Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Textes connexes et commentaires divers / Réponses et Commentaires / Réponse à la question sur un sentiment de manipulation
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

Réponse à la question sur un sentiment de manipulation

D 7 avril 2011     H 17:21     A Jean Claude Pantel     C 6 messages


 

 

 

Bonjour à tous,

 

Régis m’a soumis une question portant sur une éventuelle « manipulation » des V.E.T. sur ma personne. Je viens en ces quelques lignes tenter d’apporter quelques éléments qui, je l’espère, vous permettront de vous faire une petite idée sur la chose.

Au mois de juillet prochain, cela fera 44 ans que se seront produites (officiellement) pour la première fois les « manifestations » m’ayant conduit à mener une existence que l’on est en droit de considérer comme « marginalisée ».

S’épancher sur le fait de savoir si, à un moment ou à un autre, j’ai pu me sentir « manipulé » par les Visiteurs de l’Espace-Temps équivaudrait à établir un bilan, une sorte de rétrospective « étalonnant » des valeurs - plus ou moins subjectives - à l’endroit de tout ce qui se déroula jusqu’à ce jour.

Si l’écriture des livres (L’initiation / Le message / et prochainement L’expression) commente certaines de ces « manifestations », je noterai qu’à l’heure présente, et à l’instar de n’importe quel vécu, l’expérience prête à penser que l’importance accordée à toutes choses demeure prioritairement rivée à l’instant les révélant.

Ainsi, si les premières années de « l’histoire » apportèrent leur lot de désagréments (sentiment d’insécurité, expulsions de domiciles, mutations de tous ordres : professionnelles et militaires), comment ensuite passer sous silence - qu’en contrepartie - nombre de contingences affiliées au « mode de vie » se virent évitées, y compris pour mon proche entourage ?

Cela se vérifie simplement en observant la qualité des choses vécues, tout en la comparant à ce qu’elle aurait pu être s’il m’avait fallu mener une existence plus conforme à ce que l’on appellera « la normalité ».

Convenons au passage que je ne m’en serai véritablement rendu compte qu’a posteriori, pour la bonne raison que, lorsque se vivent des situations de ce type, celles-ci se déroulent dans le feu de l’action qui les anime. Conséquemment, toutes les émotions en découlant « exacerbent » les potentialités d’analyse qui sont nôtres et nul ne peut - dans ce cas - prétendre porter une appréciation vraiment raisonnable sur les dites situations.

Pour la circonstance, considérons que le recul observé afin de relater dans mes écrits les événements avec le maximum d’authenticité possible, m’autorisa à « regarder » ces derniers avec beaucoup moins de passion qu’au moment de leur réalisation. Ceci revient à conclure que se dégage aujourd’hui une notion de justesse à propos de tout ce qui est survenu et survient encore.

Il ne s’agit pas d’une simple vue de l’esprit, car voici un an de cela (presque jour pour jour), un de mes amis - vivant l’aventure depuis à présent 36 ans -, me confia avec un aplomb empreint d’une impressionnante lucidité : « Ce qui m’aura frappé le plus dans cette histoire, c’est sa cohérence, y compris dans ses excès les plus divers… » .

Il est vrai que les expulsions, les mutations, au même titre que les hébergements (nécessités par l’aboutissement de ces déplacements forcés), ont toujours gardé en toile de fond une logique implacable : ce que les Textes nomment l’astatisme (équilibre indifférent). Comment alors remettre en question l’incommensurable qualité de l’équation perpétuée agencée par les V.E.T. sur ce socle universel que figure ledit astatisme ? De l’accès à la disponibilité à « l’organisation » des rencontres destinées à servir de supports à l’expression d’une vocation difficilement contrôlable par celui la « véhiculant », tout a concordé à ce que « le parcours » soit le moins chaotique possible, référence faite aux excès précités.

Il n’est pas question d’entrer ici dans les détails (le livre s’y est consacré et s’y consacrera). Toutefois, je ne saurais manquer de conseiller aux personnes fréquentant le site de Jantel.org de se reporter au petit compte-rendu résumant la mise en place du Voyageur de l’Orage, sitôt mon arrivée en Ile-de-France : l’événement se veut on ne peut plus évocateur.

Il m’a été aussi fait part de la relation que j’étais susceptible d’entretenir avec Jean Sider. S’il s’avère que Jean et moi ne nous sommes jamais rencontrés, nous avons néanmoins eu l’occasion de nous découvrir - quelque peu - au fil de plusieurs conversations téléphoniques et autres communications épistolaires (d’ailleurs officiellement connues de l’éditeur de JMG) commentant « le paranormal » auquel j’étais confronté.

Parmi ces anecdotes, citons brièvement celle qui vit deux des ouvrages de Jean Sider (parus à l’époque aux éditions Ramuel) se trouver reliés sous la couverture du tome I des Visiteurs de l’Espace-Temps : petit clin d’œil des V.E.T.à l’égard de quelqu’un s’intéressant à l’existence de « nos voisins du dessus » (selon la définition qu’aime à leur donner l’écrivain).

Voilà, je pense qu’il n’y a pas lieu de nourrir une quelconque inquiétude au su de tout ce qui a pu se dire et s’écrire sur cette « histoire ». Pour ma part, je me satisfais d’essayer d’appliquer (avec des fortunes diverses) la théorie mise en exergue dans Le Voyageur de l’Orage : l’acceptation.

Bien cordialement. Jean-Claude Pantel.

 

 

Mots-Clefs

6 Messages

  • Le 7 avril 2011 à 19:50, par Rock en bol
    C’est bien de remettre les choses à leur place. Mais il ne faut pas rêver, on n’a pas tous la dimension pour assumer un pareil parcours. Ma compagne et moi sommes ok pour dire qu’un homme normal ne pourrait pas tenir 44 ans comme l’a fait JCP, un homme normal deviendrait fou. Lui, il a gardé son sang-froid, on dirait qu’il maîtrise toute forme de passion, il nous apporte des messages pleins de logique et en + il a su s’en servir pour nous concocter le VDO. C’est un cadeau pour qui a envie de comprendre comment notre monde fonctionne, même si ça peut choquer parfois. Encore une fois merci à lui et au site qui nous donne accès à toutes ces belles choses. Maintenant il faut essayer de s’en montrer dignes. A +.

    Le 9 avril 2011 à 11:39, par christophe

    Bonjour, Pouvez vous approfondir la notion d’équation perpétuée. Cordialement Christophe

    Le 9 avril 2011 à 23:30, par Yoyo
    équation : du latin aequatio, égalité - résoudre une équation en algèbre, c’est trouver les éléments qui servent à prouver une égalité et qui sont les solutions, les racines de l’équation - par extension, on appelle « équation personnelle » l’ensemble des caractéristiques définissant la personnalité de quelqu’un, en sous-entendant l’équilibre de ses composantes - une équation est dite « perpétuée » dans les Textes pour accentuer son côté d’équilibre soutenu et assuré

