Vous êtes ici : Accueil » Chronologie des « Textes » » Année 1992 » Février 1992
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

Février 1992

D 1er février 1992     H 07:36     A Karzenstein     C 0 messages


Question
- Mis à part quelques phrases lancées à la cantonade, vous ne vous manifestiez plus vraiment et j’en avais déduit que les « entretiens prolongés » s’étaient interrompus avec le départ de Rasmunssen, ceci dit dans la mesure où le mot « départ » ne se veut pas trop inapproprié…

Karzenstein
- Notre non-intervention verbale a correspondu aux données de l’ambiant, selon la Vérité inscrite en l’Etabli… Mais notre présence à vos côtés n’a pas connu de cesse à proprement parler. Du reste, vous l’avez pu expérimenter lors de l’indisposition subite qu’eut à assumer la santé de votre père, ainsi qu’au niveau des phases révélant la douleur de votre amie orientatrice de conscience.

Question
- A ce propos, comment dois-je envisager la situation, suite à ce qui s’est produit avec mon père ?

Karzenstein
- Entre autres « obviances », il vous incombe désormais d’accepter la consolidation de la fracture occasionnée par la rupture que vous consommâtes avec lui, lors de la fin du dernier cycle annuel… Quant à l’orientatrice de conscience, elle se conformera à d’autres préoccupations dont votre père et vous serez dégagés, tel qu’il m’appartient d’en décider et de ne point vous en concerner… Progressivement, la phase extatique vous étant promise vous a abordé, Jantel, et son déploiement passe par un équilibre psychophysique que vous vous interdisez dans l’état actuel des choses.

Question
- Le club Hermès donne l’impression de s’étioler : les promesses de la mairie n’ont pas été tenues, les courses que nous organisions ont disparu une à une pour des raisons diverses alors qu’elles étaient la « vitrine du club », si vous m’autorisez l’expression, et nous ne voyons pas de relève qui se dessine au niveau de l’encadrement ; Jean, Guy et même Jacky ont l’impression d’effectuer uniquement un assistanat. Patrick ne s’en soucie pas vraiment et seule Lucette semble croire encore à quelque sursaut de la part des jeunes… S’ajoutant aux problèmes personnels que vous venez d’évoquer, je ne vous étonnerai pas en vous avouant que cette situation a son importance dans ce qui me prive de cet équilibre psychophysique auquel vous faites allusion…

Karzenstein
- L’association sportive dont vous vous êtes peu à peu écarté, fait auquel, soit dit en passant, nous ne sommes pas étrangers, reste l’une des formes de la qualité des choses à vivre de l’espèce à l’égard de laquelle vous nourrissez cette « vocation » dont les effets demeureront toujours surprenants pour ceux qui vous ont révélé cet état de choses…

Je ne reprendrai pas en détail tout ce que vous a expliqué Rasmunssen au sujet de cette vocation et sur le charisme existentiel l’amplifiant. L’opportunité d’en débattre de manière différente se révélera en temps choisi, avec le circonstanciel qui vous exposera à quelques phases paroxystiques, lesquelles transparaissent déjà dans le positionnement du cyclique, tel qu’il ne manque pas de nous apparaître… Pour en revenir au groupement pédestre qui vous tient tellement à l’esprit, il devient souhaitable que vous y apposiez dorénavant un tout autre regard… N’en déplaise à ceux qui ont épousé la cause une fois les effets déjà bien prononcés, les éléments propulseurs de cette association demeureront toujours votre amie Lucette et Jean-Claude Reffray. Sous couvert d’un charisme indubitable, quoique non existentiel, ce sont ces deux personnages qui ont contribué le plus efficiemment à l’élaboration de la chose qui ne demeurera rien d’autre, pour nous, que le produit de votre souci de réunir, Jantel…

Cependant, vous savez pertinemment que « réunir » n’est pas « unir »… Unir c’est amalgamer dans l’unité, et cette résultante du mouvement n’appartient qu’au Père. Si l’on veut bien considérer que « réunir » c’est unir à nouveau, « réunir » souligne qu’une désunion s’est effectuée à un instant donné.

