Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Chronologie des « Textes » / Année 1996 / 26 décembre 1996
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

26 décembre 1996

D 26 décembre 1996     H 15:08     A Karzenstein     C 0 messages


QUESTION :

 Comme Vous nous en aviez avisé, la période que nous venons de traverser s’est affirmée rude ; je ne prétends du reste pas que nous nous en soyons véritablement remis, tel que Vous avez pu le constater lors de votre récent passage. Le dicton « Prévenir vaut mieux que guérir » s’accommode mal ici de la situation… encore que je demeure persuadé que vos conseils, qui sont, pour nous, des sortes de prédictions, si l’on s’y montre attentifs, m’ont aidé (je dis bien « m’ont aidé », car je ne veux pas me substituer à ceux qui m’entourent). Je dirai qu’ils m’ont permis d’assumer avec moins de désenchantement ces moments pour le moins difficiles, sans me soustraire à certains tourments inhérents aux limites de ma dimension… Bien sûr, très égoïstement je songe, tel que Vous le savez, à Pollux pour lequel je n’ignore pas que Vous et les vôtres avez tout fait, jusqu’à l’instant qu’il me faut qualifier de fatal…
 

KARZENSTEIN :

 Continuez, l’instant se prête à ce que vous évacuiez le surplus analytique façonné par votre mode de pensée, cela sera profitable, entre autres, au déroulement de votre phase extatique entrepris lors des derniers cycles annuels…
 

Question
- Je ne tiens pas trop à m’étendre sur le sujet délicat qui tendrait à traiter encore une fois de mon influence sur la tournure que prennent les événements. Pourtant, je songe à certaines phases que mes amis et moi considérons comme tragiques, même si je me dois de faire la ou les nuances qui s’imposent selon chaque cas…

Karzenstein
- Nous vous concédons sans conteste d’être en proie à des problèmes de conscience, ne situant pas les critères d’échange qui entrent en lice lors de certaines situations semi-provoquées. Vous rassurer sur le plan inconscient qui vous vit durant ces phases n’autorise pas pour autant de minimiser l’influence que vous y exercez dans leur déroulement…

Pollux demeurant Pollux, je dis bien « demeurant » et n’y voyez pas là l’ombre d’une offense à votre Foi, nous ne nous appesantirons pas sur la mue évolutive qu’a entamée votre ami… Sachez simplement que « la chose » se réalise en ce Cyclique et aboutira comme il se doit dans le Dimensionnel auquel, pardonnez-moi de vous le répéter, vous devriez déjà appartenir…

Question
- Lorsque vous dites dans ce Cyclique, je suppose que cela n’a rien à voir avec ce que vous appelez cycle annuel….

Karzenstein
- Vous supposez comme il se faut, je vous dirai compendieusement qu’un Cyclique est une « démultiplication d’ambiants » projetés par le Temps Dimensionnel et s’inscrivant au gré des fluctuations de la Masse Ectoplasmique dans le mouvement de la Syzygie Spatio-Temporelle. Les Cycliques connaissent aussi la rupture mais l’effet spiralisant dudit mouvement les réordonnance d’après ce que vous savez être à présent la Récurrence Réadaptatrice…

Pour l’heure, ne nous éloignons pas de vos états d’âme ou plus concrètement de ce problème de conscience qui dérange le déroulement de votre phase extatique et qui, nous ne l’ignorons pas, prend sa source en des sous-ambiants, à l’occasion des ruptures de vies conscientes d’individus avec lesquels vous vous êtes trouvés, nous dirons… en décalage, voire même en opposition, comme le définissent, entre autres, celles de votre ancien voisin mitoyen et plus récemment du géniteur de Lucette…

Il est indéniable que ces deux personnages ont entrepris, au fil des périodes où ils vous ont côtoyé, d’établir un rapport de force avec ce que détermine votre reçu. Certains de leurs « agissements », je précise bien « agissements » ont interféré avec ledit reçu lui-même, c’est-à-dire en connexion directe, bien qu’intermittente, avec votre rendu… L’issue de l’échange, auquel vous savez fort bien que d’autres espèces participent, était vouée à se réaliser dans les formes que la qualité de choses à vivre et vécues de chacun comportait, en « interagissement » direct avec ce que représente réellement votre « reçu » proprement dit… et conséquemment votre « rendu ». Le mélange des énergies, définissons-le ainsi, ne pouvait, à la longue, que se montrer détonant… Là encore, « le provoqué » affiche ses limites par rapport à « l’Etabli »… D’ailleurs, vous admettrez sans peine qu’il ne s’agit en l’occurrence que d’une autre facette de la Loi d’Alternance Osmotique dont nous avions débattu à propos de diverses situations, au cours d’entretiens antérieurs…

Néanmoins, je ne puis prétendre que ceci fera taire vos relents de conscience… Toutefois, n’oubliez pas qu’en ce qui nous concerne, nous sommes confrontés à cet état de fait sur d’autres plans. Du reste, il vous fut confié qu’étant à même de vivre ce que le Père nous donnait, nous subissions ce que sa Vérité nous proposait.

