Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Chronologie des « Textes » / Année 1973 / Septembre 1973 - 1
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

Septembre 1973 - 1

D 2 août 1973     H 14:14     A Jigor, Karzenstein, Rasmunssen     C 12 messages



RASMUNSSEN :

J’ai vécu, voici plusieurs siècles, parmi les hommes et bien que vivre soit avant tout un état, j’ai eu pour fonction, au cours de ma dernière vie consciente parmi vous, d’être druide dans un pays de Scandinavie, un peuple de Vikings. Je fus récupéré par des « Êtres » qui surent me faire vivre une autre forme d’échange existentiel, à la rupture de ma vie consciente d’alors. Certains de ces Êtres sont parmi nous, ce soir, et c’est sur le conseil de l’un d’entre eux que le Maître m’a invité à venir m’entretenir avec vous… Bien que je puisse vous dire pourquoi, je souhaiterais que ceci fût établi par les responsables de cet état de fait. Je laisse donc la parole à qui de droit.
 

JIGOR :

Qui d’autre que vous, Karzenstein, pourrait ici mieux développer ce que vous avez déjà quelque peu ébauché ? Nous vous engageons donc à poursuivre ce que vous avez si bien commencé, voilà de cela plus de deux décennies…
 

KARZENSTEIN :

Il me fut offert au cours de l’été 1948 de découvrir, à l’intérieur des terres qui forment l’autre rive de votre Méditerranée, un nouveau-né abandonné dans un carton. Cet Être en devenir n’était encore qu’un individu en passe de rompre avec sa toute nouvelle vie consciente. Il m’incombait de prendre une décision ; le bébé n’avait pas consommé sa probable rupture et de cela naquit le dilemme qui m’opposa à certains Êtres présents ici. Jigor sera bien le dernier à me contredire, je pense ?

Ce dilemme, donc, fit que le nouveau-né que vous étiez, Jantel, ne fut point récupéré par l’Espèce dont je fais partie, le Maître tranchant alors pour vous laisser vivre cette dernière vie consciente, me laissant soin de vous apporter assistance dans tout ce qui était appelé à être votre évolution. Ainsi furent choisies et dirigées vers vous les deux personnes qui sont vos parents adoptifs, après que nous vous eussions confié aux bons soins d’une de vos institutions : l’Assistance publique. Le reste se passa comme vous le savez, nous fîmes en sorte que vous n’eussiez pas à vous éparpiller dans les inutilités qui s’enchevêtrent dans votre société et que vous ne gaspilliez pas trop la qualité des choses à vivre que vous octroierait la Loi des Echanges. Dans les cycles annuels à venir, vous serez plus à même de mieux situer ce qu’est la progression qui vous était destinée. Je tiens, avant de terminer ce discours, à rassurer qui se verrait enclin à douter de ma persévérance quant à l’assistance que je me suis engagée à vous décerner jusqu’à votre rupture, sans que cela vise à porter ombrage à mes semblables, semblables qui n’ignorent en rien ce que vous représentez et qui n’ont contribué qu’à déplacer chronologiquement votre récupération parmi nous. Cette récupération se trouvant simplement différée à l’issue de votre vie consciente du moment. Sans doute est-il temps de passer à autre chose à présent, vous ou vos amis avez, nous le savons, d’autres questions à poser.
 


 

Mots-Clefs

12 Messages

  • # Septembre 1973 - 1 Le 11 juin 2011 à 17:35, par Castor Concernant ce Texte je renvoie aux questions posées (sans réponses) et contradictions relevées dans mon intervention du 25 octobre 2010 (Texte de Reinhardt du 20 octobre 2010). Une confusion n’avait pas retenu mon attention alors, mais qui aujourd’hui me laisse très dubitatif : Rasmunssen se présente comme un druide viking, or les vikings n’ont jamais eu de druides. Les druides sont des prêtres de la société celtique et non nordique, ils célèbrent les cérémonies sacrées et pratiquent les sacrifices. Le druidisme est la religion des peuples celtes. Alors que la religion nordique est une croyance sans prêtres, ni dogme, ni lieux de culte. Les vikings ne sacrifient pas aux dieux. Leurs croyances ne possèdent aucun credo, pas de prières, pas de prêtres ni d’ordre religieux. César rapportait déjà que les germains du nord « n’ont ni druides qui président au culte des dieux, ni aucun goût pour les sacrifices, ils ne rangent au rang des dieux que ceux qu’ils voient et dont ils ressentent manifestement les bienfaits, le soleil, le feu, la lune. Ils n’ont même pas entendu parler des autres. » (De Bello, VI, 21)

    # Septembre 1973 - 1 Le 11 juin 2011 à 23:44, par Yoyo Il existe des mélanges comme en Islande : http://mjelr.blogspot.com/2009_05_0…;

    Il est vrai que la religion celtique des druides n’est pas contemporaine de la période « viking » telle qu’on l’entend historiquement , mais le mot de « viking » n’est pas très précis ; il faudrait mieux dire anciens scandinaves.

    # Septembre 1973 - 1 Le 12 juin 2011 à 18:58, par castor ou costar Voyez-vous les messages pantélien sont présentés comme provenant d’êtres de lumière. Et lumière veut dire pour moi : éclairer, éclairer le chemin. Pourtant sur le chemin de cette aventure force nous est de constater qu’il existent et subsistent de si nombreuses zones d’ombre sur lesquelles jamais n’est faite la lumière : questions sans réponses, polémiques diverses sur justement ces mêmes questions, barrière et levées de boucliers, censures et attaques, diversions en l’art de botter en touche ! Etonnants ces êtres de lumière qui n’arrivent point à éclairer l’ombre ? Ont-ils peur d’une vérité qui ne serait point la leur ? Merci à Castor pour le véritable éclairage qu’il voudrait apporter à tout cela et courage à lui pour ne recevoir que de bien maigres réponses car il est certain qu’il dérange un peu l’ordre établi et bien convenu des éclaireurs sans lueurs…

    # Septembre 1973 - 1 Le 13 juin 2011 à 00:30, par Yoyo Je crois surtout qu’il voudrait qu’on réponde à ses projections et ses interprétations, ce qui ferait entrer l’interlocuteur dans son système d’idées pour mieux le mettre à terre ; c’est exactement le chemin que suivent les sceptiques sectaires.

    # Septembre 1973 - 1 Le 13 juin 2011 à 13:19, par Castor Voilà tout est dit : vous êtes un sceptique sectaire alors à quoi bon discuter, tout ce que vous dîtes est donc dévalorisé. Non, interpréter ce n’est pas forcément faire entrer l’interlocuteur dans son système d’idées pour mieux le mettre à terre (pourquoi « mettre à terre » ? Découvrir que l’on s’est trompé et le reconnaître ne peut qu’élever l’individu, sauf pour celui qui ne cherche pas la vérité mais a intérêt à camper sur ses positions). Interpréter c’est chercher à rendre compréhensible, à donner une signification. Et après examen, force est de constater que ce n’est ni compréhensible ni significatif. Aucune preuve, des contradictions voire des contre-vérités, et surtout aucune volonté de mise à l’épreuve. Au contraire on a plutôt l’impression que tout est fait pour entretenir le mystère et discréditer ceux qui s’interrogent. Attitude confondante qui ne sert pas la cause et finalement aboutit un à mouvement pantélien complètement sclérosé, qui ne prend aucun essor, et qui on le voit sur ce site s’étiole s’il n’est pas alimenté par des catastrophes quotidiennes en créant du mystère partout. Heureusement qu’il y a encore quelques « polémistes » pour faire bouger le cadavre. Je ne suis pas un sceptique sectaire, dois-je le répéter. Si cela peut vous rassurer, je crois à ce qu’on appelle couramment à l’âme et à la réincarnation, à un monde fait d’énergies de plus en plus subtiles, et bien des choses dans les Textes manifestent mon intérêt. Mais il faut leur accorder la valeur qu’ils ont effectivement et désapprouver ce qui ne fonctionne pas. Le problème est que si une seule chose ne fonctionne pas tout est dévalorisé (quel gâchis alors), et se rendre compte au final (il n’y a pas d’autre alternative) que tout ceci est l’œuvre de M. Pantel, une œuvre qui quelle qu’en soit la valeur ou le génie pour certains sera toujours handicapée par le fait qu’elle veut se faire prendre pour ce qu’elle n’est pas. Le doute n’est pas le but mais le chemin. Je trouve au contraire que ce sont les partisans du pantélisme qui font preuve de sectarisme et de systématisme. Pas le moindre doute chez eux. Pour ma part je ne suis pas de chemin préétabli, au contraire c’est ce que je découvre qui m’indique la voie à suivre, avec pour seul guide mon bon sens, et effectivement cela ne fait que conforter les doutes. C’est l’examen qui doit être systématique et si on le craint c’est qu’on a quelque chose à cacher. Et on voit que cette étude des Textes n’est pas mise en œuvre, ce n’est qu’une façade pour éviter que l’on s’interroge sur M. Pantel. Voilà on en est encore à polémiquer vainement parce que justement comme le dit castor ou costar on élude les questions, on botte en touche, on pressent de la mauvaise foi, on met en cause l’interlocuteur au lieu de réponde point par point aux arguments avancés, au lieu d’expliquer clairement les Textes comme la vie de M. Pantel (puisque les deux s’entremêlent). Je crois finalement que dès que l’on s’interroge vous avez tout intérêt à entretenir la polémique, et c’est facile de dire que je cherche à vous faire entrer dans mon système d’idées pour mieux refuser la discussion. Comme ça vous ne risquez surtout pas d’avoir tort et de reconnaître qu’il y a des choses qui ne fonctionnent pas dans les Textes et dans l’histoire de M. Pantel. Alors bien sûr, mon opinion étant faite (jusqu’à preuve du contraire,) je n’ai guère d’illusions sur le fait que mes doutes n’ont aucune incidence sur les convertis. Malheureusement on s’en tient à un dialogue de sourds car justement il y a refus (impossibilité !) de dialoguer. Reste peut-être quelques uns (en existent-ils ?) qui ne savent que penser. Ils sont sans doute peu nombreux, car la plupart s’ils entendent parler de tout cela le rejette naturellement, et ceux qui y croient sans réserve rejetteront ceux qu’ils n’arriveront pas à convaincre d’y croire quasiment les yeux fermés ; voilà pourquoi le pantélisme est destiné (outre les doutes qui iront croissant, du fait même de cette attitude obscure) soit à se scléroser (car aucune ouverture) soit à disparaître (par défection, par disparition de M. Pantel, ou preuve faite de sa fausseté). En tout cas cela semble être une issue naturelle car inhérente à la philosophie pantélienne, philosophie pessimiste, et de plus en plus pessimiste car née de ses échecs bien qu’à son origine elle nourrisse un immense espoir : faire évoluer l’humanité.

    # Septembre 1973 - 1 Le 13 juin 2011 à 18:00, par Yoyo Comme le « pantélisme » est une de vos créations, votre discours s’enchaîne à la suite de ce genre de prémisses fausses. Vous en faîtes un pantinlisme à votre façon. Je vois que pas beaucoup de lecteurs se manifestent pour vous répondre. Dans les communications médiumniques, on se trouve dans la situation de lire ce qui est adressé à un autre. Comme on ne sait pas ce qui se trouve dans la tête du receveur, on ne comprend que très partiellement ce qui lui est adressé, ni pourquoi, ni d’où ça vient.

    M. Pantel intervient sur ce site quand on veut bien lui poser des questions. Posez lui des questions directement et pas à la cantonade, en inventant des systèmes que vous critiquez après.

    # Septembre 1973 - 1 Le 16 juin 2011 à 09:25, par Castor Je n’invente rien mais réfléchit sur la philosophie des Textes que j’appelle « pantélisme » car, c’est ma théorie , ma façon de voir, M. Pantel et les Textes ne font qu’un. Selon moi, vous partez vous-même d’une prémisse fausse si vous considérez que M. Pantel est un véritable contacté. Je n’ai pas parlé de « pantinlisme », les pantins seraient plutôt ceux qui prendraient tout cela pour argent comptant sans exercer un travail critique. M. Pantel ferait alors figure de marionnettiste maniant à merveille l’art de l’« acceptation ». Cette prémisse fausse n’est ici jamais mise en cause car ce serait remettre en cause M. Pantel, et il n’est pas question selon vous d’en parler, mais seulement des Textes. Pour vous les zones d’ombre se situe seulement au niveau de la difficulté de compréhension des Textes mais les questions ne vont jamais en aval, n’interrogent la source. Vous dîtes que c’est impossible parce qu’ « on ne sait pas ce qui se trouve dans la tête du receveur, on ne comprend pas que très partiellement ce qui lui est adressé, ni pourquoi, ni d’où ça vient ». Quand bien même, cela n’interdit pas de s’interroger sur cette source. Mais par principe vous l’interdisez car s’interroger sur ce qu’il y a dans la tête du receveur c’est connaître ses intentions, et spéculer donc en faisant des projections. La question sera alors censurée. Si vous ne lui posez pas ces questions c’est justement parce qu’il n’est pas question d’avoir des doutes, voire des soupçons. Du reste, des questions j’en ai posé (voir par exemple celles sur le Texte de septembre 1973) et, soit on m’a envoyé ballader sans justification (en particulier Esperluette) comme si je tenais des propos indignes d’être respectés, ironisant en disant qu’il fallait mieux que je prenne tout ceci pour une immense blague, ou on me répondait qu’il n’était pas question d’être obligé de me répondre, quand bien sûr me questions n’étaient tout bonnement pas censurées. Bref on botte toujours en touche. Et quand M. Pantel a connu l’une d’entre elles concernant le « rire propre de l’homme », on a vu qu’il n’a fait que rappeler le contexte du Texte sans l’expliquer aucunement, il s’est borné à répéter que le rire est le propre de l’homme en étant incapable de le justifier ni de répondre aux objections. En résumé, pour éviter de répondre à mes arguments, il vous suffit de dire que mes prémisses sont fausses (M. Pantel et les Textes ne font qu’un) et qu’il faut accepter a priori que la véracité de tout ce qui est dit. Si l’on constate un problème cela ne peut donc venir que de celui qui s’interroge (on jette toujours le discrédit sur le questionneur), de notre impossibilité ou incapacité à comprendre. En quoi le préfixe -isme est justifié (je n’invente pas de « systèmes ») quand je l’ajoute à « pantel » car on a affaire à un système clos sur lui-même. Et puisque vous me le proposez et parlez de communications médiumniques, je poserai une question : alors que tous les médiums entrent en communications avec leurs proches (parents, amis, animaux) et des personnes connues (d’eux ou d’autres personnes ce qui permet de vérifier leurs dires), pourquoi M. Pantel ne communique-t-il jamais avec des personnes chères qu’il a aimé (parents, amis, animaux) ou des personnes célèbres, ce qui permettrait, puisqu’il enregistre ces communications, de vérifier aisément ses propos ? Car je pense que ce qui lie profondément les êtres c’est l’amour, et il est incompréhensible, quand on en a la faculté, que ces liens d’amour ne se manifestent pas avec les personnes disparues. Par ailleurs, puisque je parle des enregistrements, je me demande (encore) pourquoi ils ne sont pas diffusés intégralement via ce site ?