    Le 11 avril 2011 à 08:58, par Esperluette
    L’Equation perpétuée semble répondre à l’idée de gestion permanente réclamée par la situation « d’incommode accommodat » subie par Jean-Claude Pantel. Équation perpétuée et accommodat paraissent liés dans cette Loi d’adaptation stipulée par Karzenstein lorsqu’elle nous mentionnait que le « provisoire est adapté alors que le continu s’adapte ». Deux sortes d’accommodat sont possibles : l’accommodat « positif » ou naturel et l’accommodat relatif ou forcé. Une orchidée, extraite de manière naturelle de son milieu ambiant, pour en rejoindre un autre, pourra par exemple connaître une mutation physiologique la conduisant à la reptation en condition littorale ou au nanisme en milieu montagnard, anémomorphose et thermotropisme obligent. On peut dire aussi que l’implantation forcée et néfaste dans une serre endommagera sa vigueur d’origine. De même, un lion mis en cage de force aura tendance à voir son pelage se ternir, sa crinière perdre de volume, sa vue devenir moins perçante, sa musculature se perdre dans une forme d’obésité naissante, etc. Dans un cadre « positif », on peut penser que le félidé puisse s’adapter momentanément, mais à défaut, aux conditions climatiques d’une jungle si sa faim le contraignait à se déplacer. Mais dans tous les cas de figure, même si le métabolisme, ayant été adapté peu ou prou à l’environnement nouveau, a perdu de sa superbe, - que ce soit au milieu des singes ou face aux caniches des badauds visitant un zoo, que ce soit parmi les herbes banales faites pour être broutées par les moutons ou au sein d’inflorescences diverses cultivées, - un lion demeure un lion et une orchidée une orchidée (*). A suivre… (*) L’image est là pour faire office d’illustration, d’exemple, sans plus. La Création est égale.

    Le 12 avril 2011 à 10:05, par Esperluette
    Le Continu s’adapte donc dans la spécificité d’une supériorité reconnue où l’Échange, d’une manière ou d’une autre, diffèrera grandement du commun des mortels : L’orchidée « brillant » à nos regards toujours plus que bien d’autres fleurs sur n’importe quel sol, le lion rugissant toujours plus haut qu’un simple chat par exemple, même s’il est enfermé derrière des barreaux. Dès lors, si, « psycho-physiologiquement » parlant, le corps et le mental de Jean-claude Pantel se virent provisoirement plus ou moins « être adaptés » par accommodation naturelle et forcée, à un environnement humain qui n’est définitivement pas le sien, son Esprit, en tant que « part de vide personnel » relié au Vide universel, s’y adapta « surnaturellement » dans la continuité établie par la fameuse Équation perpétuée agencée par les VET. Pour notre félin tournant inlassablement en rond dans sa geôle zoologique, l’équation consistera d’une part à ce qu’il soit bien nourri et à ce qu’il bénéficie d’eau fraîche mise à sa disposition, d’une autre part à ce qu’un décor naturel ou en carton pâte lui rappelle sa savane natale avec, en fond sonore émis par des haut-parleurs, des arrangements sonores captés d’on ne sait quelle terre sauvage…Lors d’un exode voulu vers d’autres biomes, une brève escapade en jungle lui apportera sa part d’agréments tandis qu’il luttera, tant bien que mal, contre un climat qui l’incommodera pourtant. Pour l’orchidacée, on peut penser que la « providence » l’ait placée en un endroit, d’un côté, où les caractéristiques pédologiques lui font bénéficier d’un terreau plus riche qu’alentour, de l’autre, où une source proche et un adret adéquat lui seront un apport d’ensoleillement et d’irrigation supérieur à la moyenne. Voire qu’un botaniste, l’ayant planté à son domicile, s’en occupe bien en la ventilant, l’arrosant quotidiennement, etc.

    Le 13 avril 2011 à 11:15, par Esperluette
    (Suite) A tout accommodat une Équation perpétuée, à toute privation un palliatif. Ainsi, pour Jean-Claude Pantel, c’est tout simplement la télékinésie et, sur un plan beaucoup plus subtil, les Textes émis vocalement et scripturalement par l’ensemble des VET (Missives et impressions ordinatorielles) qui « équationnent » majoritairement, entre Impression et expressions, son insertion commune dans deux mondes totalement différents, laquelle lui fait vivre, de façon permanente, quelque gigantesque et douloureux « grand écart ». On pourrait ajouter à cela toutes les rencontres effectuées par J-CP jusqu’à ce jour, ainsi que la mise en place du tournage du Voyageur de l’Orage qui fit se connecter certaines de ces rencontres à bon nombre d’espaces choisis pour le décor de la comédie musicale, dont le fameux château servant de support imagé à l’incontournable « Institut de Concordance ». « Perpétuo » signifiant en latin sans interruption (Hatier), on peut imaginer que « l’assistanat » dépasse les deux apports sporadiques de « l’Emissibilité » susmentionnée en une gérance cerveau/corps continuelle d’une « Admissibilité » allant bien en-deçà de ce que nos savants caricaturent de « l’infinitésimal » du temps chronologique sous l’appellation scientifique de femtoseconde (10 -15 seconde), voire d’attoseconde (10-18 seconde). Dans cet ordre d’idée, Karzenstein nous cacha-t-elle, durant un dialogue daté du 8 Novembre 2001, les modifications qu’elle opéra et qu’elle continue d’opérer au niveau de la formation réticulée de Jean-Claude Pantel, gratifiant sa vigilance d’une interception quasi-permanente du Donné qui donna à penser à un de ces amis qu’il résidait sans cesse dans un état d’hyper-conscience ? Non point ! A suivre…

    Le 13 avril 2011 à 20:18, par Castor ou costar
    Il y a quelque chose qui me trouble beaucoup dans les interventions de Monsieur Esperluette et il faut le dire une bonne fois pour toute… et que celui-ci ne me réponde pas d’aller me faire voir ailleurs car c’est aussi un peu son habitude. Ainsi donc pourquoi s’évertue-t-il à nous expliquer les choses de façon aussi compliqué, aussi tortueuse qu’elles en deviennent incompréhensibles (sauf si nous sommes munis d’un dictionnaire de bon niveau et si nous avons visité le glossaire de l’œuvre pantélienne). Pourquoi ses mots, qu’il voudrait choisis ne passent pas (voir aussi l’éloge à jcp sur son blog) ? Trop de savoir font s’éloigner le savoir qui, à tire d’aile, en toute liberté qu’il porte, s’en va retrouver le camp de la simplicité où se trouve réellement effort, constance et abnégation flirtant avec l’acceptation même. Vous devriez Monsieur Esperluette (ce pourrait être comme un conseil) en un langage ordinaire et accessible à tous mettre un peu de mesure à votre préchi-précha un peu « charabiadantesque ». C’est à ce titre que vous serviriez plus justement et peut-être utilement la cause pantélienne. Quand l’autre jour je parlais de jubilatoire c’était pour dire que par mimétisme vous vous appliquez à copier votre modèle pour lui montrer, ou prouver (consciemment ou inconsciemment) que vous le comprenez, que vous êtes un peu à sa hauteur ou que vous ne voulez pas lui déplaire en fidèle serviteur que vous êtes… Les autres, tous les autres vous n’en n’avez que faire car ils ne sont au niveau et vous l’exprimez bien en attaquant les réalisateurs du VDO, disant que ceux-ci voudraient se réserver l’exclusivité de l’œuvre. A moins que ceux-là SAVENT (voir le ressenti dont vous parlez aussi) que le VDO est impubliable dans le contexte artistique actuel ou manquant tout simplement d’intérêt tel qu’il est présenté actuellement (un metteur en scène ou un réalisateur digne de ce nom demanderait une refonte assez complète du projet mais pantel n’en veut point car quand même égotique le personnage… c’est là qu’on pourrait parler de l’équation perpétuée ! )… Je me souviens avoir entendu un de ces amis d’alors dire combien jcp était concerné par ses œuvres déclarées à la sacem de peur que l’on puisse le dépouiller… pas folle la guêpe ! Esperluette vous me faites penser au fils de Kadafou qui parle et s’exprime lui aussi comme son père au même niveau de folie (je répète le « père peut tuer »). Restez donc dans la nuance et la paix. Prenez du recul sur toutes choses et apprenez à maîtriser vos discours en visualisant vers qui vous les destinez. Ils sont nombreux à ne pas comprendre (enfin moi, et je l’avoue). Rappelez-vous que Krishnamurti demandait à son auditoire : « m’avez vous bien compris ? ». l’échange n’en deviendrait que plus clair, porteur et plus productif. Qu’est-ce qui vous interdit à vous même et à jcp de mettre un bémol pour vous faire REELLEMENT comprendre ? Car vos cursus de philosophes de l’espace-temps et vos voyages en mythologie comparée tout autant que ces poussées de fièvre magmatique obscurcissent l’horizon. Horizon que vous voulez pourtant éclairer. On nous demande des efforts et pourquoi donc n’en feriez vous pas ? Sinon pour conclure, même si je ne connais pas de prêt toute l’aventure je peux dire que sur ce site beaucoup d’informations ont circulées avec les textes et toutes sortes d’intervenants, voire des témoins de la première heure. D’autres sites polémiques ont postés des interventions. Avec tout cela, et en activant son « ressenti » on peut avoir une idée assez complète de tout cela……..


