose

[3Proposition incidente = proposition qui est insérée dans une proposition dont elle fait partie.

Wikipédia : Le mot « phase » désigne l’état d’un phénomène, variable voire cyclique, à un instant donné

Phase incidente : concerne ceux qui se trouvent insérés dans le déroulement d’un phénomène

 

Mots-Clefs

Dans la même rubrique

12 décembre 2010 – 12 décembre 2010

2 décembre 2010 – 2 décembre 2010

27 octobre 2010 – 27 octobre 2010

20 octobre 2010 – 20 octobre 2010

3 octobre 2010 – 3 OCTOBRE 2010

23 septembre 2010 – 23 septembre 2010

5 juillet 2010 – 5 juillet 2010

31 mai 2010 – 31 mai 2010

8 mars 2010 – 8 mars 2010

4 Messages

  • Le 7 juillet 2010 à 21:32, par Isabella

    Il y a toujours des détails supplémentaires dans les messages des VET.. Celui-là ne trahit pas la règle. L’étude est particulièrement intéressante, on passe de la qualité des choses à vivre à l’exercice d’état, de l’exercice d’état à l’agissement, de l’agissement à l’interception. Et dans l’autre plateau de la balance on a la qualité des choses vécues, l’exercice de fonction, l’acte et la projection. Pour moi, tout devient de + en + clair. Je trouve qu’on peut mieux s’étudier, il reste après à mieux se contrôler, ça reste difficile mais au moins on cerne mieux ce qu’il y a à faire. En tout cas, merci à JCP et on lui souhaite du courage pour ses isolations. Bonne soirée.

    Le 8 juillet 2010 à 11:01, par Rock en bol

    Superbe cet entretien de JCP avec les entités Karzenstein et Magloow. Mais c’est un lieu commun que de le dire, ok avec Isabella, il y a des détails supplémentaires qui apparaissent à chaque nouveau message. On a beaucoup aimé les subtilités employées par Magloow : « ne pas se sentir concerné n’empêche aucunement d’être concerné » et « pour rien quant à ce que la chose sait rapporter pécuniairement mais pour tout ce qu’elle reste susceptible d’apporter culturellement ». Il n’y a pas de langue de bois chez les VET. Karzenstein est péremptoire quand elle explique à JCP « ce qui peut faire obstacle au fait de savoir s’adonner à la disponibilité » quand on s’engage à travailler sur « le courant initial de pensée ». Ce n’est pas valorisant pour notre genre humain mais c’est tellement évident quand on étudie un peu l’histoire de notre humanité. Comme ce serait bien de penser à tout ça un peu plus régulièrement, un peu plus souvent. Merci et aussi courage pour vos prochaines isolations JCP. De toute façon, ça semble être pour votre bien car vous avez certainement besoin de fréquenter d’autres valeurs que celles que notre système propose. Je vais dire peut-être une idiotie mais vous êtes à bonne école. A +.

    Le 8 juillet 2010 à 11:58, par Yoyo

    Pour moi, la phrase importante est : « Le courant initial de pensée réclame une permanence de tous les instants dans l’attention qu’il incombe de lui porter »

    La « marge de manœuvre » est, en fait, d’accepter de consacrer tous ses instants à coller au « courant initial de pensée », en sachant qu’on en décolle sans cesse vu notre manque de constance et de continuité, ce qui rend notre danse spasmodique. Nous collons volontiers à ce qui va bien mais beaucoup plus difficilement à ce qui fait mal...

    Je demanderais donc à M. Pantel s’il a des conseils à nous donner à ce propos ?

    Le 8 juillet 2010 à 17:41, par régis

    JCP est prevenu, il prépare une réponse

    Le 8 juillet 2010 à 18:39, par Esperluette Paul le Poulpe allemand ne n’est encore pas trompé : Il avait bien pronostiqué la victoire de l’Espagne contre l’Allemagne ! Il avait jusque là toujours prévu la défaite des équipes qui rencontraient la Mannschaft ! Ce coup ci hop ! dans la boîte aux couleurs ibériques ! Mince alors ! J’aurais dû parier !

    Le 8 juillet 2010 à 21:12, par Isabella

    Pardonnez mon ignorance mais je voudrais bien savoir quelle est cette histoire de « poulpe divinateur » dont parle Esperluette et dont a parlé Bertrand. Autrement, nous avons travaillé de nouveau sur le dernier message et nous attendons bien sûr la réponse de JCP à la question de Yoyo. Merci à Régis de lui avoir transmise. Nous aurions aussi des questions mais ça dépendra de ce que répondra JCP, il y aura peut-être des éléments de réponse dans ce qu’il nous fera passer. Bonne soirée.

    Le 9 juillet 2010 à 10:47, par Esperluette

    Bien Isabella, un institut de biologistes allemands n’a rien trouvé d’autre pour occuper son temps que de plonger dans un aquarium, à la veille de chaque match où l’équipe allemande de football jouait une rencontre en Afrique du sud, deux boîtes en plastique transparent sur lesquelles étaient peints deux drapeaux : Le drapeau national et celui du pays adversaire.

    Dans chacune d’elles était déposée de la nourriture, et un poulpe, immergé dans le bassin et baptisé pour l’occasion Paul, se dirigeait à chaque fois dans la boîte teutonne, signe pour eux que la Mannschaft allait gagner, ce qui fut avéré.

    Jusqu’au jour où il décida d’aller se sustenter dans la boîte ornée des couleurs de l’Ibérie, et on sait depuis que l’Espagne a remporté sa demi-finale contre les Allemands.

    Qu’en penser, hormis d’affirmer là que, de toute façon, on s’ennuie beaucoup sur Terre (*) ?

    Disons qu’il est largement possible que le céphalopode soit vécu, ondulatoirement parlant, par ces (semi) Êtres qui se serviraient de cette (pseudo) divination afin de susciter des émotions et en recueillir par la suite le fruit nourricier. N’oublions pas l’importance démesurée que l’on confère aujourd’hui aux paris en ligne.

    De toute manière, ce genre d’expérience ne fait pas avancer la science. Car ce n’est pas comme cela que les connaissances humaines plongeront dans les abysses insoupçonnés de l’Intelligence animale.

    (*) "Et petit à petit, l’ennui, cédant le pas, Se verra interdit de séjour ici-bas ! (Devenons ! Voyageur de l’Orage)

    Le 9 juillet 2010 à 16:21, par Rock en bol

    Oui, disons qu’on en est + que jamais à « du pain et des jeux ». Et quels jeux ! Vous avez tapé dans le 1000 Esperluette avec cette citation de la chanson « devenons » du vdo où JCP dénonce « l’ennui ». On ne remarque pas assez combien « l’ennui » est néfaste dans notre société. Il n’y a jamais eu autant de loisirs, de jeux télévisés, de jeux de grattage et maintenant en + il y a les paris en ligne. D’après ce que j’ai compris des messages, c’est une façon d’exercer une pression à la pression. On ne peut pas dire que ça nous tire vers le haut.En tout cas félicitations pour votre blog, vous écrivez de très beaux poèmes. A +.

