Vous êtes ici : Accueil » Chronologie des « Textes » » Année 2019 » ZILDER : Résumé de l’entretien ayant eu lieu entre JIGOR et JANTEL en date du (...)
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

ZILDER : Résumé de l’entretien ayant eu lieu entre JIGOR et JANTEL en date du 19/09/2019

D 19 septembre 2019     H 06:38     A Jigor + Zilder     C 3 messages


Bonjour à tous,

Nous ne pensions pas avoir un entretien avec les VET avant 2020, mais Chantal ayant, après des recherches, eu accès à des informations sur une éventuelle planète inconnue apparaissant de temps à autre dans notre système solaire, quelques questions se posèrent à elle et KARZENSTEIN nous ayant avisé d’une prochaine visite de JADÖPHER, nous pensions proposer nos interrogations à celui-ci. Or, c’est JIGOR qui se présenta et ce fut à lui que revint le fait de nous répondre.

Chantal en profita pour joindre à la question précitée, une autre question concernant les « trous noirs ». Nous vous faisons part des réponses apportées par JIGOR.

Bonne lecture et cordiales pensées aux habitués de Jantel.org.

Jean-Claude PANTEL

 


 

JANTEL

JADÖPHER ayant semble-t-il décalé sa venue, puis-je vous poser quelques questions que CHANTAL a pu relever, suite aux recherches qu’elle effectue sur certains sites d’Internet ?

JIGOR

Dans la mesure où le circonstanciel s’y accorde, je vous engage à me soumettre ce qui sollicite CHANTAL...

JANTEL

Bon, alors dans un premier temps, elle avait relevé dans ses recherches que certains scientifiques faisaient état d’une planète dont les Sumériens connaissaient l’existence depuis 6000 ans. Je prends donc le document qui fait référence à la chose et vous résume, en quelques phrases, ce qui s’y écrit... De toutes façons, je me doute bien que vous connaissez le contenu de cet article…

JIGOR

Certes, mais le bref exposé que vous vous apprêtez à en faire servira de point de fixation à ceux qui auront à le lire, dans le cas où vous décideriez de le faire programmer sur « le tableau porteur » du résumé de nos entretiens.

JANTEL

Je délaisserai l’époque lointaine de la civilisation sumérienne pour une période contemporaine. Ainsi, il apparaît que l’existence de cette planète portant les noms de NIBIRU chez les Sumériens et de NÉMÉSIS chez les Grecs, a été confirmée sous l’appellation de « Planète X » par le monde scientifique officiel dès 1978, par deux astronomes de l’observatoire de la Marine US à Washington. En 1982, la NASA va, à son tour, reconnaître l’existence possible d’une planète X. En 1983, le satellite « Iras » repère dans l’espace lointain un objet mystérieux, ainsi que le rapporte le 30 décembre 1983 le Washington Post après avoir interviewé le responsable de « l’Iras ». En 1987, la NASA reconnaît officiellement l’existence de cette planète. Le 7 avril 2001, le rapport de Science News titre « l’orbite singulière d’une comète suggère une planète cachée, bien au-delà des neuf planètes connues. Une autre étude de l’équipe de l’observatoire de Nice Côte d’Azur suppose que l’orbite de la comète pourrait être l’œuvre d’une planète encore invisible aussi grosse que MARS. Alors, déjà la question se pose quant au fait qu’une planète peut être invisible et à la fois enregistrée par des appareils de détection... D’autre part, KARZENSTEIN nous a dit à l’occasion d’un de ses passages, qu’il ne s’agissait pas d’une planète mais que la chose figurait la résultante d’un « processus de tournoiement » succédant à des « percussions » intempestives de « flux ». Je ne garantis pas de vous rapporter ici la définition précise qu’elle nous a donnée…