Question
- Oui, vous évoquez là le fameux réordonnancement des pressions, au cours duquel vous exercez une réaction…

Karzenstein
- C’est cela pour l’essentiel, cependant je souhaiterais que nous revenions sur l’avant-dernier point traité, lequel vous remémorera des propos que nous tînmes lors de conversations au cours desquelles nous vous avions fait ressentir que, sous couvert du circonstanciel le révélant, le « provoqué » émanait toujours de « l’Etabli »… Etant acquis qu’au vu de ce « circonstanciel », à l’image de l’exemple que nous venons de commenter, cette émanation s’exerce dans la diversité des consistances que sait lui conférer la « Fusion Constante », en ce qui configure la densité existentielle, il s’avère opportun ici que vous conceviez qu’il est une « précoexistence » entre tout support et l’intégralité de ce que le mouvement est à même de formuler, de par ses ambiants, sur ledit support…

Cosmogoniquement parlant, nous avons abordé la chose lors d’un entretien antérieur auquel vous vous référerez, si besoin est. Soulignons incidemment au passage qu’Espace Volumique, puis état précellulaire, identifient ici ponctuellement le processus existentiel, à un stade que vos connaissances actuelles pourront raisonnablement qualifier d’initial. Ceci doit vous conduire à conclure aisément, qu’en l’équation que nous avons énoncée juste avant ce petit rappel, le second facteur précité ne représente rien d’autre qu’un effet de la subdivision du premier…

Question
- Je suppose que vous voulez à cette occasion nous faire valoir que le « supporté », si je puis m’exprimer en ces termes, et le « support » ne font qu’un ?..

Karzenstein
- Certes Jantel, mais à seule fin de vous voir bien prendre en compte le multidimensionnalisme que génère la répartition d’Intelligence Divine, puisque nous noterons que nombre d’individus, dans l’Histoire de votre espèce, ont pris conscience du caractère interactif des entités en présence. Matière provisoirement inerte et matière provisoirement vivante s’accomplissent dans ce que nous nommons, pour notre part, « l’édaphisme postoriginel » [1]. La chose, vous vous en doutez bien, dépassant le cadre de la planète Terre et s’étendant à d’autres supports universels…

Question
- Cela tendrait à nous faire rejoindre, verbalement parlant, le caractère qualitatif dont est pourvu tout ce qui est issu du Père, ainsi que nous l’avait fait remarqué Rasmunssen, dans le Texte de Loi d’évolution des espèces : support volumique, volume évoluant sur le support etc…

Karzenstein
- Ceci vient à point nommé pour formaliser, en quelque sorte, un aspect de la répartition d’Intelligence Divine que l’entretien d’aujourd’hui ne saurait contourner, à savoir la « capacité d’admissibilité d’impression » [2]. Vous le ressentiez plus ou moins, suite à nos précédents dialogues, sachez-le bien à présent : ce positionnement tout à fait situable, que nous surnommerons en la circonstance « relais » est le point d’ancrage de tout échange, à quelque niveau qu’il s’exerce dans la cosmogonie…

Question
- Quand vous dites « situable », il va de soi que c’est à votre niveau que ce positionnement s’avère situable ?..

Karzenstein
- Le caractère théorique, voire subjectif de cette manifestation incombable à votre dimension ne vous a nullement interdit de ressentir une forme d’accès à l’onde de vide… d’où la teneur axiomatique du mot « relais », que j’emploie ici afin de traduire le cheminement de l’Intelligence Divine, donc de la Pensée, en l’interception qui saura l’exprimer… Le phénomène d’interception ne s’exerçant pas seulement dans le domaine artistique… comme chacun s’en sera rendu compte…

Question
- Ce relais entre le Père et nous, si je puis me permettre, concrétiserait la fameuse propension à faire le vide dont vous aviez fait état, pour m’inviter à définir plus explicitement ce qu’il convient de considérer en tant que Foi…

Karzenstein
- Et surtout en tant qu’élément de constance de ladite Foi, de par la prépondérance originelle du Vide, c’est-à-dire en « possibilité virtuelle d’adaptabilité permanente au Mouvement ». C’est d’évidence la « fulgurance mimétique » pour les Etres, dans leur conception définitive, mais c’est aussi « l’agissement » pour ce qui s’exprime dans ce que configure géométriquement l’Existence, en ce que révèle sa « démultiplication contrôlable ». Et ce, en les spécificités minérales, végétales et animales dont vos semblables et vous-même, dans le positionnement présent du Cyclique, êtes constitués.

