Étude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Textes connexes et commentaires divers / Chansons / Les Blocs Erratiques
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

Les Blocs Erratiques

(texte de chanson)

D 14 janvier 2021     H 01:45     A Jean Claude Pantel     C 0 messages


 

L’interrogation que pose Jules Lefèvre Deumier n’est en fait que « déduction » pure et simple du poète. Pourtant, elle rejoint certaines philosophies orientales selon lesquelles « nous progressons » au fil de nos divers passages ici‑bas, et ce, jusqu’à ne plus avoir à revenir.

 


 

LES BLOCS ERRATIQUES

 

 

Oui, lorsque de son âme entr’ouvrant les abîmes,

On en tâte des yeux les profondeurs sublimes,

Et qu’on en suit en soi les flux et les reflux,

Nous y voyons souvent, entiers ou vermoulus,

Se dresser devant nous des quartiers de pensée

D’une date inconnue, ou du moins effacée,

Qui merveilleux d’aspect ou d’un sinistre abord,

Nous semblent avec nous n’avoir aucun rapport,


Et sont on ne sait comme, implantés dans nos têtes.

Y sont–ils arrivés portés par des tempêtes,

Qui, sans nous en douter, nous ont jadis surpris,

Et sont–ils demeurés debout dans nos esprits

Comme autant de témoins de quelque ancien naufrage ?

L’homme qui vit n’est–il, épave d’un autre âge,

Qu’un reste transformé de l’homme d’autrefois,

Qui sous un joug nouveau vient subir d’autres lois ?


L’homme, semblable en tout au globe qu’il habite,

A–t–il, comme ce globe à décrire une orbite,

Et chaque époque en lui, comme sur son berceau,

Laisse–t–elle, en fuyant, la marque de son sceau ?

De poussière en poussière, essence vagabonde,

A–t–on déjà vécu, lorsque l’on vient au monde,

Et ces rêves, qu’on prend ici pour des hasards,

Ne seraient–ils en nous que des reflets épars,


Que des rayons perdus d’une mémoire éteinte,

Que rallume un regard, que ravive une plainte ?

C’est ce que nous saurons peut–être quelque jour,

Quand, ayant ici–bas achevé notre tour,

Nous sentirons que l’âme, enfin libre et ravie,

Touche au dernier relais de sa dernière vie…

Nous sentirons que l’âme, enfin libre et ravie,

Touche au dernier relais de sa dernière vie…


 

Paroles : Jules LEFÈVRE-DEUMIER
Musique : Jean-Claude PANTEL

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

JANTEL.ORG 
1973-2021
Archives | | Contact

RSS 2.0