JIGOR

Elle a surtout voulu vous faire entendre que ce type de massification, si avéré est-il, demeurait accidentel, n’étant que la conséquence d’un processus de circularisation se produisant périodiquement. Cette expression du mouvement, au même titre que tout ce qui est appelé à se « volumiser », durablement ou non, dépend de « la vélocité des flux » et de la violence de leur percussion dans « la densité changeante » de la Masse Ectoplasmique. Ainsi que vous le savez, la répercussion, toujours sur un mode ondulatoire, en la circularisation ainsi amorcée, projette dans l’espace volumique les éléments constitutifs que sont « les microparticules ». Celles-ci, au gré de leur « ondoiement », et de la réverbération de cette manière générée, se projettent alors dans une diffusion fluido-luminescente qui, en se cristallisant, « corporifie » pour une durée variable « une entité assimilable » à un astre. Toutefois, rien n’interdit de concevoir que cette « durée » puisse s’étendre au point de « solidifier » l’entité en question, si d’aventure une conversion venait à s’opérer. C’est d’ailleurs ce qui effectivement se produisit, lors des époques antiques auxquelles vous faites référence.

JANTEL

Les périodes de « solidification », apparemment prises en compte par les anciennes peuplades, fixaient approximativement à 36 siècles ce qu’ils appelaient le passage, ou encore la réapparition de ce phénomène. En outre, les Sumériens, notamment, pensaient que la présence annoncée de cette « entité astrale » qu’ils avaient donc baptisée NIBIRU provoquait des catastrophes, engendrant des changements profonds - et plus particulièrement climatiques - sur notre planète. Là encore, je ne m’avancerai pas inconsidérément, mais KARZENSTEIN nous avait fait valoir qu’en tant que « civilisation », vous aviez connu, au terme d’une périodicité sensiblement similaire - « 40 siècles environ » -, une mutation physique due précisément à une de ces « manifestations climatiques ». Je songe également à « l’éruption du Santorin » qui aurait, entre autres, été la cause de ces fameuses « plaies d’Égypte » relatées dans la Bible, et qui se situerait, temporellement parlant, dans cette fourchette de 36 à 40 siècles.

JIGOR

Fixer la durée d’une période, au point d’en faire une marque de mesure établie équivaut à procéder à « un figement » et vous n’ignorez plus que la fusion constante déterminant la Création et ce qui en découle, s’interdit à tout « figement ». Nous citerons là, pour exemple, la vitesse de la lumière qui se différencie en fonction de « la vélocité des flux » et de ce qu’ils provoquent énergétiquement, à toutes les strates de ce qui concrétise le produit de la Création. Pour notre part, nous avons préféré vous faire part de cycliques que nous ne chiffrons pas quant à « la durée » qui les définit, mais dont nous situons « la mouvance » d’après une évolution. Autrement formulé : selon ce que notre « perceptivité » nous accorde de visualiser et de concevoir de cette élaboration continuelle de l’agencement que nous avons qualifié de constitutionnel. Cet « agencement » entreprend son développement dans ce qu’il y a lieu de considérer comme un effet désuperpositionnel et démultiplicationnel du structuralisme universel. Dans le cheminement continu de cet ordonnancement cosmique, les galaxies et leurs systèmes stellaires, les planètes et ce qui les peuple, vivent la concordance en l’adaptabilité dans le dimensionnel qui les positionne. Tout se maintient en fonction d’un équilibre astatique, qui répond aux effets de la fusion constante à laquelle nous venons de faire compendieusement référence. Vous le savez, cette maintenance ne répond à aucune marque d’éthique, elle ne révèle pas davantage de but initial, tout en se trouvant originellement inscrite dans une durabilité totalement liée à ce que représente, en chaque existence, le processus d’apoptosisme, processus inhérent au structuralisme universel précité. N’y reconnaissez là qu’une expression vérifiée de la justesse, JANTEL, sans plus.

JANTEL

Alors, puisque vous venez de faire état d’apoptosisme, CHANTAL, tel que vous en êtes averti, a rédigé deux questions que je vous soumets.

La 1re s’intitule corps noirs ou trous noirs.