Question
- Par avance, je sollicite votre indulgence si je me méprends en considérant dès lors que la constance en matière de Foi, vécue donc au travers de la fameuse faculté d’admissibilité d’impression, générerait l’agissement… que mes amis et moi assimilons à un acte semi-conscient, pour ne pas dire inconscient…

Karzenstein
- Non seulement vous ne vous méprenez point mais je vous engagerai, en cet instant, à maintenir votre vigilance déductive de manière à bien visualiser ici une représentation de la désuperposition des choses. La Fulgurance du Père procède à l’émission de la fulgurance mimétique échoyant aux créatures que nous formalisons en tant qu’Etres, puis ,au fur et à mesure de la volumisation des différentes espèces, elle génère tout ce qui va constituer « l’agissement ». Celui-ci, dans sa démultiplication contrôlée, ne nuira aucunement à la resuperposition dite initiale de par le principe récursif de l’indéfectible récurrence réadaptatrice… D’ailleurs, n’est-il pas de circonstance de bien se rappeler que la Création ou systématisme originel identifie l ’agissement par excellence ?..

Question
- Cela est l’évidence même pour Vous, pour ma part j’aurai besoin de réécouter cet enregistrement et d’en bien relire la transcription…

Karzenstein
- Oui mais entr’entendez surtout qu’ici nous avons abordé, disons « propiciellement », ce qui doit formuler pour vous et ceux qui partagent vos instants la réalisation de l’un des aspects du « mouvement »… Celui qui nous a fait vous traduire terminologiquement par « faire corps » comment concevoir la « Liberté ». Percevez-vous mieux Jantel le nuancement qu’il convient d’opérer plus que jamais entre « l’acte » et « l’agissement » ?..

Question
- Disons que nous avons compris que l’acte était prisonnier de l’intention, en d’autres termes du cogito… et que ne côtoyant pas l’inconscient consciemment, nous ne pouvions accéder de nous-mêmes, disons par notre propre volonté à l’agissement et, du fait, l’enfermer dans un concept, disons applicable quand bon nous semble…

Karzenstein
- Il est évident pour vous, vos semblables et nombre d’espèces pensantes dont nous-mêmes, que votre espèce ne saurait se déterminer autrement qu’au travers de l’acte à agir et agi, dans sa mécanisation enfermante, et parfois par le geste. La dynamique de ce dérivé du « mouvement », ainsi que vous venez de l’exprimer, est canalisée par le cogito. Mais ce concept, si correct soit-il, ne formule qu’une partie du « conséquentiel » et n’établit en rien le « causal » de la chose et de toutes celles en découlant…

Question
- Permettez-moi de vous interrompre : le mot « chose » est diversement employé, y compris par nous, eu égard à votre maîtrise du langage, pouvez-Vous nous dire que faut-il entendre par cette terminologie ?

Karzenstein
- Dans tous les cas, considérez le mot « chose » comme étant la formalisation diversifiable de l’expression du « mouvement », sans plus… mais à mon tour de vous inviter à me soumettre votre jugement sur ce qu’il convient, entre toutes raisons, de considérer comme l’intrinsèque causalité de la chose évoquée…

Question
- Par rapport à tout ce Vous nous avez appris, durant ces deux dernières décennies, je ne prendrai pas trop de risques en considérant que notre façon de concevoir l’acte en tant que facteur existentiel, pour reprendre une de vos définitions, est dû à notre mode de procréation…

Karzenstein
- Tout à fait, Jantel, et nous affirmerons de surcroît que la dégraduation entre « l’agissement » et « l’acte » prend sa source dans ce domaine précis. Surgissent en conséquence tous vos dysfonctionnements, dont le fondamental, en matière d’échange demeure la « spasmodicité du reçu » qui vous interdit l’accès direct à « l’ambiant », non sans occasionner maintes interférences à l’encontre de ce dernier qui se subdivise, avant de se rassembler de nouveau… Nous l’exprimâmes, voici quelques instants, en analysant sommairement certaines de ces phases interférentielles dont l’issue avait entraîné chez vous l’éclosion de problèmes de conscience…

Du reste, vous abordez en d’autres termes la chose de façon très satisfaisante tout au long de la seconde partie de votre livre, notamment lorsque vous établissez la différenciation qu’il convient d’opérer entre la « Création du Père » et « l’acte dit d’amour ». Cet acte dont vous soulignez par ailleurs la fugacité, laquelle, je vous cite - ne peut qu’engendrer un état provisoire, avec toutes les limites que la chose implique -.

