Étude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Textes connexes et commentaires divers / Chansons / Introspection
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

Introspection

(texte de chanson)

D 6 décembre 2020     H 11:32     A Jean Claude Pantel     C 6 messages



État des lieux du mode de vie à travers un état d’âme, en vertu d’un plan de conscience dénotant une patente vocation anthropocentrique.

 


 

INTROSPECTION

 

 

Si s’immiscent mes flots de passion passagère

Au cœur du brouhaha, en nos vies agitées,

Si pernicieusement car trop à la légère,

Je tente effrontément de vous contaminer,

N’en prenez pas ombrage, bien qu’il faille reconnaître

Que mes propos souvent, voilent votre quiétude,

Quand délibérément, j’ôte de vos fenêtres

La buée que transpirent nos mornes habitudes.


Pourtant, nous voguons tous à bord du même rêve,

Compagnons de « voyage » qui grincez de mes dires,

Sous vos cils mêmes larmes, en vos corps même sève,

Rien ne ressemble mieux au meilleur que le pire !

Mon désir est semblable à l’envie qui est vôtre,

Je suis votre complice lorsque vous condamnez,

J’appartiens au troupeau qui se vend et se vautre

Dans la boue que lucide, l’inconscience a semée,

Dans la boue que lucide, l’inconscience a semée.


Alors, me direz-vous, il faut cesser de geindre,

Remuant de la sorte la lame dans la plaie !

Rien n’est moins nécessaire, aujourd’hui que de plaindre

Ce qu’hier, sans pitié, nous avons immolé !

Certes, vous répondrai-je, mais voilà l’impatience

Se fait « muse » parfois et invite un refrain

À venir inciter l’insidieux « silence »

À nous parler de « nous », un miroir à la main.


Alors, à deux battants, je déchire la brèche,

Le courant de ma plume emporte « la chanson »

Qui démembre vingt siècles et s’en vient dans la Crèche

Sacraliser la Foi sans divinisation…

Et là, je laisse cours à ces mots qui s’envolent,

À ces objurgations qui font notre « procès »,

Je révèle, c’est vrai, sous un flot de paroles,

Ce qu’en for intérieur, bien souvent vous pensez,

Ce qu’en for intérieur, bien souvent vous pensez.


 

Et sonne le tocsin, réveillant les mémoires !

Quand l’océan se meurt en enfantant mort–nés

Ces poissons, qui jadis, symbolisaient l’Espoir,

Lorsque je le veux taire, c’est vous qui le criez !


 

Alors, je vous rejoins encore cette fois,

L’exaltation m’égare, suis-je donc insatiable

De vouloir, à ma bouche, entendre votre voix

Et de croire, à mon heure, midi à votre table !

Pandore ouvrit sa boîte à l’aube d’Autrefois,

Insolent ! Puis-je entendre, « il est » ce qui doit être !

Me pardonnerez-vous, Amour de l’Ici-Bas,

Me sachant maladroit… de brandir votre Sceptre ?


 

Paroles et Musique : Jean-Claude PANTEL

 

Mots-Clefs

6 Messages

  • Dis, Voyageur.. Dans le silence de nos nuits noires, si on lève les yeux vers notre Ciel intérieur, est-il normal d’y Voir encore de la buée ou de la boue..? Peux-Tu nous expliquer, une fois encore, comment percer cet infranchissable plafond de verre pour enfin faire plus ample Connaissance avec Dame Lucide Inconscience..? Dis, Voyageur,. Entre « Conscience » et Inconscience on a bien du mal à discerner, donc à CHOISIR...