    # Septembre 1973 - 1 Le 16 juin 2011 à 21:30, par Yoyo La diffusion des enregistrements ? oui, ce serait une bonne idée, mais cela dépend de ceux qui les possèdent. Les communications médiumniques n’ont pas forcément affaire aux proches. C’est une idée reçue (New Age). Prenez ça comme de l’onirisme et vous cesserez de vous en faire à ce propos. L’important est de voir si, à travers toutes les imperfections de ce genre de communications, quelque chose en sort d’intéressant, sans oublier qu’elles sont corrigées et rapportées déjà changées pour être lisibles. Ce ne sont pas des textes bruts. En cela, les communications enregistrées sont plus intéressantes car on peut écouter les ratages, les lapsus, les voix qui se superposent, les soupirs, les hésitations, les accélérations de voix (comme pour Karzenstein), les ralentissements de voix comme pour Magloow etc.

    # Septembre 1973 - 1 Le 18 juin 2011 à 11:37, par Esperluette J’ai retravaillé quelque peu mon texte :

    « J’espère vraiment que les internautes les plus assidus de Jantel.org ont bien enregistré en leurs Mémoires le fait qu’une »transcommunication" entre vivants et morts se révèle impossible dès lors que les Cellules en visite dans le Suspensif ne concernent que l’Inconscient. Les autres ne lisent pas les Textes, ni les commentaires qu’on en tire parfois.

    Hormis dans le cas d’une Mue Évolutive conservant son conscient d’être, les expériences de médiumnité, exercées (ou non) par les professionnels en la matière avec des proches perdus, sont en réalité contrôlées par les VET se faisant passer pour des personnes ayant consommé la rupture, dans le but de réajuster le déséquilibre psychophysique « encaissé » - par exemple lors d’un veuvage - dans le cadre de la Loi d’Alternance Osmotique où le Vide, remplaçant le volume en l’absence du ou de la décédée, exerce une Pression (à la longue jugée trop forte car spasmodiquement renvoyée), à l’encontre de la survivante subissant cet état de choc moral et physique qu’on nomme état de viduité.

    Tout cela a trait à la Cosmogonie, faut-il le répéter.

    N’oublions pas d’ajouter à cette brève incursion dans ces Mondes Parallèles où se destine le prolongement de la viabilité post-existentielle, le puisage réalisé par les Espèces Semi-géométrisées au niveau de « l’artésianisme » suscité lors du captage « moléculaire » et « semi-particulaire » issu des jaillissements d’énergies plus ou moins intenses que nos émotions ne manquent pas de provoquer sur le « plan piézométrique » du Renvoi (Exercice des Pressions), notamment dans ces phases les plus souvent exacerbées succédant au décès d’une personne chère et qu’on croit perdue à jamais…

    Du reste, les Voix dites Guernesiaises ont prouvé la réalité du Surnaturel en révélant à la cantonade certains détails intimes de la vie privée des premiers participants aux séances de tables que Victor Hugo organisait dès sa croyance au spiritisme, détails bien trop précis et bien trop personnels pour être connus par le poète en exil (hé…hé…hé…).

    Relire les premières pages des Tables Tournantes de Jersey…"

    # Septembre 1973 - 1 Le 21 juin 2011 à 15:10, par Castor Mais qu’est-ce qu’ils sont gentils ces VET en prenant la voix de nos chers disparus parce qu’on est trop triste de les avoir perdu ! Et tout ça pour obéir à la Loi d’Alternance Osmotique. Alors, si c’est une loi, tous ceux qui sont tristes d’avoir perdu des proches (et ils sont nombreux !!! ) passeraient leur temps à entendre les voix des VET pour les réconforter … pendant que les semi (ces salauds) en profite. Qu’ils se dépêchent donc de passer me voir parce que j’ai perdu récemment un Etre très très cher et j’ai bien du mal à le digérer. Quelle belle cosmogonie !

    # Septembre 1973 - 1 Le 22 juin 2011 à 14:07, par bertrand72 La perte d’un être trés cher reste un drame et une souffrance pour tout être humain et on ne peut que compatir .Nous somme fréres dans cette aventure humaine . Ceux qui ont la chance d’entendre un cher « disparu » par transcommunication ou par médium à incorporation sont heureux ou moins malheureux un certain temps ou plus . Les chercheurs de tous temps trouvent des nouveautés qu’ils croient vérités en attendant de nouvelles complications ou explications,me semble t’il . Restons sages comme Rock en bol (et d’autres ) dont je salue le retour avec bonheur .

    # Septembre 1973 - 1 Le 17 juin 2011 à 21:46, par Isabella Je tiens à dire à Yoyo qu’on ne répond plus à Castor, en tout cas pour ce qui me concerne, parce que ses propos n’apportent rien qui aiderait à l’étude des messages. J’ai dit à plusieurs reprises ce que je pensais des « maître bémol », « Clyde » et autres « question interminable » adeptes de la polémique qui ne viennent sur le site que pour satisfaire leur ego. Je pense (et les personnes qui travaillent avec moi sont du même avis) qu’il y a mieux à faire que de chercher à discréditer des gens qui se donnent de la peine pour essayer de nous faire avancer dans notre quête. Je vois que d’aucuns en sont toujours à parler du rire des VET et qu’ils ne se satisfont pas de savoir ou de comprendre que ces « êtres » n’ont pas les mêmes réactions que nous et que dans cette affaire de « rire », ils avaient seulement cherché à être agréables à JCP et ses amis. Ne le font-ils pas aussi quelquefois dans les formules de politesse qu’ils nous adressent à la fin de leurs messages ? Je sais aussi qu’il y a un proverbe qui dit que « l’ennui naquît un jour de l’uniformité » et que par conséquent il faut des Castor pour équilibrer les débats mais bon sang, qu’une fois pour toutes, ils se mettent au niveau des messages et qu’ils engagent pour de bon de vraies discussions, ça fera peut-être revenir sur le site Esperluette, Général Ganteaume et tous ceux qui ont quelque chose d’intéressant à dire, à commencer par JCP lui-même qui doit se désoler de n’avoir à entendre que des ragots et des médisances à peine contenues alors que ses compte-rendus sont comme ses œuvres artistiques de pures merveilles. Bonne soirée.


  • # Septembre 1973 - 1 Le 18 juin 2011 à 08:42, par Esperluette Pour ceux qui doutent de l’authenticité des Voix émises par les Entités, lisez cette petite conclusion que réalisa un connaisseur en matière de reproduction du son (Un certain Capri G.) après avoir écouté un des enregistrements sur cassette où Jean-Claude Pantel dialogue avec un membre éminent des VET (Karzenstein) :

    http://membres.multimania.fr/gatti/…;

    Je recopie le texte rédigé par ce Capri G. au cas où le lien venait à disparaître un jour :

    " Tout d’abord j’aimerais insister sur le fait que s’il existe des enregistrements de Karzenstein antérieurs à 1997 il est IMPOSSIBLE qu’ils soient truqués numériquement. Or ce n’est qu’en traitant le son numériquement qu’on pourrait arriver, après beaucoup d’efforts, à obtenir un résultat qui se rapprocherait le plus de celui que nous avons écouté. En tout cas, moi je l’ai écouté !

    Ce qui n’est pas évident pour les autres sur ce forum qui semblent avoir fait des commentaires dans le vide et l’ignorance la plus totale. Les premiers pluggins de traitement de son professionnels (avec la possibilité de transposer une voix en gardant le rythme et sans perdre trop de qualité) sont sortis en septembre 1997 (cubase, logic audio). Le programme Américain « Kakewalk » est légèrement antérieur, mais d’une très mauvaise qualité pour ce genre de traitement.

    Disons que cet argument pourrait être une preuve irréfutable de l’authenticité de l’enregistrement. Mais si ces enregistrements sont postérieurs à 1997, vu le contexte, je reste de toute façon sur ma position quant à l’impossibilité de les truquer. Si ces phénomènes sont présents depuis 30 ans, je pense qu’il ne sera pas compliqué de présenter des enregistrements présentant les mêmes caractéristiques et étant antérieurs à 1997. Dans l’ensemble je partage assez les interventions de Jules lorsqu’il ne s’égare pas trop dans des plaisanteries. Dans un cas aussi fort, comme semble l’être celui de Pantel, il est légitime de se poser les questions des motivations de cette (ces) entité(s). Hypothèses : 1- Il est trop tôt par rapport à l’évolution de la conscience humaine (surtout en matière de morale) pour donner à la science une telle avancée propice à une mauvaise utilisation de celle-ci - Le but du plouc moyen étant de connaître les numéros du loto, on peut imaginer le reste ! Selon toute vraisemblance Pantel risquerait bien de disparaître mais pas dans une autre dimension…

    2- Même devant le fait accompli, la preuve demeurerait de toute façon toujours relative. Seuls les scientifiques ayant participé aux expériences y croiraient. Et encore, ils spéculeraient sur des tas de théories en partant dans tous les sens et en attribuant ces phénomènes a une force physique quelconque du cerveau. L’éventualité d’une entité séparée de Pantel serait la dernière hypothèse prise en considération. Les informations proviendraient du subconscient des participants ou de Pantel lui-même etc… etc…

    Voilà pourquoi à mon avis il y a un espèce de jeu à cache-cache entre scientifiques et contacts « outre-mondes ». Je voulais vous le dire en privé, mais bon on ne sait jamais, ça peut peut-être intéresser un forumeur.

    J’aimerais également savoir le rapport du Zoo et Pantel. Est-ce que l’explication serait que des entités malveillantes profiteraient de cette porte ouverte (à la terre) qu’est Pantel pour se manifester et faire disons… des conneries ? C’est clair que rationnellement parlant c’est un peu dur à avaler sur un tel forum !

    [Mais] Commençons déjà par authentifier les enregistrements :

    (De pire en pire, au plus j’écoute et au moins c’est reproductible). Éléments en présence :

    • La voix de Pantel
    • La voix de l’Entité
    • Le toussotements d’un enfant
    • Le bruit de fond ondulatoire lors de l’activité de l’Entité (soit pendant l’écoute, soit pendant qu’Elle parle).
    • Un bruit de fond dans les basses !
    • Un bruit de fond dans les aigus !
    • Divers bruits de fond dus vraisemblablement au mouvement de Pantel et de l’enfant (bruits de papiers froissés, bruits de pas etc…)
    • Un sifflement bizarre qui en fait n’est pas un larsen. Le bruit de fond caractéristique ondulatoire variant entre les diverses syllabes et coupures de phrases s’arrête juste après le sifflement. Ce bruit là semble être généré par l’entité. Ensuite, sans le bruit de fond bizarre, on peut distinguer les deux autres bruits de fond (plus normaux) qui, eux, n’ondulent pas et sont présents tout le long de l’enregistrement. Les divers petits bruits de pas et autres s’entendent surtout au début et tout à la fin de l’enregistrement (pendant la présence des deux bruits de fond secondaires et linéaires).

    Scénario d’un montage éventuel :

    1- création d’un texte compliqué qui semble vouloir dire quelque chose. (je n’exclue évidemment pas l’hypothèse que ça veuille réellement dire quelque chose, je suis sûr que notre cher Jules a déjà trouvé). 2- Enregistrement de ce texte en numérique en donnant des intonations bizarres et en changeant l’accent. 3- Utilisation d’un matériel dernier cris pour trafiquer la voix en numérique. 4- enregistrement de la voix de Pantel sur un magnéto ordinaire. 5- Enregistrement d’un bruit de fond dans les basses et un dans les aigus (j’aurais pu mettre une étape supplémentaire) 6- Enregistrement d’un bruit de fond étrange venant d’outre-tombe. 7- Enregistrement de petits bruits de fond et de toussotements. 8- Mettre tout ça sur un multipiste dans un studio professionnel disposant d’au moins 7 pistes et faire un savant mixage ayant les caractéristiques d’un enregistrement de mauvaise qualité d’un magnéto ordinaire. Et surtout, arriver à moduler dans ce mix le bruit de fond d’outre-tombe qui varie selon les différentes coupures des phrases de l’entité.