Ce tableau est certes incomplet mais tout bonnement parce que quelques éléments vous font encore défaut, du moins dans ce qui concrétise le relationnel direct établi entre votre « conscient d’être » et certaines cellules mémorielles amalgamées lors d’un « état de suspens » antérieur…

Question
- Je ne vous surprendrai pas en vous avouant être quelque peu flatté de m’entendre cité par vos soins, pas plus que je ne pense vous surprendre en vous annonçant que ce que vous énoncez ensuite reste abstrus, ou du moins très flou, pour mon entendement de l’heure…

Karzenstein
- Rappelons brièvement que toute eccéité volumisée revêt selon sa densité, sa surface, un caractère provisoire dont la longévité impartie reste variable, de par la qualité de l’échange existentiel que lui confère son positionnement spécifique dans le ou les Cycliques : Cycliques qui sont générés par les fluctuations de la Masse Ectoplasmique, dans leur démultiplication et ce, jusqu’à rupture, tel que nous l’avons commenté voici quelques instants. La rupture poursuivant la rupture jusque dans la rupture, il est aisé de comprendre que cette continuité s’exerce dans les réamalgames cellulaires, en état de suspens, dont la qualité de choses vécues ne manquera pas de déterminer, ne serait-ce qu’au niveau des fréquences de retour, la qualité des choses à vivre, donc à quelques nuances près, à revivre…

Cette récapitulation améliorée, quoique encore simpliste, de certains facteurs, qui avaient été déjà portés à votre connaissance, vise à vous faire saisir avec un petit peu plus d’acuité, la maintenance du carentiel qui vous vit et qui vous interdit, à des degrés divers, une vision plus complète de « ce qui est »…

Question
- Grosso-modo, nous emportons dans la rupture des parcelles de qualité de choses vécues, c’est-à-dire ce qui matérialisera, en état de revie, ce que nos ésotéristes attribuent aux vies dites antérieures et qu’ils englobent parfois dans la définition de « karma », quand ils apparentent des portions de vécu au destin…

Karzenstein
- Et précisons-le sans attendre, car vous ne donnez pas l’impression de l’avoir relevé jusqu’alors, des portions d’ambiant ! D’où certaines situations semblant se reproduire, tels ces lieux se révélant connus alors que vous vous y rendez apparemment pour la première fois, ou encore la réitération de rêves, dans les premiers cycles annuels de toute « revie consciente… géométrisée », bien entendu…

Question
- Vous sous-entendez-là que cela ne se produit pas dans les cas de mue évolutive ?

Karzenstein
- Indubitablement Jantel… la Pensée se différencie profondément selon que la volumisation cellulaire fasse ou non corps avec elle… Tout changement de consistance modifiant un état en modifie les fonctions… Nous l’avons vu, c’est « le mouvement spiralien » qui autorise, entre « pression » et « attraction », toutes les formes de reviviscences, à quelque palier que celles-ci se révèlent et, nous venons de le signaler, les divers « ambiants » n’en sont pas exclus dans le « directionnel contrôlable » que propose la Loi des Echanges.

Question
- Vous parlez d’ambiants, voire de sous-ambiants, faut-il les considérer comme la démultiplication d’un « ambiant établi » en quelque sorte ?

Karzenstein
- Tout dans la Désuperposition Originelle est voué à une démultiplication selon les flux directionnels du « mouvement » Jantel…

Au départ, « l’ambiant » est un embryon du Temps Dimensionnel et de par son essence multidimensionnelle, il est partie intégrante de la Masse Ectoplasmique. Du fait, il s’adapte tout autant à l’expansion qu’à la rétraction. Même pour les Espèces bio-luminescentes et transparentes son contrôle reste toujours limité dans le cadre de la Syzygie Spatio/Temporelle, toutefois il n’entrave ni ne conditionne d’aucune façon l’effet de symbiose que pourvoit à leur endroit la fulgurance mimétique.

