Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Chronologie des « Textes » / Année 2012 / 7 janvier 2012
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

7 janvier 2012

D 7 février 2012     H 17:35     A Zilder     C 1 messages


Tel que vous l’a énoncé Karzenstein, constater l’ambiguïté émanant de la différenciation entre qualité des choses à vivre et qualité des choses vécues produit, chez votre espèce du moment, une réaction mitigée dont la finalité aboutit à une « souscription » à la qualité des choses vécues. Il en incombe à l’harmonie inhérente à la concordance en l’adaptabilité que réclame l’astatisme. [1]

Néanmoins, ceci n’exclut pas que la chose, reliée au spécifisme dans sa globalité, témoigne d’une « marge de manœuvre » propre à chaque « individualité » [2], ainsi que Karzenstein avait encore pu vous le spécifier alors que vous communiquiez téléphoniquement avec votre ami Patrick sur le fait que tout se trouvait à sa place.

Chacun se souviendra que « l’ordonnancement », axé sur une « contrôlabilité mesurée » des flux directionnels, s’établit d’après la capacité d’admissibilité d’impression pourvoyant à la teneur du registre informationnel, lequel demeure le tenant avéré de « l’équilibre » individuel, par l’intermédiaire du compensatoire existentiel.

Dans le cadre des redites nécessaires à « la remise en cause », réitérons au passage que le processus de compensation existentiel effectue sa praxie dans « le sous-mouvement » impliquant chaque individu à « exercer une pression » à la pression.

De fait, le compensatoire existentiel, en induisant de cette façon le projectionnisme - en sa désuperposition -, offre au cogito de « se » regarder en fonction de « l’actionnel » venu se disposer au fil de l’élaboration du « situationnel ».

Or, nul n’ignore plus que « se » regarder sur ce plan précis de l’ipséitaire [3], favorise l’essor « d’émergences humorales ». Pour l’exemple visant à conclure cet état de choses, nous rappellerons que l’individu occurrentiellement concerné, peut se sentir flatté ou vexé, en « osmose » avec certains des critères inclus dans son registre informationnel.

En conclusion, il conviendra prioritairement de ne point perdre de vue que ce qui « sécurise » ou « déstabilise » le cogito se solde invariablement par une « mutilation » des possibilités du faire corps. [4]

Notes

[1Astatisme : d’astasie, en grec astasia, instabilité - en français on a aussi « astatique » qui , en mécanique, est un état d’équilibre indifférentié ( qui reste non fixé en quelque sorte ) - le sens d’astatisme dans les Textes penche plutôt vers ce sens d’équilibre indifférentié 

[2Il ne s’agit pas de la liberté de se retrouver figé par la situation, mais de la liberté de ne pas perdre sa mouvance intrinsèque, même dans des événements incroyablement pénibles.

[3Ipséité : latin : ipse = soi-même, en propre, en personne - ce qui fait qu’un être est lui-même et non pas autre chose

[4Rasmunssen : “la seule Liberté consiste à se trouver disponible, à l’unique fin de s’adapter aux circonstances, c’est-à-dire de faire corps avec elles" . Il ne s’agit pas d’une liberté de se retrouver figé par la situation, mais de la liberté de ne pas perdre sa mouvance intrinsèque. Voir l’article : Concept de « faire corps » - analyse 

 

Mots-Clefs

1 Messages

  • Le 19 avril 2012 à 13:43, par Patrice

    La théorie qui conclut ce message ressemble à celle du philosophe indien Krishnamurti qui disait « Quand on est vexé ou flatté, c’est l’image qu’on a de soi qui est vexée ou flattée ce n’est pas soi. ». Après, la possibilité de faire corps avec les événements est quelque chose qui m’échappe complètement, sauf peut-être sur le plan intellectuel. Je crois qu’on aura toujours du chemin à faire pour arriver à progresser comme ce serait souhaitable.

    Le 20 avril 2012 à 11:55, par Yoyo

    Une des façons de faire corps, cela peut être de s’intéresser aux coïncidences ; déjà, de ne pas les rejeter d’un haussement d’épaule, mais d’y être attentif et de chercher les flux du réel qui coulent pour chacun…

    Je signale, à ce propos, la parution d’un petit livre très intéressant d’un psychologue : Les coïncidences, de Joachim Soulières (pseudo d’un psychologue hospitalier)

    http://www.amazon.fr/gp/product/ima…UTF8&n=301061&s=books


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0