Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Chronologie des « Textes » / Année 2010 / 2 décembre 2010
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

2 décembre 2010

D 2 décembre 2010     H 07:51     A JIGOR / MAGLOOW / KARZENSTEIN / JANTEL     C 1 messages


 

 

JANTEL :
 
Au cours de sa dernière intervention [1], Jadöpher mentionne, sans détour, le caractère préjudiciable ressortant de cette prédominance que l’on accorde au provoqué, plus ou moins volontairement, préciserai-je en passant, mais il soutient immédiatement après que la chose garde également une utilité certaine à l’égard de l’intelligence événementielle

 

JIGOR :
 
Plus spécifiquement : à l’égard de la praxie de l’intelligence événementielle, Jantel. L’intelligence événementielle, perçue seulement dans son aboutissement, témoigne uniquement du conséquentiel, obturant la vision sur la majeure partie de ce qui s’avère être constitutif des ambiants voués à servir quatriadiquement [2] l’Ordre implié.

Pour ce qui a trait à l’autre aspect de votre remarque, Jadöpher, dans son énonciation, vous engage à « réobserver » la prééminence de l’astatisme [3] qui, face à n’importe quel situationnel révélé, fait toujours corps avec la multidimensionnalité du « manifesté ».

En parfaite adéquation avec les données existentielles allouées à chaque spécifisme, la chose en l’expression du mouvement qu’elle configure dispose, ainsi qu’il vous l’a été expliqué, la concordance en l’adaptabilité [4] que vous pouvez désormais appréhender plus distinctement en appréciant les résultantes de réverbération reliant incidemment entre elles les fonctionnalités.

Peu avant, Jadöpher engage conjointement votre souvenance à se réactiver sur le fait qu’interférer avec l’Etabli, si dérisoire se trouve être la chose, décale l’avènement de la prise de conscience effective. Je fais mention d’une « réactivation de votre souvenance » dans la mesure où vous exposez un similaire constat dans le troisième volet de votre ouvrage, lorsque vous abordez le sujet de ladite prise de conscience.

 

JANTEL :
 
Ceci dit, Jigor, et sans qu’il s’agisse de « joutes verbales », mes amis et moi débattons quelquefois sur l’orientation que semble donner à notre société l’application quasi-systématique de « l’assistanat ». Dernièrement, je fis valoir que vos interventions, tout au long des jours qui m’ont mené jusqu’à aujourd’hui étaient aussi de « l’assistanat ». Cependant, mis à part le fait que cet acte appartient au provoqué, que devons-nous considérer de la chose ?

 

MAGLOOW :
 
Déjà que le provoqué représente en ses diverses expressions les désuperposition et démultiplication de l’Etabli, Jantel ! Il n’a jamais été question de renier son existence, mais seulement d’en examiner les « limites » à chaque occasion…

 

JANTEL :
 
C’est précisément où je voulais en venir, Magloow, mais j’ai sans doute mal formulé ma question qui sous-entendait que « l’assistanat » sous la forme d’existence qui l’identifie -, affiche des « limites » comme toute existence, le tout en respectant « les nuances » s’imposant, ainsi qu’il convient de le faire dans chaque raisonnement…

 

JIGOR :
 
Pour ce, il sied de prendre quelque distance avec le conséquentiel en risquant un regard, si mesuré se veuille ce dernier pour les potentialités de vos semblables, sur le causal, lequel, en l’occurrence, ne figure rien d’autre que l’interdépendance pourvue initialement par la Loi des Echanges.

 

JANTEL :
 
Oui, nous le pressentions quelque peu : « l’assistanat » appartient à la Loi des Echanges

 

MAGLOOW :
 
Et donc au principe de répartition et à l’astatisme lui étant inhérent.

 

JANTEL :
 
Dans ce cas précis, j’imagine que nous pouvons déduire, sans crainte de nous tromper, que l’astatisme s’effectue entre « l’assistant »et « l’assisté »…

 

KARZENSTEIN :
 
Certes, Jantel, mais en l’appréciant dans son intégralité, autrement dit dans son processus de désuperposition et de démultiplication, lequel concerne l’ensemble des univers. Il ne s’agit aucunement de figer ledit « assistanat » comme le font ponctuellement vos semblables dans « un jugement » d’éthique ne visant qu’à regarder la position dite privilégiée de « l’assisté », quelque soit le rang auquel le mode de vie de votre humanité le positionne…

 

JIGOR :
 
Là encore, l’application du subsumérisme récemment remémorée par Jadöpher se confirme précieuse pour « les nuances » dont vous faisiez état précédemment.