    Mon rasoir d’Occam est formel : Dans le contexte c’est archi impossible ! "

    (Posté Jan 08, 2003, 16:41)

    # Septembre 1973 - 1 Le 19 juin 2011 à 23:01, par Dominique Merci pour toutes ces précisions Esperluette . Depuis quand Mr Pantel a-t-il enregistré des K7 , je suppose ? Combien a t-il d’enregistrements ? Qui en posséde ?

    # Septembre 1973 - 1 Le 20 juin 2011 à 08:40, par & Ces cassettes existent depuis 1973, si je ne m’abuse.

    Pour éviter à juste titre, l’éclosion de la fameuse légende, Jean-Claude Pantel les a cassées une par une, et les seules qui restent aujourd’hui sont celles qui ont échappé à cet « autodafé audio ». Mais des enregistrements ont été réalisés sur CD depuis.

    Plusieurs personnes possèdent soit certaines de ces cassettes, soit des extraits copiés sur disque laser, dont moi qui ne suis pas très chaud pour l’instant de les voir partager avec n’importe qui prêt à vomir dessus par bêtise plus que par méchanceté.

    De toute manière, je ne le ferai pas sans l’accord de JC Pantel et remet cette décision à plus tard, lorsque le nettoyage se sera fait, de lui-même, grâce à « Dame impatience » et Sœur désistement", sur le plan de la polémique.

    Je détiens par ailleurs un extrait dans lequel on entend Jean-Claude tousser longuement, respirer bruyamment, s’exclamer par brèves interjections, etc. au moment même où s’exprime Karzenstein à une vitesse assez hallucinante, sur fond de Magglow qui « aboie » derrière en stipulant l’existence de races géantes dans des Cycliques antérieurs, Rasmunssen s’en venant rajouter ensuite une couche derrière (et quelle couche !) : impossible donc d’y déceler quelconque trucage, ainsi que l’a fait remarquer brillamment G.Capri …

    Et quant on sait que son magnétophone était du genre de celui-là : http://fr.123rf.com/photo_4224231_b…;

    Ouaw ! la super-technologie-efficace-pour-truquer-et-inventer-des-sons-venus-d’ailleurs-comme-avec-des-trucs-que-même-l’armée-américaine-ils-ont-pas !

    # Septembre 1973 - 1 Le 21 juin 2011 à 14:52, par Castor A Esperluette qui manifestement ne prend pas assez de recul par rapport à ce que lui dit M. Pantel (et qui fait encore diversion), lequel, peut très bien lui faire croire qu’il utilise un appareil rudimentaire pour ses enregistrements alors qu’il a pu utiliser en fait du matériel plus sophistiqué (un multipiste par exemple), ou que d’autres personnes que lui ont pu faire les voix, ou qu’il a pu superposer ces voix même grâce à des dictaphones, en déclenchant d’autres enregistrements, que sais-je … N’oublions pas que M. Pantel est un chanteur depuis longtemps, qu’il a donc des capacités vocales et auditives et des connaissances en matière d’enregistrement et de matériel. Les enregistrements ont été détruits !!! C’est incompréhensible à moins que comme ça on ait aucun moyen de les authentifier et surtout de constater s’il y a trucage. C’est plus avantageux d’entretenir le mystère. Et si les enregistrements conservés datent d’après 1997 alors il est possible qu’ils soient truqués numériquement (quoi qu’en dise le témoignage de ce spécialiste du son qui trouve cela impossible compte tenu du contexte : que sait-il du contexte réel ?). L’explication d’Esperluette concernant la destruction des cassettes ne tient absolument pas : d’abord parce qu’elles n’ont pas été toutes détruites ; pourquoi donc M. Pantel en a conservé certaines en en détruisant d’autres (les plus confondantes sans doute) ? Ensuite parce que conserver les cassettes aurait été justement le meilleur moyen pour ne pas entretenir une légende et prouver la réalité des contacts !!! Et si M. Pantel ne voulait pas entretenir une légende alors pourquoi vouer sa vie à transmettre les Textes, écrire des livres etc. et à partager certains enregistrements avec ses proches ? Pourquoi d’ailleurs cette retenue et ne vouloir transmettre les enregistrements qu’après avoir pris la précaution qu’on ne les donne pas à n’importe qui (c’est-à-dire à quelqu’un dont on sait qu’il est acquis à la cause et n’en fera pas mauvais usage), que le ménage soit fait et que les critiques ne puissent s’exercer ? Si ces enregistrements étaient tellement probants M. Pantel les aurait conservés et fait analyser, et ainsi éviter toute légende, tout mystère et toute polémique en apportant des preuves. Certaines discussions ont déjà eu cours sur le site des SDQ à ce propos (où j’avais déjà lu ce témoignage) et je ne vois pas ce qu’il y a de bien nouveau dans cette affaire. En tout cas on ne saurait se contenter de simples témoignages pour prouver la réalité des contacts. Le problème c’est que M. Pantel semble s’en contenter sans que ce soit justifié.

    # Septembre 1973 - 1 Le 18 juin 2011 à 21:59, par Castor Vous ne répondez plus parce que vous êtes peut-être à court d’arguments. Mais vous répondez quand même (qu’avez-vous à perdre ? si vous avez mieux à faire ou à dire rien ne vous en empêche, non ?) en laissant facilement libre cours à un agacement qui montre votre peur de risquer de vous tromper. Alors vous réclamez la mise à l’index en vous rassurant constamment que vous n’êtes pas seule à penser comme vous. Comme si cela allait vous donner raison. Bien au contraire, refuser de débattre c’est prouver son impuissance. C’est vous qui créez les polémiques en cataloguant, en dressant les uns contre les autres, ce qui conduit à tenir des propos déplaisants qui justifieront la censure et éloigneront toute réflexion calme et posée. Il vaudrait mieux effectivement ne rien répondre. Continuez donc à vous émerveiller au lieu d’argumenter, cela ne me dérange pas, je continuerai à m’interroger sur les Textes. Quant au rire des VET, vous n’avez pas compris ce qui était en question : il ne s’agit pas du rire des VET, si c’est pour nous faire plaisir ou pas, mais de voir que Virgins a tenu un propos erroné : à savoir que « le rire est le propre de l’homme ». Vous devriez voir justement que je m’attèle à ce que disent les Textes et justement pas à un émerveillement béa qui ne satisfait que les natures mystiques et fait plaisir à ceux dont il est l’objet.

    # Septembre 1973 - 1 Le 18 juin 2011 à 11:04, par Patrice Je trouve l’exposé de mr. Capri G très pertinent. Ca prouve qu’il y a des gens qui cherchent à comprendre et non pas à vouloir démolir à tout prix parce que ce qui arrive à mr.Pantel ne leur arrive pas personnellement. Le message de 1973 est à mes yeux beaucoup moins important que d’autres mais je relève l’idée de polémique de mr. ou mme. Castor qui prétend que les Vikings n’avaient pas de druides. Je pense que vous savez que les Vikings ramenaient des prisonniers de leurs expéditions, des hommes ou des femmes qui étaient susceptibles de leur servir dans leur vie courante. Pourquoi n’auraient-ils pas capturé des druides qui à l’époque étaient sûrement considérés comme des scientifiques, ou pire comme des sorciers ? Ce n’est pas bien de vouloir avoir raison à tout prix, je suis d’accord avec mme. Isabella, il y a des choses bien plus intéressantes à faire sur Jantel.org qu’à entretenir des discussions qui ne mènent à rien. Il faut reconnaître que chacun a son niveau de compréhension ; le mien est ce qu’il est mais je ne me sens pas le droit de vouloir imposer mes idées dont j’hésite d’ailleurs à dire qu’elles sont miennes. On a tous reçu une éducation qui s’est développée avec l’expérience et les obligations de la vie, mais on est bien conscients qu’on ne saura jamais qu’une petite partie des choses. Et puis je voudrais terminer en disant qu’on n’a pas le droit de parler de Pantelisme. Quand on étudie les messages que nous transmet mr.Pantel, on voit bien que ce monsieur ne les donne pas à des fins de prosélytisme, d’ailleurs, à mon modeste niveau, je ne discerne aucune pensée qui se voudrait doctrinale dans ces messages. Comme toujours, ce sont les hommes qui transforment ce que des personnes comme mr.Pantel donnent et je conclurai en disant que c’est bien dommage.

    # Septembre 1973 - 1 Le 19 juin 2011 à 11:12, par lavoir entendu Patrice dit : « …on n’a pas le droit de parler de pantelisme… » pourtant cette expression a été employée par Mr Pantel lui même quand nous l’entendions deviser avec son ami l’avocat de Marseille ? ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; « Il y a le bouddhisme, le christianisme, l’islamisme et un jour il y aura le pantélisme et on fera de moi une légende !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! »

    # Septembre 1973 - 1 Le 19 juin 2011 à 18:09, par Yoyo Oui, ben c’est pas malin d’essayer d’en faire un système. Ce serait déplorable.

    # Septembre 1973 - 1 Le 19 juin 2011 à 21:34, par & A lavoir entendu qui ne prend manifestement pas assez de recul par rapport à ce qu’a dit Jean-Claude, lequel, effectivement, a bien prononcé ces paroles mais, vous l’oubliez de le préciser, sur un ton très ironique, lequel trahissait un total désarroi face à ce devenir très vite entrevu quant à ce que retiendra plus tard notre humanité des Textes…

    On sait tous que les hommes sont la plupart du temps incapables d’aborder la Foi sous une autre forme que la croyance, le plus souvent attifée artificiellement des apparats fallacieux de la légende et du mythe…

    # Septembre 1973 - 1 Le 19 juin 2011 à 11:09, par Isabella / René Savez-vous ce qu’est la béatitude, Castor ? Si c’est le cas, vous aurez remarqué que vous avez commis un lapsus en considérant qu’Isabella se satisfait d’un émerveillement béat. J’ignore avec qui vous partagez l’étude des messages que nous délivre monsieur Pantel, mais je puis vous dire qu’Isabella est en quête perpétuelle de compréhension pour tout ce qui concerne le sens à donner au fonctionnement de notre humanité, par rapport à ce qui nous a été enseigné. Je sais de quoi je parle puisque, tel que vous le savez, j’ai quelques années auparavant, officié dans l’enseignement. Le débat, elle ne le refuse pas, bien au contraire, mais elle préfère engager des conversations lorsque celles-ci en valent la peine, comme elle s’apprête à le faire ce jour où nous nous réunissons chez elle (ce qui explique mon intervention sur le site). Vous arguez que la formule qui prétend que « le rire est le propre de l’homme » est erronée. C’est votre droit, mais personnellement, je n’ai jamais eu l’opportunité d’entendre la sonorité d’un rire végétal ou animal dans le cadre d’une relation particulière comme cela s’est avéré être le cas dans l’anecdote relatée par monsieur Pantel dans son livre. Je pense que vous négligez le contexte dans lequel cette situation s’est déroulée, pourtant monsieur Pantel s’est expliqué de la chose, et à votre requête, si je ne m’abuse. D’autre part, je connais mal l’histoire des druides, mais avouez que ce serait bien extraordinaire si les vikings n’avaient pas eu recours à des guides spirituels sachant qu’ils vénéraient aussi des divinités. L’homme a besoin de guides, et là encore monsieur Pantel a remarquablement traité le sujet lorsque lui fut posée la question de savoir « pourquoi la spiritualité arrivait à provoquer tant de passion ». Voyez-vous, Castor, ce sont des débats portant sur de tels sujets qui monopolisent l’attention de notre amie Isabella qui, en plus de contingences familiales à assumer, exerce une profession qui n’est pas de tout repos. Alors, non elle ne manque pas d’arguments, loin s’en faut, mais elle réserve le temps qui lui reste à se consacrer aux vraies questions que posent les messages reçus par monsieur Pantel. Sur ce, en attendant l’arrivée prochaine de notre ami Lucien, nous allons nous remettre au travail en compulsant les divers articles concernant « la récurrence réadaptatrice » mis si obligeamment sur le site par notre webmestre. Merci à lui et bonne fin de journée à tous.


  • # Septembre 1973 - 1 Le 19 juin 2011 à 21:19, par & Il n’y a absolument aucunes traces archéologiques avérées de peuples vikings ayant vécu il y a 37 siècles, tel que le réfère le Texte, la traçabilité de cette peuplade nordique n’excédant pas, d’après nos livres d’histoire, 1500 ans depuis notre 21e siècle…

    Donc aucune possibilité de savoir si d’anciennes sociétés vikings recouraient à des pratiques druidiques dès lors que leur passage ici-bas ne laissa pas de traces écrites témoignant verbalement de leur civilisation, ou peu : Et pour cause, leurs enseignements, souvent retranscrits sous forme de légendes et de mythes, se transmettant par voie orale, un peu à la manières des aèdes grecques…

    Grosso modo je pense que Rasmunssen fut natif de l’actuel Danemark, puisque ce nom y existe encore tandis qu’en Norvège il se serait appelé plutôt Rasmunsson.