  • Le 14 avril 2011 à 10:11, par &
    Costar a dit : On nous demande des efforts et pourquoi donc n’en feriez vous pas ? Ah ! Ah ! Ah ! Une comédie musicale comportant 40 chansons avec tournages en Bourgogne, en plusieurs sites à Paris, enregistrements, depuis plus de 20 ans, en studio à Marseille, une vingtaine de comédiens à déplacer des quatre coins de France, un coffret imprimé, 7 années de montage d’images du côté d’Yvon pour fabriquer la maquette du VDO (Voyez je le défends), un bénévolat presque toujours de mise, probablement une seconde comédie musicale (La suite), trois romans (VET 1 VET 2 VET 3) dont JCP ne détient pas les droits d’auteurs (Il ne touche pas un sou sur les ventes), des centaines et de centaines de pages de Textes (45 années d’initiations) et de commentaires mis à disposition gratuitement sur Jantel.org, un film tourné par Gimmy Guieu, un roman écrit par Bernard Bidault, 3 exégèses écrits par Jean Platania, 4 blogs - les miens - (Surement les quatre blogs les moins lus du monde) qu’il faut nourrir toutes les jours comme on peut… Et tout cela, pour quoi ? Pour s’entendre dire qu’on ne fait pas d’effort ? Que JCP ne pense qu’à ses intérêt en faisant défendre ses chansons par La Sacem (C’est obligatoire pour toute démarche liée à la chanson) alors qu’il s’est fait déjà voler une chanson (l’Horloge) et qu’il n’a jamais porté plainte contre le responsable du larcin ? Ah ! Ah ! Ah ! Et vous, c’est quoi vos grands efforts ? Vos interventions qui nous font apprendre que Krishnamurti possédait une Rollex alors qu’il prônait le détachement ? Ah ! Ah ! Ah ! Mais allez donc au diable…

    Le 19 avril 2011 à 18:10, par Castor ou costar
    Une nouvelle tentative pour répondre à Esperluette après que mon post précèdent n’est pas eu l’honneur d’être retenu par le Webmaster. Je répondais donc à la colère de ce monsieur que lorsque je parlais d’efforts à faire il ne sagissait point de critiquer les multiples entreprises de Pantel (depuis 44ans) et d’esperluette aujourd’hui mais de leur rappeler que j’entendais bien dans cette notion d’efforts qu’ils avaient à faire, eux, était de se mettre tout simplement à notre niveau pour rendre plus clair et plus compréhensible, par tous, textes et autres enseignements et commentaires. Et tout cela ne me semble pas bien difficileet pourrait porter bien d’autre fruits. Ou alors est-ce que cela est considéré comme trop simpliste, en dehors « du sens du sens » ? Elle n’était que là ma demande et jamais critique ni polémique mais comme Castor nos propos sont souvent censurés.

    Le 14 avril 2011 à 10:43, par Esperluette
    (Suite) N’a-t-elle pas voulu par conséquent signifier qu’au-delà de l’Equation perpétuée, harmonisant ensemble le corps en sa perception consciente (phénoménie issue des apports télékinétiques) et l’esprit en son appréhension semi-consciente (Nouménologie textuelle), se situe la préhension spirituelle inconsciente que constitue, en amont du phénomène, l’énigmatique transcodage dont se réfère l’Entité pour aider Jean-Claude Pantel à compléter la vision de ce qui élabore son tropisme ? La chose avérée ne fit-elle pas dire à une autre de ses connaissances que Jean-Claude semblait avoir été « trafiqué », ce qui lui offrait une pensée au demeurant peu humaine ? N’ai pas entendu une fois Jean-Claude Pantel, alors à mes côtés dans une rue de la cité phocéenne, me lire à haute voix l’inscription d’un ballon publicitaire ventant les mérites d’un modèle d’automobile de marque française, alors que, de mon point de vue situé à plus d’une centaine de mètres de là, je voyais à peine l’objet volant peu identifié dont il était question ? Madame Dany ne lui révéla-t-elle pas un jour que l’intensité vécue par son « réticularisme » lui avait permis de voir par le passé un bébé pleurer alors qu’il ne pleurait pas, lui qui enfouissait d’ores et déjà, sous le masque infantile d’une apparente neutralité sensitive exprimée, un état d’âme où transparaissait pourtant une tristesse sans fond, celle probablement d’être né dans ce monde ? Tant de questions-réponses rendant Jean-Claude Pantel semblable au Pierrot Lunaire qui, durant la nuit, contemple mélancoliquement cet astre à l’aréole immaculée depuis lequel il n’aurait jamais dû (dé)choir…Oui, semblable à cette caricature qu’avait mimée, une fois, une de ses amies qui, pointant alors un doigt courbe vers la lune, se plut à dire : « E.T. retourner maison… » A suivre…

    Le 15 avril 2011 à 12:50, par &
    (Suite) Accommodation certes naturelle du fait que son caractère hybride lui fit emprunter, comme des graines jetées aux vents maudits, les couloirs issus de la convergence de Flux Directionnels dévolus à notre pâle espèce géométrisée. Mais accommodation forcée du fait que la société tente, à tout prix, d’emprisonner des génies en quête de liberté entre les quatre murs des institutions fonctionnellement réductrices qui jalonnent le parcours ténébreux de notre éternelle damnation. Fasse donc que la réticulation du réseau infini de l’Univers ouvre à jamais, et dès que possible, au lion « Jean-Claude » comme à l’Orchidée « Ophrys Pantélis », l’accès à la première marche que lui tend déjà « l’escalier en colimaçon » menant directement à cette céleste et aérienne « argamasse » qui, seule, saura lui offrir le plancher d’or d’un « Commodat » enfin définitif. Fin.