    Le 10 août 2010 à 07:05, par S1r1us

    Bonjour,je trouve ce texte intéressant,surtout ce qui est dit sur le domaine de l’observation,de l’auto-observation,c’est sur qu’observer un phénomène extérieure est facile mais s’observer soi meme demande une attention particulière,on peut passé sa vie à observer le monde mais se connaitre soi meme ce n’est pas pareil.Je voulai ajouté une citation inscrite sur le temple de Delphes:Homme connait toi toi meme et tu connaitra l’univers et les dieux.Nous nous voyons comme une unité psychologique mais es ce vraiment le cas ?Avons nous un moi supérieur et un autre inférieur ?Je pense plutot qu’en chaque etre humain cohabite une multitude d’entitées psychologiique que nous avons accumulé au fil des siècles et que nous rammenons avec nous a chaque reincarnation.Je pense que ce texte veut dire aussi autre chose sur la disponibilité,l’abandon de l’égo,sur la loi de cause et effet.S1r1us.

    Le 28 août 2010 à 16:57, par Sassenach

    Je crois que l’introspection aussi douleureuse soit-elle propose la qualité des choses vécues en concordance à la qualité des choses à vivre. Notre spécificité établi la plupart du temps la causalité quant aux choses vécues en oubliant l’apport individuel. À JCP, la qualité de votre rendu des entretiens en éveille certains et en aide d’autres à poursuivre la connaissance de son environnement et des espèces y vivant face à ce qui advient et adviendra. Rien ne se perd, Rien ne se crée. Merci de partager ce cadeau si bien emballé à tous les intervenants faisant parti de cet œuvre.


  • Le 31 août 2010 à 10:50, par Rock en bol

    Les vacances se terminent. Elles ont été studieuses et on peut dire qu’on a bien avancé sur les messages. On a travaillé à plusieurs avec des niveaux d’étude différents. Ca a permis de remarquer qu’en partant de ce que nous sommes avec notre culture personnelle, on peut sérieusement avancer sur la façon de penser que proposent les messages que reçoit JCP. C’est une très bonne chose et ça remet en place tous les a priori que beaucoup de personnes peuvent avoir au sujet de ce superbe enseignement. Je ne prétendrai jamais maîtriser les messages comme les proches de JCP et encore bien moins comme JCP lui-même, il faut garder raison en toutes choses, mais si on a la patience de remettre l’ouvrage sur le métier on arrive à établir plein de liaisons dans les événements qui nous entourent et que nous vivons + ou moins directement. On est tous ok pour dire que la tâche est immense, mais c’est merveilleux de savoir qu’on a toujours à apprendre. Pour ma part, je conserve un faible pour le VDO et je suis impatient d’en connaître la suite. Avec mes amis on est persuadés que JCP a trouvé dans sa réalisation artistique le moyen idéal de nous faire faire une synthèse sur cet enseignement qu’on a la chance de partager sur Jantel.org et aussi sur le blog d’Esperluette. J’espère que tout le monde est en pleine forme pour reprendre l’étude avec Yoyo, Bertrand, Régis, Général Ganteaume et tous ceux qui nous permettent d’accéder à cette connaissance. A +.

    Le 2 septembre 2010 à 17:44, par Esperluette

    Flux Oscillateur Ordonnancement Magnétique Pakistan (Inondation)

    — > Feux :

    Double Attentat-suicide 1er juillet (Lahore) 40 morts.

    Attentat-suicide 9 Juillet (Yakaghund) 102 décès.

    — > Terre (Edaphisme) :

    Crash d’avion 28 Juillet (Islamabad) 152 passagers, aucun survivant.

    Le 2 septembre 2010 à 07:35, par Isabella

    Bonjour à tous, c’est la reprise. On a la tête remplie de belles choses si on s’est consacrés à lire et à faire des recoupements mais on peut voir aussi qu’au plan de la situation générale, ça n’est pas brillant.Les inondations, les incendies et tout ce qui va sûrement continuer de marquer cette terrible année 2010, ce n’est pas fait pour donner le moral. Enfin, on comprend un peu mieux comment tout ça marche et le site y participe pour une très grande part. Bonne journée et bonne reprise à tout le monde.

    Le 2 septembre 2010 à 10:53, par bertrand 72

    Bonjour à vous tous , avant de partir en voyage je voulais vous signaler que Jean-Claude n’est toujours pas de retour parmi nous ...depuis la mi-juillet !!!!! Son « absence » n’ a jamais été aussi longue ...et ses amis trouvent le temps bien long . Je partage l’analyse de Rock en Bol . Bon courage à tous ceux qui reprennent le travail.

    Le 2 septembre 2010 à 20:35, par GG

    Oui tu sous-entends là Esperluette que le magnétisme terrestre - via ses ondes sismiques- a attiré la carlingue là où il voulait l’attirée. Là où tu attendais un tremblement de terre, tu as eu tout autre chose ! amitié.

    Amplification Feu<> Atténuation Eau.

    Atténuation air/eau<>amplification feu/terre.

    Le 2 septembre 2010 à 20:46, par Isabella

    Merci, Bertrand, de nous donner des nouvelles de JCP. Enfin, si on peut appeler ça des nouvelles puisqu’il semble que lors de ses séances d’isolation, JCP n’a de contact avec personne. Mais on peut penser aussi qu’il est entre de bonnes mains car ce serait complètement incohérent de croire que ses entités lui donnent de si belles choses à nous faire partager et le séquestrent par ailleurs pour leur propre plaisir. Je pense que ça doit être + difficile pour sa famille et ses amis de se trouver comme ça privés d’un coup de sa présence. Ici, on leur adresse tous nos encouragements en attendant son retour. Bonne soirée.

    Le 2 septembre 2010 à 21:15, par Esperlu

    Commentaire écrit sur l’Eurythmie du Démon composée par ma pomme :

    « Ceci me rappelle la mise en scène de »La plume de Satan« de Victor Hugo que nous avons produite au théâtre le Proscenium à Paris en février et juin 2009. Satan était un acteur, mais j’eurythmisais la Sybille et aussi la noire Lilith, fille du diable se battant avec l’Ange Liberté son autre fille ... ce furent un solo, puis un dialogue et un combat eurythmiques, suivis d’une rédemption. La musique de Giorgio Ligeti servait magnifiquement l’ensemble. » Mia Boutemy, Eurythmiste Conseil Commentaire n°1 posté par Mia Boutemy le 26/08/2010 à 11h09

    J’aurais aimé avoir, non pas ce genre de commentaire sur mon blog (Qui de toute façon ne m’enflera pas les chevilles vu que je m’en fous complètement), mais au moins des questions quant à certains points d’ombre soulevé par mes poèmes (Dont je me fous encore plus dans la mesure où je suis là pour servir le VDO).

    115 poèmes = Rien en retour. C’est juste.