    En tous les cas, nous savons avec certitude que les Vikings descendent des Celtes dont le berceau antique fut naguère (approximativement) l’Autriche, ainsi que les territoires annexés par ses tentatives d’hégémonies sur l’Europe, et nous sommes - bien entendu - certains que les Celtes avaient bel et bien, eux, des druides qui notamment s’adonnèrent à des sacrifices humains en périodes dites de décadence, comme ce fut le cas pour Rasmunssen, s’il nous faut croire l’aveu fait jadis par l’Entité Karzenstein.

    Et plus encore, référons nous à l’onomastique des VET : Magglow, Gigor, Karzenstein, Jadöpher, Boxtar, etc. etc. la sonorité de ces noms ne vous met-elle pas la puce à l’oreille ?

    # Septembre 1973 - 1 Le 20 juin 2011 à 12:32, par Castor Où est-il dit que Rasmunssen a vécu il y a 37 siècles ? Dans ce Texte on parle de « plusieurs siècles ». Contrairement à ce que disait Yoyo, le terme de « viking » est précis et désigne un peuple issu des peuplades nordiques vers le VIIe siècle ap. JC et jusqu’au déclin au XIe siècle. « Viking » désigne un aventurier/commerçant de la mer ( « Vika » en vieux norrois, langue scandinave des vikings, qui n’est pas une langue celte) transformé par la conjoncture en pillard, en guerrier : ce sont donc des nordiques devenus des combattants. Le peuple viking est né d’une croissance démographique au VIIe siècle qui a poussé les peuples à commercer et s’exiler. Le phénomène « Viking » désigne donc ce phénomène de commerçants qui se sont transformés en pillards : cela a duré 4 siècles. Bien loin donc de justifier les propos de Rasmunssen, Esperluette ne fait que les rendre plus confus, n’ayant pas vu que dire que Rasmunssen a vécu en tant que viking il y a 37 siècles c’est dire une absurdité. Il est donc absurde de parler de « peuple de vikings » qui aurait existé il y a 37 siècles, « Rasmunssen » aurait employé un terme en dehors de son contexte où seul il fait sens, imprécision qui n’est ni compréhensible ni digne d’un tel Etre qui ne saurait ignorer sa propre histoire. Les Vikings sont un peuple issu des Germains du Nord et non des Celtes (Esperluette peut-il citer sa source qui fait descendre les Vikings des Celtes ???). La période celte n’est pas contemporaine de celle viking (pas plus que leurs territoires ne convergent), ce que Yoyo a d’ailleurs reconnu. Déjà là on voit que si Rasmunssen a vécu il y a 37 siècles, parler de « peuple de vikings » n’a aucun sens. Il aurait dû dire au mieux « anciens scandinaves » comme l’a évoqué Yoyo, relevant donc l’incohérence. Esperluette voulait en fait montrer notre impossibilité à savoir si à cette lointaine époque il y avait des druides dans « d’anciennes sociétés vikings » : il joue sur la confusion des termes « scandinaves » et « vikings », il aurait fallu parler plutôt « d’anciennes sociétés scandinaves » ; je ne connais pas bien l’archéologie des scandinaves d’il y a 37 siècles mais on sait au moins depuis le Ier siècle avant JC avec le témoignage de Jules César (comme je l’ai cité), puis après lui Tacite, que les germains du nord (c’est-à-dire les scandinaves) n’ont ni druides ni goût pour les sacrifices, et qu’ils n’ont jamais entendu parler d’autres dieux que les leurs. Donc cela renvoie à des temps encore plus reculés puisque leur religion ne comporte aucune référence à des druides qui pratiqueraient des sacrifices, religion qui renvoie certes à une mythologie transmise oralement, mais dont on n’a pas lieu de penser qu’elle soit pour autant plus susceptible de modifications radicales (abandon du druidisme et des sacrifices) ou qu’elle soit moins douée de mémoire. Ce n’est pas parce que leur tradition est orale qu’on doit penser qu’on ne peut savoir s’ils pratiquaient druidisme et sacrifices. Quoi qu’il en soit, on peut dire qu’au moins jusqu’aux premiers siècles avant JC les anciens scandinaves (et non « vikings ») ne pratiquaient ni druidisme ni sacrifices, bien que ces peuples furent contemporains des peuples celtiques. Il en va de même a fortiori pour la période viking.

    # Septembre 1973 - 1 Le 20 juin 2011 à 14:19, par Castor Esperluette évoque le nom de Rasmunssen comme existant encore au Danemark. N’y-a-t-il pas confusion avec le nom de Rasmussen dont il pourrait être un dérivé s’il était avéré ? Car je n’ai trouvé aucun Rasmunssen, ou alors seulement quand il s’agit d’une erreur de frappe. Le nom de Rasmussen a pour origine Rasmus (avec le suffixe -sen qui signifie« fils de ») qui vient d’Erasmus, nom fréquemment porté à la Renaissance dans les pays du nord de l’Europe. L’étymologie d’Erasmus renvoie au grec (et non au scandinave 1600 ans avant JC, ni même au celte) érasmios qui signifie aimable. Aucun rapport donc entre le nom de Rasmunssen et les peuples vikings. Et quelle puce à l’oreille Esperluette veut nous mettre avec l’onomastique à consonnance germanique des VET ? Ne nous a-t-on pas dit que les VET étaient essentiellement des Atlantes ? Enfin, je ne sais plus où il est dit que Rasmunssen pratiquait des sacrifices humains participant alors à la décadence (selon les dires d’Esperluette, alors que les sacrifices humains sont une institution publique pour apaiser les dieux et racheter les hommes) d’une religion particulièrement intolérante, mais cela me renvoie à la dévalorisation de la vie humaine évoquée dans le récit sacrificiel au nom d’une mystique immorale conté justement par … Rasmunssen (aussi en septembre 1973), dont on nous a dit qu’ayant été humain il était plus proche de nous, c’est-à-dire capable d’humanité dans ses jugements (??). Drôle d’humanisme ! Pour les VET alors, le nihilisme doit être porté à son paroxysme ! On nage selon moi en pleine mythologie … pantélienne, où l’absurde rivalise avec la valorisation du sacrifice et la négation de la valeur de la vie humaine. En espérant avec Yoyo (qui pourtant diffuse les Textes, les chansons et les commentaires de M. Pantel … mais ne pense peut-être pas comme M. Pantel à l’inéluctabilité d’un pantélisme institutionnalisé) qu’on ait pas l’idée d’en faire un système. C’est pourtant ce qui est prévisible, et même prévu par M. Pantel lui-même qui semble déplorer la décadence d’un pantélisme légendaire à venir. J’aurai alors une question à M. Pantel. Pourquoi, si c’est en toute conscience d’une dérive fatale car inhérente à la condition humaine (alibi qui déresponsabilise quelque part M. Pantel), faire autant d’efforts (chansons, livres, vidéos, émissions radios, spectacle musical, diffusion internet où l’on défend bec et ongles le message, autorisation de blogs …) pour répandre ce qu’il dit recevoir alors que dans une certaine mesure cela n’est adressé qu’à lui - voire à ses proches ?


  • # Septembre 1973 - 1 Le 20 juin 2011 à 21:04, par Yoyo ah, ah : Rasmunssen élu secrétaire général de l’OTAN… « grâce à Silvio Berlusconi »

    http://www.lepost.fr/article/2009/0…;

    # Septembre 1973 - 1 Le 20 juin 2011 à 21:21, par Castor ah, ah : c’est une erreur de frappe ! C’est bien le premier ministre danois Anders Fogh RASMUSSEN qui est le secrétaire général de l’OTAN.

    # Septembre 1973 - 1 Le 21 juin 2011 à 07:44, par Yoyo Une petite carte :

    http://www.ancestry.com/facts/Rasmu…;

    # Septembre 1973 - 1 Le 21 juin 2011 à 07:50, par Yoyo Ce n’est vraiment pas un nom répandu : un seul au Canada

    A Rasmunssen 1665 Bloor St Mississauga

    # Septembre 1973 - 1 Le 21 juin 2011 à 07:53, par Yoyo Sur Facebook :

    Ana Rohse Rasmunssen Travaille à Billabong Girls Australie

    # Septembre 1973 - 1 Le 21 juin 2011 à 07:55, par Yoyo Mais ça doit venir du Danemark : Jacob Moe Rasmunssen

    http://www.eitb.com/sports/cyclisme…;

    # Septembre 1973 - 1 Le 21 juin 2011 à 09:11, par Castor C’est bien un Danois mais c’est encore une faute de frappe : il y a un article sur ce coureur cycliste sur Wikipédia.

    # Septembre 1973 - 1 Le 21 juin 2011 à 10:26, par Castor On trouve une douzaine de noms « Rasmunssen » sur Facebook qui, quand ils ne sont pas vérifiables semblent soit fantaisistes soit on peut penser qu’il s’agit de noms d’emprunt (peut-être choisi pour des orphelins) ou de corrections volontaires pour se distinguer du nom courant Rasmussen (d’ailleurs un scandinave signale entre parenthèses que son vrai nom est Rasmussen, une autre écrit Rasmussen dans son ancien profil). Aucun d’entre eux n’a comme ami un autre Rasmunssen : pas de famille donc qui porte ce nom. Moi-même qui porte le nom d’une famille unique, je trouve beaucoup plus de porteurs de ce nom et qui bien sûr sont proches, ne serait-ce que géographiquement. Dans les annuaires danois je n’ai trouvé qu’une Rasmunssen (peut-être une erreur à l’état civil). Ce nom est tellement peu répandu qu’il y a tout lieu de penser qu’il s’agit à chaque fois d’une erreur (volontaire ou pas) dérivée du nom courant de Rasmussen (ce qui a été plusieurs fois constaté) dont j’ai rappelé l’étymologie grecque et son apparition dans les pays du nord à la Renaissance (époque où on remet à l’honneur la langue grecque). Pratiquement aucune chance donc de voir un quelconque Rasmunssen ou Rasmussen à l’époque des Vikings et encore moins 1600 ans avant JC. Bon, cette évocation de la confusion possible Rasmussen/ Rasmunssen n’était qu’une incise, et même si on voit qu’elle a une certaine importance quand on réfère cela aux origines du nom pour comprendre que cela ne colle pas avec l’histoire des Textes, je ne m’attendais pas à ce que vous vous en empariez comme un naufragé s’agripperait à un morceau de bois croyant par là récupérer tout son navire. Si vous ne faites que rechercher qu’il existe bien un Rasmunssen pour répondre à tous mes propos c’est je trouve un peu juste comme argumentaire.


  • # Septembre 1973 - 1 Le 22 juin 2011 à 07:53, par Yoyo C’est juste pour m’amuser un peu, car cela obscurci un peu plus ce qui est déjà bien obscur en première approche ; c’est vous qui vous attachez à un os et essayez de le déchiqueter avec les méthodes des septiques les plus obtus. Vous faites les questions et les réponses, alors c’est un peu limité. Ces Textes ne se veulent ni démarche scientifique ni exposé dialectique. Alors, pourquoi prenez -vous cet os à ronger ?

    # Septembre 1973 - 1 Le 21 juin 2011 à 17:01, par & A l’instar de Jean-Claude Pantel qui doit son ultime revie consciente à ce qui fut – peut-être - le plus important Ordonnancement Magnétique du 20e siècle, à savoir la deuxième guerre mondiale, il est probable qu’une situation de même acabit décida jadis de l’ultime naissance de Rasmunssen il y a de cela 37 siècles.

    La date qui fut un jour confiée à Jean-Claude doit nous mettre la puce à l’oreille quant à la proximité numéraire des 40 siècles approximatifs annoncés par Karzenstein en Mars 1983, lesquels, au passage, ne quantifie pas exactement l’avènement de ce Cyclique (1), mais la prise de conscience, vécue par l’Espèce désormais bioluminescente, d’une Vie à vivre en marge des revies (2)…

    Il est important aussi de rappeler que Moïse, dont l’existence devrait être plus antérieure que celle qui nous est racontée dans nos livres d’histoire, a semble-il côtoyé cette portion de temps chronologique, dès lors que la métaphore biblique de la mer rouge, s’ouvrant à lui et noyant les armées du pharaon Ramsès II (3) après son passage, renvoyait en réalité au flux et au reflux du tsunami créé par l’explosion du volcan Santorin entre 1600 av. JC et 1700 av. JC (4) au large de la Crête.

    Aussi, l’Onomastique des VET se présentant verbalement, plus que physiquement, à Jean-Claude, et dont les effets phonétiques ne sont pas sans rappeler une très forte consonance germanique, nous autorise à songer à un berceau de civilisation parlant une langue indo-européenne (Autrefois nommée langue indo-germanique) qui aurait en partie concrétisé le retour de l’Espèce humaine, la nôtre, post-cataclysmiquement parlant, survivante d’un déluge qui semble avoir été autant aqueux que lavique.

    Certes, nos historiens parleront des Celtes et de leur culture druidique, mais c’est toujours sans compter sur la participation des Espèces Divines à nos civilisations et de la mainmise omnipotente du décisionnel de leur penser sur le nôtre, et notamment en matière de langue.

    Hélas, qui aujourd’hui serait en mesure d’affirmer - ainsi que le fait Jean-Claude Pantel - qu’Elles sont la langue ?