Concevons alors que le facteur de gravité, en la matière, s’instaure uniquement dans le cadre de la longévité qui concerne les parties en présence puisque, tel que nous vous l’avions formulé, tout s’amalgame, se déchire, se rejoint, se sépare à nouveau dans l’Infini de l’Eternité…

Pour ce qui est de la finalité de « réunir », concluez ici, en filiation directe avec la teneur de nos propos, que ce qui se désunit chez votre espèce s’exposera à la limitation du temps chronologique lui étant impartie, à travers tout un chacun… Vous n’y pûtes, n’y pouvez et n’y pourrez rien, Jantel !

Question
- Oui, cela me fait penser à Rasmunssen qui m’avait conseillé de ne pas essayer d’uniformiser ce qui n’est pas uniformisable. Toutefois, même si, à l’image de ce que vous énoncez, certains ont pour ainsi dire pris le train en marche, Jean, Guy, Jacky et Patrick ont œuvré avec leurs moyens d’une façon positive, du moins en ce que j’en perçois…

Karzenstein
- Prenez garde, Jantel ! Le conséquentiel ne reflète pas obligatoirement le causal, tout du moins dans la perceptivité à laquelle votre espèce a accès ! S’il n’est point question de discréditer les actions menées par les personnages que vous me citez, il subsiste beaucoup à définir quant à ce qui les anima intimement avant qu’ils n’aient eu à fournir leur participation aux actions proprement dites, autrement formulé : à leurs actes agis…

Résumons pour la circonstance ce que détermine encore à présent leur cogito, à savoir que c’est bien vous, Jantel, qui les avez impliqués dans cette aventure que géométrise aujourd’hui le groupe Hermès… En outre, de par l’attention manifestée aux capacités personnelles mises en pratique, il se révèle que chacun se croit, à divers degrés de conscience, davantage investi ou plus performant que l’autre, donnant libre cours au comparativisme. Qui donc s’étonnera que ce comparativisme, si sous-jacent soit-il, porte en lui la désunification dont nous causions voici peu d’instants ?

N’oubliez pas que la Loi des Echanges vit votre espèce dans la spasmodicité, Jantel ! L’échange spasmodique pourvoit à l’inconstance et l’inconstance se traduit le plus souvent par le « renoncement »… Les exemples foisonnent dans ce domaine et votre vie consciente du moment en recensera jusqu’à sa rupture…

Question
- Vous m’avez souvent demandé de « nuancer » mais j’ai l’impression que dans les données de la situation qui nous intéresse, c’est ni plus ni moins le « don de soi » qui se dispose au « renoncement »…

Karzenstein
- Le « renoncement » est identique en toute(s) chose(s) et à toute chose que nous qualifierons d’existante, ainsi que nous saurons y revenir en temps choisi, Jantel. Il possède son principe de continuité ; ainsi, qui renonce, renoncera encore, renoncera toujours… En contrebalancement, nous reviendrons sur le symbole de « la balance » lorsqu’il s’exigera de le faire ; le renoncement possède son processus d’autodestruction que vous pouvez situer, ne serait-ce que dans « le renoncement au renoncement ».

De toute façon, tout appartenant initialement à la Loi des Echanges et, en aval, au(x) processus de compensation existentiel(s), les renonceurs sont soumis à l’impérieuse obligation de s’adonner, par l’entremise de la conjugaison s’exerçant entre le mouvement et ses ambiants, à d’autres exercices qui se détermineront en tant que valeur(s) de remplacement(s). Conséquemment, le renoncement ne doit pas s’assimiler à un « rejet ». Pour ce qui concerne ce qui fait l’objet de notre petit débat, ne plus reconduire la « course de l’heure », la « triade auriolaise » ou la liaison entre Marseille et Toulon n’interdira nullement aux pratiquants de la course pédestre d’accomplir leur geste, et ce, même en marge de l’acte. Je puis vous dire pour exemple qu’il se courra d’autres Marseille/Toulon ou Toulon/Marseille tel qu’il s’en est d’ailleurs toujours couru…

Question
- Dans la responsabilité que nous avions plus ou moins endossée, nous pratiquions peut-être une forme d’assistanat mais nous donnions à des gens de divers horizons la possibilité de réaliser quelque chose qu’ils n’auraient sûrement pas réalisé sans notre concours et puisque j’emploie le verbe « réaliser », peut-être pourrais-je ajouter que nous leur permettions tout simplement de « se réaliser »… Pour ma part, je considère notre renoncement tel un manque de générosité à l’égard de tous ceux et celles qu’à mon humble avis Guy Roman traite un peu trop facilement « d’assistés »…