Plus l’Alternance Osmotique le voue à vivre l’échange avec le volumisé, plus il se densifie et exerce sa pression à l’encontre de ce volumisé. Ainsi, au stade de votre espèce, un « ambiant » s’exprime et s’imprime tout aussi bien sur un plan environnemental qu’événementiel… se subdivisant en fonction des échanges en présence.

Question
- D’où ces interférences que vous aviez évoquées à propos de notre libre-arbitre ?

Karzenstein
- La chose se vit là encore en démultiplication selon la capacité d’admissibilité d’impression inhérente qui la révèle et qu’elle révèle : ceci, nous venons de le préciser, en fonction de l’Alternance Osmotique nous conceptualisons en tant que Loi, puisqu’émanant du mouvement multidimensionnel par l’interactif de l’Echange, en désuperposition de l’Etabli au Provoqué puis en resuperposition, de par la récursivité inhérente au systématisme originel.

Question
- Il y a quelques instants vous avez fait part d’un directionnel contrôlable… si je ne m’abuse, que laisse entendre cette terminologie ?

Karzenstein
- Que la chose est inscrite dans le mouvement et qu’elle est perceptible voire localisable, situable, bien que non obligatoirement contrôlée : les directionnels varient avec la force d’attraction qui, ainsi que nous vous l’avions confié, sait être génératrice « d’accès de fulgurance »… C’est à notre échelle ce que nous nommons le « manifesté »… Sachez que ces « accès » contribuent à des variances… précisément dans les ambiants que nous venons de traiter, dans les climats et, en désuperposition, au niveau des comportements des espèces géométrisées et semi géométrisées… Pour en revenir au plan cosmique, il n’est pas inutile d’ajouter que ce « manifesté » entraîne ce que vous appelez les trous noirs ainsi que tous les phénomènes accrétifs, ou d’accrétion… si vous préférez…

Question
- Cette précoexistence dont vous avez parlé tout à l’heure et que, bien entendu, l’homme ne situe pas, tout en en ayant une vague idée ne nous interdit pas de ressentir les effets de la coexistence que nous menons avec notre support… et là une question me vient à l’esprit…

Karzenstein
- Une question qui en appelle beaucoup d’autres et qui a trait à la Planète qui nous intéresse en premier lieu, dont nous vous avions confié qu’elle semblait répondre par des colères périodiques aux agissements plus ou moins troubles de nos civilisations…

Question
- Oui…

Karzenstein
- Comprenez ici que mon procédé, pour le moins intrusif vis à vis de votre mental, autorise une meilleure répartition de l’échange, auquel vous êtes confiné lors de nos entretiens… L’accaparement de la formulation de votre questionnement provoque, en l’effet de surprise qu’il suscite, un réordonnancement de la pression, laquelle engendrerait sinon, en la circonstance, un apport de lumière tout à fait ingérable, à la longue, pour votre consistance existentielle actuelle… Donc nous allons procéder à résumer, autant que votre état de réception le permettra, cet aspect jusqu’alors imagé de l’interférentiel que nous venons d’évoquer…

Délaissons ici le mot « colère » que nous avons employé sciemment, à l’époque, pour vous faire ressentir ce qu’il convient d’assimiler à la réactivité du support planétaire… Chassez donc de votre esprit toute notion « d’animisme ». Rasmunssen vous le confierait mieux que moi, ayant dû, en son temps, exorciser, par certaines pratiques druidiques qu’il abhorrait, ce qui édifiait, en quelque sorte, la peur de ses contemporains… La peur sachant parfois se montrer élément d’harmonie, il s’ensuivait, au gré de la conjuration adoptée, et surtout devrions-nous dire, de par les effets pressurisants inhérents au mouvement initial, un interagissement provoquant à l’image des directionnels opposés une plage d’immobilisme, « astatisme » qui, bien que voué à une indéniable précarité, modifiait certaines données de l’échange : tout procédé sacrificiel faisant intervenir, vous l’aurez déduit, en la conduction émotionnelle donc énergétique qu’il procure, un dérivé de ces « directionnels contrôlables » dont la préexistence transparaît dans tout ambiant.

C’est la même qualité de choses qui se réalise dans le cas des « intuitions provoquées » dont nous vous fîmes sommairement état par le passé.