    Les Textes ne sont pas là pour compenser la séance de qi-gong (payante) effectuée le vendredi soir afin de combler la peur de la mort (gratuite) lorsque la retraite subie nous ennuie à un point ineffable.

    Bise à régis qui nous prépare pour la rentrée, je le sais, un superbe travail sémantico-philosophique suite à ses épuisantes séances de pendule, transpirées avec sa chère compagne, dans le haut-Verdon.

    Le 3 septembre 2010 à 14:15, par Esperluette

    Nouvel attentat au Pakistan —> 22 pertes à Quetta. O(rdonnancement) M(agnétique) Eau/feu. Valeur atténuante de l’eau. Équipollence amplificatrice en le feu. Mais donnée inversée dans le paradigme ? Séisme à venir ?

    Reprise des incendies en Russie : Orages/vents violents à venir ?

    J’ai rêvé de Jantel cette nuit. Texte sur une catastrophe future en fonction d’un (mill)énième été ? Cataclysme hors-norme.

    Le 3 septembre 2010 à 14:32, par Esperluette

    A Isabella : Jantel n’a de famille qu’en les VET. Abandonné qu’il fut à la naissance, par ses géniteurs, sur l’Atlas tellien, - probablement sur les hauteurs de Blida ? - à l’état de prématuré - 6 mois - (Relisez les Textes avec beaucoup plus de sérieux), il ne connait ni père ni mère en dehors de l’Amour et de la Foi qui l’animent. Ses amis ne sont pas ceux qui l’entourent peu ou prou directement, disons spatialement (J’en fais de loin partie), mais ceux-là qui servent dans l’anonymat le Courant Initial de Pensée (Et donc Temporellement).

    D’autres viendront qui porteront aux nues (Sans adulation pour autant) son penser, en souriant parfois - méchanceté exclue - sur tous ceux qui constituèrent, pour un moment seulement, son pitoyable entourage (humain).

    Le 3 septembre 2010 à 18:30, par Rock en bol

    On a appris grâce à Bertrand que JCP était hors de portée de ses amis. Je pense qu’ils ont l’habitude bien que l’absence semble être + longue que pour les autres isolations. On leur dit courage et merci de nous tenir au courant dès que JCP apparaîtra de nouveau parmi nous. A +.

    Le 4 septembre 2010 à 10:39, par Esperluette

    La maquette vidéo du clip « L’ÉCLIPSE » (« VOYAGEUR DE L’ORAGE », auteur : Jean-Claude Pantel) est d’ores et déjà disponible sur le blog http://jantel-esperluette.over-blog... (Ref You tube : http://www.youtube.com/watch?v=Cn_Y...)

    Si vous connaissez des producteurs, voire des maisons de disques, - n’importe quoi et qui en fait -susceptibles d’être intéressés par le projet artistique « LE VOYAGEUR DE L’ORAGE », votre aide sera la bienvenue.

    Chacun est à même d’avancer sa pièce (qu’elle soit simple pion ou rare reine) sur l’échiquier de l’évolution humaine.

    Il n’y a pas mission, il y a transmission (émission) sans rémission ni démission. (Inspiré d’’après les VET).

    Le 4 septembre 2010 à 20:14, par Isabella

    A Esperluette. J’ai lu les 2 premiers tomes des VET et je connais donc un peu la vie privée de JCP mais rien ne pouvait m’interdire de penser qu’il aurait pu avoir une famille hormis ses parents adoptifs. Enfin, tout ça n’est pas grave, l’essentiel est qu’il nous revienne en pleine forme comme sur le très beau clip de « l’éclipse » que vous avez installé sur votre blog. Bonne soirée.

    Le 5 septembre 2010 à 09:23, par Rock en bol

    Salut Esperluette, on ne s’est pas bien compris. D’abord, par étourderie, j’ai rédigé ma question sur la page de l’article du 31 mai et ensuite j’ai mal posé ma question. Je sais bien que « l’éclipse » fait partie du VDO mais j’ai voulu dire : est-ce qu’il s’agit de la version du film qu’a tourné monsieur Rapenne ou bien est-ce qu’il s’agit d’un clip indépendant du film ? C’est le décor qui m’a fait penser à la 2e solution puisque d’après ce que j’ai lu sur Jantel.org, la scène en question se déroule dans le parc du château, rien à voir avec ce qu’on peut voir sur le clip mis sur votre blog. Je tiens en tout cas à féliciter une fois encore tous ceux qui participent à cette œuvre. A propos de la production, mes amis et moi pensons que vous devriez contacter de vrais producteurs car ce n’est pas en râclant des fonds de tiroir qu’on peut réaliser comme tout le monde l’espère le VDO. Ca n’a rien à voir avec ce qu’a fait le chanteur Grégoire qui a lancé une souscription pour son tube « toi + moi ». Je ne vous fais pas la leçon, cher Esperluette, car vous connaissez mieux que moi la dimension du VDO dont on attend d’ailleurs la suite avec impatience. A +.

    Le 5 septembre 2010 à 12:42, par Esperluette

    Au moment où le Voyageur s’assoit par terre pour déclamer le conte indien (La chanson l’Eclipse) il est bien en effet dans le parc du château et est entouré par quelques élèves (Qu’on ne voit pas à l’image) qui vont alors l’écouter chanter.

    Ensuite vient l’illustration du conte en images que Monsieur Raphène a monté.

    Bien entendu que le décor de l’institut disparaît alors au profit des paroles de la chanson illustrées en un clip racontant l’ultime discours d’un chef indien à son peuple.

    La chanson met en garde l’auditeur contre le pouvoir des mots et surtout l’importance démesurée qu’on tend par trop à leur accorder, tandis que la plupart du temps ceux-ci nous mentent, le mot n’étant que très rarement, dans notre civilisation actuelle, la chose.

    Ainsi, interprétant mal les dires du vieux sage, le peuple indien croit à une apocalypse (La disparition du soleil) alors que le fameux « Demain non plus jamais ne se lèvera le ciel » renvoie seulement à cette lumière du jour que l’aïeul, lui seul, ne verra plus jamais, dès lors qu’il est sur le point de mourir (Seulement celle du jour, se doit-on de répéter, puisque pour moi, l’histoire reflète une des nombreuses mues évolutives qui couronna jadis l’existence brave de force chefs indiens, comme Sitting Bull par exemple qui se retrouve dans l’épisode du VDO nommé Picturalité Céleste ).

    Rappelons-le : Tous les personnages célèbres qui se retrouvent dans les bulles, lors de Picturalité Céleste, sont des Récupérations post-mortem.

    Le 5 septembre 2010 à 16:47, par Esperluette

    A Isabella : Non Jean-Claude Pantel n’a pas de famille, même si certains se plaisaient à dire que l’Entité Karzenstein s’était montré un peu comme sa marraine.

    Prônant le non-enfantement comme sauvegarde de l’humanité, afin d’accéder au retour de l’exogénisme androgynal (Originel) par mutation d’ensemble(*), JCP ne laissera pas non plus de descendance.