    Le 12 avril 2011 à 11:10, par Castor ou costar
    Pour répondre à Christophe à propos de l’équation perpétuée moi j’en dirais des choses beaucoup plus simples que celles rapportées par les grands exégètes du site (yoyo et esperluette) car pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué… L’équation du contexte Pantélien signifie que Pantel est approché, côtoyé, voire écouté par des gens qui, à leur insu, serviront SES intérêts. A leur insu signifiant qu’il y aurait quelque part une gestion par les VET qui mettraient sur la route de jcp ceux qu’il doit croiser et rencontrer (que ce soient les adulateurs, les chercheurs de textes et autres décripteurs de messages tout comme les contradicteurs bien sûr… en plus simple : « tu devais être là à un moment donné et pour un temps » ; tout est géré et quoiqu’il se passe ou se passera tout était déterminé pour servir à l’existence voire à l’évolution du personnage). Et pour continuer les petites chamailleries comme le dit JCP 44 années ne signifie pas véritablement grand chose. Pour s’en convaincre regardons le monde qui est peuplé et dirigé par des personnages qui, dans leurs certitudes se croient et pensent être justement les « maîtres du monde » et pour nombre d’entre eux voilà plusieurs décennies qu’ils affirment ne jamais se tromper (pourtant on les voit tomber les uns après les autres). Donc les « perpétués » (le père peut tuer !!!!) deviennent ainsi des proches que pantel peut dénommer « choisis » (frères et soeurs de pensées, de besoins poétiques, musicaux tout autant que matériels ou physiques). Ceux-là sans qu’ils s’en rendent compte, et bien qu’ils s’en défendent deviendront des « élus » et protégeront de toutes leurs forces, le fond tout autant que la forme des idées de cette théorie, très originale de jcp parce qu’à l’intérieur de celle-ci ils y trouveront par les recoupements qu’ils feront en leur vie, parcours, lectures et déceptions dans la quête « initiale » toutes les correspondances qui assureront désormais leur chemin car ils ont enfin trouvé un éclaireur. Pantel que je crois quand même assez exigeant par ailleurs et c’est ce qui fait sa grande originalité ne manquera pas toutefois de choyer quand même cet entourage en garantissant constance, fidélité et cohérence. Il s’arrangera toujours ou son cercle protecteur pour que ce ne soit jamais lui qui commettrait le moindre impair si jamais s’élevait la moindre critique (ce qui empêche donc une réelle communication objective et ce site avait souvent abrité des éléments de contestations). Pantel, contre vents et marées saura se réfugier derrière la force des textes, des entités VET, et la déperdition de l’homme déchu (aura-t-il utilisé des artifices pour cela, une intelligence hors du commun, une mémoire phénoménale, un charisme étudié, une vigilance exacerbée ? Force est de constater qu’il est un personnage surprenant.) En tous les cas celui qui, par « équation perpétuée », est entré dans le cercle n’est plus le même, ne sera plus le même et cela à son corps défendant, il est devenu une sorte de missionnaire qui n’acceptera plus la moindre critique et s’empêtrera dans des formules mathématiques plus tellement pépères dans lesquelles il positionnera bien sûr le savoir et la connaissance. Avec cela la boucle est bouclée et voguent les nouveaux mathématiciens quand même un peu intolérants… Il est dommage que Yoyo n’est pas publié mon dernier post où je répondais à Bertrand. Je crois me souvenir que j’écrivais à propos de la manipulation : « … qui manipule qui ? Les Vet envers JCP, jcp envers ses lecteurs ? »

    Le 12 avril 2011 à 20:05, par Esperluette
    Finalement Costar, vous êtes comme Castor. Le problème, c’est que ni lui ni vous n’avez jamais côtoyé l’histoire d’assez près pour vous permettre d’en parler avec justesse…Donc, comme disait l’autre, c’est tabatière à sornettes…

    Le 13 avril 2011 à 08:10, par Castor
    Je trouve au contraire que Costar discerne parfaitement ce que M. Pantel appelle « équation perpétuée ». Il voit très justement les choses. Et quand bien même il ne connaîtrait pas l’histoire d’assez près, il n’est pas nécessaire d’avoir les yeux rivés sur quelque chose pour juger correctement. Il faut au contraire être à bonne distance. Quand on est trop impliqué, trop concerné, on ne peut être objectif. Parfois la seule vision des effets suffit pour apprécier les choses. Par exemple, pas besoin de se droguer pour savoir que la drogue c’est de la merde.

    Le 8 avril 2011 à 09:00, par Patrice
    L’intervention de mr.Pantel a jeté un gros pavé dans la mare de tous ceux qui se servent de l’ésotérisme pour faire peur. Dans cette période où tout va à vau-l’eau, on a besoin de lire et d’entendre autre chose que tous ces scénarios catastrophes où il faut à tout prix qu’il y ait des gentils et des méchants. Ce que dit mr.Pantel déclenche moins de sensations et est moins vendeur que s’il avait mis en garde la planète contre une colonisation de la terre par des être d’une autre dimension, moi ça me convient et j’espère que je ne suis pas le seul.

    Le 8 avril 2011 à 13:47, par pbertrand 72
    Jean-Claude ne se sent pas manipulé peut-être un peu dirigé pour remplir le contrat qui lui a été attribué et qu’il avait accepté,sans doute .Puisse son calme ,sa gentillesse, sa sincérité et sa bonne humeur nous accompagnaient tout au long de nos vies agitées .Et puis quand il retournera auprés des Siens il nous restera les textes et les chansons avec la musique . En attendant profitant de sa présence pour le remercier.

    Le 2 mai 2011 à 23:06, par Castor ou costar
    Wikipédia rapporte ceci : « La manipulation mentale désigne l’ensemble des tentatives obscures ou occultes de fausser ou orienter la perception de la réalité d’un interlocuteur en usant d’un rapport de pouvoir, de séduction, de suggestion, de persuasion de soumission non volontaire ou consentie. Quand ce pouvoir ne s’exerce pas sur un objet, mais se rapporte au contrôle psychique d’une personne, on parle de manipulation mentale… »


  • Le 8 avril 2011 à 17:27, par Isabella
    Moi je pense que, d’une certaine manière, on est tous les jouets des circonstances. Les VET voient les choses mieux que nous et avant nous, ça leur permet de mieux contrôler les événements et c’est grâce à cette supériorité qu’ils peuvent, par exemple, organiser une « équation perpétuée ». Maintenant de là savoir s’ils ont un pouvoir sur « l’intelligence événementielle », il n’y a qu’eux qui peuvent le dire. Tout ce qu’on sait, c’est qu’ils savent « faire corps », nous, on n’en est pas là. Bonne fin de journée.

    Le 8 avril 2011 à 20:50, par Rock en bol
    OK avec Bertrand. La description qu’il fait de JCP est tout à fait conforme avec ce que me confirment régulièrement mes amis provençaux. Il a toujours été dans l’acte gratuit et ça je l’ai même entendu dire en conférence par feu Jimmy Guieu qui connaissait JCP depuis + de 30 ans. Dès demain, on va reprendre le VDO avec des amis et ce serait bien qu’on échange un peu là-dessus après le week end, maintenant qu’on a l’histoire complète. A+.

    Le 9 avril 2011 à 11:00, par Isabella
    Castor, je ne cherche pas à me substituer à Esperluette auquel vous adressez vos doléances, mais je me sens quelque peu visée lorsque vous parlez de religion à propos de ce que nous faisons avec les messages que nous donne JCP. J’ai souvent dit que j’avais été élevée dans les principes de la religion chrétienne et les messages ne m’en ont pas éloignée, au contraire. J’ai entrepris de faire des regroupements et je peux dire que ça a porté ses fruits (ce n’est pas moi qui le prétends mais les personnes avec lesquelles j’étudie les messages). Si vous êtes censuré, Castor, c’est parce que vos propos sont des incitations à la polémique. On sait qu’esperluette est quelquefois « soupe au lait », mais il apporte beaucoup à ceux qui viennent sur Jantel.org, même si ces personnes n’interviennent pas directement (je sais ce que j’avance car pour ma part j’en connais une bonne dizaine). Vous avez des problèmes de santé qui vous éloignent du site, je le déplore mais là encore, sans vouloir me substituer à Rock en bol, je vois que bien que malade lui aussi ses réactions sont différentes, lui, au moins nous donne du courage et je l’en remercie. Bonne journée.