    Or un modeste travail étymologique nous aidera à comprendre ce phénomène de mimétisme ; prenons le vocable Lugar, qui chez les VET signifie « Lumière » : comment ne pas faire le rapprochement avec la désinence latine Lugis qui traduit le même mot, ainsi qu’avec le dieu Lug qui représente l’Apollon préceltique (Lugos chez les Gaulois), avec le Logos (Le « Verbe ») des grecs antiques, d’où est tiré notre Loi (Legis en latin), avec le terme français lège provenant du néerlandais leeg (et dont le sens est Vide), avec celui de léger qui redonne toute sa signification au « Mon fardeau est léger » (entendons faire le Vide) prononcé par le Christ en personne ?

    Etc .etc.

    D’aucuns crieront au délire, voire au scandale lexicologique, d’autres saisiront avec moi qu’au même titre que les celto-ligures, et je dirai même dans leur prolongement, notre civilisation se montre beaucoup moins gréco-judéo-chrétienne (qu’elle n’a l’air) que finalement celtique.

    Mais cette fracture originelle avec les peuples sémites, et que souda en quelque sorte les invasions maures et le nomadisme traductionnel des textes helléniques et hellénistiques qu’elles opérèrent jusqu’en France via l’Espagne, nous fit oublier ce que nous devons, au premier chef, aux Celtes et à leur coreligionnaires ethniques annexés ou non par eux, parmi lesquels figurent notamment les fameux Vikings de Scandinavie.

    Conscient du fait que ce genre d’assertion suscitera, comme il suscite déjà, quelque levée de boucliers contemptrice d’idées neuves, il s’avère que dépoussiérer le meuble vermoulu de notre savoir livresque ne renvoie à rien d’autres que remettre en cause nos pseudo-certitudes, tel que nous le révéla déjà l’Entité Karzenstein.

    Les Vikings sont par conséquent antérieurs à ce que nous connaissons de leurs sociétés.

    Dès lors, Eux, que l’on disait « Ne pas sacrifier aux dieux et ne faire confiance qu’en leurs propres forces et capacité de réussite », n’échappèrent pas pour autant à ce que Georges Dumézil nomme les fonctions tripartites des sociétés indo-européennes, lesquelles organisaient tout clan social sous les 3 ordres des « hommes qui prient » (oratores), « ceux qui combattent » (bellatores) et « ceux qui travaillent » (laboratores).

    Rasmunssen, au nom de cette Intelligence qui devait percer à travers le gigantesque aura de son Charisme Existentiel, ne pouvait appartenir qu’à la première catégorie.

    Personne ne sera choquer d’entendre que sa fonction d’alors fut d’être druide dans la mesure où les successives hégémonies des Celtes exportèrent, ailleurs qu’en leur seul territoire, la pratique d’une religion liée à la nature et dont l’écriture, supposée être sous forme de runes ( ?), ne se préserva point de la destruction du temps destinant pierre, bois, écorce, os et autre parchemin au piètre état de sable, de cendre ou de lambeau…

    On peut l’imaginer aisément : La Dégéométrisation de la Race Karzensteinnienne laissa, - tout en n’imprimant aucune sorte d’empreintes physiques à notre environnement -, moult traces Temporelles dont l’espace fut avec fracas heurté, et dont non la moindre demeure en le fait que le Support terrestre répondit de façon très véhémente à l’extrême violence de l’Echange ayant opéré la Mutation Evolutive des « Effractarius » ainsi pénétrant à jamais les faveurs ékistiques de l’Espace Vide.

    Sismicité, volcanisme, subductionisme, mouvements « advectifs » parmi lesquels se compte les tempêtes, chutes de météorites, incendies d’ordre magnétique, viralisations, « spontéparités » diverses et inexpliquées entre autres fléaux, ne pouvaient à la longue qu’effrayer les contemporains de notre cher Rasmunssen qui n’eut d’autres alternatives que de s’adonner, afin de rasséréner la peur de son peuple, à ce rituel religieux qu’il abhorrait tant : Le sacrifice humain.

    On sait que cette sorte de pratique a toujours touché les peuples dits primitifs lors d’ères archaïques qu’on a vite considérées comme liées à des périodes de décadence sur le plan évolutif.

    Ce que l’on sait moins se cache au sein de ce que les VET surnomment l’Édaphisme.

    N’omettons pas non plus le problème récurent chez l’homme de la surprocréation, laquelle, rappelons-le, trouve sa cause par trop lointaine, tel un écho à un cri, dans les errements et les autres « balbutiements » d’un temps dont nos cousins Atlantidéens d’antan ne se départirent qu’inconvenablement.

    Ajoutons que le climax de ce phénomène subi se démarqua notamment dans l’erreur d’avoir abordé, à plusieurs reprises, la rupture en figeant sa finalité et, et par-là même, à travers une foi vacillante et quelque peu anarchique, ainsi que notre espèce le subit en l’amplifiant à son paroxysme.

    Initié par ces anciens Atlantes qui, bien que « sub-parallélisés » jadis aux quatre coins du monde, ne bâtirent pourtant aucune Atlantide visible digne d’une cité, mais élevèrent ces nombreuses « Atlantides spirituelles » sous forme de « contacts » que le Courant de Pensée ne contraignit à s’enfermer sous aucuns murs, Rasmunssen ne fut néanmoins pas écouté, et hommes et femmes continuèrent à s’adonner à ces ébats qui entretinrent désespérément le geste déplacé de Pandore.

    La Cytolyse délitescente provoquée par les feus Atlantes, consécutivement au « faire-Corps » de leur subtile complexion avec l’éclatement phréatomagmatique de la caldeira santorinienne, colporta, en voyageant, les germes de notre actuelle autodestruction, effet de non-contrôle oblige.

    Comme un vulgaire cachet d’aspirine fondu dans un verre d’eau cristalline et qui en change la pureté du goût, l’Onde de nos Muses fut dès ce jour contaminée par la croyance en la géométrie et sa caricature : Le squelette, tragédie que nous souffle Melpomène et que nous partageons avec nos frères damnés les vertébrés.

    Quoi qu’en pense la bienséance de notre raison avachie dans le canapé moelleux de son code moral, cardiectomies et autres rites païens, au-delà de la barbarie et de l’obscurantisme qu’on attribue à nos mœurs passées, établirent une « paisibilité » hélas trop fugitive par rapport à cette angoisse existentielle dont on sait qu’elle n’est que le dérivé provoqué d’une peur - elle - établie depuis la nuit des temps : Celle d’une mort inévitable.

    Rasmunssen, tout comme Moïse et Jésus plus tard, sut ce qu’il en était en ce que traduisit ce soupir d’outre-là susurré un beau jour à nos oreilles sourdes : « Il est trop tard. »

    Prométhée n’eut pas plus de chance, enchaîné à ce rocher caucasien qui nous vient à propos pour affirmer que, décidément, si la Foi élève bien des montagnes, son manque en revanche sait avec pertinence abaisser l’homme vers bien des ravines…

    (1) En réalité le Cyclique actuel a été fixé chronologiquement par l’intermédiaire d’un semi-Géométrisé qui, lors d’un coup de téléphone, révéla le chiffre exact de 41 siècles.

    (2) Karzenstein, Mars 1983 : « …Quant aux quarante siècles, fort approximatifs, c’est pour vous aider à fixer chronologiquement la date de notre prise de conscience effective de la qualité des choses que nous pouvons vivre en marge de nos ruptures et de nos revies, sous les diverses formes que le mouvement leur confère… »

    (3) Certains travaux de recherche historiographiques, remettant en cause les dates de vie et de mort du prophète Moïse, pense qu’il fut non pas contemporain du pharaon Ramsès II, mais plutôt du souverain Akhenaton (Ce qui -soi-disant passant - expliquerait la première trace mondiale de monothéiste qu’on ait pu déceler chez le peuple égyptien).

    (4) Un texte glané sur le web à propos de la datation de l’éruption du volcan Santorin me paraît digne d’être lu :

    La datation de l’éruption de Santorin

    L’explosion du volcan de Santorin, suivie d’un raz-de-marée et de perturbations climatiques, fut un cataclysme majeur du IIe millénaire av. JC, dont les conséquences ont sans doute dépassé les limites du monde méditerranéen. Jusqu’à présent, la catastrophe était datée vers 1500 av., même si des chronologies différentes étaient proposées par des études dendro-chronologiques et l’analyse de carottages glaciaires qui suggéraient la trace d’un cataclysme majeur entre 1660 et 1645. De nouvelles études publiées dans le magazine Science du 28 avril 2006 confirment une chronologie haute. L’équipe du professeur Manning (Université de Cornell) a fait une analyse au radiocarbone de 127 échantillons en provenance de Santorin, la Crète, Rhodes et la Turquie, ce qui a mené à une datation dans la fourchette 1660-1613 av. De son côté, l’équipe danoise du professeur Friedrich de l’Université d’Aarhus a analysé un fragment d’olivier carbonisé trouvé sur le site d’Akrotiri (recouvert par les cendres volcaniques), et aboutit à une datation autour de 1627-1600. Il faudrait donc bel et bien dater l’éruption à la fin du XVIIe siècle. Cette datation absolue soulève toutefois de multiples difficultés : la date de 1500 avait été calculée en concordance avec la chronologie égyptienne, que l’on croyait définitive. La nouvelle date conduit à situer l’apogée de la civilisation minoenne à l’époque de la domination des Hyksos en Égypte, et non du début du Nouvel Empire (règne de Thoutmosis III). Alors, faut-il revoir toute la chronologie de la Méditerranée orientale ?


  • # Septembre 1973 - 1 Le 30 juin 2011 à 15:37, par & Pour tendre une perche un peu salvatrice à ceux ou celles qui croiraient se noyer désespérément sous le flot verbal des Textes, je mets en ligne quelques fragments extraits de deux parties distincts du Texte de Karzenstein daté du 26 Décembre 1996, l’une où l’Entité se réfère aux pratiques sacrificielles officiées naguère par l’ex-druide Rasmunssen (en les rendant acceptables à notre entendement), l’autre chronologisant le fameux déluge biblique – Qui, rappelons-le, fut certes de nature météorologique, mais se concrétisa avant tout en tant que magmatisme hadal - à une époque pas si tardive que cela…

    Gageons que la date confiée laisserait n’importe quel géologue pantois et, disons-le carrément, plus réfractaire à ce genre de vérité édictée que la brique du même nom au feu de l’âtre (1) …

    1er Extrait (Karzenstein) :

    « (…) Rasmunssen vous le confierait mieux que moi, ayant dû, en son temps, exorciser, par certaines pratiques druidiques qu’il abhorrait, ce qui édifiait, en quelque sorte, la peur de ses contemporains… La peur sachant parfois se montrer élément d’harmonie, il s’ensuivait, au gré de la conjuration adoptée, et surtout devrions-nous dire, de par les effets pressurisants inhérents au mouvement initial, un interagissement provoquant à l’image des directionnels opposés une plage d’immobilisme, « astatisme » qui, bien que voué à une indéniable précarité, modifiait certaines données de l’échange : tout procédé sacrificiel faisant intervenir, vous l’aurez déduit, en la conduction émotionnelle donc énergétique qu’il procure, un dérivé de ces « directionnels contrôlables » dont la préexistence transparaît dans tout ambiant… »

    2e Extrait (Karzenstein) :

    « (…) D’aucuns ont tiqué, dans votre entourage, lorsque j’ai fait état d’une quarantaine de siècles troublés par les « agissements », plus ou moins troubles, de nos civilisations… Remettre en cause leurs pseudo-certitudes s’avérera judicieux pour faire le vide dans leur esprit et l’entrouvrir à « l’essentiel ». Un « essentiel » auquel il conviendra ensuite de se consacrer dans la constance… Je me permets cet aparté parce que récemment, vous avez eu vent, par le biais d’un résumé télévisuel (2), de certains faits dont la chronologisation coïncidait d’assez près avec celle qui vous avait été soumise par mes soins voilà dix-huit cycles annuels… »

    (1) Ce n’est pas tant la date de l’éruption et du tsunami qui fait grincer des dents que sa relation, suite à l’hyperactivité volcanique marine, avec le déluge d’eau qui, à cette même époque, a dû s’abattre en bien des points de la surface du globe, et dont on retrouve quantité de traces écrites, dont trois des plus célèbres sont l’épopée babylonienne de Gilgamesh, celle de Deucalion et bien sûr celle de Noé.

    (2) Jean-Claude venait juste de regarder une émission ayant trait aux Atlantes et à la disparition de leur civilisation présupposée liée à l’explosion du volcan Santorin.

    PS : je m’excuse encore de certaines fautes de frappe ou d’inadvertance de mes précédents posts (simples brouillons) qui seront corrigés, puis mis à la disposition des lecteurs sur le blog jantel-esperluette.over-blog.com.