    (*) On sait aujourd’hui que ce retour ne se fera pas de toute manière vu la main mise d’autres Espèces qui ne verraient pas du tout d’on bon œil un tel transformisme. Mais peut-être dans un futur Cyclique ?

    A ce sujet, j’engage les internautes de Jantel.org à faire des recherches sur certaines espèces animales ou végétales qui, au delà d’un simple hermaphrodisme (Qui déjà est pas mal), ont su développer un mode de reproduction digne de l’Androgynat (Parthénogenèse) telle que la Saga Pedo par exemple (La magicienne dentelée).

    En effet, cette sauterelle (Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Saga_pedo), très présente en Provence (Et même dans la sainte-Baume !) donne naissance à sa lignée à travers des oeux déjà fécondés. Il n’existe donc aucuns mâles dans la nature (Des naturalistes en ont répertorié qu’un seul exemplaire, autant dire qu’on ne sait pas a quoi il sert ?! Peut-être est-ce là une preuve d’une future dégénérescence pour cette espèce ?).

    Et si c’est valable pour une sauterelle, pourquoi ce ne le serait pas pour l’homme ?

    Dès lors, qui, à l’instar du conte de Voltaire « Le Songe de Platon », osera dire que Platon délirait ?

    Le 6 septembre 2010 à 07:14, par Isabella

    Avant d’attaquer la journée qui m’attend, je tiens à remercier Esperluette pour tous ses rappels. Par la même occasion, je m’associe à ce que dit Rock en bol à propos de l’appel lancé pour la promotion du VDO, . Je répète que je suis profane en la matière mais c’est sûr qu’il faut contacter des autorités artistiques, voire le ministère de la culture. Ce n’est pas autour de nous que nous trouverons les moyens nécessaires pour mener à bien une œuvre pareille. Bonne journée.

    Le 6 septembre 2010 à 10:10, par Rock en bol

    Avec la rentrée, on retrouve tout le monde ou presque sur Jantel.org. Ma compagne me demande de ne pas oublier de souhaiter une bonne fête à Bertrand puisque c’est le jour. Voilà c’est fait et en même temps on adresse nos encouragements à Isabella qui comme souvent a la gentillesse de nous laisser un petit message avant de reprendre le boulot. On reste dans les pensées et on en formule une pleine de compassion pour Serge Ghesquière et Yvon Taponier les deux journalistes ainsi que pour leurs accompagnateurs détenus quelque part en Afghanistan, sans oublier les mineurs du Chili et les sinistrés du Pakistan, de Chine, d’Inde et du Guatemala.. On aurait aimé retrouver (de)sesperanto et surtout son copain castor avec de nouvelles idées, j’allais dire avec de bonnes résolutions, celles de cesser de critiquer sans arrêt sans rien proposer pour aider le site à franchir un nouveau cap. Hélas, ce n’est pas le cas. Bien sûr, Esperluette a aussi son franc-parler, il peut vexer quelquefois, mais au moins il donne de son temps et de sa connaissance aux autres, et on l’en remercie très fort. En tout cas, il est là pour rappeler l’adage « la critique st aisée, l’art est difficile ». Ca pourra toujours servir à nos 2 pessimistes qui voient en les messages que nous donne JCP que choses néfastes, obscures et j’en passe. Non, messieurs tout ce qui arrive n’est une « tragédie » que pour ceux qui refusent de regarder que tout n’est qu’une « mutation d’ensemble ». Ca sert à ça les recoupements, certes ce n’est pas réjouissant mais ça a le mérite de le dévoiler. Vous êtes déçu par « l’éclipse » et bien, castor, vous êtes l’exception qui confirme la règle. Vous voyez comme tout s’imbrique à merveille. Allez courage, remettez avec nous l’ouvrage sur le métier et à +.


  • Le 10 septembre 2010 à 19:30, par Castor

    A Rock en Bol : je n’ai jamais dit que j’étais déçu par « L’éclipse », j’ai dit que Jean-Claude n’y manifestait pas un charisme propice à soulever les foules, c’est le moins que l’on puisse dire vu sa prestation. Quant à la chanson je l’apprécie, c’est-à-dire que je la trouve plaisante, mais ce n’est pas ma préférée. J’espère que Rock en Bol appréciera aussi, comme il apprécie avec quelle humilité (??) Esperluette nous répond, que je consacre beaucoup de temps à rédiger des messages qui essaient d’être argumentés du mieux possible en sachant que c’est souvent en vain car ils sont tout bonnement censurés sans raison (à mon sens) par l’administrateur ou effacés après avoir été publiés très peu de temps. A Esperluette, qui croit que je suis là pour m’amuser et qui aussi doit avoir des visions car je n’ai jamais critiqué le clip de l’Eclipse ni dit que je n’aimais pas les paroles, comme quoi vous n’êtes pas très attentifs à ce que je dis (mais bon ce n’est pas la première fois que je le remarque) et faites encore des projections sur moi (« contempteur de tout bord », « crapaud qui bave sur son clavier », « tempête d’humeur massacrante » ???), je dirai qu’il serait étonné de voir à quel point je connais bien la chanson « L’éclipse » et la plupart des chansons de Jean-Claude, que certes je ne côtoie pas les Textes aussi assidûment et depuis aussi longtemps que lui (quoiqu’il a déjà oublié que je lui avais rappelé qu’il y était cité que les Etres eux aussi boivent) mais que d’abord il m’apparaît primordial de comprendre et de justifier tout ce qui entoure les Textes et qui assure leur valeur, et qu’ensuite ayant une femme, trois filles, une villa, un jardin, des animaux, une famille, un travail et d’autres passions que les Textes je n’ai pas tout le loisir nécessaire voire toute ma vie à élaborer un système autour d’eux. Enfin, je remercie dés-esperanto de son soutien, car à faire l’unanimité contre soi on aurait tendance à croire qu’on est fou, et ce serait bien sûr une erreur. En matière de vérité le nombre n’a aucune valeur.

    Le 6 septembre 2010 à 18:01, par Isabella

    A Esperluette. Un de mes amis a noté que dans votre citation de la chanson « l’éclipse », vous écrivez « plus jamais ne se lèvera le ciel » alors que l’on peut entendre et lire « plus jamais ne s’allumera le ciel ». Dans le texte de la chanson mise sur votre blog, il y a aussi une différence « de prendre congé » a été remplacé par « de se retirer ». Nous pensons que la véritable version est celle qui est chantée par JCP. On compte sur vous pour nous le confirmer. Vous voyez, on essaie d’être attentifs, vos remarques ne restent pas vaines. Je crois que le dénommé Castor devrait s’en inspirer. Critiquer pour le simple fait de critiquer n’a jamais fait avancer qui que ce soit. Bonne soirée.

