Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Chronologie des « Textes » / Année 1998 / 2 septembre 1998
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

2 septembre 1998

D 2 septembre 1998     H 14:55     A Zilder + Magloow     C 1 messages


> COMMUNICATIONS PAR VOIE ORDINATORIELLE
Commentaires de Patrick MAZZARELLO

Préarable

Cette journée du 2 septembre 1998 fut une journée particulièrement riche en événements. Il y eut tout d’abord un appel téléphonique d’un responsable du contentieux de la maison SYGMA BANQUE qui est un organisme de crédit, lequel entendait entreprendre J.C.P.à propos du crédit relatif à l’acquisition d’un aspirateur, ladite acquisition ayant été faite dans des conditions « pantéliennes ». J.C.P. a donc eu un entretien avec ce représentant qui dura un certain temps et qui, semble-t-il, selon les dires de Lucette, vit le ton monter, altérant de ce fait la sérénité de J.C.P. Lucette, n’aspirant qu’à la paix, laissa un message téléphoné au rédacteur de ces lignes pour lui signaler la chose, demandant que j’intervienne auprès dudit organisme afin que cesse l’obnubilation aspirante de PANTEL qui pouvait susciter des retombées sur ma personne, vu mon manque de diligence. Evidemment MAZZA peut faire office de bouc émissaire ou encore de fusible.

Quoi qu’il en soit, cela a démarré ainsi : par la suite, aux environs de 15 heures, le téléphone du cabinet se mit à sonner. Nos amis de l’Espace-Temps m’avaient « branché » sur une conversation téléphonique entre J.C.P. et une personne qui se révélera être Huguette. En effet, de cette conversation, seule la voix de J.C.P.émergeait, ce dernier venant d’apprendre d’Huguette que le frère de son compagnon venait d’assassiner sa femme et, une fois l’acte accompli, s’était défenestré. Cela s’était semble-t-il déroulé à Mulhouse, ou dans ses environs.

La chose fut confirmée à J.C.P. dans le courant de cet après-midi-là, par l’apparition sur l’écran de l’ordinateur du numéro 68 qui correspond au département concerné. Autre élément de confirmation fut l’apparition du couteau qui se matérialisa au domicile de J.C.P. et de taches de sang (l’auteur du méfait avait en effet poignardé son épouse).

Je rassurai tout aussitôt J.C.P. en lui indiquant que tout cela allait certainement disparaître - ce qui advint - étant précisé que dans mon for intérieur, je pensais (sans doute à l’instar de J.C.P.) que Lucette n’apprécierait pas trop ces « apports », elle qui est si soucieuse de la propreté et de l’ordre de la maisonnette.

Les événements ne devaient cependant pas en rester là.

Toutefois, avant d’aller plus loin, ami lecteur, permettez-moi une halte. En effet, en vous reportant à l’introduction de ce préambule, compte tenu de l’obsession de Lucette pour le nettoyage, vous aurez vite saisi toute l’importance que revêtait « l’aspirateur », ustensile ô combien utile pour l’exercice de la profession de foi de Lulu.

L’obnubilation de Lulu générant l’obnubilation « pantélienne » en superposition, imaginez la détonation ! En un mot : « priez pour le pauvre MAZZA », et tout cela, je vous le confesse, pour un vulgaire aspirateur dont le coût avoisinait les treize mille francs et des poussières.

S’il est vrai que les Saintes Ecritures nous avisent que « poussière nous sommes » et que nous retournerons à cet état, point n’est besoin cependant de précipiter l’avènement de la chose, ce d’autant plus que l’auteur de ces lignes est tout à fait désireux de poursuivre une voie certes sans issue, mais aux côtés de PANTEL. Reprenons le cours des événements de cette chaude journée, le mot est juste. En effet, au bout du fil j’étais dans un état de sudation intense tout comme J.C.P., de même que Tino, ce que l’on apprit par la suite.

Cependant, l’avantage que possède J.C.P. sur nous tous réside dans le fait que lui apparaissent des bouteilles de Badoit, ladite boisson venant ainsi compenser la déperdition.

Les V.E.T. sont aux petits soins pour le personnage.

Je vous le dis, frères humains, vous ne jouez pas dans la même cour. Toujours est-il qu’après ce premier intermède téléphonique, J.C.P. eut une autre conversation au téléphone avec Gégé à laquelle je n’ai pas assisté, ce qui me fut narré par le premier, dont il résultait que l’auteur de ces lignes aurait transmis un Texte à l’ami Gégé, lequel l’aurait à son tour rapporté à J.C.P.

Ce Texte émanait du V.I.P -V.E.T. ZILDER et fut porté à ma connaissance par J.C.P. qui avait pris soin de le transcrire. Cependant, avant de coucher sur cette feuille ledit Texte, il n’est pas sans intérêt de relater que lors de nos différentes conversations téléphoniques de cet après-midi là, surgissait à maintes reprises la musique du film « BEN HUR », constituant ainsi un fond sonore. Nous eûmes droit aussi au bruit d’une cavalcade, lesdits bruits allant crescendo, ce qui me fit penser au bout du fil que le char allait renverser J.C.P.

De plus, il n’est pas inutile de souligner que la maison d’AURIOL était bondée, vu ce que je percevais au téléphone et ce que les bruits, la voix de J.C.P. et son comportement relataient.