    Le 9 avril 2011 à 23:38, par Yoyo
    Le problème de Castor est surtout de parler pour les autres à leur place ; il leur prête des intentions ou des naïvetés ou des malices, sans s’apercevoir que ce sont des projections où il parle de lui-même.

    Le 12 avril 2011 à 17:52, par Castor
    Cet alibi, à force de l’utiliser, va finir par s’user. Arrêtez de dire que dès qu’on parle des autres c’est parler fatalement de soi-même par projection. Ou alors on ne peut plus rien dire sinon parler de soi-même. Toute communication (au moins humaine) implique qu’on prête aux autres des intentions, qui ne sont justement pas les siennes. En outre il est naturel de se projeter en l’autre. Autrui est un alter ego, à la fois semblable et différent. Empêcher la communication c’est le meilleur moyen de se renfermer sur soi-même. Alors laissez-les gens s’exprimer, et s’ils sont dans l’erreur, laissez-les se tromper et être corrigés. Plus on empêche la communication plus on oblige les gens à fantasmer, alors même que vous pensiez limiter les projections en censurant. Je crois au contraire que seule la libre parole permet de limiter les projections, évite de se renfermer et permet donc de rencontrer autrui. C’est une vision optimiste de la communication. Mias pour cela il faut rendre le dialogue possible ; le problème c’est que quand on est certain de posséder la vérité alors le dialogue est inutile, il suffit soit d’endoctriner, soit d’être endoctriné.

    Le 12 avril 2011 à 18:05, par Yoyo
    Mais vous êtes têtu = remarquez que M. Pantel ne parle pas des autres mais de ce qu’il vit. C’est tout. C’est un témoignage. Vous, vous voulez sans cesse mettre en garde des personnes qui ne sont pas en danger sinon à travers vos oeillères. Parlez-nous plutôt de vous et si les Textes vous parlent ou non. Mais le reste, c’est à faire ailleurs. La critique des textes : autant que vous voulez. La critique des personnes : allez vous promener.

    Le 12 avril 2011 à 18:57, par Castor
    Je veux bien mais M. Pantel et les Textes ne font qu’un. Alors si on critique les uns on critique forcément l’autre. D’autre part quand vous dîtes que je suis têtu, que j’ai des oeillères, que je prête des intentions aux autres etc., comme les autres qui parlent beaucoup et ont beaucoup parlé sur moi, cela veut donc dire que vous parlez vous aussi sur les personnes et n’appliquez donc pas votre principe à vous-même. De même Esperluette vient juste de critiquer l’entourage de M. Pantel sans qu’il soit pour autant censuré. Votre principe ne tient pas. Vous faites preuve de partialité. Et qu’en savez-vous si des personnes ne sont pas en danger ? N’y a-t-il pas un risque à s’illusionner en prenant les Textes comme vérité révélée alors qu’ils ne sont que l’œuvre de M. Pantel ? En réalité je crois qu’il n’est pas question de critiquer M. Pantel, et donc les Textes, par contre on peut lire à longueur de temps des éloges sur lui et son VDO. Certes je suis têtu mais pas borné.

    Le 12 avril 2011 à 18:32, par Castor
    Je suis désolé que vous vous sentiez visée mais non je ne vous visais pas et non je ne suis pas un polémiqueur systématique. Tant mieux si les Textes de M. Pantel vous apportent des choses, si cela vous donne du courage. Mais n’oubliez pas que la vérité comme l’illusion réconfortent. Je préfère l’inconfort de la pensée qui cherche. Je ne fais qu’exercer simplement mon esprit critique, faire part de mes interrogations et de mes réflexions. Bien sûr je me suis fait une idée sur cette histoire et tout ce qui l’entoure, c’est une idée approximative compte tenu des éléments dont je dispose (mais de toute manière on ne peut qu’approcher la vérité et jamais la posséder). C’est pourquoi ce n’est pas une idée arrêtée comme je l’ai lu ici, et il ne faut jamais croire qu’on possède ou qu’on est possédé par la vérité. Toutefois, c’est une idée qui je pense n’a rien de vague. Je ne suis pas un sceptique systématique. L’incertitude n’est pas le doute. Je n’ai en effet guère de doutes sur le fait que les Textes sont l’œuvre de M. Pantel (et je n’y mettrai pas pour autant ma main au feu) - comme je l’ai montré avec certaines assertions erronées (par exemple « le rire propre de l’homme »). Tout ce que je veux dire c’est que si vous êtes impartial alors vous devez aborder les choses en prenant en compte véritablement cette possibilité (tout comme la possibilité inverse d’ailleurs - mais c’est déjà fait je présume). Et vous verrez qu’il est très possible que ce soit le cas. Et cela suffit déjà pour ne pas tomber dans la certitude. Vous finirez alors peut-être par vous rendre compte que cela est même très probable, même si cela peut paraître incroyable. (Je remercie Yoyo quand il publie mes interventions car ils me coûtent, et pas seulement des efforts de réflexion, étant donné mes problèmes de vision.)

    Le 13 avril 2011 à 11:34, par Esperluette
    Il y a déjà plus d’une semaine de cela, j’ai raconté une super blague Carambar à mon chat…Et bien dites-donc, il n’a toujours pas ri ! Manquerait-il d’humour ? En tout cas, il en faut une sacrée dose pour daigner écouter ou lire ces superbes preuves de béotisme certain.

    Le 11 avril 2011 à 14:35, par Rock en bol
    Un week end riche d’enseignement à étudier à plusieurs le VDO. Les avis sont unanimes, il y a de quoi intéresser un cercle + agrandi. Qu’en pensent les amis de JCP qui ont participé à ce spectacle ? Est-ce que le VDO doit rester caché pour quelques privilégiés ou alors doit-il servir la vocation de JCP et dans ce cas toucher + de monde ? A +.

    Le 11 avril 2011 à 20:29, par Esperluette
    Je pense sans parler pour lui que JCP a toujours eu beaucoup d’ambition par rapport au VDO, même si le mot ambition doit se vêtir d’un maximum de guillemets (Hélas, on ne peut en mettre que 2 en tout et pour tout). De mon côté, j’ai toujours abondé dans ce sens, justifiant cette action dans le fait que si l’œuvre de JCP devait rester juste entre amis privilégiés, alors jamais les romans VET 1, 2 et bientôt 3 n’auraient été publiés. Les VET eux-même auraient opposé leur veto, ce qui ne fut fait. Une brouille m’a d’ailleurs séparé définitivement du petit cercle isolationniste à forte tendance ostracique entourant aujourd’hui JCP, petit groupe qui, en plus de s’opposer au site Jantel.org , continue de défendre l’idée que le VDO ne devait pas être rendu publique. Peut-être que le temps me donnera tort…

    Le 12 avril 2011 à 17:09, par Castor
    Pourquoi M. Pantel s’entoure-t-il donc de gens qui ne partagent pas son ambition ?