    Le 7 septembre 2010 à 16:15, par (des)espéranto

    Pour répondre à Isabella je ne pense pas que Castor soit là pour critiquer pour critiquer d’ailleurs je m’étonne que le webmestre ait laissé passer son message lui qui filtre si bien tout ce qui peut être une attaque à l’édifice. Non pour nous Castor assume très bien un rôle intéressant car il pointe avec beaucoup de justesse des élèments qui pourraient déranger certains. Egalement lorsque Rock en bol signifie l’adage « la critique..................l’art est difficile » nous remarquons que Castor dit bien des choses qui passeraient sous silence. Pour nous il aide peut être davantage à l’avancée de toute cette réflexion. Il faut bien que quelqu’un le fasse non ! et il faut du courage et de l’intelligence mélés au discernement pour le faire ! En plus Rocambole vous ciblez les 2 pessimistes. Mais qui y a-t-il de pessimiste à prévenir ? Les « visions » du Père luette ne sont-elles pas destructrices ? Manquer d’objectivité semble être la démarche du club et cela est dommageable pour l’échange et la réelle communication...

    Le 7 septembre 2010 à 10:06, par Rock en bol

    Un de mes amis m’a fait remarquer que j’avais attribué des prénoms fantaisistes aux deux journalistes français détenus en otages en Afghanistan. Rectification : Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier et non pas Serge et Yvon. Espérons simplement qu’ils termineront l’année dans leur famille.Ce matin, en écoutant les informations on a pu voir que le pays allait se trouver paralysé par des mouvements de grève par rapport aux problèmes de retraites. La question à se poser est de savoir si messieurs les technocrates qui sont là pour gérer quelque peu l’avenir de notre société « regardent ce qu’il y a lieu de voir » comme disent les messages des VET. On est de + en + nombreux, on vit de + en + longtemps et il y a de - en - de travail. Avec un minimum d’attention, on peut s’apercevoir qu’il y a un hic et qu’on ne risque pas de sortir de l’impasse. En fait, il s’agit d’un problème démographique si on veut bien admettre que le « principe de répartition » est juste avec sa minorité de super-nantis et sa majorité de démunis. En tout cas avec mes amis on a remarqué que même en « fin de cyclique » les animaux ont l’air de mieux se débrouiller que nous. On va dire que c’est sûrement dû à leur absence de « projection », ils« interceptent » et s’adaptent, point barre. Il y a de quoi cogiter. Allez, à +.

    Le 7 septembre 2010 à 22:02, par Rock en bol

    Castor dit beaucoup de choses, mais il faut avouer que c’est plutôt stérile. Qu’apporte-t-il de concret depuis qu’il s’exprime sur le site ? Rien sinon des procès d’intention qui énervent en particulier Esperluette + soupe au lait que nous. Mais bon, comme on a pu le dire à plusieurs reprises, il est toujours + facile de détruire (ou du moins d’essayer de détruire) que de construire. Après tout, disons que ça fait partie du jeu. C’est quand même dommage de se limiter à ces duels qui délaissent trop le fond pour la forme, il y a tellement à faire. A quand un vrai débat sur un message en particulier, un thème précis comme l’a quelquefois fait JCP dans ses développements ? Allez, il faut garder la tête froide et espérer qu’on arrivera un jour à rendre au site quelque chose de ce qu’il nous donne. A +.

    Le 8 septembre 2010 à 11:59, par Yoyo

    Oui, je rappelle que ce site a d’abord pour but de discuter des Textes transmis à M. Pantel. Merci...

    Le 10 septembre 2010 à 18:18, par Castor

    La critique n’est stérile que lorsqu’il s’agit bêtement de critiquer pour critiquer, de questionner pour questionner comme le font les enfants quand il disent sans arrêt : « et pourquoi ? et pourquoi ? » Il me semble pourtant que tout mon discours essaie un tant soit peu d’être argumenté même lorsque mes questions concernent la vie de Jean-Claude (ce que l’administrateur ne tolère pas). La critique n’est pas stérile en soi. Elle est l’instrument par excellence de recherche de la vérité. Mon discours est critique et vous le rejetez uniquement pour cela, et vous le qualifiez de stérile pour ne pas avoir à répondre aux questions ou aux arguments avancés : qui veut supprimer son chien l’accuse d’avoir la rage. Et à ce que je dis je trouve en retour soit la censure, soit le mépris (combien de fois ai-je dû aller au diable ?!) soit le dénigrement, soit la caricature, et bien souvent on me prête des intentions que je n’ai pas (c’est excusable car elles ne sont pas manifestes) et des propos que je n’ai pas tenu (c’est plus inquiétant car ils sont manifestes). Toute pensée est critique car toute pensée doit être interrogatrice. La critique est bien un art et il n’est pas si aisé de le pratiquer, ne serait-ce que pour avoir le courage d’affronter ce à quoi l’on s’attaque, et encore plus quand c’est seul contre tous. Il n’est pas si facile d’endosser le mauvais rôle et bien plus aisé d’avancer en terrain conquis. Car quel intérêt de passer son temps à s’envoyer des fleurs, des remerciements, des compliments, même si je comprends bien qu’ici on trouve un réseau d’amis ? Je pourrais vous rétorquer aussi que tout ce consensus mou est stérile et que seule la critique est productrice de résultats, même négatifs. C’est le travail du négatif qui permet de délimiter son objet, même si on n’est pas sûr de l’atteindre. En effet je n’ai pas une théorie toute belle à opposer. Mais il n’est pas interdit pour autant de s’interroger. Et vous refusez la critique ou les questions parce que vous avez déjà votre objet, infalsifiable, auquel vous soumettez le réel. Comme disait Bachelard : « Penser c’est dire non ». La science et la philosophie avancent ainsi. Pour vous je citerai aussi Jean-Claude qui dit dans la chanson « Départ » : « Si à »l’esprit critique« , je l’ai crié si fort, C’est pour le réveiller, pour conjurer le sort », en espérant ainsi que vous n’opposerez plus à ma critique votre critique de la critique, comme si cela suffisait pour éviter de s’y confronter. Le problème c’est que quand la critique est dirigée contre vous vous ne l’acceptez pas. Prenez alors peut-être ce que je dis comme une exercice en mettant de côté la passion, une occasion pour affûter vos armes, affiner vos arguments, car à moins de vous replier sur vous-mêmes vous serez toujours confrontez à la critique et aux questions, même celles qui vous paraissent les plus stupides. Ce sera donc un bon exercice, et seulement cela, car je me doute bien que je ne convaincrais personne avec mes propos, et ce n’est donc pas mon intention puisque je sais que j’ai affaire à des convaincus (et dans « convaincus » il y a « vaincus ») pour ne pas dire des convertis. Ainsi Rock en Bol ou Isabella ont tort de dédaigner les critiques, en les ignorant ou en les méprisant, d’autant plus quand on a l’espoir de vouloir transmettre le message le plus largement possible ; si Esperluette ne se dispense pas de dédain ou de mépris, il manifeste sans doute plus de foi, mais malheureusement plus de passion, et c’est pour cela qu’il s’attache quelquefois à répondre, même si à mon goût ce n’est pas avec suffisamment d’honnêteté. Et il a raison de répondre, mais croire trop en sa tâche fait aussi courir le risque de tomber dans le fanatisme aveugle. Pour conclure, je dirai alors à l’attention du censeur qu’il a tort de censurer comme il le fait, c’est-à-dire de manière trop légère à mon avis, à la fois pour ce qui est de l’émission (ne devraient être censurées que les insultes, et moi je n’en ai jamais proférées) que pour ce qui est de l’émetteur du message (car je trouve qu’il fait preuve de plus d’indulgence pour les partisans - ses amis - du pantélisme : il démentira bien sûr). En premier lieu sont censurés les propos qui concernent directement Jean-Claude, j’ai pu m’en rendre compte, on ne peut le mettre en cause ou en question. Vous vous réfugiez derrière l’intention initiale du site qui est d’étudier les Textes, de s’attacher au fond et non à la forme. Mais qu’est-ce qui justifie qu’on détache le fond de la forme ? Les deux sont indissociables et c’est d’ailleurs pour cela que Jean-Claude a écrit déjà deux livres sur sa vie, car vouloir répandre le message des Textes ne peut se faire sans raconter la vie de Jean-Claude et sans parler de lui. Et la valeur des Textes tiennent à la forme même qui les fait apparaître, c’est-à-dire de leur provenance et du « réceptacle » choisi. Vous qui parlez tant d’unité pourquoi vouloir séparer le fond de la forme, occulter l’un et révéler l’autre ? Alors au moins ne vous bornez pas sans cesse à rabâcher les mêmes rangaines qui consistent à réduire le discours de l’autre à de la critique stérile ou à des mauvaises intentions (en cela je vois que vous me faites beaucoup de procès d’intentions alors même que vous me les reprochez : pour ma part les procès d’intentions ne me dérangent pas tant qu’un droit de réponse est respecté et que l’accusateur sait entendre l’accusé) et tâchez donc de ne pas éluder ainsi les questions. Merci.