Nous dirons que ces phénomènes sont liés au Processus de Compensation Existentiel… mais, je vous engagerai, pour l’heure, à réduire le principe à une schématisation, laquelle vous ferait considérer la chose, en sa conclusion, comme un « choc en retour »… dans le même ordre que l’interception de votre pensée à laquelle je viens de me prêter… La seule nuance à observer en la bilanisation de ces phases interférentielles, vous l’aurez déduit, se situe dans la densité que sait générer l’ambiant en matière d’échange, dans les phénomènes dits de groupes…

Question
- Ce qui tendrait à accorder une influence tangible à certaines pratiques dites de sorcellerie… ou de magie…

Karzenstein
- Influence circonstancielle réitérable mais non figeable Jantel ! Et ce, n’omettez pas de le conclure, avec force modifications dans les formes ! Que votre vigilance ne se départisse jamais, lors d’événements de cet ordre, de la primauté qu’elle se doit d’observer quant à l’expression de « l’agissement » par rapport à « l’acte »… à agir, puis agi…

Reportez-vous à ce que nous avons évoqué précédemment et établissez le recoupement qui s’impose : fulgurance, fulgurance mimétique, Agissement puis, au fil des divers ambiants interposés, l’influence mimétique dont l’acte reste le principal pourvoyeur avec bien entendu la qualité relative en découlant… Discernez-vous mieux à présent le cheminement de l’Etabli au Provoqué, de la Mue Constitutionnelle dans sa démultiplication ?.. N’omettez pas de tenir compte du fait que le « mouvement » est autogestionnel, Jantel, d’où la continuité dans l’alternance de sa répertorisation, de sa répercussion débouchant sur sa récupération et ce à l’infini de tout agissement… Vous l’aurez déduit : là se définit la Loi de l’Eternité… dans les effets de récursivité propres à chaque situation…

Question
- Pouvons-nous assimiler les indications que Vous nous aviez soumises, à propos de l’assassinat des Moines à cette sorte d’ordonnancement du mouvement ?

Karzenstein
- Non pas sorte Jantel : ordonnancement tout court ! La dénaturation de « l’acte » doit non seulement vous autoriser à le dévaluer mais surtout à mettre en exergue la dépendance de ce dernier vis à vis de « l’agissement ». Gardez toujours à l’esprit le référentiel immuable que constitue l’équation Etabli/Provoqué… et la récurrence la vivant…

Tenez, puisqu’il vous faut des exemples : procédons à une resuperposition de cette expression du mouvement en ce que vous nommez « acte de bravoure » ou encore « acte désespéré »… N’y a-t-il pas lieu, dans ces cas précis, d’établir une destructuralisation de « l’acte » en tant que tel, pour laisser libre cours au positionnement semi-fulgurant de « l’agissement » ? La Pensée se meut constitutionnellement Jantel, elle est l’Intelligence Divine, le « conscient d’être » n’en est qu’un filtre et votre cogito la dimensionnalise à son échelle…

Souvenez-vous des facteurs entrant en jeu dans les actes dits désespérés… l’aboutissement n’est pas l’œuvre de « l’acte » mais de « l’agissement » qui l’y prédispose… en le « circonstanciel » , c’est-à-dire l’instant qui délimite la démesure de l’échange déjà altéré, par l’afflux disproportionné de lumière qui s’établit… sinon pourquoi, Jantel, « l’acte » n’aboutirait-il pas immuablement à la rupture dite intentionnelle ?.. Remémorez-vous ce que je vous avais confié en 1979 « l’acte est en l’acte, la chose en la chose »…

Les « choses » vous vivent, Jantel, « le mouvement » vous meut et « tout », à un moment donné, est appelé à faire corps puisque « tout » se rejoint… dans le Temps… Ce ne sont que les « strates de conscience » qui diffèrent, et ceci, il convient de le répéter, en fonction de l’incontournable Capacité d’Admissibilité d’Impression… Ceci est de nature à faciliter votre compréhension dans ce que nous vous avions confié quant au fait qu’il ne peut y avoir de hasard dans la rupture existentielle.

