Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Chronologie des « Textes » / Année 1998 / 21 mars 1998
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

21 mars 1998

( aux alentours de 12 heures )

D 21 mars 1998     H 14:20     A Zilder + Karzenstein     C 0 messages


> COMMUNICATION PAR VOIE ORDINATORIELLE
Commentaires de Patrick MAZZARELLO

ZILDER
- C’est l’onde de Vide qui vous fait ressentir les limites de l’onde de forme car la pensée émane du Vide.

Tout facteur intermédiaire se disposant entre l’expression du mouvement cosmique et l’eccéité provoque une spasmodicité de l’échange, laquelle conduit à un processus interférentiel avec l’ambiant ; cela engendre la principale limitation dans le principe du « faire corps ».

J.C.P.
- Cela se traduit dans l’état de suspens après rupture ?

ZILDER
- Pour les fréquences de retour : sans contestation possible, mais de façon plus abordable par vos sens.

Cela doit engager votre vigilance à établir un constat de fait dans le déroulement de votre mode de vie.

Nous vous avions dit : le geste de pédalage, dans la mesure où il s’exprime selon l’appareillage, conduit à la griserie.

Vélo, patin, ski, pour ne citer que cette sous-expression du mouvement qui anime votre espèce, ne mettront jamais en exergue les mêmes vertus que celles qu’engendrent la course à pied et, à un degré moindre, la marche à pied. Cela doit vous engager à mieux comprendre pourquoi les espèces animales ont gardé leurs potentialités intuito-instinctives et pourquoi l’homme les a perdues peu à peu.

En mettant des intercalaires entre vous et le mouvement, d’autres éléments captent plus ou moins votre attention : perte de lucidité.

KARZENSTEIN
- Calmez-vous un peu maintenant… ça va… ça suffit pour aujourd’hui !

NOTA BENE : L’exposé de ZILDER amène J.C.P.à se référer alors à la mythologie grecque et notamment à l’épisode du combat entre HERACLES et ANTEE. La « légende » nous enseigne que pour les besoins de la lutte finale entre ces deux personnages, l’un - en l’occurrence HERACLES - enduit son corps d’huile pour éviter toute bonne prise de la part de son adversaire et l’autre - ANTEE - s’arrosa les pieds de sable, ce qui, d’une certaine façon, tissait un lien avec la terre d’où il puisait ses forces.

La suite de cette histoire est qu’HERACLES, vraisemblablement inspiré (lui, le fils de ZEUS), comprit qu’en levant ANTEE, et donc en le privant de tout contact avec la terre qui suscitait sa force, il vaincrait.

C’est ce qu’il advint.

Mais il n’est pas inintéressant, à propos d’ANTEE, d’apprendre qu’il fut organisateur de course à pied.

En effet, il organisa, nous dit-on, une course à pied pour départager les prétendants de sa fille.

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0