 

JANTEL :
 
Ce qui sous-entend…

 

MAGLOOW :
 
Qu’apprécier la chose uniquement sur « un plan social », tel que vient de vous l’exposer Karzenstein, aboutit à dénaturer le caractère existentiel de « l’assistanat »…

 

JANTEL :
 
Et par conséquent, à oublier que « l’assistanat » concerne pratiquement tous les spécifismes

 

KARZENSTEIN :
 
L’adverbe « pratiquement » s’avère ici superflu. « L’assistanat » peut se concevoir lui-même tel un spécifisme, Jantel, au même titre que tout ce qui relève ou si vous préférez -, tout ce qui découle de l’existentialisation. Ainsi s’affirme-t-il aisé de se rendre compte qu’il ne paraît jamais plus présent qu’en certaines phases d’exhibitionnisme avec lesquelles il communie

 

JANTEL :
 
Je me sens capable de concevoir cela, Karzenstein, mais je pense que cette communion ne procède d’aucune intention

 

KARZENSTEIN :
 
A son stade post-originel, incontestablement, Jantel, puisque cette expression appartient à la fulgurance mimétique. Toutefois, le processus de faire corps qui en dérive installe l’ensemble des éléments fonctionnalisant l’interdépendance et, subséquemment, « l’assistanat » sous toutes ses lignes.

 

JIGOR :
 
De la sorte, pouvons-nous concevoir que « la mise en exergue » de ce dernier, sans figurer une intention au sens littéral du terme, contribue à illustrer le principe stochasto-apodictique [5], qui, souvenez-vous, harmonise au gré des ambiants et de leur déploiement tout ce qui se détermine en la nécessité.

 

MAGLOOW :
 
Sans perdre de vue que, pour ce qui a trait à votre espèce pensante du moment, la nécessité se métamorphose souvent en besoin, selon la concordance en l’adaptabilité convenant à son compensatoire existentiel.

 

JANTEL :
 
Pourquoi, en dépit de tout ce que vous nous expliquez sur le fonctionnement naturel des choses dans leur diversité, mais aussi dans leur ensemble, ne parvenons-nous pas à refuser de prendre parti ? Parce que nous sommes partie prenante, soit, mais comment alors le subsumérisme peut-il remédier à ce qui n’est en finalité qu’un manque de contrôlabilité des flux ?

 

JIGOR :
 
Pour ce qui émane de notre présent entretien, en vous aidant à positionner tout ce qui constitue le produit du mouvement non plus sous le couvert de l’anthropomorphisme et du sentiment de « parvenance » qui le génère, mais tel que vous incitez à le faire dans votre « œuvre musico-verbale » selon l’ordonnancement de ’’l’advenance’’ du tout existant. La « chronologisation » de la localisation de ce dernier revêt occurrentiellement toute son importance dans ce qui se traduit pour lors en tant que temps dimensionnel.

 

JANTEL :
 
En fait, « juger par rapport à soi » revient à exercer une pression à ce qui se manifeste de la pression ambiante, ce qui au su de notre capacité de perception limitée nous cantonne dans de récidivantes « approximations », d’une façon que Rasmunssen, une trentaine d’années en arrière, qualifiait de « superficielle » [6].

 

MAGLOOW :
 
Exercer une pression à la pression revient le plus souvent, pour votre espèce, à déceler en autrui « une adversité » et à la combattre. Dans le cadre de l’entretien de ce ’’sous-mouvement’’, chaque individu demeurera animé de vaillance renouvelée jusqu’à la prise de conscience effective précédant sa phase de récursivité. Sur un plan plus subtil, nous constaterons que cette vaillance se désagrégera dès qu’il décèlera que « l’adversité » précitée se situe finalement en lui-même. Le combat perdra alors de son intensité, cédant le pas au rejet qui, en le vide auquel il fait place, autorise à rallier l’Initial avec, pour le sujet occurrentiellement concerné, une lucidité que vous savez variable [7].

Vous n’ignorez plus que la chose prend d’autres tournures dans les cas de mue évolutivela prise de conscience s’effectue sur une période beaucoup plus étendue, s’élaborant en symbiose totale avec l’acceptation.