Suite à un bombardement de particules par le Vide et par ces corps noirs, particules qui divisent les molécules en atomes tout en séparant les constituants des protons et des neutrons, ces particules réduisent la matière à l’état de pure énergie (dont le Vide est constitué). Que faut-il penser des « particules » et « semi particules » (donc « cellules ») qui disparaissent définitivement en retournant au Vide. Est-ce que ce processus se trouve uniquement axé sur l’astatisme ?

J’y ajouterai, pour ma part : cela a-t-il quelque chose de précis à voir avec l’apoptosisme ?

Par ailleurs, au départ cette question provient de l’explication que vous nous aviez donnée, lorsque je vous avais demandé s’il était obligé - ou non - de naître et, par là même, de renaître. Votre réponse laissa entendre, - notamment avec « l’exemple des nuages » que vous aviez alors utilisé - que rien n’était obligé de naître, et donc de renaître dans une forme donnée, chaque cas, si à ce stade on peut parler de cas, se voulant soumis à une législation fondée sur ce que vous nous avez appris à considérer sous le syntagme de stochasto-apodictisme [1].

JIGOR

Ceci rejoint ce qui s’est précédemment signifié, mais il peut être bénéfique, pour votre entourage, que nous le synthétisions. Sur le plan de l’Établi, tout ce qui a été existentialisé reste voué à rejoindre le Vide, tout en vient, tout y retourne, la chose se veut acquise de longue date chez ceux s’intéressant à nos entretiens. En la matière, ce ne sont que les « intervalles » inhérents au Temps dimensionnel qui différent, au même titre qu’au plan du provoqué cela s’accomplit pour les fréquences de retour concernant l’intégralité des divers spécifismes. Ainsi, l’apoptosisme, en sa régulation et sa qualité préprogrammée de processus d’autodestruction, concerne aussi bien ce qui appartient à l’état de massification qu’à celui de fluidification. Comme tous les processus venant à se désuperposer et se démultiplier de l’Établi, l’apoptosisme a pour principale « raison d’être » de servir l’astatisme qui sert lui-même la praxie du Temps dimensionnel, tout autant que celui-ci pourvoit à « maintenir une assistance » à ce qui apparaît comme étant le produit permanent de la Création. C’est afin d’aborder nominalement « la justification » de cette maintenance que nous vous avons convié à la conjecturer d’après le syntagme de stochastoapodictisme. Partant du regard porté sur cette « situation d’ensemble », il devient évident qu’il est totalement inadéquat d’exclure du stochastoapodictisme les trous noirs auxquels CHANTAL a tenu à prêter son attention. Les trous noirs ou corps noirs sont inscrits dans la Masse Ectoplasmique, ils y sont insérés dès la naissance des galaxies, ils sont donc « inhérents » à la présence de ces galaxies. Au départ, c’est la vitesse gravitationnelle qui provoque l’accrétionnisme densifiant des portions d’espace volumique, puis pérennise l’échange énergétique se voulant nécessaire entre la parcelle de surface localisable du Vide circonvoisin et celle de la densité établie du volume. Ceci, jusqu’au moment où l’énergie échangée croît ou décroît, de façon disproportionnelle, chez l’un des deux plans, voire les deux à la fois, ne participant plus de cette manière à la régulation de l’astatisme. Celui-ci se rétablit alors, soit par une implosion du volume, soit par l’aspiration du volume par le vide, ce qui au final équivaut à un retour d’une parcelle d’espace volumique dans le dimensionnel de l’espace vide. Vous l’aurez compris, pris à leur échelle, ces deux mécanismes de « désintégration » ne figurent rien d’autre que l’un des aspects que sait prendre l’apoptosisme. Voilà, se trouve ainsi résumé en quelques phrases, ce qui se produit pour « les particules » et « semiparticules » qui, pas davantage que les spécifismes auxquels elles donnent consistance, n’échappent aux mutations d’ensemble, donc à la vérité d’ensemble que conditionne l’existence, en son sens indéfinissable, et donc indéfini.

