Vous êtes ici : Accueil » Chronologie des « Textes » » Année 2020 » Commentaire de l’entretien entre JADÖPHER et JANTEL du 18 mars (...)
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

Commentaire de l’entretien entre JADÖPHER et JANTEL du 18 mars 2020

D 7 avril 2020     H 11:05     A Jean Claude Pantel     C 2 messages


Commentaire par M. Jean-Claude PANTEL :

 

 Que conclure de cette conversation ? Déjà, le fait que JADÖPHER, comme ses semblables, vient ici dépassionner ce à quoi nous a livrés et nous livre toujours, - par l’intermédiaire de débats « médiatiques » quand ce n’est pas « politiques » -, l’actualité. « Une actualité » qui, traitée de la sorte, semble se complaire dans l’expression d’une certaine démesure, pour ne pas dire d’une démesure certaine. Chacun l’aura remarqué : ces « excès d’expression » tendent à entretenir un état de « morosité », voire « d’anxiété », quand bien même se vérifie, par ailleurs, que ce qui nous a été donné de subir au cours de ces dernières années (attentats, catastrophes naturelles, etc.) n’a nulle propension à nous « équilibrer ».
 
 Alors, comment s’est employé JADÖPHER pour tenter de nous faire juguler cette démesure et par là même nous aider à ne pas trop nous laisser aller à perdre « notre équilibre » ? Eh bien, les fidèles de Jantel.org n’en seront pas spécialement surpris : À l’instar de ses semblables, « Il » nous aura rappelé, tout au long de son discours, que la totalité de ce qui se produit (s’est produit et se produira) demeure « axé sur des lois physiques » qui ne s’accomplissent pas au nom de la justice, mais bel et bien sous le couvert de la justesse avec, en corollaire, ce qui pourrait, en toute logique, devenir une maxime : « la justice exige un verdict, alors que la justesse se limite à un constat ».
 
 Pareille évaluation ne peut-elle pas conduire au « fatalisme » ? Non point, si les leçons que nous a données à tirer le passé, par le biais de l’histoire de notre humanité, par rapport aux expériences vécues par nos parents, grands-parents, et aussi par nous-mêmes, se trouvent prises en compte... Car, si marge de manœuvre existe dans le cadre de ce qui se voudrait être - à notre échelle - une progression digne de ce nom, convient-il pour l’aborder, de nous livrer à quelques modifications de ce qui relève de notre comportement. Commencer ainsi par nous auto-observer et ce, sans complaisance à l’égard de nous-mêmes. Constater de ce fait combien nous manquons de suite dans les idées pour tout ce qui réclame une remise en cause individuelle. Nous rendre également compte que ce manque de suite dans les idées nous conduit à évaluer « les situations » et « les événements » venant à en découler, dans une préjudiciable approximation. Concevoir, au final, qu’en nous abandonnant à cette qualité de choses vécues, nous naviguons en pleine superficialité.
 
 En fait, en manifestant un peu d’attention, nous nous apercevons que cet occasionnel recensement de nos carences peut s’observer dans n’importe quel ordre, ce qui, admettons-le, conforte l’indésirable unité qui en résulte. Ainsi, la superficialité nous entraîne à être dans l’approximation (quand il s’agit de nous prêter à porter un jugement de valeurs), et elle entretient à son tour le manque de suite dans les idées. Pour entériner ce concept « d’ordre indifférent », l’on pourra encore convenir que l’approximation en question porte atteinte à la suite dans les idées que nous évoquons et que cette dernière nous maintient - ni plus ni moins - dans la dommageable superficialité dont fait état JADÖPHER au terme de notre entretien :
 
  […] « nul ne saurait se soustraire très longtemps à la qualité des choses à vivre inhérente au spasmodique échange conduisant vos semblables de l’heure à « séquentialiser » ce que leur impose le Choisi du Temps . Ils se verront donc repris par leurs préoccupations coutumières, comme chaque génération le fut toujours, » [...]
 
 Alors, me direz-vous, tout est perdu d’avance ? Cela s’avère probable si l’on se cantonne à ce qui relève de la globalité, la chose - en le changement profond qu’elle réclame - appartenant à ce que les Visiteurs appellent  le structuralisme universel , autrement dit : à Dame Création elle-même... Toutefois, nous ne saurions, de notre côté, omettre de prendre en considération ce qui s’est précisé plus haut, à savoir que toute remise en cause (que nous qualifierons, ici, d’efficiente) demeure une remise en cause individuelle et, qu’à ce titre, toute éventuelle progression s’avérera, à son tour, individuelle…
 
 Les débats médiatiques et politiques (similaires à ceux dont nous sommes témoins aujourd’hui) véhiculeront-ils les mêmes « morosité », voire « anxiété », pour celles et ceux qui se seront engagés à vivre la remise en cause individuelle sommairement référencée ce jour ? Je laisse soin à chacun d’y répondre, en toute sérénité.
 