    Le 12 avril 2011 à 10:49, par Isabella/LUCIEN
    Je fais partie du groupe d’Isabella et, dans la vie, j’ai toujours agi à visage découvert. Néanmoins, par respect pour la discrétion que notre amie souhaite, j’ai opté pour le pseudo de LUCIEN qui est tout de même mon 2e prénom. Je suis déjà intervenu sur le site Jantel.org, mais comme je ne suis pas affilié à internet, je me sers, comme RENE, du matériel gentiment mis à ma disposition pour donner (à mon tour) mon avis sur l’œuvre artistique de monsieur JEAN-CLAUDE PANTEL, chose promise, chose due. Il y a quelques années, j’ai tenu à quelques reprises le rôle de critique d’art dans un quotidien régional, aussi notre petit groupe m’a désigné pour cette tâche qui, selon moi, mérite beaucoup mieux qu’un simple et banal article de presse. A une époque déjà assez lointaine, mon statut d’enseignant me fit régulièrement corriger un nombre incalculable d’exposés. Très rarement, j’eus à mentionner sur les copies la formule « hors-sujet ». Néanmoins, cela m’arriva au cours de la trentaine d’années de bons et loyaux services accomplis au service de l’Education Nationale. Eh bien, je crois sincèrement aujourd’hui que si monsieur PANTEL s’aventurait à démarcher, comme certains lui conseillent de le faire, auprès des décideurs de spectacles, son œuvre serait jugée « hors-sujet ». Il est probable qu’aucun des décideurs en question n’oserait lui consigner cela d’une manière aussi abrupte. Chacun se limiterait à énoncer des lieux communs et au terme de la démarche, les décideurs finiraient par se trouver eux-mêmes « hors-sujet ». Ceci, pour la bonne et unique raison qu’il faut connaître un minimum la vie privée de monsieur PANTEL pour porter une critique objective sur son œuvre. Les thèmes des chansons, le fond des dialogues n’entrent pas dans des normes établies. Seule la trame où se profile l’intrigue appelée à conclure l’histoire peut se concevoir en tant que processus réactif des personnages. Pourtant, il y a un paradoxe et il est de première importance : le fait d’être « hors-sujet » légitime et impose l’écriture et la mise en scène du VOYAGEUR DE L’ORAGE. Comment monsieur PANTEL, après des décennies passées à chercher sa place dans un monde auquel il est, dans une certaine mesure étranger, aurait-il pu nous léguer une pièce conforme à ce qui se pratique dans notre société où, seuls « le bonheur à travers le profit » et une vague idée de « salut de notre humanité » restent les fondements ? Notre petit groupe a parfois employé le qualificatif dithyrambique de « DANTESQUE » pour définir certains passages, certaines chansons. Il est vrai que le style est riche, le livret superbe de précision et de poésie. On y découvre une puissance qui relate un vécu exceptionnel, aussi bien dans la détresse que dans l’amour. S’il me fallait ressortir une phrase qui résume ce que je viens d’écrire, je choisisrai celle d’une chanson et désignerai le « JE TE FAIS DON, VOIS-TU DE CE QUE J’AURAIS CRU » d’ ENTRE EXISTENCE ET VIE. Pour moi, tout est contenu dans ces quelques mots où « vérité » et « émotion » se confondent dans un sentiment d’« impuissance » qui rend parfaitement l’image des travers d’une vocation. C’est d’autant plus évident que LE VOYAGEUR DE L’ORAGE s’appelle en fait JEAN-CLAUDE PANTEL, et que nous incarnons, à notre insu, les étudiants ou les enseignants (au choix) de « l’Institut de Concordance » quand nous nous rendons sur Jantel.org, que nous soyons partisans ou détracteurs. Dans l’éventualité où des visiteurs du site se montreraient intéressés, nous pourrions décortiquer l’œuvre en détail, cela donnerait cours à de bien belles heures d’étude en perspective. J’aurais encore beaucoup de choses à dire, mais la plus importante est certainement de renouveler notre gratitude à monsieur JEAN-CLAUDE PANTEL et à tous ceux qui nous auront permis de découvrir ce « chef-d’œuvre hors sujet ».

    Le 12 avril 2011 à 11:28, par pbertrand 72
    Jean-Claude n’est pas ambitieux mais partageur . Il est donc partagé entres des amis qui pensent que c’est son Aventure et son Œuvre et que cela doit rester confidentiel et d’autres qui souhaitent en faire savoir le plus possible . Ce n’est pas nouveau ! Il existe un 3em groupe qui apprécie les deux autres et comprend leurs arguments . Ils pensent que la décision appartient à Jean-Claude ,sans énervement inutile et en restant patient, confiant et amical .Je me demande si je n’appartiendrais pas à ce petit groupe .

    Le 12 avril 2011 à 11:51, par Patrice
    Est-ce que mr. Esperluette peut nous préciser si le petit groupe dont il parle a participé de près ou de loin au voyageur de l’orage ? Dans ce cas, ce serait dommage de ne pas enterrer cette brouille qui vous éloigne d’eux. Vous connaissez le proverbe qui dit que l’union fait la force, il faut convaincre ceux qui veulent garder le voyageur de l’orage pour un petit cercle restreint qu’ils se trompent car c’est dommageable pour l’œuvre de mr.Pantel qui mérite une audience importante. Des personnes à qui je l’ai fait connaître m’ont certifié que c’était quelque chose d’unique comme a pu le dire mr.Rock en bol. Il faut que vous vous réconciliez tous autour du projet, c’est une belle cause à défendre.


  • Le 12 avril 2011 à 19:02, par Esperluette
    Oh là là je crois que je n’aurais jamais dû parler de ça…Désolé, mais là je pense que c’est hors sujet, même si je réitère l’idée qu’il est bien plus dur de s’investir à promouvoir le VDO, qu’à le garder égoïstement pour soi et n’en conserver que de vagues interprétations échangées lors de conversations téléphoniques qui, de toute manière, n’iront pas bien loin… Je ne chagrinerai pas Bertrand en disant que le Ressenti n’est pas le même pour tout le monde, et que ce Ressenti - différent pour tout un chacun - créé un rapport au Vrai, lequel modifie la perception des choses selon un dégrès d’adhésionnisme au Faire Corps. Jean-Claude Pantel m’a déjà révélé à quel point certains VET avait besoin du VDO pour contrebalancer, au moins au niveau des Flux Directionnels, la barbarie et la déshumanisation ambiante. C’était ma définition pour le mot ambition, sans plus. Je crois donc à sa diffusion sur un plan national, voire international, traduit en plusieurs langues. N’oublions pas que des phases prononcées sur le devenir géomorphologique de la Terre, cataclysmiquement parlant, vont entraînées des vagues d’adhésionnnisme au Courant Initial de Pensée beaucoup plus marquées qu’aujourd’hui. Et par conséquent bien des lecteurs à venir. J’ambitionne d’ores et déjà de faire du VDO un roman feuilleton, à partir des images déjà tournées de la maquette, via un logiciel informatique qui s’appelle, sur ma mémoire est bonne, Comic Life. Or, le monteur d’images, s’opposant depuis le départ à une promotion de l’œuvre, refusera de toute façon de me transmettre la totalité de ce qui fut imprimé sur DVD. C’est bien dommage ! Entre parenthèses, Jean-Claude Pantel transmet l’intégralité de son travail, sans jamais rechigner au Don. Et je fais de même pour mes poèmes et mes écrits, même si ce n’est absolument pas le même niveau. JCP me l’a encore rappelé tout de go : Prenez votre bâton de pélerin. C’est à dire qu’il y a là exhortation à faire une démarche auprès des pouvoirs publics (pour obtenir des subventions), à contacter d’éventuels éditeurs pour le livret et les CD audio du VDO, etc. Pas à rester chez soi et à faire de la complaisance à l’égard d’un travail accompli… Je m’y attelle un peu, puisque je viens de faire faire un premier devis qui s’élève à 12000 Euros pour 1000 exemplaires de l’œuvre, mais honnêtement je ne vois pas comment obtenir une telle somme, même si ma petite association de rien du tout, appelée Cyclamen, tentera de frapper aux portes et de se montrer convainquante… Ainsi, j’encourage ceux et celles qui veulent vraiment faire quelque chose du VDO d’arrêter de s’en tenir à des beaux discours faciles à faire (bla-bla) et d’agir en conséquence de cause avec des actes précis. Des souscriptions sont encore possibles mais je crois déjà connaître la réponse. Ceci étant dit, je pense que la proposition de Lucien est de loin la meilleure et que le mieux est d’échanger des Idées sur le contenu du Voyageur de l’Orage, quitte à critiquer certains points de vue défendus par ses protagonistes.