 

JANTEL :
 
Je demeure toujours ébahi par cette aptitude que chacun de vous possède pour relier les choses entre elles, un peu comme si vous aviez participé d’entrée à la Création et à tout ce qui s’en est déployé…

 

KARZENSTEIN :
 
Jusqu’à preuve du contraire, notre participation aura été passive et ne se sera voulue en rien d’ailleurs différente de la vôtre, ni de tout ce qui se sera révélé en l’existentialisation, simplement faut-il se souvenir que l’état de fluido-luminescence auquel nous avons été voués donne accès à ce que nous vous avions engagé à nommer la réversibilité graphique [8]  [9].

De la sorte, en qualité de parcelles de la Masse Ectoplasmique, il nous reste acquis de remonter jusqu’au mouvement ainsi que nous vous le confiâmes, voici de cela vingt-sept cycles solaires.

Sur ce, Jantel, nous vous rendons à votre « dimension présente », non sans vous enjoindre de transmettre nos pensées de bon augure à ceux qui vous ’’assistent’’, ainsi qu’à ceux vous ayant ’’assisté’’ dans votre existence actuelle.

 

 

Notes

[2quatriadisme :

  • conjoncturel : ce qui concerne la conjoncture qui est un faisceau d’événements ; conjoncture vient du latin conjunctus, conjoint : ensemble des éléments déterminant une situation sociale, économique, politique… à un moment donné.
  • circonstanciel : ce qui concerne la circonstance qui est ce qui accompagne nécessairement ou est autour circonstance vient du latin circumstare, se tenir autour : fait particulier qui accompagne un événement, élément secondaire d’une situation.
  • situationnel : ce qui concerne la situation, c’est à dire ce qui est placé en un certain endroit situation vient du latin situs, statut, siège, emplacement, lieu : l’événement a lieu à un endroit donné.
  • événementiel : ce qui concerne l’évènement c’est à dire le fait qui survient à un moment donné vient du latin eventus, venant lui-même du verbe evenire, arriver. Un événement (graphie ancienne) ou un évènement (graphie actuelle) est un fait qui survient à un moment donné. Il se caractérise par une transition, voire une rupture, dans le cours des choses, et par son caractère relativement soudain ou fugace, même s’il peut avoir des répercussions par la suite. Au sens général, il signifie tout ce qui arrive et possède un caractère peu commun, voire exceptionnel (d’après Wikipédia).

[3astatisme : d’astasie, en grec astasia, instabilité en français on a aussi « astatique » qui, en mécanique, est un état d’équilibre indifférentié ( qui reste non fixé en quelque sorte ) le sens d’astatisme dans les Textes penche plutôt vers ce sens d’équilibre indifférentié

[4concordance : de concorder, du latin concordare avoir des rapports de similitude, de correspondance, d’accord ( cf les règles de concordance des temps en grammaire où le temps du verbe d’une subordonnée dépend du temps du verbe de la principale ) ici en accord avec les capacités d’adaptation

[5principe stochasto apodictique :

  • stochastique : grec stokhastikos, conjectural, de stokhos, but ; se dit de phénomènes qui relèvent partiellement du hasard et pour lesquels on ne peut formuler que des prévisions globales, statistiques
  • apodictique : du grec apodeiktidos, démonstratif, évident ; dont il est impossible de douter 

[6Rasmunssen - Avril 1974 : …pour pallier le carentiel de vos approximations flagrantes, vous avez confiné vos espoirs à la Croyance en quelque chose de meilleur quoique mal situé et que vous appelez Religion. Hélas, la Religion, en tant que facette du mode de vie, reste en ses notions la continuité du schéma de ce que vous vivez 

[7Cela pourrait commencer par comprendre ce qu’est une identification projective…

[8Réversibilité graphique : une façon de voir le diagramme à l’envers, en retournant aux sources de l’émission, en remontant les désuperpositions et démultiplications jusqu’au mouvement d’origine ; c’est l’assistanat que nous offre ces Textes, justement 

[9Karzenstein - 3 juin 1999 : …l’accession à l’état d’Etre, l’accès à la fulgurance mimétique : suprême palier du « faire corps ». Cette réverbération, au faîte de son évolution ascensionnelle, reste la possibilité d’amalgamer le reconductible corporéitaire au référentiel corpusculaire… Concevez la chose tel un effet du phénomène de réversibilité… 

