Étude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Textes connexes et commentaires divers / Chansons / C’est au nom de l’Amour
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

C’est au nom de l’Amour

(texte de chanson)

D 31 décembre 2020     H 19:13     A Jean Claude Pantel     C 0 messages


 

Un cri – sous le couvert d’une prière – qui invite la compassion à la table de la Création. Cette dernière en « se contentant » de proroger le délai d’existence qu’elle a originellement alloué à notre condition, oublie trop souvent qu’elle nous a aussi dotés d’état(s) d’âme.

 


 

C’EST AU NOM DE L’AMOUR

 

 

J’ai rêvé bien souvent de n’être jamais né,

D’avoir vu seulement d’un « espace éthéré »

Ce grand « capharnaüm », désordre ordonnancé

Semblant prescrit pour l’Homme, de toute éternité.


Mais l’observer d’ailleurs ou le vivre ici‑bas

Ne change ni couleurs, ni fond du canevas,

C’est du fait de « penser » que médisent mes dires :

Un esprit occulté ne saurait défaillir.


C’est au nom de l’Amour que j’écris, que je crie :

Pour qu’avortent ces jours qui enfantent « la nuit »,

C’est au nom de l’Amour et de sa compassion

Que, loin de tout discours, s’élève ma chanson !…


C’est au nom de l’Amour qu’il écrit et qu’il crie :

Pour qu’avortent ces jours qui enfantent « la nuit »,

C’est au nom de l’Amour et de sa compassion

Que, loin de tout discours, s’élève sa chanson !…


Originellement, nos vies ont–elles un sens,

Un « pourquoi » sous–jacent échappant à nos sens ?

Des Écritures Saintes font état « d’illusion » :

Tant d’espoir, tant de crainte n’auraient donc de raison.


À moins que nos passages en ce Monde ne soient

Qu’un châtiment, un gage, une épreuve « d’Outre–là »

Et qu’il faille ainsi naître plusieurs fois et subir

Pour qu’accèdent nos êtres au choix d’un Devenir.


C’est au nom de l’Amour qu’il faut demander grâce :

Qu’au jour du dernier jour, nous ne laissions de trace(s) !

Sempiternels « retours », recevez en pâture

Cette chanson d’amour : ce présent au Futur…


C’est au nom de l’Amour qu’il faut demander grâce :

Qu’au jour du dernier jour, nous ne laissions de trace(s) !

Sempiternels « retours », recevez en pâture

Cette chanson d’amour : ce présent au Futur… (Ad libitum)


 

Paroles et Musique : Jean-Claude PANTEL

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

JANTEL.ORG 
1973-2021
Archives | | Contact

RSS 2.0