Question
- Tout ce que vous venez de développer, même si je n’ai nullement la prétention d’estimer que je l’ai entièrement compris, me pousse à vous dire que je suis désormais persuadé que la procréation doit se concevoir en tant qu’agissement… et non en tant qu’acte…

Karzenstein
- Détaché de tout désir, Jantel, donc de soi… Voilà pourquoi Nous nous satisfaisons de « récupération » et ne procédons plus à des « regéométrisations », voire des « géométrisations » tout court… La naissance est un « agissement » pour celui qui naît, du reste, en sus de l’état inconscient qui entoure le vivant en devenir existentiel, la génitrice, de son côté, échappe à toute intention…car sous quelque aspect qu’il s’exprime, c’est bien le geste qui prend alors le pas sur l’acte agi…

Le nouveau-né continuera à se confiner à des « agissements », jusqu’à ce que son cogito lui révèle sa géométrisation… et, philosophiquement parlant, son ipséité…

Question
- Tout à l’heure vous avez souligné, au sujet du mode de procréation, que c’était là que s’engendrait, si le terme n’est pas impropre, la dégraduation entre l’acte et l’agissement…

Karzenstein
- Je vous ai effectivement confié cela et vous souhaiteriez que nous allions plus loin dans ce domaine…

Question
- D’autant plus que vous venez de prononcer une phrase qui m’a marqué comme vous avez pu Vous en rendre compte…

Karzenstein
- Oui, je vous ai dévoilé que nous nous satisfaisions de récupération et que nous ne procédions plus à des regéométrisations, ni même à des géométrisations. Réescaladez vos souvenirs Jantel ! Pollux connaissait le premier printemps de son ultime géométrisation lorsque je vous ai également dévoilé que nous vivions en tant qu’espèce… et que nous existions en tant que civilisation… D’aucuns ont tiqué, dans votre entourage, lorsque j’ai fait état d’une quarantaine de siècles troublés par les « agissements », plus ou moins troubles, de nos civilisations… Remettre en cause leurs pseudo-certitudes s’avérera judicieux pour faire le vide dans leur esprit et l’entrouvrir à « l’essentiel ». Un « essentiel » auquel il conviendra ensuite de se consacrer dans la constance…

Je me permets cet aparté parce que récemment, vous avez eu vent, par le biais d’un résumé télévisuel, de certains faits dont la chronologisation coïncidait d’assez près avec celle qui vous avait été soumise par mes soins voilà dix-huit cycles annuels…

Suite aux propos que nous avons tenus aujourd’hui, notamment à ce dont nous avons débattu quant à la réitération de certains faits par le principe des reviviscences, en fonction des « agissements » et de leur mouvement pluridimensionnel réadaptable, vous pouvez tirer de riches enseignements sur votre fonctionnement profond… Il sera toujours temps de porter à votre connaissance ce qui ne constituera jamais pour vos semblables et vous-mêmes que le Passé… Vous le savez Jantel : le souvenir aide l’expérience mais l’expérience ne peut rien pour le souvenir…

Etant donné l’accumulation de lumière passive que vous subissez, lors de nos entretiens, et ce, malgré toutes les précautions que nous prenons, je préfère soumettre à votre raisonnement des choses dans lesquelles se trouve matière à remise en cause… et en premier lieu, pour ceux qui partagent vos instants, tel que vous l’imaginez aisément…

Certes, la modicité de la marge évolutive de l’espèce, à cette période précise du « point de non-retour », préfigure l’échec, faut-il le rappeler, qui couronnera votre entreprise… Mais de cela vous ne doutez plus, ne serait-ce qu’en constatant combien votre entourage persévère dans ce qu’il sait lui être, sinon néfaste, du moins franchement limitatif…par une absence de bilanisation permettant la synthèse entre « la qualité des choses à vivre » et celle des « choses vécues »…

Question
- Vous avez fait état d’une « prise de conscience par soi du chemin à parcourir », c’est du reste ce à quoi je m’attache dans mon livre, je ne vous apprends rien, pour formuler ce que je pense être l’Espérance, du moins dans sa démultiplication… Certains de mes amis m’ont demandé la voie d’accès, pour ainsi dire, à cette prise de conscience. Il s’avère que l’on se trouve plus ou moins empêtrés dans notre « patrimoine » génétique et surtout culturel : à savoir nos mémoires et ce devoir d’adaptation à ce mode de vie qui nous emprisonne et nous délivre à la fois. Je pense ici à cette hantise qui nous conduit à rechercher toujours une forme de sécurité…

Karzenstein
- Accéder à l’accès passe, nous vous l’avons dit, par l’introspection.

Du reste, ceci fait partie intégrante de « l’hygiène de vie »… Vous l’exprimez clairement, à diverses reprises, dans votre ouvrage, concluant même votre démarche introspective par l’équation « savoir/abstraction de soi » prônée par nos soins, à différents personnages, en plusieurs occasions, dans la spirale de ce Cyclique…

Revenir sur l’exercice des pressions, entre désuperposition et resuperposition, sans nous attarder au processus interactif s’opérant selon la qualité d’échange des entités en présence, nous ramène au « rejet »…

Dans cette optique, le procédé introspectif doit au départ se dessaisir du schéma ipséitaire que détermine votre cogito et pour ce, la démarche doit s’accomplir dans la constance. Là, sans délaisser les notions de religion, de patrie, de famille, une efficiente cohésion s’instaurera que vous pourrez définir en tant « qu’esprit critique ». Celui-ci enclenchera l’expression d’une mémoire non plus individuelle mais collective.