  • # Septembre 1973 - 1 Le 30 juin 2011 à 22:08, par & Pardon mais les Espèces divines ne sont pas la langue, mais les langues, erreur que j’aurai à corriger bientôt…

    # Septembre 1973 - 1 Le 16 juillet 2011 à 15:00, par Castor C’est avec plaisir que je constate le retour de castor ou costar qui me redonne un peu du courage qu’il m’avait souhaité pour lire les réponses aux problèmes que je soulevais. En effet on constate qu’Esperluette s’échine à brouiller les pistes, se perd en explications confuses et informations superposées (datation du Cyclique, Moïse, Ramsès II, éruption de Santorin, civilisation atlante, problème de surprocréation en passant par une origine divine des langues sur fond de linguistique mêlé de mythologie) : un embrouillamini pénible à lire ! Manifestement il ne démontre rien et lui-même semble reconnaître son « délire » qui ferait s’arracher les cheveux de bien de savants. Le tout dans un langage compléxifié au possible hérité des Textes, saupoudré de références multiples, et qui se voudrait par là scientifique mais qui n’en a que l’apparence. Quoi qu’il en soit de ces élucubrations censées révéler nos origines celtiques, tout ceci n’a aucun rapport avec le fait qu’il s’agit de déterminer l’existence supposée de druides chez les Vikings. Alors Esperluette tente un rapprochement forcé, pour ne pas dire faussé entre Celtes et Vikings : comme « coreligionnaires ethniques annexés ou non [oui ou non ? il faut savoir !!] par eux ». Bref du grand n’importe quoi, ou si vous préférez des sophismes et de la rhétorique à la pelle : car Celtes et anciens scandinaves sont des ethnies différentes et les Celtes n’ont pas annexé la Scandinavie il y a 38 siècles. D’autre part ce qu’Esperluette ne semble toujours pas vouloir comprendre, ou plutôt il joue sur la confusion, c’est qu’ anciens scandinaves et Vikings ce n’est pas la même chose ! Le peuple Viking désigne précisément un peuple du moyen âge. Rien à voir avec les Celtes. Enfin, Esperluette fait référence aux fonctions tripartites des sociétés indo-européenne : trois fonctions dans la société qui peuvent être remplies par les mêmes hommes. Il y a trois fonctions mais pas forcément trois ordres bien distincts. Chez les Vikings ce sont les mêmes qui prient, qui combattent et qui travaillent. Pas de clergé ni de druide chez eux. Et même si tout n’est pas indistinct, si certaines fonctions peuvent être remplies par certaines personnes, prier (c’est-à-dire avoir des croyances religieuses) ce n’est pas forcément faire des sacrifices ! Ensuite Esperluette s’éloigne du sujet pour justifier à l’aide des Textes le sacrifice pratiqué par Rasmunssen, en laissant finalement libre cours à son élan poétique pour signaler l’échec de ceux qui ont voulu élever l’homme. En attendant nulle trace de druide viking en Scandinavie appelé Rasmunssen il y a 38 siècles maintenant : parce qu’à cette époque on est à l’aube du peuple celtique, qu’il naît en Autriche, que les Celtes n’ont pas conquis la Scandinavie, que les anciens normands (et encore moins les Vikings 800 ans après JC) n’avaient pas de druides, et que ce « druide » Rasmunssen portait un nom parent de celui de Rasmussen qui a une origine grecque et apparaît à la Renaissance (Erasmios) alors même que la langue grecque n’est apparue qu’en 800 avant JC. Vachement en avance sur son temps ce Rasmunssen ! Ce discours d’Esperluette sans aucune rigueur (sinon une rigueur d’apparence) attirera certains (qui croient comprendre ou pas), en éloignera d’autres (comme castor ou costar qui devrait se rassurer en sachant qu’il ne s’agit là que de pseudo-science), les deux ne voyant pas qu’il s’agit d’un discours creux et vain, sans aucune logique. C’est que justement tout est fait pour faire illusion. Esperluette, ce ne sont pas les idées neuves qui font se lever les boucliers mais les idées fausses ! Mais ce qui est encore plus dommage pour Esperluette c’est que cela ne sert pas le discours pantélien, car loin de l’ancrer dans la réalité malgré des corrélations savantes il ne réussit qu’à le rattacher à l’ésotérisme le plus confus et irrationnel possible, un obscurantisme qui le discrédite et finira logiquement dans l’ombre. Car l’attitude adoptée est qu’en dehors de la mythologie pantélienne point de salut : la science doit s’effacer. On est là, comme je l’avais signalé à plusieurs reprises, face à un discours (un système) que rien ne peut remettre en cause. La réalité est à décrypter par le prisme des Textes. Si la réalité le rejoint alors cela le confirme (c’est là la tâche des recoupements à faire - recoupements plus ou moins forcés : et souvent plus que moins), si la réalité s’en éloigne alors c’est qu’il faut remettre en cause la réalité (les faits, la science, les livres, le bon sens etc.) Que peut-on donc attendre d’un tel discours tenu par Esperluette qui affirmait que même s’il avait été banané il serait heureux d’avoir été si bien trompé ? En tout cas aucune discussion possible, et c’est bien ce qui est recherché : clore le débat en générant la confusion par l’incompréhension et vice versa. Voyez-vous Yoyo, je ne suis ni en train de ronger mon frein (si ce n’est pour déplorer les invraisemblables explications d’&) ni en train de m’attacher à un os pour le déchiqueter : c’est sûr c’est encore plus simple pour vous de mettre en cause mes intentions que de s’en tenir au débat (diversion encore et toujours …). Je ne déchiquète pas pour le plaisir mais pour voir si cela renferme une quelconque moelle. Ce que je trouve pour l’instant n’est pas comestible au vu des flagrantes erreurs dans les Textes. Je vais vous faire plaisir en vous posant une question à laquelle vous vous attacherez puisque vous l’avez soulevée car vous n’avez pu répondre à ce qui faisait débat (le druidisme du viking Rasmunssen) : pourquoi prenez-vous cet os et le gardez précieusement en veillant à ce que personne n’y porte atteinte ?


  • # Septembre 1973 - 1 Le 16 juillet 2011 à 22:12, par Yoyo Ce que je veux personnellement ? Un minimum de politesse des intervenants. Quand à ce que j’y trouve ? Depuis Poincaré, je n’avais pas rencontré autant de concepts nouveaux sur l’espace et le temps. Les pragmatiques ont raisons de dire que cela ne fait pas pousser les carottes. Seulement, ils oublient que nous sommes en période de crise oú les vieilles carottes sont débiles.

    # Septembre 1973 - 1 Le 17 juillet 2011 à 18:51, par Père Luette La possession de deux documents comportant des erreurs sur des faits historiques m’ont fait commettre deux inexactitudes dans mon texte sur le druidisme de Rasmunssen. J’y reviendrai.

    # Septembre 1973 - 1 Le 18 juillet 2011 à 11:10, par & La correction de mon texte sur Rasmunssen, plus un petit poème, sont disponibles sur le blog jantel-esperluette.over-blog.com.

    Une suite de « Rasmunssen et le Santorin » est en cours de rédaction.

    # Septembre 1973 - 1 Le 20 juin 2011 à 08:32, par Castor Aucun lapsus. Savez-vous ce qu’est un lapsus, René ? Chose que l’on dit ou écrit à la place d’une autre. Ne vouliez-vous pas dire « pléonasme »plutôt ? Mais aucun pléonasme dans l’expression « émerveillement béat ». La définition d’ « émerveiller » c’est être étonner, frappé d’admiration. La définition de « béat » c’est exprimer une satisfaction exagérée. L’un n’implique pas l’autre, on peut admirer une chose, en être étonner et éprouver par exemple un sentiment de peur ou d’aversion. Au mieux, le second renforce le premier. Qu’on s’en tienne au fond du débat et non à des propos qui visent à l’ostracisme. Dire que « le rire n’est pas le propre de l’homme », ce n’est pas une question de droit, c’est un fait scientifique. Effectivemenent je doute que vous ayez l’occasion d’entendre des végétaux rire. Mais des animaux oui. Qu’une seule espèce non humaine rit, et cela suffit à invalider la proposition qui fait du rire le propre de l’homme. Les propos de Virgins comme je l’ai déjà dit n’ont rien à voir avec le contexte : elle utilise un argument pour justifier qu’elle n’a pas besoin de rire à la différence de l’homme. C’est son argument qui est en cause, non le contexte dans lequel il est utilisé. Son argument est de dire que le rire est le propre de l’homme, donc son rire est une forme de politesse, elle ne rit pas pour de vrai. On peut même dire qu’à cette occasion elle se montre fausse envers nous, ce qui laisse à penser que ces êtres soi-disant supérieurs sont capables de fausseté, de mensonge. Ils font semblants. Etonnant, non ?, pour des êtres de lumière, tout entiers en adéquation avec le vrai. De là à penser que tous leurs propos peuvent être taxés de manipulation, il y a de quoi avoir de sérieux doutes, quoi qu’en dise M. Pantel qui ne pense pas être manipulé car il trouve tout cohérent. Son argument ne tient pas : la cohérence n’est pas suffisante pour déterminer la vérité d’une chose. On peut mentir et être très cohérent.


  • # Septembre 1973 - 1 Le 19 juin 2011 à 18:47, par Patrice Monsieur « lavoir entendu » peut-il nous dire dans quelles circonstances monsieur Pantel et son ami l’avocat de Marseille ? ont émis l’idée de « Pantelisme » ? Si d’autres personnes ont à témoigner sur ce fait, il serait bien qu’elles s’expriment car rapporter des propos hors de leur contexte ça peut fausser le sens des propos, comme on le voit régulièrement dans la politique en particulier. Merci.

    # Septembre 1973 - 1 Le 20 juin 2011 à 15:07, par Castor Je voudrais ajouter à l’attention d’Esperluette que la société celte est apparue effectivement vers l’Europe centrale à partir du XVe siècle avant JC, période proto-historique en Europe. C’était il y a 36 siècles. S’il y a quand même un siècle d’écart avec la période où vécut Rasmunssen, doit-on penser que dès leur naissance les Celtes possédaient des druides vikings qui sacrifient des humains (alors même que vous avez dit que cette pratique correspondait à une période décadente - donc tardive - de leur religion) ? Et s’ils sont apparus dans une zone géographique qui correspond à l’actuelle Autriche, alors Rasmunssen ne pouvait habiter la Scandinavie et être druide en même temps, même un druide celtique. On sait bien en plus que le druidisme est une exclusivité de la civilisation celtique et ne résista pas à la romanisation. On ne peut le retrouver pendant la période des vikings qui bien que pouvant paraître barbares (même si c’est discuté - car c’est l’avis de leurs opposants : les chrétiens, dont on sait que les pratiques ont toujours été très humanistes !) ne pratiquaient pas de sacrifices humains au nom de leur religion. Je ne vois donc pas où est-ce qu’on pourrait trouver des « druides vikings », à part peut-être dans Astérix et les Normands publié en 1966 mais je n’ai pas vérifié parce que je ne crois pas que cela ferait avancer la science.

    # Septembre 1973 - 1 Le 21 juin 2011 à 08:47, par & Je crois que j’étais bien mieux dans le Verdon à contempler les aigles…

    # Septembre 1973 - 1 Le 22 juin 2011 à 11:08, par lavoir entendu En ces temps de polémiques vous avez bien raison Mr Esperluette de vous réfugier dans la nature si généreuse. D’ailleurs et devant me rendre dans le Verdon cet été près du lac de Sainte Croix pouvez-vous me dire vers quels endroits peut-on trouver et voir des aigles ? Merci. Sinon vous avez répondu assez justement à mon propos quant au « pantelisme et autre légende ». Effectivement pantel disait cela avec une bonne dose d’humour ; je vous le concède. J’apporterais un autre élément plus tard car j’ai 72 ans et j’ai bien connu Monsieur Jimmy Guieu pendant l’affaire de cergy-pontoise où nous avons travaillé un peu ensemble. Puis nous nous sommes côtoyés pendant quelques années…

    # Septembre 1973 - 1 Le 23 juin 2011 à 10:16, par & Disons qu’autour du lac de Sainte Croix les seuls rapaces que vous aurez loisir de contempler sont les vendeurs des buvettes qui vous cèdent leurs sodas à prix d’or…Même si les villages de Moustier sainte Marie ou d’Aiguines, voire de Bauduen sont magnifiques, hélas trop touristiques pour ma part…(J’y ai vu quand même deux cormorans volant dans le crépuscule).

    Non, pour pouvoir contempler vautours fauve et autres gypaètes barbus (Plus rares), il faut au moins se rendre du côté de la route des Crêtes surplombant la falaise dite l’Escalès entre la Palud sur Verdon et La Maline, ou encore au village de Rougon, là où se situe un des charniers faits pour les nourrir que vous pourrez admirer depuis le Mur des Abeilles (Excellent gîte et auberge) ou depuis les ruines du château médiéval.

    Moi je vous recommande plutôt de remonter la vallée du Jabron et d’aller du côté de l’ermitage saint Trophime à Robion, près de sainte Thyrse, en passant par le hameau du Bourguet…

    Ou alors la partie du Gr 4 qui mène à Rougon depuis Castellane, par le petit hameau de Chasteuil, là c’est le top ! Mais il est dur (18 Kms et ça monte).

    Sinon les deux grands classiques du genre que sont le Martel Blanc et son Point Sublime, et le fameux sentier de l’Imbut : là encore, il faut de l’entraînement et du bon matériel de randonnée (Ne pas y aller en tongue si possible).