  • Pour les Chercheurs en quête de Vérité et de Liberté et ayant étudié ou creusé par soi-même une des trois religions dites « du Livre », ou pour tout Mystique ou « physicien-philosophe » contemporain, picorant ça et là, les ingrédients qui puissent le nourrir, il ne vous aura pas échappé les nuances se référant aux Ères zodiacales « platoniciennes » ou « sidérales » qui laissent supposer avec ce poème que nous basculons bel et bien de « plain pied.. » du Poisson au Verseau… Ère, quelque peu « apocalyptique », du Grecque « renouveau » et que tout écologiste ou observateur averti ne manquera pas de constater que la poubelle nommée « Océans » EMPOISONNE tout ce qu’elle « emprisonne » en ses immenses profondeurs d’ici-bas… Ici, est aussi souligné la prépondérance de la FOI sur la religion, en l’occurrence Chrétienne, à l’évocation de la naissance de l’Avatar ou prophète, ô combien attachant, cet autre « anthropocentrique », Jésus.


  • À quand un album des chansons de Jean-Claude ?! À bon entendeur…

    (Jean-Luc S. si tu nous entend… ou plutôt, si tu nous lis, cette alerte est pour toi ! 😁)

    Puisqu’il est question d’Avatar ou de Prophète, voici ce qu’en dit René Guénon au chapitre 5 : Er-Rûh du livre « Aperçu sur l’ésotérisme Islamique et le Taoïsme ». Note de bas de page n°41 :

    « On peut remarquer que par là se rejoignent d’une certaine façon la conception du Prophète et celle de l’Avatâra, qui procèdent en sens inverse l’une de l’autre, la seconde partant de la considération du Principe qui se manifeste, tandis que la première part de celle du « support » de cette manifestation. »

    Quand comprendra-t-on que le « phénomène » Jean-Claude, n’est pas un phénomène spirite (voir à ce propos, L’erreur spirite de René Guénon, entre autre), mais bien celui du Principe qui se manifeste ?

    Quand on pense que les « Teilhardiens » rejettent cet apport, il y a d’quoi s’la prendre et s’la mordre…


  • Très intéressante la distinction de René Guénon entre « avatar » et « prophète ». Quant aux Teilhardiens auxquels j’ai soumis textes ou chansons de JC Pantel, j’ai été au mieux confronté par de policés « c’est intéressant » et au « pire », par le silence. Cette « histoire » interroge une poignée d’entre nous, mais dérange bien plus ceux ayant acquis quelques convictions d’ordre philosophique, religieux, spirituel ou métaphysique.. Quand l’IMMENSE MAJORITÉ «  s’en tamponne le coquillard   ». Notre Réalité d’ensemble, en tant qu’espèce, tient à ça, c’est si peu.


  • Bonne Année à tous ! C’est parti pour un autre cycle annuel !

    Certains objecteront que s’il s’agissait du « Principe qui se manifeste en prenant pour support Jean-Claude », comment expliquer qu’ils soient plusieurs à s’exprimer et qu’ils aient tous la voix, légèrement différencier pour chacune des entités, de Jean-Claude ?

    Pour expliquer cela, il faut malheureusement encore une fois s’appuyer sur les écrits de René Guénon.

    Rappelons ce qui vient d’être dit à propos du Prophète et de l’Avatâra : « la conception procède en sens inverse l’une de l’autre ! » et plus exactement : elle procède par analogie inverse !

    « Il est essentiel de remarquer ici que toute transposition (…) du genre de celle dont nous venons de parler doit être regardée comme l’expression d’une analogie au sens inverse de ce mot ; et nous rappèlerons, pour préciser ce qu’il faut entendre par là, que toute véritable analogie doit être appliquée en sens inverse !… » (extrait issu du chapitre 2 L’Homme Universel (expression équivalente à celle de Prophète ou d’Avatâra) du livre Le symbolisme de La Croix)

    Ainsi peut-on en conclure que « s’Ils sont plusieurs » à s’exprimer à Jean-Claude, c’est que, par analogie inverse, CE QUI EST UNIQUE DANS LE MULTIPLE (l’individualité de Jean-Claude « perdue » dans la multiplicité des individus, autrement dit : la Quantité) EST MULTIPLE DANS L’UNIQUE (les êtres qui font corps avec Le Principe, La Qualité) !