    Le 8 septembre 2010 à 13:22, par Rock en bol

    Tout à fait ok avec Yoyo. On a suffisamment l’occasion dans la vie de tous les jours d’avoir des conversations stériles. On a tous compris, en tout cas, je l’espère, que le site devait servir à fortifier nos connaissances. A +.

    Le 8 septembre 2010 à 18:57, par Isabella

    A (de)speranto. On a lu et relu l’exposé de Castor et on y trouve rien qui prévienne de quoi que ce soit. Rock en bol vous trouve pessimistes, nous on vous trouve aigris. D’ailleurs ce genre de comportement n’est pas nouveau sur Jantel.org. On a connu d’autres intervenants et quelquefois les mêmes sous des pseudo différents qui venaient déblatérer sur JCP avec des formules souvent insidieuses. Ca n’a servi qu’à créer des polémiques avec Esperluette qui a le sang chaud apparemment, et qui, de toute façon, connaît mieux JCP que la plupart d’entre nous. Alors de grâce, ne gaspillons plus de temps ni de place sur Jantel.org, Nous, comme Rock en bol, on adhère totalement à ce que dit Yoyo : le site est fait pour parler des messages que reçoit JCP. Et à propos de JCP, a-t-on de ses nouvelles, suite à ce qu’a dit Bertrand ? Merci de répondre.

    Le 9 septembre 2010 à 10:00, par Esperluette

    Oui, Jean-Claude est sorti d’affaire, comme on dit, depuis 2 ou 3 jours. Pour l’Éclipse, la première modification est une erreur de ma part : c’est bien « Demain non plus jamais ne s’allumera le ciel ». Pour la seconde (« De prendre congé »), c’est une rectification faite par J-CP. lui même-par rapport à la première version. Il a parfois retravailler la copie de ses chansons. Ce qui prouve qu’il est toujours sur le qui-vive.

    Pour moi, Castor (suivi de très près par désespéranto) n’émet aucune critique constructive à l’encontre du site.

    Si Jantel.org n’est pas un recruteur de lèche-bottes bavant d’admiration sur le cas Jean-Claude Pantel, il n’est pas fait non plus pour les contempteurs de tous bords venant baver comme des crapaud sur le clavier de leur ordinateur.

    Castor critique le clip de l’Éclipse. Ce clip a sûrement des défauts dus au fait que ce n’est là qu’une maquette, je dis bien qu’une maquette réalisée avec des moyens dérisoires. Par conséquent, il ne lit pas les paroles de la chanson et ne prend pas conscience de leur qualité indéniable. Problème de forme et de fond (Dixit Rock en Bol). Pour ma part, le texte de l’Éclipse est d’une beauté artistique époustouflante et dans le fond et dans la forme.

    Et je le dis comme cela me vient : Mes poèmes ont une valeur de vieilles boîtes de Canigou pour chien-chien de grand-mère auprès des chansons de J-CP.

    Castor n’aime pas les paroles de l’Éclipse ? Qui le dise et expose point par point là où il pense que le texte pèche. Là où le style montre des imperfections, des maladresses. Là où cela semble quelque peu vieillot, obsolète - Pourquoi pas ? - dans la mesure où on ne chante plus en alexandrins depuis belle lurette. Si le conte lui apparaît stupide, par trop enfantin, ou si c’est un plagiat ( Le conte existe déjà en fait sous forme de prose dans les écrits d’anciennes peuplades nord-indiennes et même en Afrique je crois ! A vérifier).

    Mais non. Castor ne le fait pas, comme pour les Textes des VET qu’il pourfend sans jamais ne les lire vraiment. Il s’attaque à ce qu’il prend pour des « vices de forme » : Tel homme ne peut pas rester deux mois enfermés dans des Espaces parallèles ; on ne peut pas ne pas boire pendant x temps et survivre ; Jean-Claude n’a pas de charisme et n’ira pas bien loin avec son VDO, etc (Alors que Castor a tout faux). mais pour le fond : Makach ! Et pour cause : Qu’aurait-il à redire ?

    Et où est son super crack de professeur de philosophie qui devait discuter de la sémantique textuel avec nos deux professionnels en matière de lettres faisant partie de l’équipe d’Isabella ? Envolé ! Dans la nature ! Bref, que du pipeau.

    Alors, que fera-t-il ? Et bien il partira tranquillement se reposer dans le hamac insipide de ses « Seychelles quotidiennes », puis revenir d’ici une ou deux semaines nous asséner de nouveau ses tempêtes d’humeur massacrante totalement décalées par rapport à une progression recherchée. Enfin, si ça l’amuse.

    Le VDO est vraiment une entreprise que nous devons servir le plus sérieusement possible (Quitte à faire un peu le pilier de rugby comme on me le reproche et rentrer parfois dans le lard tandis que ce n’est pas au départ ma vraie nature), et tous les internautes de Jantel.org y sont invités. Les VET parlent d’effet direct et d’effets différés. Dans le cas de ceux qui se connectent au site, régulièrement ou non, c’est au deuxième paramètre qu’ils devront plutôt se référer. Mais commencer illico presto semble la meilleure des voies. Comment ? En écrivant, en peignant, en sculptant, en composant de la musique, et que sais-je ? autour de la comédie musicale nombre d’illustrations susceptibles de la promouvoir et de la rendre accessible à un plus large public : articles, desseins, photographies, aquarelles, enregistrements musicaux n’importe quoi, vous pouvez me les envoyer sur jantel-esperluette.over-blog.com : Tout sera le bienvenu !