La récurrence réadaptatrice, en visitant chacun à son degré de capacité d’admissibilité d’impression, autorisera le cogito à remonter harmonieusement de l’ensemble précité, et non exhaustif, que matérialisent famille, patrie, religion jusqu’à l’individu (support occasionnel de ladite introspection)… Le carentiel de l’espèce reflétant alors le carentiel individuel… le rejet de ce dernier préconditionnera la prise de conscience : laquelle conditionnera la remise en cause susceptible de faire accéder à une prise de conscience d’ordre supérieur… c’est-à-dire le chemin ou tout du moins une idée du chemin restant à parcourir…

En marge de tout état d’âme particulier, je tiens à porter à votre connaissance que mes propos agissent ici uniquement dans le cadre de votre « vocation anthropocentrique »… Quoiqu’il advienne de ce que je vous soumets, je sais que pour votre part vous en effectuerez votre « rendu » comme il se doit…

Cela reste une forme de la Loi des Echanges, c’est un facteur du Processus de Compensation Existentiel qui vous est propre, et qui ne dépare en rien l’Harmonie et sa fonction multiplicatrice… à quelque niveau qu’elle s’exerce. Ni mes semblables, ni, a fortiori, moi-même ne pouvons négliger cet aspect de l’équilibre qui vous est dû…

Il convient de l’accepter, Jantel : ce qui est vécu par « l’unicitaire » appartient également à « l’unitaire »…

Question
- Bien que vous m’ayez avisé d’un échec, le fait que je persiste à accomplir cette tâche qui n’aboutira pas n’est-il pas considéré par votre Espèce comme un manque de foi de ma part à votre égard ?..

Karzenstein
- Non puisque votre position intermédiaire ne peut prétendre, dans ses potentialités actuelles, à une meilleure répartition de l’échange…

De surcroît, ce genre d’accommodat qui vous vit, revêtant un caractère unique et unitif, tel que je viens de vous le dire, ne peut s’enfermer dans un concept quel qu’il soit… Cela impliquerait que nous nous adonnions à un comparativisme dont nous nous sommes toujours gardés, en matière de choses vraies, cela s’entend…

Ne perdez pas de vue que nous venons de repositionner « l’acte » par rapport à « l’agissement »… Vous aurez perçu que le premier codifie la raison de par le cogito dont il dépend et que le second identifie la Foi de par la Fulgurance qui le révèle… C’est toujours du second, Jantel, dont nous tenons compte, à l’instar de « tout ce qui est »… support planétaire y compris, selon la Loi d’Alternance Osmotique… répétons-le… Jigor me confirme que votre état psychophysique exige que nous suspendions là ce dialogue…

Sachez en outre que tout ce qui vous tient à l’esprit, et que nous avons ce jour compendieusement évoqué, sera abordé, en temps choisi… nonobstant le caractère palingénésique, et… semi-évolutif, qu’une partie de ce tout recouvre…

Sur ce, transmettez mes pensées de bon augure à votre amie Lucette à laquelle je demande un tout petit peu plus d’indulgence… ne serait-ce qu’au vu d’une position éminemment privilégiée par rapport aux autres. Ces autres, auxquels je transmets des pensées d’égale teneur, en marge de toute convenance ponctuelle, devront néanmoins se soucier plus souvent de l’efficience de leur remise en cause. Manquer d’assiduité en la matière, porte, outre les séquences de mal-être qui les agressent, la reconduction de l’indéfectible spasmodicité en l’échange existentiel… laquelle précipite ensuite la regéométrisation faut-il le préciser…

Même en position de point de non-retour, il demeure possible de mieux conjuguer à l’unisson « qualité des choses à vivre et qualité des choses vécues »… Vos semblables pourront toujours traduire cette expression du « mouvement » en tant « qu’amour de son prochain »… mais sauront-ils vraiment s’en convaincre ?.. La « chose » leur appartient…

Notes

[1Edaphique : en agriculture se dit de ce qui a trait au sol - les facteurs édaphiques ont une importance extrème sur la répartition des êtres vivants ( avec les facteurs climatiques et biotiques )

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0