Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Chronologie des « Textes » / Année 1999 / 20 + 22 + 24 février 1999
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

20 + 22 + 24 février 1999

D 24 février 1999     H 09:15     A Magloow     C 0 messages


> Commentaires de Patrick MAZZARELLO.

MAGLOOW (samedi 20 février 1999)

- Voir = recevoir = percevoir = concevoir.
- Cela peut conduire à prévoir.
- Entrevoir = devoir = revoir = pourvoir = décevoir = se décevoir [1].
(La plupart des gens ne font qu’entrevoir.)

MAGLOOW (lundi 22 février 1999)

C’est le principe de la préfixation et de la suffixation qui sera abordé par KARZENSTEIN.
P.M. faisant la réflexion qu’il y avait « vision » et « vision », il était alors répondu : « Parce que voir, c’est savoir ».

Alors que nous dissertions sur l’éternité, MAGLOOW intervint :
- Cela reste un problème de mesure.

La mesure est une forme de signal qui doit correspondre à la réalité d’ensemble dans laquelle vous vivez, comme il est démontré par la clarté de perception et l’harmonie d’action auxquelles elle conduit.

La rigidification générale et l’objectification de cette notion de la mesure ont chez vous continué à se développer jusqu’à ce que, dans ce cyclique, le mot, le terme de « mesure » en soit arrivé à dénoter principalement un processus de comparaison d’une chose avec un standard extérieur.

P.M. posant la question de savoir si l’éternité était extérieure à nous, il était répondu : « Vous faites partie de l’éternité. »

Il faut qu’on en revienne à la notion de mesure.

Il y a l’école orientale et l’école occidentale.

En Orient, la notion de mesure n’a pas joué de loin un rôle aussi fondamental (s’adapte à un ordre philosophique).

Dans les philosophies dominantes de l’Orient, l’incommensurable (c’est la notion d’éternité), ce qui ne peut pas être nommé, décrit ou compris à travers aucune forme de raison est considéré comme la réalité originelle.

Par exemple, il existe en sanskrit (origine du langage indo-européen) le mot « MATRA » qui signifie « mesure », au sens musical dirons-nous.

C’est évidemment assez proche du grec « METRON ».

Il y a, en sanskrit également, un autre mot que vous connaissez bien : le mot « MAYA » qui signifie « illusion ».

Pour la société occidentale, puisqu’elle dérive des Grecs, la mesure, avec tout ce que ce mot représente, est l’essence même de la réalité ou du moins la clef de son essence.

A contrario, en Orient, la mesure en est arrivée à être considérée communément comme, d’une façon ou d’une autre, fausse et trompeuse. Dans cette perspective, la structure entière et l’ordre de formes, de proportions et de « raisons » [2] qui se présentent même à la perception ordinaire et à la raison sont considérés comme un genre de voile tamisant la vraie réalité qui ne peut être perçue par les sens et de laquelle rien ne peut être dit ou pensé différemment vers la philosophie.

Il est clair que ces différentes voies développées par ces deux sociétés (occidentale et orientale) conviennent à leurs différentes attitudes envers la mesure.

En Occident, la société s’est principalement appliquée au développement du scientifique et du technologique (lesquels dépendent de la mesure) pendant qu’en Orient, l’intérêt principal s’est porté sur la religion et la philosophie (lesquelles sont dirigées vers l’incommensurable).

En considérant soigneusement cette question, vous pouvez voir, constater que, dans un certain sens, l’Orient a eu raison de considérer l’incommensurable comme la réalité originelle car, telle que vous l’avez assimilée, la mesure est un signal créé par l’homme. La réalité étant au-delà de l’homme et antérieure à lui, elle ne peut dépendre d’une telle approche.

D’où le principe de figement.

Comprenez-vous ? Vous persistez et continuez à persister de supposer que la mesure existe de façon antérieure à l’homme.

Cette vision est très indépendante de vous et vous conduit à l’objectification de l’approche dont nous vous parlions.

Elle se rigidifie (vision) et devient incapable de changer (cogito - figement), apportant la séquentialisation et la confusion générale de tout ce que vous savez.

