Étude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Textes connexes et commentaires divers / Chansons / Souvenirs du Futur
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

Souvenirs du Futur

(texte de chanson)

D 11 décembre 2020     H 18:22     A Jean Claude Pantel     C 0 messages



Encore un état des lieux de « la situation générale », laquelle n’encourage pas spécialement à l’optimisme. La chanson ne se confine pas seulement à cette constatation : elle ramène cette dernière à ce que l’on dit être « l’origine de nos origines ». Elle délivre également – de nouveau – un élan de compassion à l’égard de tous les hommes, qu’ils soient d’hier, d’aujourd’hui ou de demain.

 


 

SOUVENIRS DU FUTUR

 

 

Voilà que les saisons en oublient leur climat :

L’Été a des frissons, l’Hiver perd ses frimas,

Un peu plus en deçà, des Pays se divisent

En de nouveaux États qu’on renationalise,

Sans se préoccuper d’un plus juste partage,

Le verbe « consommer » fait la « une » de l’Âge,

Alors comme en enfance, au soir du beau sapin,

On accroche au silence un souhait pour demain…


Souvenirs du Futur, voilà ce que nous sommes,

De l’Éden la gageure d’un serpent, d’une pomme,

Souvenirs du Futur, voilà ce que nous sommes,

On nous a fait l’injure de n’être que des Hommes…

… des Hommes… des Hommes…


Plus souvent qu’à leur tour, le désir, la passion,

Détonnent sur l’Amour et faussent la Chanson,

Le Bonheur est en friche et le calendrier

A ses dates fétiches pour nous faire oublier,

Pour nous faire oublier qu’on élude toujours

L’Essentiel d’où renaît le « point de non–retour »,

C’est pourquoi de l’Enfance, du soir du beau sapin,

On décroche au silence un souhait pour demain !


Souvenirs du Futur, voilà ce que nous sommes,

De l’Éden la gageure d’un serpent, d’une pomme,

Souvenirs du Futur, voilà ce que nous sommes,

On nous a fait l’injure de n’être que des Hommes…


Voilà que les saisons en oublient leur climat :

L’Été a des frissons, l’Hiver perd ses frimas…

L’Âge de l’Existence, déjà bien avancé,

N’attend de l’Espérance plus que « l’Inespéré » !…


Souvenirs du Futur voilà ce que nous sommes,

De l’Éden la gageure d’un serpent, d’une pomme,

Souvenirs du Futur, voilà ce que nous sommes,

On nous a fait l’injure de n’être que des Hommes…

… des Hommes… des Hommes… (Ad libitum)


 

Paroles et Musique : Jean-Claude PANTEL

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

JANTEL.ORG 
1973-2021
Archives | | Contact

RSS 2.0