    Le 13 avril 2011 à 07:58, par Castor
    Pourquoi M. Pantel ne prend-il pas son bâton de pélerin lui-même pour faire la promotion de son œuvre ? N’est-il pas le mieux placé pour le faire ? Qu’il s’en remette donc aux autorités compétentes pour obtenir des subventions . Et puis quelques phénomènes paranormaux provoqués au bon moment sauront convaincre puisque en plus les VET sont concernés et ont besoin du VDO comme vous dîtes. Et puis 12000 euros c’est vraiment pas grand chose, pourquoi ne pas faire un crédit ? Ou alors faut aller travailler. Je m’étonne qu’une si faible somme ne vous soit pas disponible.

    Le 15 avril 2011 à 22:25, par Esperluette
    Merci Castor pour vos dons à venir puisque 12000 € pour vous semble n’être absolument rien du tout….Pour moi, c’est à peu près un peu plus d’1 an de salaire avec mes groupes de marche…Ah ! j’étais sûr qu’il servirait un jour à quelque chose le bougre ! Mince je viens de rompre mon serment qui stipulait ne plus jamais lui répondre…Bon, mais c’est juste pour la bonne cause vu qu’il va nous aider bientôt financièrement…Alors ça va. merci bon Castor.

    Le 12 avril 2011 à 20:11, par Dominique
    Je partage l’avis de Lucien , le VDO (merci le blog d’ esperluette) est « hors sujet »à notre époque ,trop en avance sur son temps..Gràce à l’explication de Bertrand je comprend mieux les antagonismes et je fais confiance à Mr Pantel pour nous en donner plus quand il le souhaitera . Il a prouvé qu’il savait donner , mais je comprends l’impatience de Rockenbol. Il me plait de penser que MrPantel est trés connu et apprécié sur un univers parallèle moins bête que le notre .

    Le 13 avril 2011 à 21:12, par Rock en bol
    A Lucien. Avec ma compagne et un couple d’amis ici présent, on partage totalement ce que vous dites sur la qualité du VDO mais, par contre on trouve que vous ne faites pas du tout la part belle à l’originalité. Pourquoi anticiper sur la réaction des promoteurs du spectacle qui disent eux-mêmes chercher de l’originalité dans ce qui leur est proposé ? JCP est un auteur de chansons à texte de la lignée des Brassens, Brel, Ferrat, Ferré etc. C’est vrai que tous ces artistes ont surtout traité des problèmes qu’un être humain croise obligatoirement au cours de sa vie mais ce n’est pas parce que le VDO a une tendance un peu ésotérique qu’il ne peut intéresser un auditoire. Du reste vous confirmez que JCP, avec l’initiation qu’il a reçue, ne peut pas se satisfaire de composer des chansons ou des pièces parlant de nos problèmes du train-train quotidien. Il parle de « l’absolu » et autour de moi on est ok pour dire que c’est ce qu’il faut faire dans son cas, surtout qu’il le fait très très bien. Personnellement, je suis pour toutes les démarches amenant un + dans l’ouverture de l’esprit et si le VDO n’en est pas une, alors c’est à désespérer de tout. Ca voudrait dire que des gens comme JCP auraient oeuvré toute une vie pour rien. Je ne me permettrai pas de raisonner à sa place mais je pense qu’il est heureux de nous donner ce qu’il nous donne et aussi de voir que nous l’apprécions. Serions-nous les seuls à bénéficier de tout ça ? Et au nom de quoi ? Non, je vous prie de pardonner ma fougue passagère mais je suis sûr que si le VDO aura du mal à toucher ce qu’on appelle le grand public, il a droit à une audience bien + large que celle de nos petits groupes d’étude. Je reste ok pour développer le sujet en détail tel que vous le proposez. A +.

    Le 13 avril 2011 à 22:08, par Patrice
    Quelle différence entre les critiques prononcées d’une très belle plume par mr.Lucien pour parler de la qualité de l’œuvre de mr.Pantel et celles de mr Castor ou Costar qui ressemblent à un tissu de ressentiment. Personnellement, je regrette que l’entente ne se fasse pas autour de mr.Pantel mais il est difficile de se faire une idée quand on est loin de ce qui se passe. Aussi j’opterai pour une forme de neutralité comme mrs Bertrand et Dominique, tout en maintenant mes éloges sur l’œuvre de mr.Pantel, l’un n’empêche pas l’autre.

    Le 14 avril 2011 à 10:24, par &
    Je me rappelle encore d’un professeur de philosophie qui m’avait confié une fois : « Cela fait plus de 3O ans que je lis Emmanuel Kant, et je commence à peine à le comprendre »… Voilà, c’est cela l’œuvre de Jean-Claude Pantel, des années et des années d’étude poussée. Mais certains veulent comprendre La Critique de la Raison Pure entre un roman de BHL et leur lecture quotidienne de Télé poche…Alors on préfère parler d’une amphigouri illisible, d’un galimatias pédant plutôt que « d’aller au charbon » et tenter d’y voir un peu plus clair chaque jour dans cette mine obscure d’informations au fond de laquelle, pourtant, se trouvent des filons de diamants purs. Oui, il faut beaucoup beaucoup ouvrir le dictionnaire en lisant les Textes, oui il faut avoir des références culturelles un peu partout à vrai dire et à peu près dans tous les domaines et cela exige des années de pratique. Mais on ne peut hélas pas contenter tout le monde.

    Le 15 avril 2011 à 12:26, par &
    Par soucis de probité intellectuelle, et pour contenter certains pseudonymes qui nous accusent de cachoteries, mystères et autres falsifications d’on ne sais où, je mets aujourd’hui à disposition des internautes de Jantel.org les témoignages de deux anciennes connaissances de Jean-Claude Pantel, Michel Carmassi et Jean-Michel Grandsire, respectivement physicien et éditeur chez les éditions JMG, lesquels ont tous les deux décidé de tourner le dos à l’affaire, minés par un doute persistant qui leur a fait considérer - délation aidant - le Cas Pantel comme une supercherie. http://www.parasciences.net/spip.ph…; http://www.parasciences.net/spip.ph…; Et tel Pacman avide d’aller croquer les belles pastilles d’or d’une félicité sans nom, je prie pour que certains fantômes gloutons aillent définitivement parasiter - très loin ailleurs - ces couloirs ténébreux que compte le réseau labyrinthique du Cyberespace, et qui les attendent d’ores et déjà les bras grand ouverts…

    Le 17 avril 2011 à 09:39, par &
    J’ai une demande à formuler auprès de Lucien : En tant qu’ancien critique d’art, pourriez-vous me transmettre sur le blog vdo-jantel.over-blog.com, par le biais du lien contact, des adresses d’organismes culturels susceptibles d’être intéressés par Le Voyageur de l’Orage ? Et cela comporte, bien entendu, des maisons d’éditions, qu’elles fassent dans l’Ésotérisme ou non… En vous remerciant par avance, je vous dis à bientôt.