P.M. :
- Nous sommes prisonniers du cogito ?

MAGLOOW :
- Par rapport à des ambiants, absolument.

Après cela, il reprend son exposé :
- Dans les anciens temps, tel que vous l’a dit KARZENSTEIN, les anciens hommes qui étaient suffisamment sages pour voir (et beaucoup voir) que l’incommensurable constitue la réalité originelle, étaient également assez sages pour voir que la mesure constitue une approche d’un aspect secondaire et dépendant, mais néanmoins aussi nécessaire, de la « réalité ».

Les anciens Grecs savaient que la mesure est capable d’aider à amener, à conduire ordre et harmonie dans les existences pendant que simultanément, avec une vue plus profonde, il ne peut être …… [3], ce qui est le plus fondamental à cet aspect.

NOTA BENE : L’intervention de MAGLOOW est orale, puis, compte tenu du timbre de voix tout à fait spécifique et difficilement traduisible dans l’instant, elle est transcrite sur l’écran de l’ordinateur.

MAGLOOW (mercredi 24 février 1999)

- Intelligence = procédé mécanique axé sur la mémoire.
(Comme il nous avait été signifié que Pensée = processus matériel, que reste-t-il ? Au niveau du cogito, ça coince et ça fait mal…)

J.C.P. souligne que la vocation anthropocentrique mène à l’échange à travers l’expression « reçu/transmis » (le rédacteur de ces lignes peut ajouter « rendu » en fonction de ce qui avait été dit dans les Textes à propos de ladite vocation).

MAGLOOW :
- C’est en fonction du réceptacle. L’échange se fait en fonction de l’individu et non en fonction de la masse des individus.

J.C.P. :
- On ne peut pas enfreindre cette vocation.

MAGLOOW :
- C’est évident. Lorsque le manifesté nous surprend, nous faisons corps avec lui.

J.C.P. :
- Dans la forme ?

MAGLOOW :
- Tout à fait.

Il va par la suite se produire quelque chose d’énorme, dans la mesure où MAGLOOW va, non sans « émotion », s’épancher sur ce que KARZENSTEIN représente.

MAGLOOW :
- KARZENSTEIN est tout à fait remarquable. C’est l’Etre de Lumière par excellence. C’est une expression incommensurable. Expression du manifesté.

J.C.P. et P.M. :
- Existe-t-il des différences entre eux ?

MAGLOOW :
- Incontestablement.

P.M. :
- Le donné est-il hors ambiant ?

MAGLOOW :
- Le donné est hors ambiant bien sûr. L’ambiant des cycliques directement. Lesdits cycliques sont reliés au Cyclique.

J.C.P. et P.M. parlaient de stratification, ce à quoi il fut répondu : « C’est comme ça pour tout. »

Puis, au bout d’un certain temps, il indiqua ce qui suit : « il n’y a pas une mue évolutive, mais des mues évolutives. »

Il précisa ensuite…

- Ca s’interstice [4]

Sur l’écran s’inscrivit alors : ZILDER - Pensées de bonne augure…

Notes

[1L’on peut ici se référer aux formules usitées par RASMUNSSEN, à savoir :

  • à propos de JANTEL : « Vous ne vous décevrez pas. »
  • « Recevoir n’est pas subir. »

[2« Raisons » comprend à la fois la raison et le raisonnement. On pourrait peut-être parler de raison « raisonnante » pour le terme « raison » utilisé ensuite. N’oublions pas que le mot « raison » signifie « faculté de connaître, de juger ». Il s’agit d’une faculté intellectuelle qui s’oppose à l’intuition. Or, selon ce qui a été dit dans les Textes, l’intuition prime sur la raison.

[3Ici, dans ce dernier paragraphe, il manque un membre de phrase : ami lecteur, à toi de combler ce vide…

[4Substantif transposé en verbe. La définition du mot « interstice » que donne le dictionnaire est « Petit espace vide entre les parties du tout. » Après la lecture de cette définition, MAGLOOW murmura : « C’est exact. »

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0