  • Oui Raphaël, bien-sûr, c’est l’occasion de l’habituelle manifestation de toutes sortes de « bons » vœux, après être sensés avoir fait une introspection ou un bilan sur l’année s’achevant. Tourner enfin cette page de 365 jours nommée 2020. Et nombreux sont ceux qui s’adonnent à ce rituel comme pour exorciser cette « maudite » année et de s’engouffrer avec hâte ou entrain dans la suivante qu’on souhaiterait « meilleure »… Car la peur est bien au rendez-vous : un anodin petit virus est venu foutre la pistrouille dans quasiment toutes les strates de la société humaine, à commencer par ceux qui nous dirigent… Or, rien n’indique que 2021 verra surgir de plus « belles » perspectives et au nom de quelle espérance ou quel « miracle » devrait-on « espérer » une sensible amélioration de la «  Qualité de vie  » de l’ensemble de l’Espèce nous caractérisant et par ailleurs, de TOUT ce qui existe, nous côtoie, nous entoure ?.. Quelque « médium » ou « clairvoyant » aurait-il une « bonne » nouvelle à claironner en parfaite synchronisation calendaire à nos routines désabusées en ce nouvel an naissant ? Ah !.. un Sauveur, un Messie, un prophète et tant qu’on y est, un Avatar, pourquoi pas, directement dépêché par de Supérieures Instances pourrait faire l’affaire.. ? Reconnaissons que cette période s’annonce propice à ce genre de projections ou élémentaire constatation, dans les deux axes du temps. Mais voilà, nous les hommes avons-nous profité de l’aubaine pour enfin ne faire qu’UN face à un avenir pour le moins préoccupant ?… Sous les coups de semonce événementielle venus à nous surprendre et nous déséquilibrer, sommes-nous tout à coup devenus fraternels, aimants, partageurs et harmonieux.. ? A-t-on entr’aperçu un quelconque début d’osmose des instances politiques, médicales et des masses en souffrance ? Que nenni ! Rien, ou si peu, sans omettre nos versatiles humeurs : des applaudissements exhibitionnistes devant l’impuissance générale, remerciant tour à tour qui des policiers, des pompiers, des soignants, etc,…pour mieux exorciser notre angoisse en souhaitant retomber dans nos « mornes plaines », comme dirait le poète… Un attentat, ici ou là, un virus qui se multiplie en se moquant éhontément de nos institutions, de nos chapelles scientifiques qui se tirent la bourre et donc se divisent…en habituels « chacun pour soi » et « dieu pour tous », en indifférence, sauf si directement concerné… Non, assiste-t-on tout juste à la manifestation d’une parodie d’union des peuples grâce au progrès mis soi-disant au service de tous. Non, on improvise, on gesticule, on se voile la face, de crainte, on confine les peuples qui ne peuvent pas comprendre, on se déclare en guerre tous azimut, on ourdit un sacré bazar… en cherchant à préserver à tout prix le système établit, qui vacille, vacille… le Divin couple Économie/Mamon mène la cadence et les vils forçats des « temps (dits) modernes » n’ont guère leur mot à dire ; Zola ou les misérables ne sont plus très loin… Des pans entiers peuvent ainsi s’effondrer donnant hiatus aux collapsologues prédisant justement l’effondrement de tout ou parties d’un système par trop figé. Et les « habitués » de ce site peuvent sans conteste se targuer d’avoir été « prévenus » plutôt que « guéris »… Et, sans vouloir hurler avec les loups ni d’ailleurs bêler avec les agneaux, il n’est pas inutile de rapporter ce que J-Claude peut dire : « Il est possible, chacun de notre côté, de continuer à suivre « le chemin de la Qualité », de rester tous en relation, car il sied de faire bloc à l’encontre de ce qui s’annonce… et de garder courage ».

    N’est-il pas ce proverbe pour nous rappeler « qu’un malheur ne vient jamais seul » et que les moultes répercussions probables à des ambiants saturateurs n’auraient que faire de nos états d’âmes.. ?


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

JANTEL.ORG 
1973-2021
Archives | | Contact

RSS 2.0