    Le 25 avril 2011 à 21:10, par Isabella
    Esperluette, je rentre de vacances et tiens à vous avertir que Lucien sera absent jusqu’à la fin mai. Néanmoins e l’ai eu au téléphone pour lui faire part de votre demande et il vous conseille d’effectuer une démarche auprès du Ministère de la Culture. A son avis, c’est le + sûr moyen de toucher des gens susceptibles de vous aider pour la promotion du VDO. Les pros du showbiz ne prendront aucun risque avec une œuvre de cette envergure, ils cherchent du bas de gamme pour alimenter leur tiroir caisse. Je crois qu’on est tous unanimes pour dire que le VDO concerne une élite dans notre monde décadent. C’est regrettable mais on n’y peut pas grand chose et les messages sont là pour confirmer la dégénérescence de la société. Lucien souhaite que vous le teniez au courant de vos efforts et vous en remercie d’avance.Bonne soirée.

    Le 2 mai 2011 à 23:38, par Castor ou costar
    Isabella
    écrit : « …Je crois qu’on est tous unanimes pour dire que le VDO concerne une élite dans notre monde décadent… » A vous lire nous comprenons donc que seule une « élite » est capable d’appréhender cette comédie musicale. Vous acceptez donc de penser, de croire et d’admettre enfin qu’il existerait une « composante supérieure » dans nos sociétés. Cela est particulièrement déroutant. Si cette élite existait elle aurait été informée de l’existence de cette œuvre si remarquable car son réseau est finement tendu et semble être au courant de tout ce qui se passe (voire même de ce qui va se créer dans le monde culturel). Ne pouvez-vous pas penser une seule seconde que ce pourrait être la présentation, la composition, la qualité d’interprétation et la mise en scène qui ne conviendraient pas ? Un simple conseil : et s’il s’agissait de reprendre la copie en remaniant l’ensemble, pour, et tout en conservant le fond, le rendre plus compréhensible donc plus accessible au commun des mortels… N’oubliez pas Isabella
    que d’autres se sont attachés hier à tenter de promouvoir cette œuvre et si sont cassés les dents. Pourquoi ? Doit-on oublier que Gégé et Vava, professionnels de la musique, se sont retirés de cette affaire. Encore pourquoi ? Et sur le plan de l’édition quand Ramuel édita les tomes 1 et 2, l’éditrice (décédée depuis) était une amie intime de J.Guieu et sans la demande express de Jimmy les livres n’auraient pas vu le jour. Pourquoi ? Et jmg fit bien une tentative de réédition du tome 1 mais Jean Michel abandonna bien vite l’aventure ce que rapporte courageusement Esperluette dans un de ses posts. Seule une édition à compte d’auteur pourra voir paraître le tome 3. Et tout comme le vdo nous nous heurtons à une forme d’intransigeance de Monsieur Pantel qui ne veut, ou ne sait mettre un bémol à son discours musical comme à son exposé littéraire. On dirait qu’aucune critiques ou réserves ne sont acceptées par jcp qui pourrait être dépassé par un orgueil démesuré ou par une peur énorme face aux vet qui lui enlèvent toute forme de discernement et de libre-arbitre. C’est en cela qu’ils seraient réellement manipulateurs et … destructeurs.


  • Le 25 avril 2011 à 21:12, par Isabella
    Esperluette, je rentre de vacances et tiens à vous avertir que Lucien sera absent jusqu’à la fin mai. Néanmoins e l’ai eu au téléphone pour lui faire part de votre demande et il vous conseille d’effectuer une démarche auprès du Ministère de la Culture. A son avis, c’est le + sûr moyen de toucher des gens susceptibles de vous aider pour la promotion du VDO. Les pros du showbiz ne prendront aucun risque avec une œuvre de cette envergure, ils cherchent du bas de gamme pour alimenter leur tiroir caisse. Je crois qu’on est tous unanimes pour dire que le VDO concerne une élite dans notre monde décadent. C’est regrettable mais on n’y peut pas grand chose et les messages sont là pour confirmer la dégénérescence de la société. Lucien souhaite que vous le teniez au courant de vos efforts et vous en remercie d’avance.Bonne soirée.

    Le 29 avril 2011 à 08:59, par Yoyo
    Nouvelle question pour M. Pantel : L’astatisme s’explique donc par la tension persistante entre flux directionnels de sens opposé (par pression ou par attraction) ; c’est ce qui crée l’espace et le temps en quelque sorte ; cela permet l’existence par un équilibre précaire. Karzenstein nous ajoute (en novembre 2001) : « …la plupart des situations dans lesquelles les éléments de votre espèce se trouvent impliqués appartiennent à des directionnels très contrôlables ». Avez-vous déjà utilisé le contrôle possible des flux directionnels ? Comment envisager cela ? J’indique pour les lecteurs du site que cette question intéresserait aussi, le recueil de citations à propos des flux directionnels : http://www.jantel.org/spip.php?arti…;

    Le 29 avril 2011 à 19:53, par Patrice
    Je suis un béotien en matière de physique. J’en ai fait au lycée comme tout le monde mais depuis, à part la lecture de « science et vie » ou « sciences avenir », je ne peux pas dire que je me suis remis à étudier. Les messages que reçoit mr.Pantel font une synthèse entre la philo et la physique et je trouve que ça permet d’élargir ma compréhension. Malgré tout, « les flux directionnels » sont encore pour moi un langage abstrait. Ce sera intéressant qu’on aborde le sujet comme le demande mr.Yoyo.

    Le 1er mai 2011 à 22:57, par &
    Il ne faut pas confondre La Physique en ses Lois et la science physique en ses livres. Chacun en ira de son « ressenti ».

    Le 30 avril 2011 à 21:23, par Rock en bol
    A Esperluette. je pense que s’adresser au ministère de la culture comme le préconise Lucien est une bonne idée. Vous avez entre les mains + qu’un projet. Ces 2 dernières semaines, on a beaucoup débattu du VDO avec des amis qui pensent à l’unanimité que dans le contexte actuel, contacter des producteurs pour promouvoir le VDO sera un échec assuré. Je ne partage pas vraiment cet avis, mais même si je n’ai pas raison, il ne faut pas oublier que qui ne tente rien n’a rien. En tout cas, vous ne risquerez pas grand chose en essayant de frapper à la porte du ministère de la culture. A +.

    Le 1er mai 2011 à 13:37, par pbertrand 72
    Pour ceux qui ont aimé Sciences Secrétes 1 et 2 vous pouvez lire gratuitement le tome 3 L’art de créer le nouveau monde -sur le site Echange et Partage : http://claudedelarose.e-monsite . Dans ce livre Isaac Plotain part à la recherche des concepteurs de notre véhicule et nous révèle comment sept généticiens extraterrestres ont participé à sa création…etc… Le livre peut s’acheter aussi sur Uni Book .


  • Un témoignage intéressant sur l’acceptation 22min 30s. : https://www.youtube.com/watch?v=m5o…


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0