JANTEL

Ce que vous venez d’exprimer ici, conforte complètement ce qu’à la demande de CHANTAL je me suis risqué à écrire dans une chanson que j’ai intitulée « Stances à l’Existence » [2]. CHANTAL m’avait souligné que je m’étais uniquement attardé, jusqu’alors, sur les peu enviables limites de « la condition humaine », négligeant, du fait, les autres espèces du « tout existant »...

JIGOR

À ce sujet, considérons qu’il n’est pas vain, à l’occasion, de vous engager à « doser » votre viscéral anthropocentrisme et « la vocation » qui s’y rattache. CHANTAL et KARZENSTEIN ne manquent pas de le faire et c’est là chose particulièrement utile pour « la non-forme » que doit prendre votre prochaine « vie consciente ». Sur ce, je vous rends aux instants qui appartiennent à la présente, sans omettre de vous inviter à transmettre, comme de coutume, mes pensées de « civilitude » à tous ceux qui partagent et auront partagé les instants précités.

Notes

[1Stochasto-apodictique :

  • stochastique : un processus stochastique ou processus aléatoire ou fonction aléatoire représente une évolution, généralement dans le temps, d’une variable aléatoire.
  • apodictique : du grec apodeiktikos (qui démontre, qui prouve) ; un jugement apodictique présente un caractère d’universalité et de nécessité absolue. Une proposition apodictique est nécessairement vraie, où que vous soyez.
     
    L’univers est un processus stochasto-apodictique = sans cesse renouvelé.

 

Mots-Clefs

2 Messages

  • C’est magnifique ! Jean-Claude pose une question et ces « êtres » répondent complètement à coté. Ils tournent autour du pot, « Ils noient le poisson » ! Bref ils ne répondent pas du tout à la question que Jean-Claude pose. Tout ce blabla n’est que du vent ! Ce n’est qu’un rêve ! C’est du vent, c’est RIEN ! Sauf que... Tout a commencé de RIEN et RIEN n’a jamais eu de commencement. =D Et puis, on notera que Jean-Claude n’a jamais été abandonné par « ses anges gardiens », ses « états multiples non manifestés ». Voir à ce propos : https://electrodes.files.wordpress.... Cela nous encourage à ne pas douter de la protection de nos propres « anges gardiens »... et c’est tout ce qui compte. ;) https://www.youtube.com/watch?v=NOj... =D A+


  • Il est peut-être utile d’éditer cette chanson ou est-ce un simple oubli ?


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher

Rubriques

 

Dernières brèves
  • 16 janvier 2016
     Décès de Régis B.

    Le grand ami de Jean-Claude , Régis B. nous a quittés récemment . C’est lui qui transmettait les Textes . Que tous ceux ou celles qui l’ont connu aient une petite pensée pour cet homme discret mais engagé . Toutes nos condoléances à sa merveilleuse épouse Annie (...)

  • 24 juillet 2014
     Note de webmestre : Google est parfois plus...

    Note du webmestre : Google est parfois plus performant que le moteur de recherche du site à cause de sa souplesse inégalée ; il suffit de demander un mot ou une expression à la page http://www.google.fr/advanced_search++cs_INTERRO++hl=fr en ajoutant la référence « jantel.org » dans la case demandée pour le (...)

  • 23 juillet 2014
     Autres sites intéressés par « Jantel »

    Je rappelle les sites d’Esperluette : http://vdo-jantel.over-blog.com http://www.jantel-esperluette.com/ http://jantel-les-vet1.over-blog.com/

  • 11 septembre 2013
     Le pianiste Gilbert Pagano nous a quittés ce...

    Le pianiste Gilbert Pagano nous a quittés ce mercredi 11 Septembre 2013 à l’âge de 70 ans. Que tous ceux et celles qui l’ont connu aient une petite pensée pour lui. Voir le site d’Esperluette : http://www.jantel-esperluette.com