 Pour le reste, JADÖPHER, en nous traduisant, à sa façon, la formule utilisée par KARZENSTEIN selon laquelle « le tout existant »  ne figure en finalité que le produit d’une évacuation, nous aura permis d’établir indirectement un recoupement de circonstance avec l’un des vers du poème de Victor HUGO intitulé « L’ÂNE ».
 
 L’animal, incarné sur ces entrefaites par le poète, converse avec le philosophe Emmanuel KANT et le passage - duquel le vers en question est tiré - porte pour sous-titre « Coup d’œil général ». En voici quelques lignes :
 
 [...] L’homme est visible, lui ! C’est lui le conquérant ;
 C’est lui le créateur ! L’homme est beau, l’homme est grand ;
 L’argile vit sitôt que sa main l’a pétrie ;
 L’homme est puissant ; qui donc créa l’imprimerie,
 Et l’aiguille aimantée, et la poudre à canon,
 Et la locomotive ? Est-ce Jéhovah ? Non ;
 C’est l’homme. Qui dressa les splendides culées
 Du pont du Gard, au vol des nuages mêlées ?
 Qui fit le Colisée, et qui le Parthénon ?
 Qui construisit Paris et Rome ? Est-ce Dieu ? Non ;
 C’est l’homme. Pas de cime où l’homme roi ne monte.
 Il sculpte le rocher, sucre le fruit, et dompte,
 Malgré ses désespoirs, sa haine et ses abois,
 La bête aux bonds hideux, larve horrible des bois ;
 Tout ce que l’homme touche, il l’anime ou le pare.
 Bien, crache sur le mur, et maintenant compare.
 Le grand ciel étoilé, c’est le crachat de Dieu. […]
 
 Chacun sera à même d’englober la Création et Dieu dans « un seul et unique état ». Victor HUGO, quant à lui, avait-il eu vent de « ce principe » de rejet formulé par les V.E.T, lui dont nous savons qu’il communiqua souvent, durant son exil, avec « les voix de l’au-delà » ?
 
 Ensuite, nous terminerons cette petite synthèse avec la chanson VŒU PIEUX à laquelle fit brièvement référence JADÖPHER. Cette chanson fait état des limites de la condition de l’Homme, elle exprime le souhait d’une prise de conscience dans le Futur. Une prise de conscience qui nous serait bien utile pour affronter, sous d’autres « identités », les perpétuels recommencements auxquels nous sommes destinés, au nom de cette chaîne alimentaire présidant à l’équilibre de tout ce qui existe.
 

 

VŒU PIEUX

 

 Est-ce trop d’exigence
 D’oser vouloir qu’enfin
 « La prise de conscience »
 Nous accoste en chemin,
 Avant la déchéance
 - Échéance du destin -
 Qu’au fil de l’existence,
 Nous conjurons en vain ?
 

 Faut-il donc de tous temps,
 - Sans autre alternative -,
 Fustiger les penchants
 Enclenchant nos dérives,
 Puis toujours réserver
 Aux pauvres heures dernières
 L’heur de nous acquitter
 Du prix du « grand Mystère » ?
 

 Lorsqu’au bout du voyage,
 Quoi que nous ayons fait,
 Escales comme naufrages
 Se voient légitimés,
 Loin de toute morale,
 De toute contrition,
 Quand tout ce qu’est l’aval
 S’en retourne à l’amont...
 

 Concevoir qu’au passage
 Entre deux « ici-bas »
 S’effectue un brassage,
 Un tri dans « l’au-delà »
 S’en venant générer
 Cette déperdition
 De tout ce qui se sait
 De notre condition,
 

 Et ne plus repartir,
 De rien ou de si peu,
 Vers quelque devenir
 Chaotique, cahoteux,
 Sous un nouvel ego,
 Une autre identité,
 Pour renaître à l’écho
 D’un chant désenchanté...
 

 Si, poursuivant son pas,
 La chaîne alimentaire
 Perpétue notre état
 De « pitance » sur Terre,
 Que se vive la chose
 En toute connaissance :
 Connaissance de cause...
 Et non de conséquence !..
 