En effet, J.C.P. conversait « multidimensionnellement ». J’ai toujours pensé qu’il aurait fait un excellent standardiste. Mais le hic, c’est que c’est le standard qui aurait pété les plombs et pas lui. Comprenne qui pourra… Je vous le répète, frères humains, arrêtez de penser : ça vous fait du mal.

N’osez pas imaginer un seul instant que tous les amphithéâtres de LA SORBONNE n’eussent pu contenir la foule qui entourait notre professeur TOURNESOL ce jour-là.

Un professeur qui professe sans professer tout en professant, c’est époustouflant. Et maintenant, ami lecteur, reste bien calé dans ton fauteuil car la suite est pantélienne…

ZILDER : Texte que P.M. aurait cité à Gégé, lequel l'aurait transmis à J.C.P., c'est tellement simple

- Le penser ne parvient à se développer que s’il se sent libre de la confusion inhérente aux formes auxquelles votre cogito le confine, à savoir ces formes de pensée que vous définissez en tant qu’ensemble de la réalité qui vous échoit et qui vous mène à confondre le contenu d’une telle pensée avec l’ordre global d’une réalité non séquentialisée qui serait indépendante de la pensée.

Dans les affaires pratiques, on voit, vous voyez, ou pouvez voir d’une façon très claire ce que l’harmonie et l’ordre signifient, mais votre espèce s’engage dans la pensée qui va au-delà des choses immédiatement pratiques.

Depuis des temps immémoriaux vous avez essayé de comprendre l’origine de toutes les choses et leur ordre général ainsi que leur nature, dans la pensée religieuse, dans la philosophie et dans la science. (A la suite de la lecture de ce Texte par J.C.P., apparaît sur l’écran une myriade d’abeilles, puis suit le Texte ci-après qui s’inscrit alors sur ledit écran.)

Relation entre la chose et la pensée.

Considérez comme une analogie la fameuse danse des abeilles dans laquelle une abeille est capable d’indiquer l’emplacement de fleurs porteuses de miel aux autres abeilles. Ne considérez pas cette danse comme devant être comprise : il s’agit d’un ressenti qui produit dans l’esprit des abeilles une forme de connaissance (intuito-instinctive), laquelle exerce une correspondance réflective avec les fleurs. Il s’agit d’une activité qui, lorsqu’elle est menée à bien, correctement, s’établit comme un pointage ou une indication, invitant les abeilles à un ordre d’action qui les mènera généralement jusqu’au miel.

Cette forme d’activité n’est pas séparée du reste de ce qui est impliqué dans la récolte du miel.

(Apparaît sur l’écran : « Virus DJAKARTA ».)

Elle s’écoule (tout s’écoule) et se fond dans l’étape suivante, dans un processus que votre physique qualifie d’indivis.

Considérez que la pensée est une sorte de danse de l’esprit qui fonctionne de façon indicative et que lorsqu’elle est proprement menée à bien, s’écoule et se fond dans une sorte harmonieuse et ordonnée de processus global où la vie doit être considérée comme un tout.

A la suite des deux Textes précités, il y eut un autre Texte qui défila à une allure vertigineuse et qui ne put être retranscrit. Il y était question de l’enfant et du vieil homme, il y a bien longtemps, qui étaient paraît-il plus vrais.

Il était aussi question de la pensée et des formules N.P.(non-penser) et P. (penser ou pensée ?). Enfin, j’ai pu noter : P= processus matériel.

Il nous a été indiqué que ce Texte nous sera restitué par la suite, vraisemblablement lorsque l’état de J.C.P. permettra de l’accueillir, ce qui n’était pas le cas au moment du débit de ce Texte ce jour-là.

D’autre part, il nous était annoncé que KARZENSTEIN décalerait sa visite, et signalé que la situation était extrêmement grave.

Puis il y eut l'intervention de MAGLOOW qui indiqua :

- La transpiration aide à éliminer les matières ferreuses du corps…

Il conseilla à J.C.P. de prendre un bain, puis il parla alors de Vava sans la nommer tout en mentionnant « votre amie », eu égard aux « problèmes de santé qu’elle vivait ce jour-là ».

En effet MAGLOOW parlait de vessie, de pierres, calculs rénaux et au même instant, ce que nous apprîmes par la suite, Vava, à 800 km de là, consultait un médecin ou faisait faire des analyses révélant le mal désigné par cet intervenant. Je tiens en outre à préciser qu’au cours de l’après-midi étaient apparus le mot « rénaux » et le nom de Maître REYNAUD (vraisemblablement huissier de justice de son état).

Ainsi se terminait cette journée si particulière.

 

Mots-Clefs

1 Messages

  • Où en est la Dance -’’sacrée’’ ?- des abeilles ?..Et sa Reine ? La Pensée ubiquiste sortie de nulle part joue une symphonie dont nous ne captons que quelques miettes. Ceux ou plutôt Celles qui ont des yeux pour voir décriraient un infini enchevêtrement inextinguible de filaments lumineux, discernables selon notre capacité (d’interception/projection) d’impression..ou d’aspiration à la Dance.. L’histoire de l’aspirateur nous renvoie à une chanson de Nougaro, ..Ok, ce n’est pas Ben-Hur… Et Mazza, il a bien fini ?..


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0