Karzenstein
- Sans minimiser en la matière sa compétence à la compétitivité, votre ami Guy n’aura guère peine à ne point se prendre pour Percy Cerruty, pour ne citer que ce dernier… Du reste, il s’avère aussi vrai, à la décharge de votre ami, qu’il ne se recense pas dans votre association d’Herbert Elliott…

Ces citations de personnages, très présents à votre estime, ne se prêtent à aucune incitation au « comparativisme ». Toutefois, elles tendent à faire valoir l’état d’esprit que vous venez d’énoncer sous le terme de « générosité »… La générosité, telle qu’il sied de la reconnaître, s’exprime avant tout en l’agissement. Une fois offerte à l’enfermement du « cogito », elle perd sa spontanéité, elle devient « acte à agir » et se déguise à des degrés divers en « convenances »… Ces dernières, vous l’aurez déduit, appartiennent à la démultiplication qu’il importe de situer entre ce qu’est la Vie et ce que paraît le mode de vie… Comme pour toute chose, le facteur principal qui détermine la qualité de la générosité demeure la constance à l’exprimer… Or la constance, au fil des vies conscientes, est inhérente aux réminiscences imprimées dans les cellules mémorielles : elle se révèle, tel que vous le savez, au gré du « processus de compensation existentiel », en le déploiement de l’aptitude. Certaines de vos religions font état de cette forme de chose sans cependant nuancer comme il convient de le faire… Ainsi il faut démystifier l’idée épanchant qu’en « revivant », il se produit une amélioration en la qualité existentielle sous quelque forme qu’il soit… « Revenir » fréquemment n’améliore pas obligatoirement les individus, Jantel : c’est même le contraire qu’une vision avisée autorise à constater le plus souvent…

Question
- Cela reviendrait-il à dire que l’expérience n’est d’aucune ou en tout cas de peu d’utilité ?

Karzenstein
- Désuperposons l’équation selon laquelle le Père créa la Vie et l’homme inventa le mode vie. Cette désuperposition nous fait constater le décalage qu’il y a lieu d’observer entre le situé non situable et le situé situable, et à en tirer les enseignements, à savoir que votre humanité ayant fait prévaloir l’onde de forme sur l’onde de Vide, il s’est ensuivi, dans la conformité de l’échange, une prééminence du mode de vie sur la Vie…

Cette consternante déperdition entre ce qui est et ce qui existe a, par reviviscences interposées, voué votre espèce humaine à reconduire ledit mode, lequel est fondé sur une accumulation d’actes à agir, puis agis, c’est-à-dire sous l’emprise de la filtration imposée par le cogito, principal siège de votre mémoire spécifique…

Question
- Oui, je crois comprendre qu’au bout du compte, cette déperdition nous fait mémoriser l’acte plutôt que le geste…

Karzenstein
- C’est cela, Jantel. Souvenez-vous ce que Rasmunssen vous avait commenté au sujet de l’exercice de course : le geste ne se mémorise concrètement qu’en l’acte ! Adapter l’exemple de cette souvenance à tous les situationnels édifiant vos instants vous aidera à mieux concevoir la qualité de ce que vous vivez et mémorisez… Ne reconduisant que ce qui se mémorise, tant au plan conscient que semi-conscient, vous aurez aisément constaté que la constance en la spontanéité s’étiole, laissant place nette à « l’acte », auquel, par voie de conséquence, votre espèce, de civilisations en sociétés, a fini par s’identifier… Voilà pourquoi j’ai tenu à vous faire « bémoliser » le terme « générosité » en le replaçant dans son contexte d’origine, à distanciation respectable du verbiage auquel succombent trop facilement vos semblables.