  • # Septembre 1973 - 1 Le 26 juin 2011 à 19:15, par lavoir entendu Monsieur Esperluette vous me répondez certes, mais vous ne me dites point où vous avez observé, VOUS, les aigles du verdon. Merci en tous les cas. Sinon je vous disais sur le message précédent que j’avais côtoyé et travaillé avec mon ami feu J. Guieu. Nous avions travaillé un peu ensemble sur Cergy-Pontoise et l’affaire F.Fontaine et surtout sur ce que l’on peut appeler les dérives de J.P. Prévost/voire, R.L. Mary. Jimmy, pour avoir rencontré et enquêté sur tous les contactés notoires des années 60/70 (et un peu plus) disait souvent ceci : « j’ai constaté qu’il y a trois phases dans les contactés. La première : l’expérience elle-même ; la deuxième, aussitôt ou très peu après : le témoignage ; et enfin la troisième phase un peu décalée dans le temps, une forme de »mission« à vouloir transmettre un message, ou le message délivré par des »entités« . » Jimmy G. nous faisais remarquer qu’il y avait là une constante dans le comportements des contactés qui se sentaient missionnés pour diriger ou sauver le monde. Cela le dérangeait beaucoup et il se demandait si cela provenait du dit contact ou bien d’un trouble psychologique découlant de cette expérience dans le même temps que le sujet-témoin, peut-être l’objet d’une manipulation (jimmy écrivit beaucoup là-dessus) trouvait ainsi un sens à son existence tout comme il pouvait être en quête consciente ou inconsciente de reconnaissance. Il avait vérifié cela avec Raël, Marius dewilde, Pierre Monet, J.P Prévost et Roger Luc Mary de qui il se sépara un temps assez long. Il nous disait qu’il n’était pas surpris du développement quelque peu messianique de M.Pantel quand bien même c’est lui, Guieu, qui proposa à Mr Pantel d’écrire un livre pour lequel il lui présenta son amie éditrice de chez Ramuel. Pouvons-nous dire que nous retrouverions dans le cas Pantel un comportement similaire aux dits autres contactés. Merci de développer même si mon sujet n’est pas orienté sur la culture des textes comme il est demandé sur ce site.

    # Septembre 1973 - 1 Le 27 juin 2011 à 10:53, par bertrand72 Moi aussi j’ai enquété. Il ya autant de différence entre Rael et JC P qu’entre Esperluette et Castor idem pour les autres sans pour autant qu’ils se ressemblent .Il y a bien d’autres « contactés » vivants, pour faire court je ne les envie pas, ils y gagnent à rester aux abris.Ce qui est curieux c’est qu’ils ne se regroupent pas et dans l’ensemble ils sont trés sceptiques sur les « aventures » des autres.

    # Septembre 1973 - 1 Le 28 juin 2011 à 00:33, par & Ouais ben j’espère que Rael ne fait pas les mêmes fautes au niveau orthographique que moi : Lexis philosophique (et non lexis philosophie comme j’ai pu l’écrire et qui ne veut rien dire…)

    # Septembre 1973 - 1 Le 27 juin 2011 à 17:31, par & En Verdon, les meilleurs endroits où j’ai pu contempler, en toute liberté, les vautours fauves (Voire moine ou percnoptère plus rares) sont les belvédères dominant la falaise de L’Escalès : Sur ces balcons donnant directement sur des vides béants de plusieurs centaines de mètres, ils vous passent carrément devant le nez.

    Là aussi, il en retourne des captages émotionnels suscités par l’osmose attractive que contrôlent les Semi-Géométrisés afin de contrebalancer, au gré du sentiment d’admiration exprimé, et ce, en fonction de la Mécanique oscillatoire maintes fois mentionnée sur le site Jantel.org, la pression osmotique déployée plus loin par des Ambiants « rétributeurs » de déceptions émanant - par exemple - de certaines voies de faits ou de violences bien plus graves, telles que des actes de barbarie…

    Il va sans dire que les spécimens du genre Vultur bénéficient en retour d’une manne énergétique que ne pallieront jamais les éléments trophiques extirpés aux carcasses d’animaux morts qui leur sont abandonnés ça et là…

    Sinon, les autres points indiqués dans mon précédant post sont aussi régulièrement visités par les milans noirs, aigles royaux et autres Jean le Blanc (Circaètes).

    Quant à la lexis philosophie étayée dans les ouvrages littéraires de Jimmy Guieu, même si je respecte beaucoup le courage de l’homme d’action qui a dû essuyer mille quolibets, insultes et menaces parfois de mort pour tenter de faire recouvrer quelque peu la vue à une humanité paraissant condamnée à une éternelle amaurose, je demeure persuadé, pour l’avoir jadis rencontré et parlé avec lui, qu’il n’a pas saisi grand chose du cas Pantel.

    Pour moi, il fallait avant tout, poussé par la cupidité de diverses maisons d’éditions, vendre des livres, ce qui signifie la plupart du temps déguiser la vérité sous des formes qui arrangent bien le faible entendement du plus large public possible, appât du gain oblige.

    Ce qui n’enlève rien à ce qui fut la pugnacité affichée de son juste combat.

    Vous parlez de « mission ». Or, très vite il s’avérait que Jean-Claude Pantel ne présentait, en sa Vocation Anthropocentrique, aucune sorte de « dimension sotériologique », ce qui exclue toute « mission », dès lors que les VET lui ont bien stipulé qu’il n’y avait, au-delà de toute « rémission » et de toute « commission », « qu’émission » en la « transmission », sans ces « omissions » ni ces « soumissions », et autres « compromissions » qui conduisent toutes à la « démission »…

    Ce céleste jeu de verbe axé sur les suffixes, que je recréé de mémoire en lui imposant quelques ajouts (Que les VET me pardonnent, mais n’est ce point eux qui nous ont appris à nous servir, rhétoriquement parlant, de cette figure de style que la linguistique nomme la paronomase ?), est sans appel : Rien n’a jamais été promis. ABSOLUMENT RIEN.

    Ce qui exclue au premier chef l’approbation de cette notion erronée qu’un certain message religieux, délivré prioritairement par la religion chrétienne et juive, nous a forcées à considérer comme étant une « Promission », c’est à dire l’avènement futur d’une « Terre Promise ».

    N’oublions pas non plus de rétorquer aux détracteurs des Textes qu’il n’y a jamais eu non plus, venant de Jean-Claude Pantel, aucun rite d’initiation dévoilé, à l’image de ces « gestuelles d’intronisation » appelant tout gourou à adouber, au nom de pseudo prérogatives divines, ses novices de quelles « manumissions » que ce soient, quand cela ne concerne pas d’abominables et honteuses « intromissions »…

    En la « neurotransmission » qu’incarnent (Nous devrions plutôt dire que réincarnent) les capacités de « l’Interceptionnisme » propre à tout sujet, ce, en fonction de ses aptitudes versées à « l’admission », qu’une énième « permission » me soit exceptionnellement délivrée quant à une demande, à juste titre réitérée, de voir s’épancher plus souvent des pensées un peu plus qualitatives parmi certains commentaires quelquefois publiés sur le site Jantel.org.

    Ce qui ne s’exhibe point en tant qu’exigence, mais en simple suscitation, devrait suffire à encourager les internautes, privilégiés par la lecture des Textes, à rédiger des petits résumés plus centrés qu’à l’accoutumée sur la « physico-philosophie » des communications textuelles vocalisées, voire chryptopsychiques (car d’ordre inconscient), rendus puis retransmis sur papier par Jantel, plutôt que tergiversant à l’infini autour d’épiphénomènes beaucoup moins intéressants, au demeurant, pour la progression du lecteur…

    Je joins donc mon ultime penser à celui de Lucien dont la soif de connaissance nous a déjà par le passé exhorter à partager des idées sur les valeurs amorales – et non immorales - défendues par La comédie musicale Le Voyageur de l’Orage, abandonnant par là-même aux serres de certains rapaces du Web la consommation irraisonnée de charognes idéologiques dont ils affectionnent tant le goût particulièrement vicié.

    Que lavoirentendu ne voit dans ce propos aucun sarcasme la visant directement, mais toutes celles et ceux qui se complaisent, depuis bien trop longtemps, dans l’étalage grossier de gloses insipides jugées de piètre aloi.

    Pour ma part, je m’engage à ce que, pour les posts les plus pertinents, une « retransmission » soit aussitôt formulée sur mon blog vdo-jantel.over-blog.com.

    Concluons que « L’expromission » n’y sera pas de mise, sachant que je ne pourrai point m’engager à rependre à mon compte les carences du « débiteur en mots » qu’une publication serait en mesure d’arborer aux yeux de tous critiques acerbes susceptibles de lire l’article éventuellement pointé du doigt.

    Et oui : Contrairement à l’exception qui est, nos limites respectives, elles, se contentent, hélas, d’exister.

    J’abandonne à présent tout un chacun à ses préoccupations quotidiennes, lesquelles, je l’espère, sauront se mettre à l’abri de certains aléas inhérents au processus électromagnétique dispensé par l’Absolu, à l’image de ce « coup de lune » que subit, il y a quelques jours de cela, un arbre et son lierre plantés juste à côté de cette chambre, la mienne, dans laquelle Jean-Claude Pantel rédigea naguère le texte de sa fameuse chanson « La Pensée ».

    Liseurs assidus que je salue sans aucune forme de condescendance et auxquels je demande en les quittant si, oui ou non, l’état actuel de nos connaissances nous laisse une chance d’affirmer, ou d’infirmer, qui des cations, qui des anions, suscitèrent ce Flux de particules mal jugulé, lequel décida de la crémation du végétal en une fraction de seconde ?

    Qui des carences, qui des excès, réverbérés par mille soleils, et qu’à son corps défendant répercuta l’astre noctambule ?


  • # Septembre 1973 - 1 Le 2 juillet 2011 à 10:43, par lavoir entendu Monsieur le responsable du site a semble-t-il oublié de publier mon dernier post où je rappelais à nouveau à & une question concernant les trois phases que Jimmy Guieu avait constatées à propos des contactés qu’il avait cotôyés à savoir : expérience, témoignage et enfin messianisme. La question était de savoir si nous pouvions appliquer à jean claude pantel ce postulat. Ne publiant pas il se pourrait que le webmaster soit en vacances ou bien alors en appliquant en partie le développement de Monsieur Esperluette il m’arriverait de penser que par cette omission poindrait une forme de soumission qui engendrerait une réelle démission à vouloir tout mettre en lumière même les plus simples et ordinaires questions. Seraient-ce les signes de l’émergence d’une mission qui flirterait avec compromission ?

    # Septembre 1973 - 1 Le 2 juillet 2011 à 14:34, par Yoyo Au moins là, vous montrez un peu d’humour et moins d’atrabilaire…

    A mon sens , il y a un enseignement auquel on peut faire attention dans les Textes, c’est celui de la fluidité adaptative aux ambiants qui serait nécessaire pour y participer activement. Mais comment y participer ?

    L’accommodation est un processus qui a ses limites, une fois dépassés les capacités adaptatives élastiques, en quelque sorte, des êtres vivants, c’est à dire une fois dépassée leur plasticité phénotypique. http://fr.wikipedia.org/wiki/Accomodat

    Il arrive un moment où il est nécessaire de muter. Comme nous sommes partiellement des êtres sociaux, une mutation d’ensemble des éléments de la formation à laquelle on appartient, est nécessaire, sinon, c’est la catastrophe écologique. Donc cet appel à l’adaptabilité d’ensemble, y compris par les Fourches Caudines de la mutation, est intéressant. Les mutations sont rarement heureuses dans notre expérience humaine. Une cellule mute et elle détruit son ambiant. par un développement cancéreux. Une secte religieuse se met à faire des attentats. C’était aussi le rêve des révolutions marxistes, mais on voit comment ça a échoué. Néanmoins, nous serions bien dans un tel événement de récurrence réadaptatrice. Nous sommes amenés à faire attention et à relier des faits absolument distincts à première vue. Cela secoue au moins nos fermetures et nos réductions habituelles…

    # Septembre 1973 - 1 Le 3 juillet 2011 à 12:40, par & Je crois que vous ne lisez pas ce qui est écrit pourtant noir sur blanc…

    Alors, pour les sourds et muets qui auraient besoin de gigantesques appareils auditifs du style cornet acoustique adapté à l’Espèce Brontosaurus pour entendre, ou de lunettes astronomiques du genre de ceux qui équipent encore aujourd’hui le satellite Hubble afin de voir un peu mieux, je me répète : Il n’y a aucun messianisme concernant Jean-Claude Pantel.

    Donc pas de mission. Et pas plus de volonté de sauver le monde (Sotériologisme).

    Or grosso modo, je lis entre les lignes de votre pensée que, à l’instar de Jimmy Guieu en fin de vie et d’autres, vous entrevoyez le fait que des medium puissent connaître des dédoublements de personnalité, du style schizophrénie, et s’inventer des dimensions de sauvegarde de l’humanité afin de rendre compte, pour certains dont JCP, d’une forme de prestidigitation et, en terme de mystique, de justifier aux yeux d’autrui ce qui apparaît chez d’autres comme une évidence conflictuelle refoulée « dysharmonisant » entre elles les données psychologiques que sont, depuis Freud, le ça, le moi et le surmoi.

    Mais Yoyo serait mieux placé que moi pour répondre à ces questions de psychanalyse, ce me semble. Aussi, libre à lui de se servir du cas Pantel pour s’adonner à des études de type universitaire, en fonction d’une analyse exclusivement psychiatrique, pour élucider, du côté du public, « cogitalement » ce qui, de toute manière, demeurera un grand mystère pour bien des générations à venir…

    Personne ne lui reprochera rien du tout, et vu tout ce qu’on lui doit grâce à son site internet Jantel.org, alors…

    Il en a tout à fait le droit, et je sais d’ailleurs que, si c’est le cas, son travail s’oriente d’ores et déjà vers une pertinence qui laissera certains de ses confrères totalement cois. Je lui souhaite déjà bon vent pour tous les espoirs qu’il nourrit.