Bonne lecture, bien cordialement : Jean-Claude PANTEL

 

Mots-Clefs

2 Messages

  • MERCI J-Claude pour ce judicieux commentaire qui rend cette nourriture « céleste » quelque peu plus digeste.. Et MERCI pour TOUT ce que tu nous donnes... « la justice exige un verdict, alors que la justesse se limite à un constat ». Avec pour corollaire possible, que le verdict enfante une sentence, elle-même nourrice de grands ressentiments.. quand le constat se contente d’épouser la « ressentance », mère de mille petits ressentis…

    Et « voir » ou côtoyer le Vrai n’autorise en rien à le Vivre.. ce que l’on pourrait corroborer par cet autre dicton spécifiant qu’ « il est loin de la coupe aux lèvres... » Et qu’en est-il de la difficulté à se regarder dans ce miroir au soir de nos journées.. ? Non pas le miroir de l’auto-complaisance, mais celui qu’exige Être en conscience… Et que dire de l’effet délétère et avéré de tant d’éparpillements, qu’il en devient superficiel de prédire qu’immanquablement viendra le temps (revies..?) de se ramasser, de se recentrer, au rythme ou à l’image d’une pseudo pangée, comme il est dit. Être emprisonné dans une existence futile et inconstante, quant à la suite dans les idées, n’est qu’excès de diffusion en effusions superficielles, alors qu’il nous faudrait nous recueillir en soi, sans craindre trop de n’y trouver et profondeur et vacuité… Un certain CG Jung (déjà cité) parlait des « deux « péchés capitaux » de l’homme dit moderne » par «  l’absence de dialogue avec mère et Dame Nature et par l’absence du dialogue intérieur », où se cache cette petite voix si utile, parfois, quand le MOI JE s’efface un peu... Oui, se complaire à s’égayer aux mille facéties de l’existence ne permet pas d’offrir quelque « complémentarité » au grand Chant de la Vie.. et encore moins de s’en prétendre les relais… Et les retards à l‘« allumage » ne sont manifestes que pour mieux nous rappeler que, médiocrité aidant, à l’échelle cosmique, seules les statistiques font loi sur les populations et non pas les individus, ce qu’a si bien su résumer ce cher Lebnitz : « Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes  »…

    Le « crachat de dieu » correspondrait aux … 5 % de l’ensemble des mondes, le « visible », soit une déjection « Divine » !..tout compris, hélium, hydrogène, etc,.. Mais la rose pousse-t-elle dans.. « l’eau de rose » parfumée et aseptisée d’un lieu transcendantal ou dans les excréments, le fumier ?.. Alors, où poussent les roses ? Ici-bas, aussi !...


  • A propos de Création/ évacuation, un poème assez osé et daté du 19 ème siècle :

    L’ANUS PROFOND DE DIEU S’OUVRE SUR LE NÉANT — 1882 – Edmond Haraucourt

    Philosophie sonnet honteux

    L’anus profond de Dieu s’ouvre sur le néant Et, noir, s’épanouit sous la garde d’un ange. Assis au bord des cieux qui chantent sa louange, Dieu fait l’homme, excrément de son ventre géant.

    Pleins d’espoir, nous roulons vers le sphincter béant Notre bol primitif de lumière et de fange ; Et, las de triturer l’indigeste mélange, Le Créateur pensif nous pousse en maugréant.

    Un être naît : salut ! Et l’homme fend l’espace Dans la rapidité d’une chute qui passe : Corps déjà disparu sitôt qu’il apparaît.

    C’est la Vie : on s’y jette, éperdu, puis on tombe ; Et l’Orgue intestinal souffle un adieu distrait Sur ce vase de nuit qu’on appelle la tombe.


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher

Rubriques

 

Dernières brèves
  • 16 janvier 2016
     Décès de Régis B.

    Le grand ami de Jean-Claude , Régis B. nous a quittés récemment . C’est lui qui transmettait les Textes . Que tous ceux ou celles qui l’ont connu aient une petite pensée pour cet homme discret mais engagé . Toutes nos condoléances à sa merveilleuse épouse Annie (...)

  • 24 juillet 2014
     Note de webmestre : Google est parfois plus...

    Note du webmestre : Google est parfois plus performant que le moteur de recherche du site à cause de sa souplesse inégalée ; il suffit de demander un mot ou une expression à la page http://www.google.fr/advanced_search++cs_INTERRO++hl=fr en ajoutant la référence « jantel.org » dans la case demandée pour le (...)

  • 23 juillet 2014
     Autres sites intéressés par « Jantel »

    Je rappelle les sites d’Esperluette : http://vdo-jantel.over-blog.com http://www.jantel-esperluette.com/ http://jantel-les-vet1.over-blog.com/

  • 11 septembre 2013
     Le pianiste Gilbert Pagano nous a quittés ce...

    Le pianiste Gilbert Pagano nous a quittés ce mercredi 11 Septembre 2013 à l’âge de 70 ans. Que tous ceux et celles qui l’ont connu aient une petite pensée pour lui. Voir le site d’Esperluette : http://www.jantel-esperluette.com