Question
- Et dire que mon entourage m’avait plus ou moins fait embrasser cette théorie selon laquelle, avec votre aide bien entendu, je ne m’étais pas impliqué dans ce système de vie parce que j’y avais été déjà mêlé plusieurs fois, et qu’au fil des expériences vécues, j’en avais tiré l’enseignement me permettant cette « non-implication » dans ma vie consciente ! A présent, je conçois mieux que le fait de « revenir » souvent dans ce monde peut produire un effet contraire à celui souhaité…

Karzenstein
- A celui que vous souhaitez s’avère plus juste, Jantel ! Observez comme il se faut cette nuance, ne serait-ce qu’en fonction de ce qui vous fut confié, voici presque huit cycles solaires auparavant, à propos de « la vision »… A titre complémentaire, sachez bien, Jantel, que sauf très rarissimes exceptions, le réamalgame cellulaire d’un individu se produit en adéquation spatiale, plus explicitement : là où il doit revenir…

Récitons opportunément Rasmunssen qui vous fit valoir qu’originellement c’est l’être qui appartient à l’environnement et non le contraire ! Toute chose se vit d’après ce principe, en désuperposition comme en démultiplication : c’est le principe d’Osmose Attractive.

Non, Jantel, il ne se propose pas tant de disparité que cela entre Jean et Pierrette Platania, tel que vous vous trouvez en train d’y songer. Sachez - ou plutôt apprenez - qu’en dépit des apparences, votre ami se veut plus ancien (car plus constant dans sa reconduction cellulaire) que la génitrice de sa vie consciente actuelle… Acceptez au passage que les élans de générosité auxquels a été donné référence ce jour ne sont pas plus étrangers à cette dernière qu’à quiconque, nonobstant certains accès à des comportements que nous qualifierons de « thésaurisateurs »… Simplement convient-il de relever sur ces entrefaites que, conformément à tout ce qui vient de s’énoncer, thésauriser conduit à thésauriser davantage et limite du fait la constance en la générosité. Mario Grimaldi, pour ne citer que lui, ne me contredira pas : « télécartiser », au même titre que « numismatiser » ou « philatéliser », demeure le prolongement de ce qui vous fut défini en tant « qu’avoir pour être ».

La conclusion de tout ce qui se sera échangé aujourd’hui vous accordera de réaliser que vous ne pouvez vous réaliser. Cette expression doit dès maintenant se voir bannie de votre vocabulaire, étant acquis que se réaliser ne figure rien de moins que « faire corps avec la réalité » en continuité. En le réel qui le pourvoit, cet exercice appartient à la « fulgurance mimétique » qui ne se vit pas sous n’importe quelle consistance, comme nous le verrons au cours des entretiens des cycles annuels à venir…

Nous avons à peu près fait le tour de vos préoccupations présentes, vous rendre à votre disponibilité s’impose tout autant que transmettre mes pensées d’usage à celles et ceux partageant vos instants… A bientôt, Jantel !

 

Mots-Clefs

Dans la même rubrique

1er septembre 1992 – Septembre 1992

1er avril 1992 – Avril 1992

1er février 1992 – Février 1992

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher

Rubriques

 

Dernières brèves
  • 16 janvier 2016
     Décès de Régis B.

    Le grand ami de Jean-Claude , Régis B. nous a quittés récemment . C’est lui qui transmettait les Textes . Que tous ceux ou celles qui l’ont connu aient une petite pensée pour cet homme discret mais engagé . Toutes nos condoléances à sa merveilleuse épouse Annie (...)

  • 24 juillet 2014
     Note de webmestre : Google est parfois plus...

    Note du webmestre : Google est parfois plus performant que le moteur de recherche du site à cause de sa souplesse inégalée ; il suffit de demander un mot ou une expression à la page http://www.google.fr/advanced_search++cs_INTERRO++hl=fr en ajoutant la référence « jantel.org » dans la case demandée pour le (...)

  • 23 juillet 2014
     Autres sites intéressés par « Jantel »

    Je rappelle les sites d’Esperluette : http://vdo-jantel.over-blog.com http://www.jantel-esperluette.com/ http://jantel-les-vet1.over-blog.com/

  • 11 septembre 2013
     Le pianiste Gilbert Pagano nous a quittés ce...

    Le pianiste Gilbert Pagano nous a quittés ce mercredi 11 Septembre 2013 à l’âge de 70 ans. Que tous ceux et celles qui l’ont connu aient une petite pensée pour lui. Voir le site d’Esperluette : http://www.jantel-esperluette.com