    Qu’Eole tende et gonfle les voiles de ses efforts que fournit tant d’assiduité, et qu’une quête de Vérité, à la barre de sa conscience, oriente avec une réelle sincérité !

    Mais lavoirentendu, vous êtes libres de penser ce que vous voulez. Pantel, une affaire de trouble mental ? Bien. Personne ne vous reprochera de défendre ce propos. C’est une idée comme une autre. Après tout, les amis les plus proches de Victor Hugo n’ont-ils pas conclu, avant de retourner ad patres, que les Voix de Guernesey n’étaient que le reflet inconscient des prétentions égocentriques du poète ?

    Donc : Pas polémique, mais simplement un débat.

    Pour ma part, Jean-Claude Pantel est honnête dans sa démarche, quand je ne vois vraiment pas comment on pourrait simuler spontanément – parmi mille exemples - des lévitations corporelles, visage au ciel, situées à plusieurs mètres du sol, lesquelles se prolongent sur une durée assez importante pour nous laisser quand même un minimum de temps pour qu’on puisse débusquer le trucage, et n’être par conséquent plus tout à fait dupes d’éventuelles falsifications soutenant la performance en question, non ?

    Plus de trente ans d’un vécu axé sur le paranormal, et pas un seul témoin capable de confirmer la fausseté de l’expérience ? Pas même sa propre épouse ? Ni ses amis intimes ?

    Ah oui c’est vrai que tous les témoins de l’affaire sont des gogos…Dès lors, je n’ai pas honte d’adosser ce genre de qualificatif.

    Sachez toutefois une chose : Même dans le cas d’une falsification, je resterai heureux d’avoir été, à l’image de tant d’autres témoins, subjugué à ce point, et je dirai même banané, tandis que les grandes élites de ce monde auraient tout de suite déniché l’arnaque ourdie par un bien sombre et malicieux personnage …

    A ceux-là, je leur dis : pardonnez mon ignorance, ma naïveté et ma bêtise bien pâles face à votre grandeur d’âme que saurait prouver chaque acte de votre vie quotidienne, au nom de nobles valeurs qui sont vôtres, lesquelles n’ont plus rien, semble-il, à prouver à qui que ce soit, tant les actions qui les étayent sont munificentes, tant la générosité qui les nimbent rend très vite témoignage, au regard de tout un chacun, d’un caractère insigne et largement supérieur à la moyenne humaine…

    Moi je suis stupide, alors j’ai gobé béatement la triche honteuse ; pour autant, je n’oublie pas ma condition (Qui elle, rappelons-le, ne paraît oublier personne).

    Je trouve les autruches touchantes, surtout lorsqu’elles plantent leur tête dans le sable. Sable qui a son marchand aussi, je le sais, et son ours – Nounours - qui rend visite à deux enfants chaque soir avant leur coucher. Il s’enquiert de leur journée, de leurs soucis ou leur raconte une histoire et, avant de regagner son nuage, leur dit « Bonne nuit les petits, faites de beaux rêves ! » alors qu’une poignée de sable doré tombe en pluie sur les enfants endormis. L’ours repart sur un petit nuage au son de l’air joué à la flûte à bec par le Marchand de sable :

    TU-TU-TU-TU-TU-TU

    Même les marmottes Trotte, Tricotte et leurs enfants Pirouette et Gline-Gline font silence :

    ZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZ, RRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR

    # Septembre 1973 - 1 Le 9 juillet 2011 à 00:32, par lavoirentendu Monsieur Esperluette vous écrivez noir sur blanc votre réponse mais est-elle véritablement la Réponse. Vous pouvez penser que je voudrais entendre ce qu’il me plairait bien d’entendre (d’où l’inutilité de ma question) mais vous ne répondez pas en fait ; alors je pose la même question mais de manière un peu différente. Donc les trois phases ne se retrouveraient pas chez Monsieur Pantel, ok… Mais les autres dits contactés à travers le monde que doit-on en penser réellement. Vrai, faux ? Leurs aventures ont-elles un sens, leurs messages (pour certains) ont-ils quelques valeurs ? Sinon me faut-il entendre que seuls l’expérience et le contenu de l’expérience de Jean claude pantel auraient une qualité supérieure face à tous les autres qui ne seraient que des leurres, des illuminés, des fous ou des manipulateurs de la pire espèce ? Ces autres contactés ne seraient donc qu’un simple festin pour fluido-luminescents se nourrissant d’homo sapien sapien. Dois-je donc comprendre et me faut-il admettre que Monsieur Pantel est tout autre et n’entrant dans aucunes cases conventionnelles ? Serait-il en fait le seul vrai contacté qui ne délivrait même pas de message…. Jantel.org c’est quoi en fait ?

    # Septembre 1973 - 1 Le 9 juillet 2011 à 12:44, par Yoyo Ah, ah, en tout cas, le site ne rentre pas dans vos cases, manifestement…


  • # Septembre 1973 - 1 Le 9 juillet 2011 à 13:43, par & Pour moi, le seul critère de véracité d’un contacté est la gratuité. Dès lors qu’il faut payer, là la méfiance est de mise…

    Alors peut-être que certains font payer leur prestation tout en étant vrai ? Peut-être, en tout cas PANTEL : C’est gratuit et c’est déjà pas mal dans un monde où tout est devenu payant.

    En outre, les Fluidoluminescents ne se repaissent pas de nos émotions tel que vous le prétendez, ayant atteint l’état d’Indépendance à l’égard de Tout, ce qui inclue le fait, qu’étant pour eux-même leur propre EAU et leur propre LUMIERE, la chose les affranchit totalement de ce qui est chez nous reste du domaine du Nécessaire.

    On dénombre ainsi, parmi leurs nombreuses aptitudes inhérentes à l’Immatérialité de leur constitution, la suprême possibilité de se mettre à l’abri du Donné, et donc d’une grande part de la Nécessité (Dans le sens grec du terme) que celui-ci implique, comme par exemple de dépendre de l’Astral pour se régénérer énergétiquement parlant (Ce qui est notre cas), excluant par-là même le besoin de boire, quelque eau que ce soit, ainsi que je l’ai déjà défendu contre un pseudonyme qui, hélas, continue à ronger son frein plus que son animal totem des troncs d’arbre…

    Vous confondez donc les Espèces Semi-Géométrisés et les Races Bioluminescentes.

    Ps : Suite au tremblement de terre qui toucha les côtes provencales cette semaine - depuis vraisemblablement l’éruption d’un volcan marin ou l’effondrement de sa cheminée, voire un décrochement de plaque tectonique - , voila ce qu’on peut lire ce matin dans le journal La Provence :

    « Ce séisme est une nouveauté. Jamais de trace semblable n’avait été observé à cette latitude et aucun ressenti n’a jamais été mentionné dans cette région », signé : Jérôme lambert, responsable d’études macrosismiques.

    Et ça, ce n’est pas de l’ésotérisme de bas-étage, mais bien du concret.

    # Septembre 1973 - 1 Le 9 juillet 2011 à 13:54, par & ATTENTION INCONTOURNABLE : Ce soir de samedi 9 Juillet, émission sur Arte - dès 20 H 40 - spécial Atlantes avec DERNIERES NOUVELLES DE L’ATLANTIDE.

    # Septembre 1973 - 1 Le 9 juillet 2011 à 17:13, par & Google Earth expose les ruines marines, en plein océan atlantique, d’une énième cité engloutie par les eaux…Sans tomber dans le piège d’une évocation de l’Atlantide (On sait que les Atlantes évoluaient dans d’autres continuum que les nôtres), la visualisation de ces images nous fera dire qu’on ne répétera jamais assez combien tout est en Fusion constante, et combien la géométrie ne peut être que provisoire dans un Univers où la Mutation, qu’elle soit d’ensemble ou particulière, prévaut sur tout le reste : http://www.youtube.com/watch?v=oPeq…;

    En entendant, il est vrai que Jules Verne faisait référence à une cité engloutie au large de l’archipel des Canaries dans son célèbre « 20000 lieues sous les Mers » comme c’est le cas dans l’extrait vidéo..

    # Septembre 1973 - 1 Le 10 juillet 2011 à 18:57, par & La même chose du côté du Japon : http://www.youtube.com/watch?v=fRz5…;

    Karzenstein (23 JUIN 1999) : chacun constaterait qu’en les cycliques précédents, sur le support auquel vous appartenez et en fonction d’un environnement « adéquationné », coexistèrent d’autres espèces humaines géométrisées que celles subsistant aujourd’hui, dont bien sûr l’incontournable androgyne que mentionnent certains de vos ouvrages littéraires…

    # Septembre 1973 - 1 Le 14 juillet 2011 à 21:21, par castor ou costar Bon je reviens sur le site car cela faisait longtemps que je l’avais un peu délaissé car trop de science et de connaissance à mon goût et je ne peux suivre. Je reconnais mon manque de travail et d’assiduité… Mais voilà les infos du jour annonce que l’afrique de l’est connait une terrible sécheresse jamais connue depuis 60 années et que 12 millions de personnes sont en péril grave. Alors dites-moi les savants décortiqueurs et lecteurs des textes où sont donc vous explications devant tous ces drames et surtout où se trouveraient vos propositions de solutions. Parlez donc plus concrètement de l’ici et maintenant qui est notre réalité réelle, arrêtez les détours de penseurs qui ne pansent aucuns des maux de la souffrance de vos frères humains. Alors que faites vous face à tous cela et que disent les textes. Je crois que les ’fluidiques" s’en foutent complètement puisqu’ils vont récupérer cette masse d’énergie… Ce ne sont que des vampires et vous tous complices de ces bouffeurs d’âmes…………………….. ! Ouais en colère parce que 40 années de baratin et rien de concret si ce n’est q’une diarrhée verbale de savants qui voudraient me faire croire qu’ils savent !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    # Septembre 1973 - 1 Le 16 juillet 2011 à 06:14, par Yoyo Quel savant sait quoi ? On peut agir sur le contrôle des flux directionnels . Mais qu’est- ce que cela veut dire en pratique ?

    # Septembre 1973 - 1 Le 16 juillet 2011 à 15:16, par Castor Voilà une bonne solution à la famine dans le monde : contrôler les flux directionnels (parlez-en autour de vous) … Castor ou costar, la seule solution (radicale) proposée par les Textes c’est que l’homme ne renaisse plus de l’homme (l’eau est sale ? vidons le bébé avec le bain car le bébé a baigné dans l’eau sale : c’est plus facile que de changer l’eau et de relaver bébé). Autrement dit, contrôler les flux directionnels c’est ne plus procréer. Et si ces millions de personnes souffrent c’est donc qu’elles le méritent car elles se sont procrées. C’est sûr c’est plus simple et plus déculpabilisant comme vision des choses.

    # Septembre 1973 - 1 Le 16 juillet 2011 à 18:42, par Péperluette Mais voilà les infos du jour annonce que l’afrique de l’est connait une terrible sécheresse jamais connue depuis 60 années et que 12 millions de personnes sont en péril grave. Alors dites-moi les savants décortiqueurs et lecteurs des textes où sont donc vous explications devant tous ces drames et surtout où se trouveraient vos propositions de solutions.

    Une solution ? PROCRÉATIONRO.

    # Septembre 1973 - 1 Le 17 juillet 2011 à 19:45, par Castor Voilà, j’ai vu juste ! Le problème c’est que cette mise en pratique est non seulement inappliquable mais pas non plus souhaitable. C’est comme si on demandait aux gens de se suicider (et s’ils ne veulent pas, faut-il les y pousser puisque c’est la solution ?) . Franchement cette solution est une utopie abominable, irréalisable et inhumaine, et absurde même d’un point de vue spirituel. A l’instar de Robert Musil qui déplorait que notre époque se caractérisait par un romantisme intellectuel, « cette hypothèse sans courage ne s’impose pas. L’état actuel de l’esprit européen n’est pas, à mon sens, la décadence, mais une transition encore en cours ; non pas un excès, mais une insuffisante maturité. »(Essais, p.346) Car c’est d’un pessimisme absolu en ce qui concerne l’homme et sa faculté d’évolution, et parce que justement nous venons sur Terre pour apprendre, expérimenter, ce qui est souvent malheureusement souffrir, et on peut bien se demander si toute cette souffrance inutile peut avoir un sens : si elle en a un ce n’est pas pour l’accepter (et donc la justifier) mais pour la combattre, et dans cette lutte l’homme évolue. Des solutions existent, le problème c’est leur mise en œuvre. Sans doute la surpopulation est un grand problème, mais entre surpopulation et population zéro il doit bien y avoir un juste milieu, un équilibre, une harmonie à trouver. On peut être pessimiste en théorie, mais en pratique on doit être optimiste et pragmatique. Ou alors commencez par vous suicider. En quoi toute appliquation des Textes ne peut être que néfaste. Par ailleurs est-ce en se suicidant que l’on résout les problèmes ? Non pas. On ne fait que les fuir pour qu’ils reviennent à nouveau. Ainsi, comme Pascal qui qualifiait Descartes d’ « inutile et incertain », on pourrait qualifier les propos de Péperluette (Esperluette espérant pépère la fin de l’espèce humaine ?), reprenant les Textes, d’inutiles, d’incertains et de funestes. Qui donc est-il prêt encore à promouvoir l’aventure pantélienne, c’est-à-dire à défendre cette solution finale, ce « crime à grande échelle » (Virgins, Décembre 1977) ?


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0