 

Mots-Clefs

1 Messages

  • Le 7 décembre 2010 à 11:23, par Rock en bol

    On aime beaucoup ces dialogues où JCP peut s’exprimer en même temps que les VET. On trouve pour notre part que c’est + explicite que les messages où un VET s’exprime seul, même si la qualité de fond est identique.. C’est aussi sûrement + confortable pour nous parce que JCP allège les débats en posant ses questions, encore que ses questions sont souvent à un niveau qui n’est pas le nôtre, il faut l’avouer. Dans ce dernier message qu’il faudra bien sûr relire plusieurs fois, notre attention a été attirée par Jigor quand il fait référence au VDO à propos de « l’anthropomorphisme » Ce n’est plus un scoop que de dire qu’on est fervents de l’œuvre et avec ma compagne, on a fait la relation avec le passage de la 1re époque juste après la chanson « autre temps mêmes moeurs ». Il y a un assez long dialogue où presque tous les acteurs participent et qui s’accorde bien avec ce que dit Jigor. On peut lire notamment une répartie du professeur Janybel qui résume notre déduction : « En réalité, ceci n’est de nature à surprendre que dans la mesure où, dissociée des jugements que nous portons, transparaît une idéologie libérant les choses de nos concepts…les plaçant sur un pied d’égalité avec l’espèce humaine, et je dois avouer que cette »vision« me séduit assez… » Ca s’apparente pas mal au« subsumérisme » et ça remet « l’anthropomorphisme » à sa place. En tous cas ce qu’on peut confirmer, c’est que grâce à ce site il y a des trésors de réflexion à faire sur nous-mêmes et sur nos façons de voir les choses. On ne vous dira jamais assez merci. A +.

    Le 7 décembre 2010 à 11:53, par bertrand72

    Ah l’assistanat vaste propramme qui peut vite tourner au drame . Il se heurte au libre arbitre . Pourtant ceux qui en savent plus (à prouver) ne doivent-ils pas aider ceux qui en savent moins ? Les plus humanistes ou caritatifs ont du mal à résoudre la quadrature du cercle . Assister les plus démunis , montrer l’exemple ..sans imposer !!! Assister sans insister ? Mes pensées de bon augure à l’entour .

    Le 7 décembre 2010 à 18:27, par Isabella

    Après une première lecture on voit bien que nous avons en permanence un problème avec la pression. C’est ce qui nous fait reporter nos erreurs sur l’autre et porter des jugements pas trop fondés alors alors que le coupable c’est souvent soi. On a beau s’en apercevoir après mais c’est toujours trop tard. Bonne soirée.

    Le 7 décembre 2010 à 20:23, par Yoyo

    Oui, on projette chez l’autre ce qu’on refuse chez soi et , après, on attaque chez l’autre ce qui est à la source de la projection ; c’est de l’identification projective ; quand on lit les messages agressifs du forum, on voit bien comment ce mécanisme fou est à l’œuvre.

    Le 8 décembre 2010 à 10:59, par Rock en bol

    On peut aussi prendre comme exemple ce que dit le VET Virgins dans la rubrique phrases hors textes :« Par rapport aux autres il faut parfois admettre que l’on ressemble plus à ce que l’on combat qu’à ce que l’on croit être ». A +.

    Le 11 décembre 2010 à 04:39, par Yoyo

    Heureusement, « à la longue », les passions se calment. Comme dit M. Pantel, dans l’article La passion : ce qu’elle génère (entre amour et haine) dans la spiritualité : « Entre osmose attractive et osmose répulsive , il est normal d’envisager que, dans tous les cas, les ambiants génèrent (au gré des divergences et donc de l’oscillationnisme des forces en présence) l’astatisme régulateur au nom duquel tout (à la longue) finit par reprendre sa place. »

    Le 10 décembre 2010 à 07:32, par Isabella

    La vague de froid qui vient de frapper notre pays a permis de voir que la solidarité et l’assistanat étaient bien présents avec les gens qui ont hébergé des automobilistes coincés sur les routes. Je pense que la forme prise, notamment avec les médias, fait partie aussi de l’exhibitionnisme dont parlent les VET. Il n’y a sûrement pas intention au départ mais il y a nécessité à l’arrivée. Nous avons tout le week-end pour cogiter là-dessus.


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0