    En parler aussi autour de soi semblerait pertinent. Faire passer le lien You Tube du clip l’Éclipse à ses amis le serait tout autant, etc. La marge de manœuvre est infini dans le transmis qu’il désire déjà ardemment faire éclore.


  • Le 9 septembre 2010 à 12:29, par Esperluette

    (Semblant de) réponse pour Esperanto :

    > L’islam semble apte à devenir la première puissance stratégique mondiale sur l’échiquier de la géopolitique des années futures, en raison du (sur)nombre de ses adeptes (Et oui le nombre fait bien la force parfois pour ce qui a trait au semi-qualitatif). Un ennemi ou un partenaire de taille en tout cas dans cet enjeu à l’échelle planétaire que sera le futur humanocide qui éclora d’ici peu en Asie méridionale.

    > Pour les Roms, c’est toujours la même rengaine -> surpopulationnisme dû à notre mode de procréation actuelle (endogène).

    > Que cela choque ou non notre morale, que cela nous plaise ou pas, un homme comme Raël est contrôlé par les Semi-Géométrisés pour aider à faire accepter sur Terre le clonage à venir. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : Ces dires ne cautionnent en rien le mouvement, tenu pour « endoctrinage » par certains, et considéré comme religieux par d’autres (Tout un chacun est assez libre pour émettre une opinion personnelle), que Claude Vorilhon déploie.

    Je ne peux bien évidemment pas émettre la mienne dès lors que le site Jantel.org pourrait être éventuellement assigné à comparaître pour diffamation, propos calomnieux, etc. Mais je pense que les plus assidus du site ne seraient se montrer dupes de celle-ci, mais bon passons.

    > Pour ce qui est du « Père déspiritualisé qui, s’il avait aimé, n’aurait pas créé l’Univers », il est le fruit d’un anthropomorphisme éhonté dont même certains génies de notre humanité, comme le furent par exemple Schopenhauer ou Nietzsche, n’ont pu hélas ! se départir.

    > Il n’est dans l’Univers aucune trace de théodicée susceptible de nous laisser croire à un dieu bon et aimant comme Saint Jean a pu nous le faire espérer en son temps (Voir la lettre de st Jean).

    > Des galaxies explosent tous les jours dans l’Infini et l’Éternité du Temps sans que rien ni personne ne se préoccupe des d’espèces ayant évolué en leur sein et s’évaporant brusquement dans le silence néantisé de l’oubli le plus total.

    > Et quelle bible pourra un jour changer cette Loi immuable des choses ?

    > Mais ce n’est pas parce que le Père n’aime pas(*) qu’il hait pour autant (*Dans le sens que nous donnons au mot amour qui, aux lèvres des VET a depuis belle lurette été oublié pour le terme plus vrai d’Harmonie).

    > Dans les Textes, il fut dit aussi que le Père n’a pas a se préoccuper des Espèces qu’il a créées dans la mesure où, dans son savoir incommensurable, il sait que tout le rejoint(Cité de mémoire).

    > Il faut apprendre à oublier nos leçons de catéchisme, voire de théologie qui, le plus souvent, se ressemblent comme deux gouttes d’eau.

    Le 9 septembre 2010 à 14:29, par Rock en bol

    Mes amis et moi-même tenons à faire savoir à Esperluette que nous lui sommes très reconnaissants pour tous les détails qu’il a la gentillesse d’apporter. Il peut paraître quelquefois « soupe au lait » mais personne ne pourra lui reprocher de ne pas donner, ma compagne précise même de « se donner ». On espère que Castor et (Des)esperanto apprécieront à sa juste valeur l’humilité qu’il met à leur répondre alors qu’il pourrait les ignorer comme par exemple je m’accorde à le faire. Je ne leur consacre que le minimum et ça démontre que j’ai sans doute encore du chemin à faire par rapport à mon ego. Enfin, JCP est de retour et ça fait du bien de le savoir. Qu’il se remette de son isolation, on saura patienter. Merci à tous ceux qui travaillent sur ce site et à +.

    Le 9 septembre 2010 à 18:53, par Yoyo

    Je pense qu’il serait utile de pousser la réflexion plus loin face à ceux qui plaquent des stéréotypes pour railler ou critiquer les mouvements sectaires : pourquoi l’aventure de M. Pantel et de ses amis et lecteurs n’a jamais pu déboucher sur un mouvement sectaire ? pourquoi cela a t’il toujours échoué pour ceux qui auraient bien voulu que cela soit le cas et qui ont rejeté le tout avec amertume et dédain, une fois que la désillusion est venue ?

    Cela me fait penser aux admirateurs de U. G. Krishnamurti (à ne pas confondre avec l’autre Krishnamurti, mondialement célèbre) ; chaque fois qu’un mouvement sectaire a essayé de l’embringuer, il a su échapper aux griffes de la tentation. Il était féroce et roboratif.

    Les moments d’échappement de M. Pantel me semblent du même ordre et c’est pour cela que les critiques des anti-sectes me semblent toujours curieuses et simplement pavloviennes sans compréhension de la situation.

    Le 9 septembre 2010 à 21:34, par Isabella

    Dans mon petit groupe de travail, nous avons tous lu les 2 premiers volumes des VET et nous avons, pour la plupart, visionné la cassette que Jimmy Guieu a consacré à JCP. En regardant de près, on s’aperçoit que ça fait + de 40ans que cette histoire existe. Si JCP avait dû monter une secte, je pense qu’il aurait eu largement le temps de le faire. D’ailleurs, Jimmy Guieu le fait bien remarquer dans sa cassette des portes du Futur. Nous, on le voit comme un artiste, comme quelqu’un qui met son talent au service des autres et ça nous suffit amplement. Les messages qu’il reçoit et fait passer sont très cohérents bien que difficiles d’accès. Je répète que notre groupe possède dans ses rangs 2 ex-professeurs de lettres et de philo et ils éprouvent un grand plaisir à travailler sur ces messages bien qu’ils interviennent très rarement sur le site. Que ceux qui sont proches de JCP lui disent que nous sommes très heureux qu’il nous revienne, c’est notre message à nous. Bonne soirée.

    Le 10 septembre 2010 à 09:40, par Esperluette

    A Yoyo : Merci de nous avoir fait découvrir cet autre Krishnamurti dont, pour ma part, j’’ignorais totalement l’existence. A bientôt.

    Le 10 septembre 2010 à 12:28, par Yoyo

    On peut lire un interview de cette non-dualité réalisée sur la page : http://www.inner-quest.org/UG_Fr.htm

    Le 10 septembre 2010 à 12:15, par Rock en bol

    Bravo, Esperluette pour votre « lettre au grand panpan » que vous avez imprimée sur votre blog. Je vais peut-être donner un coup d’épée dans l’eau mais avec mes amis on s’est déjà demandé si vos poèmes étaient édités et si oui à quelle maison d’édition. Tout le monde n’a pas internet et ne peut avoir accès à vos œuvres et ce serait dommage que ça reste limité à quelques uns, sans compter que ça réconcilierait pas mal de monde avec la poésie qu’on ne nous fait pas aimer comme il faut pendant la période scolaire. Bon week-end et à +.

    Le 10 septembre 2010 à 17:34, par Sassenach

    J’aimerais, si vous me le permettez, vous partager mon expérience quant aux dialogues et enseignements de ce site.

    Lorsque j’ai découvert le blog de M. Jean-Claude Jantel, j’ai été stupéfaite de ne rien comprendre aux écrits. Je demeure au Québec, avec douze années d’étude scolaire et une culture générale correcte mais nettement inférieure à nos cousins européens. Mes 54 ans de vie sur terre ne m’ont pas épargnée comme chacun des êtres qui se sont retrouvés sur cette planète et en cette dimension.

    Il y a longtemps, j’ai remis ma perception de la vie en question et ce, à tous les niveaux. Travail qui m’a été que bénéfique à tous points de vue.

    Je ne sais pas si le travail sur moi (cogito) a aidé à la compréhension des textes mais en début de lecture j’ai décidé de laisser aller sans essayer de comprendre tous les mots (en me rapportant quelques fois au lexique, ce qui était nécessaire évidemment). D’après mon expérience, il y a une lumière dans ces textes qui dégage la simplicité dans sa complexité.

    Maintenant, je dois dire que j’ai invité des gens qui sont dans un cheminement personnel à ce site mais dans la difficulté de compréhension, ils ont décidé de ne pas poursuivre la lecture. Ils auraient voulu que je leur explique ce que j’ai compris, ce que j’ai commencé mais je n’y suis pas parvenue réellement. Il faut sentir, ressentir et non juste lire.

    C’est pourquoi, j’inviterais toute personne qui, comme moi, n’a pas l’impression d’être à la hauteur quant à la compréhension des mots, de laisser tomber cette barrière et de se laisser imprégner comme une éponge qui ne regarde pas si quelques poussières se mêlent à l’eau qu’elle absorbera. Il y a des personnes qui ont besoin de comprendre chaque mot pour les ressentir et d’autres qui sentent l’essence de ce qui est dit.

    Merci encore à tous les intervenants de ce site de nous permettre d’établir un lien avec notre entièreté.

    Le 10 septembre 2010 à 20:52, par Yoyo

    Ah, moi ce qui me frappe, c’est l’extrême cohérence de ce qui se dit dans les textes et cela, au fil des années. C’est pour cela que j’ai réalisé ce site, afin de pouvoir travailler cette cohérence.

    Pour moi, ce que dit M. Pantel est facilement compréhensible mais il faut un peu de culture pré-socratique. Ce n’est pas nouveau, c’est même assez éternel. Mais comme c’est dit à sa façon, à travers son filtre, cela permet de ne pas tomber dans les clichés prêts-à-porter qui empêchent de penser.

    Un autre exemple que je viens de donner est celui d’U.G. Krishnamurti. Lui, il raconte quand c’est devenu évident : en regardant des danseuses. C’est donc un témoignage rigolo du passage. M. Pantel a raconté aussi dans ses livres comment cela lui est arrivé et j’attends le livre suivant avec grand intérêt.

    Le 11 septembre 2010 à 12:34, par Esperluette

    La maquette du clip vidéo de LA PENSÉE (Réalisée et montée par Yvon Raphène), première chanson du VOYAGEUR DE L’ORAGE (Composée par Jean-Claude Pantel), est déjà disponible sur le blog jantel-esperluette.over-blog.com, ou bien à l’adresse You Tube suivante : http://www.youtube.com/watch?v=ez3S...

    Merci et à bientôt.

    Le 12 septembre 2010 à 12:15, par Esperluette

    S’ouvre aujourd’hui officiellement le blog VDO-JANTEL.OVER-BLOG.COM pour permettre et faciliter la promotion et la compréhension, auprès du plus large public possible, de l’œuvre musico-verbale « LE VOYAGEUR DE L’ORAGE » écrite par Jean-Claude Pantel. Merci par avance pour d’éventuels soutiens et à bientôt. Esperluette.

    Le 12 septembre 2010 à 17:04, par Esperluette

    Le texte parlé « DE VIE EN VIE » (maquette), extrait du « VOYAGEUR DE L’ORAGE », est d’ores et déjà disponible sur le blog vdo-jantel.over-blog.com. Merci de votre attention et à très tantôt.

    Le 12 septembre 2010 à 20:55, par Isabella

    A Sassenach. Je pense que nous avons tous été comme vous au départ. A la 1re lecture, les messages sont difficiles et puis au fur et à mesure ça s’éclaircit. Je crois que c’est le ressenti qui est important au début dans le langage des VET. Il faut que le cogito lâche prise. D’ailleurs il y a une formule des VET qui dit « ressentir, comprendre et passer ». Autour de moi, on retrouve aussi ce que vous dites, quand on a la sensation de comprendre (et avec l’expérience on voit que ce n’est pas qu’une sensation) on a énormément de mal à expliquer ensuite. Vous verrez qu’au bout d’un certain temps de pratique, on y arrive mieux mais arriver à relier tout comme le fait JCP et peut-être les responsables de Jantel.org, c’est une autre paire de manches. Bonne soirée.


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher

Rubriques

 

Dernières brèves
  • 16 janvier 2016
     Décès de Régis B.

    Le grand ami de Jean-Claude , Régis B. nous a quittés récemment . C’est lui qui transmettait les Textes . Que tous ceux ou celles qui l’ont connu aient une petite pensée pour cet homme discret mais engagé . Toutes nos condoléances à sa merveilleuse épouse Annie (...)

  • 24 juillet 2014
     Note de webmestre : Google est parfois plus...

    Note du webmestre : Google est parfois plus performant que le moteur de recherche du site à cause de sa souplesse inégalée ; il suffit de demander un mot ou une expression à la page http://www.google.fr/advanced_search++cs_INTERRO++hl=fr en ajoutant la référence « jantel.org » dans la case demandée pour le (...)

  • 23 juillet 2014
     Autres sites intéressés par « Jantel »

    Je rappelle les sites d’Esperluette : http://vdo-jantel.over-blog.com http://www.jantel-esperluette.com/ http://jantel-les-vet1.over-blog.com/

  • 11 septembre 2013
     Le pianiste Gilbert Pagano nous a quittés ce...

    Le pianiste Gilbert Pagano nous a quittés ce mercredi 11 Septembre 2013 à l’âge de 70 ans. Que tous ceux et celles qui l’ont connu aient une petite pensée pour lui. Voir le site d’Esperluette : http://www.jantel-esperluette.com